1. Les marchés
  2. Live blog
live

À Wall Street, le Dow Jones conclut sur un record mais la tech se replie

Hormis le Dow Jones, qui a fini sur un record, Wall Street a terminé en baisse après les avertissements de Snap et Intel, qui pénalisent le compartiment technologique. Les marchés européens ont clôturé en hausse. Le "spac de Trump" s'est envolé, alors que Tesla a atteint un nouveau sommet.
  • À suivre ce lundi 25 octobre

    C'est ici que se termine ce live, merci à tous de nous avoir suivis. Et lundi on recommence! La saison des résultats suit son cours avec les chiffres de Michelin, HSBC ou encore Facebook. En Allemagne, sera dévoilé l'indice IFO pour octobre.


  • Intel clôture sur une baisse de 12%

    Les actions Intel  ont abandonné près 12% à Wall Street, dégringolant à leur plus bas niveau depuis décembre. Le fabricant de semi-conducteurs est sanctionné par l'abaissement de ses prévisions de marges pour les années à venir. 

    Pour le titre Intel, c'est la plus forte baisse en pourcentage sur une journée depuis juillet 2020. La chute à 49,46 dollars l'action a effacé 26,6 milliards de dollars de valeur boursière, selon les données compilées par Bloomberg, réduisant sa capitalisation à environ 201 milliards de dollars.

    Pour la première fois, Intel est plus petit que Broadcom, dont la valorisation boursière est supérieure à 212 milliards de dollars. 

  • Le Nasdaq et le S&P 500 terminent en baisse, le secteur de la tech pèse

    La Bourse de New York a fini en ordre dispersé, alors que les résultats trimestriels décevants de Snap et Intel ont pesé sur le Nasdaq et le S&P500.  

    L'indice Dow Jones a pris 0,21%, ou 73,94 points, à 35 677,02 points. Le S&P-500, plus large, a perdu 4,88 points, soit -0,11%, à 4 544,9 points. Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 125,5 points (-0,82%) à 15 090,20 points.  

    Les actions ont reculé lors d'une séance agitée, les avertissements de Snap et Intel, qui ont par ailleurs publié jeudi des chiffres d'affaires inférieurs aux attentes, ayant pesé sur le secteur technologique et incité les investisseurs à la prudence.  

    Les investisseurs étaient en effet "vraiment inquiets", selon Sean Sun, gestionnaire de portefeuille chez Thornburg Investment Management, des résultats moins bons que prévu de Snap, ce qui les a poussé à se retirer d'autres firmes du secteur comme Facebook ou Twitter. 

  • Wall Street finit en ordre dispersé

    Dow Jones: +0,21%

    S&P500: -0,11%

    Nasdaq: -0,83%

  • Le pétrole conclut une nouvelle semaine de hausse

    Les cours du pétrole ont conclu nettement dans le vert, signant leur neuvième semaine de hausse d'affilée, au lendemain d'une séance de prise de bénéfices et dans un environnement de forte demande et d'offre contrainte toujours favorable aux prix.  

    Le prix du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en décembre a engrangé 92 cents ou 1,08% par rapport à la clôture de jeudi, à 85,53 dollars à Londres.  

    À New York, le baril de West Texas Intermediate (WTI) pour le même mois s'est apprécié de 1,26 dollar ou 1,52% à 83,76 dollars. 

    Le Brent avait atteint jeudi en cours de séance asiatique 86,10 dollars, une première depuis octobre 2018, avant de céder du terrain. Le WTI, qui avait touché la veille un record depuis le mois d'octobre 2014, à 84,25 dollars le baril, a suivi la même voie.  

    Les analystes attribuent ces augmentations du cours de l'or noir aux récentes annonces de levée des restrictions de voyages, la lente reprise de la production aux États-Unis et les attentes d'une plus forte demande d'énergie à l'orée de l'hiver et de la saison des fêtes. 

  • SkyWest annule près de 1.200 vols en raison d'un problème technique

    La compagnie aérienne américaine SkyWest  a été victime d'un "problème technique interne", ce qui a entraîné l'annulation de 1.200 vols. Des avions et des équipages se sont en effet trouvés au mauvais endroit, ce qui a provoqué des problèmes opérationnels pour la deuxième journée consécutive. 

    Une "panne de serveur" a causé les problèmes, mais a été résolue jeudi soir, a déclaré ce vendredi Marissa Snow, une porte-parole de SkyWest, dans un communiqué envoyé par courrier électronique. La compagnie aérienne s'attendait à ce qu'environ 500 vols soient annulés vendredi, en plus de 700 jeudi. 

    SkyWest exploite des jets régionaux pour American Airlines, Delta Air Lines, United Airlines Holdings et Alaska Air Group, United étant son principal client en termes de départs quotidiens. 

    Le titre SkyWest perdait plus de 2%. 

  • Quel positionnement face à la stagflation?

    Si le scénario de stagflation se matérialise, les marchés devraient connaître des temps difficiles. Découvrez comment protéger votre portefeuille en cas de forte inflation alliée à une faible croissance grâce à notre article ci-dessous?

  • Snap chute toujours à Wall Street

    Les heures passent, mais les choses ne s'arrangent pas pour Snap , dont le titre reculait encore de plus de 25%, environ une heure avant la fermeture de Wall Street.

    Pour rappel, le propriétaire de l'application Snapchat a averti le marché que son chiffre d'affaires allait être sérieusement raboté au quatrième trimestre alors que les goulots d'étranglement de la chaîne d'approvisionnement poussent les entreprises à réduire leurs dépenses publicitaires pour la saison des fêtes.

    Cette chute du cours a fait disparaître environ 29 milliards de dollars de la valeur boursière de l'entreprise, qui se situe désormais autour de 92 milliards de dollars.

    Dans son sillage, Facebook  perd toujours 6%, Twitter  4,20%, tandis qu’Alphabet abandonne  3,2% et Pinterest  5,6%.  Au total, l'avertissement de Snap a ainsi effacé environ 151 milliards de dollars de la valeur de marché de l'entreprise et de ses pairs, ce vendredi. 

  • Wall Street en ordre dispersé

    Les bourses américaines évoluent globalement en baisse, Jerome Powell, le président de la FED, ayant exprimé une certaine inquiétude concernant l'inflation. 

    Environ deux heures avant la clôture, l’indice Dow Jones progresse très légèrement de 0,15%. Le S&P 500, plus large, abandonne, quant à lui, 0,23%, tandis que le Nasdaq, à forte coloration technologique, cède près de 1%.

  • Au menu la semaine prochaine

    La semaine prochaine, les banques centrales européenne, canadienne et japonaise vont annoncer leur décision sur les taux d'intérêt. Les résultats de sociétés vont aussi continuer de pleuvoir.

    LIRE PLUS | La semaine prochaine

  • Moderna: -4,5%

    La société de biotechnologies américaine Moderna  cédait toujours 4,5% à mi-séance à Wall Street. Deutsche Bank a entamé le suivi de la valeur à "vendre" avec un objectif de cours à 250 dollars

  • Powell juge qu'il est temps de lancer le 'tapering', mais pas d'augmenter les taux

    La Réserve fédérale américaine devrait bientôt commencer à réduire ses achats d'actifs, mais ne devrait pas pour autant relever ses taux d'intérêt, le marché de l'emploi restant fragile, a déclaré Jerome Powell, son président.  

    L'urgence à relever les taux est d'autant moins d'actualité que l'inflation devrait commencer à diminuer l'an prochain, a-t-il également dit.  

    "Je pense vraiment qu'il est temps de lancer le "tapering"; je ne pense pas qu'il soit temps d'augmenter les taux", a déclaré Jerome Powell lors d'une présentation virtuelle avant une conférence. 

  • Le Bel 20 termine dans le vert

    À l’instar des principaux marchés européens, le Bel 20 a terminé la semaine dans le vert. Il a clôturé en hausse de 0,49%.

    Ageas , WDP et Telenet mènent la danse, tandis que Argenx , Galapagos et Aedifica ferment la marche.

  • Europe | Closing Bell

    BEL 20: +0,49% 

    AEX: +0,66%

    CAC 40: +0,71%

    Résultats provisoires

  • VF corp, le propriétaire des chaussures Vans, recule

    Le propriétaire des chaussures Vans, recule de plus de 4% à Wall Street. La raison? VF  a fait état d'un bénéfice trimestriel inférieur aux attentes en raison des perturbations de la chaîne d'approvisionnement et des fermetures d'usines au Vietnam. 

  • Du côté du pétrole, de l'euro et du bitcoin

    Les cours du pétrole repartaient à la hausse vers 16h. Le prix du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en décembre montait de 1,05% par rapport à la clôture de la veille, à 85,49 dollars à Londres. À New York, le baril de West Texas Intermediate (WTI) pour le mois de décembre prenait 1,20% à 83,49 dollars.  

    L'euro s'appréciait de 0,17% face au billet vert à 1,1645 dollar.  

    Le bitcoin lâchait 0,75% par rapport à la veille à 62.191 dollars. 

  • Appétit pour le risque en Europe, la tech grippe Wall Street

    L'appétit pour le risque se rétablissait sur les indices européens face aux bonnes surprises provenant des comptes d'entreprises et du groupe chinois Evergrande, mais le secteur technologique pesait sur la Bourse américaine. 

    Vers 16h, le secteur du luxe faisait briller Paris (+0,98%), Londres montait de 0,57%, Francfort de 0,77% et Milan de 0,46%. À Bruxelles, le Bel 20 grimpe de 0,56%. 

    La Bourse de New York évoluait en ordre dispersé : le Dow Jones avançait de 0,3% mais le Nasdaq se repliait de 0,41%, plombé par le secteur technologique.  

    Le promoteur chinois ultra-endetté, Evergrande, dont la faillite pourrait ébranler l'économie chinoise, a franchi une étape lui permettant d'éviter pour l'instant un éventuel défaut de paiement, ce qui a rassuré les investisseurs européens et asiatiques.  

    Du côté des résultats d'entreprises, "jusqu'ici les surprises ont été plutôt positives, soutenant les cours", indique Sebastian Paris Horvitz, analyste de LBPAM. Les investisseurs surveillent principalement l'impact de la hausse des coûts et les perturbations des chaînes d'approvisionnement sur les marges et les niveaux de production des entreprises. 

  • Le titre Tesla atteint un nouveau sommet

    Le groupe d'Elon Musk l'avait chatouillé hier, sans jamais parvenir à le dépasser. Ce vendredi, le titre Tesla  a finalement atteint un nouveau record. Cela permet au constructeur de véhicules électriques de faire un pas de plus pour rejoindre le groupe d'élite des sociétés dont la valorisation boursière atteint au moins 1.000 milliards de dollars.    

    Le titre de la société a dépassé les 909 dollars en cours de journée, soit son plus haut niveau  Le constructeur automobile est la sixième plus grande société cotée en bourse aux États-Unis. 

  • Mattel et American Express grimpent

    Le fabricant de jouets Mattel  (+1,75%) profite du relèvement par le groupe de sa prévision de chiffre d'affaires annuel, tandis qu'American Express , en hausse de près de 5% après ses résultats, soutient le Dow Jones. 

  • La "spac de Trump" s'envole à nouveau

    Digital World Acquisition bondissait encore de plus de 200% vers 16:00 à Wall Street ce vendredi, après une envolée de plus de 350% jeudi à la suite de l'annonce d'un accord de fusion entre la société et Trump Media and Technology Group pour lancer une application de réseau social baptisée Truth Social.

  • Intel: -11%

    Intel   plonge de 10,91% après un chiffre d'affaires trimestriel en dessous des estimations. Le fondeur a ajouté prévoir une baisse de ses marges pour les années à venir. 

  • Snapchat s'effondre à Wall Street

    Un vent de panique souffle sur les actions des champions des réseaux sociaux à Wall Street. En cause, deux signaux négatifs sur la publicité en ligne.

    L'action Snapchat  faisait peine à voir ce vendredi à l'ouverture des marchés américains avec une gifle à 20% dès les premiers échanges. Facebook Twitter  ou encore Pinterest  affichaient également des replis inquiétants.

  • Wall Street | Opening bell

    Dow Jones: +0,03%

    S&P 500: -0,14% 

    Nasdaq Composite: -0,35%

  • L'équipementier Continental accuse le coup de la pénurie de puces

    L'équipementier automobile allemand Continental  a abaissé ses prévisions de ventes et de rentabilité pour 2021 en raison de "pénuries persistantes de semi-conducteurs et d'incertitudes sur les chaines d'approvisionnement", a-t-il annoncé dans un communiqué.  

    Le groupe table désormais sur un chiffre d'affaires entre 32,5 et 33,5 milliards d'euros contre 33,5 à 34,5 milliards précédemment, avec une marge opérationnelle comprise entre 5,2% et 5,6% (contre 6,5% à 7%) et s'attend à ce que le marché automobile mondial stagne par rapport à l'année 2020.  

    Continental, deuxième équipementier mondial derrière Bosch, avait précédemment prévu une hausse des ventes de voitures entre 8% et 10% après une année plombée par la pandémie. Mais les problèmes d'approvisionnement dans le monde ont freiné la reprise, forçant les principaux constructeurs automobiles à fermer temporairement leurs usines ces derniers mois. 

  • Les rois des réseaux sociaux s'affolent après une alerte de Snapchat

    La publicité en ligne reste le principal carburant alimentant la prodigieuse croissance des grands noms de la techs. Les annonceurs financent en effet une part considérable des applications offertes "gratuitement" au public. Mais la vache à lait montre des signes d'épuisement.

    C'est Snapchat   qui a donné l'alerte. Jeudi à la clôture des marchés, le réseau social a publié son bulletin trimestriel, pourtant positif à première vue avec un nombre d'utilisateurs plus élevé qu'attendu et un léger tassement des ventes. Mais le rapport de Snap et les commentaires de la cote ont rapidement incité les investisseurs a récupéré leurs billes.

  • Honeywell revoit ses ambitions à la baisse à cause de l'inflation

    Le conglomérat américain Honeywell  a légèrement abaissé ses prévisions de chiffre d'affaires pour 2021 dans un contexte de forte inflation aux États-Unis et de perturbation de la chaîne logistique mondiale. Le groupe, dont les activités s'étendent dans quatre grands secteurs industriels (aéronautique, technologies du bâtiment, matériaux et technologies de performance, équipements de protection), table sur des revenus annuels compris entre 34,2 et 34,6 milliards de dollars, contre une fourchette de 34,6 à 35,2 milliards dans sa précédente estimation.

    Honeywell a toutefois affiché une bonne santé financière entre juillet et septembre, réalisant un profit net de 1,27 milliard de dollars. Rapporté par action et hors éléments exceptionnels, la référence à Wall Street, le bénéfice net est de 2,02 dollars, soit 3 cents de plus que la moyenne des prévisions des analystes.

  • Les techs sous pression à Wall Street

    Wall Street est attendue en ordre dispersé à l'ouverture avec un repli en vue pour le Nasdaq après les avertissements de Snap et Intel.

    → Les futures sur indices new-yorkais signalent une hausse de l'ordre de 0,15% pour le Dow Jones et le S&P-500 mais une baisse de 0,2% pour le Nasdaq.

  • Le bénéfice trimestriel de Schlumberger augmente avec la reprise de la demande de services pétroliers

    Schlumberger   a annoncé une hausse de son bénéfice ajusté au troisième trimestre, soutenue par une demande plus élevée pour les services pétroliers et les équipements connexes de la part des producteurs cherchant à tirer parti d'un rebond des prix du brut. Rappelons que les prix mondiaux du brut ont augmenté de 4,5% au cours du trimestre de septembre et ont grimpé de près de 64% depuis le début de 2021 grâce à une reprise de la demande alimentée par les vaccins.

    Le plus grand fournisseur mondial de services pétroliers a déclaré que son bénéfice net, hors charges et crédits, s'élevait à 514 millions de dollars, ou 36 cents par action, contre 228 millions de dollars, ou 16 cents par action, un an plus tôt. "Les fondamentaux macroéconomiques se sont visiblement renforcés cette année, en particulier ces dernières semaines - avec une reprise de la demande, des prix des produits pétroliers et gaziers aux sommets, de faibles niveaux de stocks et des tendances encourageantes dans la lutte la pandémie", a souligné son CEO Olivier Le Peuch, dans un communiqué.

  • Les bénéfices d'AmEx supérieurs aux attentes

    American Express  a annoncé un bénéfice qui a dépassé les attentes pour le quatrième trimestre consécutif, soulignant une reprise des dépenses des consommateurs enhardie par un assouplissement des restrictions Covid-19. Le bénéfice net s'est établi à 1,83 milliard de dollars, ou 2,27 dollars par action, pour le trimestre clos le 30 septembre, en hausse de 70% par rapport à l'année dernière. Les analystes s'attendaient à un chiffre de 1,80 $ par action.

    AmEx a déclaré que la croissance était due à une augmentation des dépenses en biens et services (G&S) des consommateurs et des petites entreprises. Lire le rapport

  • La banque centrale russe augmente son taux directeur à 7,50%

    La banque centrale de Russie a augmenté pour la sixième fois consécutive son taux directeur, de 0,75 point à 7,50%, l'inflation continuant de miner le pouvoir d'achat des Russes. "L'inflation progresse bien au-dessus des prévisions de la banque de Russie et il est attendu qu'elle se situe entre 7,4% et 7,9% à la fin de l'année 2021", a indiqué la banque centrale dans un communiqué, en expliquant sa décision.

  • Les principales valeurs à suivre à Wall Street

    * SNAP a publié jeudi un chiffre d'affaires trimestriel sous les attentes et prévenu que les changements apportés par APPLE en matière de collecte de données ainsi que les problèmes sur la chaîne d'approvisionnement pèseraient sur ses revenus publicitaires. L'action chute de 21% en avant-Bourse. Dans les transactions hors séance jeudi FACEBOOK reculait de 6%, TWITTER de 7% et ALPHABET de 3%.

    * INTEL a plongé de 9% dans les échanges hors séance jeudi après avoir publié un chiffre d'affaires trimestriel en dessous des attentes et dit prévoir une baisse de ses marges pour les années à venir.

    * APPLE - Les discussions entre Apple et les fabricants de batteries CATL et BYD pour son projet de voiture électrique sont pour l'essentiel au point mort, les deux groupes chinois ayant refusé de s'associer avec le géant américain et de bâtir des usines aux Etats-Unis pour ses seuls besoins, ont déclaré à Reuters trois sources. Le fabricant de l'iPhone envisage de se tourner vers des fabricants de batteries japonais, dont Panasonic, ont ajouté les sources.

    * AMERICAN EXPRESS, SCHLUMBERGER et HONEYWELL publient leurs résultats du troisième trimestre avant l'ouverture de Wall Street.

    * CHIPOTLE MEXICAN GRILL a fait état jeudi de ventes trimestrielles à magasins comparables supérieures aux attentes, à la faveur d'un retour des clients en salle et du succès d'un nouveau menu à base de poitrine fumée.

    * MATTEL a relevé jeudi soir sa prévision de chiffre d'affaires annuel, le fabricant de jouets se montrant dans sa capacité à surmonter les problèmes de la chaîne de livraison pour la période cruciale des fêtes de fin d'année. Le titre gagnait 6% dans les échanges en après-Bourse.

    * Les négociations entre WESTERN DIGITAL et le fabricant de puces japonais Kioxia Holdings en vue d'une fusion sont au point mort, ont rapporté deux personnes au fait du dossier.

  • IHG constate une reprise des voyages d'affaires après une bonne saison estivale

    InterContinental Hotels Group (IHG) , propriétaire de la chaîne hôtelière Holiday Inn, voit des signes encourageants de reprise des voyages internationaux et d'affaires grâce au grand nombre des réservations d'entreprises aux États-Unis.

    IHG, qui exploite également les chaînes hôtelières Crowne Plaza, Regent et Hualuxeson, a déclaré que le revenu par chambre disponible (RevPAR), un indicateur clé de performance pour l'industrie hôtelière, avait augmenté de 66% pour la période allant de juillet à septembre. Aux Etats-Unis, le RevPAR a reculé de seulement 7% par rapport aux niveaux de 2019 après une bonne saison estivale. "La demande domestique de loisirs a été particulièrement forte sur un certain nombre de marchés au cours de l'été, où l'occupation et le taux ont remonté aux niveaux de 2019", a déclaré le directeur général Keith Barr. Lire le rapport

  • Les anticipations d'inflation en zone euro continuent de monter

    Les anticipations d'inflation dans la zone euro ont atteint de nouveaux plus hauts de plus de sept ans, ce qui favorise la remontée des rendements obligataires à moins d'une semaine de la réunion de politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE). Les pénuries de main-d'oeuvre et de semi-conducteurs, la hausse des prix des carburants, du transport maritime ou encore des matériaux de construction sur fond de reprise économique poussent de plus en plus d'entreprises à répercuter sur leurs clients l'augmentation de leurs coûts, ce qui alimente l'inflation globale.

    Le point mort d'inflation à dix ans allemand, qui mesure l'écart entre le rendement d'une obligation classique et celui d'un titre comparable indexé sur l'inflation , a atteint 1,81% en début de séance, son plus haut niveau depuis avril 2013. Son équivalent sur le marché américain est au plus haut depuis août 2006, à 2,64%.

    "Ce qu'il faut remarquer aussi, c'est que la hausse des anticipations d'inflation n'est pas uniquement concentrée sur les prochaines années puisque les swaps d'inflation à cinq ans dans cinq ans, qui mesurent les anticipations pour une période de cinq ans débutant dans cinq ans, ont aussi nettement augmenté", souligne Jim Reid, stratège de Deutsche Bank. Le taux d'inflation "à cinq ans dans cinq ans" auquel il fait référence est au plus haut depuis septembre 2014 à 1,9979% .

    1,9979%
    Mission réussie pour la BCE?
    Le taux d'inflation "à cinq ans dans cinq ans" en zone euro est au plus haut depuis septembre 2014 à 1,9979%

  • HSBC fan d'Orange Belgium

    En réaction au dernier rapport trimestriel d'Orange Belgium  , HSBC a relevé sa recommandation à "acheter". L'objectif de cours passe de 22 à 23 euros.

    Les résultats d'Orange "confirment que le marché belge des services de télécommunications est rationnel, avec des acteurs en concurrence sur l'innovation produit plutôt que sur le prix", écrit l'analyste Nicolas Cote-Colisson. Il note également que la vente aux enchères du spectre 5G - avec potentiellement un quatrième acteur comme briseur de prix - n'est désormais prévue que pour juin 2022, avec moins de fréquences que prévu. "Ce n'est peut-être pas un soulagement total pour les opérateurs télécoms belges, mais c'est certainement positif".

  • Le point sur la séance

    Les principales bourses européennes sont en hausse ce vendredi, profitant de nouvelles rassurantes sur le groupe immobilier chinois Evergrande tandis que les publications d'entreprises se poursuivent à un rythme soutenu.

    → À Bruxelles, le Bel 20 grimpe de 0,40%. Ailleurs en Europe, le CAC 40 gagne 1,14%, le FTSE 100 prend 0,40% et à Francfort, le Dax avance de 0,37%. L'indice EuroStoxx 50 est en hausse de 0,71%, le FTSEurofirst 300 de 0,41% et le Stoxx 600 de 0,34%.

    Les marchés boursiers européens emboîtent ainsi le pas de l'Asie, où Evergrande a gagné 4,26% après une information selon laquelle le groupe chinois lourdement endettée a effectué un versement pour régler des intérêts d'une obligation, évitant pour le moment le défaut de paiement. La Bourse de Tokyo a gagné 0,34%, celle de Hong Kong 0,37%.

  • Zone euro : la croissance du secteur privé ralentit encore en octobre

    L'activité du secteur privé dans la zone euro a continué de ralentir en octobre, pour le troisième mois consécutif, enregistrant sa plus faible croissance en six mois sur fonds de difficultés persistantes d'approvisionnement des entreprises. D'après une première estimation, l'indice PMI composite a baissé à 54,3, contre 56,2 en septembre et 59 en août.

  • Allemagne: les goulots d'étranglement continuent de freiner la croissance

    La croissance de l'activité privé a ralenti en Allemagne en octobre, avec des pressions inflationnistes résultant des goulots d'étranglement de la chaîne d'approvisionnement à un niveau record. L'indice composite flash des directeurs d'achats d'IHS Markit pour l'Allemagne a glissé à 52,0 en octobre, un plus bas de huit mois, contre 55,5 le mois précédent.

  • L'Oréal grimpe après un T3 bien meilleur que prévu

    L'action L'Oréal   caracole en tête du CAC 40 et du Stoxx 600, après la publication par le groupe de cosmétiques d'un chiffre d'affaires bien meilleur que prévu pour le troisième trimestre. Le groupe français, qui possède notamment la marque Lancôme, a enregistré une hausse de 13,1% de ses ventes, hors effets de change et acquisitions, à la faveur d'une forte demande pour ses produits haut de gamme. Lire le rapport

    Les analystes saluent unanimement une performance bien supérieures aux attentes: ceux de Jefferies tablaient sur une croissance organique de 6,7%, ceux de Bryan Garnier de 8,5%. "Nous avons été impressionnés par la croissance en comparable de 13,2% en Asie du Nord, étant donné la résurgence des cas de COVID-19 qui a conduit de nouveau à des fermetures de magasins et des restrictions de déplacements en Chine, au Japon et en Corée du Sud", observent pour leur part les analystes de Morningstar.

  • France: la croissance de l'activité a ralenti dans le secteur privé

    La croissance de l'activité du secteur privé en France s'est de nouveau tassée en octobre, toujours freinée par les pénuries, selon une estimation provisoire publiée par le cabinet IHS markit. L'indice Flash composite de l'activité globale s'est replié à 54,7 points en octobre, contre 55,3 points en septembre, atteignant son plus bas niveau depuis 6 mois.

  • La sortie du marché irlandais pèsera sur le 3e trimestre de KBC

    Nouvelle étape vers la fin de l'aventure irlandaise pour KBC . Le groupe bancaire a signé l'accord définitif avec Bank of Ireland groupe en vue de la cession de la quasi-totalité de ses actifs de crédits performants, de son portefeuille de dépôts et d'un petit portefeuille de crédits hypothécaires non performants. Annoncée au printemps dernier, la transaction entraînera donc à terme le retrait du groupe KBC du marché irlandais.

    Elle se traduit au 3e trimestre par un impact négatif de 200 millions d'euros sur le compte de résultat du groupe. En cause: des réductions de valeur sur certains crédits non performants, une prise de provision pour restructuration, des impôts...

  • Les principales baisses/hausses en Europe

  • | OPENING BELL |

    AEX +0,49%

    BEL 20 +0,16%

  • Le briefing des actions belges

    Le Bel 20, comme ses voisins européens, est attendu en hausse. Cofinimmo et Galapagos seront deux titres à suivre au sein de l'indice vedette. Hors Bel 20, Euronav a vu ING passer à l'achat sur son titre alors qu'EVS a revu ses ambitions à la hausse pour le reste de l'année. 

  • Sika confirme ses objectifs après un bond des ventes sur neuf mois

    Le groupe suisse de chimie Sika, spécialisé dans les matériaux de construction, a confirmé ses objectifs pour 2021 après un bond de ses ventes sur neuf mois malgré les tensions sur les approvisionnements. Le fabricant de colles pour le bâtiment, mortiers et produits d'étanchéité a dégagé un bénéfice net de 765,1 millions de francs suisses (716,9 millions d'euros), en hausse de 36% par rapport à la même période l'an passé.

    Son chiffre d'affaires a quant à lui grimpé de 18,2% à plus de 6,8 milliards de francs suisses porté par une croissance à deux chiffres dans toutes ses activités à l'exception de celles liées à l'automobile.

    Le groupe a confirmé ses objectifs de moyen terme, visant toujours une croissance de 6 à 8% par an jusqu'en 2023. Pour l'année en cours, Sika vise toujours une progression de ses ventes de 13% à 17% hors effets de change et une marge qui devrait pour la première fois atteindre 15% malgré les pressions sur les coûts des matériaux et contraintes sur les chaînes d'approvisionnement. Lire le rapport

  • Les ventes de Rémy Cointreau se portent mieux qu'avant la pandémie

    L'activité du groupe Rémy Cointreau  , à la tête du cognac Rémy Martin, du gin The Botanist et de la liqueur Cointreau, a crû de 25,4% au deuxième trimestre de son exercice décalé, au-delà de ses attentes. De juillet à septembre, il a réalisé un chiffre d'affaires de 352,2 millions d'euros, supérieur à son niveau pré-pandémie de Covid-19. Cette croissance, "supérieure aux prévisions du groupe", "reflète la poursuite d'une très bonne dynamique en Chine et aux Etats-Unis ainsi qu'un solide momentum en Europe", selon un communiqué.

    Pour l'année 2021, Rémy Cointreau "réitère sa confiance dans sa capacité à surperformer le marché des spiritueux d'exception et anticipe une croissance forte de son chiffre d'affaires, principalement liée à la performance" de ce premier semestre. Le groupe précise qu'il va "augmenter significativement ses investissements cette année, notamment au second semestre, afin d'accompagner ses marques dans le rebond et d'accroître leur potentiel de croissance à moyen terme".

  • Royaume-Uni: les ventes au détail chutent de manière inattendue

    Les ventes au détail britanniques ont chuté de 0,2% en septembre, ajoutant aux signes de faiblesse de la reprise et allant à l'encontre des attentes des économistes qui tablaient en moyenne sur une hausse mensuelle de 0,5%.

    Les volumes sont inférieurs de 1,3% à ceux d'un an plus tôt, a déclaré l'Office for National Statistics (ONS), une baisse plus marquée que prévu, bien qu'ils soient toujours 4,2% plus élevés qu'en février 2020.

  • ING passe à l'achat sur Euronav

    La banque néerlandaise a relevé sa recommandation pour la compagnie maritime anversoise Euronav   à "acheter" contre "conserver" auparavant. Son objectif de cours est fixé à 11,15 euros, ce qui offre un potentiel de hausse de 21%.

    Selon Bloomberg, l'objectif de cours moyen pour Euronav est désormais de 10,68 euros.

  • Renault prévoit une perte de production de 500.000 véhicules en 2021

    Le groupe Renault   anticipe désormais une perte de production "proche de 500.000 véhicules sur l'année" liée à la crise des composants.

    170.000 véhicules n'ont pas pu être produits au troisième trimestre, avec de nombreuses usines fermées à travers le monde faute de composants, notamment des semi-conducteurs. Renault a vendu 599.027 véhicules au troisième trimestre 2021, soit une baisse de 22,3% par rapport à un troisième trimestre 2020 qui avait marqué la reprise de l'industrie automobile après la paralysie des premiers mois du Covid. La baisse du chiffre d'affaires, limitée à -13,4%, "confirme l'impact positif de la politique commerciale du Groupe orientée vers une meilleure valorisation des ventes".

    Le groupe français a confirmé cependant ses prévisions de marge opérationnelle sur l'année, à hauteur de 2,8% du chiffre d'affaires. Lire le communiqué

  • Samsung SDI et Stellantis vont produire des batteries électriques aux USA

    Le constructeur de batteries Samsung SDI et le groupe automobile Stellantis   vont produire conjointement des batteries pour véhicules électriques aux États-Unis, soit le deuxième partenariat de ce type en une semaine pour Stellantis. Les deux entreprises vont créer un "organisme de production conjoint" aux États-Unis pour produire des "cellules et modules de batteries pour véhicules électriques", a annoncé Samsung SDI.

    La production commencera en 2025 et elle alimentera usines automobiles de Stellantis au Canada, au Mexique et aux États-Unis. Avec cet accord, le constructeur franco-italien a "sécurisé sa capacité de production" pour atteindre son objectif de porter les véhicules électriques à 40% de ses ventes aux Etats-Unis d'ici 2030.

  • Les marchés européens attendus en hausse

  • Cofinimmo continue son expansion en Finlande

    La société immobilière Cofinimmo   a annoncé jeudi soir avoir fait l’acquisition de la société qui développera une maison de repos et de soins à Helsinki, la capitale de la Finlande. Le budget d’investissement (terrain et travaux compris) s’élève à environ 19 millions d'euros. Les travaux devraient débuter au quatrième trimestre 2021 et la livraison du projet est prévue pour le premier trimestre de 2023.

    "Avec la construction de cette nouvelle maison de repos et de soins moderne à Helsinki, qui est le sixième projet de développement majeur lancé par Cofinimmo dans les pays nordiques en moins d'un an, nous confirmons une fois de plus notre engagement qui consiste à participer activement à l’expansion et au renouvellement du parc immobilier dédié à la santé en Europe en général, et en Finlande en particulier.", a commenté son CEO Jean-Pierre Hanin dans un communiqué.

  • Proximus face à un procès qui pourrait lui coûter 4 millions

    Oktogone, un ancien agent commercial de Proximus   en charge de commercialiser des services et des produits de téléphonie, vient d'intenter un procès à l'encontre de l'opérateur de téléphonie et lui réclame pas loin de 4 millions d'euros. L'enjeu? Le nombre et la qualité de prospects de clients potentiels apportés par Proximus à Oktogone et la pratique dite du "recouping", soit des commissions versées en avance, mais récupérées par Proximus en cas de désactivation des clients prospectés par Oktogone après un certain délai.

  • Pierre Wunsch : "Le risque de stagflation est limité"

    L’actuelle flambée des prix de l’énergie fait craindre un ralentissement de la croissance et la persistance d’une inflation élevée. Certains analystes mettent même en garde contre un risque de stagflation, c’est-à-dire la combinaison funeste d’une inflation élevée et d’une croissance économique atone.

    Le gouverneur de la Banque nationale de Belgique (BNB) Pierre Wunsch ne partage cependant pas cette inquiétude. "Même si cela peut évoquer la stagflation des années 70, nous n’en sommes heureusement pas là", a-t-il déclaré jeudi devant un parterre de journalistes réunis dans les salons de la Banque.

  • Japon: inflation positive en septembre, une première en 18 mois

    Pour la première fois depuis mars 2020, les prix à la consommation au Japon (hors produits frais) ont très légèrement augmenté en septembre (+0,1% sur un an), tirés notamment par les prix de l'énergie. En excluant également l'énergie, les prix à la consommation ont reculé de 0,5% sur un an le mois dernier, selon le ministère des Affaires intérieures.

    La Banque du Japon (BoJ) s'attend à ce que les prix à la consommation progressent modérément dans les mois à venir, notamment sous l'effet de la flambée des coûts énergétiques. L'institution avait relevé en juillet ses prévisions d'inflation (hors produits périssables) à 0,6% pour l'exercice 2021/22 qui s'achèvera le 31 mars prochain, contre 0,1% précédemment.

  • "Evergrande semble éviter un défaut de paiement à court terme"

    Evergrande a effectué un versement pour régler des intérêts d'une obligation, a déclaré à Reuters une source proche du dossier, deux jours avant l'expiration d'une date butoir qui aurait entraîné le promoteur chinois en difficulté en situation de défaut. Le géant chinois a remis jeudi 83,5 millions de dollars (71,8 millions d'euros) sur un compte de Citibank.

    Cette information devrait offrir un répit à Evergrande dont les investisseurs craignent un éventuel défaut aux importantes retombées sur l'économie chinoise et les marchés financiers mondiaux.

    "Evergrande semble éviter un défaut de paiement à court terme et c'est un peu un soulagement qu'il ait réussi à trouver des liquidités", a déclaré un avocat de Hong Kong spécialisé dans la restructuration de la dette et représentant certains détenteurs d'obligations. "Mais Evergrande a tout de même besoin de restructurer sa dette. Ce versement pourrait être un moyen pour eux d'obtenir le soutien des parties prenantes avant le lourd travail nécessaire à la restructuration".

    "Evergrande semble éviter un défaut de paiement à court terme et c'est un peu un soulagement qu'il ait réussi à trouver des liquidités. Mais Evergrande a tout de même besoin de restructurer sa dette. Ce versement pourrait être un moyen pour eux d'obtenir le soutien des parties prenantes avant le lourd travail nécessaire à la restructuration"
    avocat de Hong Kong
    spécialisé dans la restructuration de la dette

  • Good morning!

    Bonjour à toutes et tous! Bienvenue sur le "Market Live" de L'Echo, l'endroit idéal pour suivre en direct les principales tendances de l'actualité économique et financière de ce vendredi 22 octobre 2021.

    La Bourse de New York a fini en ordre dispersé jeudi, le Dow Jones ayant fini dans le rouge après la publication des résultats d'IBM mais le S&P-500 s'étant établi à un nouveau record dans le sillage des gains des grandes valeurs technologiques, dont Tesla. L'indice Dow Jones a cédé 0,02%, ou 6,26 points, à 35.603,08 points. Le S&P-500, plus large, a pris 13,59 points, soit 0,30%, à 4.549,78 points. Le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 94,02 points (0,62%) à 15.215,70 points.

    La tendance est globalement positive ce matin sur les places asiatiques: le Nikkei 225 gagne 0,22% à Tokyo, le Hang Seng prend 0,44% à Hong Kong et l'indice composite de la Bourse de Shanghai grimpe de 0,09%.

    ©Arne Dedert/dpa

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés