1. Les marchés
  2. Live blog
live

Retour des craintes pour l’économie en bourse | Acacia Pharma chute | Les voyagistes attaqués

Les marchés battent en retraite avec en toile de fond des stats décevantes et la réinstauration d'une quatorzaine au Royaume-Uni qui relancent les craintes liées à l'impact de la pandémie de Covid-19. Le secteur du transport et des voyages craque. Nervosité à Wall Street.
  • Coup de froid sur les marchés

    Le Bel 20 a baissé de 0,73% à 3.422,0 points. Sur les 20 actions qui le composent, 7 étaient en hausse et 13 en baisse.  

    Colruyt (+1,64%) et Telenet (+1,01%) signent les plus fortes hausses du jour dans l'indice vedette. À l'opposé, Galapagos a abandonné près de 4%. Sur le marché secondaire, bpost a signé une progression de 8,52% alors qu'Acacia Pharma a plongé de 20%.  

    Sur les marchés européens, les craintes pour l'économie ont peser sur les échanges. À Paris, le CAC 40 a perdu 1,58% à 4.962,93 points. Le Footsiebritannique a cédé 1,55% et le Dax allemand a abandonné 0,71%. L'indice EuroStoxx 50 a reculé de 1,13% et le Stoxx 600 de 1,2%. 

    L'indice Stoxx du secteur des transports et loisirs a perdu 2,3%, la plus forte baisse sectorielle en Europe, après les mesures imposées par les autorités britanniques aux voyageurs en provenance de France et des Pays-Bas. Le voyagiste Tui (-8,44%) et la compagnie aérienne à bas coûts easyJet (-6,55%) figurent parmi les plus fortes baisses du Stoxx 600. 

    Sur les marchés US, les indices de la Bourse de New York évoluaient prudemment à l'heure de la clôture en Europe après de nouvelles données témoignant de la perte d'élan de la première économie mondiale.  

     

  • Europe | Closing Bell

    Bel 20: -0,73% 
    CAC 40: -1,58% 
    AEX: -1,60% 
    DAX: -0,64% 
    FTSE 100: -1,52% 
    Stoxx 600 Europe: -1,17% 

    Résultats provisoires

  • La biotech allemande CureVac fait ses premiers pas sur le Nasdaq

    La société allemande CureVac, engagée dans la course au vaccin contre le Covid-19, est entrée ce vendredi sur l’indice Nasdaq de la Bourse de New York. La bourse américaine offre depuis des années une alternative attractive face aux bourses européennes pour les entreprises de la biotechnologie.  

    Les nouvelles actions, cédées à 16 dollars l’unité (le haut de la fourchette de 14 à 16 dollars proposée aux investisseurs) représentent environ 10% du capital total de la société, valorisée à 2,7 milliards de dollars. 

    > Lire | Le laboratoire allemand CureVac entre au Nasdaq

  • Le moral des ménages américains s'améliore un peu

    Le moral des ménages américains s'est légèrement amélioré de manière inattendue, montrent vendredi les résultats préliminaires de l'enquête mensuelle de l'Université du Michigan. Son indice de confiance est remonté en août à 72,8 après 72,5 en juillet alors que les économistes et analystes prévoyaient en moyenne un chiffre en baisse à 72,0.

    La composante du jugement des consommateurs sur leur situation actuelle a en revanche diminué à 82,5 après 82,8 le mois précédent. Celle des perspectives progresse pour sa part à 66,5 contre 65,9 en juillet.  

  • Une taxe pour les investisseurs belges après le "split" de Tesla?

    L'attribution des nouvelles actions Tesla ne devrait pas être assimilée au versement d'un dividende. C'est ce qui ressort d'une première analyse du Service public fédéral des Finances et de spécialistes de la fiscalité. La formulation du communiqué du groupe automobile américain au sujet de la division par cinq de son action pouvait laisser craindre que l'opération ne connaisse le même sort que celle que Google avait réalisée en 2014, l'attribution des nouvelles actions du groupe technologique ayant, à l'époque, été frappée d'un précompte mobilier en Belgique

  • Un Dow Jones enrhumé

    Après quelques minutes d'échanges à Wall Street, sur les 30 valeurs de l'indice vedette de la Bourse de New York, seules Intel, Microsoft, Walmart, Johnson & Johnson et Visa évoluent dans le vert avec de maigres gains. 

    Le Dow Jones et le S&P-500 évoluent dans le rouge depuis l'ouverture de Wall Street après de nouvelles données alimentant les craintes des investisseurs sur la véritable vigueur du rebond de l'économie américaine. Le Nasdaq Composite, qui était pour sa part quasiment inchangé à l'ouverture, a rejoint ses compères de la Bourse de New York dans le rouge.

  • La production industrielle US en ligne avec les attentes en juillet

    La production industrielle aux États-Unis a augmenté de 3% en juillet, conformément aux attentes des économistes interrogés par l'agence Reuters. La tendance est, comme prévu, au ralentissement après une croissance pour le mois de juin revue à 5,7% contre un estimation précédente à 5,4%.

    La seule production manufacturière a également perdu de l'élan mais elle a dépassé les attentes grâce à une hausse de la production dans le secteur de l'automobile. Elle a progressé de 3,4%, contre un consensus de 3%, après +7,4% en juin.   

  • Wall Street | Opening bell

    Dow Jones: -0,36% 
    S&P 500: -0,23% 
    Nasdaq Composite: +0,01%  

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    * TESLA gagne 2,7% en avant-Bourse. Morgan Stanley relève sa recommandation à "pondération en ligne" contre "sous-pondérer" et remonte l'objectif de cours à 1.360 euros contre 1.050 euros. L'intermédiaire voit du potentiel pour l'activité de batteries du constructeur de véhicules électriques.

    * APPLE/ALPHABET - Le développeur de jeux vidéos Epic Games attaque Apple et ALPHABET, la maison mère de Google, après leur décision de retirer le jeu "Fortnite" de leurs plateformes de téléchargement d'applications.

    * JOHNSON & JOHNSON/NOVAVAX - Le Royaume-Uni a conclu des accords avec Johnson & Johnson et Novavax pour l'achat de dizaines de millions de doses de leur potentiel vaccin contre le Covid-19, ont annoncé vendredi les deux laboratoires. Le titre Novavax gagne près de 6% en avant-Bourse.

    * APPLIED MATERIALS table sur un chiffre d'affaires trimestriel supérieur aux prévisions des analystes grâce au retour de la demande pour les équipements et services pour semi-conducteurs, a annoncé le groupe jeudi soir. Son action prend 3% dans les échanges avant l'ouverture.

    * Le moteur de recherche chinois BAIDU a fait état jeudi d'un chiffre d'affaires meilleur qu'attendu mais sa filiale de vidéos à la demande IQIYI a annoncé parallèlement faire l'objet d'une enquête de la Securities and Exchange Commission (SEC), l'autorité boursière américaine. L'action iQIYI plonge de 11% et Baidu perd 6% avant-Bourse.

    * Le laboratoire allemand de biotechnologie CUREVAC , qui travaille à l'élaboration d'un vaccin contre le Covid-19, doit faire son entrée au Nasdaq ce vendredi après avoir levé 213 millions de dollars avec son IPO, a déclaré une personne proche du dossier.

    * HILTON WORLDWIDE HOLDINGS - Jefferies relève sa recommandation à "acheter" contre "conserver".  

  • Baisse historique de l'emploi en zone euro

    L'emploi dans la zone euro a enregistré au deuxième trimestre sa plus forte baisse depuis le début des mesures en 1995, indique vendredi l'office statistique européen Eurostat. Le recul a atteint 2,8% par rapport aux trois mois précédents. Dans l'ensemble de l'Union européenne, la contraction est de 2,6%.

    Au premier trimestre, l'emploi avait déjà baissé de 0,2% en zone euro et de 0,1% dans l'UE. 

    Concernant le PIB, la chute est confirmée à 12,1% dans la zone euro. Il s'agit également d'un record.

    En Belgique, la baisse est de 12,2% par rapport au trimestre précédent et de 14,5% par rapport à la même période de l'an dernier.

  • Les ventes au détail aux Etats-Unis ont augmenté moins que prévu en juillet

    Les ventes au détail aux Etats-Unis ont augmenté moins que prévu en juillet, tout en prolongeant le rebond entamé le mois précédent mais à un rythme moins soutenu.

    Le département du Commerce a fait état jeudi d'une hausse de 1,2% des ventes au détail le mois dernier. Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient une progression limitée à 1,9%.

    Elles avaient bondi de 8,4% en juin, un chiffre révisé en hausse par rapport aux 7,5% annoncés en première lecture.

    Hors automobiles, les ventes sont en hausse de 1,9%, contre 1,3% attendu par le consensus et 8,3% en juin.

  • Epic (Fortnite) déclare la guerre à Apple et Google

    Le développeur de jeux vidéos, Epic Games attaque Apple et Alphabet , la maison mère de Google, après que les compagnies ont retiré le jeu-vidéo "Fortnite" de leurs plateformes de téléchargement d'applications.

    Apple et Google ont déclaré que le jeu violait leurs réglementations sur les paiements via les applications.

    Epic a intenté une action en justice contre Apple et Google, réclamant non pas de l'argent mais une injonction qui ferait cesser bien des pratiques des compagnies concernant leurs plateformes de téléchargement.

    Apple prend une part de 15% à 30% sur la plupart des abonnements aux applications et des paiements effectués dans les applications.

    ©AFP

  • Première cotation du labo allemand Curevac sur le Nasdaq ce vendredi

    Le laboratoire allemand de biotechnologie Curevac, qui travaille à l'élaboration d'un vaccin contre le Covid-19, doit faire son entrée au Nasdaq ce vendredi après avoir levé 213 millions de dollars avec son IPO, a déclaré une personne proche du dossier.

  • Wall Street s'achemine vers une ouverture sans direction

    Wall Street est attendue en ordre dispersé dans un climat d'aversion au risque entretenu par les doutes sur la vigueur de la reprise de l'économie mondiale et les craintes pour l'évolution de la situation sanitaire.

    Les contrats à terme sur les indices de la Bourse de New York signalent une ouverture en baisse de 0,26% pour le Dow Jones, un début de séance stable pour le S&P-500 et un gain de 0,32% pour le Nasdaq, à forte composante technologique.

    La tendance pourrait évoluer avec la publication, une heure avant l'ouverture, des chiffres des ventes au détail aux Etats-Unis au mois de juillet.

  • La Chine a plus d'entreprises dans le Fortune 500 que les États-Unis

    Parmi les 500 plus grandes entreprises du monde, soit l'indice Fortune 500, on retrouve actuellement plus de groupes chinois que de sociétés américaines. Ce classement se base sur le chiffre d'affaires des entreprises qui composent l'indice. 

  • L' "ORI" de l'Agence de la dette lui rapporte 0,5 milliard d'euros

    L'Agence de la dette annonce qu'elle a émis 0,5 milliard d'euros dans le cadre d'une "Optional Reverse Inquiry" (ORI) ou adjudication optionnelle inversée. Cette procédure qui renverse le schéma habituel du refinancement de la dette publique: ce n'est pas l'État qui offre des obligations mais les investisseurs qui en réclament.

    Ce montant est ventilé à hauteur de 0,301 milliard pour l'OLO 4,50 % 28/03/2026 (rendement moyen de -0,438% à l'émission) et de 0,2 milliard pour l'OLO 4,00 % 28/03/2032 (rendement moyen de -0,039%).

  • Update 2 | Le point sur la tendance

    Les marchés européens creusent leurs pertes, la décision du Royaume-Uni de restreindre l'accès à son territoire ravivant les inquiétudes d'une deuxième vague d'infections au coronavirus, à la veille d'un week-end où responsables chinois et américains se rencontrent pour évaluer l'accord commercial.

    Les pertes varient entre 1,12% à Francfort et 2,10% à Paris. L'Euro Stoxx 50 cède 1,8% et le Stoxx 600 1,63%.

    Le compartiment "Travel & Leisure", qui regroupe les valeurs du secteur aérien ou du tourisme, chute de 3%.

  • Timides signes de redressement du commerce extérieur (BNB)

    -7,1% sur un an
    Les exportations belges au mois de juin
    Le commerce extérieur avait été lourdement plombé par la crise sanitaire en avril et en mai, avec des baisses de 27% des exportations et de 30% des importations pour chacun de ces mois. En juin, la baisse des exportations s'est limitée à 7,1% en comparaison avec le même mois de l'année précédente. Côté importations, le recul n'a été "que" de 13%. "Si ces chiffres se confirment, on peut parler de redressement du commerce extérieur", commente la BNB.

  • La biotech Acacia dévisse en bourse mais c’est pour la bonne cause

  • Le plongeon record du PIB en zone euro

    -12,1%
    La contraction record du PIB en zone euro
    L'économie dans la zone euro a subi un plongeon sans précédent au cours du deuxième trimestre en raison des mesures adoptées pour freiner la propagation du coronavirus. Selon Eurostat, le PIB des 19 pays ayant adopté la monnaie unique a baissé de 12,1% sur la période avril-juin par rapport au trimestre précédent et de 15% sur un an. C'est en ligne avec les attentes du marché.

  • Roularta passe en tête du marché bruxellois

    L'action Roularta gagne 6,8% à 12,50 euros et passe donc en tête du marché bruxellois devant bpost (+6,67% à 8,64 euros) ou Lotus Bakeries (+4,55% à 2.990 euros).

    S'il y a une explication claire et immédiate aux progressions de bpost (reco de Jefferies) et de Lotus (résultats), celle de Roularta est plus mystérieuse au stade actuel. On notera toutefois que Roularta publie ses résultats semestriels lundi matin. A suivre.

  • Update | Le point sur la tendance boursière

    Les bourses européennes évoluent en nette baisse, en raison d'un regain d'inquiétudes concernant les impacts persistants de la pandémie de Covid-19.

    Les replis varient entre 1,15% à Francfort et 2,06% à Paris. L'Euro Stoxx 50 se tasse de 1,68% et le Stoxx 600 de 1,66%.

    Les chiffres décevants de la consommation en Chine pèsent sur la tendance. La publication des ventes de détail en Chine vendredi a fait état d'une nouvelle baisse en juillet, accusant un recul de 1,1% sur un an alors que les experts s'attendaient à une hausse.

    En revanche, la production industrielle a enregistré une hausse de 4,8% sur un an, comme en juin.

    Les marchés souffraient également de "la baisse des valeurs liées aux voyages et aux loisirs", après l'annonce de la réinstauration dès samedi au Royaume-Uni d'une quarantaine pour les personnes arrivant de France et des Pays-Bas, deux pays qui connaissent un regain de l'épidémie, remarque Neil Wilson, analyste de Markets.com.

    Le développement d’une deuxième vague majeure d’infections constitue le risque le plus redouté actuellement, indique de son côté Guy Wagner, chief investment officer et administrateur-directeur de la société de gestion BLI - Banque de Luxembourg Investments.

    "Même si la plupart des pays affichent des signes d’amélioration conjoncturelle plus ou moins marqués depuis le mois d’avril, la situation de l’économie mondiale demeure très incertaine, le développement d’une deuxième vague majeure d’infections constituant le risque le plus redouté actuellement."
    Guy Wagner,
    Chief investment officer et administrateur-directeur de la société de gestion BLI - Banque de Luxembourg Investments

    Les investisseurs semblaient enfin revenir sur leur optimisme quant à la conclusion d'un accord sur un plan de relance aux Etats-Unis. Les négociations s'enlisent après trois semaines, et les responsables politiques républicains et démocrates se disent loin d'un compromis.

    Le sentiment d'urgence pour prolonger le massif plan de relance s'est un peu dissipé entre la publication de quatre décrets du président américain Donald Trump samedi, et les signes de reprise de l'activité économique. Jeudi, le nombre de nouveaux demandeurs d'emploi est ainsi descendu en dessous du million pour la première fois depuis mars.

  • Le secteur aérien en perte d'altitude

    Le secteur aérien chute, comme l'illustre la baisse de 2,7% de l'indice DJ Stoxx 600 "Travel &Leisure", après la décision du Royaume-Uni d'imposer une quatorzaine aux voyageurs arrivant de France, des Pays-Bas, de Monaco ou encore de Malte.

    EasyJet lâche 7%, Air France KLM dégringole de 6,2%, IAG de 5,6%, Ryanair de 4,5%...

    Victimes collatérales, les actions Carnival (croisières), Accor (hôtels) abandonnent plus de 3%.

    "Même si les liaisons Royaume-Uni-France et Royaume-Uni-Pays-Bas représentent une faible proportion des vols assurés par les principales compagnies aériennes européennes, nous prévoyons que ces annonces aggraveront les inquiétudes concernant la longueur de la reprise du l'activité du secteur aérien, avec un risque évident que d'autres pays soient ajoutés à la liste britannique."
    Les analystes de Credit Suisse

  • Acacia Pharma: -16%

    La biotech Acacia Pharma voit son action représentative chute de 15,8% à 2,24 euros, au lendemain d'un placement privé accéléré de 12,5 millions d'actions nouvelles au prix unitaire de 2 euros (soit une décote de 25% par rapport au cours de clôture du 13 août).

  • Le point sur la tendance boursière

    Les marchés européens ouvrent en baissent, lestés par des chiffres moins bons qu'attendu des ventes de détail en Chine, qui ne parviennent pas à se redresser et qui s'ajoutent aux inquiétudes sur l'évolution de la crise sanitaire.

    L'Euro Stoxx 50 perd 0,77% et le Stoxx 600 0,72%.

    Le compartiment des transports et des voyages cède environ 2%.

  • |Opening bell|

    Amsterdam: -0,28%
    Bruxelles: -0,33%
    Paris: -0,56%
    Francfort: n.c.

    Euros Stoxx 50: -0,39%
    DJ Stoxx 600: -0,36%

    Acacia Pharma : pas encore de cours
    Aedifica : -0,51%
    bpost :+3,33%
    Lotus Bakeries : +2,10%
    Shurgard : +1,39%

  • KBC Securities sur Lotus Bakeries

    KBC Securities relève son objectif de cours sur Lotus Bakeries à 3.200 euros et la recommandation à "accumuler", alors que "Lotus Bakeries a montré une fois de plus une croissance constante et robuste".

  • Reprise des cotations en Acacia Pharma...

    ... dès l'ouverture ce vendredi.

    Le titre Acacia Pharma était suspendu depuis jeudi 13 août à 14h45 (voir post de 8h16).

  • Aedifica se renforce au Royaume-Uni

    Aedifica a investi environ 16,5 millions de livre sterling dans une toute nouvelle maison de repos à Ampthill (Royaume-Uni) qui accueillera 69 résidents nécessitant une assistance permanente. Ce nouveau bâtiment est exploité par le groupe Hamberley, un opérateur de maisons de repos établi.

    Le rendement locatif net est de 5,5%.

  • Décote de 25% pour le placement privé d'Acacia Pharma

    A l’issue d’un placement privé, Acacia Pharma a cédé 12,5 millions d’actions nouvelles au prix unitaire de 2 euros ce qui représente une décote de 25% par rapport au cours de clôture du 13 août. Le montant total levé atteint donc 25 millions d’euros.

    Il servira notamment à financer un plan de recrutement au sein de l'entreprise d'environ 30 personnes. Le paiement des frais de commercialisation de ses deux traitements, son produit-phare, le Barhemsys (un anti-vomitif postopératoire) et le Byfavo, un sédatif intraveineux à effets très rapide.

    Ce dernier avait reçu début juillet l'aval des autorités sanitaires américaines pour une commercialisation dans l'année alors que le Barhemsys était accepté par la FDA américaine depuis février dernier.

    Suspendue hier après-midi, la cotation de l'action Acacia Pharma reprend ce vendredi matin.

  • Lotus Bakeries bénéficie de la croissance de Lotus Biscoff

    Au cours des six premiers mois, Lotus Bakeries a réalisé un chiffre d'affaires en progression de 8,4% à 323 millions d'euros. Le groupe attribue cette progression à l'accélération de l'expansion internationale de Lotus Biscoff. La croissance des marques Natural Foods s'est, elle, heurtée aux règles de confinement décidées dans le cadre de la lutte contre la pandémie du coronavirus.

    "L'impact le plus direct et le plus négatif du COVID-19 sur les revenus de Lotus concerne les produits que les consommateurs utilisent hors domicile. Ces marques et produits spécialement ont connu une baisse de la demande pendant cette crise", lit-on dans un communiqué.

    L'EBITDA récurrent s'élève à 67,1 millions (+10,1%). Le résultat net progresse de 8,6% à 41,34 millions d'euros.

    Pour le reste de l'année, Lotus affirme qu’étant donné que la pandémie sévit toujours, le second semestre devrait connaître des tendances similaires: la consommation des produits "hors domicile" toujours en berne, comme les aliments naturels. Le groupe ne donne toutefois pas de prévisions chiffrées. 

  • Briefing d'avant bourse

    Les bourses européennes sont attendues en léger repli à l'ouverture après des indicateurs économiques chinois inférieurs aux attentes venus s'ajouter aux inquiétudes sur l'évolution de la crise sanitaire.

    D'après les contrats à terme, le Dax à Francfort pourrait perdre 0,14% à l'ouverture, le FTSE à Londres reculerait de 0,09% et l'EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,21%.

    Les investisseurs devraient plier face aux signes inquiétants sur le front sanitaire. En France, le nombre de nouveaux cas de contamination en 24 heures n'a jamais été aussi important depuis la fin du confinement. Dans ce contexte, le Royaume-Uni a décidé d'imposer à partir de samedi une quarantaine de 14 jours aux personnes arrivant de France, a annoncé jeudi soir le ministre britannique des Transports.

    Parallèlement, les nouvelles économiques en provenance de Chine déçoivent: les ventes au détail y ont baissé de 1,1% sur un an en juillet alors qu'elles étaient attendues en hausse de 0,1% et la production industrielle est elle aussi ressortie sous les attentes, en hausse de 4,8% seulement alors que le consensus attendait +5,1%. Des chiffres qui soulignent la fragilité du rebond de la deuxième économie mondiale.

    Parmi les autres indicateurs du jour, on attend la publication à 11h de la deuxième estimation du PIB de l'ensemble de la zone euro au deuxième trimestre puis, à 14h30, les statistiques mensuelles des ventes au détail aux Etats-Unis.

  • Apple flirte avec les 2.000 milliards de dollars de capitalisation boursière

    La Bourse de New York a fini en ordre dispersé jeudi, les indices S&P 500  (-0,2%) et Dow Jones (-0,29%) reculant légèrement sous le coup des prévisions décevantes de Cisco Systems (-11,2%) tandis que le Nasdaq  prenait 0,27%, porté par Apple .

    Le groupe à la pomme, qui prépare selon l'agence Bloomberg une offre groupée réunissant plusieurs de ses services, comme Apple TV ou Apple Music, à un prix mensuel inférieur à la somme des abonnements séparés, a gagné 1,77% à 460 dollars l'action, portant la capitalisation boursière de l'entreprise à un niveau proche de 2.000 milliards de dollars.

  • Ageas, GBL, Ascencio... les cinq actions chouchous de Patrick Nollet

    Patrick Nollet est le directeur de la VFB (Vlaamse Federatie van Beleggers). Ses cinq actions préférées sont Ageas , GBL , Ascencio , Smartphoto Group et Atenor .

  • Shurgard affiche de solides résultats trimestriels

    Le retour à la normale après le confinement Shurgard est observé dans quasi tous les marchés de l'entreprise de stockage, lit-on dans un communiqué. Le taux d'occupation est de 88,1% (+0,9 pp).

    "Compte tenu de l'évolution imprévisible et l'impact de la crise du Coronavirus sur la politique de santé publique et l'économie, nous confirmerons nos prévisions avec la publication de nos résultats du troisième trimestre."  Néanmoins, le groupe fait état de revenus, qui en juillet, s'affichaient en ligne avec les prévisions de 2020 (croissance de 4 à 6%).

    Pour son deuxième trimestre, Shurgard affiche un revenu opérationnel de 66,1 millions d'euros (+5%). Ce résultat dépasse les 132 millions pour le premier semestre. L'EBITDA trimestriel progresse de 8,3% à 40,1 millions pour un résultat EPRA ajusté de 30,6 millions, soit 0,34 euro par action.

    Le groupe détient enfin une position de cash de plus de 136,5 millions d'euros.

    Shurgard confirme par ailleurs le versement d'un dividende de 0,49 euro (+8,9%) qui sera versé en octobre.   

  • L'Europe boursière attendue en repli

    Les marchés européens s'acheminent vers une ouverture en baisse. L'Euro Stoxx 50 perdrait 0,3%.

  • "Achetez bpost"

    Bonjour! Nous démarrons ce "Market live" du vendredi 14 août avec une recommandation de Jefferies sur bpost .

    L'analyste David Kerstens relève son opinion de "conserver" à "acheter" pour fixer l'objectif de cours à 10 euros.

    Le groupe postal a été la grande surprise positive de la récente saison des résultats trimestriels. La pandémie de coronavirus s'est avérée être une aubaine pour l'activité de transport de colis. Celle-ci a augmenté de 78% au deuxième trimestre, propulsant le chiffre d'affaires et les bénéfices au-delà des attentes des analystes.

     

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés