1. Les marchés
  2. Live blog
live

Le Stoxx 600 se rapproche de son plus haut de 2018!

Les marchés boursiers européens restent bien orientés en Europe. L'indice Stoxx 600 monte pour la cinquième journée de suite. Son point le plus haut de 2018 est en vue.
  • A l'agenda ce mercredi

    Voici les principaux événements à suivre sur les marchés ce mercredi 20 mars.

    Economie- finance

    Royaume-Uni

    • 10h30 Inflation/ février

    Etats-Unis

    • Fin du FOMC de la Réserve fédérale, communiqué à 19h, conférence de presse à 19h30

    Entreprises

    Belgique

    • Care Property Invest/ résultats annuels 2018(après Bourse)
    • Cenergy Holdings/ résultats annuels 2018
    • Euronav/ résultats annuels 2018 définitifs(avant Bourse)

    France

    • Hermès/ résultats annuels (avant Bourse)
    • Transgene / résultats annuels

    Allemagne

    • BMW/résultats du T4

    Royaume-Uni

    • Kingfisher/résultats annuels
    Bonne soirée et à demain! 
  • New York hésite après les rumeurs sur le commerce

    Les marchés américains, qui avaient ouvert en hausse, abordant sereinement la réunion de la Fed, ont finalement terminé en ordre dispersé ce mercredi, après l’annonce de rumeurs sur un accord commercial sino-américain pour fin avril. Les principaux négociateurs dans le différend commercial entre les Etats-Unis et la Chine devraient se retrouver à partir de la semaine prochaine avec l’espoir de conclure les négociations d’ici la fin avril, selon le Wall Street Journal.

    Le Dow Jones a lâché 0,10% à 25.887,38 points, le S&P 500 a pris 0,01% à 2.833,10 points et le Nasdaq a avancé 0,12% à 7.723,95 points.

    Sur le front des valeurs, Ford a gagné 1,52% à 8,70 dollars après avoir annoncé son intention d’augmenter de 20% en juillet la production de ses SUV Ford Expedition et Lincoln Navigator.

    Boeing a pris 0,31% à 373,43 dollars. Le patron de l’avionneur a publié un long message pour tenter de rassurer ses clients et leurs passagers sur l’engagement du groupe en matière de sécurité aérienne après le crash d’un 737 MAX 8 d’Ethiopian Airlines la semaine dernière.

  • | CLOSING BELL |

    • Dow Jones -0,05% à 25.900,00 points
    • S&P 500 +0,01% à 2.833,13 points
    • Nasdaq +0,12% à 7.723,95 points
  • Le pétrole termine stationnaire à New York

    Les cours du pétrole ont terminé sans grand changement sur le Nymex, le marché semblant marquer une pause après avoir atteint des plus hauts de l'année.

    Les cours du brut texan ont gagné 9% durant les six dernières semaines car le marché pense que l'accord d'encadrement de la production de l'Opep et de ses alliés en vigueur depuis le début 2019 sera étendu à l'ensemble de l'année et non pas au seul premier semestre.

    L'Opep a cependant annulé lundi sa réunion ministérielle prévue en avril, attendant celle de juin pour décider s'il y a lieu de prolonger précisément l'encadrement de la production.

    Le contrat d'avril sur le brut léger américain (WTI) a perdu six cents, soit 0,10%, à 59,03 dollars le baril.

    L'échéance de mai du Brent a gagné 7 cents, soit 0,10%, à 67,61 dollars le baril.

  • Activité inhabituelle sur Proximus

    La Bourse de Bruxelles maintient son cap haussier. Son indice Bel 20 a encore gagné 0,76% à 3.688,49   points. Dans le courant de l’après-midi, l’indice avait refranchi un moment la barre des 3.700 points pour la 1ère fois depuis début octobre. 

    Parmi les faits sallants de la séance de mardi, AB InBev a récupéré sa 1ère place dans le classement journalier des meilleures performnces dans le Bel 20. Son action a gagné à 74,30 euros avec des volumes d’échanges près de 3 fois plus élevés que la veille. Elle retrouve ainsi un niveau supérieur à celui auquel elle se situait quelques jours avant l’annonce de la division par deux du montant de son dividende. C’était à la fin du mois d’octobre dernier.

    L’action AB InBev a trouvé du soutien dans une note émise par Crédit Suisse. Sanjeet Aujla, l’analyste qui a signé cette note, a réitéré son conseil d'achat avec un objectif de cours de 82 euros. Il justifie sa démarche par la perspective pour ce groupe brassicole d’enregistrer en 2018 sa plus forte croissance en volume depuis près de 10 ans. "Sans tenir compte de son activité en Argentine, elle pourrait atteindre 5%", écrit-il en substance. 

    Concernant les autres actions du Bel 20, quatre autres ont gagné entre 1 et 2%. Parmi elles, on trouve Aperam, Umicore, Colruyt et Proximus.  Les performances que toutes ces valeurs ont réalisé, ont permis au Bel 20 de refranchir  dans le courant de l’après-midi la barre des 3.700 points.  

    A propos de Proximus, ce titre  enregistre des gains pour la 9e séance d’affilée dans des volumes d’échanges particulièrement nourris.  Aucune nouvelle d’importance ne permet de justifier une telle activité sur ce titre. Si ce n’est qu’il est de plus en plus acquis que les taux d’intérêt resteront bas plus longtemps que prévu.
    Par ailleurs, Proximus qui distribue son dividende final le 24 avril, a  indiqué lors de la publication de ses résultats 2018 prévoir des résultats cette année au moins égaux à ceux de l'an passé. Ce qui éloigne le risque craint par un certain nombre d’investisseurs d’assister à une nouvelle baisse du montant de son dividende, s’éloigne.

  • Les marchés d'actions en Europe à la remorque de Fiat

    Cinquième séance de suite orientée à la hausse pour les marchés boursiers en Europe. L’indice Stoxx 600 a encore progressé de 0,61% à 384,43 points pour se rapprocher un peu plus encore de son point le plus haut de 2018 atteint en janvier (402,81 points).

    La chute de 14,7% enregistrée par cet indice au quatrième trimestre de l’année dernière n’est désormais plus qu’un mauvais souvenir. Depuis le creux touché fin décembre, le Stoxx 600 a rebondi de 16,8%.

    De toute évidence, les investisseurs profitent de la "pause" que s’offrent les principales banques centrales du monde dans la remontée de leurs taux d’intérêt directeurs, pour s’activer chaque jour un peu plus sur les marchés d’actions qui offrent encore des rendements moyens plus qu’honorables.

    À cela, on peut ajouter les résultats qu’ont récemment communiqués les sociétés et qui ont été moins décevants dans beaucoup de cas que ce que la chute des Bourses à la fin de l’année dernière avait fait craindre. À Bruxelles pour ne citer que cet exemple, les bénéfices des 20 actions de l’indice Bel 20 ont limité leur recul à quelque 15%.

    Vague de fusions-acquisitions

    Autre élément encore qui joue en faveur des marchés d’actions, les opérations de fusions-acquisitions qui semblent s’accélérer soutiennent, à n’en pas douter la hausse des cours.On l’a encore observé mardi, où de simples rumeurs d’un intérêt de Peugeot pour le constructeur italien Fiat a revigoré tout un secteur qui ne tient pas particulièrement la forme depuis janvier. À Paris, l’action Peugeot a gagné  2,74% à 22,89 euros et, à Milan, celle de Fiat a bondi de 5,01% à 13,38 euros.

    Du côté des valeurs bancaires, Deutsche Bank et Commerzbank qui s’étaient mises en évidence la veille sur la reconnaissance officielle par leurs dirigeants respectifs de négociations en vue d’un rapprochement, ont fait l’objet de prises de bénéfice. L’action de la première banque en Allemagne s’est repliée de 1,62% à 8,008 euros et celle de Commerzbank de 3,3% à 7,41 euros.

    En revanche, la vague de fusions observée ces derniers jours dans le secteur des sociétés actives dans les moyens de paiement, a encore bénéficié à Adyen (+1,06%), Ingenico (+2,2%) et Worldline (+3,2%) notamment.

  • Les Bourses en route vers les plus hauts de 2018 en Europe

    Lentement, mais sûrement, les Bourses s'attèlent à effacer les bilans plus que décevants enregistrés au quatrième trimestre des 2018.

    L'indice Stoxx 600 évolue en ce moment tout près des 385 points. Il lui reste à monter de 4,5% pour retrouver son point le plus élevé de l'an dernier (402,81 points en janvier 2018).

    Les secteurs qui aident le plus cet indice à remonter depuis son plus bas touché fin décembre (329,6 points), sont: 

    - la distribution (+23%),

    - les ressources de base (+22,3%),

    - la construction (+21,5%)

    - la technologie (+20,4%)

    Ceux qui y contribuent le moins sont:

    - les télécoms (+6,4%),

    - les compagnies aériennes (+11,5%)

    - les médias (+13,3%).

    Dans la chute du Stoxx 600 entre octobre et la fin décembre, les secteurs des services et biens industriels (-19,4%), de l'automobile (-19,2%) des compagnies pétrolières (-19,1%) et de la technologie (-18,9%) s'étaient les moins bien comportés. A l'inverse des télécoms (+0,4%), des "utilities" (-1,1%) et de l'agroalimentaire (-8%). 

  • Neuvième jour de hausse pour Proximus!

    Proximus  enregistre des gains pour la 9e séance d’affilée. L'action gagne encore ce mardi 1,22% à 24,87 euros, son meilleur niveau depuis début mars 2018. Et cela, dans des volumes d’échanges particulièrement nourris. Plus d'un million de titres traités jeudi passé, plus de deux millions le lendemain et encore près de 900.000 hier. Pour l'heure, 500.000 de ces actions ont déjà changé de mains. Depuis le début de cette année, il s'est échangé à peu près 690.000 actions Proximus chaque jour à la Bourse de Bruxelles. 

    Aucune nouvelle d’importance ne permet pourtant de justifier une telle activité sur ce titre. Si ce n’est qu’il est de plus acquis que les taux d’intérêt resteront bas plus longtemps que prévu. 

    Par ailleurs, Proximus qui distribue son dividende final d'un montant brut de 1 euro le 24 avril, a  indiqué lors de la publication de ses résultats 2018 prévoir des résultats au moins égaux à ceux de  l'an dernier. Ce qui éloigne le risque craint par un certain nombre d’investisseurs d’assister à une nouvelle baisse du montant de son dividende, s’éloigne.

    Proximus qui distribue 95% de ses bénéfices à ses actionnaires -parmi lesquels on trouve l'Etat belge avec 53%-, attribue à ses actionnaires depuis plusieurs années un dividende total de 1,50 euro brut par action (1,05 euro net). Sur cette base, l'action offre un rendement dividendaire de 6% (4,2% nets)

  • Tops et flops dans le Dow Jones

     

    Meilleures performances:

    - DowDuPont: +1,8% à 56,21 USD

    - Boeing:       + 1,54% à 378 USD

    - Walgreens:   +1,13% à 63,79 USD

     

    Les plus décevantes:

    - Verizon: -0,33% à 57,88 USD

    - Merck: -0,3% à 57,89 USD

    - Apple: -0,26% à 187,54 USD

  • Wall Street attend avec impatience les "dots" de la Fed

    La Bourse de New York a ouvert en hausse avant l'entame de la réunion de la Réserve fédérale, qui devrait rester accommodante sur sa politique monétaire.

    L'indice Dow Jones affichait une heure après le début des transactions un gain de 0,48% à 26.036,87 points et le S&P 500 de 0,42% à 2.844,7 points. Sur le Nasdaq, le Composite s'adjugeait 0,36% à 7.742,6 points.

    Le comité de politique monétaire de la Fed, qui entame aujourd'hui deux jours de réunion, ne devrait pas modifier ses taux d'intérêt. Lors de sa conférence de presse de mercredi, Jerome Powell, le président de l'institution, sera attendu sur deux points : les "dots" - autrement dit les prévisions des membres de la Fed sur le niveau des taux - et l'arrêt annoncé de la réduction du bilan de la banque centrale.

    A la perspective d'une position toujours accommodante de la Fed, le dollar recule de 0,2% face à un panier de devises internationales. Le rendement des Treasuries à 10 ansprend 2,5 points de base 2,628%.

    Sur le front des valeurs, Nvidia s'adjuge 2,93%, le marché saluant l'accord conclu entre le fabricant de semi-conducteurs et le conglomérat japonais SoftBank pour déployer desserveurs dédiés au jeu vidéo en ligne au Japon et en Corée du Sud. 

  • Le ralentissement de l'activité industrielle se confirme aux USA

    Les nouvelles commandes à l'industrie aux Etats-Unis ont à peine augmenté en janvier, freinées par un recul des achats d'ordinateurs et de produits électroniques, montrent mardi des données du département du Commerce qui confirment le ralentissement de l'activité manufacturière.

    Les commandes à l'industrie ont augmenté de 0,1% au mois de janvier, comme en décembre, ce dernier chiffre ayant été confirmé.

    Les économistes interrogés par Reuters s'attendaient en moyenne à une hausse de 0,3% en janvier.

  • Des investisseurs institutionnels contre Danske Bank

    Des investisseurs institutionnels ont porté plainte contre Danske Bank au Danemark en raison du scandale de blanchiment d'argent portant sur plus de 200 milliards d'euros de transactions suspectes via la banque danoise. L'action Danske Bank a perdu la moitié de sa valeur en 2018 avec la révélation de ce scandale, qui a provoqué le départ du directeur général et du président du conseil d'administration de la banque.

    Ces investisseurs de 19 pays réclament 475 millions de dollars (418 millions d'euros) d'indemnités, écrit Grant & Eisenhofer, l'un des deux cabinets d'avocats américains les représentant, dans un communiqué daté du 18 mars.  

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    * NETFLIX, APPLE - Les contenus originaux de Netflix ne seront pas disponibles sur la plate-forme de "streaming" de films et de séries qu'Apple s'apprête à dévoiler lundi prochain, a déclaré lundi le PDG de Netflix, Reed Hastings.

    * FORD a annoncé son intention d'augmenter de 20% en juillet la production de ses SUV Ford Expedition et Lincoln Navigator, deux modèles populaires dont les prix de vente sont nettement supérieurs à la moyenne de la gamme.

    * BOEING cède 0,6% en avant-Bourse, ajoutant à ses pertes d'environ 12% depuis l'accident du 737 MAX 8 d'Ethiopian Airlines le 10 mars. L'avionneur a assuré lundi soir avoir pris des mesures pour "assurer pleinement" la sécurité de son bimoteur après deux crashs survenus en cinq mois, qui ont amené la justice américaine et le département des Transports à se pencher sur le développement de l'avion et sa certification.

    * NVIDIA gagne 1,4% en avant-Bourse, le marché saluant l'accord conclu entre le fabricant de semi-conducteurs et le conglomérat japonais SoftBank pour déployer des serveurs dédiés au jeu vidéo en ligne au Japon et en Corée du Sud.

    * REVLON a annoncé lundi avoir détecté une "faiblesse importante" dans la présentation de ses comptes, liée à la mise en place de son système SAP de planification des ressources de l'entreprise aux Etats-Unis. Le groupe de cosmétiques a précisé qu'il ne prévoyait aucune modification des comptes provisoires déjà publiés, dont ses résultats du quatrième trimestre. L'action chute de 5,5% en avant-Bourse.

    * DSW - Le chausseur perd 5,5% en avant-Bourse, effaçant ses gains de 2019, après l'annonce d'une perte nette inattendue pour son quatrième trimestre clos le 2 février.

    * AXA EQUITABLE (EQH) - Axa a annoncé lundi avoir mis en vente 40 millions d'actions Axa Equitable Holdings via une offre secondaire. Si elle est souscrite, Axa cédera aussi 30 millions d'actions à sa filiale américaine dans le cadre d'un plan de rachat d'actions. Suite à ces opérations, Axa détiendra moins de 50% du capital d'EQH.

    * WILLIAMS COS - Le groupe d'énergie a conclu une alliance avec le Canada Pension Plan Investment Board (CPPIB) pour créer une société commune qui exploitera des gazoducs dans les bassins de schistes Marcellus et Utica, la première région de production de gaz aux Etats-Unis. Le fonds de pension canadien investira 1,34 milliard de dollars pour 35% de la coentreprise, ainsi valorisée 3,8 milliards environ.

    * DERMIRA abandonne 3,2% en avant-Bourse après l'annonce d'une augmentation de capital de 110 millions de dollars. Le titre s'était envolé de 84% à 12,612 dollars lundi après l'annonce de résultats positifs d'essais d'un nouveau traitement de l'eczéma, ce qui a porté la capitalisation boursière de la société biopharmaceutique à près de 533,8 millions de dollars pour 42,3 millions d'actions en circulation.

    * 1-800-FLOWERS progresse de 1,6% avant l'ouverture en réaction à un relèvement de recommandation de D.A. Davidson, passé de "neutre" à "achat" sur le fleuriste en ligne avec un objectif de cours porté de 18 à 22,50 dollars.

    * DOMINO'S PIZZA - JPMorgan a relevé sa recommandation à "surpondérer" contre "neutre". Le titre gagne 1,8% en avant-Bourse.

    * YUM BRANDS - JPMorgan a abaissé sa recommandation à "neutre" contre "surpondérer". Le titre cède 2% en avant-Bourse.

  • Wall Street attendue en hausse

    Wall Street est attendue en territoire positif et les Bourses européennes sont en hausse à mi-séance, soutenues entre autres par la progression du secteur automobile, avant le début de la réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale (Fed), qui devrait rester accommodante sur ses taux.

    → Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en hausse de 0,4% environ.

  • L'automobile en Europe grimpe après un avis favorable de BAML

    Le secteur européen de l'automobile grimpe à la mi-journée, des intervenants de marché évoquant un avis favorable de Bank of America-Merrill Lynch (BAML), qui voit des arguments pour acheter le compartiment en Bourse.

    "Il y a un 'call' de Bank of America. Ils disent voir des arguments contrariants pour être 'long' (acheteur, ndlr) sur l'automobile en Europe", a dit un trader en poste à Paris. "BAML a fait un sondage auprès des gérants sur leur secteurs favoris. L''auto & parts' montre que les gérants sont très négatifs sur le secteur", a ajouté un gérant.

  • "L'économie allemande devrait nettement fléchir cette année"

    Le comité des "Sages", un forum d'influents économistes conseillant le gouvernement allemand, a nettement revu à la baisse ses prévisions de croissance, refroidi par le ralentissement à l'export et la pénurie persistante de main-d'oeuvre. Le produit intérieur brut (PIB) de la première économie européenne ne devrait croître que de 0,8% cette année, après 1,4% l'an dernier, soulignent les cinq experts dans leur rapport semestriel toujours très suivi.

    En novembre dernier, ils attendaient encore 1,5% de croissance pour 2019, mais ils ont intégré le coup de froid de la fin 2018, qui a vu l'Allemagne frôler la récession technique en enchaînant un repli de 0,2% de son PIB au troisième trimestre puis une stagnation au quatrième trimestre.

  • Le S&P 500 à quelques encablures de son record

    Alors que les actions européennes restent très loin de leur plus haut historique, les actions américaines partent à nouveau à la conquête des cieux.

  • Le sentiment des investisseurs en Allemagne s'est nettement amélioré

    -3,6
    L'indice ZEW remonte plus qu'attendu
    L'indice ZEW est remonté à -3,6 après -13,4 en février. Les économistes et analystes interrogés par Reuters tablaient en moyenne sur un chiffre de -11,0.

  • Les actions restent délaissées

    Les investisseurs réduisent la part des liquidités dans leurs portefeuilles et se montrent plus confiants dans leurs anticipations de croissance de l'économie et de bénéfices des entreprises mais ils ne reviennent pas pour autant sur les actions, montre une enquête de BAML.

    "Il n'y a tout simplement pas d'appétit à négocier en actions"
    Michael Hartnett
    responsable de la stratégie d'investissement de BAML

    Selon ce sondage mensuel réalisé auprès de 239 gérants d'actifs mondiaux entre le 8 et le 14 mars, le niveau de cash dans les portefeuilles a été ramené à 4,6% contre 4,8% et les attentes en terme de croissance économique et de profits des sociétés cotées ont fortement rebondi pour le deuxième mois consécutif, même si elles restent faibles.

  • "Le temps s'est arrêté sur les marchés boursiers"

    "Le temps s'est arrêté sur les marchés boursiers en ce début de semaine, volumes et volatilité sont au point mort. Les opérateurs devraient rester sur la touche jusqu'à la mise à jour de la Fed sur sa politique monétaire mercredi soir"
    Nicolas Chéron
    responsable de la recherche marchés pour Binck.fr

  • Royaume-Uni: le taux de chômage au plus bas depuis 1975

    Le taux de chômage au Royaume-Uni a reculé à 3,9% lors des trois mois achevés à fin janvier, au plus bas depuis début 1975, tandis que le pouvoir d'achat des ménages s'est encore renforcé, a annoncé  l'Office des statistiques nationales (ONS). Cette baisse du taux de chômage constitue une surprise pour les économistes qui s'attendait à un chiffre stable, 4%, selon un consensus établi par Bloomberg.

    Selon l'ONS, les salaires ont par ailleurs encore nettement progressé de 3,4% sur un an, soit bien plus que l'inflation. Ces données confirment la vigueur du marché de l'emploi au Royaume-Uni malgré les incertitudes du Brexit.

  • Le point sur les marchés après l'ouverture

    Les principales Bourses européennes évoluent en hausse modérée dans la matinée, la prudence restant de mise face aux incertitudes entourant le Brexit et avant la décision de politique monétaire de la Réserve fédérale (Fed) mercredi.

    → À Paris, l'indice CAC 40 avance de 0,24% à 5.425,79 points. À Francfort, le Dax gagne 0,43% et à Londres, le FTSE prend 0,48%. L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro s'adjuge 0,37%, le FTSEurofirst 300 progresse de 0,35% et le Stoxx 600 monte de 0,41%.

    Parmi les plus fortes baisses, Iliad   chute de 6,07% à 85 euros, l'annonce d'un projet de cession de tours mobiles ne suffisant pas à contrebalancer la faiblesse des performances de l'opérateur télécoms en 2018.

    Le secteur de la distribution se distingue quant à lui à la hausse (+0,92%) avec la progression du britannique Ocado   en réaction à la publication de ses ventes trimestrielles et celle du groupe de luxe Kering .

  • "Les fusions bancaires efficaces pour réduire les coûts"

    Les fusions bancaires constituent, en Allemagne, un outil efficace de réduction des coûts mais toute opération nécessite un modèle économique viable, a déclaré Joachim Würmeling, membre du directoire de la Bundesbank. Il a ajouté que les autorités de supervision adopteraient une position neutre si elles étaient amenées à étudier un projet de fusion et qu'elles ne joueraient jamais un rôle actif pour initier un tel projet.

    "Les fusions nécessitent un modèle économique viable et durable". "Les hypothèses et les prévisions figurant dans les projets soumis seront donc analysés avec attention."
    Joachim Würmeling
    membre du directoire de la Bundesbank

  • Les Bourses chinoises finissent tiraillées

    Les Bourses chinoises ont clôturé en ordre dispersé, Hong Kong grimpant légèrement tandis que Shanghai piquait du nez, reprenant son souffle à la suite de fortes hausses, dans des marchés prudents avant une réunion de la Réserve fédérale américaine (Fed).

    A la Bourse de Hong Kong, l'indice Hang Seng a terminé sur une hausse de 0,19% à 29.466,28 points. En Chine continentale, l'indice composite de la place de Shanghai a en revanche reculé de 0,18%, à 3,090,98 points, tandis que l'indice de référence de Shenzhen s'appréciait de 0,18%, à 1.688,76 points.

  • Les chiffres d'Asos en-deça des attentes

    Le groupe britannique de prêt-à-porter en ligne ASOS   a fait état de ventes trimestrielles inférieures aux attentes, sous le coup notamment des difficultés éprouvées par son nouvel entrepôt aux Etats-Unis à faire face à la demande, une annonce qui se traduit par une chute de 11% du titre dans les premiers échanges.

    Les contre-performances américaines viennent se rajouter à des environnements de marché qui restent compliqués pour Asos en France et en Allemagne. Sur le trimestre clos le 28 février, le deuxième de l'exercice 2018-2019, les ventes ont augmenté de 11% à 641 millions de livres (750 millions d'euros) contre un consensus fourni par le groupe de 653 millions. Au premier trimestre, le total avait été de 656 millions de livres (+14%).

  • Un conflit d'intérêt dans le dossier Deustche Bank?

    Des parlementaires allemands dénoncent un conflit d'intérêt entre le secrétaire d'Etat aux Finances Jörg Kukies et Goldman Sachs, qui conseille Commerzbank   dans le dossier de son éventuelle fusion avec Deutsche Bank

    Jörg Kukies était coprésident du directoire de Goldman Sachs en Allemagne avant d'entrer au gouvernement il y a un an. Selon des sources proches du dossier, le secrétaire d'Etat a depuis préconisé une fusion entre Deutsche et Commerzbank, un rapprochement qui, selon les syndicats, pourrait entraîner jusqu'à 30.000 suppressions de postes.

  • OPENING BELL

    BEL 20 +0,07%

    AEX +0,05%

    CAC 40 -0,10%

  • Les changements de reco à Bruxelles

    * Montea : KBC Securities a relevé son objectif de cours à 67 euros contre 56 euros précédemment.

    * Xior : KBC Securities a relevé son objectif de cours à 38 euros contre 36 euros auparavant.

  • Les entreprises asiatiques vont réduire leurs investissements

    L'investissement des entreprises en Asie devrait accuser cette année son premier repli en trois ans en réaction au ralentissement de l'économie chinoise, à la persistance des tensions commerciales et aux incertitudes liées au Brexit, montre une analyse par Reuters des données Refinitiv.

    Les dépenses d'investissement et de maintenance (capex) de 2.137 sociétés cotées d'Asie devraient diminuer en moyenne de 4% sur l'année selon ces données, fondées sur des estimations d'analystes financiers. Leur chiffre d'affaires devrait parallèlement augmenter de 3,3%.

    En 2018, les "capex" avaient augmenté de près de 8%.

  • "La livre sterling est bon marché"

    La vision positive de Merian Global Investors sur la livre sterling  tranche avec le discours de nombreuses sociétés telles que Nordea Bank qui ont recommandé de "shorter" la devise, affirmant que tout optimisme concernant le Brexit est exagéré.

  • Le point sur les marchés avant l'ouverture

    Les principales Bourses européennes devraient ouvrir sur une note inchangée ce mardi, la prudence restant de mise face aux incertitudes entourant le Brexit et avant la décision de politique monétaire de la Réserve fédérale (Fed) mercredi.

    → D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien pourrait grappiller 0,05% à l'ouverture, le Dax à Francfort serait stable et le FTSE à Londres reculerait de 0,06%.

    En Europe, le dossier du Brexit reste toujours aussi tumultueux. Alors que Theresa May espérait solliciter à nouveau le Parlement sur son projet d'accord de sortie, le président de la Chambre des communes, le conservateur John Bercow, a bouleversé ses plans en déclarant que le gouvernement ne pouvait pas demander aux parlementaires de revoter sur un texte identique à celui qu'ils ont rejeté la semaine dernière.

    "En agissant ainsi, il a fait éclater un pilier clé de la stratégie de la Première ministre, qui consistait à tenter de forcer les récalcitrants au Brexit à soutenir son accord. (...) Il a aussi rendu moins probable le fait que les responsables de l'Union européenne accorderont une courte prolongation (de la date du Brexit) lorsqu'ils se réuniront cette semaine"
    Michael Hewson
    chez CMC Markets

  • Iliad voit fondre son bénéfice net

    Iliad  , la maison-mère de l'opérateur de télécommunications Free, a annoncé un bénéfice net en repli de 18,5% sur l'année 2018, à 330 millions d'euros, marqué par un contexte très concurrentiel en France qui a entraîné une baisse du nombre d'abonnés ainsi que du revenu moyen par abonné. Lien vers le communiqué

    Au cours de l'exercice, le chiffre d'affaires du groupe a progressé de 0,6% à 4,89 milliards d'euros, grâce à l'Italie, où l'opérateur revendique 2,8 millions d'abonnés sept mois après son lancement, permettant de compenser la baisse des ventes dans l'Hexagone.

  • Baxter et bioMérieux annoncent leur collaboration

    Baxter International  , actif dans les soins intensifs, et bioMérieux  , actif dans le domaine du diagnostic in vitro, annoncent un accord de collaboration pour le développement de futurs biomarqueurs permettant d’identifier rapidement l’insuffisance rénale aiguë (IRA) et de donner des informations pour le traitement.

    Les termes détaillés de l'accord ne sont toutefois pas communiqués. Lien vers le communiqué

  • Tokyo termine sans direction claire

    La Bourse de Tokyo a fini en légère baisse ce mardi, les valeurs tournées vers l'export ayant subi des prises de bénéfice avec la poursuite de la hausse du yen.

    → L'indice Nikkei a perdu 0,08% à 21.566,85 points et le Topix, plus large, a cédé 0,21% à 1.610,23 points.

    Sur le marché des changes, le dollar cédait 0,16% en fin de séance à 111,24 yens, son troisième repli consécutif. L'appréciation de la devise japonaise a incité aux prises de profit sur les grands exportateurs, comme Panasonic, qui abandonnait 0,63%, ou l'équipementier du secteur des semi-conducteurs Tokyo Electron (-0,60%).

  • Le nouveau Bel 20 a moins de potentiel de hausse

    La capitalisation boursière des 20 actions qui constituent le Bel 20  s’est allégée de 8,4%. Elle passe de 355 milliards d’euros à 325,5 milliards. Suite à la sortie de bpost et Engie, deux sociétés décotées, le potentiel de hausse de l'indice boursier pour les 12 prochains mois se réduit à 7,5%, contre 10%.

  • Celyad élabore une nouvelle lignée de thérapies cellulaires

    La biotech Celyad   a obtenu des résultats précliniques prometteurs avec sa nouvelle plateforme de thérapies cellulaires. Elle va lancer plusieurs études pour de nouveaux produits candidats.

    Les responsables de Celyad affirment disposer de ressources suffisantes jusqu’à la mi-2020. L’entreprise disposait de 55,9 millions d’euros de trésorerie à fin septembre 2018. Elle doit publier ses chiffres pour l’ensemble de 2018 le 29 mars.

  • Good morning!

    Bonjour à toutes et à tous! Vous vous trouvez sur le "Market Live" de L'Echo, l'endroit idéal pour suivre en direct les grandes tendances de l'actualité économique et financière de ce mardi 19 mars 2019.

    Au programme de cette nouvelle journée:

    • LONDRES : 10h30 Demandeurs d'emploi, taux de chômage, salaires / février 
    • FRANCFORT : 11h00 Indice ZEW du sentiment des investisseurs / mars 
    • BRUXELLES : 11h00 Coûts salariaux en zone euro / T4
    • PARIS : 18h00 Note de conjoncture de l'Insee 
    • WASHINGTON : Réunion du FOMC de la Réserve fédérale (1ère journée) - 13h30 Mises en chantier, permis de construire / février - 15h00 Commandes à l'industrie / janvier 
    ©REUTERS

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés