1. Les marchés
  2. Live blog
live

Wall Street finit sur une note positive, Comcast en vedette

3e séance dans le rouge pour le Dow Jones, encore en léger recul, mais un nouveau record pour le Nasdaq. En Europe, les marchés ont profité des annonces de la BCE et cela en dépit de recul sensible de l'euro et de la révision en baisse des prévisions de croissance de la BCE.
  • Fièvre persistante dans le secteur des télécoms US

    Avec les éclaircissements de la BCE en tête et ceux de la Fed rendus la veille, les marchés US ont commencé la séance confortablement installés dans le vert. Les chiffres supérieurs aux attentes des ventes au détail aux Etats-Unis en mai et la baisse inattendue des inscriptions au chômage ont rapidement confirmé la tendance. 

    > Bien aidé par Twitter, le Nasdaq a pris 0,85% pour repasser franchement au-dessus des 7.700 points et battre un nouveau record. Le S&P 500 a gagné 0,25% à un peu plus de 2.780 points. Malgré plusieurs incursions dans le vert, le Dow Jones (-0,10%), plombé par les valeurs industrielles et les banques, a terminé juste sous l'équilibre.

    Wall Street a continué de scruter le feuilleton qui agite le secteur des télécoms depuis la confirmation du mariage entre AT&T et Time Warner en début de semaine. Ce jeudi, Comcast a grimpé de 4,64%. Le câblo-opérateur a proposé 65 milliards de dollars mercredi soir pour mettre la main sur la plus grosse partie de 21st Century Fox (+2,11%). Une offre plus élevée que celle du groupe Disney (+2,30%) et augurant d'une course aux enchères entre les deux entreprises.

    Sur le Dow Jones, General Electric a perdu des plumes après que le conglomérat américain a informé le ministère français de l'Economie et des Finances qu'il ne pourrait pas tenir son objectif pris lors du rachat de la branche énergie d'Alstom de créer 1.000 emplois nets à fin 2018 en France.

  • Les valeurs défensives recherchées à Bruxelles

    Après un départ difficile, la tendance s’est progressivement inversée à la Bourse de Bruxelles. Et c’est sur un gain de 0,53% que l’indice Bel 20 a clôturé, à 3.830,53 points.

    La bonne tenue des valeurs à rendement -très- élevé- comme Engie (+ 2,43% à 13,89 euros), bpost (+ 2,01% à 14,70 euros) et Proximus (+ 0,93% 21,73 euros) ont soutenu le Bel 20. Leur hausse a été suffisante pour compenser la faiblesse des valeurs bancaires. KBC a cédé 0,56% à 66,92 euros et ING 0,69% à 12,71 euros.

    Cofinimmo s’est amélioré de 0,94% à 107,80 euros. Le gestionnaire immobilier a acquis pour 172 millions d’euros 17 maisons de repos et de soins en Allemagne offrant un rendement locatif brut de 5,5%.

    En dépit de la décision de Kinepolis de choisir Cinionic, la joint-venture de Barco dédiée au cinéma, comme partenaire exclusif pour la projection laser, l’action du groupe courtraisien cède 2,11% à 111,60 euros. L’action Kinepolis par contre gagne 1,62% à 56,60 euros. Au cours des trois prochaines années, le gestionnaire de salles de cinéma va déployer un nombre estimé de 300 projecteurs laser Barco à travers son circuit.

    Sipef a cédé 1,15% à 60 euros. Le groupe prévoit un bénéfice légèrement inférieur cette année du fait de l’évolution incertaine attendue des prix de l’huile de palme.


    EVS qui avait touché mercredi un plus bas (19,62 euros) depuis mai 2005, se reprend de 1,53% à 19,92 euros. Le gestionnaire de fonds britannique Schröders a franchi à la hausse le seuil des 5% dans le capital d’EVS.

    Il détient désormais une part une participation de 5,13% du capital du groupe liégeois. Autre groupe basé dans la région de Liège, Moury Construct a vu son titre baisser de 1,4% à 141 euros. Le détachement d’un dividende d’un montant brut de 5,20 euros (3,64 euros nets) explique le repli du cours de cette action. Le dividende sera payé à partir du 18 juin.

    Pour le reste, on retiendra encore la remontée de 3,42% à 5,60 euros d’Econocom, ainsi que le bond de 7,4% à 35,55 euros de Tessenderlo.

    Recul par contre de 2,3% de Nyrstar à 4,664 euros. Marshall Wace a indiqué détenir, au 12 juin, une position vendeuse sur le capital de ce groupe.

    L'euro et le rendement de l'OLO en baisse

    Sur les autres marchés, le baril de Brent cède 1% à 75,98 USD. L'euro plonge de 1,3% à 1,1637 dollar et, du côté des obligations, le rendement de l'OLO à 10 ans recule de 0,06% à 0,77%.

  • L'automobile en tête

    Des 19 sous-groupes sectoriels du Stoxx 600, celui des constructeurs automobiles a rebondi après quatre journées négatives. Il gagne 1,8%. Dans ce secteur, Peugeot, Ferrari et Fiat Chrysler et VW prennent entre 2 et 4%.

    Celui des banques limite son avance à 0,6%

  • Plus de pétrole sur le marché

    L'Opep+ (les pays du cartel plus la Russie notamment) pourrait relever progressivement sa production de 1,5 million de barils par jour (bpj) au plus, entre autres options, a déclaré à des  journalistes, relayés par Reuters, le ministre de l'Energie russe Alexandre Novak.

    Il a précisé que cette hausse graduelle était envisageable à partir du 1er juillet mais que les pays signataires de l'accord
    d'encadrement, soit l'Opep et d'autres producteurs tels que la Russie (Opep+), devaient encore en discuter les conditions.

    L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et les pays non membres du cartel évoqueront le sujet lors de leur
    réunion des 22 et 23 juin à Vienne.

    Le baril de Brent cède 0,4% à 76,45 USD.

  • Le Nasdaq parti pour signer un excellent trimestre

    La Bourse de New York a ouvert en hausse après les chiffres meilleurs que prévu des ventes au détail le mois dernier, tandis que les annonces de la Banque
    centrale européenne (BCE) ont fait plier l'euro de 1,35% à 1,1632 au dollar, favorisant les marchés actions en Europe.

    Près d'une heure après le début des transactions, l'indice Dow Jones affichait un gain de 0,44% à 25.312,54 points et le S&P 500 de 0,45% à 2.787,99 points.

    Sur la Bourse du Nasdaq, le Composite prenait 0,66% à 7.746,44 points.
    Le Nasdaq est bien parti pour connaître son meilleur trimestre depuis début 2017. Depuis la fin mars de cette année, son indice Composite grimpe de 12,2%.

    Dans le Dow Jones aujourd'hui, Walt Disney (+2,77% à 109,26 USD), Caterpillar (+1,34% à 156,79 USD) et Nike (+1,23% à 75,02 USD) mènent les hausses.
    A l'inverse, Merck (-1,73% à 61,51 USD), General Electric (-1,01% à 13,75 USD) et Coca-Cola (-0,94% à 43,765 USD) accusent les plus décevantes prestations.

  • On peut conclure ce que l'on veut mais l'une de ces conclusions est que l'euro est irréversible parce qu'il est fort, parce qu'on en veut et parce que personne n'a rien à gagner à discuter de son existence
    Mario Draghi
    Président de la BCE

  • Unilever pourrait quitter le FT 100

    Unilever pourrait quitter la composition de l’indice britannique FT 100. Pour la raison que la société va déménager son siège londonien pour rejoindre celui basé à Amsterdam. 
    Unilever compte parmi les 30 actions qui sont dans le FT 100 actuellement depuis sa constitution.

    A Londres, l’action perd 3,29% à 4.013 pence et, à Amsterdam où il fait partie de l'AEX 25, elle cède 2,51% à 46,27 euros.

    Par ailleurs, Unilever a indiqué que la croissance de ses ventes au premier semestre sera probablement inférieure à la fourchette de prévision de l’année de 3 à 5%, comme il l’avait estimé précédemment. En cause: l’impact des grèves au Brésil qui va peser sur ses ventes à hauteur de 150 millions d’euros.

  • USA: nette hausse des prix à l'importation en mai

    Les prix à l'importation ont augmenté sensiblement en mai aux Etats-Unis, dans la foulée d'une flambée des prix des produits pétroliers et alimentaires mais l'inflation importée reste minime.

    Le département du Travail a annoncé que les prix à l'importation avaient augmenté de 0,6% en mai comme en avril (+0,3% en première estimation pour ce mois-là). Les économistes interrogés par Reuters anticipaient une hausse de 0,5% en mai. Sur 12 mois à fin mai, les prix à l'importation ont augmenté de 4,3%, leur hausse la plus forte depuis février 2017, après +3,6% en avril.

  • USA: les ventes au détail progressent davantage que prévu (+0,8%) en mai

    Les ventes au détail aux Etats-Unis ont progressé en mai davantage qu'escompté par les analystes, selon les statistiques du département du Commerce. En données corrigées des variations saisonnières, l'indice des ventes des détaillants et restaurants a augmenté de 0,8%, soutenu par quasiment tous les secteurs.

    C'est leur plus forte hausse depuis novembre, juste avant que l'administration ne fasse adopter son plan de réduction d'impôts pour doper notamment la croissance. Les analystes misaient sur une progression des ventes de détail de 0,4% le mois dernier.

  • USA: recul inattendu des inscriptions au chômage à 218.000

    Les inscriptions hebdomadaires au chômage ont diminué de manière inattendue aux Etats-Unis lors de la semaine au 9 juin, à 218.000, un plus bas de près de 44 ans et demi, contre 222.000 (inchangé) la semaine précédente, a annoncé le département du Travail. Les économistes attendaient en moyenne 224.000 inscriptions au chômage.

    La moyenne mobile sur quatre semaines, qui lisse les données hebdomadaires par nature volatiles, s'établit à 224.250 contre 225.500 (inchangé) la semaine précédente.

  • La BCE prévoit la fin de son QE en décembre 2018

    La Banque centrale européenne arrêtera à la fin de l'année son vaste programme de rachats de dette, pour peu que les données "confirment" la progression de l'inflation en zone euro, a-t-elle annoncé. Les achats nets de dette, actuellement menés au rythme de 30 milliards d'euros par mois, seront ramenés à 15 milliards d'euros à compter d'octobre puis s'arrêteront à fin décembre, a détaillé l'institution au terme de sa réunion tenue à Riga, en Lettonie.

    -> Pour suivre en direct la conférence de presse de Mario Draghi (à partir de 14h30), c'est par ici

    Le Conseil des gouverneurs prévoit en outre que ses taux d'intérêt resteront à leur niveau actuel au moins jusqu'à la fin de l'été 2019 et "aussi longtemps que nécessaire" pour assurer que l'évolution de l'inflation reste conforme à son objectif, a-t-elle ajouté dans un communiqué.

    -> La réaction de l'euro  :

  • [Chat] La fin de l'argent facile pour les marchés?

    La Réserve fédérale américaine avance sur la voie de la normalisation. Et la Banque centrale européenne pourrait suivre le même chemin dans quelques mois. Qu'attendre de la conférence de Mario Draghi? L'inflation va-t-elle atteindre l'objectif de la BCE? Quelle politique monétaire pour 2019? Pour en discuter, L'Echo vous propose un chat vidéo en compagnie de William De Vijlder, Chief Economist de BNP Paribas. Posez vos questions sur cette page.

    Suivez notre chat en direct

  • Soitec déçoit sur sa prévision de marge d'Ebitda, le titre recule

    Le titre Soitec  affiche l'une des plus fortes baisses du SBF 120, la prudence du groupe sur sa marge d'Ebitda 2019 éclipsant des résultats annuels en ligne avec les attentes.

    Le producteur de plaques de silicium pour semi-conducteurs prévoit pour l'année en cours une marge d'Ebitda de l'électronique autour de 27% du chiffre d'affaires alors qu'elle ressort à 29,2% pour l'exercice 2017-2018. "Comme attendu, l'usine de Singapour générera des charges opérationnelles plus élevées tandis que le chiffre d'affaires de cette usine sera encore marginal. De plus, des effets de change négatifs auront un impact sur l'Ebitda de l'exercice 2018-2019", explique Soitec dans son communiqué.

  • Degroof Petercam modifie sa note pour Cofinimmo et Telenet

    La banque Degroof Petercam a relevé son objectif de cours pour Cofinimmo   à 122 euros contre 118 euros précédemment. Commentant le rachat d'un portefeuille santé en Allemagne, l'analyste Herman van der Loos estime qu'il s'agit d'une "opération positive, alors que le portefeuille allemand atteint désormais une masse critique, qui est fortement rentable et pousse la part des soins de santé dans l'ensemble du portefeuille à près de 50%". La recommandation reste à "accumuler".

    Le broker a par contre réduit son objectif de cours pour Telenet  , passant de 61 à 54 euros. "Le secteur a fait l'objet d'une importante dépréciation au cours des derniers mois et la décision de Telenet de ne pas offrir de dividende a considérablement nui au cours de l'action", explique l'analyste Stefaan Genoe. La recommandation reste toutefois à "acheter".

  • Credit Suisse abaisse sa note sur Aperam

    La banque Credit Suisse a abaissé sa recommandation pour Aperam   à "neutre" contre "surperformer" auparavant, "en raison d'une augementation des risques pour les marchés européen et brésilien de l'acier". L'objectif de cours passe de 53 à 47 euros. 

  • Rolls-Royce supprime 4.600 emplois pour accroître sa rentabilité

    Rolls-Royce  a annoncé son intention de supprimer 4.600 emplois, essentiellement au Royaume-Uni, dans le cadre d'un plan visant à simplifier ses activités et à économiser 400 millions de livres (454 millions d'euros) par an d'ici fin 2020.

    Le motoriste britannique va provisionner 500 millions de livres pour ces suppressions d'emplois et la restructuration de ses activités qui seront comptabilisés comme une charge exceptionnelle sur les exercices 2018, 2019 et 2020, ce qui lui permettra de respecter ses objectifs de génération de trésorerie disponible. "Ces changements nous aideront à fournir à moyen et long terme un niveau de génération de trésorerie disponible bien au-delà de notre ambition à court terme d'environ un milliard de livres d'ici 2020", a déclaré le directeur général Warren East dans un communiqué.

  • "La réaction de marché aux commentaires de la semaine dernière sur un scénario de sortie qui pourrait être évoqué dès aujourd'hui suggère que la BCE pourrait se sentir encouragée pour présenter maintenant une réduction progressive de ses achats d'actifs au quatrième trimestre". "Nous pensons toujours que la réunion de juillet est le bon moment pour la BCE d'expliquer ses projets; nous tablons sur des achats de 15 milliards d'euros par mois sur les trois derniers mois de l'année"
    Société générale

  • Pékin laisse ses taux inchangés face aux incertitudes économiques

    La banque centrale chinoise a laissé ses principaux taux d'intérêt à court terme inchangés, contrairement aux attentes du marché, au lendemain de la deuxième hausse de taux de la Réserve fédérale américaine depuis le début de l'année. Le statu quo adopté par la Banque populaire de Chine (BPC) reflète l'incertitude concernant les perspectives économiques, alors que responsables de la politique monétaire tentent de s'adapter à une situation de tensions commerciales avec les Etats-Unis et de répression sur l'endettement dans le pays.

    Les analystes s'attendaient à ce que la BPC suive la hausse des taux de la Fed, comme elle avait l'intention de le faire, afin de préserver la stabilité de l'écart entre les rendements américains et chinois et de réduire ainsi le risque de sorties de capitaux, ce qui pourrait exercer une pression sur le yuan. "Mais maintenant il semble que la BPC n'ait plus besoin de stabiliser la devise", a souligné Ken Cheung, responsable de la stratégie sur les devises asiatiques chez Mizuho Bank.

  • Tessenderlo entre dans la liste des favoris d'ING

    La banque ING a intégré Tessenderlo   dans sa liste d'actions favorites. Ses analystes estiment que la récente sous-performance du titre depuis le début de l'année (-13%) en raison d'un premier trimestre mitigé et de perspectives prudentes est "exagérée".

    "Cela constitue un excellent point de départ à nos yeux car le core business est bien positionné pour une croissance accélérée des bénéfices, et l'acquisition de T Power est très relutif pour les marges du groupe et le free cash-flow tout en réduisant la volatilité des bénéfices", expliquent-ils. L'objectif de cours passe de 43 à 44 euros. La recommandation reste à "acheter".

  • "Le marché s'attend à ce que la BCE annonce la fin de son QE aujourd'hui. C'est peu probable. Pour la BCE, le calendrier est plutôt défavorable, les dernières données économiques de la zone euro étant plutôt faibles". Et "un mouvement sur les taux d'intérêt de la part de la BCE semble improbable avant l'été 2019 et avec cette forte divergence de politique de taux d'intérêt entre les Etats-Unis et la zone euro, la monnaie unique devrait rester sous pression à court terme"
    Milan Cutcovik
    analyste chez Axi Trader

  • Delachaux renonce à sa mise en Bourse, la part de CVC rachetée

    Le groupe Delachaux a annoncé un accord portant sur le rachat, par la famille Delachaux et la Caisse des dépôts du Quebec (CDPQ), de la part du fonds CVC Capital Partners dans le capital du groupe, renonçant ainsi à la mise en Bourse de l'entreprise d'ingénierie et de solutions industrielles.

    A l'issue de l'opération, la famille Delachaux consolidera sa position d'actionnaire majoritaire, précise le groupe Delachaux dans un communiqué.

  • KBCS revoit sa note pour Barco et Cofinimmo

    KBC Securities a relevé son objectif de cours pour Barco   à 115 euros contre 95 euros précédemment. "Nous actualisons notre modèle en nous fondant sur l'espoir que nous franchirons le seuil des 200.000 écrans dans le monde au cours des prochaines années, tout en conservant notre position plus prudente (par rapport au consensus) sur la vitesse du cycle de remplacement", explique l'analyste Guy Sips. La recommandation reste à "conserver".

    Le broker a par ailleurs relevé sa recommandation pour Cofinimmo  à "accumuler" contre "conserver" auparavant. "Nous saluons l'expansion majeure du portefeuille de Cofinimmo alors que la société dépasse nos prévisions", ont commenté les analystes de KBC Securities. L'objectif de cours passe de 112 à 115 euros.

  • | OPENING BELL |

    BEL 20 -0,41%

    AEX -0,45%

    STOXX EUROPE 600 -0,46%

    Euro Stoxx 50 -0,47%

    CAC 40 -0,50%

  • France: l'inflation à son plus haut depuis août 2012

    L'inflation a bien accéléré à 2,0% sur un an en mai en France, son rythme le plus élevé depuis août 2012, sous l'impact de la hausse des prix du pétrole et des produits alimentaires, selon les données définitives publiées par l'Insee. Par comparaison, elle s'inscrivait à 1,6% sur les douze mois à fin avril.

    Parallèlement, l'Insee a confirmé l'évolution sur un an de l'indice des prix harmonisé IPCH, qui permet des comparaisons avec les autres pays de la zone euro, à +2,3%, là encore un plus haut depuis août 2012, après 1,8% à fin avril, même s'il a révisé sa hausse sur le mois à 0,5% (0,4% annoncé précédemment).

  • Repli des actions en vue avant la BCE, la Fed durcit le ton

    • Les principales Bourses européennes sont attendues en repli à l'ouverture au lendemain du ton plus restrictif adopté par la Réserve fédérale (Fed) et dans l'attente des annonces de la Banque centrale européenne (BCE), qui pourrait elle aussi adopter une posture un peu moins accommodante. D'après les contrats à terme sur les indices, le CAC 40 parisien pourrait perdre autour de 0,3% à l'ouverture. Le Dax à Francfort et FTSE à Londres reculeraient pour leur part respectivement de 0,54% et 0,47%.
    • La Fed a relevé d'un quart de point l'objectif des "fed funds" pour la deuxième fois de l'année, sans surprise, et a dit prévoir deux autres hausses de taux cette année. Elle a aussi renoncé à son engagement de maintenir les taux à un niveau suffisamment bas pour stimuler l'économie "pendant quelque temps" tout en manifestant son intention de tolérer une inflation supérieure à son objectif de 2% au moins jusqu'en 2020.
    • Les investisseurs se tournent maintenant vers la BCE, qui pourrait évoquer à l'issue de sa réunion de politique monétaire l'arrêt de son programme de rachats d'actifs d'ici à la fin de l'année. Le communiqué est attendu pour 13h45, avec 45 minutes plus tard la traditionnelle conférence de presse du président de l'institution de Francfort, Mario Draghi.
    • Wall Street a terminé mercredi en baisse modérée, accueillant avec retenue les annonces de la Fed. La réaction a été logiquement plus vive mais brève sur le marché obligataire où le rendement des Treasuries à deux ans a atteint 2,602%, au plus haut depuis août 2008, avant de revenir à 2,56% jeudi. Le 10 ans a atteint un pic de trois semaines de 3,01% avant de redescendre à 2,95%, tandis que le 30 ans a inscrit un plus haut d'une semaine de 3,122% puis est revenu à 3,07%.
    • Le dollar, qui a d'abord effacé ses pertes juste après les annonces de la Fed avant de reculer à nouveau, cède encore jeudi 0,3% face à panier de devises de référence. L'euro en profite pour repasser 1,18 dollar.
  • La Bourse de Tokyo en nette baisse après la Fed

    L'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo a fini en baisse de 0,99%, dans le sillage de Wall Street, sur fond de craintes liées aux tensions commerciales et alors que la Réserve fédérale américaine (Fed) a non seulement décidé de relever ses taux d'intérêt mais prévoit aussi de réitérer un tel geste deux fois d'ici à fin décembre. L'indice Nikkei des 225 valeurs vedettes a cédé 227,77 points à 22.738,61 points, et l'indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau a lâché 0,92% (-16,48 points) à 1.783,89 points.

    Sur le volet des changes, le dollar valait au même moment 110,03 yens, contre 110,60 yens mercredi à la clôture, tandis que l'euro s'affichait à 129,90 yens, contre 129,85 yens la veille.

  • Allemagne: inflation annuelle IPCH confirmée à +2,2% en mai

    Le taux d'inflation en Allemagne du mois de mai, mesuré par l'indice des prix de détail harmonisé aux normes européennes (IPCH) a été confirmé à 0,6% sur un mois et de 2,2% sur un an, a annoncé Destatis, l'office fédéral de la statistique.

    Sur une base non harmonisée, les variations mensuelle et annuelle définitives des prix de détail en mai ressortent à 0,5% et 2,2%, comme annoncé en première estimation.

  • Chine: ralentissement inattendu des ventes de détail

    La production industrielle a progressé de 6,8% en mai sur un an, un peu moins qu'attendu, tandis que la croissance des investissements en actifs fixes a ralenti beaucoup plus nettement que prévu, à 6,1% pendant les cinq premiers mois de l'année, selon des données officielles.

    Les économistes interrogés par Reuters s'attendaient à ce que la hausse de la production industrielle ne décélère que légèrement, à 6,9%, après une accélération à 7,0% en avril. Les économistes interrogés par Reuters s'attendaient à ce que la hausse de la production industrielle ne décélère que légèrement, à 6,9%, après une accélération à 7,0% en avril. La hausse des investissements était anticipée stable à 7,0%, son rythme des quatre premiers mois de l'année.

    Les ventes de détail ont augmenté de leur côté de 8,5% au mois de mai, soit leur rythme le plus faible depuis juin 2003, alors que les économistes attendaient une hausse bien plus forte, de 9,6%. Au mois d'avril, elles avaient augmenté de 9,4%.

  • Au menu du jour

    - Économie/Finance

    Japon

    • Réunion de politique monétaire de la Banque du Japon (1ère journée)

    Chine

    • Production industrielle, ventes au détail & investissement / mai

    Allemagne

    • 08h00 Inflation (définitif) / mai

    France

    • 08h45 Indice des prix à la consommation (définitif) / mai

    Royaume-Uni

    • 10h30 Ventes au détail / mai

    Eurozone

    • Réunion de politique monétaire de la BCE, communiqué à 13h45 & conférence de presse à 14h30

    États-Unis

    • 14h30 Inscriptions au chômage / semaine au 9 juin
    • 14h30 Prix import-export / mai
    • 14h30 Ventes au détail / mai
    • 16h00 Stocks des entreprises / avril

     

    - Entreprises

    Belgique

    • Asit Biotech: assemblée générale
    • Eckert & Ziegler Bebig: assemblée générale
    • RealDolmen: offre de rachat prolongée par GFI à 37 euros par actions. Jusqu’au 25 juin
    • Sapec: offre de reprise simplifiée par Soclinpar à 60 euros par action. Jusqu’au 29 juin inclus
    • Spadel: assemblée générale

    France

    • Air France-KLM: comité central d'entreprise, mesures attendues
    • Delachau: fixation attendue du prix définitif de l'introduction en Bourse
  • Telenet augmente ses tarifs

    Le groupe Telenet   va finalement mettre en œuvre l'augmentation annuelle de ses tarifs a indiqué le groupe dans un communiqué. Habituellement, Telenet le fait en début d’année mais, cette fois, John Porter, le CEO, a hésité en raison de la forte concurrence et de l’avancée de Netflix.

  • Cofinimmo acquiert un portefeuille santé en Allemagne

    La société immobilière Cofinimmo   a signé un accord relatif à l'acquisition de 17 maisons de repos et de soins situées en Allemagne, valorisées à 172 millions d'euros et offrant près de 1.500 lits. L'acquisition se concrétisera via le paiement du prix d'acquisition de 94,9% des actions de 14 sociétés détenant lesdits actifs.

    Les 17 actifs sont loués à l’opérateur Stella Vitalis, avec lequel Cofinimmo a conclu des baux d’une durée ferme de 30 ans. Le rendement locatif brut initial de la transaction s’élève à environ 5,5 %. Lien vers le communiqué

  • Partenariat entre Kinepolis et Barco

    Cinionic, la coentreprise cinéma de Barco  , sera le partenaire exclusif de Kinepolis   pour la projection laser, en lançant la vague de remplacement pour équiper des centaines d'écrans existants ou nouveaux du laser Barco au cours des trois prochaines années en Europe occidentale et au Canada.

    "Nous sommes honorés que notre partenaire long terme, Kinepolis, ait choisi le laser Barco comme technologie de projection exclusive pour étendre sa présence internationale dans le cinéma haut de gamme", a commenté Wim Buyens, PDG de Cinionic. Lien vers le communiqué

  • Argenx annonce de nouveaux résultats cliniques positifs

    La société Argenx   a dévoilé les résultats de son essai clinique de phase I évaluant une formue sous-cutanée (SC) de l'efgartigimod (ARGX-113) chez des volontaires sains. Les données montrent qu'à même dose, la formule SC était comparable selon les mesures clés, à la formule intraveineuse (IV) utilisée dans les études cliniques à ce jour.

    Argenx a l'intention d'utiliser les données de l'étude de phase I pour explorer davantage les schémas posologiques de l'efgartigimod comme option d'administration plus commode pour les patients, y compris le potentiel d'une dose de charge d'efgartigimod IV suivie d'une dose SC. Lien vers le communiqué

  • Résultats de l'AG de Bone Therapeutics

    La nomination de Jean Stéphenne en tant que Président du Conseil d'administration de Bone Therapeutics   ainsi que les nominations de Claudia D'Augusta, Dirk Dembski (représentant de Marc Alexander Initiative & Advisory GmbH) et Jean-Paul Prieels en tant qu'Administrateurs Indépendants ont été approuvées par les actionnaires lors de l'assemblée générale ordinaire.

    Par contre, les actionnaires présents à l'Assemblée Générale Extraordinaire n'ayant pas représenté le quorum requis de 50% du capital, une nouvelle Assemblée Générale Extraordinaire sera organisée le lundi 9 juillet 2018. Lien vers le communiqué

  • Suspense à la BCE

    La Banque centrale européenne pourrait lever un long suspense ce jeudi. Elle pourrait parler de la fin de son programme de soutien à l'économie. A moins que les menaces sur la zone euro ne l'incitent à différer sa décision?

  • La Fed envisage deux hausses supplémentaires en 2018

    La Réserve fédérale est apparue sous un costume de faucon mercredi soir, image que l’on donne aux banquiers centraux favorables à une politique monétaire plus stricte destinée à contenir l’inflation. C’est précisément l’inflation qui semble préoccuper la banque centrale des Etats-Unis.

  • Wall Street dans le rouge après la Fed

    La Bourse de New York a terminé en baisse modérée mercredi, après que la Réserve fédérale eut comme prévu relevé son taux d'intervention d'un quart de point et eut projeté deux autres hausses des taux d'intérêt cette année et non plus une.

    La Fed a aussi renoncé à son engagement de maintenir les taux à un niveau suffisamment bas pour stimuler l'économie "pendant quelque temps" tout en manifestant son intention de tolérer une inflation supérieure à son objectif au moins jusqu'en 2020. "Qu'elle parle de quatre hausses des taux cette année et non pas de trois, c'est décevant. On savait tous qu'elle remonterait les taux en juin mais on pensait qu'elle pourrait marquer une pause en septembre; apparemment ce ne sera pas le cas", a observé Stephen Massocca (Wedbush Securities).

    L'indice Dow Jones a cédé 119,53 points, soit 0,47%, à 25.201,20 points. Le S&P-500, plus large, a perdu 11,22 points (0,40%) à 2.775,63 points. Le Nasdaq Composite a lâché 8,10 points (0,11%) à 7.695,7 points.

    • Les dégagements ont été généralisés et les indices ont fini non loin de leurs planchers de séance, ce qui explique que la plupart des indices S&P sectoriels ont fini dans le rouge, y compris celui des financières (-0,3%), alors même que ces valeurs tendent à bénéficier d'un resserrement des taux d'intérêt.
  • Good Morning!

    Bonjour à toutes et à tous! Bienvenue sur le "Market Live" de L'Echo pour suivre en direct l'évolution des marchés financiers et l'actualité économique et financière de ce jeudi 14 juin 2018.

    ©AFP

Plus sur Les Marchés

Contenu sponsorisé

Partner content