1. Les marchés
  2. Live blog
live

Le rebond du pétrole booste les marchés actions

Les marchés européens ont clôturé en petite hausse malgré l'explosion des chiffres sur le chômage aux États-Unis. Donald Trump a dit s'attendre à ce que l'Arabie saoudite et la Russie acceptent de réduire leur production de pétrole de dix millions de barils par jour (bpj).
  • Fin du Market Live

    C'est la fin du "Market Live". Rendez-vous demain à partir de 07h30.

    A l'agenda ce vendredi: les chiffres mensuels de l'emploi américain retiendront toute l'attention. Publication des rapports annuels chez Ageas, Home Invest et KBC Groep.

    À demain!

  • Résumé de la séance

    Les principaux indices actions ont globalement clôturé en hausse ce jeudi en Europe, soutenus par l'envolée des cours du pétrole qui a compensé l'annonce d'un nombre record (6,65 millions !) de demandes d'allocations chômage aux Etats-Unis la semaine dernière. "La flambée du brut soutient le moral [des investisseurs], nous constatons donc un certain soulagement sur les marchés", résume Richard Steinberg, stratégiste en chef de Colony Group.

    Le Dax allemand a progressé de 0,27%, le Cac 40 de 0,33% et le Footsie britannique de 0,47%. L'indice paneuropéen Stoxx 600 a de son côté pris 0,42%, porté par le secteur de l'énergie (+5,22%).

    Le président américain Donald Trump a déclaré sur Twitter s'attendre à ce que Ryad et Moscou acceptent de réduire leur production de pétrole d'au moins dix millions de barils par jour (bpj), après un entretien avec le prince Mohamed ben Salman, héritier du trône saoudien. Côté actions, TechnipFMC a bondi de 15,40% à Paris, Royal Dutch Shell de 9% à Amsterdam et Saipem de 8,87% à Milan.

    À Bruxelles, le Bel 20 a clôturé sur un bond de 1,97% à 2.895,40 points. Le brasseur AB InBev (+0,95% à 40,17 euros) a lancé deux émissions obligataires, l'une en euros et l'autre en dollars, pour un montant total proche de 11 milliards de dollars.

  • Wereldhave Belgium reporte son AG

    Compte tenu de la pandémie du Covid-19, Wereldhave Belgium   a décidé de reporter l’assemblée générale ordinaire des actionnaires de la Société qui avait été convoquée pour le mercredi 8 avril 2020. "Cette décision implique également le report de plusieurs dates qui avaient été fixées et publiées dans le calendrier financier de la Société, à savoir les dates de détachement de coupon (" Exdividend date "), de cotation après détachement du coupon (" Record date ") et de mise en paiement du dividende 2019."

    De nouvelles date et heure de l’assemblée générale ordinaire des actionnaires ainsi qu’une mise à jour du calendrier financier seront communiquées ultérieurement. Lien vers le communiqué

  • Clôture des marchés européens

    BEL 20 +1,97%

    AEX +1,48%

    CAC 40 +0,33%

  • Les cours du pétrole rebondissent de plus de 30% après un tweet de Donald Trump

    Les cours du pétrole rebondissent de plus de 30% après un tweet du président américain Donald Trump indiquant qu'il s'attend à une réduction de production de 10 millions de barils de la part de la Russie et de l'Arabie saoudite. Les deux pays se mènent une guerre des prix qui ont fait plonger les cours du baril à des niveaux plancher.

    De son côté, l'Arabie saoudite a appelé à une réunion "urgente" de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et d'autres pays, dont la Russie, afin de parvenir à un "accord équitable qui rétablira l'équilibre des marchés pétroliers". "Cet appel intervient à la demande du président des Etats-Unis Donald Trump", qui a eu jeudi un échange téléphonique sur ce sujet avec le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, selon l'agence officielle saoudienne SPA.

  • Le trafic aérien passager enregistre sa plus forte chute depuis le 11-Septembre

    Le trafic aérien passager, fortement affecté par la pandémie de Covid-19, s'est effondré de 14,1% dans le monde en février, en comparaison annuelle, a annoncé jeudi l'Association internationale du transport aérien (Iata). "Il s'agit de la plus forte baisse du trafic depuis le 11-Septembre, reflétant l'effondrement des voyages intérieurs en Chine et la chute brutale de la demande internationale à destination et en provenance de la région Asie-Pacifique, en raison de la propagation du virus Covid-19 et des restrictions de voyage imposées par les gouvernements", a expliqué l'Iata dans un communiqué.

    La crise du nouveau coronavirus devrait priver le secteur mondial du transport aérien de 252 milliards de dollars de revenus cette année, a prévenu cette fédération la semaine dernière.

  • Trump fait les intermédiaires entre l'Arabie Saoudite et la Russie

  • L'euro en nette baisse face au dollar

    L'euro   perd environ 1% face à un dollar indifférent à l'explosion du nombre de demandes hebdomadaires d'allocations chômage aux Etats-Unis. "Le dollar américain est dans une situation étrange, les investisseurs cherchant à conserver leurs positions en dollars, considéré comme une valeur refuge, malgré la nette érosion de l'économie américaine", a réagi Sebastien Clements, analyste pour OFX.

    Quant à l'euro, il souffre du fait qu'"il n'y a(it) pas d'accord sur la manière de soutenir les pays membres les plus affectés par le virus", avait signalé Thu Lan Nguyen, analyste pour Commerzbank.

  • | OPENING BELL |

    Wall Street ouvre en baisse: Dow Jones -0,59%, S&P 500 -0,48% et Nasdaq -0,59%

  • Allemagne: la chute du PIB pourrait dépasser celle de 2009

    Le produit intérieur brut (PIB) de l'Allemagne pourrait se contracter davantage cette année que durant la crise financière de 2008-2009, a déclaré le ministre allemand de l'Economie. Peter Altmaier estime que la contraction pourrait dépasser 8% pendant plusieurs mois alors que l'économie était encore solide en janvier et février, avant que l'Allemagne n'adopte des mesures de restrictions de l'activité pour freiner la propagation du nouveau coronavirus.

    La banque publique KfW a indiqué de son côté que l'économie allemande pourrait se contracter de 10% à 15% au deuxième trimestre.

  • L'Europe accuse le coup après les chiffres de l'emploi US

    Les marchés européens partent à la baisse, après l'explosion bien supérieure aux attentes des chiffres sur le chômage aux États-Unis. Les replis varient entre 0,95% à Londres et 0,4% à Paris. Amsterdam et Bruxelles gagnent encore 0,5%.

    Les futures US réduisent leur avance à +0,6% dans la foulée.

    Les demandes d'inscription au chômage aux USA ont explosé à 6,65 millions la semaine dernière, portant  à près de 10 millions de personnes les pertes d'emploi ces deux dernières semaines.

  • Les demandes d'inscription au chômage aux USA explosent à 6,65 millions

    Le nombre de demandeurs d'emplois aux Etats-Unis a augmenté de 6,65 millions la semaine passée, après 3,28 millions la semaine précédente. En 2 semaines, près de 10 millions de personnes ont perdu leur job.

  • Warning de la FSMA

    Une (nouvelle) mise en garde de la FSMA, cette fois contre des plateformes frauduleuses de trading en ligne actives sur le marché belge.

  • La BCE prolonge la révision de sa stratégie de politique monétaire

    La BCE a décidé de s'accorder six mois de plus pour réviser sa stratégie de politique monétaire, en raison de l'épidémie de coronavirus. Actuellement, les forces vives de la Banque centrale européenne et les banques nationales en Europe se concentrent sur les défis posés par la pandémie. La nouvelle échéance est fixée à la mi-2021, contre fin 2020.

  • Lufthansa en discussions sur des milliards d'euros d'aides d'État

    La compagnie aérienne Lufthansa est en discussions avec le gouvernement allemand sur des aides d'État qui pourraient s'élever à plusieurs milliards d'euros, ont indiqué, ce jeudi, plusieurs sources proches du dossier, précisant qu'une prise de participation était possible.

    La compagnie allemande, dont plus de 90% de la flotte est clouée au sol en raison de l'épidémie de coronavirus en cours, travaille avec des banques d'investissement qui font office de conseillers dans ses échanges avec le gouvernement allemand, ont précisé ces sources. Les discussions portent sur un volume de plusieurs milliards d'euros.

    L'action Lufthansa gagne 0,25% à 8,02 euros.

  • Le point sur la tendance - Update 2

    Wall Street paraît tentée par un sursaut après le net repli de mercredi et la flambée des cours du pétrole soutient les indices en Europe, mais les chiffres hebdomadaires des inscriptions au chômage aux États-Unis pourraient changer la donne.

    Les contrats à terme sur les indices de référence de la Bourse de New York signalent, pour l'instant, une ouverture des indices de référence en hausse de 1,4% à 1,9%,mais pourraient donc évoluer avec la publication,à 14h30, une heure avant l'ouverture, de cet indicateur très surveillé.

    En Europe, la tendance paraît fragile à mi-séance et susceptible de se retourner à tout moment, malgré l'envolée des cours du brut, qui prennent autour de 10% sur fond d'un espoir de trêve dans la guerre des prix que se livrent l'Arabie saoudite et la Russie.

    Les gains varient entre 0,45% à Francfort et 2,3% à Bruxelles. L'Euro Stoxx 50 gagne 0,66% et le Stoxx 600 0,77%.

  • KBCS s'intéresse à Atenor

    Après une mise à jour de notre modèle, sur base des estimations projet par projet, KBC Securities a repris la couverture de l'action Atenor avec un nouvel objectif de cours de 70 euros (contre 57 euros).

    "Nous voyons du potentiel à la hausse pour Atenor alors que la société crée de la valeur, a un dividende stable et une équipe de gestion hautement qualifiée. Cependant, dans l'environnement de marché incertain d'aujourd'hui, nous pensons que la visibilité est la clé. En tant que développeur, Atenor ne répond pas à cet aspect. Nous adoptons donc une approche prudente et attribuons un rating de conserver".

  • "La valorisation de l'action Solvay est attractive"

    L'analyste Nathalie Debruyne de Degroof Petercam ramène l'objectif de cours de Solvay de 122 à 83 euros.

    "Nous prévoyons une baisse du bénéfice brut d'exploitation de 11,3% en 2020. Ceci est le résultat de fermetures d'usines dans les secteurs de l'automobile et de l'aviation, de la faiblesse persistante du pétrole et du gaz due à la baisse des prix du pétrole et en raison d'une reprise qui devrait tarder à se concrétiser dans la division des matériaux au deuxième trimestre."

    Debruyne maintient sa recommandation d'achat sur l'action.

    "La valorisation de l'action est attractive au regard du potentiel de croissance de la division matériaux et de la résilience du portefeuille."

    De plus, l'analyste s'attend à ce que le programme de restructuration du groupe génère des gains d'efficacité et des économies croissants.

    Concernant la probabilité d'une baisse du dividende, elle note que Solvay n'a pas réduit son dividende depuis 1982. Par ailleurs, le groupe n'a pas de covenants sur ses lignes de crédit et dispose toujours de 3,3 milliards d'euros de trésorerie.

  • 96 sociétés de l'indice Stoxx 600 ont réduit ou suspendu le dividende

    Les entreprises européennes se précipitent pour suspendre les versements aux actionnaires, en raison de l'inquiétude concernant l’impact économique du coronavirus, et beaucoup sont également confrontés à des pressions politiques pour le faire.

    Les annonces de Centrica, John Wood Group, Hays, Bunzl et Land Securities ce matin portent à 96 le nombre des entreprises de l'indice de référence Stoxx 600 qui ont annulé ou suspendu leurs dividendes.

    Mercredi soir, Crédit Agricole, Amundi, Bouygues, Dassault Aviation et Engie ont rejoint les rangs.

  • "On s'attend à une forte hausse des revendications au chômage"

    Les investisseurs attendent la publication, prévue tout à l'heure aux États-Unis, du chiffre hebdomadaire des inscriptions au chômage, qui devrait à nouveau atteindre un niveau record.

    Le consensus Reuters table sur 3,5 millions d'inscriptions, contre 3,3 millions la semaine précédente.

    "On s'attend à une forte hausse des revendications au chômage aux Etats-Unis, potentiellement plus importante que la semaine précédente. Sous l'effet d'une forte demande, beaucoup d'Américains n'avaient pas pu s'enregistrer du fait de la saturation des sites web et des lignes téléphoniques, ce qui explique qu'une partie des nouvelles revendications ont vraisemblablement été reportées sur la semaine allant au 28 mars".
    Christopher Dembik
    Responsable de l'analyse marchés chez Saxo Bank

  • Le point sur la tendance boursière - Update

    Les principales bourses européennes sont en hausse grâce à la progression des cours du brut qui profite aux valeurs pétrolières. Mais la nervosité demeure face aux conséquences économiques du coronavirus et dans l'attente du chiffre des inscriptions hebdomadaires au chômage aux États-Unis.

    Les gains varient entre 2,24% à Bruxelles et 0,38% à Francfort. L'Euro Stoxx 50 et le Stoxx 600 gagnent 0,2%.

    Les contrats à terme sur les grands indices américains indiquent, pour l'instant, une hausse de près de 2% à l'ouverture.

  • "L'évocation d'une trêve dans la guerre des prix soutient les cours"

    Les cours pétroliers remontent nettement à la faveur des déclarations du président américain qui s'attend à un accord sur la production entre la Russie et l'Arabie saoudite dans les prochains jours afin de mettre fin à la guerre des prix.

    De son côté, Vladimir Poutine a appelé, mercredi, les pays producteurs et consommateurs de pétrole à trouver une solution pour améliorer la situation sur les marchés mondiaux des hydrocarbures, qu'il a jugée "difficile".
     
    Le cours du Brent reprend 9,94% à 27,2 dollars le baril.

    Le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) gagne 8,76% à 22,09 dollars

    "L'évocation d'un trêve de la guerre des prix soutient les cours. S'il y a une trêve, le pétrole peut remonter un peu mais tout accord sur l'approvisionnement ne pourra compenser l'effondrement de la demande."
    Neil Wilson chez Markets.com

  • "Pas de risque de liquidité pour AB InBev"

    L'analyste de KBC Securities Wim Hoste réagit à l'émission d'obligations de 6 milliards de dollars d'AB InBev (voir post de 7h43).

    "Cela améliorera encore la position de liquidité. Comme le groupe a récemment demandé une facilité de crédit de 9 milliards de dollars et émis 4,5 milliards d'euros d'obligations, la société est déjà sur une montagne de trésorerie d'environ 21 milliards de dollars. Un montant supplémentaire de 11 milliards de dollars sera ajouté au deuxième trimestre lorsque AB InBev vendra sa filiale australienne. Ce montant pourra sans doute être utilisé pour augmenter le remboursement d'obligations proches de l'échéance et augmenter la maturité moyenne de la dette qui est actuellement de 14 ans. Avec les liquidités déjà disponibles, qui devraient suffire à faire face aux échéances jusqu'en 2024, nous ne voyons aucun risque de liquidité".

  • Les banques centrales ont augmenté leurs achats d'or en février

    En février, les banques centrales ont acheté en net 36 tonnes d’or, soit près d’un tiers de plus que les achats nets de janvier, mais 52% de moins en glissement annuel. Cela porte les achats nets à 64,5 tonnes, soit 44% de moins que les 116,1 tonnes d'achats nets au cours des deux premiers mois de 2019.

    Parmi les banques centrales qui ont déclaré leurs réserves d'or fin février, la Turquie (24,8 tonnes), la Russie (10,9 tonnes), le Kazakhstan (1,8 tonne) et le Qatar (1,6 tonne) ont été les seuls acheteurs notables au cours du mois.

  • Les recos des analystes

    EVS - Kepler Cheuvreux réduit son prix cible sur EVS à 14 euros par action. Le conseil reste à "conserver".

    Euronext - L'analyste de Commerzbank Christoph Blieffert réduit sa recommandation sur Euronext à "conserver" contre "acheter". Le prix cible est fixé à 73 euros, soit un potentiel de hausse de 11% par rapport à la dernière clôture.

    Proximus - L'analyste Simon Coles de Barclays a relevé sa recommandation sur Proximus à "pondération neutre", contre "sous pondérer". L'objectif de cours est de 19 euros (-3,6% par rapport au dernier cours de clôture).

    Solvay - Degroof Petercam reste à l'achat sur Solvay mais l'objectif de cours est réduit à 83 euros contre 122 euros.

  • Barco intègre la "Dynamic Top Pick List" de KBC Securities

    KBC Securities met à jour sa "Dynamic Top Pick List", ce qui se traduit par l'entrée dans la sélection de Barco (acheter, objectif de cours de 195 euros).

    Les autres valeurs belges de la sélection sont AB InBev, AgfaArgenx, Barco, D'Ieteren, Orange Belgium, Recticel, Sipef, UCB, VGP et WDP.

  • Le point sur la tendance

    Les bourses européennes se stabilisent, après une séance rouge vif, dans un marché toujours fragilisé par l'expansion rapide du nouveau coronavirus aux États-Unis et dans l'attente de nouvelles données sur l'emploi US.

    Bruxelles, Francfort et Amsterdam gagnent respectivement 1,26%, 0,56% et 0,15%, tandis que Paris est à l'équilibre et que Londres perd 0,17%. L'Euro Stoxx 50 et l'indice DJ Stoxx 600 glissent d'environ 0,2%.

    Sur le plan sectoriel, les pétrolières dénotent par une progression de 4,6% tandis que les services financiers (-1,74%) et les utilities (-1,5%) se distinguent à la baisse.

  • Ageas en net rebond

    Ageas gagne 9,08% au lendemain d'une forte baisse de 14% sans raison apparente (ou alors certains se sont inquiétés pour le dividende).

  • |Opening bell|

    Amsterdam: +0,40%
    Bruxelles: n.c.
    Paris: +0,62%
    Francfort: n.c.

    Euro Stoxx 50: +0,37%
    DJ Stoxx 600: +0,63%

    Ageas: +9,2%
    GBL: +5,6%

  • Briefing d'avant bourse

    Les principales bourses européennes sont attendues en ordre dispersé sur fond de nervosité face aux conséquences économiques du coronavirus et dans l'attente du chiffre des inscriptions hebdomadaires au chômage outre-Atlantique.

    D'après les premières indications disponibles, l'Euro Stoxx 50 gagnerait 0,13%, Londres 0,42%. Paris et Amsterdam reculeraient de 0,25%. Francfort ouvrirait à l'équilibre.

    Les places européennes ont entamé, hier, la première séance du deuxième trimestre dans le rouge, le CAC reculant de 4,3% et l'indice européen Stoxx 600 de 3%. Les investisseurs ont été secoués par la perspective d'une nette dégradation de la situation sanitaire liée au coronavirus et par une série de mauvais indicateurs à travers le monde, notamment dans le secteur manufacturier.

    La séance de ce jeudi sera animée par la publication, aux États-Unis, du chiffre hebdomadaire des inscriptions au chômage, qui devrait à nouveau atteindre un niveau record. Le consensus Reuters table sur 3,5 millions d'inscriptions, contre 3,3 millions la semaine précédente.

    "Le marché du travail américain est en chute libre. La perspective de mesures de confinement plus strictes et le fait que de nombreux États n'ont pas encore été en mesure de traiter le nombre total de demandes d'allocations chômage indiquent que le pire reste à venir."
    Gregory Daco
    Economiste chez Oxford Economics

  • KBC Ancora suspend le dividende

    KBC Ancora  a décidé de ne pas distribuer d’acompte sur dividende pour l’exercice 2019/2020 et de ne pas proposer un dividende final. Cette décision suit l’annonce, par KBC Groupe, de son retrait de sa proposition de distribuer un dividende final pour l’exercice 2019 et d’annuler le rachat d’actions propres programmé.

    La société mono-holding, dont l'unique actif est constitué par des actions KBC , avait jusqu'ici l'intention de verser un acompte sur dividende de 90% du résultat récurrent disponible pour distribution le 11 juin 2020.

    Étant donné que KBC Groupe a distribué un acompte sur dividende de 1 euro par action en novembre 2019, KBC Ancora terminera l’exercice 2019/2020 avec un résultat positif d’environ 60 millions d’euros, sous réserve d’autres circonstances imprévues.

  • Lancement commercial de Myring (Mithra) en Allemagne

    Mithra , la société liégeoise dédiée à la santé féminine, annonce le lancement commercial de Myring en Allemagne, le plus grand marché européen et le deuxième au monde en termes de volume de ventes. Avec 3 millions d'anneaux vaginaux vendus chaque année, le marché allemand des anneaux contraceptifs pèse pas moins de 27 millions d'euros par an.

    L’anneau vaginal contraceptif de Mithra y est commercialisé sous la marque Mycirq par Hormosan.

     

  • "La fusion entre Eltrona et SFR-Coditel est finalisée"

    Encore un communiqué publié après la clôture mercredi.

    La fusion impliquant le regroupement des activités de SFR-Coditel, qui appartient à Telenet , avec les activités d'Eltrona, a été clôturée formellement. Post Luxembourg, actionnaire d'Eltrona depuis 1998, a vendu sa participation de 34% à Telenet, avec pour conséquence qu’après la fusion, les actionnaires fondateurs détiendront 50%+1 des actions et Telenet 50%-1 des actions de l’entité fusionnée.

    L’opération implique également que l'activité ne sera plus consolidée dans les résultats de Telenet.

  • Engie | Melexis | Mithra | Retail Estates

    Aperçu des communiqués publiés depuis la clôture mercredi.

    > Engie - Engie a annoncé qu'il ne proposerait finalement pas de dividende au titre de 2019 et qu'il suspendait ses objectifs pour 2020 en raison des incertitudes liées à la pandémie de coronavirus. Le fournisseur de gaz et d'électricité, également très actif dans les services, prévoyait auparavant un dividende de 0,80 euro par action pour 2019 (en hausse de 7%). Le communiqué

    > Melexis - Melexis a retiré ses perspectives pour l'année 2020, car l'impact économique résultant de la pandémie de Covid-19 ne peut être quantifié pour le moment, signale la société dans un communiqué. Par prudence, le conseil d'administration a décidé de proposer à l'assemblée générale annuelle de verser, pour l'exercice 2019, un dividende total de 1,30 euro brut par action. Ce qui signifie qu'aucun dividende final ne sera versé. Le communiqué

    > Mithra - Mithra fait le point sur la phase III pour Donesta. La société annonce que son programme clinique de phase III Donesta est toujours en cours à l'heure actuelle, mais précise que le recrutement des patientes a été retardé ou suspendu dans certains pays. Le communiqué

    > Retail Estates - Retail Estates a fait le point quant à l'impact du coronavirus sur ses activités. La SIR estime que le commerce de détail pourrait seulement retrouver un rythme d'activité raisonnable à partir de juillet 2020 (période des soldes). La société s'attend à devoir conclure des accords commerciaux avec ses locataires pour combler une période de trois mois de loyer et à accorder des facilités de paiement sur une période plus étalée. Cet effort est "clair et surmontable" pour la société. Le communiqué

  • AB InBev lève 6 milliards de dollars

    AB InBev  espère toujours pouvoir boucler la vente de sa filiale australienne Carlton au cours du deuxième trimestre, une opération qui devrait lui rapporter 11,3 milliards de dollars. Le groupe brassicole est également très actif ces derniers jours sur le marché de la dette.

    Il a annoncé lundi une émission obligataire de 4,5 milliards d’euros composée de trois tranches avec des échéances 2027, 2032 et 2040 et des taux respectifs de 2,125%, 2,875% et 3,7%.

    Rebelote ce jeudi matin avec une émission libellée en dollars, cette fois, pour un montant total de 6 milliards et émise par sa filiale Anheuser-Busch InBev Worldwide. Quatre tranches pour cette obligation: 2030 (3,5%), 2040 (4,35%), 2050 (4,5%) et 2060 (4,6%).

  • Timide rebond en vue en Europe

    Bonjour! Ceci démarre notre "Market live" du jeudi 2 avril.

    En Asie, les marchés évoluent en ordre dispersé, les craintes sur le coronavirus pesant sur la tendance. Les investisseurs s'inquiètent, par ailleurs, de la dégradation sanitaire aux États-Unis et de la saison à venir des résultats d'entreprises.

    À Tokyo, l'indice Nikkei 225 perd 1,6%. La bourse de Hong Kong perd 0,34%, mais Shanghai gagne 0,13%.

    En Europe, les principaux indices devraient aborder la séance sur une note positive au lendemain d'une séance qui s'est clôturée dans le rouge vif. Francfort est donnée en hausse de 1,8%. L'Euro Stoxx 50 devrait progresser de 0,2%. La bourse de Londres est attendue à l'équilibre.

    ©REUTERS

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés