1. Les marchés
  2. Live blog
live

Les actions laminées par les craintes de récession

Les marchés européens se sont largement enfoncés dans le rouge sous le coup des inquiétudes économiques. Après des indices ISM/PMI manufacturiers décevants, les créations d'emplois aux États-Unis plus faibles que prévu ont sapé le moral des investisseurs.
  • Fin du Market Live

    C'est ici que nous clôturons ce "Market Live". Mais rendez-vous demain, à partir de 07h30, pour une nouvelle édition.

    Au menu de ce jeudi 3 octobre: les investisseurs s'intéresseront principalement à l'indice ISM dans les services. Côté entreprises, on attend les résultats trimestriels de Pepsico et d'H&M.

    À demain!

  • Résumé de la séance

    Les principaux indices actions ont clôturé en territoire négatif ce mercredi, largement plombés par la publication d'indicateurs macroéconomiques jugés décevants. "Il y a une cristallisation de toutes les craintes", a résumé auprès de l'AFP Daniel Larrouturou, gérant actions à Dôm Finance. 

    "L'onde de choc générée par les chiffres manufacturiers américains hier s'est prolongée aujourd'hui. S'y est ajouté dans la matinée un mauvais chiffre pour les ventes de détails à Hong Kong qui a beaucoup pesé sur le luxe, puis les révisions significatives à la baisse de la croissance allemande par ses principaux instituts de recherche", a-t-il détaillé. "Le ralentissement des créations d'emplois dans le privé aux États-Unis dans l'après-midi est venu renforcer les doutes sur la vigueur de la croissance américaine, et pour ajouter à la morosité ambiante, l'OMC a autorisé Washington à imposer des taxes sur des produits européens".

     

    À la Bourse de Bruxelles, le Bel 20 a également souffert de la vague des prises de bénéfices. L'indice phare de la Bourse de Bruxelles a ainsi clôturé sur un repli de 2,72%, à 3.566,37 points. Toutes les actions qui le composent ont également terminé en territoire négatif.

  • Clôture des marchés européens

    CAC 40 -3,12%

    AEX -2,77%

    BEL 20 -2,72%

  • USA: hausse plus forte qu'attendu des stocks de brut

    Les stocks américains de pétrole brut ont augmenté plus qu'attendu la semaine dernière en raison d'une baisse de l'activité du secteur du raffinage, montrent les chiffres publiés par l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA). Les stocks de brut ressortent en hausse de 3,1 millions de barils à 422,6 millions. Les économistes attendaient en moyenne une augmentation de 1,6 million de baril seulement.

    → En réaction, les cours du pétrole amplifient leur recul après la publication de ces chiffres, celui du brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) cédant plus d'un dollar à 57,86 dollars.

  • Outre l'analyse fondamentale, l'analyse technique est aussi peu encourageante

  • L'OMC autorise les USA à imposer des taxes sur 7,5 milliards de dollars de biens européens

    L'Organisation mondiale du commerce (OMC) a autorisé mercredi Washington à imposer des taxes sur près de 7,5 milliards de dollars (6,8 milliards d'euros) de biens européens par an, en représailles à des aides accordées à Airbus  . Ce feu vert ne préjuge pas de la décision des Etats-Unis d'imposer ou non ces sanctions, en totalité ou en partie, sous la forme de surtaxes sur une vaste gamme de produits européens.

    La Commission européenne a menacé de riposter. En cas de nouveaux droits de douane américains, "l'UE n'aura pas d'autre option que de faire la même chose", a prévenu la Commissaire européenne au Commerce, Cecilia Malmström, soulignant toutefois sa "volonté de trouver un règlement équitable" avec les Etats-Unis.

  • "Les inquiétudes économiques pèsent sur les actions européennes"

    Wall Street et les marchés européens voient rouge pour la seconde séance consécutive. À la Bourse de Bruxelles, le Bel 20  perd environ 2%. Soit une chute de plus de 3% en seulement deux jours.

    → Pourquoi une telle baisse? C'est ce que l'on pourrait appeler un "retour aux fondamentaux". Après avoir été focalisés sur les banques centrales, la guerre commerciale et les troubles politiques, les investisseurs se concentrent à nouveau sur les fondamentaux économiques à quelques jours d'une nouvelle saison des résultats d'entreprise. Et ce qu'ils voient ne leur plait visiblement pas.

    "Les inquiétudes économiques pèsent sur les actions européennes"
    Michael Hewson
    analyste de CMC Markets

    Rappelons que l'on a appris mardi que l'activité du secteur manufacturier dans la zone euro a enregistré en septembre sa contraction la plus marquée depuis près de sept ans. Même topo de l'autre côté de l'Atlantique où l'indice ISM manufacturier est tombé à 47,8 points. Soit son plus bas niveau depuis environ 10 ans.

    Les investisseurs ont également appris ce mercredi que les créations d'emplois aux États-Unis sont tombées à 135.000 en septembre. Qui plus est, la croissance mensuelle moyenne de l'emploi sur les trois derniers mois, indicateur plus suivi, est de 145.000, en baisse par rapport à celle de 214.000 sur la même période l'an dernier.

  • La Justice britannique autorise une action de consommateurs contre Google

    Une Cour d'appel britannique a autorisé une plainte en nom collectif contre Google   lancée par une association de consommateurs qui accuse le groupe américain d'avoir collecté illégalement des données personnelles d'utilisateurs de l'iPhone. L'association "Google You Owe Us" (Google, tu nous dois quelque chose), menée par l'ancien dirigeant de l'association de consommateurs Which?, Richard Lloyd, tente d'obtenir compensation pour plus de 4 millions d'utilisateurs, espérant ainsi mener la première action de ce type dans le pays.

    Une affaire semblable avait été portée devant la justice britannique en 2015 par trois personnes. Ces dernières avaient obtenu un accord resté confidentiel mais qui avait ouvert la porte à une action collective, selon Google You Owe Us.

  • | OPENING BELL |

    Wall Street ouvre en baisse: Dow Jones -0,65%, S&P 500 -0,64% et Nasdaq -0,73%

  • Les créations d'emploi dans le secteur privé ralentissent

    Les créations d'emplois dans le secteur privé ont diminué à 135.000 en septembre, contre 140.000 à 150.000 attendu par le consensus. Celles du mois d'août ont été revue en baisse à 157.000 contre 195.000.

    Ahu Yildirmaz, vice-président de l'institut ADP, souligne dans un communiqué que "la croissance mensuelle moyenne de l'emploi sur les trois derniers mois est de 145.000, en baisse par rapport à celle de 214.000 sur la même période l'an dernier".

    Le gouvernement publie vendredi les chiffres officiels de l'emploi pour le mois dernier et les économistes s'attendent à un taux de chômage stable à 3,7% et à 150.000 créations d'emplois.

    La statistique ADP a peu d'impact sur le marché : les pertes en Europe tournent autour de 1,5% tandis que Wall Street est attendu en baisse de l'ordre de 0,4%. Peu de changement pour la paire euro/dollar qui tourne autour de 1,09 dollar.

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    * JOHNSON & JOHNSON a déclaré qu'il allait verser 20,4 millions de dollars (18,6 millions d'euros) dans le cadre d'un accord à l'amiable pour mettre fin à des plaintes dans deux comtés de l'Ohio le mettant en cause dans la crise de santé publique liée aux opioïdes aux Etats-Unis. Le titre gagne 1% dans les échanges avant-Bourse.

    * EXXON MOBIL a vu son bénéfice d'exploitation trimestriel reculer pour le quatrième trimestre consécutif affecté principalement par la baisse des prix du pétrole, montrent mardi des documents transmis par la compagnie pétrolière à la Securities and Exchange Commission (SEC). Le groupe doit publier ses comptes du troisième trimestre le 31 octobre.

    * TWITTER - Une partie des utilisateurs du réseau social et de son application TweetDeck ne peuvent pas accéder au site internet, touché par une panne à l'échelle mondiale.

    * STARS GROUP, propriétaire du canadien Poker Stars, et Flutter Entertainment, propriétaire de l'irlandais Paddy Power Betfair, ont annoncé mercredi leur fusion, qui créera le numéro un mondial des paris en ligne par les revenus. L'action cotée à New York de Stars Group s'envole de 50% en avant-Bourse.

  • Samsung arrête sa production de smartphones en Chine

    Samsung annonce l'arrêt de la production de téléphones en Chine, un pays où sa part de marché a fondu ces dernières années du fait notamment de la concurrence de plus en plus féroce avec les fabricants locaux.

    Le géant coréen, souffre particulièrement dans le pays, où sa part de marché a dégringolé de 15% environ à la mi-2013 à 1% au premier trimestre de cette année parallèlement à la montée en puissance fulgurante des chinois Huawei et Xiaomi.

    Pour autant, le Coréen, qui invoque le besoin d'améliorer son efficacité, ne compte pas se retirer du premier marché mondial de smartphones.

  • Le point sur la tendance boursière

    1. Repli généralisé des marchés en Europe.
    2. Les baisses varient entre 2% à Londres et 1,3% à Francfort.
    3. L'ISM manufacturier américain a relancé les craintes d'une récession.
    4. Boris Johnson doit présenter sa dernière proposition pour le Brexit.
    5. Tous les secteurs baissent, avec en tête les valeurs minières (-3%).
    6. L'enquête ADP sur l'emploi attendue à 14h15.
    7. Wall Street est attendue en repli, de 0,6 à 0,7%.

  • Boris Johnson parle, la bourse de Londres creuse ses pertes

    La bourse de Londres plonge de 2%, pendant le discours du Premier ministre britannique Boris Johnson au Congrès du parti conservateur lors duquel il a répété que le Royaume-Uni quitterait l'Union européenne "quoiqu'il arrive" le 31 octobre, et notamment quel que soit le sort réservé par les Européens aux propositions qu'il s'apprête à formuler.

    Par ailleurs, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker s'entretiendra par téléphone mercredi à partir de 17h15 avec le Premier ministre britannique Boris Johnson après avoir pris connaissance de ses nouvelles propositions pour parvenir à une sortie négociée du Royaume Uni de l'UE, a annoncé sa porte-parole.

  • +21%
    Pari gagnant pour Flutter Entertainment
    Flutter Entertainment, anciennement Paddy Power, bondit de 21% après l'annonce d'une fusion avec son concurrent Stars Group, propriétaire de Poker Stars, pour créer le leader mondial des paris sportif en ligne.

  • Les inquiétudes pour la croissance plombent les marchés

    Les principales Bourses européennes baissent, évoluant à un creux d'une semaine, au lendemain d'un indicateur américain inquiétant pour la croissance économique mondiale.

    Les pertes varient entre 1,5% à Londres et 0,99% à Francfort. L'indice paneuropéen DJ Stoxx 600 lâche 1,2% et l'indice EuroStoxx 50 de la zone euro 1,13%.

    Les indices européens ont terminé sur un repli marqué mardi, affectés principalement par la forte contraction du secteur manufacturier en septembre aux Etats-Unis et la nouvelle contraction de l'activité du secteur manufacturier en zone euro.

    "La baisse semble maintenant s'accélérer de peur que la détérioration continue de l'activité dans les usines se propage à un moment donné dans le secteur beaucoup plus vaste des services. Nous en apprendrons davantage jeudi avec l'indice PMI en zone euro et l'ISM des services mais plus la faiblesse dans les usines persiste, plus elle sera susceptible de se manifester dans le secteur des services."
    Michael Hewson
    CMC Markets

     

    Unique statistique majeure au programme de la séance, l'enquête ADP sur l'emploi privé aux Etats-Unis pour le mois de septembre sera publiée à 14h15.

    Les craintes sur la croissance mondiale pénalisent la quasi totalité des secteurs européens. L'indice Stoxx 600 des matières pemières perd 2,4%, celui de la construction 1,72% et celui du pétrole et du gaz 1,60%.

  • Le plan de Suez accueilli avec prudence

    Suez lâche 4% après la présentation de son plan stratégique baptisé "Shaping Suez 2030", qui vise à améliorer ses résultats en réalisant un milliard d'euros d'économies par an d'ici à 2023 et en mettant l'accent sur les clients industriels, sans préciser toutefois quand il serait en mesure d'augmenter son dividende.

    Le numéro deux mondial de la gestion de l'eau et des déchets ambitionne de doper sa profitabilité à l'horizon 2021, en portant son bénéfice récurrent à 0,8 euro par action, contre 0,47 euro en 2018.

    Le plan de Suez présente "des éléments très positifs sur le papier (...) mais il va falloir désormais mettre en œuvre ces ambitions et c'est là que l'on risque d'avoir des déceptions dans un environnement à faible visibilité macroéconomique et avec des taux d'intérêt durablement bas", commente Grégoire Laverne, gérant chez Roche-Brune Asset Management.

  • Safilo: +7,4%

    Le lunetier italien Safilo indique ne pas être au courant du moindre intérêt de la part du groupe français de luxe Kering, réagissant ainsi à une information de presse du site Milano Finanza.

    Kering a refusé de commenter cette information.

    A la Bourse de Milan, le titre Safilo bondit de 7,4% à la suite de cette information, portant sa capitalisation boursière à quelque 271 millions d'euros. Le titre Kering recule de 1,6%.

  • "Les investisseurs ont été abasourdis par les derniers chiffres sur l'indice ISM manufacturier aux Etats-Unis."
    David Madden
    Analyste de CMC Markets

  • Les marchés européens creusent leurs pertes

    Les marchés européens s'enfoncent en territoire négatif, au lendemain d'une forte baisse entraînée par la publication d'un mauvais indicateur américain, qui a ravivé les craintes de récession chez les investisseurs.

    Paris perd 1%, Bruxelles 0,92%, Francfort 0,91% et Amsterdam 0,77%.

    "Alors que les indices, en particulier européens, tentaient de se frayer un chemin vers de nouveaux sommets cette année, l'ISM manufacturier américain a jeté un froid", a souligné dans une note Tangi Le Liboux, un stratégiste du courtier Aurel BGC.

  • Kepler passe à "conserver" sur Sofina

    Depuis le début de la couverture du titre Sofina par Kepler, l'action de la société holding a enregistré une excellente performance (+ 17%), entraînant la disparition de la décote par rapport à la valeur d'inventaire. "Nous avions estimé que Sofina méritait de s'échanger en ligne avec sa valeur d'inventaire, ce qui semble être désormais le cas", estime l'analyste Kris Kippers. Il semble que la "Belle au bois dormant" de Bruxelles n’est plus en léthargie, ajoute-t-il. En conséquence, le rating passe d'acheter à conserver avec un objectif de cours de 209 euros (contre 197).

    Sofina perd 2,43% à 200,50 euros dans un marché en baisse de 1%.

  • Kepler sur Mithra

    Mithra a annoncé mardi durant la séance avoir signé un contrat avec Mayne Pharma pour la commercialisation de l'Estelle aux Etats-Unis. Le deal peut apporter jusqu'à 295 millions de dollars, cash et actions inclus, plus élevé que ce qu'attendait l'analyste Thomas Landemaine. Par ailleurs, Mithra a annoncé qu'il avait réduit la part du montant des revenus tirés de l'Estelle à reverser aux anciens actionnaires d'Uteron Pharma. L'objectif de cours est relevé à 37 euros contre 35 euros. La recommandation d'achat est maintenue.

    Mithra perd 4,6% à 28,98 euros dans un marché en baisse de 0,96%.

  • |Opening bell|

    Les bourses européennes battent en retraite à l'ouverture de la séance, au lendemain d'une forte baisse entraînée par la publication d'un mauvais indicateur américain, qui a ravivé les craintes de récession chez les investisseurs.

    • Bruxelles: -0,31%
    • Amsterdam: -0,22%
    • Francfort: n.c.
    • Paris: -0,32%
    • DJ Stoxx 600: -0,30%

  • Tesco: -3%

    Tesco perd entre 2% et 3% en avant-Bourse selon des traders, la chaîne britannique de supermarchés ayant annoncé la démission à l'été 2020 de son directeur général, Dave Lewis, qui sera remplacé par un dirigeant de Walgreens Boots Alliance.

  • Immobel lance un emprunt obligataire pour les investisseurs particuliers

    Immobel annonce qu’une émission obligataire à 7,5 ans sera lancée le 4 octobre 2019 pour un montant total de minimum 50 millions d'euros et de maximum 75 millions. Ces obligations seront émises sous la forme d’une offre publique en Belgique ouverte à des investisseurs particuliers et, dans une certaine mesure, à des investisseurs qualifiés.

    Le prix d’émission est fixé à 100 % de la valeur nominale des obligations. Le prix d’offre est fixé à 101,875 % de la valeur nominale des obligations, qui comprend le prix d’émission et une commission de vente et de distribution.

    Les coupons bruts s’élèvent à 3%, payables le 14 avril de chaque année et pour la première fois le 14 avril 2020.

    Les rendements actuariels bruts sur base du prix d’offre s’élèvent à 2,722%, tandis que les rendements actuariels nets (à savoir le rendement brut dont est déduit le précompte mobilier de 30 %) s’élèvent à 1,831%.

  • "Les négociations commerciales sino-américaines prévues la semaine prochaine sont primordiales en ce qui concerne les perspectives du secteur manufacturier. Si tout se passe bien, nous pourrions assister à une reprise en forme de V des données ISM dans les mois à venir."
    Hirokazu Kabeya
    Responsable de la stratégie globale chez Daiwa Securities

  • Jefferies "achète" Pernod Ricard

    Jefferies relève sa recommandation sur Pernod Ricard à "acheter" contre "conserver" et son objectif de cours de 185 euros contre 175 euros.

    Le groupe de spiritueux, auquel le fonds activiste Elliott réclame une amélioration de ses marges, veut regrouper ses activités en France au sein d'une entreprise unique afin de renouer avec la croissance, ce qui pourrait se traduire par la suppression de 280 postes, a-t-il annoncé mardi.

  • Apple à un souffle de son record

    L'action Apple a clôturé en hausse de 1,9% à 224,59 dollars mardi à Wall Street, le fabricant d’iPhone n'étant plus qu'à 3% de son cours record d'octobre 2018 de 232,07 dollars. Le PDG Tim Cook a déclaré au quotidien allemand Bild que les ventes d'Iphone 11 avaient connu un très bon départ et qu' "il ne pouvait pas être plus heureux".

    Un analyste de la banque JP Morgan a relevé lundi l'objectif de prix de l'action Apple à 265 dollars (contre 243 dollars précédemment), tablant notamment sur des ventes plus importantes que prévu du nouveau modèle d'iPhone.

  • Briefing d'avant bourse

    L'Europe donnée en petite baisse | L'enquête ADP au programme

    Les principales bourses européennes devraient être orientées à la baisse à l'ouverture face aux craintes liées à l'impact des tensions commerciales sur l'économie mondiale au lendemain de statistiques décevantes en Europe et aux Etats-Unis, dont l'ISM manufacturier.

    D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien devrait rester stable à l'ouverture, le Dax à Francfort devrait perdre 0,1% et le FTSE à Londres reculerait de 0,4%.

    A Wall Street, la Bourse de New York a fini en baisse : l'indice Dow Jones a perdu 1,28%, le S&P-500, plus large, a cédé 1,23% et le Nasdaq Composite, à forte composante technologique, a abandonné 1,13%. Les valeurs industrielles 3M et Caterpillar ont perdu plus de 3%.

    Unique statistique majeure au programme de la séance, l'enquête ADP sur l'emploi privé aux Etats-Unis pour le mois de septembre sera publiée à 14h15.

    Les investisseurs suivront aussi de près l'offre finale de Boris Johnson sur le Brexit.

  • Suez veut économiser un milliard d'euros

    Suez annonce le lancement d'un plan stratégique destiné à améliorer la création de valeur, baptisé "Shaping Suez 2030", lequel se traduira notamment par un programme d'économies de plus d'un milliard d'euros d'ici à 2023.

  • Aperam rembourse ses dettes

    Aperam annonce son intention de rembourser des obligations convertibles et/ou échangeables.

  • Tokyo en repli, assommée par le ralentissement de l'activité manufacturière amércaine

    Bonjour ! Les marchés asiatiques cèdent du terrain, alors que les inquiétudes sur la santé de l'économie américaine et du commerce mondial sont reparties de plus belle après la faiblesse d'un indicateur américain mardi.

    A Tokyo, l'indice vedette Nikkei recule 0,5% et l'indice élargi Topix se replie du même ordre de grandeur. L'indice MSCI Asie-Pacifique hors Japon baisse de 0,7%, avec des actions australiennes en baisse de 1,4% et les actions sud-coréennes cédant 1,6%.

    Les marchés chinois sont fermés pour une une semaine de vacances.

    Les bourses européennes sont attendues en repli de l'ordre de 0,2%.

    Comme Wall Street la veille, l'Asie boursière accuse le coup de la contraction de l'activité manufacturière aux Etats-Unis en septembre, tombée à son plus bas niveau depuis dix ans, ce qui a aussitôt ravivé les craintes d'une récession chez les investisseurs.

     

    "L'économie américaine ralentit à cause de l'impact négatif du conflit commercial sino-américain."
    Mitsushige Akino
    Un responsable de la société Ichiyoshi Asset Management

     

    ©AFP

Plus sur Les Marchés

Echo Connect