1. Les marchés
  2. Live blog
live

Les marchés actions hésitants avant la Fed et des résultats de sociétés

Les bourses mondiales reculaient légèrement ce mardi, en attendant l'issue de la réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine (Fed) et les chiffres trimestriels des géants américains de la tech.
  • L'Echo lance Tracker, le podcast pour les nouveaux investisseurs

    Vous faites partie de ces nouveaux investisseurs que la pandémie a vus déferler sur les marchés financiers? Vous débutez en bourse ou vous songez encore à vous y aventurer? Alors, Tracker est sans aucun doute fait pour vous !

    Dans ce podcast de L'Echo, nous avons invité plusieurs investisseurs débutants que nous avons interrogés pour comprendre leur démarche. Ces rencontres autour d'une série de thématiques nous ont inspiré et ont guidé les interviews de plusieurs spécialistes afin d'éclairer les premiers pas des nouveaux investisseurs en bourse. 

    Écoutez Tracker


    Si vous ne voyez pas le player,  cliquez ici.
  • Fin du live

    Merci à tous de nous avoir suivis.

  • Porté par le cloud, Microsoft fait mieux que prévu

    Microsoft a battu les prévisions du marché lors de la publication de ses résultats trimestriels ce mardi, dégageant un chiffre d'affaires de 41,7 milliards de dollars, grâce notamment à la croissance de ses revenus liés au cloud (services d'informatique à distance). Le bénéfice net de Microsoft est lui ressorti à 15,5 milliards de dollars, au-dessus des 13,5 milliards attendus par le marché. Rapporté par action et hors éléments exceptionnels, la référence à Wall Street, le bénéfice s'établit à 1,95 dollar (contre 1,78 dollar prévus). La santé financière solide de l'entreprise repose en partie sur ses services de cloud aux entreprises, un domaine où elle a dégagé 17,7 milliards de dollars, soit une progression de 33% en un an.

    Microsoft a également enregistré une hausse de ses revenus liés aux jeux vidéo via sa console Xbox et les différents services attenants (+34%), au réseau social professionnel LinkedIn (+25%), aux outils de recherche publicitaire en ligne (+17%) ou encore à son système d'exploitation Windows (+10%). L'action de Microsoft, qui a grimpé de plus de moitié en un an, reculait de 3,4% dans les échanges électroniques après la clôture de Wall Street. "Ces très bons résultats sont un accomplissement pour Microsoft, mais ils ont provoqué une réaction spontanée en Bourse avec des mouvements de vente de l'action car Wall Street espérait un chiffre d'affaires encore meilleur", a commenté Dan Ives de Wedbush Securities.

  • Le bénéfice net de Google a quasiment triplé au premier trimestre

    Google a largement dépassé les attentes au premier trimestre avec un bénéfice net à 17,93 milliards de dollars contre 6,8 milliards il y a un an, notamment grâce à de fortes hausses des recettes publicitaires, d'après un communiqué de résultats publié ce mardi par Alphabet, la maison-mère de Google. Sur le moteur de recherche, les recettes publicitaires sont passées de 25 à 32 milliards de dollars en un an, et elles ont progressé de 50% sur YouTube, à 6 milliards.

    En tout, le géant mondial des technologies a réalisé 55,31 milliards de chiffre d'affaires, soit 34% de plus qu'il y a un an, quand l'émergence de la pandémie de Covid-19 avait fait chuter les dépenses de certains annonceurs, notamment dans le secteur des voyages, à la fin du premier trimestre. Son titre s'appréciait de plus de 4% lors des échanges électroniques après la clôture de la Bourse de New York.

    Le cloud (informatique à distance) a aussi contribué aux solides performances du groupe californien: Google Cloud a engrangé plus de 4 milliards de dollars de revenus, contre 2,8 l'année dernière. Dans la publicité en ligne, Google reste dominant. En 2021, la firme de la Silicon Valley "est bien partie pour générer 130,15 milliards de revenus publicitaires nets, soit une augmentation de 25,3% sur un an", estime le cabinet eMarketer, qui lui attribue 28,6% des parts de marché, juste devant Facebook.

  • Wall Street mitigée à la clôture, avant la Fed

    La Bourse de New York a conclu ce mardi une séance mitigée en attendant l'issue de la réunion monétaire de la Banque centrale américaine (Fed) ce mercredi et l'annonce des résultats de grands noms de la tech après la clôture. Le Dow Jones est resté stable à 33.984,93 points (+0,01%). Le Nasdaq a terminé en repli de 0,34% à 14.090,22 points. Le S&P 500, qui a touché un nouveau record en séance, s'est finalement replié de 0,02% à 4.186,72 points. "Le marché était très hésitant en attendant les annonces des résultats de sociétés", alors que Google et Microsoft présentaient leurs résultats trimestriels à la clôture, a indiqué Karl Haeling de LBBW. 

    Les marchés sont restés aussi dans l'expectative avant l'issue de la réunion du Comité monétaire de la Réserve fédérale mercredi et de la conférence de presse de son président Jerome Powell.  "Personne ne pense que la Fed va faire quoi que ce soit mais s'il y a une surprise, ce sera probablement baissier pour le marché", a affirmé Karl Haeling.  La Fed devrait maintenir sa politique monétaire accommodante et ses taux directeurs très bas qu'elle juge nécessaires pour aider au redémarrage durable de l'économie américaine même si les pressions de l'inflation se font sentir. 

    Parmi les groupes qui ont fait part de leurs résultats avant l'ouverture de Wall Street, l'Américain 3M, fabricant entre autres des équipements de protection contre le Covid-19, a vu son chiffre d'affaires gonfler de 10%. Mais laissant ses prévisions annuelles inchangées, son titre a perdu 2,59%.  Le géant américain du transport de paquets et colis UPS a également dévoilé un chiffre d'affaires trimestriel en forte hausse (+27%) grâce à l'envolée du commerce en ligne. L'action a bondi de 10,42%. Le conglomérat General Electric a confirmé ses prévisions pour l'ensemble de l'année mais son chiffre d'affaires, lesté par la moindre activité de ses divisions consacrées à l'aviation et à la santé, a déçu. L'action a lâché 0,59%. Mercredi, ce sera au tour d'Apple et de Facebook notamment de publier leurs résultats. Amazon dévoilera les siens jeudi.

  • Les marchés US terminent sans direction

    Le Dow Jones a pris 0,01% à 33.984,93 points.

    Le Nasdaq a perdu 0,34% à 14.090,22 points.

    Le S&P 500 a cédé 0,02% à 4.186,72 points.

  • Le pétrole progresse après la réunion de l'Opep+

    Les cours du pétrole ont conclu en hausse après une réunion des principaux pays producteurs, qui ont laissé leurs projections de quotas de production en l'état pour les trois mois à venir, et à la veille des stocks américains.

    Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin a terminé à 66,42 dollars à Londres, en hausse de 1,17% par rapport à la clôture de la veille. A New York, le baril américain de WTI pour le même mois a conclu à 62,94 dollars en progrès de 1,66%.

  • Au menu ce mercredi

    L'agenda reste enseveli par les très nombreux résultats trimestriels. Les investisseurs se focaliseront également sur la réunion de la Réserve fédérale américaine.

  • Les commandes en forte baisse pour Hamon

    Hamon spécialiste des tours de refroidissement, vient de dévoiler son bilan du premier trimestre. Un bilan encore largement affecté par la crise puisqu'il fait état de prises de commandes de 47,8 millions d'euros, contre près de 130 millions à la même période l'an dernier.

    Si le groupe rappelle que ces derniers chiffres étaient exceptionnellement élevés par rapport aux deux années précédentes, il admet toutefois un "impact encore important de l'épidémie générant un retard de décision" chez ses clients.

  • Les marchés actions hésitants avant la Fed et des résultats de sociétés

    Les marchés européens ont eu du mal à choisir une direction à l'ouverture ce mardi. Les investisseurs avaient une très longue liste de résultats trimestriels à digérer en cette dernière semaine du mois d'avril. La cote européenne a également opté pour la prudence avant de connaître la teneur du discours de la Réserve fédérale américaine attendu ce mercredi soir.

    Au final, les grands indices européens ont terminé en léger recul. Le CAC 40 de Paris a perdu 0,03%, le DAX de Francfort a reculé de 0,31% et le FTSE 100 de Londres a abandonné 0,26%. Si les grands indices européens ont pu à de rares occasions pointer leur nez en territoire positif, le Bel 20 est resté embourbé dans le rouge tout au long de la séance, lâchant à la cloche 0,50% à 4.033,41 points.

    À l'heure de la clôture en Europe, Wall Street évoluait également en léger retrait. En attendant les résultats de Microsoft et d'Alphabet publiés après la clôture, les investisseurs ont pu apprécier le bond de 10% d'UPS . Le numéro un US du transport de colis a pleinement profité de l'envolée du commerce en ligne, aux États-Unis ainsi que dans le reste du monde.

  • Europe | Closing Bell

    Bel 20: - 0,56%

    AEX: - 0,59%

    CAC 40: - 0,07%

    DAX: - 0,28%

    FTSE 100: - 0,26%

    Stoxx 600 Europe: - 0,15%

  • UPS à la fête

    Le géant américain du transport de paquets et colis UPS a dévoilé des revenus trimestriels en forte hausse grâce à l'envolée du commerce en ligne, aux Etats-Unis ainsi que dans le reste du monde. Son titre bondissait de 11,23% peu avant 17 heures. 

  • La confiance des consommateurs US au plus haut depuis le début de la crise

    La confiance des consommateurs américains a grimpé plus qu'attendu en avril, et est désormais au plus haut depuis le début de la crise, grâce notamment à une perception bien meilleure des conditions actuelles, selon l'indice du Conference Board.

      L'indicateur a bondi à 121,7 points, contre 109 points en mars, selon des données révisées en légère baisse. Il s'établit ainsi à son niveau le plus élevé depuis le mois de février 2020, avant que la pandémie de Covid-19 ne s'étende aux Etats-Unis.  

  • Les indices new-yorkais voient rouge

    Comme en Europe, c'est le rouge qui domine à Wall Street. Vers 16h, les trois grands indices de la Bourse de New York reculaient de 0,2% pour le S&P 500 et le Dow Jones et de 0,45% pour le Nasdaq

    Les investisseurs restent prudents à la veille de la décision de politique monétaire de la Réserve fédérale (Fed) et que de nombreux résultats trimestriels d'entreprises sont tombés avant-bourse ou arriveront à la clôture.

    Le constructeur de voitures électriques Tesla est en baisse de 3,79%, son chiffre d'affaires n'ayant que légèrement dépassé les attentes du marché. 

    De loin la plus forte baisse du Dow Jones, le conglomérat industriel 3M lâche 2,71% après des prévisions annuelles jugées prudentes.

    General Electric perd 2,14% après avoir fait d'une chute de 20% sur un an de son bénéfice trimestriel, conséquence de l'impact de la pandémie sur ses activités de moteurs d'avion.

    De son côté, Eli Lilly abandonne 2,14%, le groupe pharmaceutique ayant réalisé sur les trois premiers mois de l'année un bénéfice inférieur aux attentes et abaissé sa prévision de bénéfice annuel ajusté en raison de la baisse de la demande pour ses traitements du Covid-19.

    En hausse, UPS, numéro un mondial de la livraison de colis s'octroie 9,62% grâce à la publication de résultats meilleurs que prévu.

    L'attention se porte par ailleurs sur les résultats de Microsoft et Alphabet, qui publieront leurs résultats après la clôture.

  • Tracker, le podcast qui s'adresse aux nouveaux investisseurs

  • Le cuivre s'approche des 10.000 dollars la tonne, une première depuis dix ans

    Le prix du cuivre, au plus haut depuis dix ans, flirtait mardi avec le seuil des 10.000 dollars la tonne, porté par un dollar plus faible et le déséquilibre entre une forte demande, notamment chinoise, et les craintes qui pèsent sur l'offre.  

    Le cours du métal rouge, baromètre de l'économie mondiale, est monté mardi à 9.965 dollars la tonne sur le London Metal Exchange (LME), une première depuis le 4 mars 2011, avant de refluer un peu.  

    Son record historique avait été atteint le 15 février 2011, à 10.190 dollars.

  • Wall Street | Opening bell

    Dow Jones: -0,07% 
    S&P 500: +0,08% 
    Nasdaq Composite: +0,11%  

  • Tesla déçoit malgré des bons résultats

    L'action Tesla est donnée en baisse avant l'ouverture des marchés américains. Les résultats du groupe ont battu les attentes, mais des analystes soulignent des faiblesses. 

    > Lire notre article 

  • La faible demande pour les traitements contre le Covid-19 pèse sur les chiffres d'Eli Lilly

    Le groupe pharmaceutique américain Eli Lilly   a annoncé avoir réalisé, sur les trois premiers mois de l'année, un bénéfice inférieur aux attentes de Wall Street. Il a enregistré, hors éléments exceptionnels, un bénéfice de 1,87 dollar par action, contre une estimation moyenne de 2,13 dollars par action, selon les données IBES de Refinitiv. Lire le communiqué

    La société a abaissé sa prévision de bénéfice annuel ajusté en raison de la baisse de la demande pour ses traitements contre le Covid-19. Le groupe s'attend désormais à un bénéfice ajusté au titre de 2021 de 7,80 à 8 dollars par action, contre une prévision précédente de 7,75 à 8,40 dollars. Pour mémoire, le gouvernement américain a arrêté, en mars, l'utilisation autonome du traitement bamlanivimab à base d'anticorps contre le Covid-19 développé par Eli Lilly, les nouvelles variantes du virus pouvant résister à ce médicament lorsqu'il est utilisé seul.

  • Le bénéfice trimestriel de General Electric plombé par l'aviation

    General Electric  a publié un bénéfice trimestriel en baisse de 20%, frappé par un déclin de la demande de moteurs d'avions alors que les compagnies aériennes souffrent encore de l'effondrement du tourisme engendré par la pandémie. L'activité aviation du conglomérat américain, qui fabrique des moteurs pour les avions de Boeing et Airbus, a rencontré de nombreuses difficultés liées à la faible demande en nouveaux avions. Lire le communiqué

    Le bénéfice net de GE est tombé à 828 millions de dollars (685,4 millions d'euros) au premier trimestre sur une base ajustée, contre 1,03 milliard de dollars un an plus tôt, et son chiffre d'affaires a reculé de 12% à 14,12 milliards de dollars.

    Le géant industriel a néanmoins confirmé ses perspectives annuelles de free cash-flow et de bénéfice par action.

  • "Le sentiment du marché reste incertain à l'approche de la fin du mois"

    "Le sentiment du marché reste incertain à l'approche de la fin du mois, tandis que les perspectives à court terme continuent d'être déchirées entre les résultats solides des entreprises et la flambée des cas de virus." Mais "en l'absence de données macroéconomiques significatives dans l'agenda d'aujourd'hui, à l'exception de la confiance des consommateurs américains, les investisseurs auront les yeux rivés sur les résultats" d'entreprises.
    Pierre Veyret
    Analyste chez ActivTrades

  • Prudence à Wall Street avant la réunion de la Fed

    Wall Street devrait ouvrir sans direction claire, la tendance restant animée principalement par les résultats de sociétés à la veille du rendez-vous de la Réserve fédérale.

    → Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street sans grand changement pour le Dow Jones et en hausse d'environ 0,15% pour le S&P-500 et le Nasdaq qui ont, tout deux, affiché des records de clôture lundi.

  • UPDATE | Briefing actions belges

    Target relevé pour bpost | Avis de brokers sur Bekaert, KBC et Solvay | Les résultats de Xior salués (+Briefing)

  • Le pétrole progresse, une des deux réunions Opep+ avancée

    Les cours du pétrole se reprennent, les investisseurs se montrant plus optimistes alors que les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et leurs alliés via l'accord Opep+ ont avancé une de leurs deux réunions initialement prévues demain.

    Les membres de l'Opep et leurs dix alliés de l'Opep+ se retrouvent ce mardi à 12h00 GMT (14h00 à Paris et à Vienne, au siège du cartel) pour un Comité de suivi de l'accord en vigueur de réduction de la production du groupe (JMMC), a indiqué à l'AFP une source proche du groupe. Cette réunion était initialement prévue mercredi en amont d'un sommet ministériel qui - pour l'instant - est maintenu. À l'issue de ce cycle de réunions très attendues par le marché, "on peut supposer que les décisions prises il y a quatre semaines seront confirmées", a estimé Eugen Weinberg, analyste de Commerzbank, un avis largement partagé par les observateurs de marché.

    Lors du précédent sommet, le 1er avril, l'alliance avait décidé d'augmenter son niveau actuel de production de 350.000 barils par jour, en mai puis en juin, et de 450.000 barils par jour en juillet.

  • OPA sur Orange Belgium : "Les minoritaires plus forts pour négocier"

  • Les principales valeurs à suivre à Wall Street

    * 3M, GENERAL ELECTRIC et ELI LILLY comptent parmi les nombreuses entreprises qui publieront leurs résultats trimestriels avant l'ouverture du marché américain.

    * TESLA - Le constructeur de véhicules électriques perd près de 3% dans les échanges en avant-bourse après la publication de ses résultats trimestriels, son chiffre d'affaires n'ayant que légèrement dépassé les attentes du marché.

    * HASBRO, qui publie ses résultats ce mardi, prenait 4% en après-bourse après avoir annoncé la vente du label eOne Music à plusieurs sociétés contrôlées par BLACKSTONE pour 385 millions de dollars (319 millions d'euros) en numéraire.

    * LYFT va céder sa division de conduite autonome au japonais Toyota pour 550 millions de dollars (456 millions d'euros), ont annoncé, ce mardi, les deux sociétés. Le groupe de VTC prévoit désormais de renouer avec un excédent brut d'exploitation (ebitda) positif au troisième trimestre et non plus au quatrième si la reprise post-pandémique se poursuit. Le titre gagnait plus de 2% en après-bourse.

    * GAMESTOP a levé 551 millions de dollars (457 millions d'euros) par le biais d'une augmentation de capital, des capitaux qui doivent permettre au distributeur de jeux vidéo d'accélérer sa transition vers la vente en ligne. Dans les échanges en après-bourse, le titre grimpait de 15%.

    * GILEAD SCIENCES va envoyer au moins 450.000 doses de son traitement remdesivir en Inde, pays en proie à une recrudescence de cas de Covid-19.

    * NXP SEMICONDUCTOR - L'action du fabricant de semi-conducteurs, qui a rejoint l'indice S&P-500 le mois dernier, gagnait 1,5% dans les échanges hors séance après la clôture lundi soir, le marché saluant une augmentation supérieure aux attentes de son chiffre d'affaires trimestriel.

  • Schneider Electric affiche son optimisme

    Schneider Electric   a vu son activité croître de 11,9% au premier trimestre et a décidé de relever son objectif pour l'année, malgré les incertitudes demeurant autour de la situation sanitaire dans certains pays. Le géant français des équipements électriques et automatismes industriels a vu son chiffre d'affaires des trois premiers mois croître de 11,9%, à 6,5 milliards d'euros.

    "Nous avons connu un très bon début d'année 2021 porté par une demande ininterrompue et accrue" sur toutes les activités du groupe, a commenté le PDG Jean-Pascal Tricoire dans un communiqué. "Les incertitudes qui entourent le reste de l'année 2021 demeurent. Elles sont dues notamment à la récente hausse des contaminations au Covid-19 dans plusieurs pays, et aux pressions potentielles sur les chaînes d'approvisionnement dans le monde. Toutefois, compte tenu des tendances de la forte demande sous-jacente observées au premier trimestre et malgré les incertitudes actuelles, nous relevons notre objectif annuel."

  • Novartis fait moins bien que prévu au T1

    Le port du masque en raison de la pandémie de coronavirus a limité la propagation de la grippe cette année, ce qui a freiné l'activité de Novartis dans les médicaments génériques contre la toux et conduit le groupe pharmaceutique suisse à publier un résultat trimestriel en dessous des attentes.

    La société, comme de nombreux autres groupes pharmaceutiques, y compris son rival Roche, a aussi accusé un repli des ventes dans certains domaines tels que la dermatologie, les maladies oculaires et le traitement du cancer du sein, en raison d'une diminution des visites médicales pendant la pandémie.

    Au premier trimestre, le résultat net, dit "core", a baissé de 4%, à 3,4 milliards de dollars (2,82 milliards d'euros), alors que le consensus tablait en moyenne sur un bénéfice de 3,5 milliards de dollars, selon les données de Refinitiv. Le chiffre d'affaires a augmenté de 1%, à 12,4 milliards de dollars (10,28 milliards d'euros), contre 12,5 milliards de dollars (10,36 milliards d'euros) attendus par les analystes. Le bénéfice net, pour sa part, a reculé de 5%, à 2,06 milliards de dollars (1,71 milliard d'euros).

  • La Banque de Suède va laisser son taux à zéro au moins jusqu'à mi-2024

    La Banque de Suède a annoncé, sans surprise, le maintien de son taux directeur à 0%, qu'elle prévoit de laisser à ce niveau au moins jusqu'à mi-2024 pour faciliter la reprise de l'économie face à la pandémie.

    La banque centrale suédoise a également ajusté sa prévision de PIB pour cette année et table désormais sur une hausse de 3,7%, contre 3% estimé jusqu'alors. "Les perspectives économiques sont légèrement plus favorables aujourd'hui qu'en février, mais la pandémie n'est pas terminée et les pressions inflationnistes restent faibles", a souligné la Riksbank dans sa décision. "La politique monétaire doit rester expansionniste pour soutenir l'économie et pour que l'inflation se rapproche plus durablement de l'objectif de 2%."

  • Le point sur la séance

    Les principales bourses européennes évoluent en ordre dispersé, mais dans des marges étroites, en début de séance, la prudence de mise avant les annonces de la Réserve fédérale américaine limitant l'impact d'une série de résultats de sociétés diversement accueillis.

    → À Bruxelles, le Bel 20 lâche 0,040%, à la traîne par rapport aux autres indices européens. Le CAC 40 est pratiquement inchangé à 6.277,06 points, le FTSE 100 prend 0,07%, alors qu'à Francfort, le Dax gagne 0,16%. L'indice EuroStoxx 50 est en baisse de 0,18%, tandis que le FTSEurofirst 300 progresse de 0,09% et que le Stoxx 600 est stable.

    • Parmi les grands groupes européens ayant publié lundi soir ou en début de matinée, UBS perd 2,12% après l'annonce d'une charge exceptionnelle de 774 millions de dollars liée à la chute du fonds américain Archegos, qui occulte la croissance de 14% du bénéfice net. Toujours dans le secteur bancaire, HSBC gagne 1,23%. 
    • À Paris, Schneider Electric voit le relèvement de ses objectifs de croissance organique salué par une hausse de 1,57%, la meilleure performance du CAC 40, alors qu'à l'opposé, Michelin cède 3,13% après un chiffre d'affaires sans réelle surprise. 
    • La plus lourde sanction du début de séance est pour BioMérieux, qui chute de 8,88% après avoir abaissé ses prévisions.
  • Voici le briefing actions belges

    Avis de brokers sur Bekaert, KBC et Solvay | Les résultats de Xior salués (+Briefing)

  • Lourde perte annuelle pour Nomura

    Le groupe financier japonais Nomura Holdings a annoncé avoir enregistré une perte exceptionnelle équivalente à 2,3 milliards de dollars (1,9 milliard d'euros) sur son exercice écoulé 2020/21, après la débâcle d'Archegos. 

    Il a subi une perte nette de 155,4 milliards de yens (1,2 milliard d'euros) sur le dernier trimestre de son exercice écoulé (de janvier à fin mars). Mais le groupe est resté dans le vert sur l'ensemble de l'exercice, avec un bénéfice net de 153,1 milliards de yens (1,17 milliard d'euros), une performance en chute de 29,4% sur un an.

    Les déboires d'Archegos, que le groupe japonais ne nomme jamais, parlant à la place d'un "client américain", devraient, par ailleurs, encore lui causer une perte d'environ 570 millions de dollars (472 millions d'euros) sur son nouvel exercice 2021/22, selon un communiqué.

    570
    millions de dollars
    Les déboires d'Archegos devraient encore causer à Nomura une perte d'environ 570 millions de dollars (472 millions d'euros) sur son nouvel exercice 2021/22.

  • Maersk confiant grâce la hausse de la demande

    Le géant danois du transport maritime AP Moeller-Maersk prévoit un excellent premier trimestre, meilleur que précédemment envisagé, grâce à une demande toujours en hausse, d'après des résultats préliminaires annoncés lundi soir. "Sur la base de chiffres préliminaires, A.P. Møller - Maersk A/S (APMM) annonce un chiffre d'affaires non audité de 12,4 milliards de dollars (10,2 milliards d'euros (...) pour le premier trimestre 2021)", a-t-il indiqué dans un communiqué

    Au premier trimestre 2020, ses revenus s'étaient établis à 9,58 milliards de dollars.

    Pour Maersk, qui a presque sextuplé son bénéfice net en 2020, "le maintien d'une forte performance est principalement dû à la poursuite d'une situation de marché exceptionnelle avec une demande en forte hausse entraînant des goulots d'étranglement dans la chaîne d'approvisionnement et une pénurie d'équipements (conteneurs)". Les volumes du transport maritime ont augmenté de 5,7% et les taux de fret moyens ont progressé de 35% au premier trimestre 2021 par rapport à l'année précédente.

  • KBCS relève son TP pour Bekaert

    KBC Securities a relevé son objectif de cours pour Bekaert   à 40 euros, contre 35 euros précédemment. "Michelin a démarré 2021 avec une croissance organique de 8,3% des ventes au premier trimestre et des volumes de pneus en hausse de 7,5%, ce qui, selon nous, renforce encore la confiance dans la dynamique actuelle de Bekaert", souligne l'analyste Wim Hoste.

    Sa recommandation reste à "accumuler".

  • BP engrange un bénéfice confortable au T1

    Le géant britannique des hydrocarbures BP  a annoncé un bénéfice net de 4,7 milliards de dollars au premier trimestre, grâce au redressement des cours du pétrole et après avoir subi des pertes abyssales en 2020.

    "Grâce à une solide performance de nos activités et au contexte de reprise pour les prix, nous avons généré beaucoup de trésorerie et tenu nos objectifs de dette nette avec un an d'avance", pour la ramener à 35 milliards de dollars, se félicite Bernard Looney, directeur général de BP, cité dans le communiqué. Le groupe va en profiter pour reprendre ses rachats d'actions au deuxième trimestre afin de récompenser ses actionnaires, après avoir été contraint de baisser le montant du dividende en 2020.

    Sur l'ensemble de 2021, il prévoit un rebond de la demande de pétrole grâce aux États-Unis et à la Chine, aux vaccinations, et à la levée des restrictions.

  • Les principales baisses/hausses en Europe

  • | OPENING BELL |

    AEX +0,01%

    CAC 40 -0,04%

    BEL 20 -0,29%

  • Un bloc de 25% dit "non" à l'OPA sur Orange Belgium

    On a désormais une vue claire des forces en présence. À l’issue de l’offre publique d’acquisition d’Orange sur Orange Belgium  , quelque 13 millions d’actions ont été apportées, ce qui représente 21,66% du capital de la société visée et 46,10% du nombre total des actions faisant l’objet de l’offre.

    Et donc, à l’issue de la période initiale d’acceptation, Orange détient directement et indirectement 74,68 % du capital d’Orange Belgium, contre 52,91% auparavant. On peut donc difficilement parler de succès de foule.

  • Le point sur les marchés avant l'ouverture

    Les principales bourses européennes sont attendues sans grand changement malgré les derniers records en date de Wall Street, la prudence semblant une nouvelle fois devoir l'emporter à la veille des décisions de la Réserve fédérale américaine et sur fond de multiplication des publications de résultats de sociétés cotées.

    → Les contrats à terme sur indices suggèrent une hausse de 0,1% pour le CAC 40 à Paris, une quasi-stabilité pour le Dax à Francfort, comme pour le FTSE 100 à Londres, et un recul de 0,05% pour l'EuroStoxx 50.

    Deux facteurs incitent la plupart des investisseurs à la prudence: l'attente des annonces de la Réserve fédérale américaine sur sa politique monétaire et la conjoncture économique d'une part, et, d'autre part, une pluie de résultats de sociétés puisque le programme des publications à Wall Street d'ici à jeudi représente environ 40% de la capitalisation globale de l'indice Standard & Poor's 500.

  • Les tokens ont commencé à remplacer les actions

    Les nouvelles technologies secouent le monde de la finance. Au lieu de détenir des actions, des obligations ou des parts de fonds d’investissement sur un compte-titres, les investisseurs détiendront-ils bientôt des "tokens" dans un portefeuille numérique?

     Depuis quelques jours, ces contrats informatiques basés sur la "blockchain", technologie qui permet de transmettre des informations de manière sécurisée sans centralisation des données, sont utilisés par Binance, la plus grande plateforme d’échange de cryptomonnaies au monde, pour proposer des investissements en actions sans passer par les intermédiaires traditionnels.

  • Les jeunes investisseurs toujours bien présents en bourse

    Les marchés d'actions ont continué de séduire les jeunes investisseurs cette année. Du côté des courtiers en ligne, la tendance observée depuis le début de la pandémie de Covid-19 s'est maintenue. Chez Bolero, 40% des nouveaux investisseurs au premier trimestre sont âgés de moins de 30 ans, en ligne avec les trois premiers mois de 2020, où ils étaient 36%. Le courtier, sans indiquer la progression des nouveaux investisseurs au premier trimestre, a constaté également que l'âge moyen de ceux-ci s'élevait à 38 ans.

  • HSBC dépasse également les prévisions des analystes

    HSBC Holdings PLC  a enregistré une hausse de 79% de son bénéfice avant impôts au premier trimestre. La plus grande banque d'Europe en termes d'actifs a fait état d’un bénéfice avant impôts de 5,78 milliards de dollars (4,8 milliards d’euros) au premier trimestre clos le 30 mars, contre 3,21 milliards de dollars (2,7 milliards d’euros) un an plus tôt. Ce résultat est bien supérieur aux attentes des analystes qui tablaient en moyenne sur un bénéfice trimestriel de 3,35 milliards de dollars.

    La banque a réduit de 400 millions de dollars (331 millions d’euros) ses provisions pour créances douteuses, mises de côté l'an dernier pour faire face à une possible hausse des défauts de crédit en raison de la pandémie. HSBC a indiqué, par ailleurs, que les discussions avec Cerberus sur la vente des activités de banque de détail en France se poursuivaient, mais qu'aucune décision définitive n'avait été prise. Lire le communiqué

  • Xior: "La prochaine année académique s'annonce très prometteuse"

    Xior signale que le résultat du premier trimestre est conforme à ses attentes. Le résultat EPRA (entendez: sous-jacent) atteint 7,2 millions d’euros, en hausse de 20% à partir d’un résultat locatif net de 17,6 millions (+26%). De son côté, le taux d’occupation atteint 97,7% sur le trimestre, contre 98,3% sur l’ensemble de l’année 2020.

    Le groupe immobilier spécialisé dans les kots pour les étudiants note qu’il y a une "recherche énorme de chambres en Belgique" et qu’aux Pays-Bas, alors que la saison de location ne commence qu’à la mi-mai, "il y a déjà des centaines d’étudiants qui font la queue." La prochaine année académique s'annonce très prometteuse pour l'ensemble du portefeuille Xior, affirme la SIR dans son communiqué.

    Pour l'année en cours, Xior table sur un résultat EPRA par action de 1,80 euro, ce qui représente une hausse de 6%. Un objectif de 1,44 euro brut par action (+6%) est prévu pour le dividende.

    Pour l’exercice 2022, Xior prévoit de pouvoir réaliser une augmentation d’au moins 10% du résultat EPRA par action par rapport à 2021 grâce à l’exécution de la stratégie de croissance.  

    Notons enfin que Xior a diversifié sa position de liquidité et de financement avec un programme inaugural Green CP/MTN de 100 millions d'euros. C’est le premier programme de commercial paper à caractère vert sur le marché belge, affirme la SIR.

  • UBS fait mieux que prévu malgré l'affaire Archegos

    UBS a affiché un bénéfice net en hausse de 14% au premier trimestre en dépit de l'annonce d'une perte de 774 millions de dollars (641,1 millions d'euros) liée au défaut sur des appels de marge du fonds d'investissement américain Archegos. Son bénéfice net s'est élevé à 1,824 milliard de dollars, là où les analystes l'attendaient en moyenne à 1,591 milliard de dollars, selon un consensus fourni par UBS.

    La banque suisse a profité d'un niveau d'activité record de ses clients sur le début d'année très favorable aux marchés d'actions, ce qui a permis de compenser l'impact de la perte liée à Archegos dévoilée ce mardi. "Nous sommes tous clairement déçus et prenons cela très au sérieux", a déclaré le directeur général Ralph Hamers à propos des pertes enregistrées dans son activité de courtage. "Un examen détaillé de nos processus de gestion des risques pertinents est en cours et des mesures appropriées sont mises en place pour éviter de telles situations à l'avenir."

    UBS, qui n'avait jusqu'à présent été que peu surveillé pour son exposition à la chute du fonds Archegos, a déclaré que la perte liée au fonds spéculatif américain avait impacté son bénéfice net à hauteur de 434 millions de dollars au premier trimestre. Lire le communiqué

  • Toyota rachète l'unité de conduite autonome de Lyft

    Toyota tisse sa toile dans les véhicules autonomes: le géant automobile japonais a annoncé, lundi, son rachat pour 550 millions de dollars (quelque 455 millions d'euros) de la division dédiée à ce domaine de la plateforme américaine de VTC Lyft  . L'unité de Lyft dans la voiture autonome, connue sous le nom de Level 5 et comptant 300 employés, sera intégrée à Woven Planet Holdings, une filiale de Toyota consacrée à l'innovation qui montera une équipe de 1.200 personnes dans les technologies de conduite autonome au Japon, aux États-Unis et en Grande-Bretagne, selon un communiqué commun.

    Lyft recevra quelque 550 millions de dollars en espèces, dont 200 millions de dollars payés d'avance et 350 millions de dollars échelonnés sur cinq ans.

  • Kiadis quittera la bourse le 25 mai

    Sanofi   et Kiadis   ont annoncé lundi soir que la cotation et la négociation des actions Kiadis sur Euronext prendront fin le 25 mai prochain. Lire le communiqué

  • Recticel se montre plus résistant qu'anticipé grâce à un effet prix

    Recticel confirme ses attentes pour son exercice 2021. Les ventes devraient enregistrer une augmentation significative et l'ebitda ajusté devrait observer une hausse d'au moins 30% (hors acquisitions de FoamPartner et Gór-Stal). L'adaptation au nouveau paramètre se fera à l'issue du premier semestre.

    Pour le premier trimestre, le spécialiste des matériaux d'isolation fait état d'un chiffre d'affaires en hausse de près de 16%, à 256,7 millions d'euros. "Malgré les développements du Covid-19 depuis l'automne, la dynamique des ventes s'est poursuivie au 1e trimestre." Dans le chef des analystes, on s'attendait à un impact plus important de la pandémie. Ils anticipaient ainsi une hausse des ventes moindre, à 226,3 millions (+ 2,2%).

    Le groupe précise, par ailleurs, faire face à une pénurie de certains matériaux à cause de cas de force majeur et de travaux de maintenance chez des fournisseurs. Résultat, les prix ont observé une hausse record. "Ces augmentations de coûts sont compensées par des augmentations correspondantes des prix de vente. Une normalisation de la situation n'est pas attendue avant le 4e trimestre", explique le CEO Olivier Chapelle.

    > Retrouvez ici l'intégralité du communiqué de Recticel 

    ©jonas lampens

  • Montea développe un centre cleantech recycle pour Re-Match

    La société immobilière Montea   développe un centre de recyclage et de distribution cleantech durable de 9.700 m² pour Re-Match à Tiel. Le bâtiment durable comprendra environ 8.500 m² d'entrepôts, 500 m² de bureaux et environ 700 m² de mezzanine, et il disposera d'un grand espace extérieur.

    Le coût total de l'investissement est d'environ 12 millions d'euros. Le rendement initial net de cette transaction est de 7,2%. Lire le communiqué

  • Colruyt s'offre Culinoa

    Le distributeur Colruyt   annonce l'acquisition de 100% de Culinoa, un prestataire de services de catering qui travaille avec plus de 100 cuisines de collectivité en institutions de soins en Belgique. Les services de Culinoa sont présentés comme complémentaires à ceux déjà proposés par Solucious, l'activité de foodservice de Colruyt.

    Aucun montant n'a été dévoilé pour cette transaction qui, selon Colruyt, n'aura pas d'effet significatif sur le résultat net de son exercice 2021/22, selon un communiqué publié lundi après clôture.

  • La BoJ revoit à la baisse sa prévision pour l'inflation

    La Banque du Japon (BoJ) a abaissé sa prévision pour l'inflation cette année et prévenu de risques persistants pour les perspectives de l'économie nippone alors que la crise sanitaire du coronavirus continue de peser sur la consommation.

    À l'issue de la réunion de politique monétaire, la banque centrale a maintenu, comme attendu, son objectif de taux d'intérêt à court terme à -0,1% et son engagement à encadrer les rendements à long terme autour de zéro. "Le rebond de la consommation stagne alors que se renforcent les pressions à la baisse sur les dépenses en services, comme la restauration et l'hôtellerie", a écrit la BoJ dans son rapport trimestriel sur les perspectives économiques.

    Elle dit désormais s'attendre à ce que l'inflation de base s'établisse à 0,1% pour l'exercice fiscal actuel ayant débuté le 1er avril, contre une prévision en janvier de 0,5%. Elle anticipe, par ailleurs, une accélération de l'inflation, à 0,8%, au cours du prochain exercice fiscal, puis un taux de 1% en 2023.

  • Tesla, porté par la demande chinoise, bat les attentes au T1

    Tesla   a fait état, lundi soir, d'un chiffre d'affaires pour la période janvier-mars légèrement supérieur aux attentes de Wall Street. Le constructeur de véhicules électriques a profité d'un bond des crédits d'achats environnementaux et d'une demande robuste en Chine.

    Les recettes générées par les ventes de permis réglementaires ont dépassé le bénéfice du premier trimestre, dans la lignée de la tendance constatée lors des trimestres précédents, tandis que le chiffre d'affaires net a été tronqué par la prime de 299 millions de dollars allouée à Elon Musk, le patron du groupe. "Des crédits réglementaires plus importants, des impôts plus faibles et les ventes de bitcoins ont stimulé les résultats financiers", a relevé Craig Irwin, analyste chez Roth Capital Partners, ajoutant que, sans cela, "ce fut un grand raté".

    Tesla a réduit sa position sur le bitcoin de 10% au cours des trois premiers mois de l'année, contribuant ainsi à un léger gain dans ses résultats sur la période. Le titre du constructeur a perdu environ 3% en après-bourse.

  • Good morning!

    Bonjour à toutes et tous! Bienvenue sur le "Market Live" de L'Echo, où vous pourrez suivre "minute par minute" les grandes tendances de l'actualité économique et financière de ce mardi 27 avril 2021.

    Le S&P 500 et le Nasdaq ont clôturé à des niveaux record lundi, portés par Tesla avant la publication de ses résultats trimestriels, les premiers d'une semaine chargée en résultats d'entreprises, dont ceux des géants du secteur technologique. L'indice Dow Jones a cédé 0,18%, ou 61,92 points, à 33 981,57 points. Le S&P-500, plus large, a pris 7,45 points, soit 0,18%, à 4 187,62 points. Le Nasdaq Composite a avancé, de son côté, de 121,97 points (0,87%), à 14.138,78 points.

    Sur les 124 sociétés du S&P 500 ayant publié leurs résultats jusqu'à présent, 85,5% ont dépassé les estimations de bénéfices des analystes, les données de Refinitiv IBES prévoyant désormais un bond de 34,3% de la croissance des bénéfices. "Nous sommes bien au-dessus de la moyenne des entreprises qui déclarent des bénéfices supérieurs aux estimations. Plus important que le fait qu'elles dépassent les estimations, c'est qu'elles augmentent leurs attentes et leurs perspectives pour l'avenir, ce qui donne un bon coup de pouce aux marchés", a déclaré Sal Bruno, directeur des investissements chez IndexIQ.

    85,5%
    Une saison des résultats meilleure que prévu
    Sur les 124 sociétés du S&P 500 ayant publié leurs résultats jusqu'à présent, 85,5% ont dépassé les estimations de bénéfices des analystes, les données de Refinitiv IBES prévoyant désormais un bond de 34,3% de la croissance des bénéfices.

    Ce mardi matin, la tendance est cependant à la baisse: le Nikkei 225 perd 0,22%, tandis que le Hang Seng recule de 0,15% et l'indice composite de la Bourse de Shanghai de 0,54%.

    ©Bloomberg

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés