1. Les marchés
  2. Live blog
live

"Le prix des actifs n'est pas dans une situation de bulle"

Les marchés européens ont entamé la semaine en légère hausse, réduisant leurs gains en fin de séance. Les cours de l'or sont en forte baisse. Kepler Cheuvreux a changé d'opinion sur Telenet. Objectif de cours modifié pour Picanol et Retail Estates.
  • Clôture des marchés européens

    DAX +0,53%

    BEL 20 +0,39%

    CAC 40 +0,35%

    STOXX Europe 600 +0,35%

    AEX +0,33%

    FOOTSIE (Londres) +0,20%

  • Glissade des obligations au cours des 3 derniers mois

    Les prix moyens des emprunts d'Etat dans le monde ont baissé au cours des trois derniers mois tandis que ceux des actions ont dépassé leurs moyennes sur 10 ans, selon un rapport trimestriel publié par Moody's Investors Service.

    Dans son dernier "Global Asset Price Monitor", l'agence de notation financière souligne toutefois que malgré leur récente remontée (corollaire de la baisse des cours), les rendements des obligations souveraines des 36 pays de son échantillon restent bas (un écart-type sous leur moyenne sur 10 ans).

    Les cours des actions ont progressé et dépassé le niveau de leur moyenne sur 10 ans tandis que les actifs immobiliers sont proches de leur moyenne.

    La différence entre les prix des actifs des économie savancées (EA) et des marchés émergents (EM) demeure à son plus haut depuis 2005.

    "Dans notre échantillon de pays, nous avons constaté que 43% des marchés d'actifs financiers des EA sont au-dessus de leur moyenne historique d'au moins un écart-type contre 24% dans les EM".
    Moody's

    En Suisse, en Norvège, en Suède et au Japon, les prix de deux (actions et immobilier) des trois grandes classes d'actifs financiers ont fortement progressé et dépassent d'au moins deux écarts-types leur moyenne 10 ans.

    Au Japon, en Allemagne et au Danemark, les actions ont poursuivi leur course en tête, bénéficiant des stimulants monétaires, et d'une capitalisation boursière de 108% du PIB, soit deux écarts-types supérieure à sa moyenne sur 10 ans, explique l'agence.

    En Europe occidentale et orientale, les prix des obligations sont restés autour de deux écarts-types au-dessus de leur moyenne historique.

     

  • Market slowly repricing first rate hike by Fed for Dec'15: fed funds futs implied probability about 50/50 $FED $DXY pic.twitter.com/CRHgHT5Kh8— Christopher Vecchio (@CVecchioFX) July 20, 2015

  • "Plus de 50% de chance d'une hausse des taux US en septembre"

    La Réserve fédérale augmentera sans doute ses taux directeurs en septembre, a déclaré l'un de ses responsables sur la chaîne de télévision Fox Business, l'inflation devant se rapprocher de l'objectif de la banque centrale américaine et le taux de chômage passer sous le seuil de 5%.

    James Bullard, le président de l'antenne de Saint Louis de la Réserve fédérale et partisan de longue date d'un relèvement des taux, a estimé qu'il était peu probable que la Fed décide d'une hausse dès sa réunion de politique monétaire des 28-29 juillet mais que la probabilité d'une hausse était plus forte pour celle de septembre.

    "La semaine prochaine, ce pourrait être un peu tôt. Je pense que nous utiliserons cette réunion pour évaluer les données (sur l'économie américaine, NDLR). Nous avons essayé de faire dépendre nos décisions des données. Mais, à l'heure actuelle, je pense que la probabilité est supérieure à 50% pour septembre."
    James Bullard
    un des responsables de la Fed

    Bullard, qui n'est pas un membre votant du comité de politique monétaire de la Réserve fédérale cette année, a déclaré que l'économie américaine était plus proche d'une situation normale qu'elle ne l'avait été au cours des cinq dernières années.

    Il avait déjà dit que la Fed avait maintenu ses taux directeurs à des niveaux proches de zéro pendant trop longtemps.

  • Chute des prix des matières premières

    *BLOOMBERG COMMODITY INDEX FALLS 1.4% TO LOWEST SINCE 2002 http://t.co/Bwwr8wGT1x pic.twitter.com/aY5FCQNI1u— Bloomberg Markets (@markets) July 20, 2015

  • Quelle forme pourrait prendre la restructuration de la dette grecque?

    Une semaine après l'accord aux forceps sur un troisième plan d'aide à la Grèce, un consensus semble se dégager peu à peu parmi les créanciers d'Athènes sur la forme que pourrait prendre la restructuration de la dette grecque.

    Pas de "hair cut", mais un allongement de la période de grâce, un rééchelonnement des échéances et une baisse des taux d'intérêts: voilà le scénario de plus en plus probable, au vu des exigences des partenaires d'Athènes.

    DES TAUX D'INTERETS

    Pour alléger un peu le fardeau de la dette grecque, qui s'élève aujourd'hui à près de 312 milliards d'euros, soit 177% de son produit intérieur brut (PIB), les créanciers pourraient d'abord réduire les taux d'intérêts des prêts consentis à Athènes.

    Seul hic: ces taux sont "déjà très proches des taux du marché auquel les créanciers se financent eux-mêmes", et ne pourront être abaissés "qu'à la marge".
    Frédérik Ducrozet
    économiste chez Credit Agricole

    Depuis 2012, la dette grecque est détenue dans sa très grande majorité par des Etats européens, via le Fonds européen de stabilité financière (130,9 milliards) ou les prêts bilatéraux (53 milliards). Or ces pays financent déjà quasiment Athènes à prix coûtant.

    "Il y a un petit peu à un gratter", explique Frédérik Ducrozet, qui évoque "0,1 à 0,25%" de marge, selon les prêts. Au-delà, impossible: les Etats européens, en vertu du traité de Lisbonne, ne peuvent prêter à un taux inférieur à celui auquel ils empruntent.

    ALLONGEMENT DE LA PERIODE DE GRACE 

    Deuxième possibilité pour alléger la dette grecque, sans toucher à sa valeur nominale - ce que les pays européens, Allemagne en tête, refusent de faire: repousser la date à laquelle le remboursement doit débuter.

    Cette "période de grâce", durant laquelle Athènes n'aura pas de remboursement à effectuer, est d'environ 10 ans en ce qui concerne les prêts consentis par les pays européens (l'échéancier débute en 2023).

    Dans un rapport rendu public aux alentours de la mi-juillet, le Fonds monétaire international (FMI) a suggéré d'étendre cette période à 30 ans.

    Cette proposition ne concerne cependant pas ses propres prêts (21 milliards), ni les créances détenues par les banques centrales européennes (23 milliards), à échéance plus courte et que les statuts de ces institutions n'autorisent pas à restructurer.

    REECHELONNEMENT DES ECHEANCES

    C'est une conséquence automatique si la "période de grâce" est allongée: la date à laquelle la dette devra être totalement remboursée devra elle aussi être repoussée, pour éviter que les paiements ne soient concentrés sur une période trop courte, et donc trop élevés.

    Deux possibilités s'offrent alors aux créanciers: décaler l'échéancier parallèlement à la nouvelle période de grâce, en le gardant à l'identique; ou bien étendre la maturité de la dette - durée pendant laquelle elle devra être remboursée - pour permettre à Athènes, par exemple, de payer sur quarante ans ce qu'elle devait payer sur trente ans.

    La maturité de la dette grecque - de 16 ans en moyenne, soit beaucoup plus que la moyenne de la zone euro - a déjà été "considérablement allongée ces dernières années" mais "peut encore être allongée", souligne Frédérik Ducrozet. 

    Une solution qui a l'avantage de réduire le fardeau de la dette sans toucher à sa valeur nominale, qui impliquerait pour les créanciers de renoncer à une partie de l'argent prêté à Athènes. 

     

    "Le ratio dette/PIB ne variera pas. Ce sera le même chiffre, mais il sera plus supportable".
    Dominique Barbet
    BNP Paribas

  • #BCE : taille du bilan vs objectif #QE $EURUSD ---> pic.twitter.com/SjY0lecTKP— Alexandre Baradez (@ABaradez) July 20, 2015

  • "Si les choses restent calmes sur les fronts de la Grèce et de la Chine, cela sera bon pour le marché de se concentrer sur les résultats, qui devraient de toute façon être son principal moteur".
    Randy Frederick
    Charles Schwab

  • Début de séance positif à Wall Street

    • Dow Jones: +0,14%
    • S&P 500: +0,10%
    • Nasdaq Composite: +0,21%
  • Dassault Systèmes dopé par JP Morgan. Le broker anticipe une croissance du chiffre d'affaires plus forte que prévu de l'éditeur de logiciels au deuxième trimestre, soutenue par les secteurs de l'automobile et de
    l'aérospatiale

  • BULLARD: ASSET PRICES NOT IN BUBBLE TERRITORY BUT IT'S A RISK. A risk Bullard will mention QE4 again?— zerohedge (@zerohedge) 20 Juillet 2015

  • 9 milliards USD
    Les hélicoptères Sikorsky vendus 9 milliards de dollars au groupe de défense Lockheed Martin.

  • Air France-KLM, valeur la plus "shortée" avant ses résultats

    L'action Air France-KLM est la valeur affichant le niveau de ventes à découvert le plus élevé parmi les sociétés européennes publiant leurs résultats cette semaine, montrent les chiffres compilés par la société de services d'informations financières Markit.

    Les ventes à découvert, ou "shorts", correspondent aux titres qu'un investisseur ne détient pas encore mais qu'il emprunte en anticipant la baisse de la valeur.

    Selon Markit, le niveau de titres Air France-KLM empruntés par les investisseurs atteint 12,4% du nombre total d'actions en circulation, contre une moyenne de 2% pour le Stoxx 600.

     

    ©ANP

  • Les marchés grecs (action/obligat°)seront fermés jusqu'au 22 juillet (selon un officiel grec via BBG)— Alexandre Baradez (@ABaradez) 20 Juillet 2015

  • Morgan Stanley s'envole en préouverture

    La banque d'affaires américaine Morgan Stanley confirme sa renaissance, en dégageant un bénéfice et un chiffre d'affaires trimestriels meilleurs que prévu en surfant sur la vague des fusions-acquisitions et la bonne santé de ses activités de marchés.

    Le titre s'envole de près de 4% dans les échanges électroniques de pré-séance à Wall Street.

  • "La Fed a accablé les cours de l'or"

    Le prix du métal jaune a dégringolé brusquement lundi dans les échanges asiatiques, tombant vers 01H30 GMT à 1.072,35 dollars l'once, son plus bas niveau depuis le 11 février 2010. Le métal précieux a ainsi dépassé le seuil psychologique des 1.100 dollars l'once pour la première fois depuis plus de cinq ans.

    Les cours de l'or s'étaient déjà retrouvés sous pression vendredi, perdant 1% de leur valeur, après la publication des niveaux des réserves officielles d'or de la Banque centrale de Chine (PBOC) pour la première fois depuis 2009 le même jour.

    La nouvelle avait alors choqué le marché car les volumes étaient moins importants qu'escompté par les investisseurs. Les réserves d'or de la banque centrale ont augmenté de 57% depuis juin 20098, atteignant 1,658 tonnes.

    "La baisse si abrupte de l'or est une surprise. Et même si le fait que les réserves chinoises sont moitié moins élevées qu'attendu a peut-être entraîné une pression vendeuse supplémentaire, ce sont les commentaires répétés de la Réserve fédérale américaine (Fed) sur son engagement à remonter les taux d'intérêt cette année qui ont accablé les cours de l'or."
    Jameel Ahmad
    Analyste chez FXTM

  • "La crise de la dette grecque cède progressivement le devant de la scène à la microéconomie et aux résultats d'entreprises qui s'annoncent nombreux cette semaine des deux côtés de l'Atlantique."
    Franklin Pichard
    Directeur de Barclays Bourse

  • Les indices progressent, dans un marché creux

    Le point à la mi-journée. Les indices européens évoluent sur une note positive, au cours d'une séance dénuée de rendez-vous majeur. Les investisseurs surveillent le dossier grec.

     

    "Nous assistons à la poursuite de la normalisation des marchés actions européens qui reviennent à la situation qui prévalait avant l'épisode grec."
    Franklin Pichard
    Directeur de Barclays Bourse

  • Live chat

    Live Blog En direct des marchés (20 juillet)
     
  • Le prix de l'or à son niveau le plus bas en cinq ans

    Le prix de l'once d'or (31 grammes) a baissé lundi, à 1.086 dollars (1.002 euros), soit son niveau le plus bas depuis 2010. Le prix de l'or était à ce moment-là de 4% (ou 40 dollars) moins élevé que vendredi soir.

    Le cours de l'or est étroitement lié à celui du billet vert, qui est particulièrement fort pour le moment. Cela rend l'or plus cher pour les investisseurs en dehors de la zone dollar, notamment en Europe. La demande en or tend dès lors à baisser, ce qui fait chuter son prix.

  • La Grèce démarre son paiement à la BCE et au FMI

    Les opérations en vue de payer lundi environ deux milliards d'euros d'arriérés au FMI et 4,2 milliards d'euros dus à la BCE ont commencé.

    La Grèce, privée de capitaux frais depuis le mois d'août 2014 par ses créanciers, n'avait pas été en mesure le 30 juin de payer une échéance de 1,56 milliards d'euros au FMI, ni une autre de 457 millions d'euros le 13 juillet, ce qui va donc être fait. Elle devait aussi payer environ 3,5 milliards d'euros à la BCE lundi même, et environ 700 millions d'euros d'intérêts. Le tout a été rendu possible par le déblocage de 7 milliards d'euros à la Grèce, annoncé vendredi dans la foulée de l'accord signé lundi dernier avec les créanciers.

  • Shanghai et Shenzhen clôturent en hausse

    La Bourse de Shanghai a clôturé lundi en hausse de 0,88%, toujours soutenue par les récentes mesures gouvernementales destinées à enrayer un mois de débâcle des marchés financiers chinois, Shenzhen progressant de son côté de 1,82%.

    Les mesures prises par Pékin pour stopper la chute de la Bourse ont continué à guider le marché, selon les investisseurs.

  • Reprise partielle de cotation des futures sur Eurex

    La cotation des futures sur l'EuroStoxx 50 et le Bund allemand reprennent après des problèmes techniques qui ont perturbé l'ouverture..

  • La saison des résultats à #Bruxelles commence cette semaine http://t.co/KRVE4kNQvW #Bel20 pic.twitter.com/r8PYFpIYSA— L'Echo (@lecho) 20 Juillet 2015

  • "Le FTSE, comme ses homologues européens, connaît un début de matinée calme, avec des gains très modérés."
    Connor Campbell
    Analyste chez Spreadex

  • CF Industries discute fusion avec OCI

    Le spécialiste néerlandais des engrais OCI signe la meilleure progression de l'indice DJ Stoxx 600 ce matin. Et de loin.Le titre réagit à des informations du Wall Street Journal, selon lesquelles le fabricant d'engrais américain CF Industries Holdings poursuit des discussions de fusion à un stade avancé avec la société chimique. L'opération pourrait se faire dès ce mois-ci.


    L'action CF Industries , dont la capitalisation est d'une quinzaine de milliards de dollars, a gagné 9,85% à Wall Street vendredi.

  • KBC Securities relève son objectif de cours sur Picanol à 57 euros contre 49 euros avant. L'avis reste à "accumuler".

  • La Banque Degroof réduit son conseil sur Retail Estates à accumuler contre acheter avant. L'objectif de cours passe à 80 euros contre 84 euros avant. Sur Intervest Offices & Warehouses , l'avis est désormais d'accumuler contre acheter avant. Le target price reste à 24 euros.

  • Spie grimpe, plusieurs brokers entame le suivi

    L'action Spie progresse. Plusieurs brokers ont entamé la couverture du titre: JPMorgan conseille de "surpondérer" la valeur (avec un objectif de cours de 21,30 euros), HSBC et UBS recommandent d'"acheter" le titre (avec des objectifs de respectivement 20 et 22,50 euros) tandis que Barclays recommande la valeur avec une opinion à "pondération en ligne" en visant 20,50 euros.

  • Les indices européens ouvrent en légère hausse

    • Amsterdam: +0,41%
    • Bruxelles: +0,18%
    • Francfort: +0,11%
    • Londres: +0,16%
    • Paris: +0,29%
    • Milan: +0,40%
    • Madrid: +0,49%
  • Les prix à la production ont reculé en Allemagne

    Les prix à la production ont reculé de 0,1% en juin en Allemagne, après avoir été inchangés en mai, selon les données publiées par l'Office fédéral de la statistique. Sur un an, ils ont diminué de 1,4% le mois dernier après avoir enregistré une baisse de 1,3% le mois précédent.

    Les économistes interrogés par Reuters tablaient en moyenne sur une stagnation sur un mois et un recul de 1,3% sur un an.

  • La Danske Bank a relevé sa participation dans Fagron à 3,11%

  • Ablynx a émis 79.885 nouvelles actions dans le cadre de l'exercice de warrants.

  • Telenet, une action digne d'achat pour Kepler Cheuvreux

    Le broker Kepler Cheuvreux a relevé son avis sur Telenet à acheter.

  • L'euro se stabilise face au dollar

    L'euro se stabilise face au dollar, toujours soutenu par la perspective d'un relèvement des taux de la banque centrale américaine (Fed) d'ici la fin de l'année, tandis qu'en Grèce les banques ont rouvert. Vers 8h30, la monnaie unique européenne vaut 1,0832 dollar, au plus bas depuis fin mai, contre 1,0830 dollar vendredi soir.

  • Jefferies à l'achat sur Publicis, Havas et WPP

    Jefferies entame le suivi de Publicis Groupe et de Havas avec une recommandation "achat" et des objectifs de cours respectifs de 82 et 8 euros. L'intermédiaire est également à l'achat sur WPP en visant 1.780 pence.

  • Agenda des "chiffres" majeurs de la semaine pic.twitter.com/rteUDqJV6T— Vincent Ganne (@VincentGanne) 20 Juillet 2015

  • Bonnes nouvelles de Chine

    De bonnes nouvelles de Chine, avec une hausse des prix immobiliers pour le deuxième mois d'affilée en juin, suggèrent que les mesures prises par Pékin pour soutenir le secteur ont commencé à porter leurs fruits. Les Bourses chinoises se maintiennent autour de leurs niveaux de vendredi, après leur récent krach.

  • Vers une ouverture en légère hausse en Europe

    Les Bourses européennes sont attendues en légère hausse lundi à l'ouverture, prolongeant leurs gains des deux dernières semaines.

    La chancelière allemande Angela Merkel a jugé possible, dimanche, de discuter d'un changement des maturités de la dette grecque ou d'une réduction des intérêts versés par Athènes une fois achevé avec succès le premier examen du nouveau projet de renflouement de la Grèce.

    D'après les premières indications disponibles, l'indice CAC 40 parisien pourrait gagner autour de 0,1% à l'ouverture, après des gains de 4,51% la semaine dernière et de 1,97% la semaine précédente, et le Dax à Francfort prendrait 0,2%, tout comme le FTSE à Londres. La Bourse d'Athènes reste fermée de son côte.

  • 30.000 emplois
    Barclays prévoit de supprimer plus de 30.000 postes dans les deux ans après s'être séparé ce mois-ci de son directeur général Antony Jenkins, croit savoir le journal The Times.

  • +60%
    Fin juin, l'Etat chinois possédait 1.658 tonnes d'or, a annoncé la banque centrale (PBOC), à comparer avec les 1.054 tonnes détenues en avril 2009, soit une augmentation de 57%.

  • La Bourse d'Athènes reste fermée, les banques grecques réouvrent

    La Bourse d'Athènes restera close lundi, ce qui prolonge une situation qui perdure depuis le 29 juin décidée dans la foulée de la fermeture des établissements bancaires et de la mise en places de mesures de contrôles des capitaux.

    Le gouvernement grec a décrété samedi la réouverture des banques ce lundi, modifié le seuil des retraits d'argent liquide, qui passe de 60 euros par jour à 420 euros par semaine, tout en maintenant certaines mesures de contrôles des capitaux.

    "Ce décret ne nous autorise pas à rouvrir", a déclaré Alexandra Grispou à Reuters. Elle n'exclut pas une réouverture des marchés d'actions dans la semaine.

  • Good morning!

    Bonjour à toutes et tous et bienvenue sur le "market live" de L'Echo qui vous permet de suivre minute par minute les grands moments de cette séance de Bourse.

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés