1. Les marchés
  2. Live blog
live

Le Bel 20 à la traîne en Europe | Débuts réussis pour Unifiedpost

Les marchés européens ont repris quelques couleurs au lendemain de leur plus forte baisse en trois mois. À la Bourse de Bruxelles, le nouveau venu Unifiedpost a fini en hausse de 19%. Le Bel 20, comme le Cac 40, n'est pas parvenu à suivre les autres indices à la hausse.
  • Clôture en Europe

    Bel 20: -0,42% à 3.220,88 points

    AEX: +0,89% à 540,78 points

    Cac 40: -0,40% à 4.772,84 points

    Dax: +0,41% à 12.594,39 points

    FTSE 100: +0,43% à 5.829,46 points

  • Powell refroidit les marchés US

    L'économie américaine a montré des signes d'amélioration depuis que la pandémie de coronavirus l'a plongée en récession mais le chemin à parcourir reste très incertain et la Réserve fédérale se tient prête à en faire davantage si nécessaire, a déclaré son président.

    Jerome Powell a noté le rebond de l'emploi et des dépenses de consommation depuis le creux touché par la première économie du monde au printemps et au début de l'été mais il s'est montré prudent pour la suite. Une prudence qui a poussé les indices américains dans le rouge à Wall Street après une ouverture en territoire positif. 

    "Une reprise complète ne sera susceptible de se produire que lorsque les gens seront confiants qu'il est sûr de s'engager à nouveau dans une large gamme d'activités. En attendant, nous demeurons engagés à utiliser tous nos instruments pour faire ce que nous pouvons, pour aussi longtemps que nécessaire, pour s'assurer que la reprise sera aussi forte que possible et pour limiter les dégâts durables pour l'économie."
    Jerome Powell
    Président de la Fed

  • Euronext a 20 ans

    Euronext, la principale plateforme boursière en zone euro, célèbre ses 20 ans ce mardi. Plus de 1.450 entreprises sont cotées sur un des marchés gérés par Euronext pour un total de 4.500 milliards d'euros de capitalisation boursière.

    Le groupe est issu de la fusion des Bourses d'Amsterdam, Paris et Bruxelles intervenue le 22 septembre 2000. La Bourse de Lisbonne, en 2002, ou encore celle de Dublin, en 2017, et celle d'Oslo, en 2019, ont rejoint le giron d'Euronext. 

    Les 20 ans d'Euronext

  • BASF change ses plans et licencie

    Le groupe chimique allemand BASF va supprimer jusqu'à 2.000 emplois dans une division nouvellement créée, chargée d'apporter un soutien à ses services commerciaux.  

    Cette division, baptisée Global Business Services, a été créée en début d'année avec pour rôle d'aider les unités commerciales, sur des sujets "allant des processus financiers et logistiques, aux services dans les domaines de la communication, des ressources humaines, de l'environnement, de la santé et de la sécurité".  

    Quelque 8.400 employés y ont été transférés, dont 2.000 verront leur poste supprimé à travers le monde d'ici fin 2022, a précisé dans un communiqué BASF, qui attend des économies de l'ordre de 200 millions d'euros chaque année à partir de 2023.   

  • Le bilan social d'un mariage Veolia-Suez (selon Suez)

    En cas de rapprochement entre Veolia et Suez, environ 10.000 emplois dans le monde seraient menacés, a indiqué mardi le directeur général adjoint de Suez, qui rejette le projet de fusion souhaité par son rival. 

    "Evidemment que ça aboutirait à une casse sociale. On l'a chiffrée à 10.000 personnes dans le monde dont 4 à 5.000 en France."
    Jean-Marc Boursier
    DG adjoint - Suez

  • Ralph Lauren taille dans ses effectifs pour favoriser l'e-commerce

    D'ici la fin 2020, Ralph Lauren va réduire ses effectifs mondiaux pour se concentrer davantage sur les ventes en ligne. L'entreprise américaine n'a pas donné de chiffres sur les suppressions de postes, mais elle s'attend à générer des économies annuelles de l'ordre de 200 millions de dollars. 

    L'action Ralph Lauren prend plus de 2% dans les premiers échanges à Wall Street. 

  • La Bourse de New York attend Powell

    La Bourse de New York tente de repartir en début de séance dans l'attente d'une intervention du président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, qui devrait s'exprimer vers 16h30, heure belge, sur les menaces que fait peser sur l'économie américaine la persistance du risque sanitaire.

    L'indice Dow Jones gagne 0,38% à 27.250,97 points et le S&P 500 progresse de 0,64% à 3.302,02 points après quelques minutes d'échanges. Le Nasdaq Composite prenait 0,84% à 10.869,61 points à l'ouverture grâce au rebond des valeurs technologiques, malmenées lors de la séance précédente.

  • Wall Street | Opening bell

    Dow Jones: +0,32%
    S&P 500: +0,55%
    Nasdaq Composite: +0,50% 

  • La BCE acceptera les obligations "vertes" comme garantie

    Dès le début de l'année prochaine, la Banque centrale européenne acceptera et achètera en garantie les obligations dont la structure des coupons est liée à certains objectifs de performance en matière d'environnement.   

    Les effets concrets sont encore limités pour le moment car très peu d'obligations du genre sont déjà en circulation. Mais, la BCE envoie le signal clair que l'institution veut soutenir la lutte contre le changement climatique sous le mandat de Christine Lagarde. 

  • Les principales valeurs à suivre à Wall Street

    * TESLA perd 3,3% en avant-bourse après que son PDG Elon Musk ait affirmé que la nouvelle stratégie du constructeur en matière de production de batteries ne tournera pas à plein régime avant 2022.

    * INTEL a obtenu l'accord des autorités américaines pour continuer à fournir certains produits, dont des puces et des semi-conducteurs, à Huawei Technologies, a annoncé un porte-parole de la société ce mardi.

    * ORACLE/WALMART - L'accord que le chinois ByteDance a conclu avec Oracle et Walmart pour l'avenir de l'application TikTok aux États-Unis ne devrait vraisemblablement pas obtenir le feu vert du gouvernement à Pékin, a écrit lundi soir la presse officielle chinoise. L'action Oracle perd 1,5% en avant-bourse.

    * TIFFANY - Le groupe LVMH a pris acte, lundi, de la décision de la Cour de justice du Delaware qui s'est prononcée en faveur d'un procès devant commencer en janvier prochain, et non pas en novembre 2020 comme le demandait Tiffany. La justice du Delaware a été saisie par le joaillier américain qui accuse LVMH de vouloir se retirer de son projet de rachat de Tiffany pour 16 milliards de dollars (13,6 milliards d'euros).

    * CARNIVAL, numéro un mondial des croisières, perd 2% en avant-bourse après avoir annoncé la vente de deux de ses navires.

    * LOCKHEED MARTIN - L'action du groupe de défense est en légère hausse dans les échanges en avant-Bourse après les informations de Reuters selon lesquelles les Etats-Unis espèrent parvenir d'ici fin décembre à un accord sur la vente de chasseurs F35 aux Emirats arabes unis.

    * AMAZON - Bernstein a relevé sa recommandation sur la valeur à "surperformance" contre "performance du marché". 

  • Deutsche Bank va fermer 20% de ses agences en Allemagne

    Deutsche Bank  , la première banque allemande, va fermer un cinquième de ses agences bancaires en Allemagne, a déclaré, ce mardi, l'un de ses dirigeants, expliquant cette décision par l'accélération de la numérisation du secteur liée à la pandémie. "Nous voulons réduire aussi vite que possible le nombre d'agences de 500 à environ 400", a déclaré le responsable de la banque de détail du groupe, Philipp Gossow, lors d'une conférence organisée par le quotidien Handelsblatt à Francfort.

    Les plans de la banque doivent encore faire l'objet de discussions avec le comité d'entreprise. Les emplois qui seront perdus dans les agences concernées font partie des 18.000 suppressions d'emplois déjà annoncées par le président du directoire, Christian Sewing, en juillet 2019 dans le cadre de la nouvelle stratégie du groupe.

  • "Les marchés sont revenus à une forme de réalité"

    "Les marchés sont revenus à une forme de réalité. Grâce à des tombereaux d'argent de la part des banques centrales, des mesures massives de soutien des gouvernements, et une hausse incroyable des valeurs technologiques, les investisseurs se sont sentis à l'aise. Peut-être un peu trop à l'aise."
    Milan Cutkovic
    Analyste chez AxiCorp

  • Wall Street attendue sur une note prudente

    Les contrats à terme sur les indices de référence donnent le Dow Jones en baisse de 0,1%, le S&P-500 en hausse de 0,2% et le Nasdaq en progression de 0,6%.

  • Veolia juge "légitime" de débattre du prix proposé à Engie pour Suez

    Veolia   a ouvert la porte à une rediscussion du prix qu'il propose à Engie   pour racheter l'essentiel de la participation de ce dernier dans le capital de Suez  . "Oui, il y a un débat légitime à avoir sur le prix, évidemment, et il y aura une discussion à avoir. Mais ce n’est absolument pas le coeur du projet me semble-t-il, ou alors il faut vendre à l’encan et éventuellement démanteler, ce qu’ils sont en train de faire", a déclaré à Reuters Estelle Brachlianoff, directrice générale adjointe de Veolia en charge des opérations.

    Veolia a proposé, fin août, de racheter l'essentiel de la participation d'Engie dans Suez (29,9% sur un total de 32%) pour 15,50 euros par action, soit un montant de 2,9 milliards d'euros, avant de lancer une offre sur le reste du capital de son concurrent afin de créer un champion français du traitement de l'eau et des déchets.

  • UPDATE | Briefing actions belges

    Unifiedpost stoppée net dans son envol | Avis de brokers sur bpost, KBC, Atenor et Retail Estates (+Briefing)

  • Le pétrole repart de l'avant, les investisseurs concentrés sur la demande

    Les prix du pétrole se reprennent, après un accès de faiblesse lundi, dans un marché "nerveux" et attentif à la demande d'or noir. "Le marché pétrolier devient de plus en plus nerveux", a constaté Barbara Lambrecht, analyste de Commerzbank. En cause, "la recrudescence des cas de Covid-19 en Europe, à même de réduire la demande de pétrole sur le continent" si de nouvelles mesures de confinement étaient mises en place, a estimé Avtar Sandu, de Phillip Futures.

    Pour enrayer la montée d'une possible deuxième vague, près d'un million d'habitants de Madrid et de ses environs sont, par exemple, de nouveau soumis, depuis lundi et pour une durée de deux semaines, à de sévères restrictions dans leurs déplacements. "Les mesures mises en place pour endiguer la pandémie de coronavirus ont un impact direct et important sur la demande de pétrole", a rappelé Mme Lambrecht, et pèsent sur les cours. De plus, "des facteurs baissiers peuvent aussi être identifiés du côté de l'offre, avec la Libye qui prévoit dans les prochains jours de tripler sa production de pétrole", a-t-elle complété.

  • Le traitement d'UCB contre le psoriasis dans sa dernière ligne droite

  • Un gestionnaire d'indices S&P accusé de délit d'initié

    Un gestionnaire d'indices de S&P Global Inc. a été accusé de faire partie d'une opération de délit d'initié qui a rapporté plus de 900.000 dollars. Il effectuait ses transactions sur certaines sociétés avant les annonces publiques selon lesquelles celles-ci seraient ajoutées ou supprimées de l'indice S&P 500.

  • Intel obtient l'accord des autorités US pour continuer à fournir Huawei

    Intel Corp  a obtenu l’accord des autorités américaines pour continuer à fournir certains produits, dont des puces et des semi-conducteurs, à Huawei Technologies, a annoncé un porte-parole de la société.

    Le fabricant sud-coréen de semi-conducteurs SK Hynix a également sollicité une licence des États-Unis pour pouvoir vendre certains composants à Huawei, mais elle n'a pas été approuvée, selon une source proche du dossier. SK Hynix s'est refusé à tout commentaire. Toujours selon cette même source, qui s'exprimait sous le sceau de l'anonymat, comme les entreprises non américaines ont peu de chances d'obtenir l’autorisation des États-Unis, elles réfléchissent à des façons d’augmenter leurs ventes auprès de leurs autres clients.

  • L'euro reste sous pression

    L'euro   perd encore du terrain face à un dollar renforcé par l'aversion aux risques. Le billet vert a profité d'un mouvement d'aversion pour le risque, alimenté lundi par les mauvaises nouvelles sur le front de la pandémie de Covid-19 et par une chute des bourses mondiales, provoquée, notamment, par la baisse des valeurs bancaires après des révélations concernant le blanchiment d'argent, ont expliqué plusieurs analystes.

    La livre sterling, de son côté, a démarré la séance de mardi en baisse face à l'euro et au dollar, avant une conférence en ligne du gouverneur de la Banque d'Angleterre Andrew Bailey. Les nouvelles restrictions attendues pour le Royaume-Uni, la crainte d'un échec des négociations commerciales sur le Brexit et la perspective d'un taux d'intérêt directeur négatif pèsent sur la livre, a indiqué Ricardo Evangelista, analyste pour ActivTrades. Tandis que la devise s'est affaissée au début de la conférence, celle-ci s'est redressée et a effacé ses pertes lorsque M. Bailey a semblé vouloir apaiser les attentes à propos d'un taux négatif.

  • BoE: "Les banques britanniques doivent faire plus contre l'argent sale"

    La lutte contre l'argent sale doit devenir une des "principales priorité" des banques britanniques qui s'exposeront faute de quoi à de lourdes amendes, a déclaré le vice-gouverneur de la Banque d'Angleterre (BoE).

    Selon Sam Woods, il est vital que les banques prennent leur part dans la lutte contre les délits financiers et la publication du rapport rappelle que les criminels et les délinquants n'hésitent pas à recourir au système financier pour parvenir à leurs fins. "Si les banques ne le comprennent pas, le coût sera très lourd pour elles, comme vous avez pu le voir ces dernières années au Royaume-Uni et aux États-Unis", a-t-il à Bloomberg TV. "Elles ont fait beaucoup, mais elles vont devoir en faire davantage et malheureusement, cela fait partie de ces choses pour lesquelles il y aura toujours du travail à faire."

  • L'institut Ifo prédit une récession moins forte que prévu en 2020

    L'institut Ifo a revu à la hausse sa prévision d'évolution du produit intérieur brut (PIB) de l'Allemagne cette année, désormais attendu en contraction de 5,2% et non plus de 6,7% en raison de la crise liée à l'épidémie due au nouveau coronavirus. "Le déclin du deuxième trimestre et la reprise se déroulent actuellement plus favorablement que nous ne l'anticipions", a expliqué Timo Wollmershäuser, chef économiste d'Ifo.

  • Le point sur la séance

    Les principales bourses européennes évoluent en légère hausse en début de séance, ce mardi, mais n'effacent qu'une petite partie de leurs pertes de la veille, la perspective de nouvelles restrictions aux déplacements et à la consommation en Grande-Bretagne limitant visiblement les achats à bon compte.

    → À Bruxelles, le Bel 20 grimpe de 0,21%. Ailleurs en Europe, le CAC 40 gagne 0,39%, le FTSE 100 prend 0,42% et à Francfort, le Dax avance de 0,94%. L'indice EuroStoxx 50 est en hausse de 0,69%, le FTSEurofirst 300 de 0,48% et le Stoxx 600 de 0,64%.

    Lors d'un discours au Parlement britannique plus tard dans la journée, le Premier ministre Boris Johnson devrait appeler ses concitoyens à privilégier le télétravail et imposer une fermeture anticipée aux débits de boissons et restaurants d'Angleterre afin de freiner la propagation du coronavirus. "Ce qui fait peur aux investisseurs, c'est la possibilité que ces confinements ciblés restent inefficaces et soient remplacés par des mesures plus dures, comme les confinements nationaux de mars", commente Naeem Aslam, analyste d'AvaTrade.

    • Le rebond des marchés européens est soutenu, entre autres, par les valeurs technologiques, dont l'indice Stoxx gagne 1,47%, la meilleure performance sectorielle du jour devant l'automobile (+1,39%).
    • Le rendement du Bund allemand à dix ans est pratiquement stable, à -0,528%, après avoir touché lundi un plus bas de plus d'un mois, à -0,53%. Son équivalent italien reste proche du plus bas de sept mois touché lundi à 0,9%, le fait que l'extrême droite n'ait pas percé aux élections régionales de dimanche-lundi dans la péninsule étant perçu favorablement par le marché.
    • Porté par son statut de valeur refuge, le dollar poursuit sa hausse face aux autres grandes devises (+0,20%) et a touché, en début de journée, un plus haut de six semaines. L'euro reste, au contraire, orienté à la baisse, autour de 1,1725.
    • Le marché pétrolier est hésitant, entre craintes pour la demande en cas de reconfinement (même partiel) et soulagement quant aux risques liés à l'arrivée de la tempête tropicale Beta dans le golfe du Mexique. Le Brent grappille 0,07%, à 41,47 dollars le baril, et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) prend 0,08%, à 39,34 dollars.
  • La fourchette de prix fixée pour Epic Suisse

    La fourchette de prix pour l'entrée en bourse de la société immobilière Epic Suisse sera comprise entre 66 et 77 francs suisses par action, correspondant à une capitalisation boursière totale de 695 millions à 778 millions de francs suisses. Grâce à cette opération, le groupe zurichois compte lever 200 millions de francs suisses. Le premier jour de cotation est prévu le 1er octobre et la part du flottant est attendue à près de 28,8%.

  • Le rebond des marchés freiné par les craintes de reconfinement

    "Nous continuons de penser que les responsables politiques vont éviter à tout prix un nouveau confinement au niveau national. Mais, en même temps, nous avons de plus en plus d'échos de grandes entreprises se préparant au pire et à passer à 100% en télétravail dans le cas où la combinaison du Covid et de la grippe saisonnière mettrait sous tension dangereusement le système de santé de certains pays."
    Saxo Banque

  • Kingfisher bondit après des résultats jugés encourageants

    L'action Kingfisher   prend plus de 6% à la Bourse de Londres, les investisseurs saluant la publication de résultats semestriels jugés encourageants par le groupe britannique. Il a fait état d'une hausse de 23,1% de son bénéfice au premier semestre, porté par l'engouement des consommateurs pour le bricolage et pour le jardinage pendant la période du confinement liée au nouveau coronavirus.

    Le bénéfice imposable est ressorti à 415 millions de livres (450 millions d'euros), contre 337 millions un an auparavant. Ce montant est de surcroît supérieur aux attentes des analystes. Les ventes ont toutefois diminué de 1,3%, à 5,92 milliards de livres, une baisse imputée par Kingfisher à la fermeture de ses points de vente pendant une partie de la période de confinement.

  • ING démarre le suivi d'Atenor

    Le broker a démarré le suivi d'Atenor  avec une recommandation à "conserver" et un objectif de cours fixé à 60,80 euros, "étant donné l'effet de levier plus élevé par rapport aux pairs, le ralentissement probable dû au Covid-19 et la prime de 51% par rapport à la valeur comptable (contre 44% pour ses pairs)". "Des nouvelles positives sur les autorisations et les cessions de projets pourraient fournir la bonne visibilité pour faire monter le cours de l'action", indique l'analyste Francesca Ferragina.

  • Voici le briefing actions belges

    Unifiedpost s'envole | Conseil d'achat sur KBC (+Briefing)

  • Débuts tonitruants pour l'action Unifiedpost à la Bourse de Bruxelles

    Lors de sa première cotation, l’action Unifiedpost   a grimpé de 39,90% à 27,98 euros par rapport à son prix de 20 euros fixé dans le cadre de son placement privé qui a rencontré un grand succès auprès des investisseurs institutionnels.

  • | OPENING BELL |

    BEL 20 +0,78%

    AEX +0,46%

    CAC 40 +0,35%

  • Des milliers d'emplois menacés dans le secteur du tourisme

    Le groupe britannique Whitbread  , maison mère des hôtels Premier Inn et de chaînes de restaurants, a annoncé qu'il pourrait supprimer 6.000 emplois, soit 18% de ses effectifs, en raison d'une fréquentation toujours plombée par la crise sanitaire.

    De son côté, le groupe de tourisme allemand TUI   souhaite réduire ses coûts fixes de 30%. "Cela peut potentiellement avoir un impact sur 8.000 emplois", indique-t-il.

  • Wereldhave Belgium soutenu par ses dirigeants

    Pour la toute première fois, des transactions d'initiés sont signalées autour de l'action Wereldhave Belgium  :

    • Le CEO Kasper Deforche a acheté 775 actions en deux transactions pour 32.429 euros, soit un prix d'achat moyen de 41,8 euros. 
    • Le directeur financier Cédric Biquet a également acheté 250 actions pour 10.250 euros (prix d'achat: 41 euros).
  • Suez revoit à la hausse les objectifs de son plan stratégique

    Suez   a révisé à la hausse les objectifs de son plan stratégique et versera pour au moins un milliard d'euros à ses actionnaires au plus tard au premier semestre 2021 via un dividende exceptionnel ou un programme de rachat d'actions. "Les résultats tangibles de l’exécution de la stratégie de recentrage annoncée en 2019, obtenus dès 2020 sur de multiples chantiers, permettent d’en avancer le calendrier", affirme le groupe de service aux collectivités dans un communiqué. "Le programme de performance vise désormais 1,2 milliard d'euros d’économies annuelles à l’horizon 2023. De l’ordre de 900 millions d’économies seront atteintes dès 2022."

    Suez, que son concurrent Veolia souhaite racheter, vise désormais un chiffre d'affaires supérieur à 16 milliards d'euros en 2021 et à 17 milliards d'euros en 2022.

  • Semaine chargée pour le président de la Réserve fédérale

    Le président de la Réserve fédérale américaine Jerome Powell fera trois apparitions cette semaine pour répondre aux questions et aux préoccupations des législateurs concernant la série de mesures d'urgence que la banque centrale a prises pour atténuer le coup porté à l'économie par la pandémie de coronavirus.

  • La bataille entre LVMH et Tiffany devant la justice US en janvier

    La justice américaine a fixé au 5 janvier la date du procès devant opposer le géant du luxe LVMH   au joaillier Tiffany  , accédant ainsi en partie à la demande de la société américaine qui demandait un traitement accéléré du dossier.

    La première période de ce bras de fer juridique porte sur la question des délais, le groupe du milliardaire français Bernard Arnault plaidant pour une procédure normale, alors que le joaillier américain demandait à la justice de rendre une décision avant le 24 novembre, date à laquelle l'opération était censée se conclure. En annonçant lundi la date du procès au 5 janvier, la justice américaine semble avoir quelque peu accédé à la requête du joaillier.

  • Pékin serait peu enclin à approuver l'accord entre ByteDance et Oracle

    L'accord que le chinois ByteDance a conclu avec les américains Oracle et Walmart pour l'avenir de l'application TikTok aux États-Unis ne devrait vraisemblablement pas obtenir le feu vert du gouvernement à Pékin, a écrit lundi soir la presse officielle chinoise. "Il est clair que ces termes montrent de façon poussée le style intimidateur et la logique de voyou de Washington. Ils nuisent à la sécurité nationale, aux intérêts et à la dignité de la Chine", peut-on lire dans un éditorial du Global Times, tabloïd nationaliste publié par le Quotidien du Peuple - l'organe officiel du Parti communiste chinois (PCC).

    Pour mémoire, au cours du week-end, ByteDance et Oracle ont annoncé être parvenus à un accord à même de satisfaire le président Donald Trump, qui a appelé à ce que TikTok soit vendu à un acquéreur américain sous peine d'interdiction aux États-Unis. Toutefois les deux groupes ont publié des déclarations contradictoires sur les termes de l'accord.

  • Nouvelle étape importante pour le bimekizumab d'UCB

    Le groupe biopharmaceutique UCB   annonce que la FDA et l'EMA ont accepté respectivement la demande d'autorisation de mise sur le marché de produit biologique (BLA) et la demande d'autorisation de mise sur le marché (AMM) pour le bimekizumab pour le traitement des adultes atteints de psoriasis en plaques modéré à sévère.

    "Cette étape nous rapproche un peu plus de la possibilité d'offrir une nouvelle option de traitement significative aux personnes atteintes de cette maladie handicapante. UCB s'engage à fournir des solutions innovantes aux personnes atteintes de maladies inflammatoires graves telles que le psoriasis", a déclaré Emmanuel Caeymaex, vice-président exécutif des solutions d'immunologie et directeur États-Unis chez UCB, dans un communiqué.

  • Montea conclut un accord avec DPD

    La société immobilière Montea   annonce avoir conclu un partenariat avec la société française de distribution de colis DPD, qui va investir 60 millions d'euros dans de nouveaux dépôts en Belgique. La majeure partie de ces fonds, soit 50 millions d'euros, sera injectée dans un tout nouveau centre de tri d’environ 9.000 m² entièrement automatisé à Vilvorde, sur un site de Montea.

    "La crise Covid accélère la demande de centres de distribution régionaux. Après le développement de DHL Express à Blue Gate, ce projet répond une nouvelle fois à cette demande spécifique. En outre, nous sommes particulièrement fiers de participer à la construction du premier centre de distribution à deux étages en Belgique, une innovation pour le secteur qui répond à la nécessité d'utiliser avec parcimonie un espace restreint", commente le CEO de Montea, Jo De Wolf, dans un communiqué.

  • Aedifica construit deux nouvelles résidences de soins aux Pays-Bas

    La société immobilière Aedifica   a annoncé, lundi soir, avoir investi environ 13 millions d'euros dans deux nouvelles résidences de soins à Goes et Hulsberg (Pays-Bas). Les travaux de construction commenceront prochainement et devraient être achevés au cours du quatrième trimestre 2021, voire du premier trimestre de 2022.

    "Grâce à ces transactions, nous développons une fois de plus notre collaboration avec Martha Flora, qui gère déjà six sites Aedifica", indique le CEO Stefaan Gielens dans un communiqué.

  • La demande de l'action Unifiedpost six fois supérieure à l'offre

    C'est là l'aboutissement du "Projet Sky", de son petit nom. Ce mardi, la fintech brabançonne Unifiedpost fait officiellement ses premiers pas dans la cour des grands. À 9h tapantes, elle rejoint le marché bruxellois, dans le sillage, cette année, de la société pharmaceutique Hyloris entrée sur Euronext Brussels en juin et de la medtech wallonne Nyxoah la semaine dernière.

    Et à ce stade, le moins que l'on puisse dire, c'est que l'appel aux capitaux lancé lors de la troisième IPO de l'année à Bruxelles a été entendu. Dépassant même (de loin) les attentes du concerné, à savoir la vente de 9,72 millions d'actions à un prix oscillant entre 18 et 20 euros, en raison d'une demande six fois supérieure à l'offre - les investisseurs étant prêts à acheter jusqu'à 1,5 milliard d'actions.

  • Good morning!

    Bonjour à toutes et tous! Bienvenue sur le "Market Live" de L'Echo, où vous pourrez suivre "minute par minute" les grandes tendances de l'actualité économique et financière de ce mardi 22 septembre 2020.

    À l'agenda du jour: journée calme au niveau des indicateurs macroéconomiques. Les investisseurs surveilleront notamment l'audition du président de la Fed Jerome Powell à la Chambre des représentants. À la Bourse de Bruxelles, on attend la première cotation d'Unifiedpost.

    La Bourse de New York a fini en net recul lundi, souffrant comme les marchés européens des inquiétudes relatives à la crise sanitaire et des craintes d'un possible retour à des mesures de confinement.  À la cloche, l'indice Dow Jones a cédé 509,72 points, soit 1,84%, à 27.147,7. Le S&P-500, plus large, a perdu 38,41 points, soit -1,16%, à 3.281,06. Le Nasdaq Composite, où les valeurs technologiques sont très présentes, a limité les pertes, reculant de 14,48 points (-0,13%) à 10.778,80 points.

    ©AFP

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés