1. Les marchés
  2. Live blog
live

Le Nasdaq lesté par les technos | Le Bel 20 échappe au recul généralisé des marchés

Les marchés américains et européens ont terminé en baisse, à l'exception du Bel 20, les investisseurs digérant le ralentissement de l'économie chinoise et l'accélération de l'inflation aux USA. Le rebond de Galapagos a permis de compenser les replis au sein de l'indice d'Ageas et KBC.
  • À l'agenda ce lundi

    C'est ici que se termine ce live, merci à tous de nous avoir suivis. L'agenda est extrêmement léger pour commencer la semaine. On attend seulement les résultats du groupe suisse SGS et du géant américain IBM.

  • Wall Street finit en baisse, retour des inquiétudes sanitaires

    La Bourse de New York a fini dans le rouge ce vendredi sous l'effet de prises de bénéfice dans le secteur technologique et d'un retour des inquiétudes liées à la pandémie de COVID-19. Le Dow Jones a perdu 0,86% à 34 687,85 points, le S&P 500 0,75% à 4 327,12 points et le Nasdaq 0,80% à 14 427,24 points. Sur la semaine, selon des données provisoires, le Dow recule de 0,53%, le S&P de 0,97% et le Nasdaq de 1,87%.

    Après une ouverture en hausse favorisée par un rebond inattendu des ventes au détail aux Etats-Unis le mois dernier, Wall Street s'est retournée à la baisse, en raison notamment de l'annonce d'une forte augmentation des cas de coronavirus et de décès dus au COVID-19 sur une semaine par les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC), qui ont parlé de "pandémie chez les non vaccinés".

    Les croisiéristes Carnival Corp et Norwegian Cruise Line ont notamment souffert, cédant autour de 5%. Dans le secteur technologique, Amazon a cédé 1,6%, Apple 1,4%, et le fabricant de cartes graphiques Nvidia a perdu plus de 4,2%. L'indice sectoriel a cédé du terrain pour la deuxième séance consécutive après avoir atteint un record mercredi. Aux valeurs particulières, le laboratoire Moderna, qui fabrique un vaccin contre le COVID-19, a grimpé de plus de 10% après l'annonce de son intégration au sein de l'indice S&P 500 le 21 juillet prochain.

  • Les marchés US terminent dans le rouge

    Le Dow Jones a perdu 0,86% à 34.687,85 points.

    Le Nasdaq a lâché 0,80% à 14.427,24 points.

    Le S&P 500 a cédé 0,75% à 4.327,16 points.

  • Le pétrole en hausse timide après deux séances de pertes

    Les prix du pétrole sont parvenus de peu à conclure dans le vert ce vendredi après deux jours de pertes liées aux incertitudes autour des négociations de l'Opep+.

    Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre a avancé de 0,16% ou 12 cents par rapport à la clôture de la veille à Londres, à 73,59 dollars. A New York, le baril de WTI pour août a conclu en légère hausse de 0,22% ou 16 cents à 71,81 dollars.

  • Le CEO de Barco cède sa place à un duo

    Selon un communiqué publié par Barco ce vendredi soir, Jan De Witte a décidé de quitter ses fonctions de CEO à compter du 1er septembre 2021. Pour lui succédere, Charles Beauduin et An Steegen ont été nommé co-CEO par le conseil d'administration dont ils sont membres. Ils endosseront respectivement leurs fonctions le 1er septembre et le 1er octobre.

    L'annonce intervient avant la publication, lundi avant l'ouverture des marchés, des résultats semestriels du spécialiste des technologies de l'image.

  • Les inondations pénalisent KBC et Ageas

    Le bancassureur KBC et l'assureur Ageas ont accusé de fort replis suite aux craintes de l'impact financier des inondations en Belgique. Les deux valeurs ont pesé sur l'indice Bel 20 qui est malgré tout parvenu à échapper au recul généralisé en Europe, grâce au rebond de Galapagos .

  • Clôture des marchés européens

    Bel 20: +0,13%

    AEX: -0,39%

    CAC 40: -0,51%

  • Le fond L Catterton, cofondé par LVMH, envisage une cotation en bourse

    Le fonds L Catterton, cofondé par LVMH et Bernard Arnault, envisage la possibilité d'une introduction en bourse, selon des sources proches du dossier.  

    Ce projet intervient au moment où les sociétés d'investissement cotées atteignent des niveaux record en bourse.  

    D'autres fonds comme TPG et Bridgepoint Group se préparent également à faire leur entrée en bourse, tandis que Owl Rock Capital Group et Dyal Capital Partners ont franchi le pas en mai dernier dans le cadre d'une fusion à trois avec une société d'acquisition à vocation spéciale (SPAC).  

    Ces dernières semaines, L Catterton a contacté des banques d'investissement afin d'évaluer ses options, ce qui pourrait déboucher sur une introduction en bourse ou une fusion de type SPAC, ont indiqué les sources sous couvert d'anonymat.  Celles-ci ont néanmoins précisé que les discussions n'en étaient qu'à un stade préliminaire et qu'aucune décision finale n'avait été prise. 

  • Rebond pour argenx et Galapagos

    Galapagos et argenx se placent en tête du Bel 20 au lendemain de leurs forts reculs. 

  • Moderna tutoie la valeur de Sanofi en bourse

    La forte progression de Moderna a propulsé sa capitalisation boursière au delà de 114 milliards de dollars (97,2 milliards d'euros). La biotech qui fabrique un vaccin contre le Covid-19 déjà largement distribué dans le monde n'est plus qu'à quelques encâblures de la valeur dugroupe pharmaceutique Sanofi, dont le vaccin contre le Covid-19 sera disponible à partir de décembre, qui pointe à 110,1 milliards d'euros.

    Depuis janvier, Moderna a flambé de plus de 170%, et Sanofi a gagné près de 11%.

  • USA: la confiance des consommateurs faiblit en juillet

    La confiance des consommateurs américains s'est nettement affaiblie en juillet, les ménages, affectés par la forte inflation, doutant de la vigueur de la reprise économique.

    Selon l'estimation préliminaire de l'enquête mensuelle de l'Université du Michigan publiée vendredi, l'indice de confiance s'est établi à 80,8 points, un recul de 5,5% par rapport à juin. Les analystes s'attendaient au contraire à une nouvelle augmentation du moral des ménages à 86,3 points.

    "Cette baisse a été causée par des doutes de la part des consommateurs sur le rythme de la reprise de l'économie après la pandémie"
    Richard Curtin
    Chef économiste, chargé de l'enquête de l'Université du Michigan

  • Moderna flambe avant son inclusion dans le S&P 500

    Moderna décolle après l'annonce par S&P Dow Jones de son inclusion dans le S&P500. La biotech  rejoindra l'indice le 21 juillet prochain au début de la séance à Wall Street, en lieu et place d'Alexion Pharmaceuticals. 

    Le titre a pris plus de 160 % depuis le début de l'année. 

  • Wall Street ouvre en hausse

    Dow Jones +0,25%

    Nasdaq +0,40%

    S&P 500 +0,32%

  • USA: hausse surprise des ventes au détail en juin

    Les ventes au détail aux États-Unis ont enregistré une augmentation inattendue en juin alors que la consommation des Américains pour les biens reste forte malgré le rebond des dépenses vers les services, ce qui renforce la perspective d'une accélération de la croissance économique au deuxième trimestre. Le département du Commerce a fait état d'une hausse de 0,6% des ventes le mois dernier alors que les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une baisse de 0,4% d'un mois sur l'autre.

  • Les inondations pèsent sur Ageas et KBC en bourse

    Après un début de séance positif, les titres KBC   et Ageas   sont lanterne rouge à la Bourse de Bruxelles. En cause, les importantes inondations en Belgique, dont l'impact financier n'est pas encore clair. Les assureurs ne s'en sont pas caché hier: les dégâts causés par les inondations seront parmi les plus importants de ces dernières années.

  • Petite hausse en vue à Wall Street

    Wall Street est attendue en hausse prudente face à de multiples sources d'incertitudes avant un nouvel indicateur sur la situation économique américaine.

    → Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en hausse de quelque 0,15%.

  • Powell pourrait rempiler pour un 2e mandat à la tête de la Fed

    Selon un sondage de l'agence Reuters auprès d'une quarantaine d'économistes, le président américain Joe Biden reconduira le président actuel de la Réserve fédérale, Jerome Powell, pour un deuxième mandat de quatre ans à compter de février de l'année prochaine. Jerome Powell avait succédé à Janet Yellen en tant que président du conseil des gouverneurs de la Fed en février 2018 et a dû manœuvrer l'économie à travers sa pire crise depuis la Seconde Guerre mondiale.

    "C'est (la reconduction de Powell) probable à ce stade. Il y a une forte concurrence, en particulier avec Lael Brainard, membre du conseil des gouverneurs de la Fed. Elle est la deuxième la plus probable, mais Powell est le favori en ce moment", a déclaré James Sweeney, économiste en chef pour Credit Suisse.

  • "Les marchés subissent une période d'essoufflement de la prise de risques"

    "Les marchés subissent une période d'essoufflement de la prise de risques. Ceci peut être attribué en partie à des prises de profits après la forte progression des indices depuis le début d'année, aux craintes que fait peser sur la croissance future la progression de la souche Delta du virus et l'anticipation d'une phase de croissance plus faible en 2022, avec, notamment, un soutien de politique économique moins puissant que jusqu'ici."
    Sebastian Paris Horvitz
    Analyste chez LBPAM

  • Les principales valeurs à suivre à Wall Street

    * INTEL est en discussions pour racheter GlobalFoundries, un important producteur de semi-conducteurs, pour environ 30 milliards de dollars (25,4 milliards d'euros), a rapporté, jeudi, le Wall Street Journal en citant des sources proches du dossier. Dans les échanges en avant-bourse, Intel gagne 1,4%.

    * BOEING - L'administration fédérale de l'aviation américaine (FAA) a publié, jeudi, une directive demandant aux compagnies aériennes utilisant la gamme des 737 de Boeing de procéder à des inspections pour s'assurer que les appareils ne présentent pas un défaut dans les commandes de pressurisation de la cabine.

    * MODERNA va faire son entrée dans l'indice S&P-500 le 21 juillet, prenant la place d'ALEXION PHARMACEUTICALS en cours de rachat par AstraZeneca. Le titre Moderna prend plus de 8% dans les échanges avant l'ouverture.

    * TESLA - Les immatriculations de véhicules de Tesla en Californie ont augmenté de plus de 85% au deuxième trimestre en grande partie grâce au succès de la Model Y, selon les données collectées par la société de recherche Cross-Sell.

    * PFIZER va débourser 345 millions de dollars (292 millions d'euros) pour mettre fin aux plaintes de consommateurs qui affirment avoir surpayé les EpiPen, un dispositif pour le traitement d'urgence des réactions allergiques, en raison des pratiques anticoncurrentielles et déloyales du laboratoire.

    * DIDI - Plusieurs agences de régulation et ministères chinois ont envoyé des inspecteurs dans les bureaux de Didi, pour effectuer un contrôle de la cybersécurité du géant des VTC, a annoncé, ce vendredi, l'Administration chinoise du cyberespace. L'action Didi chute d'environ 7% en avant-bourse.

    * VERIZON et Ericsson ont conclu un accord de 8,3 milliards de dollars (sept milliards d'euros) pour accélérer le déploiement du réseau 5G aux États-Unis, a annoncé, ce vendredi, le groupe suédois d'équipements de télécommunications.

    * GENERAL MOTORS - La coentreprise du constructeur automobile en Chine va rappeler 1,44 million de véhicules sous les marques Wuling et Baojun en raison d'un problème de moteur, a annoncé le régulateur du marché chinois.

  • Timide progression du pétrole, les données sur la demande rassurent

    Les prix du pétrole évoluent en petite hausse, le coup de pouce des données de l'Opep sur la demande, jeudi, étant plafonné par une possible augmentation de l'offre à venir de la part du cartel.

    L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) voit la demande mondiale de pétrole continuer à s'accélérer au moins jusqu'en 2022, selon son rapport mensuel publié jeudi. Elle devrait croître cette année de six millions de barils par jour (mbj), pour atteindre en moyenne 96,6 mbj, estime l'organisation, confirmant ses précédentes prévisions.

    Mais l'incertitude plane toujours sur le niveau d'offre du cartel, et ce, dès le mois prochain: malgré quelques soubresauts jeudi, les négociations n'ont pas officiellement abouti et aucun sommet à même d'entériner la suite de la politique de l'alliance Opep+ n'est prévu. "Les dernières nouvelles suggèrent que les discussions vont dans la bonne direction pour l'unité de l'Opep et dans la mauvaise direction pour les prix", prévient Ipek Ozkardeskaya, analyste de Swissquote Bank.

  • Le dollar stable face à l'euro

    Le dollar reste stable face à l'euro   alors que les cambistes se focalisaient sur le yen, en recul après la baisse des prévisions de croissance de la Banque du Japon.

    La banque centrale japonaise table désormais sur un rebond de 3,8% du produit intérieur brut nippon en 2021/22 (chiffre médian), contre une hausse de 4% anticipée fin avril, selon un communiqué (cf. post de 07h22). "La Banque du Japon est bloquée sur les taux bas" pour éviter d'étouffer la croissance, note Thu Lan Nguyen, analyste chez Commerzbank, qui estime que "cela peut mettre le yen sous pression face au dollar alors que le débat sur l'inflation bouillonne aux États-Unis".

    L'inflation américaine a grimpé ces derniers mois, entre reprise économique grâce aux vaccinations contre le Covid-19, pénuries causées par la pandémie, plan géant de relance et politique monétaire très accommodante. Mais la banque centrale américaine (Fed) maintient, pour l'instant, sa ligne très souple et son président Jerome Powell a réitéré devant le Congrès américain qu'il estimait que l'inflation ne durerait pas.

  • Zone euro: ralentissement confirmé de l'inflation à 1,9% en juin

    L'inflation dans la zone euro a légèrement ralenti en juin à 1,9% sur un an, après 2,0% en mai, confirment les statistiques définitives publiées par Eurostat. L'indice des prix à la consommation calculé aux normes européennes (IPCH) est en hausse de 0,3% par rapport à mai, un chiffre, lui aussi, conforme à la première estimation.

    • Les prix de l'énergie ont augmenté de 1,3% d'un mois sur l'autre et de 12,6% sur un an, assurant de loin la plus forte contribution à l'évolution de l'indice global. En excluant l'énergie et les produits alimentaires non transformés, deux catégories souvent volatiles, l'inflation est ramenée à 0,9% par rapport à juin 2020. 
    • Une mesure plus étroite encore, qui exclut aussi l'alcool et le tabac, affiche également une hausse de 0,9% en rythme annuel.

  • Les autorités chinoises envoient des enquêteurs au siège de Didi

    Les régulateurs chinois et plusieurs ministères ont dépêché des enquêteurs dans les locaux de Didi, le "Uber chinois" qui est dans le collimateur de Pékin depuis son entrée en bourse à Wall Street. L'entreprise, qui domine dans son pays le marché de la réservation de voitures avec chauffeur (VTC), est visé depuis le début du mois par une enquête en lien avec sa collecte de données privées.

    Il est relativement peu commun pour un géant de la tech d'être visé par une enquête impliquant autant de ministères et d'institutions.

  • Un contexte particulier pour les marchés financiers

    "La progression du variant Delta, les craintes (encore relatives) sur la croissance, les interrogations sur l'inflation, forment, parmi d'autres thématiques récurrentes", un magma "que les marchés tentent de digérer, dans un contexte où les entreprises ont lancé la saison de publication de leurs résultats trimestriels."
    Tangi Le Liboux
    Stratégiste du courtier Aurel BGC

  • Les ventes de Burberry bondissent de 90% au T1

    Burberry a fait état d'un bon de 90% de ses ventes à magasins comparables au premier trimestre, qui renouent avec des niveaux d'avant la pandémie, tirées par la maroquinerie et les vêtements d'extérieur. "Nous avons pris un excellent départ pour la nouvelle année fiscale. Les ventes à prix normal se sont accélérées, nos collections et nos campagnes ayant attiré de nouveaux clients du luxe, plus jeunes, vers la marque", a déclaré, dans un communiqué, le directeur général, Marco Gobbetti, qui doit quitter ses fonctions au sein du groupe à la fin de l'année.

    Les ventes au détail du groupe de luxe britannique ont grimpé de 86% sur les 13 semaines au 26 juin, à 479 millions de livres (560,81 millions d'euros), avec des ventes à magasins comparables en hausse de 90% par rapport à la même période l'année dernière et de 1% par rapport à l'année précédente.

  • Les principales baisses/hausses en Europe

  • | OPENING BELL |

    CAC 40 +0,45%

    BEL 20 +0,33%

    AEX +0,04%

  • Le point sur les marchés avant l'ouverture

    Les principales bourses européennes sont attendues sans grand changement dans l'attente de nouvelles indications sur l'évolution des prix dans la zone euro et de la reprise de la consommation aux États-Unis, mais elles se dirigent vers un bilan hebdomadaire en légère baisse avant la montée en cadence des publications de résultats.

    → Les contrats à terme sur indices suggèrent une ouverture pratiquement inchangée pour le CAC 40 à Paris et une hausse de 0,16% pour le Dax à Francfort, de 0,29% pour le FTSE 100 à Londres et de 0,12% pour l'EuroStoxx 50.

  • Deutsche Bank sur Galapagos : "Juste de quoi garder espoir"

    Deutsche Bank maintient sa recommandation sur Galapagos   à "acheter", à contre-courant du consensus. "Pas un ciel bleu, mais juste assez", résume l'analyste Emmanuel Papadakis au sujet des derniers résultats cliniques publiés mercredi soir.

    Il qualifie l'étude sur le psoriasis avec le médicament expérimental GLPG3970 de suffisamment prometteuse pour dire qu'il a un potentiel. L'analyste note que le médicament pourrait potentiellement être deuxième sur un nouveau marché prometteur pour le traitement du psoriasis, après le deucravacitinib du géant américain Bristol-Myers Squibb.

  • Un million et demi de véhicules neufs en moins au premier semestre en Europe

    Le marché européen des voitures neuves a perdu 1,5 million de ventes par rapport au premier semestre 2019, avant la crise du Covid. Avec 5,4 millions de véhicules vendus, le marché progresse de 25,2% par rapport au premier semestre 2020, mais reste loin des chiffres des presque 7 millions de véhicules vendus début 2019, a souligné l'Association des constructeurs européens (ACEA) dans un communiqué.

    • Plusieurs pays se sont fortement redressés au premier semestre par rapport à un début 2020 paralysé à moitié par le Covid: l'Italie (+51,4% sur un an), l'Espagne (+34,4%), la France (+28,9%) ou la Pologne (+22,1%). La Belgique a vu ses ventes baisser de 16,3%.
    • Les groupes Volkswagen (26,4% de parts de marché, +0,3 point) et Stellantis (23,1%, +1 point) ont tiré leur épingle du jeu au premier semestre, tandis que Renault s'est moins bien repris et a vu sa part reculer de 1,6 point, à 9,9%.

  • Intel en discussions afin d'acheter GlobalFoundries pour environ 30 milliards de dollars

    Selon le Wall Street Journal, qui cite des personnes proches du dossier, Intel Corp   est en discussions afin d'acheter le fabricant de semi-conducteurs GlobalFoundries Inc pour environ 30 milliards de dollars. Une telle opération pourrait aider Intel à augmenter la production de puces à un moment où la demande est à son apogée et la société cherche à commencer à produire des puces pour les constructeurs automobiles qui ont eu du mal à maintenir leurs opérations en raison de graves pénuries.

    GlobalFoundries appartient à Mubadala Investment Co., une branche d'investissement du gouvernement d'Abou Dhabi, et est basée aux États-Unis.

  • Richemont rebondit au 1er trimestre

    Le groupe de luxe Richemont a enregistré un bond de son chiffre d'affaires au premier trimestre de son exercice décalé 2021/2022, après une année 2020 très affectée par la pandémie. 

    D'avril à juin 2021, les recettes du propriétaire de Cartier ont gonflé de 129% à taux de change constant, à 4,4 milliards d'euros. La hausse est de 121% au taux courant. La joaillerie a pris 142%, à 2,5 milliards d'euros, et l'horlogerie 143%, à 849 millions. La distribution en ligne a augmenté de 86%, à 637 millions d'euros. Lire le communiqué

  • Ericsson augmente ses bénéfices au 2T

    L'équipementier télécom suédois Ericsson a annoncé un bénéfice net en hausse de 51% au deuxième trimestre, mais dit s'attendre à être pénalisé en Chine par le récent bannissement de son principal concurrent, le géant chinois Huawei, des appels d'offres 5G en Suède. Lire le communiqué

    Le groupe suédois, numéro 2 mondial derrière Huawei, a également annoncé un important contrat de 8,3 milliards de dollars (7 milliards d'euros) dans la 5G aux États-Unis avec l'opérateur américain Verizon, présenté comme "le plus gros contrat individuel" de l'histoire d'Ericsson.

  • La BoJ réduit ses prévisions de croissance

    La Banque du Japon (BoJ) a réduit ses prévisions de croissance pour 2021, mais a maintenu son opinion selon laquelle l'économie se dirige vers une reprise modérée. Elle s'attend désormais à ce que l'économie japonaise progresse de 3,8% au cours de l'exercice fiscal se terminant en mars 2022 et de 2,7% l'année suivante. Dans ses prévisions faites en avril, la BoJ avait prévu une croissance de l'économie de 4,0% pour l'exercice en cours et de 2,4% l'année suivante.

    "Une pression à la baisse sur l'économie japonaise risque d'augmenter à cause de la propagation du Covid-19, incluant des variants", a noté la banque centrale. "D'un autre côté, si le déploiement de la vaccination s'accélère et qu'une demande de rattrapage pour la consommation de services se matérialise de façon anticipée, l'activité économique pourrait s'améliorer plus que prévu".

    À l'issue de deux jours de réunion monétaire, la BoJ a également publié les grandes lignes de son nouveau programme visant à stimuler le financement des activités de lutte contre le changement climatique. Elle offrira des fonds à taux zéro pour une période d'un an, qui pourront être reconduits un nombre illimité de fois pour les institutions financières. Le programme climatique sera lancé cette année et durera jusqu'en 2030.

  • Good morning!

    Bonjour à toutes et tous! Bienvenue sur le "Market Live" de L'Echo, l'endroit idéal pour suivre en direct les principales tendances de l'actualité économique et financière de ce vendredi 16 juillet 2021.

    La Bourse de New York a fini en ordre dispersé jeudi, le Nasdaq ayant été plombé par le recul des grandes valeurs technologiques alors que les investisseurs ont privilégié les prises de bénéfice après la publication du nombre d'inscriptions hebdomadaires au chômage aux États-Unis, sur fond de craintes sur l'inflation. L'indice Dow Jones a gagné 0,15%, ou 53,79 points, à 34.987,02 points. Le S&P-500, plus large, a perdu 14,27 points, soit 0,33%, à 4.360,03 points. Le Nasdaq Composite a reculé, de son côté, de 101,82 points (0,70%), à 14.543,13 points.

    Ce matin, la tendance est incertaine sur les marchés asiatiques: le Nikkei 225 lâche 0,65% à la Bourse de Tokyo, tandis que le Hang Seng prend 0,56% et l'indice composite de la Bourse de Shanghai cède 0,01%.

    ©Bloomberg

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés