1. Les marchés
  2. Live blog
live

Le Nasdaq sous pression | L'Europe efface ses gains du jour

Les marchés européens ont changé de tendance et terminent dans le rouge alors qu'à Wall Street le secteur technologique recule fortement. À Bruxelles, l'immo a la cote alors que les biotechs s'essoufflent. Renault simplifie sa structure. Les banques au rebond.
  • La fin du rally des techs à Wall Street?

    La Bourse de New York accusait ce jeudi sa plus forte baisse depuis le mois de juin dernier, plombée par les valeurs technologiques qui l'ont portée au sommet ces derniers mois. La tendance en Europe basculait également dans le rouge.

  • Fin de séance tumultueuse pour le Bel 20

    Alors qu'il avait passé pratiquement toute la séance dans le vert, le Bel 20 a effacé son avance dans la dernière heure d'échanges pour terminer sur un repli de 0,94% et se fixer à 3.327,19 points. Des 20 actions qui le composent, 5 étaient en hausse et 14 en baisse. Une seule valeur est restée inchangée.

    Top / Flop du Bel 20

    TOP
    • Valeurs Cours (€) Var.%
    • WDP 30,43 +0,68%
    • Aedifica 104,0 +0,58%
    • Proximus 16,57 +0,55%
    • Cofinimmo 124,6 +0,48%
    • AB InBev 50,22 +0,38%
    FLOP
    • Valeurs Cours (€) Var.%
    • UCB 96,58 -3,3%
    • Galapagos 107,25 -3,03%
    • Argenx 184,7 -2,48%
    • Umicore 38,52 -2,36%
    • Aperam 25,01 -1,3%
    Les chiffres sont susceptibles d'évoluer à la marge.
    Rédigé par Quotebot le 03/09/2020 à 17h43
  • Les tops et les flops de la journée en Europe

    Les Bourses ont fini en baisse jeudi en Europe, les indices boursiers y ayant effacé leurs gains après l'ouverture négative observée à Wall Street où le Nasdaq cède près de 4,5% sur des prises de profit sur les valeurs technologiques.

     

    Hit-parade de l'indice Euro Stoxx 50

    TOP
    • ValeursCours (€)Var.%
    • Amadeus IT Group49,5+3,73%
    • Enel7,65+1,92%
    • Danone56,68+1,83%
    • Volkswagen AG Vz142,76+1,74%
    • Iberdrola10,7+1,42%
    FLOP
    • ValeursCours (€)Var.%
    • ASML Holding317,9-4,58%
    • Deutsche Boerse AG151,55-4,26%
    • Philips39,44-3,99%
    • Banco Bilbao Vizcaya Argentaria2,38-3,25%
    • SAP137,32-2,95%
    Les chiffres sont susceptibles d'évoluer à la marge.
    Rédigé par Quotebot le 03/09/2020 à 18h02
  • Europe | Closing Bell

    BEL 20: -0,94% 
    AEX: -2,08% 
    CAC 40: -0,44% 
    DAX: -1,50% 
    FTSE 100: -1,51% 
    Stoxx 600 Europe: -1,55% 

    Résultats provisoires

  • Les techs font chavirer Wall Street

    Les actions des grands groupes technologiques, qui ont conduit les marchés américains à des niveaux records ces dernières semaines, affichent d'importants replis à la Bourse de New York. Peu avant la clôture des marchés européens, Tesla abandonne 7,49% et Apple 6,42%. Microsoft lâche au même moment 5,16%. 

    Les indices new-yorkais reculent dans des proportions importantes: 

    > -2,31% pour le Dow Jones, soit 681 points
    > -3,15% pour le S&P 500, soit 112,53 points 
    > -4,50% pour le Nasdaq, soit 539,62 points 

    Le Nasdaq 100, qui regroupe l'essentiel des valeurs technologiques à New York, avait jusqu'ici signé 11 séances dans le vert sur les 13 dernières en date, battant à chaque fois de nouveaux records.  

  • L'Europe efface ses gains du jour

    Le rebond des marchés européens a été plombé par le repli important constaté sur les marchés américains où les valeurs technologiques sont particulièrement mises sous pression. L'EuroStoxx évolue à moins d'une heure de la clôture proche de l'équilibre et le Stoxx 600 Europe a changé de direction. 

  • Softbank cherche des partenaires pour racheter TikTok India

    Selon l'agence Bloomberg, le puissant holding japonnais Softbank explore la possibilité de réunir plusieurs candidats autour de lui pour racheter les activités indiennes de TikTok. Softbank privilégie la piste de partenaires locaux.

    L'Inde est l'un des principaux marchés de TikTok où l'application revendique 200 millions d'utilisateurs. 

  • L'indice ISM des services recule à 56,9 en août

    La croissance du secteur américain des services a ralenti en août, montre l'enquête mensuelle de l'Institute for Supply Management (ISM). Son indice des directeurs d'achats est revenu à 56,9 après 58,1 en juillet. Les économistes interrogés par l'agence Reuters attendaient en moyenne un chiffre de 57.

    Le recul est plus marqué pour l'indice mesurant l'évolution de l'activité, à 62,4 après 67,2 et celui des nouveaux contrats a reculé à 56,8 après 67,7 en juillet. En revanche, le sous-indice de l'emploi est lui orienté à la hausse, à 47,9 en août après 42,1 le mois précédent, et celui des prix payés a progressé à 64,2, un plus haut depuis novembre 2018, contre 57,6.

    Un autre indicateur d'évolution de l'activité des services, celle de l'institut IHS Markit, est ressorti à 55,0 selon les résultats définitifs de l'enquête, contre 54,8 en première estimation. L'indice ISM manufacturier publié mardi est ressorti en hausse à 56,0 en août pour atteindre un plus haut niveau en près de deux ans. 

  • Les livrets d'épargne se rapprochent des 300 milliards d'euros en Belgique

    L’argent que les Belges laissent dormir dans leur compte d’épargne a de nouveau augmenté en juillet. La hausse est toutefois très limitée puisque sur un mois le montant des livrets d'épargne belges est passé de 291,6 milliards d’euros à 291,9 milliards d’euros.

    Au cours des derniers mois, les comptes d’épargne réglementés ont fait le plein. Fin 2019, un peu plus de 282 milliards d’euros étaient placés sur les comptes d'épargne.

  • Renault donne les premiers détails de sa mue, le titre grimpe

    Le constructeur français a annoncé en cours de séance qu'il allait simplifier son organisation autour de quatre "business units", à savoir Renault, Dacia, Alpine et Nouvelles mobilités. Chaque unité aura une organisation autonome. De plus amples détails seront communiqués aux salariés du groupe dès que le projet sera suffisamment abouti, promet le constructeur. 

    Cette annonce conforte les investisseurs qui passent clairement à l'achat sur la valeur. L'action Renault  , qui évoluait en hausse depuis l'ouverture de la séance à Paris, gagne vers 16 heures 6,04% au-dessus de 24 euros. 

     

  • "L'indice de la peur" refait peur

    L’indice VIX du Nasdaq, qui mesure la volatilité du marché à forte coloration technologique, est signalé autour des 37,25 points, soit un niveau se rapprochant de celui constaté en décembre 2018 lorsque la Chine et les États-Unis avaient lancé leurs premières banderilles dans le long feuilleton (toujours pas terminé) de leur guerre commerciale.

    À titre de comparaison, le VIX du Nasdaq se situait à 15,85 points en janvier dernier. La situation était alors décrite comme "normale" et l’indice évoluait à des niveaux records.  

  • Prises de bénéfices sur Tesla et Apple

    Les actionnaires de Tesla (-6,27% à l'ouverture) et Apple (-1,94%) semblent retirer leurs billes après avoir vu le cours des deux groupes monter en flèche ces dernières semaines.

    Les deux valeurs pèsent énormément sur le Nasdaq qui affiche un repli de 1,61% à 11.864 points dix minutes après le début des échanges.   

    Le rallye sur les valeurs technologiques américaines, qui a porté Wall Street ces derniers mois, retombe. Netflix, Adobe et Nvidia qui affichent chacun un gain supérieur à 70% depuis le début d'année, reculent de 1,51% à 4,13%.

  • Wall Street | Opening bell

    Dow Jones: +0,01% 
    S&P 500: -0,58% 
    Nasdaq Composite: -1,58%  

  • Les tests sur le vaccin anti-covid de Pfizer bientôt terminés

    Le CEO du laboratoire Pfizer a indiqué que son groupe s'attend à clore la phase de tests de son candidat vaccin d'ici la fin du mois d'octobre. Si à l'issue de ces tests, le vaccin s'avère efficace, Pfizer fera immédiatement la demande d'autorisation auprès des autorités sanitaires US en vue de le commercialiser. 

  • Amazon reçoit un feu vert pour la livraison par drones

    Le géant du commerce en ligne Amazon a reçu de l'autorité américaine de l'aéronautique (FAA) l'autorisation de livrer des colis à l'aide de drones autonomes, rapporte CBS. Grâce à la licence obtenue, Amazon va pourvoir lancer le test de son service de livraison rapide Prime Air.

    Wing, filiale d'Alphabet (Google), et UPS avaient déjà obtenu un feu vert similaire en octobre dernier.  

  • Les principales valeurs à suivre à Wall Street

    * Dans les échanges en avant-Bourse, APPLE, ADOBE , NVIDIA et NETFLIX, qui ont chacun pris plus de 70% cette année, reculent de 2%.

    * FACEBOOK va proscrire les nouvelles publicités politiques dans la semaine précédant l'élection présidentielle américaine en novembre afin de limiter la désinformation, a indiqué jeudi le réseau social.

    * CAMPBELL SOUP prévoit un chiffre d'affaires pour le trimestre en cours largement supérieur aux attentes après avoir dégagé des résultats trimestriels meilleurs que prévu.

    * VERIZON COMMUNICATIONS et AMAZON pourraient investir plus de 4 milliards de dollars (3,4 milliards d'euros) dans le groupe indien télécoms en difficulté Vodafone Idea, a indiqué jeudi le journal Mint.

    * PVH - Le groupe de mode propriétaire de Calvin Klein et Tommy Hilfiger a fait état mercredi d'un bénéfice inattendu et prévoit une baisse de chiffre d'affaires semestriel moins importante qu'annoncé initialement. Son action gagne 2,5% dans les échanges avant l'ouverture.

    * TWITTER - L'un des comptes Twitter personnels du Premier ministre indien Narendra Modi a été piraté, a confirmé jeudi le réseau social américain, indiquant qu'une série de messages ont été publiés pour demander aux abonnés au compte d'effectuer des dons à un fonds de secours avec de la cryptomonnaie.

    * CUREVAC - Le directeur général de Tesla, Elon Musk, et le ministre allemand de l'Economie, Peter Altmaier, ont dit du laboratoire de biotechnologie CureVac qu'elle est l'une des entreprises les plus innovantes du monde, a rapporté jeudi une source. Le titre gagne 1,3% en avant-Bourse.

  • USA : les inscriptions au chômage passent sous le million

    Le Département américain du Travail a dénombré 881.000 nouveaux inscrits aux allocations chômage la semaine dernière, à comparer à 1.011.000 la semaine précédente (nombre révisé de 1.006.000 en estimation initiale). Le rythme des inscriptions au chômage est ainsi reparti à la baisse, alors que le consensus tablait sur 950.000 inscriptions.

    La moyenne mobile sur quatre semaines a reculé de 77.500 par rapport à la semaine précédente, à 991.750.

  • Matières premières: l'UE inquiète de sa dépendance à l'étranger

    La Commission européenne a tiré la sonnette d'alarme sur la dépendance de l'UE envers des pays non européens, comme la Chine, pour certaines matières premières nécessaires à sa transition numérique et verte. "Entre 75 et 100% de la plupart des métaux que nous utilisons proviennent de pays non membres de l'UE, la Chine fournit 98% de notre approvisionnement en terres rares", a prévenu l'un des vice-présidents de l'exécutif européen, Maros Sefcovic, appelant les Européens à "prendre conscience de la dure réalité".

    Le commissaire européen chargé du marché intérieur, Thierry Breton, a exhorté l'UE "à diversifier son approvisionnement" et à "développer ses propres capacités en matière d'extraction, de transformation, de recyclage, de raffinage et de séparation des terres rares". D'ici à fin septembre, la Commission veut créer une "alliance européenne pour les matières premières", afin de renforcer la résilience de l'Europe, a-t-il expliqué. Cette alliance inclura les entreprises minières, les entreprises qui utilisent ces métaux critiques, celles qui recyclent, les ONG, les syndicats, les 27 Etats membres de l'UE, les régions qui sont intéressées et la Banque européenne d'investissement (BEI).

  • Prises de bénéfices en vue à Wall Street

    Les géants de la technologie sont attendus en nette baisse à la Bourse de New York.

  • Pause en vue à Wall Street

    Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en repli d'au moins 1% pour le Nasdaq, qui a fini la veille à plus de 12.000 points pour la première fois de son histoire, en baisse de 0,5% pour le S&P 500 et de 0,15% pour le Dow Jones.

  • L'économie russe secouée par l'empoisonnement de l'opposant Navalny

    L'économie russe s'est réveillée sous le choc, après la confirmation par l'Allemagne de l'empoisonnement de l'opposant Navalny par un agent neurotoxique "de type Novitchok", qui éveille la crainte de nouvelles sanctions à l'encontre de Moscou. Le rouble a plongé dès mercredi soir à son plus bas niveau depuis le pic de la pandémie de coronavirus au printemps, et s'échange à 89 roubles pour un euro et 75,4 roubles le dollar. Mercredi, la devise russe a même brièvement plongé à son plus bas niveau depuis 2016 face à l'euro (89,8 roubles).

    La Bourse de Moscou a également dégringolé dès l'annonce allemande, l'indice RTS, libellé en dollars, chutant de plus de 3% à la clôture mercredi. Jeudi matin, le marché financier russe n'avait pas rattrapé les pertes de la veille. Ces dernières semaines, le marché russe avait déjà été mis sous pression par la crise politique en Biélorussie, où un mouvement d'une ampleur inédite conteste la réélection du président Alexandre Loukachenko.

  • Kepler Cheuvreux vise plus haut pour D'Ieteren

    Après les résultats semestriels - somme toute très raisonnables - de D'Ieteren  , Kepler Cheuvreux a mis à jour son modèle. Le plus notable dans le rapport semestriel a été la bonne performance de Belron, qui a affiché à peu près le même bénéfice malgré des conditions de marché difficiles. Belron a ainsi partiellement compensé la faible performance des deux autres divisions (D'Ieteren Auto et Moleskine).

    Kepler s'attend à ce que D'Ieteren soit principalement motivé par la bonne marche des affaires chez Belron. L'objectif de cours passe de 60 à 64 euros, le conseil reste à "acheter".

  • Le pétrole poursuit sa baisse après la chute des stocks américains

    Les prix du pétrole perdent encore du terrain, dans la continuité de leurs fortes baisses de la veille et malgré un effondrement des stocks américains. Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre vaut 43,81 dollars à Londres, en baisse de 1,41% par rapport à la clôture de mercredi. À New York, le baril américain de WTI pour octobre perd 1,40% à 40,93 dollars.

    Ce net repli est intervenu malgré la publication du rapport hebdomadaire de l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA) qui a montré que les stocks commerciaux de brut aux États-Unis ont dégringolé de 9,4 millions de barils (MB) la semaine dernière, s'établissant à 498,4 MB. Cela aurait dû encourager une hausse des cours, d'autant que la baisse des stocks était bien plus importante que ne le pensaient les analystes. Mais la chute des stocks "était due aux ouragans Laura et Marco, qui ont dévasté le golfe du Mexique la semaine dernière", a expliqué Eugen Weinberg, analyste pour Commerzbank.

    Même après cette chute très importante, "les stocks de brut sont toujours de presque 500 millions de barils, soit 14% de plus que la moyenne de ces cinq dernières années", a relevé l'analyste.

  • Morgan Stanley grand fan de WDP

    Dans un long rapport sur les "meilleures idées" au sein du secteur immobilier européen, Morgan Stanley maintient son conseil d'achat du spécialiste de l'immobilier logistique WDP  . Son objectif de cours de 33 euros est même 20% au-dessus du consensus du marché, ce qui en fait le broker le plus optimiste.

    "Notre conseil d'achat repose sur trois piliers", explique l'analyste Bart Gysens. "Premièrement: la croissance accélérée des revenus locatifs grâce à l'importance croissante du e-commerce sur tous les principaux marchés de WDP. Deuxièmement: la création de valeur supplémentaire grâce au développement du pipeline de projets. Troisièmement: des gains en capital supplémentaires dus au taux d'intérêt toujours plus bas".

  • Cette "immo" belge a bondi de 40% en 2020 et son appétit est insatiable

  • L'euro en baisse face au dollar, pénalisé par les craintes de la BCE

    L'euro   poursuit sa baisse face au dollar, pénalisé notamment par les craintes de la BCE concernant une appréciation trop importante de la monnaie unique. "La pression sur l'euro a été renforcée par la publication dans la nuit d'un article du Financial Times rapportant que la BCE s'inquiète de la hausse de l'euro", a expliqué Lee Hardman, analyste pour MUFG.

    Plusieurs observateurs ont également évoqué des propos d'un membre de la Banque centrale européenne, tenus mardi et quelque peu ignorés jusque-là. Philip Lane avait ainsi déclaré que l'institution n'avait pas d'objectif de changes mais que le cours euro-dollar avait de l'importance. "Ces commentaires ont coïncidé avec une inflation qui est devenue négative de manière inattendue", a souligné Fiona Cincotta, analyste pour City Index.

  • Siemens Healthineers lève près de 3 milliards €

    Siemens Healthineers   a lancé une augmentation de capital pour financer en partie son acquisition de Varian, un fabricant américain d'appareils et de logiciels médicaux pour le traitement du cancer, dont le montant s'élève à 16,4 milliards de dollars. Dans le cadre de cette opération, le groupe allemand a levé 2,73 milliards d'euros, via l'émission de 75 millions de nouvelles actions au prix de 36,40 euros par unité.

  • Le point sur la séance

    Les principales bourses européennes évoluent en nette hausse jeudi dans la matinée, toujours soutenues par l'optimisme sur la reprise économique mondiale que sont venus alimenter les derniers chiffres de l'activité dans les services.

    → À Bruxelles, le Bel 20 progresse de 1,24%. Ailleurs en Europe, l'indice CAC 40 gagne 1,89%, le DAX prend 1,6% et à Londres, le FTSE avance de 0,76%. L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro gagne 1,69%, le FTSEurofirst 300 avance de 1,01% et le Stoxx 600 s'adjuge 1,18%, au plus haut depuis le 23 juillet.

    Les investisseurs sont d'autant plus confiants sur le reprise économique qu'elle s'accompagne de nombreux plans de relance. En France, le gouvernement va dévoiler les détails d'un plan de 100 milliards d'euros qui vise à éviter que la crise sanitaire liée au coronavirus ne provoque un effondrement de l'économie française, avec pour premier objectif 160.000 créations d'emplois l'an prochain.

    • Globalement en Europe, l'optimisme sur la conjoncture porte les secteurs les plus cycliques comme le transport et loisirs (+2,68%), l'automobile (+2,54%) et les banques (+2,63%).
    • Le dollar avance légèrement face à un panier de devises de référence, grâce principalement à la faiblesse de l'euro, qui reste pénalisé par les craintes exprimées par l'économiste en chef de la BCE, Philip Lane, sur la vigueur de la monnaie unique. L'euro recule ainsi de 0,3% face au billet vert, pour retomber sur le seuil de 1,18 dollar après avoir touché un pic à 1,2011 mardi. 
    • Sur le marché obligataire, le rendement des Treasuries à dix ans varie peu, à 0,664%, tout comme son équivalent allemand qui évolue à -0,467%. 
    • Les prix du pétrole sont en baisse et restent sur des plus bas de plusieurs semaines touchés la veille après l'annonce d'une baisse de la demande d'essence aux Etats-Unis. Le baril de Brent perd 1,08% à 43,95 dollars, au plus bas depuis le 21 août, et le baril de brut léger (WTI) recule de 0,79% à 41,18 dollars, à un creux d'un mois.
  • Zone euro: le rebond a perdu de sa vigueur en août avec les services

    Le rebond de l'activité économique de la zone euro s'est atténué en août, le secteur des services revenant pratiquement à l'arrêt, montrent les résultats définitifs des enquêtes d'IHS Markit auprès des directeurs d'achats. L'indice PMI composite, qui rassemble les services et l'industrie manufacturière et qui est considéré comme un bon baromètre de l'évolution de l'activité globale, est retombé à 51,9 après 54,9 en juillet. Il dépasse toutefois la première estimation publiée le 21 août, qui le donnait à 51,6.

    Le PMI des services a reculé à 50,5, après 54,7 en juillet, alors que l'estimation "flash" l'avait donné à 50,1.

    "Les entreprises du secteur des services dans la zone euro ont vu leur activité revenir pratiquement au point mort en août, ce qui alimente les craintes de voir le rebond post-confinement commencer à se dissiper sur fond de maintien des restrictions liées à la distanciation sociale pour cause de COVID-19. Les derniers chiffres envoient un signal décevant qui suggère que le rebond a perdu pratiquement tout son élan."
    Chris Williamson
    chef économiste d'IHS Markit

  • KBC Securities sur Biocartis: "Un signe clair de confiance"

    Si l'action Biocartis   signe la plus forte baisse de la séance, les analystes se disent néanmoins satisfaits des chiffres semestriels. "La réintroduction de la prévision annuelle est un signe clair de confiance. Dans l'ensemble, Biocartis livre un rapport solide compte tenu de l'environnement difficile et fait preuve de confiance pour le second semestre", soulignent les analystes de KBC Securities.

  • Capgemini table sur un chiffre d'affaires en hausse de 14% en 2020

    Capgemini   anticipe un redressement "progressif" de son niveau d'activité au deuxième semestre par rapport au deuxième trimestre et table sur une croissance de son chiffre d'affaires à taux de change constant comprise entre 12,5% et 14,0% pour 2020. Le groupe a aussi communiqué un objectif de marge opérationnelle, attendue en contraction entre 0,6 point et 0,9 point en 2020 par rapport aux 12,3% atteints en 2019. Capgemini prévoit également pour cette année une génération de free cash-flow organique supérieure à 900 millions d’euros.

    "Une forte dégradation des conditions sanitaires et/ou de l’environnement économique dans les prochains mois pourrait toutefois contrarier l’atteinte de ces objectifs", a prévenu le groupe dans un communiqué.

  • Iliad porté par une bonne dynamique commerciale au S1

    Iliad   a fait état d'une hausse de sa rentabilité et de son chiffre d'affaires au premier semestre grâce à une bonne dynamique commerciale, qui lui a permis d'absorber les pertes financières de plusieurs dizaines de millions d'euros liées à la crise du coronavirus. Le chiffre d'affaires de la maison mère de l'opérateur de télécommunications Free a progressé de 6,8% à 2,78 milliards d'euros sur les six premiers mois de l'année, dont une hausse de 1,8% en France. "La performance du mobile au deuxième trimestre a été impactée négativement par la crise COVID-19 à hauteur d’environ 20 millions d’euros", indique Iliad.

    L'ebitdaal ("ebitda after leases") du groupe, principal indicateur de sa rentabilité, a augmenté de 9,4% au premier semestre, à 876 millions d'euros.

  • | OPENING BELL |

    CAC 40 +1,01%

    BEL 20 +0,87%

    AEX +0,83%

  • La cotation de VGP va reprendre...

    ... à partir de 9h, à l'ouverture des marchés européens. L'action avait été suspendue mercredi à partir de 14h15 dans l'attente des résultats de son placement privé. 

  • Le point sur les marchés avant l'ouverture

    Les principales bourses européennes devraient poursuivre sur leur lancée et ouvrir en hausse sur fond de regain d'optimisme pour la croissance mondiale alimenté par un nouvel indicateur positif sur le secteur des services en Chine. D'après les contrats à terme, le CAC 40 parisien avancerait de 0,64% à l'ouverture, le DAX à Francfort progresserait de 0,8% et le FTSE à Londres prendrait 0,3%.

    • Le dollar avance légèrement face à un panier de devises de référence, grâce principalement à la faiblesse de l'euro, qui reste pénalisé par les craintes exprimées par l'économiste en chef de la BCE, Philip Lane, sur la vigueur de la monnaie unique. L'euro recule ainsi de 0,4% face au billet vert, pour retomber sur le seuil de 1,18 dollar après avoir touché un pic à 1,2011 mardi. 
    • Sur le marché obligataire, le rendement des Treasuries à dix ans varie peu, à 0,6575%, et son équivalent allemand recule d'un point de base, à -0,483%.
    • Les prix du pétrole reculent et restent sur des plus bas de plusieurs semaines, touchés la veille par l'annonce d'une baisse de la demande d'essence aux Etats-Unis. Le baril de Brent perd 0,3% à 44,29 dollars et le baril de brut léger (WTI) recule de 0,2% à 41,41 dollars.
  • Luc Tack rachète pour 10 millions d'euros d'actions Tessenderlo

    Ce mardi, Luc Tack a acheté, via son holding Verbrugge (filiale de Picanol), 325.000 actions Tessenderlo   à 31 euros l'unité. Soit un montant total de 10 millions d'euros.

    L'homme d'affaires n'avait pas effectué de transaction depuis des mois en raison de la "période de silence" marquant la saison des résultats. Jeudi, Tessenderlo a obtenu des résultats meilleurs que prévu. Depuis, Luc Tack a recommencé à acheter des actions. Vendredi dernier, il en a acheté 100.000 pour 30 euros chacune, ce qui représente un investissement de 3 millions d'euros.

  • Chine: le rétablissement de l'activité des services se poursuit

    Le rétablissement de l'activité du secteur des services en Chine s'est poursuivie en août pour un quatrième mois consécutif, montrent les résultats de l'enquête Caixin/Markit publiés jeudi, alors que le nombre d'embauches est reparti à la hausse pour la première fois depuis janvier. L'indice PMI des services calculé par Caixin/Markit s'est établi le mois dernier à 54,0 contre 54,1 en juillet. C'est encore un léger recul après la progression inédite en dix ans constatée en juin, mais l'indice se maintient tout de même au-dessus du seuil de 50 qui sépare contraction et expansion de l'activité.

    Le secteur des services, qui représente environ 60% de l'économie chinoise et la moitié des emplois en zone urbaine, a connu dans un premier temps un rétablissement plus lent que le secteur manufacturier. Mais ce rétablissement s'est accéléré à mesure que les restrictions sanitaires imposées pour endiguer l'épidémie de coronavirus ont été levées - notamment l'interdiction des rassemblements publics.

  • Biocartis confirme ses prévisions

    Pandémie ou pas, Biocartis confirme ses prévisions pour l’exercice 2020. La biotech spécialisée dans le diagnostic moléculaire prévoit pour l'ensemble de son exercice:

    • la vente de cartouches en croissance de 30% (en volume), soit quelque 228.000 cartouches pour son mini-labo Idylla ;
    • 300 à 350 mini-labos placés ;
    • une position de cash de quelque 110 millions d’euros fin 2020.

    Biocartis termine son premier semestre sur une position de cash de 150 millions d’euros. Les revenus opérationnels s’élèvent en quasi statu quo à 17,5 millions d’euros. La vente des produits a rapporté 11,4 millions d’euros, contre 10 millions un an auparavant. Enfin, 1.411 mini-labos ont été installés, dont 101 Idylla.

    "La pandémie mondiale a laissé des traces, mais nous avons néanmoins enregistré une croissance de 12% du volume des cartouches au 1er semestre 2020", se félicite Herman Verrelst. Le CEO de Biocartis ajoute toutefois que le délai pour une reprise économique reste incertain.

    La  biotech rappelle aussi avoir soumis aux autorités européennes et à la FDA américaine ses tests Idylla pour détecter le Sars-CoV-2. Biocartis s’attend à une forte demande notamment aux États-Unis.

    > Retrouvez ici le communiqué de Biocartis

  • VGP lève près de 110 millions d'euros

    Le spécialiste de l’immobilier logistique et semi-industriel VGP   annonce que sa filiale VGP Belgium a cédé, avec succès, un total de 929.153 actions, ce qui correspond à 4,51% de son capital existant. Les actions ont été vendues au prix unitaire de 117,5 euros, ce qui représente une décote de 4,2% par rapport au dernier cours du 2 septembre. L’opération a ainsi permis de lever 109,2 millions d’euros.

  • Sequana Medical a de quoi tenir jusqu'au second semestre 2021

    Sequana Medical   a fait le point sur ses activités ce mercredi matin. Au 30 juin 2020, la société possédait 14,9 millions d'euros de trésorerie, contre 5,6 millions d'euros fin 2019. Ses dépenses opérationnelles ont bondi de 31% par rapport au premier semestre 2019, à 9,4 millions d'euros. En cause, un doublement de ses dépenses cliniques, à 3,14 millions d'euros.

    "Depuis le début de cette année, nous avons réussi à obtenir un financement supplémentaire qui prolonge notre flux de trésorerie jusqu'au deuxième semestre 2021. Cela nous permet d'exécuter notre stratégie visant à amener l'alfapump à plus de patients dans deux domaines importants de la médecine", souligne son CEO Ian Crosbie dans le communiqué.

    (RED DESERT).
  • Good morning!

    Bonjour à toutes et tous! Bienvenue sur le "Market Live" de L'Echo, l'endroit idéal pour suivre en direct les principales tendances de l'actualité économique et financière de ce jeudi 3 septembre 2020.

    La Bourse de New York a fini en hausse de 1,59% mercredi, soutenue notamment par la bonne tenue de valeurs défensives très entourées après la publication de chiffres de l'emploi jugés décevants. L'indice Dow Jones a gagné 454,84 points à 29.100,5. Le S&P-500, plus large, a pris 53,99 points, soit 1,53%, à 3.580,64, et signé ainsi une neuvième séance de hausse en l'espace de dix journées de cotation. Le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 116,78 points (0,98%) à 12.056,44 points.

    Les indices ont brièvement effacé quelques gains dans la foulée de la publication du livre beige qui a témoigné d'une amélioration limitée de l'activité des entreprises américaines le mois dernier et d'une croissance sans grand relief dans plusieurs régions du pays.

    ©AFP

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés