1. Les marchés
  2. Live blog
live

Fin de semaine au ralenti sur les bourses

Les marchés européens ont clôturé non loin de leur point d'équilibre ce vendredi, les investisseurs optant pour la prudence après le large rebond entamé depuis le début du mois. À Bruxelles, les résultats de Cofinimmo ont été bien accueillis.
  • Fin du Market Live

    Le Market Live se clôture ici pour aujourd'hui. Rendez-vous lundi à partir de 07h30 pour une nouvelle édition.

    Au programme: Wall Street sera fermée. Côté entreprises, on attend les résultats annuels de Faurecia, Icade, Bridgestone et BHP Billiton.

    Bon week-end!

  • Résumé de la séance

    Les principaux indices actions en Europe ont clôturé autour de leur point d'équilibre ce vendredi. Il y a certes "une approche peut-être un peu plus prudente" sur les marchés en raison de l'épidémie de Covid-19 "mais malgré tout, ceux-ci résistent bien à toutes les mauvaises nouvelles", a souligné auprès de l'AFP Andrea Tuéni, un analyste de Saxo Banque. "Il y a beaucoup de sérénité et de distance dans les marchés qui n'ont jamais cédé à la panique" ni connu "de mouvements violents à la baisse" depuis le début de la crise.

    Le Dax allemand a reculé de 0,01%, le Cac 40 de 0,39% et le Footsie britannique de 0,58%. L'indice paneuropéen Stoxx 600 a de son côté lâché 0,13%, tiraillé entre le secteur des "utilities" (+1,42%) et ses valeurs bancaires (-0,70%).

    À la Bourse de Bruxelles, le Bel 20 a péniblement tenté repartir à la hausse ce vendredi avant de clôturer sur une progression de 0,06% à 4.185,44 points. 

    À sa tête, Cofinimmo a bondi de 3,61% à 155 euros. La société immobilière a fait jeudi soir d'un résultat net des activités clés de 166 millions d'euros (6,81 euros par action) en 2019 contre 145 millions (6,55 euros) pour l'exercice précédent. Ce qui représente une hausse de 15%. "Ces chiffres sont conformes à nos attentes. Cofinimmo a grandi significativement et les premières mesures ont désormais été prises en Espagne pour soutenir le potentiel de croissance", soulignent les analystes de KBC Securities. Pour 2020, la SIR table sur un résultat net de 183 millions d'euros et un dividende de 5,80 euros.

  • Retail Estates confirme son dividende à 4,40 euros

    La société immobilière Retail Estates   a publié ce vendredi soir ses résultats pour le troisième trimestre de son exercice décalé 2019-2020. Le résultat EPRA a augmenté de 16,45% à 51,64 millions d'euros, soit 4,21 euros par action. 

    La SIR a par ailleurs confirmé sa prévision de verser un dividende de 4,40 euros brut pour l'ensemble de l'exercice, ce qui représente une hausse de 3,53% par rapport à l'exercice précédent. Lien vers le communiqué

  • Clôture des marchés européens

    BEL 20 +0,06%

    AEX +0,01%

    CAC 40 -0,39%

  • USA: le moral des ménages au plus haut depuis mai

    Le moral des ménages américains s'est amélioré en février, montrent les résultats préliminaires de l'enquête mensuelle de l'Université du Michigan. Son indice de confiance a progressé à 100,9 contre 99,8 en janvier et 99,5 attendu en moyenne par les économistes et analystes interrogés par Reuters. Il s'agit du chiffre le plus élevé enregistré depuis mai dernier.

    • La composante du jugement des consommateurs sur leur situation actuelle a légèrement diminué à 113,8 après 114,4 le mois précédent.  
    • Celle des perspectives a en revanche avancé, à 92,6 contre 90,5 en janvier.
  • Procès "dieselgate": Volkswagen propose de payer 830 millions d'euros

    Rebondissement dans le plus grand procès allemand autour du scandale des moteurs diesels truqués: Volkswagen   a proposé de payer 830 millions d'euros à ses clients en Allemagne, même si les négociations avec l'association regroupant les requérants ont pour l'heure échoué.

    Le scandale remonte à septembre 2015, quand le géant automobile allemand a avoué avoir équipé 11 millions de véhicules de logiciels truqueurs, et il hante depuis l'industrie automobile allemande. L'essentiel des frais juridiques, amendes et dédommagements a été déboursé par Volkswagen aux Etats-Unis, notamment pour indemniser les clients pour la reprise de leurs véhicules. En Allemagne, le constructeur n'a payé pour l'heure que trois amendes d'un total de 2,3 milliards d'euros et conteste avoir causé des dommages aux automobilistes.

  • USA: la production industrielle baisse encore en janvier

    La production industrielle aux Etats-Unis a de nouveau baissé en janvier (-0,3%) marqué par l'arrêt de la production du Boeing 737 MAX , avion vedette de l'avionneur américain, selon des données publiées par la Réserve fédérale (Fed). En outre, la météo du mois de janvier a été particulièrement clémente ce qui a eu pour effet de faire baisser de 4% la production dans le secteur des services publics (chauffage notamment).

    Cette baisse est conforme aux attentes des analystes.

  • | OPENING BELL |

    Wall Street ouvre en hausse: Dow Jones +0,02%, Nasdaq +0,17%

  • Stabilité en vue à Wall Street

    Walll Street est attendue stable à l'ouverture tandis que la plupart des Bourses européennes pointent en ordre dispersé, les investisseurs prenant le temps de digérer les dernières nouvelles sur le coronavirus et un flot de résultats.

    Paris est en baisse de 0,18% et Amsterdam de 0,07% tandis que Bruxelles et Francfort gagnent respectivement 0,09% et 0,17%. L'EuroStoxx 50 de la zone euro cède 0,10% et le Stoxx 600 0,03%.

    Les autorités sanitaires chinoises ont fait état vendredi de plus de 5.000 cas de contamination supplémentaires liés au coronavirus en Chine continentale, quelques heures après que Washington a critiqué la réaction de Pékin face à l'épidémie et dénoncé un manque de transparence.

    Les conséquences économiques n'en finissent pas de se faire sentir, comme en témoignent les estimations de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) qui prévoit une perte de chiffre d'affaires de quatre à cinq milliards de dollars pour le secteur aérien au premier trimestre.

  • Les ventes au détail US conformes aux attentes

    Les ventes au détail aux Etats-Unis ont progressé de 0,3% au mois de janvier par rapport au mois de décembre, comme attendu par les analystes, selon les chiffres du département du Commerce publiés vendredi.

    Les ventes se sont établies sur le mois à 529,8 milliards de dollars, a précisé le ministère qui a révisé en baisse les données pour décembre (+0,2% au lieu de +0,3%). Si l'on exclut les ventes de voitures et pièces détachées, les ventes au détail sont également en hausse de 0,3%, là encore conformément aux attentes des analystes.

  • AvH investit davantage dans la recherche sur le cancer

    Via Sofinimim, Ackermans & van Haaren a à nouveau injecté de l'argent dans la société wallonne OncoDNA, à l'occasion d'un second tour de table qui a permis à la société de lever 19 millions d'euros. AvH maintient ainsi sa position de principal actionnaire.

  • Politique monétaire accomodante = plus de bébés

    La Banque d'Angleterre publie aujourd'hui une enquête étonnante qui tombe à point nommé en ce jour de Saint-Valentin. Elle montre que le nombre de naissances augmente lorsque la banque centrale baisse les taux d'intérêt.

    Bien qu'il soit de nos jours à la mode de se plaindre de la politique de baisse des taux d'intérêt des banques centrales, une baisse des taux signifie également que les intérêts des crédits hypothécaires diminuent. Et cela fait économiser beaucoup d'argent aux familles. La forte baisse des taux d'intérêt depuis 2008, selon l'enquête, a procuré un bénéfice de 1.000 livres sterling par trimestre aux familles britanniques bénéficiant d'une hypothèque à taux variable.

    Les chercheurs montrent que ces familles ont profité de cette augmentation du cash disponible en ayant plus d'enfants.

    Les scientifiques estiment que la généreuse politique monétaire de la banque centrale britannique a augmenté le taux de natalité au Royaume-Uni de 7,5%. En conséquence, 50.000 bébés supplémentaire seraients nés.

     

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    Les principales valeurs à suivre vendredi à Wall Street où les contrats à terme sur les principaux indices préfigurent une ouverture en légère hausse:

    > Nvidia - Le groupe de semi-conducteurs a présenté jeudi soir des prévisions supérieures aux attentes pour le trimestre en cours tout en évoquant un impact de 100 millions de dollars de l'épidémie de coronavirus. Le titre gagnait près de 7% dans les transactions hors séance après la clôture.

    > Mattel - Le géant du jouet a publié jeudi soir des résultats supérieurs au consensus, soutenus par la réduction de ses coûts. Le titre prenait près de 5% dans les transactions hors séance.

    > Roku - Le fabricant de boîtiers de streaming vidéo a dépassé les attentes du marché sur les trois derniers mois de 2019 et sa prévision de chiffre d'affaires pour le trimestre en cours est supérieure au consensus. Le titre gagne 8% dans les échanges en avant-Bourse.

    > Facebook - Le premier réseau social mondial est prêt à payer plus d'impôts dans différents pays en cas de réforme de la fiscalité transfrontalière, a déclaré son PDG, Mark Zuckerberg, selon des extraits publiés d'un discours qu'il doit prononcer samedi en Allemagne.

  • UPDATE | Le point sur la tendance boursière

    1. Les grandes indices européens dérivent sans tendance claire
    2. Le bilan du coronavirus en Chine ralentit de nouveau
    3. L'économie allemande se rapproche de la récession
    4. La croissance économique de la zone euro marque le pas
    5. Les résultats (Renault, EDF, Tarkett...) animent la cote
    6. Barco, Fagron et Befimmo dans les recommandations du jour
    7. Wall Street devrait ouvrir en lgère hausse (+0,07% pour le Dow Jones, +0,15% pour le S&P et +0,25% pour le Nasdaq)

  • Berenberg relève son objectif de cours sur Barco

    Berenberg relève son objectif de cours sur Barco de 245 à 275 euros et confirme sa recommandation d'achat. Les prévisions sont en ligne malgré l'impact du coronavirus, indiquent les analystes Trion Reid et Anna Patrice.

  • La croissance de la zone euro ralentit

    La croissance économique dans la zone euro a sans surprise ralenti au quatrième trimestre 2019 en raison d'une contraction en France et en Italie et d'une stagnation en Allemagne, montrent les chiffres du produit intérieur brut (PIB) publiés vendredi.

    Le PIB des 19 pays ayant adopté la monnaie unique a progressé de 0,1% sur les trois derniers mois de l'année et de 0,9% en rythme annuel, a annoncé Eurostat.

    La croissance par rapport au troisième trimestre est conforme au consensus Reuters mais les économistes interrogés par Reuters prévoyaient un chiffre de 1,0% sur un an, conformément à l'estimation rapide donnée fin janvier.

  • Renault repart à la hausse

    Après une ouverture en baisse, Renault s'est nettement repris en milieu de matinée. L'action gagne 3% à 35,95 euros.

    Le constructeur automobile a annoncé avant l'ouverture une perte nette annuelle de 141 millions d'euros, la première depuis dix ans, une réduction du dividende et la perspective d'une dégradation de la marge cette année.

    La directrice générale par intérim de Renault, Clotilde Delbos, n'a par ailleurs pas exclu que le constructeur automobile ferme des usines. "Nous n'avons aucun tabou et nous n'excluons rien", a déclaré Mme Delbos, interrogée sur la possibilité que des usines en France ou dans le monde puissent être fermées dans le cadre d'un programme d'économie de deux milliards d'euros sur trois ans.

    La situation décrite par Clotilde Delbos est toutefois moins compliquée qu'anticipé par le marché avec notamment la perspective d'un flux de trésorerie toujours positif en 2020.

  • Degroof Petercam relève son objectif de cours sur Befimmo

    L'analyste Amal Aboulkhouatem de Degroof Petercam relève son objectif de cours sur Befimmo de 55 euros à 58 et maintient sa recommandation de "conserver".

    "L'action Befimmo ne semble pas chère et la valorisation reflète les attentes incertaines", explique l'analyste.

  • L'euro en difficulté, le coronavirus dope le dollar

    L'annonce de la stagnation de l'économie allemande ne fait qu'ajouter aux difficultés de l'euro, qui se traite autour de 1,0835 dollar après être tombé à 1,0828, son plus bas niveau depuis avril 2017.

    "Globalement, la confiance dans les perspectives économiques de la zone euro reste faible, notamment avec les craintes que l'épidémie de coronavirus puisse endommager encore plus le secteur exportateur allemand et affaiblir la région", soulignent les analystes du courtier Sucden.

    La crise du coronavirus inquiète la finance mondiale et le traditionnel "fligh-to-quality" fait monter le dollar, constate Sylviane Delcuve, Senior economist chez BNP Paribas Fortis. "Depuis le début de la crise, mi-janvier, la devise a gagné plus de 2% par rapport à de nombreuses devises, dont l’euro. Cette hausse du dollar tombe à un mauvais moment pour l’économie américaine, dont l’industrie montre des signes de faiblesse depuis quelques temps."

     

  • Le point sur la tendance boursière

    Les bourses européennes évoluent en ordre dispersé et proches de leur point d'équilibre, les investisseurs semblant hésiter à prendre des positions tranchées entre des résultats de sociétés diversement appréciés et un nouveau bilan de l'épidémie de coronavirus en Chine difficile à interpréter.

    Paris cède 0,22% et Amsterdam 0,10% tandis que Francfort est stable et Bruxelles gagne 0,13%.

    L'indice EuroStoxx 50 est en baisse de 0,15% et le Stoxx 600 est inchangé (à 431,12 points). Ce dernier a toutefois inscrit, dans les premiers échanges, un record à 431,51 points et se dirige vers une progression de près de 1,7% sur l'ensemble de la semaine après +3,32% la semaine dernière.

    Les investisseurs ont réagi aux chiffres du PIB allemand qui témoignent d'une stagnation de l'économie allemande au quatrième trimestre de l'an dernier, en raison des tensions commerciales.

    Les chiffres du PIB de la zone euro sont attendus à 11h.

  • "Le profil de risque de Befimmo se réduit de manière significative"

    Befimmo a publié des résultats 2019 légèrement au dessus de nos attentes, constate Wido Jongman et Joachim Vansanten de KBC Securities. "Actuellement, 76% des espaces de bureaux en construction sont pré-loués, ce qui réduit significativement le profil de risque. Le niveau d'endettement offre assez de possibilités pour financer les rénovations actuelles. Nous maintenons notre conseil de 'réduire' mais nous sommes en train de réviser la valorisation compte tenu d'un profil de risque plus faible".

    Le prix cible est actuellement de 47 euros. Befimmo perd 0,71% à 55,70 euros.

  • KBCS Securities plus prudent sur Fagron

    Pris ensemble, les résultats de Fagron sont mitigés, indiquent les analystes de Lenny Van Steenhuyse et Sandra Cauwenberghs de KBC Securities. "En Europe, le chiffre d'affaires et les marges sont sous pression à l'opposé de l'Amérique latine, tandis qu'aux Etats-Unis le léger ralentissement de la croissance du chiffre d'affaires est compensé par une amélioration des marges. Compte tenu de la valorisation actuelle de l'action et du manque de visibilité sur les éléments qui pourraient améliorer les fondamentaux de l'entreprise, la prudence est de mise". Le rating passe d'acheter à conserver mais l'objectif de cours est relevé de 18 à 19,5 euros.

  • Renault, EDF et Tarkett animent le début de séance à Paris

    * EDF bondit de 7,4% après avoir publié des résultats en forte hausse au titre de 2019, portés par des conditions de prix favorables en France et au Royaume-Uni ainsi que par les énergies renouvelables. L'entreprise productrice d'électricité a aussi dit que ses performances opérationnelles devraient de nouveau progresser cette année.

    * Renault a fait état vendredi d'une forte dégradation de ses résultats annuels, tombés dans le rouge pour la première fois en dix ans sous l'effet conjoint des difficultés de Nissan et de la détérioration de ses propres ventes sur plusieurs marchés clés. A la Bourse de Tokyo, l'action Nissan a chuté de 9,64%. Renault chute de 4%.

    * Tarkett a publié jeudi un résultat d'exploitation (Ebit) annuel en baisse de 9,4% malgré une croissance de 5,5% de son chiffre d'affaires et expliqué que sa priorité pour 2020 allait à la relance de sa croissance en Amérique du Nord. Le titre de la société spécialisée dans les revêtements de sols et surfaces de sports s'envole de 12% dans les premiers échanges à Paris.

  • |Opening bell|

    Amsterdam: +0,07%
    Bruxelles: +0,11%
    Paris: +0,04%
    Francfort: n.c.

    Stoxx 600: +0,07%
    Euro Stoxx 50: +0,02%

    IBA: -5%
    Celyad: -3%
    Befimmo: -0,5%
    Cofinimmo: +0,8%

    Renault: -3%
    EDF: +7%
    Tarkett:9,25%

  • Le coronavirus retarde le remboursement d'une garantie en faveur d'Exmar

    Du fait du coronavirus, le remboursement d'une garantie de 40 millions d'euros par l'assureur-crédit chinois Sinosure au transporteur de gaz d'Anvers Exmar a pris du retard.

    Exmar était arrivé avec une bonne nouvelle fin janvier. L'assureur crédit chinois Sinosure avait alors donné son feu vert pour débloquer un dépôt d'environ 40 millions de dollars correspondant à une partie d'une caution de près de 60 millions de dollars versée il y a quelques années, dans le cadre d'un prêt de 200 millions d'euros à la Banque de Chine pour la construction du FLNG des Caraïbes. Cette plate-forme flottante, maintenant connue sous le nom de Tango, convertit désormais le gaz en GNL en mer.

    Mais Exmar doit attendre encore un peu pour que l'argent soit remboursé. "L'épidémie du coronavirus en Chine entraîne des retards dans le règlement de toutes les conditions de libération de la garantie", a déclaré Exmar dans un communiqué de presse jeudi soir. "Ces conditions concernent principalement des problèmes administratifs qui ne peuvent être résolus avant la réouverture officielle de l'administration en Chine, qui a été fermée depuis l'apparition du virus."

  • Briefing d'avant bourse

    Les principales bourses européennes sont attendues en hausse prudente à l'ouverture dans un contexte toujours dominé par l'épidémie de coronavirus en Chine et ses effets secondaires sur l'économie mondiale et les résultats financiers des entreprises.

    Le CAC 40 pourrait gagner 0,1%, le Dax à Francfort un peu plus de 0,2% et le FTSE à Londres 0,15%.

    À l'exception du FTSE, les grands indices européens affichent, pour l'instant, une performance positive sur la semaine, grâce, principalement, aux espoirs de voir la Chine juguler prochainement la propagation du coronavirus Covid-19 tout en prenant de nouvelles mesures de soutien à son économie.

    L'évolution du bilan reste, pour l'instant, l'un des principaux déterminants de la tendance boursière, mais les investisseurs surveillent aussi celle des grands indicateurs économiques.

    La tendance en Europe pourrait donc être influencée par les tout premiers chiffres de la croissance au quatrième trimestre 2019 en Allemagne (voir post de 8h12), puis par ceux de l'ensemble de la zone euro à 11h.

    Suivront les chiffres mensuels des ventes au détail et de la production industrielle aux États-Unis.

  • Résultats en hausse pour Zenitel

    Le groupe de communication Zenitel a vu ses revenus grimper de 23% en 2019 à 76,3 millions d’euros.

    L’Ebitda atteint 6,5 millions d’euros, soit 2,3 millions de mieux qu’en 2018.

    Au final, le bénéfice net s’établit à 3 millions d'euros contre 2,7 millions avant. Le bénéfice par action atteint 91 centimes pour 80 centimes un an auparavant.

    Le groupe ne mentionne pas le paiement d'un éventuel dividende dans son communiqué.

  • Le PIB allemand a stagné au quatrième trimestre 2019

    L'économie allemande a fini l'année 2019 en stagnation. Toujours affecté par l'industrie, son produit intérieur brut (PIB) est resté stable au quatrième trimestre par rapport au trimestre précédant, selon des données publiées ce vendredi par Destatis.

    L'Office fédéral des statistiques a, dans le même temps, révisé à la hausse ses chiffres du troisième trimestre: le PIB a alors progressé de 0,2% au lieu de 0,1% annoncé initialement, toujours en données corrigées des variations saisonnières. La croissance annuelle a, elle, été confirmée à 0,6%.

  • Befimmo confirme son dividende

    Befimmo a publié jeudi ses résultats annuels pour 2019. Ils sont conformes à ses propres perspectives. Le spécialiste de l'immobilier de bureau a vu le bénéfice EPRA s'élever à 83,6 millions d'euros avec 135,2 millions de revenus locatifs. Le bénéfice par action s'élève à 3,29 euros. Befimmo confirme le dividende final proposé de 0,86 euro par action. Cela porte le dividende total de l'exercice à 3,45 euros.

    Benoit De Blieck, le CEO de Befimmo, se félicite du fait que sa société voie enfin le bout du tunnel.

  • Renault sabre dans son dividende

    Le constructeur automobile français Renault est tombé dans le rouge l'an dernier pour la première fois depuis 2009, enregistrant une perte nette de 141 millions d'euros. Ses résultats ont été plombés par la baisse de l'activité, la chute de la contribution du partenaire japonais Nissan et une charge fiscale en France.

    Pour 2020, dans un marché mondial en recul, le groupe au losange anticipe une nouvelle baisse de sa rentabilité opérationnelle, selon un communiqué diffusé ce vendredi. Celle-ci devrait se situer entre 3% et 4% des ventes, après 4,8% en 2019 et 6,3% en 2018.

    Renault annonce également une baisse drastique de son dividende à 1,10 euro, contre 3,55 euros en 2018.

  • Améliorations à tous les étages pour Cofinimmo

    Améliorations à tous les étages pour la société immobilière Cofinimmo qui a publié de solides chiffres pour l'année 2019. Le résultat net de Cofinimmo s'affiche en hausse de 15% sur un an, grâce notamment à ses investissements dans l'immobilier de santé.

    Avec des résultats supérieurs aux prévisions et à l’exercice précédent, la SIR confirme qu'elle proposera de distribuer un dividende brut de 5,60 euros par action pour l’exercice 2019, payable en mai 2020.

    Sauf imprévus de taille, le dividende brut payable en 2021 devrait également être plus élevé et se situer à 5,80 euros.

  • La Bourse de Tokyo continue de faiblir, Nissan en déroute

    Bonjour et bienvenue sur notre Market live du 14 février 2020, jour de Saint-Valentin! Les marchés chinois pointent en ordre dispersé tandis que la Bourse de Tokyo poursuit son mouvement de baisse entamé jeudi, sur fond d'une recrudescence des incertitudes mondiales autour du nouveau coronavirus et d'une nouvelle baisse de l'action Nissan.

    > L'indice Nikkei affiche une baisse de 0,59%.
    > L'indice Topix s'inscrit en repli de 0,60%.
    > Shanghai est à l'équilibre.
    > La Bourse de Hong Kong progresse de 0,34%.

    La Commission nationale chinoise de la santé, qui fait office de ministère, a fait état, ce vendredi, de 121 nouveaux décès dans le pays sur les dernières 24 heures, mais tout en retranchant du bilan national 108 morts préalablement recensés dans la province du Hubei (centre), épicentre de l'épidémie.

    Elle justifie cette révision par des "doublons dans les statistiques", constatés après "vérifications". Le bilan national a, par conséquent, été ramené à 1.380 morts.

    Nissan dégringole de 10%. Le constructeur automobile japonais a encore abaissé jeudi ses prévisions annuelles après une chute marquée de ses ventes durant son troisième trimestre, et a renoncé à payer un dividende à la fin de l'exercice en cours, ce qui était mal accueilli par les investisseurs.

     

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés