Les biotechs mises à mal

Les Bourses européennes ont évolué dans le rouge. GDF Suez s'est replié de presque 3% après la cession des parts de l'Etat français. Après une matinée en terrain positif, ThromboGenics a continué sa chute inexorable. Ontex a pris plus de 5% pour sa première cotation.

Tout au long de la journée, L'Echo vous offre la possibilité de suivre l'évolution des marchés boursiers en temps réel, à travers les informations de la rédaction, les commentaires des courtiers, les déclarations de traders et autres économistes sur les réseaux sociaux... Des suggestions, questions ou remarques? N'hésitez pas à nous en faire part, nous essaierons d'en tenir compte.

 

17:53 Communiqué de Gimv

Aujourd’hui a eu lieu l’Assemblée générale ordinaire (AGO) de Gimv. 36,97% du capital en actions étaient représentés (9.137.207 actions). L’AGO a approuvé le dividende de 2,45 euros brut par action (net: 1,8375 euros) (coupon n° 21). En outre, l'AGO a accepté le dividende optionnel et ses modalités.

Gimv distribuera sur l’exercice 2013-2014 un dividende brut de 2,45 euros par action (net : 1,8375 euros).

Gimv réalise, sur l’exercice 2013-2014, un bénéfice net (part du groupe) de 15,0 millions d’euros. L’AGO a approuvé aujourd’hui la proposition du Conseil d’Administration pour l’exercice 2013-2014, de distribuer un dividende brut de 2,45 euros (net: 1,8375 euros) par action sous la forme d’un dividende optionnel. Ceci correspond à un rendement brut du dividende de 6,6% sur le cours de clôture de l’exercice 2013-2014.

À partir du 2 juillet 2014, l'actionnaire aura la possibilité d'apporter son dividende au capital de Gimv aux conditions suivantes :
• Apport à concurrence du dividende net : 1,8375 euros par coupon n°21.

• Proportion de l'apport : 18 coupons n°21 (ISIN BE6267364972) par nouvelle action.• Prix d'émission par nouvelle action : 33,075 euros, soit une décote de 8,8% par rapport au cours de clôture du 24 juin 2014 (corrigé pour le dividende brut de 2,45 euros).

• Période de l'apport : du 2 au 25 juillet 2014 16 heures inclus.• Livraison des nouvelles actions : 1er août 2014.

• Participation aux résultats : pour tout l'exercice 2014-2015 qui a commencé le 1er avril 2014.

Les actionnaires qui ne communiquent pas leur choix recevront automatiquement leur dividende net en espèces à partir du 1er août 2014. Centralisateur de l'opération : KBC Securities.

Les comptes annuels de l’exercice 2013-2014 ont aussi été approuvés et l’AGO a accordé la décharge aux administrateurs et au commissaire pour l’exercice de leur mandat qui s’est terminé le 31 mars 2014. L'AGO a également approuvé le renouvellement du mandat des administrateurs suivants: Madame Christ’l Joris (jusqu'en 2016), Madame Sophie Manigart (jusqu’en 2016), Monsieur Bart Van Hooland (jusqu'en 2016) et Monsieur Dirk Boogmans (jusqu'en 2018). En outre, l'AGO a approuvé la nomination de nouveaux administrateurs : Monsieur Luc Missorten (jusqu’en 2018) et Monsieur Marc van Gelder (jusqu’en 2018).

17:35 | Clôture des marchés européens

Express

DAX : -0,71%

FTSE 100 : - 0,79%

AEX : - 0,93%

BEL 20 : -0,95%

CAC 40 : -1,28%

--

Stoxx Europe 50 : -0,88%

Stoxx Europe 600 : - 0,95%

17:29

BNP Paribas espère que l'amende qu'elle se prépare à devoir acquitter aux Etats-Unis pour avoir contourné les règles d'embargo américain pendant plusieurs années s'établira autour de sept à huit milliards de dollars, ont déclaré à Reuters mercredi deux sources au fait des discussions.

La banque française, qui envisage de verser cette amende dans le cadre d'un accord de plaider-coupable avec les régulateurs, veut éviter de dégrader son ratio de solvabilité, une perspective qui pourrait alors la conduire à envisager une augmentation de capital, l'émission d'obligations ou des cessions d'actifs pour renforcer ses fonds propres.

Au 31 mars, le ratio common equity tier one Bâle III de BNP Paribas s'établissait à 10,6%.

Jusqu'ici, des estimations faisaient état d'une sanction pécuniaire pouvant aller jusqu'à dix milliards de dollars. Le montant de 16 milliards avait même été évoqué à un stade des négociations.

"Rien n'est bouclé et tout peut changer d'un moment à l'autre mais la tonalité est un peu plus optimiste", a fait valoir une des sources, avant d'ajouter que la BNP avait récemment reçu le soutien de plusieurs régulateurs européens.

Alors que les autorités américaines étudient par ailleurs la possibilité d'empêcher temporairement la banque française d'effectuer des opérations de compensation en dollar, la source a souligné que l'interdiction pourrait ne concerner que certaines zones géographiques ou certaines catégories de métiers.

En contrepartie de quoi la sanction s'étendrait sur douze mois et non six, comme rapporté initialement par certains médias.

Les discussions se poursuivent et la banque a demandé un délai pour parvenir à un accord définitif, lequel pourrait donc intervenir à partir de la mi-juillet, deux semaines avant la publication des résultats semestriels du groupe le 31 juillet.

Une porte-parole de la BNP s'est refusée à tout commentaire mercredi après-midi.

 

 

17:20 Les biotechs ont été malmenées par les investisseurs ce mercredi. La faute à ThromboGenics ?

17:07 Faux départ pour Materialise à la Bourse de New York. L'action baisse de 5%

RT @Tijd Materialise zakt fors op eerste beursdag http://t.co/4fbCu58xjH— Ben Jochems (@benjochems) June 25, 2014

16:45

Monsanto a fait état mercredi d'un recul de 6% de son bénéfice trimestriel mais son action est en forte hausse car le numéro un mondial des semences a relevé la partie basse de sa fourchette de prévision annuelle et a dit anticiper un doublement de son bénéfice dans les cinq ans.

Monsanto a également annoncé un nouveau programme de rachat d'actions de 10 milliards de dollars étalé sur deux ans. Ce programme sera financé par un emprunt obligataire.

Le groupe américain, notamment connu pour ses semences génétiquement modifiées de maïs et de soja et pour l'herbicide Roundup, explique que même si les résultats du troisième trimestre clos le 31 mai sont en baisse en raison d'une conjoncture difficile, les perspectives générales sont bonnes.

Le président Hugh Grant a dit que le groupe d'agrochimie comptait doubler au moins son résultat annuel d'ici la fin de l'exercice 2019, compte non tenu d'éléments exceptionnels après impôt.

Monsanto a publié un bénéfice de 858 millions de dollars (629 millions d'euros) pour le trimestre finissant au 31 mai, contre 909 millions un an plus tôt.

Le bénéfice par action ressort à 1,62 dollar, contre 1,68 dollar un an plus tôt. Les analystes interrogés par le Thomson Reuters I/B/E/S prévoyaient en moyenne 1,56 dollar par action.

Le groupe anticipe dorénavant un bénéfice par action annuel de 5,10 à 5,20 dollars. Il projetait auparavant 5,00 à 5,20 dollars.

L'une de ses priorités sera la croissance externe, par le biais d'investissements technologiques et aussi de fusions ou d'acquisitions.

L'action Monsanto gagne 5,3% à 127 dollars dans les premiers échanges

16:30

Etats-Unis ---> stocks de pétrole brut à +1.7M (cons -1.2M préc -0.580M ) #US #oil— Alexandre Baradez (@ABaradez) June 25, 2014

16:28

#Weidmann ne souhaite pas que la #BCE intervienne trop dans les processus de marchés #ECB— Alexandre Baradez (@ABaradez) June 25, 2014

16:22

La probabilité du lancement d'un programme de rachat d'actifs par la Banque centrale européenne (BCE) est désormais d'un tiers, montre mercredi une enquête Reuters auprès d'économistes qui estiment toutefois à une faible majorité que ses dernières initiatives seront suffisantes pour faire remonter l'inflation.

Le président de la BCE a annoncé au début du mois une série de mesures destinées à contrer le risque de déflation au sein de la zone euro, faisant passer le taux de la facilité de dépôt en territoire négatif et annonçant des opérations de refinancement à long terme ciblées afin de soutenir le crédit bancaire aux entreprises.

Ces mesures visent aussi à endiguer la hausse de l'euro qui pèse sur les prix à l'importation et handicape les exportateurs de la zone euro. La devise européenne est toutefois revenue sur les niveaux qui prévalaient avant les annonces de la BCE, soulignant les limites de ses marges de manoeuvre.

Pour autant, 27 des 53 économistes interrogés la semaine dernière estiment que la BCE en a fait assez pour le moment.

Beaucoup de ceux qui sont en désaccord avec ce point de vue estiment que seul un programme de rachat massif d'actifs à l'instar de ceux conduits par la Réserve fédérale, la Banque du Japon ou la Banque d'Angleterre pourrait avoir un impact durable sur le niveau des prix et de la devise.

Selon cette enquête la probabilité du lancement par la BCE d'un programme de rachat d'actifs dans les 12 prochains mois est désormais d'un tiers contre 25% le mois dernier. Mario Draghi ayant clairement indiqué que les taux directeurs ne descendraient pas plus bas que les plus bas records auxquels ils sont désormais fixés pour un certain temps, aucun des économistes interrogés ne s'attend à les voir modifier lors de la prochaine réunion de politique monétaire du conseil des gouverneurs, le 3 juillet.

Attendre un hypothétique affaiblissement de l'euro contre le dollar et compter pour sur un redémarrage du crédit bancaire aux entreprises pour faire repartir l'inflation tombée à 0,5% en rythme annuel pourrait toutefois s'avérer insuffisant.

"Les opérations de refinancement à long terme ciblées ne vont avoir qu'un impact limité sur la croissance et l'inflation. (...) Nous continuons de penser qu'ils (les membres du conseil des gouverneurs) devront passer à la vitesse supérieure et s'engager dans un programme de rachat d'actifs privés dans le cadre d'un assouplissement quantitatif, le plus vraisemblablement de titres adossés à des actifs (ABS)"
Mark Wall,
économiste à la Deutsche Bank

Le principal défi que la BCE devra toutefois relever avant de s'engager dans cette voie résulte de l'absence d'un marché liquide et profond d'ABS en Europe.

L'inflation au sein de la zone euro est tombée à 0,5% en rythme annuel au mois de mai. Elle évolue depuis le mois d'octobre sous le seuil de 1%, ne parvenant pas à s'extraire de ce que Mario Draghi a qualifié d'une "zone de danger".

16:00

Le secteur des services a crû en juin à son rythme le plus soutenu en quatre ans et demi en juin aux Etats-Unis, suivant l'indice des directeurs d'achat sMarkit paru mercredi.

Cet indice est ressorti à 61,2 en juin en version "flash", au plus haut depuis que la statistique existe, soit octobre2009, contre 58,1 définitif en mai.

La sous-composante de l'emploi ressort à 55,4, égalant le record de septembre 2013, contre 52,8 en mai.

L'indice composite en version flash, qui combine secteurs secondaire et tertiaire, est à 61,1, également un record, contre 58,4 en mai.

Pour Chris Williamson, économiste en chef de Markit, unecroissance de plus de 3,0% au deuxième trimestre "ne serait pasétonnante" au vu de tels indicateurs.

 

 

15:45

Etats-Unis : #PMI #Services à 61.2 (cons 58.0 préc 58.1) #US— Alexandre Baradez (@ABaradez) June 25, 2014

15:30 Opening Bell | Wall Street ouvre en baisse (Dow Jones -0,08% Nasdaq -0,17%)

15:27

Valeur et exagération irrationnelle sur les #marché des #actions http://t.co/rmjJubyOLA #bourse— Bank/Banque Degroof (@B_Degroof) June 25, 2014

15:11 (Belga) Prévisions Bureau du Plan - L'économie belge devrait croître en moyenne de 1,6% sur période 2016-2019, après 1,4% en 2014 et 1,8% en 2015, et créer 32.000 emplois par an dès 2015

14:59

Deutsche Bank a dit mercredi avoir bouclé une augmentation de capital de 8,5 milliards d'euros destinée à renforcer les ratios et financer la restructuration de la première banque allemande.

"Nous avons pris des mesures décisives pour protéger Deutsche Bank contre des risques connus concernant son capital, renforcer sa compétitivité et accélérer les investissements pourdégager de la croissance dans toutes nos divisions", déclarent les deux coprésidents du directoire Jürgen Fitschen et AnshuJain dans un communiqué.

La performance de l'activité banque d'investissement de Deutsche Bank demeure toutefois un sujet de préoccupation et reste sous la menace de sanctions avec notamment une enquête sur des manipulations présumées du marché des changes et une autre, de la part des autorités américaines, concernant des transactions finacières avec l'Iran.

L'action Deutsche Bank a perdu plus de 10% depuis qu'AnshuJain a déclaré fin avril qu'il n'écartait aucune option pouratteindre ses objectifs en matière de capital. L'indice bancaireStoxx Europe 600 est demeuré stable pendant cettepériode.

Sur les 8,5 milliards d'euros de l'augmentation de capital, 6,75 milliards proviennent d'un placement en Bourse assorti de droits de souscription à 22,50 euros par action, sont 99,1% ont été exercés. Le solde des actions sera mis en vente sur le marché, précise Deutsche Bank.

Environ 40% des droits ont été échangés, ce qui est une proportion courante pour ce genre d'augmentation de capital,a-t-on appris d'une source au fait de la transaction.

La famille royale du Qatar, via un véhicule du cheikh Hamadbin Jassim bin Jabor al Thani, avait déjà acheté avant l'opération pour 1,75 milliard d'euros d'actions.

Deutsche Bank avait annoncé avant l'augmentation de capital viser un taux de rentabilité sur fonds propres d'environ 12% en 2016.

L'action Deutsche Bank perdait 0,71% à 26,70 euros.

14:54 Petit graphe du PIB américain

US #GDP charted. -0.7% in Q1 but still 5.4% bigger than pre-crisis peak pic.twitter.com/DAtaGN6m5b— Chris Williamson (@WilliamsonChris) June 25, 2014

14:30 L'économie des Etats-Unis s'est contractée nettement plus que prévu au premier trimestre, enregistrant son plus fort déclin depuis cinq ans, selon l'estimation finale publiée mercredi par le département du Commerce.

Après un gain de 2,6% au dernier trimestre 2013, le produit intérieur brut (PIB) américain a trébuché de 2,9% en rythme annualisé entre janvier et mars, alors que les analystes tablaient sur un recul plus modeste de 1,8%.

Etats-Unis : PIB 1er trim (final) -2.9% (!) (cons -1.8% préc -1.0%) Commandes de biens durables -1%(cons +0.0% préc +0.6%)— Alexandre Baradez (@ABaradez) June 25, 2014

14:19 Le taux belge à dix ans n'a jamais été aussi bas, s'élevant à 1,75%. Le marché obligataire semble ne pas être trop concerné par une éventuelle nouvelle crise politique.

"Sur le marché obligataire, on ne constate pas de crainte de la crise politique belge qui pourrait se profiler", a indiqué Edwin De Boeck, économiste en chef à la KBC.

Même constat pour l'écart de taux -ou spread- entre les obligations à long terme allemandes et belges qui avoisinait mercredi les 50 points de base. Au temps de la crise obligataire en 2011, le spread s'élevait encore à près de 400 points.

14:09

*BELGIAN PLANNING BUREAU SEES 2014 BUDGET DEFICIT OF 2.7% OF GDP ; *BELGIAN PLANNING BUREAU SEES 2015 BUDGET DEFICIT OF 2.8% OF GDP— Dick Darlington (@Darlington_Dick) June 25, 2014

13:59 Moody's a annoncé mercredi confirmer la note Baa3 d'Alstom et relever sa perspective de négative à positive. Ce changement de perspective fait suite au fait qu'Alstom ait validé la semaine passée l'offre de General Electric sur sa branche énergie et atteste du sentiment de l'agence qu'il est fortement probable que l'opération aille à son terme.Le changement reflète aussi, entre autres, les perspective d'une profitabilité améliorée pour Alstom et d'un endettement plus faible à moyen terme, ajoute l'agence.

13:57 L'avis de Gert De Mesure sur la performance d'Ageas (-3%)

#Ageas: underperformance sinds april '14 versus sector, niet alleen impact hagelstormen dus. Wel outperformance 3 jr pic.twitter.com/YZ2aCXdevs— Gert De Mesure (@gertdemesure) June 25, 2014

13:35 Le président du directoire de Publicis Maurice Lévy a déclaré mercredi que l'échec du projet de fusion avec son concurrent américain Omnicom représenterait un coût financier pour la société compris entre 40 et 50 millions d'euros.

Publicis et Omnicom, respectivement numéro trois et deux du secteur, ont annoncé début mai l'abandon de leur projet de rapprochement de 35 milliards de dollars, les obstacles à l'opération qui devait donner naissance au nouveau numéro un mondial étant devenus insurmontables.

"Il y a effectivement un coût financier. Il est entre 40 à 50 millions d'euros", a déclaré Maurice Lévy sur BFM Business.

"C'est beaucoup d'argent mais ce n'est pas plus que cela", a indiqué le dirigeant, qui a également déploré le temps perdu par les équipes mobilisées pendant neuf mois sur ce projet.

Il a justifié à nouveau l'abandon de l'opération présentée à l'origine comme une fusion entre égaux mais qui risquait au final d'aboutir selon lui "à une absorption de Publicis par Omnicom".

13:07 Le fabricant de sous-vêtements américain Hanesbrands a annoncé mercredi son intention d'acheter son concurrent DBApparel, basé à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine) auprès du fonds d'investissements Sun Capital Partners. La transaction valorise DBApparel, qui possède notamment les marques Dim et Wonderbra, à 400 millions d'euros, soit 7,5 fois le résultat brut d'exploitation de la société, ajoute Hanesbrands. Le groupe américain ajoute que l'opération, entièrement en numéraire, aurait un effet relutif sur son bénéfice par action ajusté au cours des 12 mois après sa finalisation. 

12:35

Ook #Colruyt stopt met trading updates na het eerste en het derde kwartaal. Zeldzaam voor een Bel20-er.— Christophe De Rijcke (@cderijcke) June 25, 2014

12:33 Les valeurs à suivre à Wall Street 

A savoir

* LOCKHEED - L'Armée américaine a accordé un contratde 1,9 milliard de dollars (1,4 milliard d'euros) au groupe américain pour boucler les travaux sur les satellites d'alerte aux lancements de missiles dans le cadre du système d'alerte infrarouge spatial, Space Based Infrared System (SBIRS).

* BEST BUY, le distributeur d'électronique grand public, cherche à vendre ou à trouver un partenaire pour sa filiale chinoise dans le cadre d'un recentrage sur ses activités aux Etats-Unis, rapporte le Wall Street Journal qui cite des sources ayant connaissance du dossier. Il pourrait dégager environ 300 millions de dollars de sa branche chinoise qui opère sous les noms de Five Star et Best Buy Mobile.

* IMS HEALTH, le prestataire américain de données pour le secteur de la santé, a annoncé mardi vouloir racheter certains actifs de Cegedim CGDM.PA, groupe français spécialisé dans les technologies pour la santé, pour environ 520 millionsde dollars (385 mlns d'euros) en numéraire.

12:08  Entrée en Bourse réussie pour Ontex. L'action gagne près 5% à la mi-séance à la Bourse de Bruxelles, à 18;89 euros. La société avait fixé mardi soir à 18 euros par titre leprix de son introduction en Bourse, valorisant l'entreprise à 1,23 milliard.

Ontex a dit qu'il entendait retirer un produit brut de 325 millions d'euros de l'opération, somme qui sera consacrée au désendettement de l'entreprise. 

12:00

Et si les taux d'intérêt restaient bas parce que nous entrons dans une nouvelle économie digitalisée ? Une intuition…http://t.co/6RgLoJ8xYQ— Bruno Colmant, Ph.D. (@BrunoColmant) June 25, 2014

11:56 A la mi-séance, l'euro se stabilise face au dollar dans un marché peu volatile en l'absence d'indicateurs macroéconomiques majeurs et toujours attentif aux tensions géopolitiques en Irak.

Vers 11H30, la monnaie unique européenne valait 1,3606 dollar, comme mardi vers 21H00 GMT.

"Sur le marché des changes, l'absence de volatilité est certainement le principal défi auquel doivent faire face les investisseurs", observait Christopher Dembik, analyste chez Saxo Banque.

Ainsi, "le vide de nouvelles macroéconomiques a poussé le marché à se focaliser sur les tensions géopolitiques" depuis l'ouverture des échanges en Asie, commentait Sue Trinh, analyste chez RBC Capital Markets.

Tandis que les premiers conseillers militaires promis par le président américain Barack Obama ont entamé leur mission à Bagdad, sur un total de 300 qui doivent venir épauler les forces irakiennes, les insurgés de l'État islamique en Irak et au Levant (EIIL) ont lancé mardi à l'aube un nouvel assaut pour reprendre la raffinerie de Baïji, à 200 kilomètres au nord de Bagdad. Mais les soldats les ont repoussés et les combats se poursuivaient mardi, selon des responsables.

11:18 Selon une étude du cabinet PricewaterhouseCoopers (PwC), les groupes américains continuent de dominer largement le classement des grandes capitalisations boursières mondiales

Parmi les 100 plus importantes capitalisations boursières dans le monde, près d'une entreprise sur deux est basée aux États-Unis, contre 33 en 2008.

Apple est le symbole de cette domination, puisque le géant américain est la première capitalisation mondiale avec une valorisation de 469 milliards de dollars à fin mars 2014.
Le groupe devance le pétrolier ExxonMobil (416 milliards), le géant de l'internet Google (409 milliards) et le groupe informatique Microsoft (318 milliards), tous des groupes américains.

De son côté, la zone euro maintient son rang avec 18 entreprises dans le classement. La France ne possède en revanche que cinq sociétés dans les 100 premières capitalisations mondiales, avec Total (37e), Sanofi (41e), BNP Paribas (69e), L'Oréal (71e) et LVMH (77e).

Les grandes perdantes de ce classement sont les entreprises des grands pays émergents. Les entreprises établies en Chine ou à Hong Kong ne sont plus que huit, mais "l'introduction en Bourse d'Alibaba, prévue cette année, pourrait marquer le retour des entreprises chinoises", note l'étude.

Le classement a vu disparaître 32 entreprises par rapport à l'an dernier, 28 en raison d'une baisse de leur valeur et quatre à la suite d'opérations de fusions-acquisitions ou de scissions.

Sur les 32 nouvelles, 29 ont intégré le classement grâce à une hausse de leur valeur et trois, à l'occasion d'une introduction en Bourse, comme Facebook, ou d'une scission.
Plus généralement, le secteur des technologies est le grand gagnant depuis cinq ans, puisqu'il occupe désormais la deuxième place du classement, derrière la finance, avec une capitalisation boursière cumulée de 2.500 milliards de dollars.

Au total, les 100 plus grandes entreprises du monde affichent une valeur boursière totale de 15.020 milliards de dollars, un chiffre qui ne cesse d'augmenter depuis 2009, année qui marquait un point bas, à 8.400 milliards.

 

11:12 Après une incroyable descente aux enfers (-44% depuis mercredi passé), ThromboGenics semble se stabiliser. L'action progresse de 1,12% à 9,91 euros. Ci-dessous l'interview de son CEO par nos confrères de Canal Z

#ThromboGenics en pleine tourmente http://t.co/mOzrvTbr0Q— Canal Z (@Canal_Z) June 25, 2014

10:40 Les résultats d'un sondage européen sur la confiance des entrepreneurs vient de sortir. Je vous le livre ci-dessous:

Plus de 7 dirigeants d'entreprises familiales européennes sur 10 se déclarent optimistes pour la performance de leur société durant les six prochains mois, selon un sondage publié mercredi par le groupe de conseil et d'audit américain KPMG.

71% des entreprises familiales se déclarent confiantes pour les six prochains mois, ce qui représente 17 points de plus que lors du dernier sondage réalisé par KPMG en décembre 2013. Parmi eux, 10% se déclarent très confiants. Sur les six derniers mois, 76% des dirigeants déclarent avoir maintenu ou augmenté leur chiffre d'affaires et 89% avoir maintenu ou renforcé leurs effectifs. 

49% des dirigeants concernés citent la baisse de la rentabilité et des marges comme étant la principale difficulté rencontrée, suivie des changements réglementaires et des difficultés à recruter du personnel qualifié, qui affectent tous deux 36% des entreprises.

"L'inquiétude clairement exprimée (par ces entreprises) sur leur niveau de profitabilité pourrait nuancer cet optimisme et devra être observé avec la plus grande attention dans le futur", a souligné dans un communiqué Christophe Bernard, responsable du marché des entreprises familiales chez KPMG.

La part des entreprises familiales européennes ne faisant face à aucun problème dans leur accès au financement est de 81% et a connu une augmentation de 32 points par rapport à 2013.

Trois quarts des entreprises interrogées prévoient d'investir dans leur plan stratégique, notamment dans leur activité principale (55%), à l'étranger (27%) ou sur leur marché national (41%) "afin de gagner des parts de marché". Parmi ces dernières, 35% expliquent cette décision "par un manque de connaissance des marchés internationaux", selon KPMG.

Le sondage a été réalisé auprès de 710 entreprises familiales dans 18 pays européens. En France, les informations ont été collectées de mars à mai auprès des entreprises adhérentes de l'ASMEP-ETI (syndicat des entreprises de taille intermédiaire et des entreprises patrimoniales) et du FBN (Family Business Network, réseau de dirigeants et d'actionnaires d'entreprises familiales).

 

 

 

10:37 Hans D'Haese (Banque Degroof) n'est toujours pas convaincu par Colruyt. Sa recommandation est maintenue à "réduire"

#Colruyt continues to use price weapon to defend its share in competitive market = reduces predictability. Moreover ceases quarterly updates— Hans D'Haese (@HansDHaese) June 25, 2014

10:21 Le titre du groupe français d'informatique médicale Cegedim s'envole à la Bourse de Paris. L'action prend plus de 20%. Cegedim a annoncé ce mercredi avoir reçu une offre ferme du groupe américain IMS Health qui souhaite lui racheter "la majeure partie" de ses activités de gestion de la relation client (CRM) pour 385 millions d'euros en numéraire. Ce montant est supérieur à la totalité de la capitalisation boursière de la société française qui était de 308 millions d'euros à la clôture de la Bourse de Paris.

Si Cegedim devait donner suite, il s'amputerait de près de la moitié de son activité (47% de son chiffre d'affaires et 41% de son excédent brut d'exploitation).
Cegedim rendra sa réponse d'ici novembre, a indiqué la société dans un communiqué.

Cette opération permettrait "une accélération du désendettement et une amélioration du profil de risque" de Cegedim, remarque le courtier Gilbert Dupont, qui a de ce fait relevé sa recommandation sur le titre à "acheter" contre "accumuler" auparavant. Autrement dit, Cegedim céderait des activités dont le chiffre d'affaires est inconstant ou "en déclin", pour se focaliser sur des activités plus rentables, à savoir les logiciels et les bases de données pour les professionnels de santé et les compagnies d'assurance santé, explique le courtier.

De surcroît, le produit de l'opération "sera notamment affecté au remboursement de la dette (en l'occurrence, cela correspondrait à près de 75% de la dette de long terme)", note Gilbert Dupont.

Pour les analystes de Société Générale, qui ont relevé leur recommandation à "neutre", contre "vendre" précédemment, "cette annonce constitue une surprise pour le marché", qui attendait plutôt une vente de tout ou partie des activités dans la santé. Selon eux, cette nouvelle est toutefois de nature à soutenir le cours, qui a nettement baissé récemment, puisqu'elle entraîne une baisse de l'endettement et implique une valorisation "raisonnable" du nouveau groupe.

10:14

#Etihad Airways va acheter 49% de #Alitalia— Alexandre Baradez (@ABaradez) June 25, 2014

10:06 Les small caps en difficulté ?

Ik vrees dat er moeilijke tijden aanbreken voor small caps. Zijn nu iets kwetsbaarder door hogere waardering, zeker in F— Gert De Mesure (@gertdemesure) June 25, 2014

10:00 C'est le moment de faire un point sur les marchés européens

A savoir

Les Bourses européennes ont ouvert en baisse ce mercredi, dans le sillage de Wall Street et Tokyo, l'inquiétude face aux violences en Irak incitant les investisseurs à prendre leurs bénéfices après le récent rally haussier. L'armée américaine a commencé à déployer des équipes mardi à Bagdad chargées d'évaluer l'état des forces de sécurité irakiennes et de décider de la façon de les aider à repousser l'insurrection sunnite.

En visite au Kurdistan irakien, le secrétaire d'Etat américain John Kerry a prié les dirigeants de la région autonome de faire corps avec le gouvernement central face aux djihadistes qui menacent l'intégrité territoriale du pays.

À Paris, le CAC 40 perd 0,67% à 4.488,06 points vers 7h20 GMT. À Francfort, le Dax 0,71% et à Londres, le FTSE 0,5%. L'indice EuroStoxx 50 abandonne 0,63% et le FTSEurofirst 300 0,68%. 

La Bourse de Tokyo a également perdu 0,71%, dans un marché qui a accueillisans enthousiasme le plan de relance du gouvernement japonais annoncé la veille.

A Wall Street, le Dow Jones a abandonné 0,7% et le S&P 500 0,64% mardi, malgré deux statistiques montrant que l'économie américaine est bien repartie de l'avant après la pause imposée par un hiver particulièrement rigoureux.

"Aux Etats-Unis, les investisseurs ont accordé plus d'attention à la crise en Irak qu'aux annonces encourageantes pour leur économie", note Saxo Banque. "En effet, l'offensive de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) et de ses alliés sunnites dans le Nord et l'Ouest de l'Irak a permis aux Kurdes, qui rêvent d'indépendance depuis des années, de redessiner à leur guise les limites de la région", ajoute la banque d'investissement en ligne.

En Europe, un indice GfK du moral des ménages allemands au plus haut depuis 2006 n'a pas non plus suffi à freiner les prises de profits. 

Aux valeurs, GDF Suez recule de près de 3%, plus forte baisse du CAC 40 et de l'EuroFirst 300, après la cession par l'Etat de 3,1% du capital à 20,18 euros par action, soit environ 1,5 milliard d'euros. 

Sur le marché obligataire, les rendements du Bund allemand de référence sont tombés vers leurs plus bas de l'année, les inquiétudes sur la situation en Irak incitant les investisseurs à chercher refuge auprès des actifs peu risqués, un mouvement qui avait déjà profité la veille aux emprunts du Trésor américain.

Sur le marché des changes, la livre sterling perd un peu de terrain à la suite de commentaires du gouverneur de la Banque d'Angleterre Mark Carney la veille qui ont refroidi les anticipations de hausse des taux cette année. Le dollar est stable face à un panier de devises et l'euro se traite à 1,3615 dollar, dans sa fourchette de variation de 1,3505-1,3678 du mois.

L'or retombe de 0,4% à 1.312 dollars l'once après avoir atteint un pic deplus de deux mois à 1.325,90 la veille. 

09:52 Communiqué de WDP (+0,74%)

09:47 Le taux belge à 10 ans évolue autour des 1,768%, un nouveau plus bas historique !

Les taux à 10 ans : France 1.75% Allemagne 1.30% Italie 2.89% Espagne 2.66% Portugal 3.43% US 2.57% UK 2.70%— Alexandre Baradez (@ABaradez) June 25, 2014

09:45 (AFP) Pays-Bas: le PIB 1T se contracte de 0,6%, moins qu'initialement annoncé (seconde estimation)

09:40 Jan De Kerpel (KBC Securities) revient sur l'update de Galapagos datant de la semaine passée."Vu la visibilité actuelle du pipeline, nous ne voyons aucun catalyseur avant 1Q15. Avec la vente de la division services, la valeur de l'entreprise est portée par son propre pipeline. La solide trésorie permet l'acquisition d'actifs externes, mais nous pensons que cela pourrait être très coûteux puisque la concurrence est féroce". L'analyste a donc rétrogradé sa recommandation de "acheter" à "accumuler", avec un objectif de cours réduit à 18 euros (contre 22 euros auparavant).

L'action perd actuellement 1,55% à la Bourse de Bruxelles.

09:35 Chez nos voisins français, le moral des entreprises s'est légèrement dégradé en juin, leurs dirigeants se montrant moins confiants concernant l'évolution de leur activité dans les prochains mois. C'est ce qui ressort de l'étude de l'Insee ce mercredi.

L'indice du climat des affaires dans l'industrie est ressorti à 98 en juin, contre 99 en mai, alors que les économistes interrogés par Dow Jones Newswires tablaient sur un indicateur inchangé. L'indice synthétique a pour sa part reculé à 92, contre 94.

09:29 Première cotation pour le retour d'Ontex sur les écrans de cotation.

Ontex 5% hoger op 1e beursdag. Materialise tegen 12 dollar naar Nasdaq... Euronext, Argen-X... Hier hangt zowaar een parfum van beursliefde— Pierre Huylenbroeck (@huylenbroeckp) 25 Juin 2014

09:25 C'est le retour au calme pour ThromboGenics. Le titre reprend même près de 2%. Mais cela n'empêche pas KBCS de réduire sa recommandation et son objectif de cours sur la valeur. La société de Bourse recommande désormais d'accumuler le titre contre acheter auparavant et fixe son objectif de cours à 18 euros contre 22 jusqu'ici.

 

09:09 Le recul de l'action GDF Suez est logique; il s'aligne sur le cours de l'opération de cession par l'Etat français. L'Etat français a  en effet cédé 3,1% du capital de GDF Suez pour un montant d'environ 1,5 milliard d'euros.

Des traders avaient auparavant indiqué à Reuters que l'opération qui porte sur 75 millions d'actions avait été réalisée à un prix de vente de 20,18 euros par titre,
représentant une décote de 3% par rapport au prix de clôture de mardi soir.

09:03 Dès l'ouverture des marchés européens, le titre GDF Suez boit la tasse: -2,98%. Pour rappel, l'Etat français a annoncé mardi soir qu'il se désengageait à hauteur de 3,1% dans le groupe énergétique pour financer le rachat d'Alstom.

09:00 OPENING BELL

08:50

France jun manuf confidence @ 98 v 99e— eighteen_O_six (@trader1806) 25 Juin 2014

08:34 En attendant l'ouverture des marchés, je vous livre cette petite étude que le profil de l'investisseur français. Vous reconnaîtrez-vous?

L'actionnaire individuel n'est ni retraité, ni très fortuné, ni même rivé aux cours de Bourse toute la journée et il investit à long terme, selon la cartographie réalisée par Havas Paris rendue publique mercredi.

Balayant un certain nombre d'idées reçues, cette étude révèle ainsi que "62% des actionnaires individuels français sont âgés de moins de 65 ans", et que la moité d'entre eux ont commencé à investir en Bourse avant 40 ans.

"Un actionnaire sur trois possède un patrimoine total de moins de 150.000 euros (quand la moitié des ménages Français déclaraient en 2012 un patrimoine supérieur, selon l'Insee) et moins de 1 actionnaire sur 10 déclare plus de 1 million d'euros de patrimoine", détaille l'enquête réalisée en collaboration avec l'institut de sondage CSA.

"Pour 48% des actionnaires, le patrimoine en actions ne dépasse pas 20.000 euros quand un tiers d'entre eux (32%) évalue leur portefeuille à moins de 10.000 euros", ajoute le document.

"La grande majorité des actionnaires individuels français (75%) vise une rentabilité de long terme pariant sur la performance de l'entreprise plutôt que le profit immédiat qui nécessiterait la revente de leurs actions", et ils "sont 44% à conserver leurs actions plus de 5 ans", décortique l'étude.

Ils "n'ont pas tous les yeux rivés sur le cours de Bourse. Une fois par semaine seulement pour 32% d'entre eux, moins d'une fois par mois pour 18% et même encore moins souvent pour 19% d'entre eux", sachant que 64% d'entre eux "procèdent à des arbitrages moins souvent qu'une fois par mois".

Cette cartographie vient néanmoins confirmer l'image d'Epinal sur un point: ces actionnaires individuels sont "des hommes encore en grande majorité (72%)".

Internet constitue le médium privilégié de ces actionnaires résidant à 75% en province, aussi bien pour s'informer que pour passer des ordres.

"Toutefois, seul 1 actionnaire sur 2 a le sentiment de bien connaître les entreprises dont il est actionnaire" et "un tiers des actionnaires n'est toujours pas satisfait de la communication qui leur est destinée", note encore le document.

L'étude a été réalisée auprès de 451 actionnaires individuels issus d'un échantillon national représentatif de 2.890 personnes âgées de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. Ils ont été interrogés en ligne entre le 6 au 20 février 2014.

 

08:30 Pendant ce temps-là sur le marché des changes:

L'euro se stabilisait face au dollar mercredi dans un marché peu volatil ignorant des indicateurs américains encourageants et restant sous la pression des récentes décisions de politique monétaire de la Réserve fédérale des États-Unis (Fed).  Vers 06H00 GMT, la monnaie unique européenne valait 1,3607 dollar contre 1,3606 dollar mardi vers 21H00 GMT.

08:20 Au rayon des IPO à venir, il y a également celle de Materialise, cette société louvaniste active dans l'impression 3D. Elle proposera ses titres à 12 dollars l'action. Future cotation sur le Nasdaq.

08:15 On attendait l'indice GFK, le voici.

Les consommateurs allemands ont connu un regain d'optimisme en juin après quatre mois de stagnation, selon le baromètre GfK qui mesure leur moral, publié mercredi par l'institut du même nom.

Il a atteint 8,6 points, contre 8,5 points attendus initialement. Quant au mois de juillet, le GfK s'attend à une nouvelle progression à 8,9 points.

"Les consommateurs se montrent de nouveau plus optimistes", commente l'institut dans son communiqué, attribuant cette bonne humeur à la décision de la Banque centrale européenne (BCE) début juin de réduire de nouveau son taux d'intérêt directeur ainsi que de fixer un taux négatif pour les dépôts des banques dans ses caisses pour 24 heures. Cela a "donné l'impulsion décisive au climat de la consommation ce mois-ci" en décourageant l'épargne.

08:11 L'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo a terminé la journée de mercredi en repli de 0,71% dans le sillage du recul de Wall Street minée par une recrudescence de craintes sur la situation en Irak. A la fin des échanges, le Nikkei des 225 valeurs vedettes a cédé 109,63 points à 15.266,61 points. Durant la séance, il est en permanence resté en territoire négatif.

L'indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau a perdu pour sa part 0,60% (-7,67 points) à 1.260,83 points. La séance a été très moyennement active, avec seulement 1,81 milliard de titres échangés sur le premier marché.

Au moment de la fermeture de la place tokyoïte (06H00 GMT), le dollar se situait à 101,91 yens et l'euro à environ 138,9 yens, quasi inchangés par rapport à leur cours de tout début de journée.

08:01 Les Bourses européennes sont attendues en baisse à l'ouverture, à l'instar de Wall Street et de l'Asie, les combats en Irak éclipsant des indicateurs parus mardi qui sont venus confirmer le redressement de l'économie américaine.
L'armée américaine a commencé à déployer des équipes mardi à Bagdad chargées d'évaluer l'état des forces de sécurité irakiennes et de décider de la façon de les aider à repousser l'insurrection sunnite. En visite au Kurdistan irakien, le secrétaire d'Etat américain John Kerry a prié les dirigeants de la région autonome de faire corps avec le gouvernement central face aux djihadistes qui menacent l'intégrité territoriale du pays.

D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien
pourrait perdre jusqu'à 0,7% à l'ouverture, le Dax à Francfort 0,5% et
le FTSE à Londres 0,6%.

07:45 La question qu'il faut naturellement se poser après le non du cdh à la note de Bart De Wever est: comment les marchés vont-ils réagir à la crise politique qui menace le pays?

07:43 La Bourse de Tokyo a fini la matinée en baisse mercredi dans le sillage de Wall Street, les investisseurs prenant leurs bénéfices après la récente hausse des cours et apparaissant sans enthousiasme face au plan de relance du gouvernement japonais.

En fin de matinée, l'indice Nikkei reculait de 0,37%, tandis que le Topix abandonnait 0,2%.

07:30 Bonjour à tous. C'est moi (Anne-Sophie) qui vous accompagnerai en ce début de journée pour suivre l'évolution des marchés financiers. Je passerai ensuite le relais à mon estimé collègue Jehan qui vous a livré ce matin dans le journal un intéressant zoom sur Thrombogenics. Dois-je encore vous rappeler que la valeur a perdu 32% hier?

Passons à autre chose. Que devons-nous garder à l'oeil?

Au niveau des stats:

- Indices PMI Markit services flash/juin (15h45)

- Stocks hebdomadaires de pétrole brut (16h30)

Au niveau des valeurs

- Gimv: assemblée générale

Sous réserve de l’approbation par l'assemblée générale, le dividende brut pour l'exercice 2013/2014 de la Gimv a été fixé à 2,45 euros par action. Celui-ci sera proposé aux actionnaires sous la forme d'un dividende optionnel. Une nouvelle action peut être souscrite en échange de 18 coupons, soit un prix d’émission de 33,075 euros. Comme l’année précédente, l'actionnaire de référence de Gimv, VPM S.A., par laquelle la participation du gouvernement flamand dans Gimv est détenue, a annoncé son intention d'apporter 50% des coupons n° 21 en sa possession au capital de Gimv. Les membres du Management Committee s'engagent à souscrire entièrement aux nouvelles actions. En conséquence, 13,6% des actions disponibles dans le cadre du dividende optionnel seront déjà souscrites.

- Ontex: première cotation

- arGEN-X: souscription à l’introduction en Bourse (entre 8,50 et 10,25 euros). Jusqu’au 8 juillet

- GDF Suez: l'Etat français vend 3,1% de l'energéticien. Il fallait quand -même bien qu'il trouve des sous pour monter dans Alstom quelque part...

Etats-Unis

- Monsanto: résultats du T3 (avant Bourse)

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés