1. Les marchés
  2. Live blog
live

Wall Street termine une semaine éprouvante en forte baisse

La Bourse de New York a de nouveau nettement reculé à la clôture ce vendredi, terminant une semaine éprouvante marquée par des craintes de guerre commerciale entre Washington et Pékin et les déboires de Facebook. Ageas et IBA dans les recos du jour. IPO de DWS et Dropbox.
  • A suivre ce week-end et lundi prochain

    Le market live touche à sa fin pour cette semaine. Voici les principaux événements à l'agenda de ce week-end et de lundi prochain.

    Samedi 24 mars

     Suisse

    •  Baselworld, salon international de l'horlogerie et de la joaillerie

     Dimanche 25 mars

     Union européenne

    • Passage à l'heure d'été en Europe. Paris, Berlin et Bruxelles passent de GMT+1 à GMT+2

    Suisse

    • Baselworld, salon international de l'horlogerie et de la joaillerie

    Lundi 26 mars

     Chine

    • Lancement de contrats à terme sur le pétrole brut à Shanghai, visant à bousculer le duopole WTI-Brent, les contrats pétroliers de référence sur le marché mondial - (1h30)

    entreprises

     Belgique

    • X-Fab/ publication du rapport annuel

    Chine

    • Sinopec/résultats 4T et 2017 - (3h)

    France

    • Neopost/ c.a. 4T et résultats annuels 2017(après Bourse)
    • Esso/ Conférence de presse de présentation des résultats 2017 d'Esso

    Suisse

    • Baselworld, salon international de l'horlogerie et de la joaillerie
  • L'ombre d'une guerre commerciale a encore pesé à New York

    La Bourse de New York a une nouvelle fois plié vendredi face aux craintes d'une guerre commerciale déclenchée par Trump, qui l'ont affaiblie toute la semaine et l'ont condamnée à subir son plus fort repli hebdomadaire depuis janvier 2016. Le Dow Jones a perdu 1,77% à 23.533,2 points. Le S&P 500 a lâché 55,43 points à 2.588,26 points. Le Nasdaq a fini en baisse de 174,01 points à 6.992,67 points.

    Wall Street a esquissé une tentative de rebond, mais la prudence l'a finalement emporté alors que la Chine a riposté face aux menaces américaines en dévoilant un ensemble de mesures de rétorsion.

    Trump a néanmoins éteint un autre foyer potentiel d'inquiétudes en se résolvant à signer la loi de financement adoptée par le Congrès américain, ce qui évite aux Etats-Unis un "shutdown", une paralysie de l'administration fédérale. Cette décision a profité aux groupes d'aéronautique et de défense, qui dépendent en grande partie des commandes fédérales. Boeing a grignoté 0,46% tandis que Lockheed Martin, Northrop Grumman et Raytheon ont tous pris plus de 2%.


  • Wall Street termine en nette baisse

    • Le Dow Jones a perdu 1,78% à 23.532,27 points.
    • Le Nasdaq a lâché 2,43% à 6.992,67 points.
    • Le S&P 500 a reculé de 49,50 points à 2.594,19 points.
  • Le pétrole termine en hausse à New York

    Les cours du pétrole ont terminé ce vendredi en nette hausse sur le marché new-yorkais Nymex, couronnant une semaine à l'issue de laquelle ils ont signé leur plus forte progression hebdomadaire depuis huit mois.

    • Le contrat mai sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a gagné 1,58 dollar, soit 2,46%, à 65,88 dollars le baril.
    • Au moment de la clôture du Nymex, le Brent prenait 1,54 dollar (+2,23%) à 70,45 dollars, repassant pour la première fois depuis le 2 février au-dessus des 70 dollars.

    Sur la semaine, le brut léger américain a grimpé de plus de 5,5% et le Brent de quasiment 6,5%, leur meilleure performance hebdomadaire depuis juillet dernier. Les cours ont profité tout au long de la semaine d'une conjonction de facteurs favorables, notamment l'annonce d'une baisse inattendue des stocks aux Etats-Unis.

    Alors que la demande mondiale continue de montrer des signes de vigueur, l'Arabie saoudite a en outre affiché vendredi sa détermination à poursuivre en 2019 la coopération entre l'Opep et ses partenaires pour plafonner l'offre mondiale, malgré la hausse de la production américaine.

    La crainte de tensions géopolitiques autour de l'Iran, attisée par la nomination du "faucon" John Bolton en tant que conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump, a aussi contribué à soutenir les cours.

  • TiGenix suspendu à cause de l'approbation de l'Alofisel

    L'Europe a donné son accord.

  • Les Bourses européennes terminent en net repli

    Le CAC40 finit en net repli de 1,39% à 5.095,22 points.

    Le Dax a perdu 1,8% à 11.886,31 points.

    Le FTSE100 perd 0,34%.

    Le Bel20 a lâché 1,08%.

  • La Chine pourrait arrêter ses achats de Treasuries

    Les marchés d'actions américains chutent suite aux propos de l'ambassadeur de Chine Cui Tiankai sur Bloomberg TV, indiquant que l'Empire du Milieu étudie "toutes les options" suite à une question sur la possibilité pour la Chine de réduire ses achats d'obligations d'Etat américaines.

    La Chine est le premier détenteur des Treasuries, avec 1170 milliards de dollars détenus, soit 19% des titres émis.

  • Le cours de Dropbox s'envole lors de sa première cotation

    La société de stockage de données en ligne Dropbox flambe lors de ses débuts à Wall Street vendredi, traduisant un fort intérêt des investisseurs pour la plus importante introduction en Bourse d'un groupe technologique depuis Snapchat en 2017.
    Le premier échange s'est effectué à 29 dollars, soit 38% de plus que le prix de 21 dollars par action qu'avait fixé l'entreprise jeudi soir. Vers 16h45, l'action s'échange  à 30 dollars, en hausse de 42,85%.

  • Le cours de TiGenix est suspendu depuis 16h35

    La FSMA annonce que le cours et les transactions sur TiGenix sont suspendus.

  • Bank of America chute après une amende de 42 millions USD

    La banque vient de recevoir une amende de 42 millions de dollars par l'Etat de New York pour fraude avec ses systèmes de transactions électroniques.  Le titre chute de 0,80%.

  • NIBC et B&S chutent pour leur premier jour de cotation

    Le titre de la banque néerlandaise NIBC et celui du groupe B&S ont chuté ce vendredi pour leur premier jour de cotation sur la Bourse d'Amsterdam.

    NIBC avait perdu jusqu'à 6%, mais glisse encore de 4,51%.

    B&S est revenu à l'équilibre, après un démarrage difficile.  Les deux titres ont suscité peu d'enthousiasme durant la période entourant leur introduction en Bourse. Les deux sociétés ont été contraintes de proposer le prix de leurs actions dans le bas de la fourchette.

  • Le point à l'ouverture de Wall Street

    La Bourse de New York tente de rebondir mais les valeurs technologiques restent orientées à la baisse, les investisseurs restant préoccupés par l'offensive commerciale lancé par Donald Trump contre la Chine.

    L'indice Dow Jones gagne 96,96 points, soit 0,4%, à 24.054,85 points après une demi-heure d'échanges. Le Standard & Poor's 500, plus large, progresse de 0,19% à 2.648,59 points mais le Nasdaq Composite perd 0,12% à 7.158,10
    points.

    Le secteur des semi-conducteurs reste dans le rouge et Intel (-1,24%) accuse la plus forte baisse du Dow.

    Jeudi, les trois grands indices de Wall Street ont fini sur des baisses de 2,4% à 2,9% après la signature par Donald Trump d'un document qui pourrait imposer des droits de douanes sur un maximum de 60 milliards de dollars (49 milliards d'euros) d'importations chinoises.

    La décision du président américain a nourri les craintes des investisseurs de voir les deux premières économies mondiales s'engager dans une guerre commerciale, un risque de nature à déstabiliser les marchés financiers, inquiets des conséquences pour la croissance mondiale.

    La Chine prête à riposter

    Les autorités chinoises n'ont pas tardé à réagir et ont annoncé envisager des mesures portant sur jusqu'à trois  milliards de dollars d'importations américaines.

    La liste dévoilée par la Chine, moins conséquente que celle  des Etats-Unis, "laisse croire que, peut-être, il n'y aura pas de véritable guerre commerciale et qu'il reste de la place pour des négociations", explique Robert Pavlik,  responsable de stratégie investissement chez SlateStone Wealth à New York.

    Dans le même temps, le président américain a exempté provisoirement l'Union européenne et six pays tiers des droits de douanes qui vont s'appliquer aux importations d'acier et d'aluminium à compter de ce vendredi.

    Sur le marché obligataire, le rendement des Treasuries à 10 ans s'éloigne du plus bas d'un mois et demi touché en début de séance et remonte vers 2,84%.

    Sur le marché des changes, le dollar perd 0,34% face à un panier de devise de référence. L'or s'apprécie de 1,43% à 1.347,61 dollars l'once.

    Aux valeurs, Nike prend 3,23% après avoir publié des résultats au troisième trimestre supérieurs aux attentes, grâce notamment à une solide demande sur ses marchés internationaux.

    Micron Technology chute de 6,38%. Les analystes de Citi ont dégradé leur recommandation à "neutre", s'inquiétant de la baisse du prix des puces NAND, malgré la publication d'un bénéfice trimestriel meilleur que prévu.

    A l'heure de l'ouverture américaines, les marchés européens réduisaient leurs pertes dans le sillage de Wall Street. Le CAC 40 perdait 0,98% et le Stoxx 600 cédait 0,5% après avoir abandonné jusqu'à plus de 1,6%.

  • Wall Street | Opening Bell |

    Wall Street a commencé la séance en hausse vendredi rebondissant après une lourde chute la veille qui a suivi l'annonce par Donald Trump de sanctions commerciales contre la Chine.

    A 14h35, la tendance était la suivante:

    • Dow Jones: +0,37%
    • S&P 500: +0,30%
    • Nasdaq 100: +0,18%

    La place financière new-yorkaise avait plongé jeudi, le Dow Jones lâchant 2,93%, soit plus de 700 points et sa plus forte baisse depuis le 8 février, le Nasdaq baissant de 2,43% et le S&P 500 de 2,52%.

    L'ouverture positive de la Bourse New yorkaise modérait les velléités baissières en Europe. Les principaux actions européens réduisaient leurs pertes, à hauteur de 0,48% pour l'indice DJ Stoxx 600. Francfort glissait de 1,07%, Paris de 0,99%, Bruxelles de 0,95% et Amsterdam de 0,83%.

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    * PFIZER - GlaxoSmithKline a annoncé vendredi s'être retiré de la course pour le rachat des actifs de santé grand public de Pfizer qui, selon le laboratoire américain, pourrait être valorisés à 20 milliards de dollars (16,2 milliards d'euros).

    * NIKE a publié jeudi des résultats au troisième trimestre supérieurs aux attentes, grâce notamment à une solide demande sur ses marchés internationaux. Le titre gagne 3,4% dans les échanges avant-Bourse.

    * BOEING cède 1,7% en avant-Bourse après avoir annoncé qu'il ne fera pas appel de la décision de la commission du commerce international (ITC) aux Etats-Unis qui avait refusé en janvier d'infliger de lourds droits de douane sur les CSeries de Bombardier vendus à des compagnies américaines.

    * MICRON TECHNOLOGY a annoncé jeudi un bénéfice meilleur que prévu au deuxième trimestre, gonflé par la hausse des prix et la forte demande pour ses mémoires. Le titre chute toutefois de 7,3% en avant-Bourse. Les analystes de Citi abaissent leur recommandation à "neutre", s'inquiétant notamment d'une baisse de 10% du prix des puces Nand d'un trimestre à l'autre pour le première fois en deux ans.

    * ARCHER DANIELS MIDLAND va suspendre la production d'une grande usine de biodiesel en Allemagne en raison de l'augmentation des importations de biodiesel bon marché dans l'Union européenne, a déclaré vendredi le groupe américain.

    * BAIDU , le principal moteur de recherche en ligne en Chine, obtient le feu vert de Pékin pour tester ses véhicules autonomes dans la capitale chinoise.

  • Dropbox fait son entrée en Bourse ce vendredi

    Dropbox, qui fait son entrée en Bourse ce vendredi, a fixé le prix de son IPO à 21 dollars par action, au-dessus de la fourchette indicative de 18-20 dollars, en raison de la forte demande pour la première grande IPO de l'année dans le secteur technologique à Wall Street.

  • B&S et NIBC, deux nouvelles valeurs cotées à Amsterdam

    Le grossiste B&S et la banque d'affaires NIBC auraient mieux fait de planifier leur introduction en Bourse un autre jour. Les deux actions sont en baisse pour leur premier jour de cotation.

    Le titre B&S perd 0,90% à 14,37 euros.

    L'action NIBC abandonne 4,49% à 8,357 euros.

    Introduite hier, l'action Alfen gagne 0,76% à 10,076 euros.

  • Vers une séance volatile à Wall Street

    A Wall Street, les futures sur indices new-yorkais sont volatils: en net repli en tout début de journée, ils sont désormais proches de l'équilibre.

    La Bourse de New York a subi jeudi sa plus forte baisse en pourcentage depuis le 8 février (-2,93% pour le Dow Jones) après la décision du président américain Donald Trump de taxer jusqu'à 60 milliards de dollars (49 milliards d'euros) d'importations chinoises.

  • Les commandes de biens durables rebondissent aux USA

    Les commandes de biens durables aux Etats-Unis ont rebondi plus que prévu en février, augmentant de 3,1%, selon les données publiées vendredi par le département du Commerce.

    Elles se sont élevées à 247,7 milliards de dollars en données corrigées des variations saisonnières.

    Les analystes s'attendaient à ce qu'elles rebondissent légèrement de 1,5% après être tombées dans le rouge en janvier (-3,5%).

  • "Les marchés peuvent encore perdre 4 à 5%"

    Frank Vranken, responsable de la stratégie d'investissement chez Puilaetco Dewaay, estime que les marchés d'actions peuvent encore lâcher du lest, avec de se stabiliser.

     

  • Le point sur les marchés en matinée

    Les marchés actions s'inquiètent des tensions commerciales, sans céder à la panique

    1. Les marchés actions européens cédaient du terrain en milieu de journée, lestés par les tensions commerciales venues des Etats-Unis, au lendemain de l'annonce par le président américain Donald Trump de nouvelles mesures protectionnistes visant la Chine.

    2. Le président a signé jeudi "un mémorandum présidentiel ciblant l'agression économique de la Chine" et évoqué des mesures punitives contre des importations chinoises, faisant ployer sévèrement Wall Street jeudi et les marchés asiatiques dans son sillage vendredi matin. Tokyo a dégringolé de 4,5%.

    3. Dans la foulée, les marchés actions européens ont d'emblée ouvert en nette baisse avec un indicateur DJ Stoxx 600 qui a perdu jusqu'à 1,65% en matinée, avant de réduire quelque peu ses pertes à 1,06% aux alentours de 12h15. Ailleurs en Europe, Amsterdam abandonnait 1,39%, Paris 1,40%, Francfort 1,45% et Londres 0,57%.

    4. Les secteurs considérés comme les plus exposés aux risques de sanctions commerciales sont logiquement les plus pénalisés: celui des matières premières abandonnent 2,2%, l'automobile 1,9% et les technologoqies 1,8%.

    5. Le marché obligaire est stable par contre, avec un rendement allemand à 10 ans à 0,525% (+0,1 point de pase) et son équivalent français à 0,761% (-0,5 point de base).

    6. Quelques valeurs se distinguent. GlaxoSmithKline prend quant à lui 3,75% après s'être à son tour retiré des enchères pour le rachat des activités grand public de Pfizer.

    7. Le distributeur britannique Next gagne 6,52%, le marché saluant le maintien de sa prévision de bénéfice annuel.

    8. Michelin recule de 2,72%, les analystes de Morgan Stanley estimant que l'acquisition du britannique Fenner pèsera sur le bilan du groupe et que les perspectives de hausse sont désormais limitées.

  • "C'est la première fois que les marchés réagissent violemment à des mesures politiques. Certes, dans le passé, le référendum britannique ou l'élection américaine avaient généré de la volatilité à court terme, mais cette fois il ne s'agit pas d'une réaction à un scrutin, mais bien à une stratégie politique déployée par la Maison Blanche et dont les conséquences inquiètent sérieusement les investisseurs."
    Les analystes d'Aurel BGC

  • Tensions au niveau du financement interbancaire

    Crise de financement en vue dans le secteur bancaire? Le spread LIBOR-OIS (la différence entre le taux LIBOR et le taux swap au jour le jour), un indicateur du risque crédit sur le marché interbancaire est en forte hausse, à 57 points de base, touchant plus particulièrement les banques de la zone euro.

     

  • Deutsche Bank chute (-4,82% à 11,06 euros), flirtant avec ses plus bas historiques

     

  • "Il faut s'attendre à la fois à des propositions de discussion et à des menaces de représailles et il faudra peut-être du temps avant d'y voir clair. Les marchés sont à l'évidence nerveux car le risque de guerre commerciale semble monter."
    Les économistes de Société générale

  • "Au début, les investisseurs espéraient que Trump, avec ses tarifs punitifs sur l'acier et l'aluminium, envoyait seulement un signal d'avertissement. Maintenant, il devient clair que le président américain veut la confrontation."
    Milan Cutkovic
    Analyste chez Axi Trader

  • La situation sur les marchés en matinée

    Les marchés européens creusent leurs pertes

    1. Les indices actions européens creusaient leurs pertes en matinée, affichant des reculs marqués après le décrochage de Wall Street  et de Tokyo, dans la foulée des annonces de nouvelles sanctions commerciales contre la Chine par Donald Trump.

    2. Aux alentours de 10h30, Paris et Francfort cédaient 1,88%, Bruxelles 1,81%, Amsterdam 1,78% et Londres 0,97%. L'indice paneuropéen DJ Stoxx 600 rétrogradait de 1,49%.

    3. Donald Trump, a promis des mesures contre les importations chinoises, sans donner de détails à ce stade. La Chine a réagi en menaçant de droits de douane plus d'une centaine de produits américains.

    4. Les secteurs considérés comme les plus exposés aux risques de sanctions commerciales sont logiquement les plus pénalisés: celui de l'automobile cède 2,01%, celui des matières premières 1,95%, celui des hautes technologies 1,63%.

    5. L'aversion au risque se traduit aussi par une forte hausse des valeurs considérées comme refuges, tel le yen et le franc suisse, qui s'apprécient l'un et l'autre de plus de 0,25% face au dollar, tout comme l'or, qui prend 0,98% à 1.341,66 dollars l'once. L'euro progressait de 0,16% à 1,2322.

    6. Sur le marché obligataire, les rendements des emprunts d'Etat poursuivent leur repli. Le rendement allemand à 10 ans perd 0,3 point de base à 0,521%.

    7. En dehors des préoccupations liées au commerce, le distributeur britannique Next gagne 4,21%, le marché saluant le maintien de sa prévision de bénéfice annuel.

    8. GlaxoSmithKline prend quant à lui 2,98% après s'être à son tour retiré des enchères pour le rachat des activités grand public de Pfizer.

    9. A Francfort, la séance est marquée par la première cotation de DWS. La filiale de gestion d'actifs de Deutsche Bank, qui a débuté juste au-dessus de son prix d'introduction de 32,50 euros, est maintenant en baisse de 0,6% à 32,30 euros.

  • Natixis entame le suivi d'Ageas

    Natixis entame le suivi d'Agea s avec un recommandation "neutre" et un objectif de cours de 46 euros, ce qui implique une hausse de 7,3% depuis le dernier cours de clôture.

    L'objectif de cours moyen sur Ageas est de 42,43 euros, avec 7 analystes à l'achat, autant à la vente et six à vendre.

  • Le point sur les marchés en début de matinée

    Trump plombe les marchés actions, Indivior et GSK en vue

    L'offensive commerciale du président américain Donald Trump contre la Chine (qui a aussitôt riposté) plombe l'ambiance sur les marchés actions européens.

    Une demi-heure après les premiers échanges, les principales places financières européennes pointent en nette baisse, creusant même légèrement leurs pertes du début de séance. Amsterdam cédait 1,10%, Paris 1,27% et Francfort 1,34%. L'indice paneuropéen DJ Stoxx 600 rétrogradait de 1,06%.

    Tous les indices sectoriels évoluaient en territoire négative: les technos (-1,40%), les automobiles (-1,33%) et les matières premières (-1,24%) encaissaient les pertes les plus importantes.

    L'aversion pour le risque profitait de manière limité au marché obligataire. Le Treasuries américain à 10 ans se tassait de 1,3 point de base à 2,81%, son homologue allemand de 0,8 point de base (à 0,516%) et l'équivalent français de 1,4 point (à 0,752%).

    Sur le marché des changes, l'euro était bien orienté face à dollar, progressant de 0,24% à 1,2332.

    A Bruxelles, l'indice Bel20 chutait de 1,36% à 3.806,23 points, entraîné par Umicore (-2,55%), mais également Bpost (-2,12%) et Ontex (-2,11%). Hors indice, Nyrstar et Argen-X pliaient de 2,7%.

    Aux valeurs, Indivior plongeait de 20% suite à une décision du tribunal américain contre le fabricant du traitement contre la dépendance aux opioïdes, le Suboxone. La société britannique a déclaré qu'elle avait l'intention de faire appel de la décision en faveur du concurrent générique Alvogen.

    Parmi les quelques gagnants, GSK bondissait de 3%. Le groupe pharmaceutique a abandonné la guerre des enchères pour le rachat de Pfizer, à l'instar de Reckitt Benckiser plus tôt cette semaine.

     

     

  • Deutsche Bank introduit en Bourse sa filiale DWS à 31,34 euros

  • BOURSE-L'INDICE STOXX EUROPÉEN DES MATIÈRES PREMIÈRES 1,36% EN DÉBUT DE SÉANCE, CELUI DES BANQUES 1%

  • BOURSE-GLAXOSMITHKLINE PREND 4,5% À L'OUVERTURE, LA PLUS FORTE HAUSSE DU STOXX 600, APRÈS S'ÊTRE RETIRÉ DE LA COURSE AUX ACTIFS DE SANTÉ GRAND PUBLIC DE PFIZER

  • ARCELORMITTAL (-2,2%) PLUS FORTE BAISSE DU CAC 40

  • | Opening Bell |

    Les marchés actions européens ouvrent en baisse, lestés par les craintes d'une guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis.

    • Bruxelles: -0,92%
    • Amsterdam: -0,98%
    • Francfort: -0,86%
    • Paris: -1,07%
    • DJ Stoxx 600: -0,74%

  • Avis de broker sur IBA

    KBC Securities réduit son target sur IBA à 20 euros contre 23. La recommandation reste à "conserver".

  • AB InBev, IBA, Fountain... quelques valeurs belges à suivre

    AB INBEV - Le groupe brassicole va rembourser quatre emprunts existants

    IBA - La Norges Bank a réduit sa participation dans IBA à 2,87%

    FOUNTAIN - Publication des résultats annuels. Le communiqué.

    SPADEL - Spadel annonce une forte hausse de son chiffre d’affaires (+15,5%) et de son résultat opérationnel (+31,6%)en 2017, suite, principalement, à l’acquisition de la société bulgare Devin AD en mars 2017. Spadel proposera un dividende brut de 1,80 euro/action (1,26 euro net) en croissance de 12,5% par rapport à l’année passée. Le communiqué.

  • Un délit d'initié à la Bourse de Bruxelles

    Un directeur d'une société cotée sur Euronext Bruxelles a acheté des titres de son entreprise qui devait faire l'objet d'une OPA qui n'a finalement pas eu lieu. Il devra payer 55.000 euros d'amende.

    -> La suite dans cet article

  • Elia se renforce dans Eurogrid (50Hertz)

    Elia annonce qu'elle a exercé son droit de préemption pour augmenter sa participation dans Eurogrid, la société holding de 50Hertz, de 60% à 80%.

    La transaction permettra de renforcer encore la collaboration entre Elia et 50Hertz au sein du groupe Elia.

    Le prix de la transaction s’élève à 976,5 millions d'euros.

  • Année 2017 record pour Miko

    La société Miko , spécialisée dans le service café et l'emballage pastique, a connu une année 2017 record comme en témoignent son chiffre d'affaires, en hausse de 7% par rapport à 2016, à 204,8 millions d'euros, et son bénéfice net en progression de 27,3%, à 11,3 millions d'euros.

    • Le résultat opérationnel s'élève à 29 millions d'euros, en augmentation de 6,4%. Le segment "café" a réalisé  un chiffre d'affaires de 108,2 millions d'euros (+12%) tandis que le segment "plastique" a obtenu un chiffre d'affaires de 96,6 millions d'euros (+1,8%).
    • L'année 2017 a également vu la société cotée franchir le cap symbolique de 100 millions de mètres carrés de forêts tropicales protégées. Avec le café "Puro", Miko préserve actuellement 120 millions de mètres carrés de forêts tropicales.
    • Le conseil d'administration proposera un dividende d'1,7 euro brut par action, en hausse de 10,4% par rapport à l'année passée.
    • Au niveau perspectives, l'entreprise de Turnhout, qui a dû faire face fin 2017 au décès soudain du président de son conseil d'administration, Chris Van Doorslaer, se dit confiante pour l'année 2018, d'autant qu'elle dispose d'un budget d'investissement de 15,8 millions d'euros.
  • "La Chine n'espère pas se retrouver dans une guerre commerciale mais n'a pas peur d'en livrer une."
    Le ministère chinois du Commerce

  • Celyad a des réserves jusqu'au premier semestre 2019

    Celyad a publié ses résultats pour le compte de son exercice 2017.

    Fin 2017, la trésorerie et les dépôts à court terme de la biotech s'élevait à environ 34 millions d'euros. En ajoutant les paiements anticipés que Celyad devrait recevoir en 2018 de la part de ses partenaires, la société de Mont-Saint-Guibert, estime avoir suffisamment de moyens pour financer l'ensemble de ses programmes cliniques jusqu'au premier semestre 2019.

  • "L'impact économique sur la Chine et les Etats-Unis sera déterminé par la forme que prendront les mesures douanières. Les effets se feront sentir plus fortement aux Etats-Unis avec la hausse des prix à la consommation comme à la production. Sur les marchés, la réaction la plus forte devrait être sur les actions."
    Hannah Anderson
    Stratège de marché chez JPMorgan Asset Management

  • Le point avant l'ouverture des marchés

    L'appétit pour les actifs risqués devraient en prendre un coup

    1. Les principales Bourses européennes sont attendues en forte baisse à l'ouverture, la menace d'un
    conflit commercial entre les deux premières puissances économiques mondiales coupant l'appétit des investisseurs pour les actifs risqués.

    2. D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien et le Dax à Francfort pourraient perdre chacun autour de 1,6% à l'ouverture, le FTSE à Londres reculant pour sa part de 1,2%.

    3. La Bourse de Tokyo a fini en baisse de 4,51%, pénalisée par des craintes d'escalade des tensions après la décision de Donald Trump de sanctionner les importations chinoises.

    4. Donald Trump a signé un texte qui pourrait imposer des droits de douanes sur jusqu'à 60 milliards de dollars (49 milliards d'euros) d'importations chinoises.

    5. L'indice composite de la Bourse de Shanghai perd 4,6% à l'approche de la clôture tandis que l'indice MSCI regroupant les valeurs d'Asie et du Pacifique (hors Japon) recule de 2,72%.

    6. La Bourse de New York a fini en forte baisse jeudi sur fond de net repli des rendements obligataires. L'indice Dow Jones a finalement perdu 2,93%, toutes ses valeurs terminant dans le rouge.

    7. Sur le marché obligataire, la baisse des taux se poursuit, le rendement des emprunts d'Etat américains à 10 ans perdant encore trois points de base à 2,80%, alors qu'il avait dépassé 2,93% mercredi après le communiqué de politique monétaire de la Réserve fédérale.

     

  • 32,50 EUR
    IPO de DWS
    DWS, la filiale de gestion d'actifs de la banque allemande, qui fera vendredi ses débuts en Bourse, a annoncé que le prix de son IPO était de 32,50 euros par action, lui donnant une capitalisation boursière de 6,5 milliards d'euros.

  • Les Bourses asiatiques ploient sous la peur d'une guerre commerciale

    Les Bourses asiatiques étaient sonnées vendredi, décrochant de plus de 3% à Shanghai sur des craintes d'une guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis, même si les marchés ne cédaient pas à la panique.

    Le président américain Donald Trump a déclenché jeudi son offensive contre Pékin, évoquant des mesures punitives contre des importations chinoises d'un montant pouvant atteindre "60 milliards de dollars".

    Dans la matinée, l'indice composite hongkongais Hang Seng perdait près de 3%, et l'indice composite de Shanghai 3,27%.

    Parmi les autres places de la région, le rouge dominait également: Séoul lâchait en séance plus de 2%, tout comme Sydney.

    "Les investisseurs se tournent vers les marchés d'obligations jugés plus sûrs alors que les Etats-Unis sont au seuil d'une guerre commerciale ouverte avec la Chine."
    Stephen Innes
    Analyste de la maison de courtage Oanda

  • Le Nikkei dégringole sur fond de craintes de guerre commerciale

    La Bourse de Tokyo a dégringolé de 4,51%, pénalisée par des craintes d'escalade des tensions commerciales après la décision de Donald Trump de sanctionner les importations chinoises.

    L'indice Nikkei a perdu 974,13 points à 20.617,86 points et le Topix, plus large, a cédé 62,45 points (3,62%) à 1.664,94 points.

    Donald Trump a signé un texte qui pourrait imposer des droits de douanes sur jusqu'à 60 milliards de dollars (49 milliards d'euros) d'importations chinoises.

    La Chine a exprimé sa "vive déception" après cette annonce tout en disant ne pas vouloir se précipiter dans une guerre commerciale avec les Etats-Unis.

    A la Bourse de Tokyo, les valeurs exposées à la Chine ont particulièrement souffert. Tous les exportateurs ont été pénalisés par la vigueur du yen.

    La devise japonaise a joué à plein son rôle de valeur refuge, prenant jusqu'à 0,5% à 104,635 yens pour un dollar, au plus haut depuis novembre 2016.

  • Good morning!

    Bonjour à vous. Si vous cherchiez le "market live" de L'Echo, ne bougez plus vous y êtes et, grâce à lui, vous ne manquerez rien des principaux développements de cette séance de Bourse du vendredi 23 mars 2018.

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés