1. Les marchés
  2. Live blog
live

Le rallye s'accélère grâce à la baisse des taux en Chine

Les marchés européens ont clôturé en forte hausse, portés par les propos très accomodants de la BCE et la Banque populaire de Chine. Côté valeurs, Solvay et AB InBev ont tiré le Bel20 vers le haut. Barclays souient Mobistar. Nyrstar a repris des couleurs avec le rebond du zinc.
  • Clôture des marchés européens

    DAX +2,88%

    CAC 40 +2,53%

    STOXX Europe 600 +1,99%

    BEL 20 +1,71%

    AEX +1,55%

    FTSE-100 (Londres) +1,06%

  • À l'agenda la semaine prochaine

    La semaine prochaine aura un petit air de déjà vu pour les investisseurs, qui devront digérer une nouvelle salve de résultats d'entreprises tout en se penchant sur les intentions de la Reserve fédérale, après avoir analysé les propos du président de la Banque centrale européenne jeudi.

    Aux Etats-Unis ce sont 167 composants du S&P 500 qui publieront leurs résultats trimestriels. L'Europe ne sera pas en reste avec les publications de 123 sociétés figurant dans l'indice STOXX 600.

    La plupart des secteurs seront représentés parmi les publications de "blue chips" attendues à Wall Street: des laboratoires Pfizer et Merk aux majors pétrolières Chevron et Exxon-Mobil en passant par le géant de l'informatique Apple et des groupes comme Starbucks, Comcast, Colgate-Palmolive et Electronic Arts.

    En Europe, Volkswagen sera particulièrement attendu après le scandale de ses moteurs Diesel, tandis qu'en France, Air France-KLM devrait présenter des résultats en hausse au troisième trimestre dans un climat social agité. PSA, AxaTotalSanofi,Saint-Gobain et BNP Paribas feront également le point sur leur activité.

    L'agenda statistique ne sera pas en reste, avec plusieurs indicateurs de conjoncture en octobre comme les indices PMI de la zone euro et l'indice allemand Ifo du climat des affaires, ainsi que les chiffres du PIB britannique (mardi) et américain (jeudi) au troisième trimestre.

    Les discussions au Congrès américain sur un relèvement du plafond de la dette pourraient par ailleurs revêtir une importance accrue, alors que le gouvernement risque de se trouver à court de liquidités d'ici au 3 novembre, selon le département du Trésor.

    La Fed fait durer le suspense

    Si la BCE ne s'est pas engagée sur une extension de son programme d'assouplissement quantitatif, son président Mario Draghi a laissé la porte ouverte jeudi à de nouvelles mesures de soutien à l'économie. Aux Etats-Unis, c'est à l'inverse le calendrier de resserrement des taux de la Fed qui continue à faire débat.

    "Même après la réunion de la BCE, les banques centrales resteront sur le radar des investisseurs", souligne la banque suisse Helvea Baader, alors que plusieurs discours de membres de la BCE sont attendus la semaine prochaine, en plus des décisions de la Fed et de la Banque du Japon en matière de taux d'intérêt mercredi et vendredi respectivement. 

    "Les spéculations concernant l'évolution des politiques monétaires resteront un sujet macroéconomique clé".
    Helvea Baader

    Depuis la décision de la Fed en septembre de maintenir ses taux directeurs à un niveau historiquement bas, la courbe des taux s'est aplanie et actuellement le marché n'intègre pas un relèvement des taux avant la mi-2016, souligne pour sa part Investec Securities. "Nous estimons que la Fed restera dans l'expectative lors de sa réunion d'octobre, afin de se laisser quelques mois supplémentaires pour évaluer la robustesse de la reprise", conclut le courtier britannique.

  • Taux à deux ans négatifs en Italie et en Espagne

    Les rendements à deux ans de la dette souveraine italienne et espagnole sont passés en territoire négatif, une première au lendemain des indications données par la Banque centrale européenne (BCE) sur de possibles nouvelles mesures d'assouplissement monétaire dès décembre.

    Le rendement à deux ans de la dette souveraine espagnole s'est inscrit à -0,027% et celui de la dette souveraine italienne à -0,005%. Le taux à deux ans allemand a quant à lui atteint un plus bas record de -0,346% .

    La probabilité d'une baisse du taux de dépôt de la BCE de 10 points de base en décembre, qui le ramènerait à -0,30%, est évaluée à 50% par le marché monétaire. Certains investisseurs estiment que la BCE devrait l'abaisser de 20 points de base.

    "La BCE a fondamentalement indiqué qu'elle allait faire quelque chose en décembre. Il n'y a pas de limite basse sur le taux de dépôt actuellement, donc il pourrait facilement y avoir un nouveau resserrement des rendements".
    Vatsala Datta
    responsable de la stratégie taux chez RBC

    Les obligations portugaises affichent par ailleurs des performances supérieures à celle du reste du compartiment vendredi l'ensemble du compartiment des dettes souveraines européennes après la désignation par le président portugais Aníbal Cavaco Silva du Premier ministre sortant, Pedro Passos Coelho, pour former un gouvernement, près de trois semaines après les élections législatives qui ont privé sa coalition de centre droit de majorité absolue.

    Le rendement à dix ans de la dette portugaise est tombé à un plus bas de cinq mois et demi à 2,28% avant de remonter à 2,35%. Ils a ainsi effacé la hausse qui avait suivi le scrutin du 4 octobre. 

  • Rechute des matières premières

    Décrochage des matières premières, impact de la forte hausse du dollar BBG #Commodity Index ---> pic.twitter.com/DfM835FTbm— Alexandre Baradez (@ABaradez) October 23, 2015

  • USA: accélération de la croissance manufacturière en octobre

    L'activité dans le secteur manufacturier a progressé en octobre aux Etats-Unis, montrent les premiers résultats de l'enquête mensuelle Markit auprès des directeurs d'achat.

    En première estimation, l'indice PMI manufacturier s'est établi à 54,0 en octobre, au plus haut depuis mai. Il s'inscrit en hausse par rapport au chiffre de 53,1 enregistré en septembre et dépasse les attentes des économistes interrogés par Reuters, qui prévoyaient en moyenne un recul à 52,8.

    A 55,5 ce mois-ci contre 54,7 en septembre, la composante des nouvelles commandes a atteint son plus haut niveau depuis le mois de mars.

    Le sous-indice de la production manufacturière affiche également un plus haut depuis mars, à 55,4 en octobre contre 54,5 le mois dernier.

     

    Etats-Unis #PMI manufact. (octobre/prélim) ---> 54.0 (cons 52.7 préc 53.1)— Alexandre Baradez (@ABaradez) October 23, 2015

  • | Opening Bell |

    • Dow Jones: +0,67%
    • S&P 500: +0,97%
    • Nasdaq Composite: +1,96%
  • Quelques valeurs à suivre à Wall Street

    • ALPHABET. La holding qui chapeaute désormais Google a ravi les investisseurs jeudi avec des résultats trimestriels meilleurs que prévu et l'annonce d'un premier rachat d'actions. Le titre s'envole dans les  transactions électroniques d'avant-Bourse.
    • MICROSOFT. Le géant des logiciels a publié un chiffre d'affaires en baisse mais meilleur que prévu pour le premier trimestre de son exercice 2016. L'action bondit dans les échanges d'avant-Bourse.
    • AMAZON.COM. Le géant du commerce en ligne a de nouveau réalisé un bénéfice inattendu au troisième trimestre, comme lors des trois mois précédents, grâce à une hausse de ses ventes en Amérique du Nord et à une forte croissance de sa filiale de stockage de données Amazon Web Services. L'action s'offre une belle hausse en avant-Bourse.
    • FACEBOOK. Le titre du réseau social progresse en avant-Bourse dans le sillage d'Alphabet. L'action a repris quelque 38% depuis son plus bas de dix mois de 72 dollars touché fin août.
    • AT&T. L'action de l'opérateur télécoms et de télévision avance de 2,3% en avant-Bourse, au lendemain de la publication d'un bénéfice trimestriel supérieur aux attentes, assortie d'un relèvement de ses prévisions de résultats pour l'ensemble de 2015.
    • WHIRLPOOL a livré vendredi un bénéfice net trimestriel supérieur aux attentes, l'impact positif des réductions de coûts et de capacités ainsi que des acquisitions ayant contrebalancé le ralentissement de la demande en Amérique latine et les effets de change défavorables.
    • PROCTER & GAMBLE a  annoncé tabler sur un retour à la croissance organique sur le trimestre en cours, une perspective qui occulte l'annonce d'un septième trimestre consécutif de repli du chiffre d'affaires, conséquence du recul de la demande et de la vigueur du dollar.
    • AMERICAN AIRLINES GROUP, numéro un mondial du transport aérien, a annoncé vendredi un bond de son bénéfice trimestriel dû pour l'essentiel à la chute du prix du kérosène, dépassant ainsi les attentes des analystes financiers. Dans le sillage de ses résultats trimestriels, l'action de la compagnie américaine progresse de 3,61% dans les échanges électroniques précédant le début de la séance.
  • Vers une ouverture en hausse à Wall Street

    La Bourse de New York se dirige vers une ouverture en hausse, portée par le soutien affiché des banques centrales européenne et chinoise à l'économie et des bons résultats de grands noms du secteur technologique.

  • "Les marchés sont dans l'euphorie des annonces de la Banque centrale européenne auxquelles viennent de s'ajouter une baisse des taux directeurs en Chine. Cette baisse des taux chinois était espérée depuis plusieurs semaines et vient donner un coup de pouce à l'économie réelle en compensant le ralentissement de la croissance" de la deuxième économie mondiale."
    Renaud Murail, un gérant de Barclays Bourse

  • "Mario Draghi est toujours 'magique' pour les marchés! L'effet Draghi emporte tout! Oubliez les résultats des entreprises, pourtant très nombreux hier, ou les indicateurs économiques, ou la hausse du dollar, il a suffi au président de la BCE de quelques mots, d'une promesse d'action en décembre, pour que les indices boursiers observent une forte hausse dans des volumes importants."
    Les brokers d'Aurel BCG

  • La banque centrale chinoise baisse ses taux directeurs

    La Banque populaire de Chine (BPC) a annoncé une baisse de ses principaux taux d'intérêt et une réduction des taux de réserves obligatoires des banques, afin de soutenir la croissance économique, tombée au plus bas depuis 2009 au troisième trimestre.

    Le taux de prêt à un an et le taux de dépôt à un an sont abaissés l'un et l'autre d'un quart de point, respectivement à 4,35% et 1,50%. Cette baisse sera effective dès samedi.

    La banque centrale a également réduit de 50 points de base, à 17,50%, le taux de réserves obligatoires imposé aux principales banques du pays, avec effet le 24 octobre.

    La BPC a par ailleurs annoncé qu'elle allait libéraliser les taux créditeurs pour les banques commerciales et coopératives. 

  • L'Europe accroît ses gains après que Pékin a abaissé ses taux

    Les Bourses européennesaccélèrent leur hausse vendredi en début d'après-midi après quela Chine a décidé d'abaisser ses taux directeurs et le ratio deréserves obligatoires imposé aux banques.

     

    Chine : taux de prêt à 1 an -25bp à 4,35%, taux de dépôt abaissé à 1,50%— Grégoire Favet (@GregoireFavet) October 23, 2015

  • Live chat

    Live Blog En direct des marchés (23 oct)
     
  • Volvo bat le consenus

    Volvo a fait état 'un bénéfice supérieur aux attentes au troisième trimestre, le constructeur tirant les fruits de son plan d'économies. Il a indiqué dit espérer une croissance de ses ventes sur le marché européen l'an prochain.

    La première entreprise suédoise par le chiffre d'affaires, qui est également le premier employeur du secteur privé dans son pays, a publié un bénéfice d'exploitation ajusté à 5,1 milliards de couronnes (544 millions d'euros) après 2,9 milliards un an plus tôt, au-dessus du consensus de 4,6 milliards de couronnes établi par les analystes interrogés par Reuters. Ce solide résultat est notamment lié aux retombées du programme de réduction des coûts de 10 milliards de couronnes par an dans lequel le groupe est engagé.

    Le groupe suédois, confronté à la concurrence féroce des allemands Daimler et Volkswagen, s'attend à ce que le marché européen revienne l'an prochain à un niveau inédit depuis la crise financière, à 275.000 véhicules contre 265.000 cette année.

    Il table en revanche sur une stagnation ou un ralentissement de ses ventes sur ses autres principaux marchés en 2016.

     

    ©Volvo Group

  • 6,75 EUR
    Poste Italiane fera son entrée à la Bourse de Milan mardi au prix de 6,75 euros l'action. Le groupe se voit ainsi valorisé à 8,816 milliards d'euros, soit juste au milieu de la fourchette initialement envisagée (entre 7,837 et 9,796 milliards d'euros, soit entre 6 et 7,5 euros l'action). La date de début de cotation a été fixée au 27 octobre.

  • Ce qu'il faut retenir de la matinée boursière

    Les Bourses européennes sont bien orientées, prolongeant leur hausse de la veille suite à la perspective d'un nouvel assouplissement monétaire de la Banque centrale européenne dès le mois de décembre. Le président de la BCE Mario Draghi a promis jeudi un réexamen de la politique de la BCE à sa prochaine réunion du 3 décembre.

    L'euro tente de se reprendre face au dollar  mais restait affaibli par les propos de Mario Draghi.

    La croissance de l'activité privée a accéléré en octobre dans la zone euro, avec une éclaircie sur le front de l'emploi, a indiqué vendredi le cabinet Markit en publiant une première estimation de l'indice PMI.

    La matinée est animée par ailleurs par la publication d’une série de résultats:

    Au rayon des hausses :

    • Le groupe d'électroménager suédois Electrolux et l'assureur norvégien Gjensidige se distinguent après avoir tous deux publié des résultats supérieurs aux attentes du marché pour le troisième trimestre.

    Kering  bondit après des signes encourageants concernant la relance de Gucci.

    Au rayon des baisses :

    • Ericsson, premier équipementier mondial de réseaux mobiles, recule après des résultats inférieurs aux attentes
    • Manitou chute dans le sillage de son avertissement sur résultats.
    • Le titre du fabricant de terminaux de paiement Ingenico perd du terrain après la publication d'un chiffre d'affaires en hausse, mais marqué par la perte d'un contrat important.
    • A.P. Moller-Maersk boit la tasse, après avoir abaissé sa prévision de résultat pour l'année, évoquant une détérioration plus nette que prévu du marché mondial du transport de conteneurs.

    Enfin, Nyrstar est volatile, évoluant entre hausse et baisse dans des volumes importants de transaction.

  • L'opérateur TalkTalk chute après une cyberattaque

    Le titre de l'opérateur télécoms et fournisseur d'accès à internet TalkTalk chute à la Bourse de Londres, le groupe ayant annoncé avoir été la cible d'une cyberattaque.

    Les données personnelles de plus de quatre millions de ses clients pourraient potentiellement avoir été dérobées au cours de la cyberattaque contre le site internet de TalkTalk, décrite comme "significative et durable" par le groupe.

  • Eiffage perturbé en Bourse après le décès de son PDG

    L'action du groupe de BTP et de concessions Eiffage reculait à la Bourse de Paris, perturbé par le décès brutal de son PDG Pierre Berger.

    Le groupe français de BTP et de concessions Eiffage a annoncé vendredi le décès de son PDG Pierre Berger, âgé de 47 ans, qui avait succédé au fondateur Jean-François Roverato à la tête d'Eiffage en août 2012.

    "Cette mort brutale prend le marché parisien par surprise entraînant une réaction intempestive du titre", a souligné Xavier de Villepion, un vendeur d'actions de HPC. "M. Berger avait bien remis le groupe sur les rails et depuis son arrivée la valeur a quasiment doublé", a-t-il noté.

  • Maersk coule en bourse

    A.P. Moller-Maersk chute en Bourse de Copenhague après avoir abaissé sa prévision de résultat pour l'année de 600 millions de dollars (538 millions d'euros), à environ 3,4 milliards, évoquant une détérioration plus nette que prévu du marché mondial du transport de conteneurs.

    Le titre du conglomérat danois, maison-mère du numéro un mondial du transport de conteneurs Maersk Line, signe la plus forte baisse de l'EuroFirst 300.

    Maersk Line, baromètre du commerce mondial, a été affecté par la faiblesse de la croissance mondiale mais aussi par l'existence d'importantes surcapacités sur son marché.

    Les analystes financiers notent que l'avertissement était largement attendu.

     

    "Maersk Line a été affecté plus sérieusement que prévu par la faible utilisation de ses capacités due à la croissance limitée des volumes sur le marché mondial du transport des conteneurs."
    Jacob Pedersen, analyste chez Sydbank

  • Voici le briefing actions belges du jour

    Briefing actions (23 oct) - Solvay, AB InBev, Umicore, Nyrstar, Mobistar, Celyad, Fagron https://t.co/4p4bgzRKR0 pic.twitter.com/HFELqhTxhc— Stéphane Wuille (@stephanewuille) October 23, 2015

  • L'activité accélère en octobre en zone euro

    La croissance de l'activité privée a accéléré en octobre dans la zone euro, avec une éclaircie sur le front de l'emploi, a indiqué vendredi le cabinet Markit en publiant une première estimation de l'indice PMI.

    Le PMI composite dans l'ensemble de la région s'est établi à 54 contre 53,6 en septembre. Lorsqu'il est supérieur à 50 points, cela signifie que l'activité progresse, tandis qu'elle se replie s'il est inférieur à ce seuil.

  • Le privé progresse encore en Allemagne malgré VW

    Le secteur privé en Allemagne a enregistré en octobre son 30ième mois de croissance, suggérant une solide entame du quatrième trimestre pour la première économie européenne malgré les inquiétudes concernant le scandale Volkswagen et le ralentissement de la croissance chinoise.

    Selon les résultats préliminaires de l'enquête Markit auprès des directeurs d'achat, l'indice PMI composite "flash" s'est établi à 54,5 en octobre, contre 54,1 le mois dernier. Cet indice, qui prend en compte à la fois l'activité manufacturière et celle des services et représente donc plus des deux tiers de l'économie allemande, reste donc bien au-delà du seuil de 50 distinguant croissance et contraction de l'activité.

    Les derniers chiffres des PMI suggèrent que l'économie allemande a progressé de 0,4% au troisième trimestre et devrait afficher une performance comparable au quatrième trimestre, a observé Chris Williamson, économiste de Markit. Il n'a relevé aucun signe perceptible d'un impact de la crise Volkswagen sur le secteur manufacturier, dont les effets "semblent avoir été relativement confinés".

     

    ©EPA

  • "Le terrible mot vigilant a été proféré par le président Draghi. Nous savons tous ce que vigilant signifie. Vigilant veut dire je vais changer la politique (monétaire) et je veux que les marchés attribuent un prix à ce changement de politique pour m'aider à forcer la main de la BCE."
    Paul Donovan,
    Economiste chez la banque suisse UBS



  • Résultats meilleurs que prévu pour Electrolux, l'action monte

    Electrolux monte en Bourse après avoir fait état de résultats du troisième supérieurs aux attentes et prédit une croissance du marché pour ses produits blancs en Amérique du Nord.

    Le groupe d'électroménager suédois, aux prises avec l'américain Whirlpool et le sud-coréen LG Electronics pour la place de numéro un mondial, a réalisé un bénéfice d'exploitation trimestriel de 1,51 milliard de couronnes suédoises (160 millions d'euros), contre 1,39 milliard de couronnes un an plus tôt. Ce chiffre dépasse les anticipations des analystes.

  • -16%
    Le titre du fabricant de batteries de haute technologie Saft plonge de 16% en Bourse, sanctionné par l'annonce d'une révision à la baisse de ses objectifs annuels.

  • Nyrstar s'enfonce, le titre perd plus de 3%

  • | Opening Bell |

    • Amsterdam: +0,79%
    • Bruxelles: +0,62%
    • Francfort: +1,07%
    • Londres: +0,63%
    • Paris: +0,91%
    • Milan: +0,48%
    • Madrid: +0,72%
  • Nyrstar ouvre en hausse de 0,5%

  • Quelques valeurs belges à suivre

    • MOBISTAR -- Barclays relève son conseil sur la valeur à "surpondérer" contre "pondération neutre".
    • NYRSTAR - Citi réduit son avis à "neutre" contre "acheter" avant.
    • SOLVAY - Solvay tient son assemblée générale extraordinaire sur son augmentation de capital relative au financement de l'acquisition de Cytec. KBC Securities a par ailleurs réduit son objectif de cours sur la valeur à 125 euros contre 145 euros avant L'avis reste à "accumuler".
  • L'euro se stabilise mais reste faible

    L'euro parvient à se stabiliser mais reste faible, toujours lesté par le volontarisme exprimé jeudi par le président de la Banque centrale européenne Mario Draghi pour soutenir l'économie, en n'excluant aucune option de politique monétaire.

    Vers 8h30 à Paris, la monnaie unique européenne, qui avait fortement reculé la veille dans le sillage des propos de M. Draghi, regagnait quelques fractions à 1,1119 dollar contre 1,1111 dollar jeudi soir.

    Malgré sa stabilisation liée principalement à des facteurs techniques comme des rachats de couverture, l'euro reste sous pression après les déclarations de Mario Draghi qui n'a exclu aucune option pour assouplir à nouveau la politique monétaire de la BCE, des mesures qui auraient toutes pour effet de rendre moins rémunératrice la monnaie unique européenne, soulignaient les opérateurs.

     

    "Je ne sais pas si on va voir la parité entre l'euro et le dollar, mais il reste que ce que nous avons entendu de Mario Draghi pousse vraiment l'euro à la baisse, au moins à court terme."
    David Song, de chez Daily FX

  • "Les feux passent au vert pour les actions européennes après les propos de la BCE."
    Jasper Lawler, analyste chez CMC Markets

  • "Le discours de Draghi a été aussi souple que possible (...) avec sa promesse de réexaminer le degré d'assouplissement monétaire à la réunion de décembre" de la BCE."
    Angus Nicholson, analyste à IG Ltd

  • "Il suffit que les banques centrales laissent entendre qu'elles vont laisser les vannes ouvertes pour l'argent facile et hop !, le tour est joué."
    Jeff Clark
    Analyste marché chez Stansberry Research

  • Briefing d'avant Bourse

    • Les principales Bourses européennes devrait prolonger la hausse de la veille, déclenchée par la perspective d'un nouvel assouplissement monétaire de la Banque centrale européenne dès sa réunion de décembre.
    • La promesse par Mario Draghi, le président de la BCE, d'un réexamen de la politique de l'institution à sa prochaine réunion monétaire, le 3 décembre, a redonné le goût du risque aux investisseurs européens, américains et japonais.
    • Sur le marché des changes, l'euro se stabilise après avoir accusé jeudi sa plus forte baisse quotidienne face au dollar en neuf mois et touché un point bas de deux mois, affaibli par la BCE.
    • Les bonnes nouvelles sur Alphabet publiés jeudi pourraient soutenir le secteur en Europe. La holding qui se substitue à Google a annoncé le premier rachat d'actions de son histoire et publié des résultats trimestriels meilleurs que prévu.
    • Sur le front des indicateurs, les indices d'activité PMI sont attendus en Europe, en version flash, après celui du Japon. La Chine a annoncé une hausse des prix du logement en septembre pour le cinquième mois consécutif, suggérant un modeste redressement du marché immobilier.
  • Le Nikkei séduit par Draghi

    L'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo a terminé la séance de vendredi sur un gain de 2,11%, porté par les propos du président de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi, et par un net regain du dollar.

    A l'issue des transactions, le Nikkei des 225 valeurs vedettes a progressé de 389,43 points à 18.825,30 points et l'indice élargi Topix de tous les titres du premier marché a pris 1,95% (+29,62 points) à 1.547,84 points.

  • Ceci démarre cette édition du Market Live de Lecho.be. Merci de nous suivre!

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés