1. Les marchés
  2. Live blog
live

Le luxe touché par les menaces de Trump

Les marchés européens terminent en recul après les déclarations de Donald Trump. Wall Street continue sa baisse. Barclays suit Aedifica et Cofinimmo. Befimmo suspendu. Reprise de cotation pour Tinc. bpost a réduit son dividende moins que prévu.
  • A l’agenda ce mercredi

    C’est la fin du Market Live. Merci de nous avoir suivis. On se retrouve mercredi pour une nouvelle séance.

    Au menu : l’indice PMI Markit des services définitif en novembre en Allemagne, la décision de politique monétaire de la Banque centrale du Canada, l’indice PMI Caixin-Markit des services en Chine en novembre, l’enquête ADP sur l'emploi privé en novembre et l’indice ISM des services en novembre aux Etats-Unis,  l’indice PMI Markit des services  en novembre au Royaume-Uni, la réunion de l'Eurogroupe, l’indice PMI Markit des services définitif en zone euro en novembre. Du côté des entreprises,  Banimmo tient son assemblée générale extraordinaire, Proximus cote ex-dividende intérimaire de 0,50 euro brut, Telenet tient son assemblée générale extraordinaire. A l’étranger, Royal Bank of Canada publie ses résultats du 4e trimestre, Elior publie ses résultats annuels de l'exercice 2018-2019, et Orange présente son plan stratégique pour 2025.

  • Clôture des marchés européens

    Bel 20: -0,59%

    AEX: -0,71%

    CAC 40: -1,03%

    Dax: +0,21%

    FTSE100: -1,62%

    Stoxx 600: -0,60%

  • Befimmo va lever 60 à 80 millions d'euros

    Le motif de la suspension du prix du groupe immobilier Befimmo annoncé à 15h10 est connu: d'après le Tijd, la société va lever 60 à 80 millions d’euros grâce à la vente d’actions propres que Befimmo détient dans son portefeuille. Les actions seront placées via Belfius et Kempen.
    Le produit du placement privé devrait permettre d’acheter des immeubles de bureaux pour un montant d’environ 100 millions d’euros et d’élargir la gamme d’espaces de travail flexibles en partenariat avec Silversquare, rapporte Befimmo.


  • Twitter lance un emprunt obligataire, le titre recule

    Le réseau social Twitter voit son cours reculer après l'annonce d'une émission obligataire de 600 millions de dollars pour une durée de 8 ans.  La société a émis jusqu' à présent des obligations convertibles, mais la forte chute du titre l'a contraint à revoir sa stratégie.

  • Wall Street ouvre en baisse

    Dow Jones -1,09%, Nasdaq -1,33%

  • Suspension du titre Befimmo

    Le titre Befimmo est suspendu dans l'attente d'un communiqué. 

  • Tinc en baisse à la reprise des cotations

    Tinc perd 1,07% à 13,90 euros.

  • Reprise des cotations de Tinc...

    ... à 15 heures.

  • Tinc boucle son augmentation de capital

    Avec le placement privé réussi des scrips, les actionnaires existants et les nouveaux investisseurs ont complètement souscrit l’offre publique de nouvelles actions, précise Tinc dans un communiqué.

    La cotation de l'action devrait sans doute reprendre sous peu.

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    Les principales valeurs à suivre mardi à Wall Street, où les contrats à terme sur indices préfigurent une ouverture en baisse d'environ 0,4%:

    AK Steel, Cleveland-Cliffs, General Dynamics...

    * Les valeurs sensibles aux tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine pourraient souffrir des déclarations de Donald Trump sur la possibilité qu'un accord commercial avec la Chine ne puisse être conclu qu'après la présidentielle américaine de novembre 2020. De grands valeurs technologiques, comme Apple, et des industrielles reculent dans les échanges en avant-bourse.

    * General Dynamics - Le groupe de défense a été désigné par le Pentagone pour diriger un nouveau programme de construction de neuf sous-marins d'un montant total de 22,2 milliards de dollars. Huntingon Ingalls Industries devrait être l'un des principaux sous-traitants.

    * UnitedHealth - L'assureur santé a présenté lundi une fourchette de prévisions de bénéfice par action pour 2020 dont le milieu est inférieur au consensus actuel des estimations d'analystes.

    * Audentes Therapeutcis - Le laboratoire spécialisé dans les thérapies géniques gagne près de 100% dans les échanges en avant-bourse après l'annonce de son rachat par le japonais Astellas pour environ trois milliards de dollars.

    * AK Steel - L'action du sidérurgiste gagne 3,8% dans les échanges en avant-bourse après l'annonce de son rachat par le groupe minier Cleveland-Cliffs pour environ 1,1 milliard de dollars payables en actions. Le titre Cleveland-Cliffs chute d'environ 9%.

  • L'Europe ralentit et Wall Street est attendue en baisse après Trump

    Les marchés européens ralentissement leur progression - Paris passe même en territoire négatif - après des déclarations du président Donald Trump indiquant qu'il n'avait pas de date limite pour conclure un accord commercial avec la Chine, ce qui laisse planer un doute sur les chances d'un accord imminent.

    Londres perd 0,90% et Paris 0,39% tandis que l'indice Bel20 gagne 0,25% et Francfort 0,63%. L'indice paneuropéen DJ Stoxx 600 est à l'équilibre (+0,02%) et l'Euro Stoxx 50 grappille 0,13%.

    Wall Street est attendue en nette baisse: l'indice Dow Jones devrait reculer de 0,34%, le S&P 500 de 0,27% et le Nasdaq 100 de 0,34%.

    "Les marchés actions en Europe et les contrats à terme aux États-Unis sont pénalisés par le fait que Donald Trump fasse une nouvelle fois monter les enchères sur le commerce" en affirmant qu'il n'y avait pas de date-butoir pour un accord avec la Chine, explique Neil Wilson, analyste chez Markets.com.

    Cela pourrait "attendre après l'élection" présidentielle de novembre 2020 aux Etats-Unis, a affirmé le président américain, lors d'une conférence de presse à Londres avant l'ouverture d'un sommet de l'Otan.

    "Je n'ai pas de date butoir" et "d'une certaine manière, j'aime bien l'idée d'attendre après l'élection pour l'accord avec la Chine", a-t-il ajouté.

  • Warning de la FSMA

    L'autorité des services et marchés financiers (FSMA) a mis en garde mardi contre les activités de sept nouvelles "sociétés" approchant le public belge avec des propositions d'investissement alléchantes, sans y être autorisées.

    Ce type de fraude "boiler room" consiste généralement à contacter des investisseurs potentiels, sans y être invité et souvent par téléphone, pour leur proposer d'acheter des actions ou d'autres produits financiers qui s'avèrent fictifs ou sans valeur.

    La mise en garde concerne les sociétés suivantes: Blue Hill Capitals, Lextin Capital/Green Wire Capital, Morgan Cowen Capital Markets, Oita Sumitomo Corporate, SBAV Group, Structured Strategic Capital et Unique Global Investment.

     

  • Voici les actions les plus "shortées" à la Bourse de Bruxelles

  • Ageas rachète plus de 65% des titres Fresh de Fortis

    Le groupe d'assurances avait lancé, le 19 novembre, une offre de rachat d'obligations convertibles émises à l'époque de Fortis. À l'issue de l'offre, clôturée ce lundi, Ageas annonce qu'une majorité des titres en circulation, 65,40% (817,5 millions d'euros) du montant nominal cumulé des titres Fresh en circulation, ont été apportés à l'offre. Ce programme de rachat est prolongé jusqu'au 3 janvier.

  • Perspective négative pour le secteur bancaire au Royaume-Uni

    Moody's abaisse ses perspectives pour le secteur bancaire britannique de "stables" à "négatives". Selon l'agence de notation, le Brexit brouille les perspectives de croissance du Royaume-Uni.

    "L'économie britannique est en train de s'affaiblir, ce qui la rend plus vulnérable aux chocs et l'incertitude prolongée sur le Brexit a réduit les perspectives de croissance du pays", explique Laurie Mayers, directrice associée chez Moody's. "Parallèlement, la faiblesse persistante des taux d'intérêt et la concurrence accrue sur le marché des prêts hypothécaires érodent les marges d'intérêt nettes de la plupart des prêteurs britanniques. Ces défis l'emporteront sur les réserves de fonds propres et de liquidité du secteur, ainsi que sur la réduction des coûts des banques."

  • La réduction du dividende de Bpost saluée en bourse

    Les marchés accueillent positivement la réduction du dividende chez Bpost : l'action gagne 1,60% à 10,78 euros.

    Bpost a annoncé lundi après la clôture un acompte sur dividende sur les 10 premiers mois de 2019 substantiellement réduit de 41% à 0,62 euro par action. La réduction était attendue et, aux yeux de certains analystes, elle s’est avérée moins élevé que prévu.

    "Nous avions supposé un dividende de 0,58 euro", explique Kepler Cheuvreux. Pour l’ensemble de l’exercice, le dividende devrait atterir entre 0,75 et 0,80 euro. C'est plus élevé que les prévisions de Kepler de 0,70 euro, et du consensus qui anticipe 0,70 à 0,90 euro.

    "Même avec le dividende réduit, Bpost affiche toujours un rendement de 7,3%. C'est beaucoup plus élevé que la moyenne du secteur où le rendement du dividende est de 5,3%."
    Jefferies

  • Le point sur la tendance boursière

    Les marchés européens évoluent en petite hausse, reprenant des couleurs après avoir été bousculés la veille par la nouvelle offensive commerciale américaine contre l'Argentine et le Brésil.

    L'indice paneuropéen DJ Stoxx 600 gagne 0,36% et l'Euro Stoxx 50 0,42%. Amsterdam engrange 0,45%, Bruxelles 0,44% tandis que Paris, freiné par le repli des valeurs du luxe, voit sa progression rabotée à 0,14%.

    Les indices européens sont dans le vert "malgré les doutes qui entourent les questions commerciales" avec une "Europe qui pourraient être sous pression" en la matière, ont relevé les experts de Mirabaud Securities Genève.

  • Le luxe français recule après les menaces tarifaires américaines

    Les valeurs françaises du luxe sont délaissées à la Bourse de Paris, pénalisées par les menaces américaines de surtaxer les produits français.

    Le gouvernement des États-Unis a menacé lundi de surtaxer 2,4 milliards de dollars de produits français, parmi lesquels le champagne et le fromage, en représailles à la taxe instaurée par Paris sur les entreprises numériques, qui pénalise injustement les sociétés américaines aux yeux de Washington.

    Le numéro un du secteur du luxe LVMH , lanterne rouge du CAC 40, perd -1,53%, suivi de près par Hermès  (-1,38%) et Kering (-1,44%). Le géant mondial des cosmétiques L'Oréal se stabilise (-0,32%) après avoir cédé jusqu'à 1,35% dans les premières minutes d'échanges.

  • Offre hostile dans le secteur de l'or

    Le groupe minier canadien Endeavour Mining , spécialisé dans l'or, offre 1,47 milliard de livres sterling pour racheter son homologue britannique Centamin . Endeavour s'est adressé directement aux actionnaires après l'échec des discussions sur une fusion.

    L'offre est entièrement composée d'actions. Les actionnaires de Centamin reçoivent 0,0846 action Endeavor pour chaque action. Sur la base des cours de clôture d'hier, cela implique une prime de 13,1%.

    Endeavour Mining gagne 1,66% et Centamin 7%.

  • L'Oréal, Kering, LVMH et Hermes délaissées

    L'Oréal, Kering, LVMH et Hermes perdent entre 1% et 1,3% après les menaces du gouvernement américain de surtaxer les produits français

  • Le KBC Securities du jour

    KBC Securities revient sur Agfa Gevaert et Ageas .

    Le conseil sur Agfa passe d'accumuler à acheter. L'objectif de cours reste à 6,50 euros.

    Pour Ageas, le rating "conserver" est maintenu mais l'objectif de cours est relevé à 51 euros contre 48.

  • | Opening Bell |

    Bruxelles: +0,26%
    Amsterdam: +0,29%
    Francfort: n.c.
    Paris: +0,11%
    DJ Stoxx 600: +0,29%

    Aedifica: -1,46%
    Ageas: +0,30%
    Bpost:+1,18%
    Cofinimmo:-0,76%
    D'Ieteren:+0,18%
    Ontex:+2,80%

  • Briefing d'avant bourse

    1. Les marchés européens devraient rebondir à l'ouverture.
    2. Les craintes sur le commerce restent néanmoins présentes.
    3. Washington menace de surtaxer les produits français en riposte à la "taxe Gafa".
    4. Les valeurs françaises du luxe comme LVMH ou Kering à suivre.
    5. Aedifica, Cofinimmo, bpost, D'Ieteren, Engie, RTL Group et Tinc parmi les valeurs à suivre.

  • Suspension de Tinc

    L'action Tinc est suspendue dans l'attente d'un communiqué, lié sans doute aux résultats de la récente augmentation de capital.

  • D'Ieteren gagne des parts de marché en novembre

    Hier après la clôture des marchés, la fédération automobile Febiac a publié des chiffres sur les immatriculations de voitures particulières neuves en novembre. Il en ressort que D'Ieteren a augmenté sa part de marché à 23,8%. En octobre, ce chiffre était de 22,2%. En novembre 2018, la part de marché était de 20,4%.

    En novembre, 34.574 voitures particulières neuves étaient immatriculées dans notre pays. C'est 2,2% de plus qu'un an plus tôt. Sur les onze premiers mois de l’année, les ventes de voitures neuves sont de 1,9% inférieures à celles de 2018, selon la Febiac.

  • La banque centrale australienne maintient ses taux

    La banque centrale australienne a maintenu son taux directeur à son plancher historique, malgré "l'incertitude" régnant sur les dépenses de consommation à l'approche des fêtes.

    Le gouverneur de la Reserve Bank of Australia (RBA), Philip Lowe, a déclaré que le taux d'intérêt resterait inchangé à 0,75%, les risques affectant l'économie mondiale s'étant "atténués récemment".

    La RBA avait abaissé à trois reprises son taux directeur depuis juin.

  • Haute tension entre Isabelle Kocher et le CA d'Engie

    Le conseil d'administration d'Engie envisage de se séparer de sa directrice générale, Isabelle Kocher, en raison de divergences sur la gouvernance et la stratégie, rapporte BFM Business.

    Une décision sera prise "d'ici quelques semaines", précise la chaîne, qui cite "plusieurs sources proches du groupe".

  • Changement au sein de l'indice DJ Stoxx 600

    La composition du Stoxx600, large indicateur boursier européen, changera le 23 décembre. Le service de livraison de repas en ligne HelloFresh est l’un des nouveaux venus les plus connus. Le groupe de médias allemand RTL est l’un des abandons les plus connus.

    IN:

    HelloFresh
    SIG
    TP Icap
    Avast
    Network International
    Evolution Gaming
    EQT
     

    OUT:

    RTL
    Polish Oil
    Balfour Beatty
    Konecranes
    Gerresheimer
    BB Biotech
    Bucher Industries

  • Dividende de 0,62 euro par action pour bpost

    Comme prévu, bpost versera un acompte sur dividende beaucoup moins important cette année qu'en 2018. Il s'élève à 0,62 euro brut par action, contre 1,06 euro brut l'année précédente.

    Le directeur général Koen Van Gerven souligne que 2019 a été une année difficile pour bpost en termes financiers.

    Selon les données compilées par Bloomberg, les analystes s'attendaient cependant à une réduction plus marquée, à 0,55 euro.

  • #rallyeboursier | La question du jour

    "Combien de filles de Nicolas Saverys sont administratrices d’Exmar? 1, 2 ou 3".

     

  • JPMorgan "surpondère" Ontex

    JPMorgan relève son conseil sur Ontex à "surpondérer" contre "neutre". L'objectif de cours est fixé à 19 euros, soit un potentiel de hausse de 13% par rapport au dernier cours de clôture.

  • Barclays s'intéresse à Aedifica et Cofinimmo

    Barclays entame le suivi des SIR Aedifica et Cofinimmo avec des recommandations de "surpondérer". L'objectif de cours est de respectivement 100 euros et 115 euros.

  • Vers une ouverture en hausse en Europe

    Les marchés européens devraient démarrer la séance dans le vert. L'Euro Stoxx 50 est attendu en hausse de 0,36%, le FTSE 100 de 0,21% et le Dax de 0,43%.

    En Asie, la tendance est globalement négative, après l'ouverture par Donald Trump d'un nouveau front dans les conflits commerciaux entre les États-Unis et de grands partenaires.

    À Tokyo, l'indice Nikkei a perdu 0,64% à 23.379,81 points et le Topix, plus large, a cédé 0,48% à 1.706,34 points.

    En Chine, les indices de référence en actions ont ouvert en baisse dans le sillage de la baisse de Wall Street lundi, mais ils ont réduit leurs pertes au fur et à mesure que la session avance. Shanghai est quasiment stable (-0,01%) tout comme Shenzhen (+0,06%).

    Donald Trump a jeté un froid sur les marchés mondiaux en annonçant lundi son intention de taxer l'acier et l'aluminium importés du Brésil et d'Argentine, deux pays qu'il accuse d'orchestrer une "dévaluation massive" de leur monnaie.

    "Compte tenu de cette décision inattendue du président américain, il faut craindre que les différends commerciaux entre la Chine et les États-Unis soient difficiles à résoudre compte tenu de l'accent mis par Trump sur les intérêts américains."
    Tian Weidong
    Analyste chez Kaiyuan Securities

     

    ©Bloomberg

Plus sur Les Marchés

Echo Connect