1. Les marchés
  2. Live blog
live

Les Bourses américaines en repli

Le retrait du secrétaire d'Etat US Tillerson a affecté aussi bien les marchés européens qu'américains. Wall Street a terminé dans le rouge ce mardi et les marchés européens ont évolué en ordre dispersé.
  • À l'agenda ce mercredi 14 mars

    Le live se termine ici, voici l'agenda de demain: 

    Le rendez-vous à ne pas manquer ce mercredi, c'est la publication des résultats annuels d'Immobel, Picanol et Tessenderlo.

    Economie

    Chine

    • Production industrielle, investissement, ventes au détail / février 

    Allemagne

    • 08h00 Inflation (définitif) / février 

    Eurozone

    • 11h00 Production industrielle / janvier 

    États-Unis

    • 13h30 Prix à la production / février 

    OPEP

    • Rapport mensuel 

    Entreprises

    Belgique

    • Immobel/ résultats annuels (avant Bourse)
    • Picanol/ résultats annuels (avant Bourse)
    • Tessenderlo Group/ résultats annuels (avant Bourse) 

    Allemagne

    • Adidas/ résultats annuels 
    • E.ON/ résultats annuels 

    Royaume-Un

    • Prudential/résultats annuels

    Espagne

    • Inditex/ résultats annuels

    Suisse

    • Swatch Group/résultats annuels
  • New York recule, inquiétée par le départ de Tillerson

    Les Bourses américaines ont chuté ce mardi suite à l’incertitude provoquée par le licenciement, par le président US Donald Trump, du chef de la diplomatie Rex Tillerson, puis peu après du sous-secrétaire d’Etat Steve Goldstein, effaçant la bonne nouvelle du département américain du travail qui annonçait plus tôt dans la journée une augmentation des prix à la consommation de seulement 0,2% en février, conformément aux attentes.

    Le Dow Jones a lâché 0,68% à 25.007,03 points, le S&P 500 a perdu 0,64% à 2.765,31 points et le Nasdaq recule de 1,02% à 7.511,01 points.

    Les valeurs technologiques et financières ont été les plus faibles parmi les 11 principaux secteurs du S&P 500.

    Parmi les techs, Microsoft Corp (-2,44% à 94,41 dollars), Facebook Inc (-1,56% à 181,88 dollars) et Alphabet Inc (-2,23% à 1.193,91 dollars) ont été les plus grands perdants du Nasdaq et du S&P.

    General Electric Co a chuté de 4,44% à 14,43 dollars après que J.P. Morgan a réduit son objectif de cours à 11 dollars contre 14 dollars auparavant.

  • CLOSING BELL

    • Dow Jones - 0,69% à 25.006,13 points
    • S&P 500 -0,64% à 2.765,20 points
    • Nasdaq -1,02% à 7.511,01 points
  • Le pétrole termine en baisse à New York

    Les cours du pétrole ont terminé en baisse mardi sur le marché new-yorkais Nymex, pénalisés par la prévision d'une hausse de la production de brutaux Etats-Unis.

    L'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA) estime que les extractions américaines devraient atteindre le mois prochain 6,95 millions de barils par jour (bpj).

    Le contrat avril sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a perdu 65 cents, soit 1,06%, à 60,71 dollars le baril.

    Au moment de la clôture du Nymex, le Brent cédait 29 cents, soit 0,45%, à 64,66 dollars.

  • Le Bel 20 en repli de 0,8%.

    En légère hausse dans la matinée, la Bourse de Bruxelles a nette rétrogradé dans l’après-midi à l’instar de ce que l’on a vu sur les autres places européennes. La démission du secrétaire d’État américain Rex Tillerson a manifestement davantage pesé sur la tendance que les chiffres de l’inflation qui avaient été communiqués quelques moments auparavant aux Etats-Unis. En clôture, l’indice Bel 20 s’est stabilisé à 3.970,47 points. Soit en repli de 0,80%.

    Des 20 valeurs qui le composent, 2 ont réussi à terminer sur une note positive.
    Alors que l’on attendait les résultats de la société pour après la clôture de la séance, bpost a encore progressé de 0,14% à 27,88 euros. L’action de ce groupe postal qui enregistre une hausse de 10% depuis le début de cette année, fait beaucoup mieux que le marché. Le Bel 20 limite sa hausse à un chétif 0,23%.

    Bonne tenue aussi d’Aperam (+ 1,28% à 40,43 euros) qui signe le meilleur score du jour.
    À l’inverse, Galapagos (-2,05% à 83,90 euros) a pesé sur l’orientation du Bel 20. Malgré l’annonce de la présence des fonds internationaux de BlackRock dans le capital de Telenet à hauteur de 5,06%, l’action (-0,27% à 55,85 euros) de ce câblo-opérateur a cédé du terrain.

    Nouveau plancher pour Agfa-Gevaert

    En dehors du Bel 20, Roularta est resté inchangé à 23,50 euros. L’éditeur a finalisé mardi le rachat de la participation de 50% que De Persgroep détenait dans Mediafin. Après l’approbation de l’Autorité belge de la Concurrence, plus rien n’entravait la transaction.

    Montea a progressé de 1,37% à 44,50 euros. Le gestionnaire immobilier a annoncé le développement d’un nouveau projet d’environ 7.230 m² d’entrepôts et de quelque 1.440 m² de bureaux à Brucargo, la zone cargo de Brussels Airport.

    Tinc, le groupe d’investissement dans les infrastructures, a lancé une augmentation de capital. Le cours de l’action ancienne est resté inchangé à 12,65 euros.

    Agfa-Gevaert poursuit sa descente aux enfers. Ce titre a encore perdu 5,88% pour toucher un nouveau plancher depuis la fin de 2016, à 3,30 euros.

  • Ancrage finlandais renforcé dans Nokia

    L'Etat finlandais a investi 844 millions d'euros pour constituer une participation de 3,3% dans Nokia et conforter l'influence nationale sur l'équipementier télécoms.

    L'action perd néanmoins 1,68% à 4,734 euros à la Bourse d'Helsinki. Pour l'heure, avec 6,48% du capital détenu par ses fonds internationaux, BlackRock est le plus gros actionnaire de Nokia selon des données fournies par Bloomberg.

  • Sur la croissance américaine...

    "On a un très net ralentissement de l'économie américaine qui devrait s'amorcer. La dynamique n'est pas aussi bonne que ce que l'on pourrait croire et la réforme fiscale ne devrait pas changer la donne"
    Christopher Dembik
    Economiste chez Saxobank

  • Wall Street peu sensible au retrait de Tillerson

    La Bourse de New York a ouvert mardi en hausse après avoir pris connaissance d'une hausse des prix à la consommation aux Etats-Unis au mois de février conforme aux attentes et accueilli avec modération l'annonce du limogeage du secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson.

    Une heure après le début des transactions, l'indice Dow Jones gagnait 0,37% à 25.272,09 points. Le S&P 500 prenait pour sa part 0,2% à 2.790,28 points. Sur le Nasdaq, le Composite limitait son avance à 0,18% à 7.601,94 points.

    L'annonce du remplacement de Rex Tillerson par le directeur de la CIA Mike Pompeo a peu fait varier les futures sur les indices new-yorkais. La réaction a été plus vive en Europe où les principales Bourses se sont retournées à la baisse.

    La volatilité recule

    Les relations entre le président et son désormais ex-chef de la diplomatie, qui ont maintes fois affiché leurs divergences,
    notamment sur la Corée du Nord et l'Iran et pas plus tard que lundi sur la Russie, n'ont jamais été au beau fixe.

    "Je ne pense pas que le départ et le remplacement de Tillerson animeront les marchés pendant très longtemps, le roulement dans  l'administration Trump étant si important", commente David Kotok, président de la société de gestion Cumberland Advisors cité par Reuters.

    Du côté des prix, l'inflation de base, soit hors alimentation et énergie, a progressé de 1,8% en février, comme en janvier et conformément aux attentes des économistes. Ces chiffres apaisent les craintes des investisseurs d'un réveil des prix qui conduirait la Réserve fédérale à durcir sa politique.

    Le dollar a effacé ses gains face à un panier de devises de référence après la publication de cette statistique et recule de 0,1%. L'euro, lui, progresse de 0,3% face au billet vert, autour de 1,2365 dollar. Le rendement des Treasuries à 10 ans recule de plus de deux points de base, repassant sous 2,85%, et cela en dépit du fait que la Fed va fort probablement hausser son taux directeur la semaine prochaine.

    Qualcomm reflue

    Dans le Dow Jones, Intel (+3,09% à 53,11 USD) mène les hausses, suivi de Jonhson & Jonhson (+1,78% à 135,01 USD) et de Caterpillar (+1,38% à156,63 USD). A l'inverse, General Electric (-3,64% à 14,55 USD) signe le plus fort recul. 

    Sur le Nasdaq, Qualcomm perd mardi 4,08% à 60,25 USD, tandis que Broadcom progresse de 2,29% à 268,86 USD.

  • RWE et E.ON promettent une hausse des dividendes et profits

    Les groupes énergétiques allemands RWE  et E.ON  ont détaillé les modalités de leur accord d'échange d'actifs, qui débouchera sur un démantèlement d'Innogy  , filiale de RWE, et ont annoncé des bénéfices et des dividendes en hausse du fait d'une structure plus ciblée.

    "Cette opération ne fait que des gagnants", a déclaré Rolf Martin Schmitz, président du directoire de RWE, en référence aussi à l'offre de 5,2 milliards d'euros qu'E.ON va lancer sur les actionnaires minoritaires d'Innogy au deuxième trimestre.

    E.ON s'attend à ce que son bénéfice d'exploitation annuel augmente en moyenne de 3 à 4% au cours des trois prochaines années, tandis que RWE compte verser un dividende supérieur aux attentes au titre 2019. 

  • | OPENING BELL |

    Wall Street ouvre en hausse: Dow Jones +0,33%, Nasdaq +0,52% et S&P 500 +0,41%

  • *Les valeurs à suivre à Wall Street*

    * BROADCOM, QUALCOMM - Donald Trump a signé lundi soir un décret présidentiel interdisant le rachat de Qualcomm par Broadcom, un projet de 117 milliards de dollars (95 milliards d'euros) pour des motifs de sécurité nationale. L'action Qualcomm perd 4,7% dans les transactions en avant-Bourse tandis que Broadcom est en légère hausse.

    * DELTA AIR LINES perd 1,5% en avant-Bourse après avoir resserré sa fourchette de prévision de bénéfice par action pour le premier trimestre à 0,65-0,75 dollar alors que le consensus Thomson Reuters I/B/E/S donne 0,77 dollar.

    * UNITED CONTINENTAL gagne 1,7% en avant-Bourse après le relèvement de sa prévision de chiffre d'affaires par passager par siège disponible et par mille (PRASM) pour le premier trimestre et de sa prévision de marge avant impôt.

    * J.C. PENNEY perd 2,8% en avant-Bourse à 3,16 dollars et se dirige vers sa sixième séance consécutive de baisse. Credit Suisse a entamé sa couverture de la valeur avec une recommandation à "sous-performance" et un objectif de cours de 2,50 dollars.

    * DICK'S SPORTING GOODS - L'enseigne de magasins de sports et de loisirs a publié mardi un bénéfice par action trimestriel supérieur aux attentes mais ses ventes à données comparables accusent un repli de 2% sur la période. Le titre perd 5% dans les transactions en avant-Bourse.

    * HD SUPPLY - Le distributeur de produits industriels en Amérique du Nord a fait état mardi d'une perte nette au quatrième trimestre de son exercice 2017, due selon lui à l'impact de la réforme fiscale américaine. Son bénéfice par action ajusté ressort à 0,49 dollar sur le trimestre, soit cinq cents au-dessus du consensus Thomson Reuters I/B/E/S.

    * MICROSOFT est en train d'ouvrir deux centres de stockage de données en Allemagne pour un coût de plus de 100 millions d'euros, afin d'assurer à ses clients que leurs données resteront soumises à la réglementation allemande, rapportent mardi WirtschaftsWoche et Handelsblatt.

    * MONSANTO - Le ministère chinois du Commerce a donné mardi son accord conditionnel au rachat du numéro un mondial des semences par le groupe chimique allemand Bayer pour 62,5 milliards de dollars (50,7 milliards d'euros).

    * AMAZON - Jefferies, à l'achat sur la valeur, a relevé son objectif de cours de 100 dollars pour le porter à 1.850 dollars. Le titre a fini lundi à 1.598,39 dollars.

    * GENERAL ELECTRIC - JPMorgan a abaissé son objectif de cours à 11 dollars contre 14 dollars. Le titre cède 1,7% en avant-Bourse à 14,85 dollars.

  • USA: l'inflation a légèrement ralenti en février comme attendu

    La hausse des prix à la consommation aux Etats-Unis a légèrement ralenti au mois de février avec le recul des prix de l'essence et la modération des loyers, soulignant que la remontée attendue de l'inflation devrait être graduelle.

    L'indice des prix à la consommation (CPI) a progressé de 0,2% sur le mois après une progression de 0,5% en janvier, montrent les données publiées mardi par le département du Travail. Sur un an, sa hausse ressort à 2,2% contre 2,1% le mois précédent.

    Hors éléments volatils que sont l'alimentation et l'énergie, l'indice des prix à la consommation progressent aussi de 0,2% sur le mois après +0,3% en janvier. Sur un an, la hausse ressort à 1,8%, comme en janvier. Ces variations sont conformes aux attentes des économistes interrogés par Reuters.

  • L'IPO internationale d'Aramco de plus en plus problématique

    L'Arabie saoudite envisage de plus en plus de n'introduire qu'en Bourse de Ryad le géant pétrolier Saudi Aramco alors que les projets de cotation sur une place étrangère comme Londres ou New York sont fragilisés, a appris Reuters de plusieurs sources proches de la procédure. "Je dirais qu'il y a environ une chance sur deux pour qu'il n'y ait pas d'IPO internationale", a déclaré une source de premier plan proche de ces préparatifs, qui, selon elle, s'avèrent décevants.

    Le royaume espère obtenir en juin le statut de pays émergent de la part du fournisseur d'indices MSCI, ce qui l'aiderait à attirer des fonds occidentaux aux côtés d'investisseurs venus de Chine, du Japon et de Corée du Sud, ont ajouté les sources. 

  • La Chine valide sous conditions la fusion Bayer-Monsanto

    Le ministère chinois du Commerce a donné son accord conditionnel au rachat de l'américain Monsanto  , numéro un mondial des semences, par le groupe chimique allemand Bayer   pour 62,5 milliards de dollars (50,7 milliards d'euros).

    La Chine demande à Bayer de se séparer de certaines activités au plan mondial, notamment dans les semences potagères, le maïs, le soja, le coton et les herbicides, est-il écrit dans un communiqué publié sur le site internet du ministère.

    L'UE devrait aussi donner son feu vert sous conditions au rachat de Monsanto par Bayer, a appris Reuters.

  • L'OCDE relève ses prévisions de croissance mais s'inquiète du protectionnisme

    L'OCDE a revu ses prévisions de croissance à la hausse pour l'ensemble du monde, estimant que l'économie mondiale devrait croître de 3,9% en 2018 et 2019, le redémarrage de l’investissement privé et des échanges étant porté par la solide confiance des entreprises et des ménages.

    Dans son évaluation économique intermédiaire, l'Organisation de coopération et de développement économiques a cependant mis en garde contre le "danger" que représente le protectionnisme, après l'annonce par le président américain Donald Trump de taxes douanières sur les importations d'acier et d'aluminium.

    "Il est indispensable de préserver le système commercial international pour prévenir des effets négatifs à long terme d'une sortie des marchés ouverts"
    OCDE

  • Roularta finalise la reprise de la participation de 50 % dans Mediafin

    Le groupe de médias Roularta   a finalisé le rachat de la participation de 50 % que De Persgroep détenait dans Mediafin [éditeur du journal L'Echo]. Lien vers le communiqué

  • Agfa-Gevaert et EPM prolongent leur collaboration

    Agfa-Gevaert  et Eastman Park Micrographics (EPM) ont annoncé avoir prolongé leur accord pluriannuel pour assurer l'approvisionnement continu et ininterrompu de leur portefeuille de optiques micrographiques et de produits chimiques aux marchés de la gestion, de l'information et de la préservation de documents.

    Les détails financiers de l'accord n'ont toutefois pas été divulgués. Lien vers le communiqué

  • Le secteur pétrolier porté par Total

    Les valeurs pétrolières signent la plus forte hausse sectorielle en Europe, portées par la hausse de Total   à la Bourse de Paris. Le titre profite en fait d'un changement de recommandation.

    La banque Barclays a relevé son conseil de "pondération en ligne" à "surpondérer" et porté son objectif de cours à 60 euros contre 57 euros. L'intermédiaire précise avoir augmenté ses estimations de bénéfice par action de 2% en moyenne pour 2018 et 2019 et de 5% pour 2020 et 2021 sur la base d'hypothèses de coûts plus basses.

    "Nous voyons Total entrer dans une nouvelle phase de croissance, à la fois du point du vue des cash-flows et de la production, au cours des trois ans à venir et nous prévoyons que le groupe terminera 2020 avec un cash-flow supérieur de 30% à son niveau actuel et une croissance supérieure à celle de 20% attendue de ses concurrents"
    Barclays

  • La rémunération du patron de Volkswagen bondit de 40%

    La rémunération totale du président du directoire de Volkswagen  , Matthias Müller, a bondi d'environ 40% l'an dernier, à 10,14 millions d'euros en salaire et primes, après les résultats records enregistrés par le groupe automobile allemand.

    Volkswagen a introduit l'an dernier de nouvelles règles de rémunération pour ses dirigeants après les critiques qui avaient accompagné le versement de primes importantes malgré le scandale des moteurs diesel du groupe.

  • "Le risque de correction reste bien présent à l'esprit"

    "Même si l'orientation du marché est bonne, le risque de correction reste bien présent à l'esprit et de plus en plus d'investisseurs préfèrent adopter un positionnement défensif en attendant que cela survienne". "Nous sommes face à une situation de marché assez inhabituelle: en apparence, tout va bien, mais comme tout va trop bien, tout le monde s'attend au pire"
    Christopher Dembik
    responsable de la recherche économique chez Saxo Banque

  • Degroof Petercam suspend son rating sur TINC

    La banque privée Degroof Petercam va participer à l'augmentation de capital de TINC  , en tant que Joint Bookrunner. Elle suspend dès lors sa recommandation sur le titre.

  • Veolia sous pression après le placement de titres de Qatari Diar

    Veolia Environnement  signe plus forte baisse du Cac 40, en réaction au placement par Qatari Diar de la totalité de sa participation de 4,6% au capital du leader des services à l’environnement.

    L’opération a été réalisée pour un montant de 506,8 millions d’euros, soit un pris unitaire de 19,41 euros. Le placement institutionnel a porté sur environ 26,1 millions de titres Veolia.

  • Steinhoff réduit sa participation dans KAP pour lever des fonds

    Steinhoff   a annoncé son intention de céder une partie de sa participation de 700 millions de dollars dans KAP dans le cadre de ses efforts pour faire face à une crise de liquidités.

    Le groupe sud-africain, propriétaire notamment de l'enseigne Conforama en France, se bat pour sa survie depuis la découverte en décembre d'irrégularités comptables qui ont provoqué une baisse de 85% de sa valeur en Bourse, entraîné une crise de liquidités et déclenché l'ouverture de multiples enquêtes dans le monde.

  • "Le marché s'offre une pause après un bon début de semaine"

    "Le marché s'offre une pause après un bon début de semaine". "Les taux d'intérêt se sont quelque peu détendus après la récente baisse de la croissance des salaires. Cependant, si l'inflation dépassait les attentes, les craintes d'une hausse plus rapide des taux aux Etats-Unis pourraient réapparaître et mettre les marchés boursiers sous pression".
    Milan Cutkovic
    analyste chez AxiTrader

  • RWE repasse dans le vert en 2017 avec un bénéfice supérieur aux attentes

    L'énergéticien allemand RWE   a annoncé un bénéfice net supérieur aux attentes l'an dernier, au moment où il envisage un vaste échange d'actifs avec son rival EON   pour se recentrer sur la production d'énergie. Le groupe d'Essen a réalisé un bénéfice non retraité de 1,9 milliard d'euros, en ayant bénéficié d'un remboursement d'une taxe sur les combustibles nucléaires imposée depuis 2011.

    Le bénéfice est meilleur que celui d'1,2 milliard d'euros attendu par le consensus d'analystes interrogé par Factset et intervient après une perte de 5,7 milliards d'euros en 2016, due à d'importantes dépréciations liées aux prix de gros de l'électricité. Le résultat opérationnel (Ebitda) non retraité a progressé de 7%, à 5,8 milliards d'euros, légèrement mieux que les 5,6 milliards attendus.

  • L'italien Piquadro négocie le rachat de Lancel à Richemont

    L'italien Piquadro, fabricant de sacs et de cartables haut de gamme, a annoncé être entré en négociations exclusives avec le groupe suisse de luxe Richemont pour lui racheter éventuellement la marque de maroquinerie Lancel. Piquadro s'attend à finaliser cette acquisition au cours du premier semestre 2018 si ces négociations aboutissent.

  • Iliad franchit les 20 millions d'abonnés en France

    Iliad  , maison mère de l'opérateur télécoms Free, a annoncé mardi avoir franchi en France la barre des 20 millions d'abonnés grâce à ses gains en France dans le mobile et le fixe, qui demeurent ses priorités de 2018 avec son lancement futur en Italie.

    Le groupe, dont l'arrivée en 2012 avait provoqué un séisme sur le marché français des télécoms, a fait état d'un chiffre d'affaires en hausse de 5,6% à 4,99 milliards d'euros en 2017, d'un résultat opérationnel courant en progression de 16% à 862 millions et d'un résultat net récurrent de 480 millions (en croissance de près de 20%). Le consensus Inquiry Financial pour Reuters donnait un chiffre d'affaires de 5,01 milliards d'euros et un bénéfice net, part du groupe, de 445 millions d'euros.

  • | OPENING BELL |

    CAC +0,28%

    BEL 20 +0,12%

    STOXX Europe 600 +0,02%

    AEX -0,02%

  • L'euro stable face au dollar, le marché attend l'inflation américaine

    L'euro   est stable face au dollar dans un marché attendant les derniers chiffres de l'inflation aux États-Unis, publiés plus tard dans la journée, après un rapport sur l'emploi ayant montré la semaine dernière une croissance modérée des salaires dans le pays.

    Cette donnée avait pesé sur la devise américaine car elle suggère une inflation moins forte et donc des chances de voir la banque centrale américaine (Fed) monter ses taux moins agressivement. Or, les hausses de taux d'intérêt rendent le dollar plus attractif car plus rémunérateur. "Nous devons nous préparer à un éventuel impact (sur les marchés) au cas où l'IPC s'avérerait plus élevé que prévu", ont déclaré les stratégistes de Mizuho Securities.

    Les statistiques sur les prix à la consommation aux Etats-Unis pour février seront communiqués à 12H30 GMT. Côté européen, une deuxième estimation de l'inflation du mois de février sera publiée vendredi.

  • France: l'emploi salarié en hausse de 1,1% fin 2017

    L'emploi salarié, départements d'Outre-mer inclus, a progressé de 1,1% en France sur les douze mois à fin décembre, soit le même rythme que celui de fin 2016, avec 268.800 créations nettes de postes, selon les données publiées par l'Insee.

    Sur le seul quatrième trimestre, sa hausse a été de 0,3%, contre 0,2% au trimestre précédent, avec 72.700 créations nettes d'emplois, l'industrie y contribuant positivement pour la première fois depuis 2001.

    Le dynamisme retrouvé des créations d'emploi a eu un impact direct sur le taux de chômage calculé selon les normes du bureau international du Travail qui a reculé de 1,1 point l'an passé pour s'établir à 8,6% en France métropolitaine (8,9% en intégrant l'outre-mer). L'économie française est en situation de créations nettes d'emplois depuis maintenant onze trimestres.

  • Le pétrole sous pression à cause de la production américaine

  • "La possibilité de quatre hausses de taux cette année est reléguée au second plan"

    "La baisse du dollar et des rendements obligataires hier semble refléter cette confiance un peu moins forte [dans une hausse de l'inflation] et la possibilité de quatre hausses de taux cette année est reléguée au second plan pour l'instant. Ce qui ne fait aucun doute, c'est que la Fed relèvera les taux la semaine prochaine, mais les interrogations semblent porter sur le calendrier et le rythme des hausses suivantes."
    Michael Hewson
    CMC Markets UK

  • *Le point avant l'ouverture des marchés européens*

    • Les principales Bourses européennes sont attendues en légère baisse à l'ouverture ce mardi après la clôture mitigée de Wall Street, où les valeurs industrielles ont de nouveau souffert de la perspective de tensions commerciales internationales. D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien pourrait perdre cinq points, soit 0,1%, à l'ouverture, le Dax à Francfort 13 points (0,1%) et le FTSE à Londres 13 points (0,2% environ). 
    • Les préoccupations liées à la décision de Donald Trump de taxer lourdement les importations d'acier et d'aluminium et à ses menaces à peine voilées visant l'automobile continuent de peser sur les marchés actions. D'autant que le président américain a décidé lundi soir de bloquer purement et simplement le projet de rachat du fabricant de semi-conducteurs Qualcomm par Broadcom au nom de la préservation de la sécurité nationale des Etats-Unis.
    • Sur le marché des changes, le dollar regagne quelque fractions face aux autres grandes devises. L'"indice dollar" a abandonné 0,3% sur les deux dernières séances après les chiffres de l'emploi américains, qui ont fait refluer les anticipations d'accélération de l'inflation. Ces statistiques ont aussi fait baisser les rendements des Treasuries: le dix ans évolue sous 2,88% contre plus de 2,91% au plus haut vendredi.  
    • C'est dans ce contexte que les investisseurs attendent les chiffres des prix à la consommation en février aux Etats-Unis à 12h30 GMT, à huit jours des décisions de politique monétaire de la Réserve fédérale. La médiane des estimations des économistes interrogés par Reuters donne un chiffre de 1,8% en rythme annuel pour l'indice d'inflation de base "core CPI", donc inchangé par rapport à janvier.  
    • Le marché pétrolier se stabilise après sa baisse de lundi, toujours alimentée par la vigueur de la production américaine et qui a ramené le prix du baril de Brent à moins de 65 dollars et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) sous 61,50 dollars.
  • ING retire la proposition d'augmentation de son patron

    Le salaire du patron d'ING  ne sera pas augmenté comme annoncé, indique la banque néerlandaise. Les administrateurs voulaient lui accorder une augmentation de 50% pour atteindre 3 millions annuels.

    Ils y ont renoncé en raison de la pression et des réactions que cette proposition avait déclenchées tant du côté politique que dans la société. "Nous réalisons que nous avions clairement sous-estimé la réaction publique néerlandaise sur cette question sensible", estime le président d'ING Jeroen van der Veer. La proposition ne sera dès lors pas soumise aux votes lors de la prochaine assemblée des actionnaires. 

  • Ahold Delhaize a lancé une nouvelle émission obligataire

    Le groupe Ahold Delhaize   a annoncé avoir lancé avec succès des obligations à taux fixe à échéance 2026 pour 500 millions d'euros et des obligations à taux variable à échéance 2021 pour 20 millions d'euros. Lien vers le communiqué.

  • Comment les banquiers centraux s'arment pour atteindre leur objectif d'inflation

  • TINC lance une augmentation de capital

    La société TINC   annonce le lancement d'une offre publique de souscription à un maximum de 6.818.182 nouvelles actions dans le cadre d'une augmentation de capital social en numéraire avec droits de préférence extra-légaux pour un montant maximal de 77,72 millions d'euros.

    La période de souscription s'étend du 14 mars au 23 mars 2018 compris (à 16 heures). Le prix d'émission est fixé à 11,40 euros par action, ce qui répresente une décote de 9,88% par rapport au cours de lundi soir. Lien vers le communiqué

    À noter que Belfius Insurance a annoncé qu'il participera à l'opération jusqu'à concurrence d'un montant de 12 millions d'euros.

  • Kiadis Pharma lève 23,4 millions via un placement privé

    La société Kiadis Pharma   a procédé à un placement privé auprès d'investisseurs institutionnels, émettant 2,6 millions d'actions nouvelles au prix de 9 euros l'unité. Elle a ainsi pu récolter 23,4 millions d'euros.

    "Ce placement privé financera la société jusqu'au second semestre 2019 et donc bien au-delà de l'approbation potentielle de l'UE et du lancement européen potentiel de l'ATIR101", a commenté son CEO Arthur Lahr dans un communiqué.

  • La filiale de Viohalco présente ses résultats annuels

    La holding Viohalco   (cotée à la Bourse de Bruxelles) a indiqué que sa filiale ElvalHalcor a présenté ses résultats de l'exercice 2017 à la Bourse d'Athènes. Le chiffre d'affaires consolidé des activités continues a augmenté de 21,5% à 1.863 millions d'euros contre 1.534 millions en 2016, porté par l'augmentation du volumes des ventes et du prix des métaux.

    Au cours de la période, le résultat consolidé avant intérêts, impôts et dépréciations (EBITDA) s'est élevé à 160,5 millions d'euros contre un bénéfice de 124,7 millions en 2016. Lien vers le communiqué

  • Xior acquiert un complexe pour étudiants aux Pays-Bas

    La SIR Xior   a conclu un accord pour l'acquisition d'un projet de réaménagement à Enschede (Pays-Bas), composé de 271 chambres d'étudiants. Deux espaces d'enseignement font également partie de la transaction.

    Cette acquisition représente une valeur d'investissement d'environ 28 millions d'euros (bâtiment meublé) et un rendement initial attendu d'environ 6,3%. Lien vers le communiqué

  • Montea annonce la signature de plusieurs contrats

    La SIR Montea   a annoncé le développement d'un nouveau projet d'environ 7.230 m² d'entrepôts et de quelque 1.440 m² de bureaux à Brucargo, la zone cargo de Brussels Airport. La société a conclu un bail de 12 ans avec Worldwide Flight Services (WFS), l'un des plus gros acteurs du marché du fret aérien.

    Après déduction de l'indemnité de superficie à BAC, le projet génèrera un revenu locatif d'environ 540.000 euros par an, ce qui réprésente un rendement initial de 7,8%.

    Montea a par ailleurs acquis un centre de distribution logistique à Lesquin, dans la région lilloise à proximité de l'Aéroport de Lille. DHL a signé un bail de 9 ans, avec une première possibilité de résiliation après 6 ans. Ce bail génèrera un revenu locatif annuel de 270.000 euros.

    Cette transaction représente une valeur d'investissement totale de 4,15 millions d'euros et produira un rendement initial net d'environ 6,50%.

    Enfin, Montea et Facil Europe SPRL (fournisseur de Volvo) ont signé un bail de 9 ans aux termes duquel Facil Europe louera environ 4.200 m² pour le stockage de pièces et accessoires de véhicules automobiles. Ce bail génèrera un revenu locatif annuel de 202.805 euros. L'occupation de l'espace restant est en discussion avec des candidats locataires.

  • La Bourse de Tokyo signe sa 4e séance positive

    La Bourse de Tokyo, malgré un démarrage dans le rouge sur fond de scandale politique menaçant le Premier ministre japonais, a enregistré ce mardi sa quatrième séance positive, dans l'attente de statistiques d'inflation aux Etats-Unis.

    A l'issue des échanges, le Nikkei des 225 valeurs vedettes a gagné 0,66% (+144,07 points) à 21.968,10 points, et l'indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau a augmenté de 0,56% (+9,73 points) à 1.751,03 points. Sur le volet des changes, le yen s'est affaibli au fil de la séance: le dollar valait ainsi 106,77 yens à la clôture, contre 106,66 yens lundi, tandis que l'euro montait à 131,61 yens, contre 131,39 yens.

  • Good Morning!

    Bonjour à toutes et à tous! Et bienvenue sur le "Market Live" de L'Echo, le suivi en temps réel des grandes tendances de l'actualité boursière et financière de ce mardi 13 mars 2018.

    ©REUTERS

Plus sur Les Marchés

Contenu sponsorisé

Partner content