1. Les marchés
  2. Live blog
live

Les Bourses remontent la pente, Wall Street bien aidée par Apple et Facebook

Après une semaine difficile, voici que les Bourses reprennent des couleurs. De toute évidence, les investisseurs ont choisi de passer outre les points sombres concernant la croissance des économies dans le monde. Ou des tout prochains votes au Parlement britannique sur le dossier du Brexit.
  • Le résumé de la séance à New York

    La Bourse de New York a mis un terme à cinq séances de disette, terminant en nette hausse ce lundi malgré le repli de Boeing. Le marché a salué les données solides sur la consommation aux Etats-Unis tout en profitant de la dynamique de plusieurs poids lourds de la tech.

    Le Dow Jones a gagné 0,79% pour finir à 25.651,15 points. Il avait pourtant démarré dans le rouge sous la pression de Boeing, qui a plongé de 6,82% au lendemain du crash en Ethiopie d'un de ses avions phares, le 737 MAX 8. Le Nasdaq s'est pour sa part apprécié de 2,02%, pour clôturer au-dessus des 7.558 points. De son côté, l'indice élargi S&P 500 a gagné 1,47% pour terminer à 2.783,30 points.

    Le marché a notamment bénéficié de la vigueur des actions d'Apple (+3,46%) et de Facebook (+1,46%) après des notes d'analystes positives. Le secteur des semi-conducteurs était aussi en forme après le rachat par Nvidia (+6,97%) du fournisseur américano-israélien de produits de réseaux informatiques Mellanox pour 6,9 milliards de dollars, soit 6,1 milliards d'euros.

  • Wall Street finit en hausse avec les techs, Boeing chute

    La Bourse de New York a fini en hausse, après cinq séances consécutives de baisse, soutenue par le secteur technologique, mais la déconvenue de Boeing à la suite du crash dimanche d'un 737 MAX 8 d'Ethiopian Airlines, a freiné la hausse.

    - L'indice Dow Jones a gagné 0,80% à 25.654,58 points
    - Le S&P-500, plus large, a pris 1,47%, à 2.783,52 points
    - Le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 149,61 unités (+2,02%) à 7.557,76 points.  

  • Apple invite la presse le 25 mars pour une grande première

    Le groupe technologique californien  a lancé les invitations pour un événement le 25 mars prochain au Steve Jobs Theater de Cupertino, sans donner plus de détails. Selon les suiveurs de la marque à la pomme, Apple devrait officiellement lancer son service de streaming TV.

  • Les banques aident le Bel 20 à remonter


    Après avoir enregistré un bilan négatif de 2,95% la semaine passée, la Bourse de Bruxelles est repartie à la hausse ce lundi. L’indice Bel 20 a achevé les échanges sur un gain de 0,91% à 3.568,87 points.

    Meilleure performance, ING s’est redressé de 2,66% à 10,72 euros. Sur des soupçons de blanchiment d’argent et des craintes d’une décélération plus prononcée de la croissance économique en Europe, le titre avait plongé de 10,5%. Dans la foulée, KBC a récupéré 1,33% à 60,78 euros.

    Autre belle performance dans l’indice, Argenx s’est adjugé 1,86% à 109,80 euros. Cela en dépit de l’annonce faite à la veille du week-end par le fonds spéculatif Marshall Wace selon laquelle il a encore accru ses positions courtes (ventes à découvert) sur cette valeur. Celles-ci représentent désormais à 0,91% du capital de la société biotech qui vaut 4,17 milliards.

    Pour être complet, rappelons tout de même que l’action Argenx avait subi des prises de bénéfices la semaine passée qui avaient fait reculer le cours de 6,59%. Un rebond qualifié de technique peut donc expliquer en partie sa remontée en Bourse ce lundi.Parmi les rares valeurs du Bel 20 à avoir cédé du terrain, il y a bpost (-0,82% à 7,82 euros) et Colruyt (-0,45% à 62,02 euros).

    Le temps presse pour Nyrstar

    Pas encore d’accord à cette heure entre les différents créanciers de second plus important groupe au monde actif dans le zinc. Le temps presse pourtant. C’est ce vendredi que Nyrstar doit leur payer le coupon de l’obligation arrivant à échéance en septembre prochain et qui porte intérêt à 8,5%.

    Le groupe sera-t-il en mesure de le payer? Si ce n’est pas le cas la société disposera encore d’un délai "de grâce" de 30 jours avant que les détenteurs de ces obligations puissent prendre des mesures à son encontre.Nyrstar, qui publiera ses résultats de 2018 le 30 avril, avait émis ses obligations en 2015 pour un montant de 350 millions d’euros, et dont 340 millions restent en circulation. La note financière de Nyrstar est de "CCC-" auprès de S & P.

    Du fait de la meilleure tenue du secteur auto sur les Bourses en Europe, Melexis a repris 3,94% à 56,7 euros.

  • L'offre mondiale de pétrole en hausse jusqu'en 2024

    L'offre mondiale de pétrole va augmenter sur les cinq prochaines années, sous l'impulsion de la production américaine qui devrait croître encore de quatre millions de barils par jour (bpj), estime l'Agence internationale de l'énergie (AIE) dans un rapport publié lundi.

    Dans ses prévisions quinquennales, l'AIE dit anticiper aussi une croissance notable d'autres producteurs non Opep, "en substance le Brésil, la Norvège et un nouveau venu, la Guyane."

    "D'ici la fin de l'horizon de prévision (2024), les exportations des Etats-Unis dépasseront celles de la Russie et se rapprocheront de celles de l'Arabie saoudite, entraînant une plus grande diversité de l'offre", ajoute l'AIE.

    La hausse de la demande devrait quant à elle décélérer, sous l'effet du ralentissement économique de la Chine, mais sa progression annuelle moyenne devrait quand même atteindre 1,2million de bpj d'ici 2024.

    "L'AIE ne voit pas la demande de pétrole plafonner car la pétrochimie et le kérosène restent ses principaux moteurs decroissance, faisant plus que compenser le ralentissement de la demande d'essence dû à une amélioration de la productivité et à l'essor des voitures électriques", indique l'agence basée à Paris.

    Au sein de l'Opep, l'Irak devrait renforcer ses positions et contrebalancer ainsi les pertes de production en Iran et au Venezuela, ainsi qu'une situation "toujours fragile" en Libye, ajoute l'AIE.

    A Londres, le baril de Brent progresse ce lundi de 1,2%à 66,55 euros. 

  • Régime minceur pour le nouveau Bel 20

    Lundi prochain, la composition de l'indice Bel 20 sera modifiée. Comme on le sait, Engie et bpost la quitteront. Ces deux valeurs seront remplacées Barco et WDP.

    - Ces modifications feront perdre du poids à l'indice Bel 20. Ensemble, les 20 sociétés qui sont liées actuellement au Bel 20 affichent une capitalisation boursière de 347,8 milliards d'euros. Cette valeur tombera à 318,87 milliards d'euros dans 8 jours, une fois les changements dans la composition intervenus.

    - Ces changements provoqueront aussi une baisse des profits totaux du Bel 20. De 18,65 milliards (tenu compte d'une estimation de 300 millions pour le bénéfice de bpost) en ce moment, ils baisseront à 17,5 milliards.

    Pour mémoire, 4 sociétés du Bel 20 doivent encore communiquer leurs résultats. Parmi eux, GBL,  Sofina et bpost entre autres.

  • Boeing réduit ses pertes

    Vers 16h( (heure belge), l'action Boeing affichait une propension à réduire ses pertes. L'action du constructeur aéronautique qui avait plongé jusqu'à 365,55 dollars (-13,5% sur la clôture de vendredi dernier) peu après l'ouverture de Wall Street,  était remontée à 392 dollars (-7,1% sur la clôture de vendredi dernier).

    L'indice Dow Jones repassait du coup dans le vert. Il gagnait 0,3%. Le S&P 500 progressait de son côté de 0,9%.

    En Europe, le Stoxx 600 montait de 0,5% et le Bel 20 de Bruxelles de 0,91% à 3.563,43 points. 

  • Il y a bien des consultations sur le dossier Commerzbank/Deutsche Bank. Le gouvernement est un partenaire de choix dans les discussions au sein de l'économie privée. Il n'y a rien à dire de plus à ce sujet pour le moment"
    Olaf Scholz (avant la réunion de l'Eurogroupe à Bruxelles)
    Ministre des Finances d'Allemagne

  • Hausse des stocks des entreprises aux USA

     Les stocks des entreprises américaines ont augmenté en décembre, alors que leurs ventes subissaient leur recul le plus marqué depuis trois ans. Ce quipourrait se traduire par une accumulation de stocks d'invendus d'une ampleur imprévue.

     Le département du Commerce a annoncé que les stocks avaient augmenté de 0,6% en décembre, comme prévu par les économistes interrogés par Reuters, alors qu'ils n'avaient pas varié le mois précédent.

    Les ventes ont, elles, diminué de 1,0% en décembre, un pourcentage inédit depuis décembre 2015, après un recul de 0,6%en novembre. A ce rythme, il faudrait 1,38 mois pour épuiser les stocks,le ratio le plus élevé depuis août 2017, contre 1,36 mois en novembre.

  • Le point sur la tendance à l'ouverture de Wall Street

    Boeing plombe le Dow mais S&P et Nasdaq montent

    La Bourse de New York a ouvert en ordre dispersé, la chute de Boeing tirant le Dow Jones à la baisse tandis que le Standard & Poor's 500 et le Nasdaq amorçaient un rebond.

    Quelques minutes après le début des échanges:

    → le Dow perd 165,98 points, soit 0,65%, à 25.284,26 points;
    → le Standard & Poor's 500, plus large, progresse de 0,48% à 2.756,21 points;
    → le Nasdaq Composite gagne 34,42 points, soit 0,46% à 7.442,56 points.

    Déjà perceptible en Asie et en Europe, le rebond des actions profite entre autres de l'annonce d'un rebond inattendu de 0,2% des ventes au détail aux Etats-Unis en janvier après une chute de 1,6% en décembre.

    Aux valeurs,

    Boeing abandonne 11,81% après le crash dimanche d'un 737 MAX 8 d'Ethiopian Airlines, le deuxième en moins de cinq mois pour ce modèle vedette du constructeur aéronautique américain. Le titre représente à lui seul plus de 11% de la pondération de l'indice Dow Jones.
    Apple prend 2,17% après le relèvement de la recommandation de Bank of America Merrill Lynch à "acheter" contre "neutre".

    Sur le marché des changes, le dollar est pratiquement inchangé face à un panier de devises de référence comme face à l'euro, qui se traite autour de 1,1245.

    Le rendement des obligations du Trésor à dix ans , qui avait touché vendredi son plus bas niveau depuis début janvier, reprend un peu plus d'un point de base à 2,6357%.

  • Les ventes au détail rebondissent légèrement en janvier

    Les ventes de détail aux Etats-Unis ont légèrement rebondi en janvier après avoir enregistré leur plus forte chute mensuelle depuis presque dix ans en décembre, notamment à cause du "shutdown" de l'administration américaine.

    L'indice des ventes des détaillants et restaurants s'est établi à 504,4 milliards de dollars, soit 0,2% de plus qu'en décembre et un peu mieux que les attentes des analystes (-0,1%), selon les données corrigées des variations saisonnières du département du Commerce publiées lundi.

    Le ministère a cependant révisé l'indice en baisse pour le mois précédent qui a finalement chuté de -1,6% au lieu de -1,2% pour la première estimation.

    "Avec les faibles chiffres de l'emploi pour février publiés la semaine dernière" (20.000 créations d'emplois seulement), cela renforce notre opinion que la Fed ne va pas du tout relever les taux d'intérêt cette année."
    Andrew Hunter de Capital Economics

  • Wall Street ouvre en ordre dispersé, Boeing pèse sur le Dow Jones

    La Bourse de New York évoluait en ordre dispersé à l'ouverture, la chute de l'action Boeing après le crash d'un de ses appareils en Ethiopie pesant lourdement sur le Dow Jones, qui reculait de 0,84%, tandis que le Nasdaq prenait 0,47%.

    Wall Street, lestée par des indicateurs et prévisions ravivant les inquiétudes sur la croissance mondiale, avait enregistré la semaine dernière son plus fort repli hebdomadaire de l'année, le Dow Jones reculant de 2,21% sur les cinq dernières séances et le Nasdaq 2,46%.

  • Wall Street| Opening Bell |

    Dow Jones: -0,71%
    S&P 500: +0,46%
    Nasdaq : +0,68%

    Boeing: -12%

  • Barrick Gold retire son OPA hostile sur Newmont

    Le canadien Barrick Gold annonce le retrait de son offre publique d'achat (OPA) hostile sur l'américain Newmont Mining , les deux groupes, respectivement premier et deuxième producteur mondial d'or, affirmant s'être entendus pour la création d'une co-entreprise.

  • -12%
    Boeing chute après un crash mortel en Ethiopie
    Boeing chute de plus de 12% dans les échanges électroniques précédant l'ouverture de la séance à Wall Street, affecté par l'immobilisation de 737 MAX 8 notamment en Chine et en Indonésie, au lendemain d'un crash d'un appareil de ce type en Ethiopie. La chute de l'action entraîne dans son sillage l'indice Dow Jones. Si cette tendance se confirme à l'ouverture, Boeing aura perdu près de 30 milliards de dollars de capitalisation boursière en une séance.

  • Deutsche Bank reste un fan d'UCB

    Les analystes de la Deutsche Bank ont étudié de près les données supplémentaires publiées par UCB sur le Rozanolixumumab dans le traitement de la myasthénie grave (MG), une maladie musculaire grave pour laquelle il n’existe aucun traitement efficace sur le marché. Le groupe pharmaceutique a publié ces données dans la perspective du jamboree des neurologues américains au début de mai (du 4 au 10 mai) à Philadelphie.

    Les données rassurent le broker sur le fait que le produit d'UCB peut concurrencer d'autres candidats traitements contre les maladies musculaires, notamment l'efgartigimod d'Argenx.

    Les données précédentes indiquaient également que le traitement d'UCB bloquait souvent les patients souffrant de maux de tête.

    Deutsche Bank continue de croire que la classe FcRN, à laquelle appartient le Rozanolixizumab, peut devenir un multi-blockbuster et que "Roza" a un profil concurrentiel.

    La recommandation reste à "acheter" avec un objectif de cours de 95 euros.

  • L'essentiel de la tendance - Update

    * Les marchés d'actions européens progressent, affichant des gains compris entre 0,14% et 0,78%.
    * La prudence demeure face aux nombreux signaux de ralentisssement de la croissance mondiale.
    * Wall Street attendue en ordre dispersé, en hausse pour le S&P et le Nasdaq 100, en baisse pour l'indice Dow Jones.
    * Les banques meilleures progressions sectorielles en Europe (+1% pour l'indice DJ Stoxx 600).
    * Nouvelles spéculations sur une fusion entre Deutsche Bank (+3,3%) et Commerzbank (+5,4%).
    * Le dossier Ethiopian Airlines plombe Boeing (-12% en premarket) et Safran (-2,55% à Paris).
    * Les rendements obligataires de la zone euro restent proches de leurs plus bas après les annonces de la BCE.

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    Boeing, Tesla, Nvidia...

    * BOEING chute de près de 10% dans les transactions en avant-Bourse, plusieurs compagnies aériennes ayant décidé de maintenir au sol leur flotte de Boeing 737 MAX 8 après un nouveau crash aérien impliquant l'appareil. Une telle baisse à l'ouverture de la Bourse de New-York constituerait pour la valeur son plus fort repli en séance en près de 20 ans, alors que l'action de l'avionneur américain a touché un plus haut historique à 446 dollars la semaine dernière.

    * Les compagnies aériennes SOUTHWEST AIRLINES et AMERICAN AIRLINES GROUP, qui figurent parmi les plus gros clients de Boeing, pourraient également être affectées par le nouvel accident du 737 MAX 8.

    * TESLA gagne plus de 1% en avant-Bourse après avoir annoncé dimanche un relèvement de ses prix d'environ 3% en moyenne au niveau mondial. Le constructeur de voitures électriques a par ailleurs renoncé à démanteler entièrement son réseau de concessionnaires.

    * NVIDIA - Le fabricant de puces américain a confirmé lundi le rachat de MELLANOX TECHNOLOGIES pour 6,9 milliards de dollars (6,13 milliards d'euros) en numéraire, soit 125 dollars par action, ce qui constitue la plus grosse acquisition de son histoire. L'offre de Nvidia sur Mellanox a dépassé celle d'INTEL.

  • Le prix de l'IPO de Levi Strauss fixé entre 14 et 16 dollars

    Le fabricant américain de jeans Levi Strauss a annoncé qu'il entendait lever jusqu'à 587 millions de dollars (522 millions d'euros) dans le cadre de son introduction en Bourse, qui marquera son retour sur le marché actions plus de 30 ans après son retrait de la cote.

    Dans un communiqué, la société vieille de 145 ans, qui a inventé le blue jean, précise avoir retenu pour la transaction annoncée il y a un mois une fourchette de prix allant de 14 à 16 dollars par action pour les 36,7 millions de titres proposés aux investisseurs.

    Sur la base de cette fourchette, cela correspond pour Levi Strauss à une valeur boursière maximale de 6,17 milliards de dollars.

  • KBC coupe dans l'objectif de cours de Roularta

    L’analyste Ruben Devos de KBC Securities réduit l’objectif de cours de Roularta de 1,5 euro à 16 euros. La raison de cette réduction est un changement de la méthode d’évaluation appliquée par le broker et une baisse de la probablité que Roularta soit rayée de la Bourse.

    Selon l'analyste, la précédente méthode d'évaluation ne tenait pas suffisamment compte du ralentissement du marché des journaux et des magazines.

    De plus, on ne sait pas ce qu'il adviendra de l'action à l'avenir. À l'heure actuelle, les principaux actionnaires détiennent près de 90% des actions. C’est la raison pour laquelle l’analyste des actions envisage un rachat des autres actionnaires.

    Si cela se produit, Devos valorise l'action à 17 euros et à 15 euros si elle reste en bourse. La probabilité d'un tel rachat étant estimée à 50%, l'analyste attribue une valorisation de 16 euros.

    La recommandation reste à "conserver".

  • Boeing et Safran souffrent après le nouveau crash d'un 737 MAX 8

    L'action Boeing chute de 9% dans les transactions en avant-Bourse à Wall Street, alors que plusieurs compagnies aériennes ont décidé de maintenir au sol leur flotte de Boeing 737 Max 8 après un nouveau crash aérien impliquant l'appareil.

    Un avion d'Ethiopian Airlines assurant la liaison entre Addis-Abeba et Nairobi s'est écrasé dimanche, tuant les 157 personnes à bord, dont neuf Français et de nombreux autres, Occidentaux.

    Ce crash intervient après celui du Boeing 737 MAX 8 de la compagnie asiatique Lion Air qui a fait 189 morts le 29 octobre dernier.

    Le repli de Boeing devrait peser sur l'ensemble du Dow Jones lundi, le futures sur l'indice américain signalant un repli de près de 0,8% à l'ouverture, alors que le contrat à terme sur le S&P 500 évolue sur une note stable.

  • L'essentiel de la tendance boursière

    Les marchés tentent un rebond malgré les doutes

    1. Les principales Bourses européennes tentent un rebond, après avoir souffert d'un regain d'inquiétudes sur la conjoncture économique mondiale qui oblige les banques centrales à réagir.

    2. Amsterdam et Bruxelles gagnent 0,29%, Francfort avance de 0,14% tandis que Paris (+0,01%) est stable. L'indice Bel20 de la Bourse de Bruxelles bonifie de 0,37% grâce à Argenx (+1,67%), Ontex (+1,36%) et ING (+1,21%).

    3. Les statistiques du jour en Allemagne confortent d'ailleurs le positionnement très prudent de la BCE: la production industrielle a reculé de 0,8% en janvier, dénotant un début d'année difficile pour l'économie allemande.

    4. Selon le Handelsblatt, le gouvernement fédéral allemand a abaissé en interne sa prévision de croissance 2019 à 0,8%, sa deuxième révision en moins de deux mois.

    5. En tête du Stoxx 600, Commerzbank grimpe de 4,46% en réaction aux informations selon lesquelles le conseil d'administration de Deutsche Bank (+2,28%) a décidé d'entamer des discussions avec sa consoeur en vue d'une éventuelle fusion.

    6. Safran recule de 1,5%, lanterne rouge du CAC 40, après le crash du Boeing 737 Max 8 de la compagnie Ethiopan Airlines, l'équipementier aéronautique étant le fournisseur, dans le cadre de sa coentreprise avec General Electric, du moteur LEAP-1B utilisé sur cet appareil. L'action Boeing cotée à Francfort chute de 8%.

    7. Plus forte baisse de l'indice DJ Stoxx 600, le bijoutier danois Pandora abandonne 6,4%, pénalisée selon des traders par un abaissement de recommandation du broker Carnegie.

  • Safran : -2%

    Safran recule de 1,7% à l'ouverture, après le crash du Boeing 737 Max 8 de la compagnie Ethiopian Airline. Le groupe fournit les moteurs de l'appareil.

  • Nouvelles spéculations sur une fusion Commerzbank/Deutsche Bank

    Les marchés saluent la perspective d'une fusion entre Commerzbank et Deutsche Bank , les actions des deux groupes bancaires allemands progressant de respectivement 4% et 3%.

    Le conseil d'administration de Deutsche Bank a décidé d'entamer des discussions avec Commerzbank en vue d'une éventuelle fusion, a-t-on déclaré samedi à Reuters de source proche du dossier. Les discussions en sont à un stade très précoce et pourraient tourner court, a-t-on souligné, confirmant les informations rapportées un peu plus tôt par le Welt am Sonntag.

  • Recommandation d'achat pour WDP

    Les analystes de KBC Securites ont passé en revue le plan de croissance de WDP pour 2019 - 2023.

    Le business plan table sur une expansion du portefeuille immobilier de 1,5 milliard d'euros et sur une augmentation annuelle du bénéfice par action de 6%. Les analystes estiment que la SIR, avec son bilan solide, l'utilisation disciplinée du capital et son excellence opérationnelle, est bien placée pour atteindre ces objectifs.

    Ils relèvent leur objectif de cours de 115 à 140 euros et leur recommandation de "conserver" à "acheter".

    L'action WDP gagne 1,51% à 134,20 euros, dans un marché bruxellois globalement en hausse de 0,48%.

  • Les Bourses de Hong Kong et Shanghai clôturent en net rebond

    Les Bourses de Hong Kong et de Chine continentale ont fortement rebondi lundi, reprenant leur souffle après leur plongeon de la fin de semaine dernière, en dépit d'une prudence persistante du marché face à une conjoncture mondiale morose.

    A Hong Kong, l'indice composite Hang Seng a terminé sur une hausse de 0,97% à 28.503,30 points.

    En Chine continentale, l'indice composite de référence de la Bourse de Shanghai a gagné 1,92% à 3.026,99 points. La Bourse de Shenzhen, elle, a bondi de 3,90%, à 1.667,82 points.

  • La livre en recul avant un vote crucial sur le Brexit

    La livre sterling était en baisse face à l'euro et au dollar avant un vote crucial des députés britanniques sur l'accord de divorce entre la Grande-Bretagne et l'Union européenne, à moins de trois semaines de la date prévue du Brexit.

    La devise britannique s'échange à 86,45 pence pour un euro au lieu de 86,30 pence vendredi soir et à 1,3007 dollar pour une livre contre 1,3015 dollar vendredi soir.

     

    "Tout est en place pour une grosse semaine du côté de la livre avec peu d'indications sur les chances de succès de Theresa May devant le Parlement. Il devient clair qu'il n'y a eu aucun progrès pour faire évoluer l'accord de retrait, ni l'UE ni la Grande-Bretagne ne sont prêtes à changer de position."
    Michael Hewson
    Analyste chez CMC Markets

  • | Opening Bell |

    Les marchés d'actions européens ouvrent en hausse, après une fin de semaine sous pression en raison de perspectives économiques moins favorables.

    • Bruxelles: +0,41%
    • Amsterdam: +0,51%
    • Francfort: n.c.
    • Paris: +0,47%
    • DJ Stoxx 600: +0,40%

  • "Des signes de reprise molle se dessinent après la pire semaine pour les marchés actions depuis mi-décembre. Les marchés boursiers se présentent prudemment en hausse après que les chiffres de vendredi sur l'emploi aux Etats-Unis ont attisé les craintes concernant la croissance mondiale."
    Jasper Lawler
    Analyste chez London Capital Group

  • L'excédent commercial et la production industrielle en recul en Allemagne

    La production industrielle allemande a de nouveau reculé en janvier, de 0,8% sur un mois après avoir augmenté de 0,8% en décembre (chiffre révisé), selon des données corrigées des variations saisonnières (CVS) publiées lundi par l'Office fédéral des statistiques.

    Renforçant les inquiétudes sur la conjoncture allemande, cette statistique déçoit les analystes interrogés par le fournisseur de services financiers Factset, qui tablaient sur un rebond de 0,4%.

    Quand à l'excédent commercial, il a atteint 18,5 milliards d'euros en janvier, en baisse par rapport aux 19,4 milliards de décembre, selon des données provisoires publiées lundi par l'Office fédéral des statistiques.

  • Boeing à tenir à l'oeil

    Boeing sera à suivre après l'accident d'un 737 MAX 8 de la compagnie Ethiopian Airlines, la deuxième catastrophe aérienne en cinq mois pour cet appareil, dans des circonstances similaires. La Chine a ordonné lundi à ses compagnies aériennes de suspendre les vols de 737 MAX.

  • L'essentiel avant l'ouverture des marchés

    Rebond en vue en Europe | Semaine importante pour le Brexit

    1. Les principales Bourses européennes devraient rebondir à l'ouverture, après avoir accusé le coup en raison d'inquiétudes croissantes sur la conjoncture mondiale, à l'aube d'une semaine marquée par une série de votes au Parlement britannique sur le Brexit.

    2. D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien pourrait gagner 0,55% à l'ouverture, le Dax à Francfort progresserait de 0,41% et le FTSE à Londres prendrait 0,59%.

    3. Les doutes sur la croissance mondiale devraient rester le fil rouge de la semaine sur les marchés, avec plusieurs statistiques attendues, dont les chiffres de la production industrielle en Allemagne, ce lundi à 8h, puis aux Etats-Unis ceux des prix à la consommation, mardi, et de la production industrielle, vendredi.

    4. Au programme également, le Parlement britannique s'exprimera une nouvelle fois mardi sur le plan de sortie de l'Union européenne présenté par la Première ministre Theresa May, qui pourrait faire face à un nouveau rejet.

    5. Le secteur bancaire pourrait être entouré après les informations selon lesquelles le conseil d'administration de Deutsche Bank a décidé d'entamer des discussions avec Commerzbank en vue d'une éventuelle fusion.

  • A suivre cette semaine

    Wall Street ouvre plus tôt, rapport de l'AIE et de l'Opep, réunion de la BoJ...

    → Ce dimanche, les Etats-Unis ont changé d’heure pour passer de GMT-5 à GMT-4, ce qui signifie pour les investisseurs européens que les marchés d’actions américains seront ouverts et clôtureront une heure plus tôt. La situation se régulera lorsque l’Europe passera à son tour à l’heure d’été, le dernier dimanche du mois. Les Etats-Unis avaient modifié en 2007 les passages à l’heure d’hiver et d’été.

    L’Agence internationale de l'Energie (AIE) publiera lundi son rapport annuel. Les analystes spécialisés croient de moins en moins à une forte hausse des prix du pétrole cette année, l'augmentation continue de la production des Etats-Unis et la détérioration de la conjoncture mondiale menaçant d'annihiler les efforts de réduction de l'offre de l'Opep et de ses alliés.

    → Mardi, les députés britanniques doivent se prononcer une seconde fois sur un projet d'accord sur le Brexit. Les chiffres du produit intérieur brut du Royaume-Uni pour le mois de janvier seront publiés. Les résultats de Volkswagen sont attendus le même jour.

    → Mercredi, les Etats-Unis publieront leur rapport hedbomadaire des stocks de pétrole. Adidas et E.ON annonceront leurs chiffres financiers.

    → Jeudi, l’Opep publiera à son tour son rapport mensuel, tandis que Lufthansa, RWE et Generali indiqueront leurs résultats.

    → Vendredi, la Banque centrale du Japon annoncera sa décision sur sa politique monétaire. Aucun changement n’est attendu.

  • L'Asie boursière se relance

    La Bourse de Tokyo a fini en hausse après quatre séances négatives, oubliant temporairement ses inquiétudes sur la santé économique mondiale alors que les investisseurs analysaient les chiffres sur l'emploi aux Etats-Unis.

    → Le Nikkei des 225 valeurs vedettes a gagné 1,12% (+99,53 points) à 21.125,09 points.
    → L'indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau a progressé de 0,57% (+9,00 points) à 1.581,44 points.

    Ailleurs en Asie, l'indice composite de la Bourse de Shanghai gagne 1,12%, le CSI des  grandes capitalisations de Chine continentale prend 1,28% et la Bourse  de Hong Kong avance de 0,57%.

  • A suivre ce lundi 11 mars

    Allemagne
    • 8h Production industrielle / janvier
    • 8h Balance commerciale / janvier

    Etats-Unis
    • 15h Stocks et ventes des entreprises / décembre

  • Bonjour !

    Bienvenue sur le "market live" de L'Echo, l'endroit rêvé pour suivre les principaux événements de la première séance boursière de la semaine.

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés