1. Les marchés
  2. Live blog
live

Les craintes sur l'inflation plombent l'ambiance | Barco en danger au sein du Bel 20

Les marchés européens ont démarré la semaine prudemment, lestés par la hausse des rendements obligataires et les interrogations sur la valorisation des actions. À Bruxelles, KBC Securities pense que Barco pourrait quitter le Bel 20 au profit d'Elia.
  • Fin du Market Live

    C'est ici que nous clôturons ce "Market Live". Merci de nous avoir suivi

    Au programme ce mardi 23 février: les investisseurs écouteront avec attention l'audition au Sénat américain de Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale, dans le contexte de remontée rapide des taux longs aux États-Unis.

    À demain!

  • Résumé de la séance

    Les craintes d'une poussée de l'inflation et d'une hausse des rendements obligataires sont toujours bien présentes. Elles ont encore coupé l’appétit au risque des investisseurs européens, ces derniers redoutant un resserrement monétaire progressif. À la cloche, les principaux indices européens pointaient dans le rouge. Le CAC 40 de Paris a abandonné 0,11% et le Dax de Francfort, malgré la sensible amélioration du climat des affaires chez nos voisins allemands, a cédé 0,31%. Tendance similaire à Londres où le FTSE 100 a perdu 0,18%.

    Le Bel 20, qui a passé toute la séance dans le rouge, s'est toutefois rapproché de l'équilibre en fin de journée pour abandonner à la cloche 0,29%. La plus forte hausse du jour était à mettre à l'actif d'Ageas (+2,30%). L'assureur était suivi de près par le groupe chimique Solvay (+1,87%). Aedificia (+1,16%) a profité de son nouvel investissement de 16 millions d'euros dans quatre maisons de repos en Finlande pour se montrer dans le haut du tableau.

  • Clôture des marchés européens

    CAC 40 -0,11%

    BEL 20 -0,29%

    AEX -0,99%

  • "L'économie américaine devrait croître de 5% cette année"

    Le président de la Réserve fédérale de Dallas, Robert Kaplan, a confirmé ses prévisions selon lesquelles l'économie américaine croîtra de 5% cette année, en ajoutant qu'il pourrait bien sous-estimer la reprise post-COVID. Les Américains s'engageront "progressivement" davantage dans la reprise de l'économie d'ici juin à mesure que la campagne de vaccination progressera, a prédit Robert Kaplan lors d'un forum international sur l'énergie. "Si nous nous trompons, c'est à la hausse. L'économie pourrait croître plus rapidement", a-t-il déclaré.

    Le chômage, qui s'élève actuellement à 6,3%, va "significativement" diminuer et l'inflation va se raffermir, a ajouté Robert Kaplan. Il a toutefois indiqué que la gestion de la pandémie aura un rôle majeur, en particulier le rythme de la vaccination à l'échelle mondiale.

  • Légère détente sur les taux

    Les déclarations de Christine Lagarde (voir post de 15h38) ont fait baisser les rendements obligataires de référence: celui du Bund allemand à dix ans, qui a atteint dans la matinée un plus haut de huit mois à -0,278%, perdait plus de trois points de base à -0,346% peu avant 17 heures. Il évoluait autour de -0,6% en début d'année.

    Cette légère détente a permis aux indices européens, jusqu'ici embourbés dans le rouge, de remonter vers l'équilibre dans la dernière heure d'échanges. Le CAC 40 parisien a même fait une brève incursion dans le vert. 

  • Le gouvernement français médiateur discret dans le dossier Suez-Veolia

    Selon l'agence Bloomberg, le ministère français de l'Economie et des Finances agit officieusement comme médiateur dans des discussions entre Veolia et Suez pour tenter de trouver une solution au conflit entre les deux géants français des services aux collectivité. Le résultat de ces négociations est incertain et les positions des deux groupes n'ont pas vraiment changé, ajoute Bloomberg, citant des sources proches de ces discussions.

    Un responsable à Bercy n'a pas souhaité faire de commentaire à ce sujet, tout en rappelant que le ministère était favorable à une médiation proposée par des parlementaires.  

  • Encore une IPO via une SPAC à New York

    La société californienne Enovix, qui fabrique des batteries électriques, entre en bourse dans le cadre d’une fusion avec la SPAC Rodgers Silicon Valley Acquisition. L'opération valoriserait Enovix à 1,13 milliard de dollars. Le titre devrait s’inscrire sur le Nasdaq sous le symbole ticker "ENVX". L’action de Rodgers Silicon, entrée en bourse le 4 janvier 2021, grimpe, vers 16h20, de plus de 66% à Wall Street. 

    > Lire | Le boom des SPAC

  • Wall Street ouvre dans le rouge, inquiétude sur l'inflation

    La Bourse de New York a démarré la semaine dans le rouge, reculant ce lundi dans les premiers échanges dans un climat dominé par la nervosité à l'égard de la nette hausse des rendements obligataires.

    Quelques minutes après l'ouverture, l'indice Dow Jones perd 0,49% et le S&P 500 recule de 0,66%. Le Nasdaq Composite cédait au même instant 1,14%.

    Les actions souffrent de nouveau de la hausse des rendements obligataires suscitée par les craintes qu'une normalisation de la vie économique entraîne une remontée incontrôlée de l'inflation et un resserrement des politiques monétaires des banques centrales. Le dix ans américain a inscrit en séance un plus haut d'un an à 1,394% avant de revenir autour de 1,357%.

    Le président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, au cours de ses auditions devant le Congrès cette semaine, devrait probablement réitérer son engagement à maintenir une politique très accommodante aussi longtemps que nécessaire.

    En Bourse, les valeurs de croissance, technologiques en tête, pâtissent une nouvelle fois du niveau élevé des rendements obligataires. Apple, Netflix, Amazon ou encore Microsoft perdent de 1,32% à 1,62%. Tesla cède 2,76%.

    Boeing recule de 1,82% après avoir recommandé aux compagnies aériennes de suspendre l'utilisation des 777 équipés de moteurs Pratt & Whitney 4000 à la suite d'un incident sur un appareil de la compagnie United Airlines ce week-end à Denver.

    Raytheon Technologies, maison-mère du motoriste Pratt & Whitney, perd 1,59%. 

  • Christine Lagarde (BCE) "suit de près" la hausse des rendements obligataires

    La Banque centrale européenne "surveille de près" les rendements des obligations d’État, indique la présidente de la BCE Christine Lagarde. C'est un signe clair que les responsables politiques sont mal à l’aise avec la récente flambée des rendements.

    "Dans le cadre de l’ensemble des indicateurs que nous surveillons pour évaluer si les conditions de financement sont toujours favorables, les taux de swap indexés sur le financement à un jour sans risque et les rendements souverains sont particulièrement importants", a précisé Christine Lagarde dans un discours. "En conséquence, la BCE suit de près l’évolution des rendements des obligations nominales à long terme." 

  • Wall Street | Opening bell

    Dow Jones: -0,53% 
    S&P 500 : -0,66% 
    Nasdaq Composite: -1,17% 

  • Petrobras dégringole à la Bourse de Sao Paulo

    Les actions du groupe pétrolier Petrobras ont plongé de plus de 19% à l'ouverture de la Bourse de Sao Paulo, lors de la première séance après l'annonce du limogeage de son dirigeant par le président brésilien Jair Bolsonaro. À 15 heures (HB), les actions ordinaires de la compagnie publique brésilienne plongeaient de 19,39%, contre 18,89% pour les actions préférentielles, tandis que l'indice Ibovespa cédait 5,22% et que la devise brésilienne, le réal, reculait de plus de 2,5% par rapport au dollar.

    Vendredi, le cours des actions de Petrobras avait déjà chuté de plus de 7% à la suite de déclarations du président Bolsonaro qui avait évoqué des "changements" à venir chez Petrobras après avoir critiqué les hausses récentes des prix des combustibles.

    Le limogeage de Roberto Castello Branco et la désignation d'un général de la réserve, Joaquim Silva e Luna, ex-ministre de la Défense, pour le remplacer, avait été ensuite annoncée par le chef de l'Etat sur les réseaux sociaux, quelques heures après la fermeture des marchés.

  • Le bitcoin retourne sous les 50.000 dollars

    Le bitcoin évolue 15% sous le niveau record atteint la veille et s'échange peu avant l'ouverture des marchés US à un peu moins de 50.000 dollars. 

     

  • La confiance des chefs d'entreprise retrouve ses niveaux d'avant-crise en Belgique

    La conjoncture s’est renforcée dans toutes les branches d’activité interrogées, quoique plus modestement dans l’industrie manufacturière, selon l'enquête mensuelle de la BNB.

    Toutefois, dans l'industrie manufacturière, la confiance des chefs d’entreprise est repassée au-dessus du niveau qui prévalait avant le déclenchement de la crise sanitaire (février 2020).

    Ce n’est pas encore le cas dans la construction ni dans les services aux entreprises.

    La courbe synthétique globale brute a progressé de 3,9 points de janvier à février à 4,4 points. 

     

  • Apple, numéro un mondial des smartphones

    Apple a vendu près de 80 millions d'iPhones au quatrième trimestre 2020, dépassant Samsung Electronics pour devenir le premier vendeur de smartphones dans le monde, selon les données de l'entreprise de conseil et de recherche Gartner. Il faut remonter à l'année 2016 pour retrouver Apple en tête des parts de marché des producteurs de téléphones mobiles. 

  • Quelques valeurs à suivre à Wall Street

    * M&T BANK a annoncé le rachat de PEOPLE'S UNITED FINANCIAL pour 7,6 milliards de dollars (6,26 milliards d'euros), une opération qui donne naissance à un nouveau groupe affichant plus de 200 milliards de dollars d'actifs. People's United prend 10% en avant-Bourse.

    * GOODYEAR - Le fabricant américain de pneumatiques a annoncé lundi le rachat de son concurrent COOPER TIRE & RUBBER pour 2,8 milliards de dollars (2,3 milliards d'euros) afin de doubler sa présence en Amérique du Nord et en Chine. Dans les échanges en avant-Bourse, Goodyear perd 6% et Cooper gagne 15,4%.

    * KOHL'S - Un groupe d'investisseurs activistes détenant 9,5% du capital de la chaîne de grands magasins a déclaré lundi avoir proposé neuf candidats à des sièges au conseil d'administration, qui compte 12 membres, dans le but d'améliorer les résultats du groupe. Le titre gagne plus de 6% en avant-Bourse.

    * Plusieurs valeurs du secteur des cryptomonnaies comme SILVERGATE CAPITAL, RIOT BLOCKCHAIN, MARATHON PATENT, OVERSTOCK ou MICROSTRATEGY reculent nettement dans les échanges en avant-Bourse alors que le cours du bitcoin perd plus de 4%. TESLA, qui a annoncé au début du mois avoir investi plus de 1,5 milliard de dollars en bitcoin, cède 2,9%.

    * AMERICAN AIRLINES, DELTA AIR LINES, JETBLUE AIRWAYS, SOUTHWEST AIRLINES - Deutsche Bank a relevé sa recommandation sur les quatre compagnies aériennes à "acheter" contre "conserver".

  • Barco en danger au sein du Bel 20

    La révision du Bel 20 sera effective le 19 mars 2021, sur base des données de clôture de vendredi dernier, soit l'avant-dernier vendredi de février.

    KBC Securities estime que Barco sera contraint de quitter l'indice de référence. Le candidat le plus susceptible de remplacer Barco est Elia. Premièrement, il se classe mieux en termes de marché ajusté du flottant et il a également une vitesse suffisamment élevée (>35%) pour entrer dans l'indice, indique le broker.

    Melexis est classée 19e, ce qui en fait un candidat potentiel d'entrée. Mais il ne pourra pas entrer sans qu'une autre entreprise (c'est-à-dire Telenet) ne quitte l'index, poursuit KBC Securities. "Nous pensons cependant que cela ne se produira pas, alors que les membres existants continueront à être privilégiés."

  • Update 2 | Le point sur la tendance boursière

    Wall Street est attendue en baisse et les bourses européennes reculent à la mi-séance, la hausse des rendements obligataires et des anticipations d'inflation continuant d'alimenter les craintes d'un resserrement monétaire progressif.

    Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en baisse de 0,6% pour le Dow Jones, de 0,8% pour le S&P-500 et de 1,3% pour le Nasdaq. En Europe, Paris cède 0,43%, Bruxelles 0,54%, Francfort 0,58% et Amsterdam 1,30%. L'EuroStoxx 50 de la zone euro et le Stoxx 600 perdent chacun autour de 0,7%.

    Les actions souffrent de nouveau de la hausse des rendements obligataires suscitée par les craintes qu'une normalisation de la vie économique entraînent une remontée incontrôlée de l'inflation.

    Le président de la Réserve fédérale Jérôme Powell sera entendu par le Congrès américain mardi et mercredi lors d'auditions concernant le rapport semestriel de politique monétaire. Il devrait réitérer son engagement à maintenir une politique très accommodante tandis que son homologue à la Banque centrale européenne Christine Lagarde devrait adopter un ton similaire lors d'une conférence organisée, ce lundi, par le Parlement européen.

    Si les considérations sur l'inflation l'emportent sur l'optimisme croissant concernant le déploiement de vaccins et la relance de l'économie, les marchés ont néanmoins réduit leurs pertes après la publication d'une amélioration plus marquée que prévu du climat des affaires en Allemagne, selon l'enquête de l'institut Ifo, dont l'indice remonte en février à 92,4, après 90,3 en janvier.

    En Grande-Bretagne, le Premier ministre Boris Johnson va présenter, ce lundi, un plan de déconfinement progressif, profitant de l'une des campagnes de vaccination les plus rapides au monde.

  • L'État belge emprunte, comme prévu, 2,3 milliards d'euros

    L’État belge vient d’emprunter, comme prévu, 2,3 milliards d’euros, dans le haut de la fourchette des estimations comprise entre 1,8 et 2,3 milliards d'euros.

    Ce montant est réparti sur les lignes de la façon suivante:

    ● 0,755 milliard à un rendement moyen pondéré de -0,568% sur l'OLO 0,80% 22/06/2025 (OLO74);

    ● 0,803 milliard à un rendement moyen pondéré de -0,322% sur l'OLO 0,80% 22/06/2028 (OLO85);

    ● 0,751 milliard à un rendement moyen pondéré de 0,053% sur l'OLO 1,25 % 22/04/2033 (OLO86).


    Le ratio "bid-to-cover", une mesure du rapport entre le nombre d'offres faites et le nombre d'offres exécutées, a été supérieur à 2 pour les deux échéances, ce qui signifie que l’émission est un succès.

  • Chute de Boeing en avant-bourse

    Boeing est indiqué en nette baisse en avant-bourse (-3,6%, à 209,55 dollars). Le groupe a recommandé aux compagnies aériennes d'immobiliser les 777 équipés de réacteur P&W4000 de Pratt & Whitney, filiale de Raytheon, après l'incident survenu sur un appareil d'United Airlines dont l'un des réacteurs a perdu des pièces en vol à Denver samedi.

    Raytheon cède 2,4% et United Airlines est stable.

  • Les tops et les flops de la matinée

    La quasi-totalité des grands secteurs de la cote européenne évolue dans le rouge.

    Parmi les replis les plus marqués, l'indice Stoxx européen des hautes technologies abandonne 2% et celui de l'automobile 1,40%.

    Les valeurs bancaires ne profitent guère de la remontée des taux longs qui laissent entrevoir de meilleures marges. Le compartiment abandonne 0,8%.

    Le compartiment des matières premières cède 0,60%, malgré la hausse des cours des métaux de base, comme le cuivre ou l'aluminium. Rio Tinto perd 1,4%, Anglo Americain 2% et Umicore 1,5%.

    L'équipementier Faurecia cède 3,5% après la publication de ses résultats annuels et la présentation de ses objectifs financiers à l'horizon 2025.

    À Francfort, Continental cède 2,8% après avoir annoncé qu'il ne distribuerait aucun dividende au titre de 2020.

    Les entreprises qui ont prospéré pendant la pandémie diminuent également. La société de livraison de restauration rapide Delivery Hero perd 4,3%, le préparateur de kits repas HelloFresh 5,2% et la société de livraison de supermarchés Ocado 4,4%.

  • Kepler Cheuvreux "achète" Greenyard

    Kepler Cheuvreux démarre le suivi de Greenyard .

    "Même si le maraîcher a connu une période de turbulence en 2017-19, plusieurs indicateurs montrent que l'entreprise s'est stabilisée et que l'avenir s'annonce prometteur", indiquent les analystes de Kepler Cheuvreux.

    Ceux-ci pointent trois éléments favorables:

    (1) Greenyard a réussi à réduire le profil de risque de ses activités grâce à une restructuration rigoureuse, légèrement aidée par le Covid-19, avec des ventes en hausse de 11% à périmètre comparable, des marges brutes en hausse de 50 points de base et un rendement du free cash-flow de 10% au premier semestre2020/21. Et cette tendance devrait se poursuivre au deuxième semestre.

    (2) Avec un rendement du free cash-flow attendu de 11% pour 2020/21 et de 14% pour 2021/22, la société se négocie avec une décote par rapport à ses pairs.

    (3) Le refinancement de 125 millions d'euros de dette obligataire convertible présente un risque, mais sur la base d'un examen de plusieurs scénarios, le risque à la hausse est plus important que le risque à la baisse.

    Conclusion: Greenyard affiche un profil risque/rendement favorable, ce qui incite Kepler Cheuvreux à initier la couverture de Greenyard avec une recommandation d'achat et un objectif de cours de 8,08 euros.

    Greenyard progresse de 1,7%, à 7,17 euros, dans un marché en baisse de 0,67%.

  • "L'économie allemande semble sur la voie de la reprise"

    Le climat des affaires en Allemagne s'est amélioré plus nettement qu'attendu en février, montrent lundi les conclusions de l'enquête mensuelle de l'institut d'études économiques Ifo.

    Son indice du climat des affaires est remonté à 92,4 après 90,3 (révisé) en janvier alors que les économistes interrogés par Reuters attendaient en moyenne un chiffre de 90,5 après celui de 90,1 annoncé initialement pour le mois dernier.

    La composante du jugement des entreprises sur la situation actuelle ressort en hausse à 90,6, après 89,2, et celle des anticipations à 94,2, après 91,5 (révisé).

    L'économie allemande semble sur la voie de la reprise, a commenté Klaus Wohlrabe, économiste de l'Ifo, en précisant que l'amélioration de la conjoncture était particulièrement marquée dans l'industrie, mais concernait aussi la construction, la distribution et les services.

  • Update | Le point sur la tendance boursière

    Les bourses européennes évoluent en baisse, la crainte d'un retour de l'inflation qui obligerait les banques centrales à resserrer plus tôt que prévu leur politique monétaire l'emportant une nouvelle fois sur les perspectives de reprise de l'activité.

    Les pertes varient entre 1% à Bruxelles et 1,7% à Amsterdam. L'Euro Stoxx 50 glisse de 1,18% et le Stoxx 600 de 1,14%

    "La hausse très rapide des taux longs en Europe mais surtout aux Etats-Unis pourrait devenir une épine un peu douloureuse dans l'appétit pour le risque si elle n'est pas contenue", note Sebastian Paris Horvitz, stratège de LBPAM.

    La hausse très rapide des taux longs en Europe mais surtout aux Etats-Unis pourrait devenir une épine un peu douloureuse dans l'appétit pour le risque si elle n'est pas contenue.
    Sebastian Paris Horvitz
    Stratège de LBPAM

    Dans ce contexte, les investisseurs attendent mardi l'audition au Sénat à Washington de Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale, qui devrait réaffirmer lengagement de la banque centrale à maintenir une politique monétaire ultra-accommodante aussi longtemps que nécessaire.

    En Europe, la présidente de la Banque centrale européenne (BCE), Christine Lagarde, doit s'exprimer à 15h30 lors d'une conférence organisée par le Parlement européen. Les marchés surveilleront auparavant la publication, de l'indice Ifo du climat des affaires en Allemagne.

    Sur le front sanitaire, si le Royaume-Uni se prépare à un assouplissement graduel du confinement, les Etats-Unis ont passé le cap des 500.000 morts et en France, les autorités devraient annoncer dans la journée le confinement partiel du département des Alpes-Maritimes.

  • Deux IPO en préparation chez nos voisins allemands

    Le site de rencontres Parship et l’application linguistique Babbel prennent le chemin de la bourse. Ces deux entreprises allemandes s’inspirent des récents succès boursiers de leurs concurrents. Parship, propriété de ProSiebenSat1, veut ainsi surfer sur l’introduction en bourse réussie de l'application américaine Bumble. Quant à Babbel, une application pour apprendre les langues étrangères qui appartient à la start-up berlinoise Lesson Nine, veut profiter de l'explosion de la demande pour les cours de langue en ligne en cette période de crise sanitaire.  

  • Galapagos: -3%

    Les vendeurs prennent la main sur l'action Galapagos alors que trois brokers ont réduit leur objectif de cours sur la valeur ce matin.

    > Credit Suisse a réduit son objectif de cours à 69 euros, contre 78 euros. La recommandation reste à "neutre".
    > Jefferies a réduit son objectif de cours à 71 euros, contre 86 euros. La recommandation reste à "conserver".
    > Bernstein a réduit son objectif de cours à 67 euros, contre 85 euros. La recommandation reste à "neutre".

    Galapagos perd 3,08%, à 68,70 euros, dans un marché en baisse de 1,10%.

  • Le prix du cuivre dépasse les 9.000 dollars

    Pour la première fois depuis 2011, le prix de la tonne de cuivre dépasse la barre des 9.000 dollars et le prix du nickel atteint 20.000 dollars.

    Goldman Sachs est optimiste sur le cuivre. "Le marché du cuivre connaît la plus grande pénurie depuis plus de 10 ans. Le nouvel an chinois n'a pas calmé le marché. Au contraire, les usines chinoises tournent plus vite que d'habitude".

    De plus en plus d'experts pensent que le marché des matières premières entre dans un nouveau super cycle. 

  • Voici le briefing actions belges

    Trois brokers visent plus bas pour Galapagos | Target relevé pour Recticel | Un "shorteur" s'allège en Ontex (+Briefing)

  • Le point sur la tendance boursière

    Les indices actions européens se replient en début de séance, toujours soumis aux craintes de hausse de l'inflation et d'actions moins accommodantes des banques centrales, des inquiétudes visibles à travers le marché obligataire.

  • |Opening bell|

    Amsterdam: -1,11%
    Bruxelles: -0,70%
    Paris: -0,70%
    Francfort: n.c.

    Euro Stoxx 50: -0,90%
    DJ Stoxx 600: -0,87%

    Continental: -3,9%
    Icade: +4%
    Gecina: -1,8%

    Retail Estates: +1,18%
    Aedifica: -1,16%

  • Continental: -4% en avant-bourse

    Continental perd 4% en avant-bourse à Francfort après avoir annoncé vendredi qu'il ne verserait pas de dividende au titre de 2020 et qu'il s'attendait à une perte annuelle.

  • Les doutes sur les valorisations enfoncent les bourses chinoises

    En Chine, les doutes sur les valorisations et les spéculations sur un resserrement progressif de la politique monétaire l'ont emporté: le SSE Composite de Shanghai a cédé 1,45% et le CSI 300 des principales capitalisations du pays a cédé 3,14%, sa pire performance quotidienne depuis le 24 juillet.

  • Sucraf devient Cumulex

    L'assemblée générale du 19 février de Sucraf a approuvé tous les points à l'ordre du jour, dont le changement du nom de la société en Cumulex. "De plus amples informations techniques sur le changement de nom seront publiées plus tard", précise le communiqué de la société.

  • Briefing d'avant-bourse

    Les bourses européennes sont attendues en baisse à l'ouverture, la poursuite de la remontée des rendements obligataires continuant de nourrir les interrogations sur les valorisations des actions en dépit des perspectives de reprise économique.

    Les contrats à terme sur indices suggèrent une baisse de 0,44% pour le Dax à Francfort, de 0,79% pour le FTSE 100 à Londres, de 0,46% pour l'EuroStoxx 50 et de 0,25% pour le Cac 40 parisien.

    Le facteur dominant sur la plupart des grands marchés mondiaux reste la hausse des rendements des emprunts d'État et la remontée des anticipations d'inflation, un mouvement nourri par la perspective d'un retour progressif à la normale de l'activité économique grâce aux vaccins contre le coronavirus.

    Le débat sur une politique de relance massive aux États-Unis, synonyme d'augmentation des emprunts du Trésor américain, accentue cette tendance, qui profite aux cours des matières premières mais désavantage globalement les actions.

    Dans ce contexte, les investisseurs attendent, mardi, l'audition au Sénat américain de Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale, qui devrait réaffirmer l'engagement de la banque centrale à maintenir une politique monétaire ultra-accommodante aussi longtemps que nécessaire.

    En Europe, la présidente de la Banque centrale européenne (BCE) Christine Lagarde, doit s'exprimer à 15h30 lors d'une conférence organisée par le Parlement européen. Les marchés surveilleront auparavant la publication, à 10h, de l'indice Ifo du climat des affaires en Allemagne.

  • Aedifica poursuit son expansion en Finlande

    Via Hoivatilat, Aedifica poursuit l’expansion de son portefeuille d’immobilier de santé finlandais grâce à l'acquisition de 2 maisons de repos qui sont déjà en exploitation et la réception de 2 projets de développement.

    Cela représente un investissement total de 16 millions d'euros pour une capacité de 122 résidents et un rendement brut d'environ 6,5%.

  • Retail Estates résiste face à la pandémie

    Voici l'essentiel du trading update de Retail Estates qui vient de nous parvenir. Il porte sur les trois mois arrêtés au 31 décembre (exercice décalé 2020-2021).

    > Le résultat locatif net de la période est de 75,87 millions d’euros.
    > Le résultat EPRA s’élève à 47,91 millions d’euros (3,79 euros par action).
    > La baisse par rapport à la même période de l’année précédente est limitée à 3,73 millions d’euros, soit -7,23 %, malgré trois mois de fermeture obligatoire des magasins belges.
    > La juste valeur du portefeuille immobilier s’élève à 1,73 milliard d'euros en date du 31 décembre 2020.
    > C'est aussi le troisième trimestre consécutif sans diminution de la valeur du portefeuille immobilier.
    > "Contrairement aux autres segments de l'immobilier commercial, le marché de l’immobilier commercial périphérique est très stable", souligne Retail Estates.
    > La prévision d'un dividende de 4,40 euros bruts est confirmée, au même niveau que le dividende de l’année dernière malgré la crise corona.

  • Anglogold multipli par 5 son dividende

    Le groupe minier aurifère AngloGold annonce un dividende brut de 48 cents pour 2020, contre un dividende de 9 cents pour l'exercice 2019. Grâce aux prix records de l'or, Anglogold a réalisé un bénéfice net annuel de 953 millions de dollars, par rapport à un exercice 2019 déficitaire.

    AngloGold Ashanti extrait de l'or en Tanzanie et au Ghana, entre autres.

  • Nvidia, Ozon, GDS... Les actions chouchous de Rob Siegersma (Merit Capital)

    Rob Siegersma est gestionnaire de fonds chez Merit Capital. Ses cinq actions préférées du moment sont Nvidia, DraftKings, Ozon, GDS et HDFC Bank.

  • "La pandémie a entraîné une baisse de 12% des dividendes mondiaux"

    Durant la pire crise depuis la Seconde Guerre mondiale, les dividendes mondiaux sont tombés à 1.260 milliards de dollars en 2020, soit une baisse de 12,2% sur une base mondiale, selon le dernier indice des dividendes mondiaux de Janus Henderson.

    Autres points clefs de l'étude:

    > Les réductions de dividendes ont totalisé 220 milliards de dollars entre le deuxième et le quatrième trimestre.
    > Le quatrième trimestre a terminé l'année avec une baisse plus faible que redoutée.
    > Les banques, le pétrole, les mines et les entreprises de consommation discrétionnaire ont été les plus touchées, tandis que les valeurs défensives classiques (commerce de détail alimentaire, produits pharmaceutiques et produits de soin) ont bien résistés.
    > En Belgique, 20% des sociétés ont réduit leurs dividendes, tandis que 40% ont annulé leurs dividendes.
    > La réduction du dividende d'AB InBev a été l'une des 20 plus importantes baisses en 2020.

    Le meilleur scénario de Janus Henderson prévoit que les dividendes mondiaux de 2021 augmenteront de 5% pour atteindre un total de 1.320 milliards de dollars.

  • Salves nourries de résultats belges cette semaine

    La saison des résultats d'entreprises va continuer de battre son plein cette semaine, avec une grosse salve attendue dès mercredi, en particulier à la Bourse de Bruxelles.

    Lundi, Accentis, Iep Invest et Retail Estates publieront leurs résultats trimestriels. Ceux de Covestro, HSBC, Home Depot, One Span et Square (dirigée par le CEO de Twitter, Jack Dorsey) sont attendus le lendemain.

    La Bourse de Tokyo sera fermée, mardi, en raison de l'anniversaire de l'empereur.

    Mercredi, la journée sera chargée à la Bourse de Bruxelles, avec trois sociétés du Bel 20 (Ageas, Aedifica et Solvay) qui publieront leurs chiffres. Sur le marché élargi, Xior, Ontex, Econocom, Shurgard et Home Invest annonceront leurs résultats. Aux Pays-Bas, ceux d'Accor, d'Aalberts Industries, d'AMG et de Wolters Kluwer sont attendus. Le fabricant américain de semi-conducteurs Nvidia complètera le tableau.

    Jeudi, pas moins de onze sociétés cotées à Bruxelles annonceront leurs résultats, dont trois sociétés du Bel 20 (AB InBev, UCB et Cofinimmo). Aux États-Unis, les chiffres d'Airbnb, Live Nation, Saleforces.com, Moderna, Beyond Meat, et Nikola sont attendus.

    Vendredi, ce sera au tour de Proximus et Ackermans Van Haaren, notamment.

  • Tokyo se relance

    Bonjour! Nous démarrons ce Market live avec un point sur la bourse de Tokyo où l'indice Nikkei vient de clôturer en hausse, après trois séances consécutives à la baisse. L'optimisme quant à la reprise économique post-pandémie a incité à l'achat de valeurs cycliques bon marché.

    L'indice Nikkei a gagné 0,46%, à 30.156,03 points, et le Topix, plus large, a pris 0,49%, à 1.938,35 points.

    Ailleurs en Asie, la tendance est négative: Shanghai perd 1% et Hong Kong 0,5%.

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés