1. Les marchés
  2. Live blog
live

Les Bourses européennes clôturent en hausse | Wall Street indécise

Les actions européennes ont grimpé grâce à quelques bons chiffres trimestriels d'entreprises. Indécision à Wall Street. Carlsberg a été recherchée. Galapagos a perdu 3,5% après une baisse de recommandation. Achat d'actions propres chez Euronav.
  • Vos rendez-vous de lundi

    Une nouvelle semaine boursière se termine. Il en va de même de notre Market Live du jour: merci de l'avoir suivi!

    Avant de vous quitter, nous vous proposons de jeter un coup d'oeil aux principaux rendez-vous qui attendent les investisseurs lundi prochain. Il faudra notamment suivre de près le début de la saison des résultats trimestriels à Wall Street, où Pepsico dévoilera ses chiffres:

    Merci pour votre fidélité à notre suivi en direct de l'actualité boursière. Nous nous retrouvons dès lundi matin à partir de 7h30 après un week-end que nous vous souhaitons excellent.

  • Voici les débriefings du jour

    En Europe, les données trimestrielles de certaines entreprises ont entretenu l'espoir d'une reprise rapide de la croissance économique après la crise sanitaire, ce qui a encouragé les achats d'actions. Le secteur technologique a bénéficié des perspectives rassurantes du taïwanais TSMC. Carlsberg voit aussi un reprise progressive de ses ventes.

    En Bourse de Bruxelles, le Bel 20 a rebondi après trois séances négatives et c'est ING et AB InBev, qui avaient pesé sur l'indice ces derniers jours, qui l'ont le plus soutenu ce vendredi. Galapagos a, par contre, souffert d'un avis d'analyste pessimiste.

  • Disney tient la forme avant la réouverture de son parc à Orlando

    Disney , qui doit rouvrir samedi son célèbre parc d'attractions à Orlando en Floride, monte de 2% à Wall Street. La reprise de la saison du championnat américain de basket NBA aura lieu dans le parc à partir du 30 juillet, mais la recrudescence du coronavirus aux Etats-Unis suscite de nombreuses inquiétudes.

  • Clôture en Europe

    Bel 20: +1,43% à 3.442,06 points

    AEX: +0,56% à 570,42 points

    Cac 40: +1,01% à 4.970,48 points

    Dax: +1,15% à 12.633,71 points

    FTSE 100: +0,76% à 6.095,41 points

  • Carnival bondit de 7% à Wall Street

    L'action du croisiériste Carnival  bondit de plus de 7% en Bourse de New York. L'opérateur de croisières a annoncé qu'il prévoyait une reprise de ses activités en plusieurs phases.

    Il commencera à fonctionner avec une flotte réduite. Comme d'autres valeurs du secteur du tourisme, l'action Carnival a particulièrement souffert de la crise sanitaire.

  • Hésitations à Wall Street

    Après une ouverture en légère hausse, les indices boursiers américains sont désormais partagés. Le Dow Jones  gagne 0,56%, le Nasdaq  baisse de 0,10% et le S&P 500  est à l'équilibre.

    Si elle se maintient dans cette configuration, la Bourse de New York est néanmoins en route vers une (très) légère hausse hebdomadaire.

  • Les prix pétroliers repartent à la hausse

    Depuis la publication des prévisions de l'Agence internationale de l'Energie (AIE), qui a revu à la hausse ses prévisions de demande de pétrole cette année (voir post de 11h45), les cours du brut remontent progressivement la pente alors qu'ils étaient en nette baisse.

    Les prix pétroliers viennent de passer en territoire positif. Le baril de Brent  se situe à environ 42,50 dollars et le pétrole américain WTI se traite à environ 40 dollars le baril.

  • Wall Street ouvre en hausse

    La Bourse de New York débute la séance en territoire positif. Dans les premiers échanges, le Dow Jones  gagne 0,05% et le Nasdaq  avance de 0,53%.

  • "Carlsberg reste une proposition d'investissement attractive"

    Le groupe danois Carlsberg s'illustre à la Bourse de Copenhague après avoir annoncé qu'il s'attend à une baisse semestrielle de son résultat opérationnel bien moins importante que ne l'anticipent les analystes.

    Le troisième brasseur mondial, derrière AB InBev et Heineken, prévoit une baisse de 9% de son résultat d'exploitation pour les six premiers mois de l'année, alors que le consensus des analystes tablait sur une chute de 26%, selon une note de Jefferies.

    "Carlsberg navigue bien dans la crise. Au-delà de 2020 et de la comparaison favorable en 2021, qui sera marqué par les événements sportifs de l'été, Carlsberg reste une proposition d'investissement attractive."
    Les analystes de Jefferies

  • Gilead: +2,53% en avant bourse

    L'action Gilead Sciences bondit de 2,5% dans les échanges d'avant bourse. La compagnie pharmaceutique a annoncé que des données supplémentaires d'une étude de stade avancé ont montré que son antiviral Remdesivir a considérablement amélioré la récupération clinique des patients gravement malades du Covid-19.

  • Baisse surprise du "PPI" aux États-Unis

    L'indice américain des prix à la production (PPI) a reculé de 0,2% en juin, contre +0,4% attendu par le consensus et +0,4% en mai.

    Hors alimentation et énergie, l'indice PPI affiche un repli de 0,3% par rapport au mois de mai, alors que le consensus l'attendait à +0,1%.

    En base annuelle, l'indice est en baisse de 0,8%, mais en hausse de 0,1% hors alimentation et énergie.

  • Net rebond de la production industrielle en France et en Italie

    > En France, en mai 2020, la production a rebondi dans l’industrie manufacturière (+22,0%, après -22,3% en avril), comme dans l’ensemble de l’industrie (+19,6%, après -20,6 % en avril). Par rapport à février (dernier mois avant le début du confinement), la production reste néanmoins en net retrait dans l’industrie manufacturière (-23,4%), comme dans l’ensemble de l’industrie (-21,2%).



    > En Italie, la production dans l’industrie, publiée par l'Istat, est en hausse de 42,1% en mai, en rythme mensuel, après avoir reculé de 20,5% en avril. Les analystes tablaient sur une hausse de 22,8%. En revanche, cette production est en baisse de 20,3%, contre un consensus de -32,5% et après -43,4% un mois plus tôt.

  • Wall Street est attendue en léger repli

    Wall Street est attendue en léger repli, l'augmentation continue des cas d'infection par le coronavirus et l'imminence de la saison des résultats, qui s'annonce catastrophique, limitant la prise de risque même si les bourses européennes progressent finalement après des indicateurs meilleurs qu'attendu.

    Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture en baisse d'environ 0,10% pour le Nasdaq, de 0,3% pour le S&P-500 et de 0,3% pour le Dow Jones.

    En Europe, les gains tournent autour de 0,6%.

  • Update | Le point sur la tendance boursière

    Les bourses européennes évoluent sur une note irrégulière, les investisseurs hésitant entre les multiples signes de recrudescence des cas de contamination par le coronavirus et quelques bonnes nouvelles sur le front des entreprises, notamment de la part de Carlsberg.

    Les gains varient entre +0,13% à Paris et +0,26% à Bruxelles. L'Euro Stoxx 50 gagne 0,17% et le Stoxx 600 0,24%.

    "La peur face au virus reprend le dessus. En l'absence de vaccins et de traitement contre le virus, on risque de voir s'enchaîner des phases successives de confinement partiel des économies mondiales, seul moyen efficace à ce jour pour endiguer la progression de la pandémie."
    Guillaume Dejean
    Analyste de marché chez Western Union

    Aux craintes liées à la pandémie est venu s'ajouter le repli des actions chinoises après une longue séance de hausse qui avait soutenu la tendance sur un grand nombre de places boursières du monde entier.

    La bonne nouvelle du jour vient d'Europe avec le rebond plus prononcé qu'attendu de la production industrielle française en mai, une hausse de 19,6% alors que le consensus Reuters tablait sur une augmentation de 15,1%.

    Les technologiques confirment leur capacité de résistance aux accès de faiblesse générale avec un gain de +0,7%.

    À la hausse, le brasseur danois Carlsberg gagne 4,36%, la meilleure performance du Stoxx 600, après avoir publié des résultats semestriels préliminaires en nette baisse tout en soulignant la vigueur du rebond de l'activité en Chine ces derniers mois.

  • L'AIE relève sa prévision pour la demande de pétrole

    L'Agence internationale de l'énergie (AIE) revoit en hausse ses prévisions de demande mondiale de pétrole pour cette année, tout en mettant en garde contre l'incertitude causée par la propagation de l'épidémie de coronavirus.

    La demande, qui a moins diminué que prévu au deuxième trimestre, devrait se situer à 92,1 millions de barils par jour (bpj), soit 400.000 bpj de plus que les projections du mois dernier, selon le rapport mensuel de l'AIE qui coordonne les politiques énergétiques des pays industrialisés.

  • L'indice DJ Stoxx 600 repasse dans le vert

    Les marchés actions européens repassent en territoire positif grâce à un flux de nouvelles optimistes de la part des entreprises, mais la prudence reste de mise alors que la flambée des cas de coronavirus en Asie et en Amérique pourrait faire dérailler la reprise mondiale.

    L'indice Stoxx Europe 600 progresse de 0,1%, tiré par les valeurs chimiques (+0,38%), les valeurs immobilières (+0,38%) et les valeurs technologiques (0,37%), ces dernières profitant des résultats du fabricant de puces TSMC.

    Les actions du secteur de l'énergie, par contre, reculent de 0,65%, dans un contexte d'inquiétude face aux risques accrus pour la demande de pétrole.

  • KBC monte dans la "Jupiler Pro League"

    KBC a acquis les droits exclusifs pour offrir des clips mobiles ("near live clips") pendant les matchs des 5 prochaines saisons de la Jupiler Pro League. En outre, KBC a également acquis des droits non exclusifs sur les résumés en ligne de tous les matchs.

    En clair: les fans de football (tant les clients de KBC que les non-clients) recevront bientôt tous les buts et les moments forts des matchs de la Jupiler Pro League en image et avec commentaire, en direct sur leur smartphone via KBC mobile.

  • Update | Kinepolis et les masques buccaux

    L'annonce du port obligatoire du masque dans les salles de cinéma (voir post de 8h58) laisse de marbre les analystes de KBC Securities qui suivent l'action Kinepolis . Le conseil reste d'acheter l'action avec un objectif de cours de 57 euros "car Kinepolis aurait survécu même en cas d'une fermeture forcée durant longtemps".

    Les analystes apprécient aussi le fait que Kinepolis va continuer à gérer de manière prudente sa structure de coûts et augmenter progressivement les équipes en présence, au fur et à mesure de la réouverture des cinémas.

  • "Le marché est trop négatif pour Euronav"

    Les analystes d'ING reviennent sur les rachats d'actions annoncés par Euronav ce vendredi matin (voir post de 7h44).

    Euronav a annoncé la reprise de son programme de rachat d'actions, après que le cours de l'action soit passé sous sa valeur intrinsèque de 11 euros par titre, constate ING. Maintenant, avec un action aux alentours de 7,46 euros et seulement 3,8% de ses actions rachetées, ING estime qu'Euronav va poursuivre ses achats jusqu'à la limite autorisée de 10%, une opération qui pourrait coûter de l'ordre de 100 millions d'euros au cours de bourse actuel.

    Le marché est trop négatif pour Euronav, précise par ailleurs ING, qui déplore que les investisseurs se focalisent trop sur le risque de baisse des tarifs de fret. Pourtant, la société a couvert beaucoup de contrats en affrétant ses navires pour 3 à 6 mois, ou même un an, sur le marché du stockage offshore. Ce marché est toujours très haussier, avec plus stockage offshore que l'an dernier, souligne la banque.

  • Le point sur la tendance boursière

    Les bourses européennes évoluent en légère baisse en matinée, l'aversion aux risques gagnant du terrain face à la dégradation de la situation sanitaire qui menace la reprise économique en cours.

    Les pertes varient entre -0,25% à Amsterdam et -0,35% à Paris. L'Euro Stoxx 50 cède 0,21% et le Stoxx 600 0,17%.

    À Bruxelles, l'indice Bel 20 évolue dans des marges étroites autour de son point d'équilibre, tiraillé entre la baisse de Galapagos et le gain d'ING.

    > Galapagos cède 1,27%, à 175,55 euros, pénalisé par un abaissement de recommandation.

    > ING engrange 1,35%, à 6,149 euros, même si Deutsche Bank a réduit son objectif de cours à 8 euros (contre 9) et confirmé sa recommandation à "acheter".

    > Hors Bel 20, Kinepolis voit son titre représentatif perdre 2,5%, pénalisé par l'obligation de port du masque dans les salles de cinémas en Belgique.

    > Le trading update trimestriel de Balta se traduit en bourse par un repli de 0,43% de l'action.

    > En Europe, Carlsberg bondit de 5% après un trading update trimestriel. Le brasseur danois a enregistré une hausse de ses ventes en Chine. L'entreprise ne fait, toutefois, pas de prévisions pour 2020 en raison de la pandémie de coronavirus.

    > ASMI et ASML gagnent de l'ordre de 1%, dans le sillage d'un trading update positif du fabricant de puces taïwanais TSMC.

    > Wirecard progresse de 3%. Les autorités allemandes enquêtent désormais également sur un éventuel blanchiment d'argent par le management de Wirecard. La suspicion de blanchiment d'argent s'ajoute aux enquêtes sur la fraude comptable et les manipulations de marché chez Wirecard, qui a déposé son bilan.

  • Balta: -0,43%

    Le titre Balta ouvre en baisse de 0,43% à 1,16 euro.

  • Pas encore de cours pour Balta

    L'action Balta n'est pas encore cotée. Le fabricant de tapis a publié ce vendredi matin un trading update "Covid-19" (voir post de 8h53).

  • Kinepolis: -3,6%

    L'obligation du port du masque dans les cinémas est une mauvaise nouvelle pour Kinepolis . L'action représentative chute de plus de 3% dans les premiers échanges sur Euronext Bruxelles.

  • |Opening bell|

    Amsterdam: -0,33%
    Bruxelles: -0,47%
    Paris: -0,57%
    Francfort: n.c.

    Euro Stoxx 50: -0,43%
    DJ Stoxx 600: -0,39%

    Balta : pas encore de cours
    Galapagos : -0,73%
    Kinepolis : -1,75%

  • Kinepolis et les masques buccaux

    Il est désormais obligatoire de porter un masque dans les magasins et dans de nombreux lieux publics. Cela vaut également pour les cinémas. Puisque vous ne pouvez pas manger ou boire avec un masque buccal, cela devrait affecter Kinepolis . En effet, le cola, le pop-corn et les bonbons sont une source importante de revenus pour le groupe de cinéma.

  • Le ciel s'éclaircit pour Balta

    "Le deuxième trimestre fut un trimestre de défi pour Balta à cause du Covid-19", lit-on dans un communiqué.

    Le spécialiste des revêtements de sol textiles affirme avoir été négativement affecté par la pandémie avec un pic au mois d'avril. Une légère reprise a toutefois été observée en mai et s'est poursuivie en juin. Les sites de production ont en effet rouvert mi-mai.

    Pour les trois derniers mois, Balta affiche un chiffre d'affaires en recul de 36,5% sur base annuelle, à 106,7 millions d'euros.

    "Malgré l’impact négatif sur le chiffre d’affaires, le cash flow net du deuxième trimestre est positif de 7 millions d'euros, renforçant la trésorerie de Balta à la fin du trimestre à environ 87 millions."

  • Briefing d'avant bourse

    Les bourses européennes sont attendues en légère baisse à l'ouverture, la tonalité générale restant à la prudence sur les marchés face aux multiples signes de résurgence de la pandémie de coronavirus.

    Les contrats à terme sur indices suggèrent un repli de 0,30% pour le Dax à Francfort, de 0,43% pour le FTSE 100 à Londres et de 0,23% pour le Cac 40 à Paris. L'Euro Stoxx 50 est donné en repli de 0,31%.

    Les derniers chiffres en date de la propagation du coronavirus dans le monde font craindre un durcissement des mesures de distanciation sociale et un retour au moins partiel au confinement qui pourrait freiner la reprise.

    La nervosité des investisseurs est d'autant plus forte qu'ils se préparent à une période de publication des résultats de sociétés annoncée comme la plus mauvaise depuis 2008.

    "On a de plus en plus l'impression que du point de vue de l'urgence sanitaire, on est en train de reculer. Les traders surveillent l'évolution du nombre de décès car ce pourrait être le facteur décisif incitant les responsables politiques à revenir sur la réouverture des économies."
    David Madden
    Analyste de CMC Markets

  • Bekaert boucle la vente de son site d'Hemiksem

    Bekaert a conclu un accord définitif avec trois développeurs de projets belges sur la vente du site Bekaert à Hemiksem, en Belgique. Le consortium reconvertira le grand site de 25 hectares en zone résidentielle et zone verte.

    Bekaert Hemiksem a cessé ses activités de production en 2009. Le produit de la vente (incidence nette sur la trésorerie de 23 millions d'euros) et la reprise de la provision pour assainissement du sol (13 millions d'euros) seront repris comme produits non-récurrents (36 millions d'euros) dans le compte de résultat de Bekaert après établissement de l'acte notarié, prévu en octobre 2020.

  • Un broker moins optimiste pour Galapagos

    Le broker Stifel réduit son objectif de cours sur l'ADR de Galapagos à 193 dollars, contre 298. La recommandation passe à "conserver", contre "acheter".

    L'ADR de Galapagos a clôturé jeudi à 201,07 dollars (+0,30%).

  • Euronav achète massivement ses propres actions

    Euronav a racheté plus de 3,379 millions de ses propres actions entre le 30 juin et le 9 juillet, pour un montant total de 25,1 millions d'euros, selon un communiqué de presse publié jeudi soir.

    Les achats ont été effectués à la fois sur Euronext Brussels et à la Bourse de New York. Ils sont conformes à la politique d'allocation du capital de l'entreprise.

    Au total, la compagnie pétrolière détient désormais 8,325 millions d'actions propres, ce qui correspond à 3,78% du total des titres existants.

  • Record mondial de nouveaux cas de Covid-19 en 24h aux États-Unis

    Le Dow Jones a fini en baisse de 1,39% jeudi à Wall Street, où les investisseurs craignent de nouvelles fermetures d'entreprises en raison de l'aggravation de l'épidémie de Covid-19 aux États-Unis.

    L'indice des valeurs vedettes a cédé 361,19 points, à 25.706,09. Le S&P-500, plus large, a perdu 17,89 points, soit 0,56%, à 3.152,05.

    Le Nasdaq Composite a gagné, en revanche, 55,25 points (0,53%), à 10.547,75 points.

    Plus de 900 décès et 60.000 nouveaux cas de Covid-19 - un record mondial en 24 heures - ont été recensés mercredi aux États-Unis. La Floride a fait état, à elle seule, de 9.000 contaminés et 120 morts de plus.

  • Les particuliers belges passent à l'action

    "De toute ma (longue) carrière, je n'ai jamais vu une telle ruée des investisseurs particuliers sur les marchés actions pendant une crise financière". Le président d'Euronext Bruxelles Vincent Van Dessel le confirme: les Belges ont bien profité de la chute des bourses en février et mars pour faire leurs emplettes.

    Le retail a représenté près de 6% des transactions à la Bourse de Bruxelles en avril, contre 3,53% un an plus tôt. "Les particuliers se sont rendus compte que leur carnet d'épargne ne leur rapportait pas grand chose et que s'ils voulaient davantage de rendement, ils devaient se tourner vers les actions."

  • Le rouge de mise à l'ouverture en Europe

    Bonjour et bienvenue dans notre "Market live".

    Les marchés européens devraient suivre Wall Street à la baisse ce vendredi, les investisseurs craignant que la reprise économique ne s'estompe alors que les cas de coronavirus augmentent.

    La saison des résultats trimestriels qui démarre la semaine prochaine à Wall Street devrait limiter les prises de risque.

    Les sociétés du S&P 500 devraient afficher la plus forte baisse trimestrielle de leurs bénéfices depuis la crise financière de 2008, selon les données IBES de Refinitiv.

    "Je m'attends à beaucoup de chiffres et de prévisions confus. Le Covid n'est certainement pas derrière nous, alors peut-être le 'V' va-t-il s'allonger."
    Peter Tuz
    Président de Chase Investment Counsel

    L'Euro Stoxx 50 est attendu en repli de 0,25%, le Cac 40 de 0,71% et le Dax de 0,7%.

    En Asie, la tendance est franchement négative. Shanghai, qui a bien progressé ces derniers jours, cède 1,3%. La bourse de Hong Kong rétrograde de 1,8% et celle de Tokyo de 0,7%.

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés