1. Les marchés
  2. Live blog
live

Trump brise Wall Street dans son élan | Festival pour les biotechs à Bruxelles

Les tensions commerciales ont refroidi les marchés US. En Europe, les indices clôturent en hausse, au lendemain d'une journée marquée par les réunions de plusieurs banques centrales. La BCE a notamment confirmé l'arrêt à la fin de l'année de son vaste programme de rachats nets d'actifs.
  • Donald Trump brise Wall Street en plein vol

    Les indices new-yorkais, rassurés par une salve de statistiques reflétant une économie en forme et une inflation sous contrôle, se dirigeaient tranquillement vers leurs sommets une bonne partie de la séance. Après la fermeture des marchés européens, la presse US a alors relayé des informations affirmant que le président Trump allait remettre une couche dans le relèvement des droits de douane sur des produits chinois. Il est maintenant question de taxer 200 milliards de dollars supplémentaires de biens chinois.

    Et là, c'est le plongeon. Les trois principaux indices de Wall Street sont soudainement repassés dans le rouge, tentant tout de même dans la dernière partie de la séance de s'accrocher à l'équilibre pour ne perdre au final qu'une poignée d'unités en ce qui concerne le Nasdaq (-0,04%) et rallier d'un cheveu le terrain positif pour un Dow Jones (+0,03%) et un S&P 500 (+0,03%) bien aidés par la bonne tenue de Boeing (+1,22%) et des valeurs pétrolières.

    Autre action dans le vert, la société de logiciels Adobe. Elle a avancé de 2,30% après avoir dévoilé des résultats supérieurs aux attentes.

  • Le pétrole termine irrégulier à New York

    Les cours du pétrole ont terminé en ordre dispersé sur le Nymex au terme d'une semaine instable durant laquelle le marché a été tiraillé entre les bonnes et les mauvaises nouvelles. L'un des points marquants est que la barre des 80 dollars se sera révélée une solide résistance pour le Brent. "Il y a eu beaucoup de manœuvres spéculatives pour faire monter le Brent au-dessus de 80 dollars à l'appui des sanctions américaines touchant ceux qui achètent du brut iranien, mais depuis le début de l'année, les achats au-dessus de 79 dollars n'ont pas réussi à donner le ton", observe le consultant Petromatrix.

    Washington a réinstauré des sanctions financières contre Téhéran depuis le 6 août et celles touchant proprement le secteur pétrolier doivent entrer en vigueur le 4 novembre. Face à cet élément a priori favorable, l'Agence internationale de l'énergie (AIE) a fait remarquer jeudi que même si le marché pétrolier se tendait, avec une demande censée atteindre les 100 millions de barils par jour dans les trois mois qui viennent, les risques économique mondiaux allaient eux en s'accentuant. Par ailleurs, sept puits supplémentaires ont été creusés aux Etats-Unis dans la semaine au 14 septembre, la plus forte progression depuis un mois, à un total de 867, suivant le parapétrolier Baker Hughes. Un an plus tôt, le nombre des puits était de 749.

    Le contrat d'octobre sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a gagné 40 cents, soit 0,58%, à 68,99 dollars le baril. Le contrat de novembre sur le Brent de Mer du Nord a cédé 9 cents (0,12%%) à 78,09 dollars. 

  • Clôture en hausse pour les marchés européens

    Bel20: +0,49%

    AEX: +0,24%

    CAC40, +0,46%

    Dax: +0,60%

    FTSE100: +0,33%

    Euro Stoxx 50: +0,37%

  • Flash Crash sur Ahold Delhaize

    A 14h56, le titre Ahold Delhaize a brutalement chuté pour toucher 18,60 euros avant  de remonter tout aussi spectaculairement.

    ahold

  • Danske Bank chute après l'ouverture d'une enquête aux USA

    Le titre Danske Bank perd près de 3% vendredi après-midi après un article du Wall Street Journal selon lequel les autorités américaines judiciaires s'intéressent à leur tour à la filiale estonienne de la première banque danoise, au centre d'accusations de blanchiment d'argent.

    Ce recul porte à près de 31% la chute de l'action depuis le début de l'année, contre -15,9% pour l'indice regroupant les valeurs bancaires européennes sur la période.
    Selon le Wall Street Journal, le département de la Justice américain, le Trésor et la Securities and Exchange Commission (SEC), l'autorité boursière aux Etats-Unis, mènent une enquête sur Danske Bank à la suite d'une plainte déposée il y a plus dedeux ans par un lanceur d'alerte auprès de la SEC.
    Danske Bank, qui fait déjà l'objet d'une enquête criminelle aussi bien au Danemark qu'en Estonie en raison des accusations de blanchiment, a refusé de commenter l'article du WSJ.

     

  • La prochaine crise financière aura lieu en 2020 selon JPMorgan

  • Wall Street ouvre en hausse

    Dow Jones +0,10%

    Nasdaq +0,14%

  • USA: les prix à l'importation baissent en août

    Les prix des produits importés aux Etats-Unis ont baissé de 0,6% en août par rapport au mois précédent, notamment à cause d'un fort recul des prix de produits énergétiques, selon les données du département du Travail.

    C'est la plus forte baisse depuis janvier 2016, qui fait suite à un recul de 0,1% en juillet. Mais sur un an, les prix à l'importation affichent une progression de 3,7%.

  • USA: les ventes au détail progressent moins que prévu en août

    Les ventes au détail aux Etats-Unis ont progressé moins que prévu en août sous l'effet notamment d'une baisse des ventes du secteur automobile et après un mois de juillet vigoureux, selon les statistiques du département du Commerce.

    En données corrigées des variations saisonnières, l'indice des ventes des détaillants et restaurants a augmenté de 0,1%, alors que les analystes s'attendaient à une progression de 0,4%. Pour le mois de juillet où l'activité avait été soutenue, le département du Commerce a révisé à la hausse la progression à 0,7% contre 0,5% initialement annoncé.

  • Hausse en vue à Wall Street, l'appétit pour le risque revient

    Wall Street est attendue en hausse modérée dans le sillage des marchés européens, dans le vert à mi-séance, soutenus par des espoirs de négociations commerciales entre Washington et Pékin ainsi que par l'apaisement des tensions sur les marchés émergents avec le rebond de la livre turque.

    → Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture en hausse de 0,2% à 0,4% mais la tendance pourrait évoluer avec une batterie d'indicateurs américains à l'agenda, notamment les ventes de détail, la production industrielle (12h30 GMT) et l'indice de confiance du Michigan (14h00 GMT). À Paris, le CAC 40 gagne 0,22% à 5.340 points vers 12h00 GMT. À

  • La Banque de Russie relève son principal taux directeur

    La banque centrale de Russie a relevé son taux directeur d'un quart de point à 7,5%, invoquant des risques inflationnistes renforcés, et laissant entendre qu'elle pourrait poursuivre dans cette voie. La Banque de Russie effectue ainsi un changement de cap après un an de baisses successives jusqu'en mars dernier suivi d'une pause monétaire, et défie les prévisions des analystes, qui s'attendaient à un maintien du taux.

    Dans un communiqué publié à l'issue de sa réunion régulière de politique monétaire, la Banque de Russie a annoncé la hausse du taux directeur de 7,25% à 7,5%, indiquant que "les changements dans les conditions externes observés depuis notre dernière réunion" avaient "fait sensiblement augmenter les risques inflationnistes". "La banque de Russie va considérer la nécessité d'augmentation supplémentaire du taux directeur, en tenant compte des dynamiques inflationnistes et économiques, ainsi que les risques posés par les conditions externes et la réaction des marchés financiers", a ajouté l'institution.

  • *Les valeurs à suivre à Wall Street*

    * SEARS HOLDINGS - Le distributeur a annoncé jeudi soir une amélioration de ses ventes à données comparables sur son deuxième trimestre clos le 4 août par rapport aux trois mois précédents, entraînant un bond de 12% de son action dans les échanges d'après-Bourse après une clôture en baisse de 9% pendant la séance régulière.

    * ADOBE SYSTEMS a publié jeudi soir des résultats supérieurs aux attentes de Wall Street, grâce à une nouvelle progression des ventes de son service Creative Cloud qui comprend notamment le logiciel Photoshop, mais ses prévisions sans surprise ont déçu les analystes. Le titre, en hausse de 53% depuis le début de l'année, a perdu jusqu'à 1,7% en après-Bourse.

    * WALMART - Goldman Sachs a repris son suivi du numéro un mondial de la grande distribution à "neutre" avec un objectif de cours de 101 dollars.

    * L BRANDS - Le distributeur, propriétaire de l'enseigne Victoria's Secret, a annoncé jeudi soir la fermeture en janvier 2019 des 23 magasins de sa chaîne Henri Bendel et l'arrêt de son site de vente en ligne. La marque, fondée à Greenwich Village (New York) en 1895, avait été acquise par L Brands en 1985; elle devrait réaliser un chiffre d'affaires de 85 millions de dollars cette année.

  • Casino monte après des propos jugés rassurants de son PDG

    L'action Casino   monte en Bourse après des propos prêtés à son PDG jugés rassurants par les investisseurs.

    Jean-Charles Naouri s'est exprimé notamment sur le cas de Rallye lors d'une rencontre avec les analystes de Kepler Cheuvreux, lit-on dans une note de l'intermédiaire. Le PDG du distributeur n'a pas donné de détails mais a écarté le scénario d'une fusion entre Casino et Rallye. Le cas de Rallye est en discussion mais il est trop tôt pour en parler, a dit Jean-Charles Naouri, selon la note de Kepler.

  • Zone euro: excédent commercial de 17,6 milliards d'euros en juillet

    La zone euro a enregistré en juillet un excédent commercial de 17,6 milliards d'euros, contre 21,6 milliards en juillet 2017, a annoncé l'Office européen des statistiques Eurostat.

    Sur les sept premiers mois de l'année, l'excédent commercial de la zone euro atteint 118,5 milliards d'euros, contre 125,3 milliards de janvier à juillet 2017. Pour l'ensemble de l'Union européenne, un excédent commercial de 0,1 milliard d'euros a été enregistré en juillet, contre 7,8 milliards lors du même mois de 2017.

    → Par ailleurs, sur les sept premiers mois de l'année, l'UE a enregistré un excédent commercial de 79,3 milliards d'euros avec les Etats-Unis, avec qui des tensions commerciales persistent malgré une trêve conclue fin juillet. Cet excédent est en hausse sensible par rapport à celui enregistré entre janvier et juillet 2017, qui s'élevait à 67,1 milliards d'euros.

  • La débâcle du réal brésilien et du peso argentin

    Incertitudes autour de la présidentielle du mois d'octobre au Brésil; crise monétaire en Argentine. Les monnaies de ces deux pays accusent le coup et ne cessent de reculer pour atteindre des plus bas records.

  • Rachats au plus haut depuis deux mois sur les fonds actions

    La poussée d'aversion au risque liée aux tensions commerciales et aux turbulences sur les marchés émergents a entraîné les rachats les plus importants en près de deux mois sur les fonds collectifs d'investissement en actions au cours de la semaine au 11 septembre, montre une étude hebdomadaire de Bank of America Merrill Lynch.

    Les sorties nettes sur les fonds actions ont totalisé 5,6 milliards de dollars, le montant le plus élevé en onze semaines, selon cette étude qui reprend des données d'EPFR Global, société de recherche spécialisée dans le suivi des flux de souscription des grandes sociétés internationales de gestion. Ni les fonds obligataires ni ceux dédiés aux métaux précieux n'ont bénéficié de ces sorties sur les actions, les premiers enregistrant des entrées nettes de 300 millions de dollars seulement et les seconds subissant une septième semaine consécutive de dégagements, à hauteur de 200 millions de dollars.

  • Le commissaire allemand Oettinger pour un Français à la tête de la BCE

    Le commissaire européen au Budget, l'Allemand Günther Oettinger, se déclare favorable à la nomination d'un Français à la présidence de la Banque centrale européenne (BCE) après le départ de Mario Draghi l'an prochain, rapporte le quotidien économique Handelsblatt. "Le mieux serait d'avoir un président de la Commission européenne allemand et un Français intelligent à la tête de la BCE", a-t-il dit selon les propos rapportés par le journal.

    Le mandat de Mario Draghi s'achèvera le 31 octobre 2019.

  • La Chine approuve le rachat de Shire par Takeda

    Takeda Pharmaceutical a annoncé avoir obtenu le feu vert de la Chine au rachat de Shire   pour 45,3 milliards de livres (50,8 milliards d'euros), une opération qui doit permettre au groupe japonais de se rapprocher des plus grands laboratoires pharmaceutiques mondiaux.

    Cette acquisition, qui serait la plus importante jamais réalisée par une entreprise japonaise à l'étranger, a déjà été approuvée sans condition par les Etats-Unis et par le Brésil. Le Japon et l'Union européenne n'ont pas encore rendu leur avis.

  • Solocal en tête du SBF 120, MidCap Partners croit au redressement

    Solocal   affiche la plus forte hausse de l'indice SBF 120 en Bourse de Paris, porté par une recommandation d'achat de MidCap Partners, qui se dit convaincu par l'assainissement du bilan et la stratégie 100% numérique de l'ex-éditeur d'annuaires.

    "Longtemps handicapé par des LBO (rachats par endettement-ndlr) coûteux, Solocal dispose désormais d'un bilan financier solide", estime l'intermédiaire, qui rappelle que le refinancement bouclé en 2017 a permis au groupe de ramener son ratio d'endettement de 4,7 à 1,7 et que le plan stratégique à l'horizon 2020 prévoit de réduire de 120 millions d'euros les coûts fixes. "De plus, il y a désormais un véritable projet industriel et une stratégie commerciale de bon sens", ajoute-t-il en jugeant que "l'érosion substantielle des revenus du 'print' a occulté les efforts de Solocal en faveur de la numérisation de son modèle économique".

  • Investec scinde sa gestion d'actifs, le titre bondit

    Le groupe de services financiers Investec  , présent principalement au Royaume-Uni et en Afrique du Sud, a annoncé un projet de scission et d'introduction en Bourse de son activité de gestion d'actifs dans le cadre d'une réorganisation stratégique avant le départ de son patron et fondateur Stephen Koseff. "C'est le bon moment pour scinder et introduire en Bourse notre activité de gestion d'actifs afin de la soutenir dans sa prochaine phase de développement", dit-il dans un communiqué.

    Cette division gère pour 109 milliards de livres (122 milliards d'euros) d'actifs avec des bureaux à Londres, au Cap, à New York ou encore à Hong Kong. Les modalités de cette double opération de scission et d'IPO n'ont pas été précisées.

  • Ahold Delhaize plombé par une note d'analyste

    La banque suisse UBS a abaissé sa recommandation sur Ahold Delhaize   à "vendre", estimant que des vents contraires s'amoncellent au-dessus de ses activités américaines. Elle pointe notamment la montée de Walmart, le développement des discounters et une inflation des coûts

  • | OPENING BELL |

    CAC 40 +0,44%

    DAX +0,39%

    Euro Stoxx 50 +0,35%

    AEX +0,32%

    BEL 20 +0,31%

    STOXX Europe 600 +0,29%

  • France: la BDF abaisse encore ses prévisions de croissance

    La Banque de France a revu une nouvelle fois en baisse ses prévisions de croissance pour l'économie française, à 1,6% pour 2018 comme 2019, soit 0,2 point et 0,1 point de moins respectivement que dans ses précédentes estimations, pour tenir compte du net ralentissement intervenu au premier semestre. Elle avait révisé une première fois ses prévisions en baisse au mois de juin, voyant la faiblesse de la croissance (0,2%) enregistrée au premier trimestre comme un "contrecoup temporaire" après son effervescence de fin 2017 (+0,7%).

    La Banque de France se situe dorénavant dans le bas de la fourchette des prévisions sur le PIB de la France sur 2018 comme 2019, le gouvernement tablant de son côté sur une croissance de 1,7% en 2018 comme en 2019.

  • Metro confiant dans la vente de ses hypermarchés Real

    Metro a eu des contacts par le passé avec des acquéreurs potentiels pour sa chaîne d'hypermarchés Real et il est donc optimiste sur le fait que sa décision de mettre en vente cet actif en difficulté suscitera de l'intérêt, a déclaré le président du directoire du distributeur allemand, Olaf Koch.

    Metro a annoncé jeudi soir la mise en vente de Real pour se concentrer sur son activité de gros. Cette chaîne compte 282 points de vente et emploie 34.000 personnes. D'après Olaf Koch, les discussions passées avec des acquéreurs potentiels n'ont pas échoué mais elles sont intervenues au mauvais moment, quand Metro s'efforçait de restructurer cette division.

  • Chine: l'investissement s'essouffle, assombrissant une conjoncture fragile

    Les investissements dans les infrastructures ont continué de s'essouffler en août en Chine à des niveaux jamais vus, signe alarmant pour le géant asiatique qui voit dérailler un moteur crucial de sa croissance en pleine guerre commerciale avec les Etats-Unis. Les chiffres publiés par le Bureau national des statistiques (BNS) confirment l'assombrissement de la conjoncture dans la deuxième économie mondiale, même si la consommation et la production industrielle ont résisté.

    Sur la période janvier-août, les investissements en capital fixe ont gonflé de 5,3% sur un an, à une cadence nettement moindre que sur les sept premiers mois de l'année (+5,5%) et au rythme le plus bas jamais enregistré. Un essoufflement inquiétant: cet indicateur mesure les dépenses dans l'immobilier, les infrastructures de transports, les structures industrielles... piliers de la croissance chinoise, souvent alimentés à coups d'investissements publics.

  • Le Nikkei à Tokyo au plus haut depuis début février

    La Bourse de Tokyo a fini sur un gain de 1,2%, revenant au plus haut depuis le début février, à la faveur des espoirs de négociations commerciales entre les Etats-Unis et la Chine. L'indice Nikkei a gagné 273,35 points à 23.094,67 points, son plus haut niveau en clôture depuis le 2 février.

    Sur la semaine, l'indice phare nippon a gagné 3,53%, sa meilleure performance hebdomadaire en deux mois.

  • Ouverture positive attendue en Europe

    Les principales Bourses européennes devraient ouvrir en légère hausse dans le sillage de Wall Street et des marchés en Asie, soutenues par les espoirs - même ténus - de négociations commerciales entre Washington et Pékin ainsi que par le rebond de la livre turque, à l'origine d'un soulagement bienvenu sur les marchés émergents.

    → D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien pourrait gagner 0,28% à l'ouverture, le Dax à Francfort progresserait de 0,29% et le FTSE à Londres prendrait 0,26%.

    Les Etats-Unis ont déclaré jeudi avoir invité la Chine à reprendre leurs discussions sur le commerce, ce qui a éloigné pour un temps la menace de nouvelles taxes douanières, mais les investisseurs restent prudents face aux positions fermes affichées des deux côtés. Pékin a ainsi indiqué vendredi, par le biais du journal China Daily, qu'elle ne se plierait pas aux exigences des Etats-Unis dans les négociations commerciales entre les deux pays.

  • Acacia Pharma publie les données du Barhemsys dans un journal scientifique

  • Galapagos lance une étude de phase I pour le MOR106

    La biotech Galapagos  et la société allemande MorphoSys ont annoncé jeudi soir le lancement d'une étude de phase I sur une formulation sous-cutanée de MOR106, un anticorps expérimental dirigé contre l'IL-17C.

    "Cette étude représente la prochaine étape importante de notre stratégie visant à développer le MOR106 rapidement en clinique et devrait fournir des informations supplémentaires sur la réponse des patients, alors que nous attendons les résultats de notre étude IGUANA de phase II sur MOR106 chez les patients atteints de dermatite atopique", a déclaré Dr. Walid Abi-Saab, médecin en chef des Galapagos. Lien vers le communiqué

  • Bone Therapeutics poursuit le développement de son ALLOB

    La société de thérapie cellulaire osseuse Bone Therapeutics   a publié les résultats finaux positifs chez 21 patients de l’étude de Phase I/IIA avec son produit de thérapie cellulaire allogénique, ALLOB, dans les fractures avec retard de consolidation. Cette étude valide la poursuite du développement clinique dans l’indication fractures avec retard de consolidation.

    Le groupe annonce également le développement d’un processus de production optimisé pour ALLOB qui devrait apporter des améliorations déterminantes en termes d’uniformité de production, de passage de la production à une plus grande échelle, de coûts de production et de facilité d’utilisation. Lien vers le communiqué

  • La place d'Engie dans le Bel 20 menacée

    Ces dernières années, la présence de sociétés d’autres nationalitésque belge dans le Bel 20 ou ayant leur marché boursier de référence ailleurs qu’à Bruxelles s’est amplifiée. Pour contenir ce mouvement, le Comité des indices d’Euronext Bruxelles a choisi d’affiner les règles d’admission à tous ses indices.

  • "Un Brexit dur fera chuter les prix immobiliers"

    Le gouverneur de la Banque d'Angleterre Mark Carney pense que les prix immobiliers britanniques pourraient chuter de 35% en l'espace de trois ans en cas de sortie désordonnée du Royaume-Uni de l'Union européenne, rapporte le journal The Times. Dans ce contexte, la hausse des taux hypothécaires entraînerait un effondrement du marché, a-t-il expliqué lors d'une réunion ministérielle selon le journal.

    Selon The Guardian, Carney a affirmé aux ministres que l'impact d'un "Brexit dur" serait aussi catastrophique que la crise financière de 2009. Le gouverneur a participé à une réunion au sommet pour présenter aux principaux ministres du gouvernement les préparatifs de la banque centrale dans l'éventualité d'un Brexit sans accord, que Londres comme Bruxelles espèrent éviter.

  • Wall Street finit en hausse avec les techs et les industrielles

    La Bourse de New York a fini en hausse jeudi, aidée par un rebond d'Apple et par la détente sur le front commercial après le bon accueil réservé par la Chine à la proposition de Washington d'ouvrir un nouveau cycle de négociations. L'indice Dow Jones a fini en hausse de 147,07 points, soit 0,57%, à 26.145,99 et le S&P-500, plus large, a gagné 15,26 points ou 0,53% à 2.904,18. Le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 59,48 points (0,75%) à 8.013,71.

    "On a retrouvé un environnement 'risk-on' aujourd'hui et dans ce cas ce sont les technologiques qui mènent le bal", dit Michael Antonelli, responsable des ventes institutionnelles chez Robert W. Baird à Milwaukee. Le regain d'appétit pour le risque a aussi été favorisé par l'invitation adressée aux autorités chinoises par l'administration Trump en vue d'un nouveau cycle de négociations commerciales, invitation accueillie favorablement à Pékin.

  • Good Morning!

    Bonjour à toutes et à tous! Bienvenue sur le "Market Live" de L'Echo, l'endroit idéal pour vous tenir informé des grandes tendances de l'actualité boursière et financière de ce vendredi 14 septembre 2018.

    ©AFP

Plus sur Les Marchés

Contenu sponsorisé

Partner content