1. Les marchés
  2. Live blog
live

Les marchés d'actions terminent en légère baisse après la BCE

Après une ouverture en forte baisse, les marchés européens ont récupéré une partie de leur perte alors que les tensions géopolitiques entre les États-Unis et la Chine s'amplifient. À Bruxelles, Barco a fait état d'une baisse de 18% de ses ventes au premier semestre.
  • Fin du Market Live

    C'est la fin du Market Live. Merci de nous avoir suivis. On se retrouve vendredi pour la dernière séance de la semaine.

    Au programme: Journée plus calme pour les investisseurs avec seulement l'inflation en zone euro et l'indice de confiance de l'université du Michigan. Côté entreprises, on attend les chiffres de BlackRock, Ericsson et Volvo.

  • Résumé de la séance en Europe

    Les Bourses européennes ont terminé jeudi en légère baisse une séance marquée par des signaux contradictoires avec un indicateur chinois guère rassurant mais des données sur la conjoncture aux Etats-Unis meilleures que prévu, dans un environnement toujours plombé par les tensions entre Pékin et Washington au sujet de Hong Kong et par des doutes sur la vigueur de la reprise de l'économie mondiale. La Banque centrale européenne (BCE) s'est mise au diapason de cette journée mi-figue, mi-raisin en décrétant une pause dans ses annonces tout en réaffirmant sa volonté de demeurer accommodante aussi longtemps que nécessaire.

    Dans ce climat incertain, les indices européens ont réduit leurs pertes en cours de séance sans parvenir à se hisser dans le vert. Le scénario est similaire du côté de Wall Street, où le Dow Jones réduit ses pertes à l'heure de la clôture en Europe mais où le Nasdaq reste ancré dans le rouge.

    À Paris, le CAC 40 a perdu 0,46% à 5.085,28 points. Le Footsie britannique a cédé 0,67% et le Dax allemand a abandonné 0,43%. L'indice EuroStoxx 50 a reculé de 0,38%, le FTSEurofirst 300 de 0,4% et le Stoxx 600 de 0,47%. 

    A Bruxelles, le Bel 20 a stagné. Barco a été sanctionné (-7,64%) après des résultats inférieurs aux attentes.

  • Clôture des marchés européens

    Bel 20: -0,04%

    AEX: -0,625%

    CAC 40: -0,46%

  • Bénéfice record pour Morgan Stanley

    Morgan Stanley a publié jeudi un bénéfice trimestriel record et nettement supérieur aux attentes des analystes, la banque américaine ayant profité de la forte volatilité des marchés financiers secoués par la crise du coronavirus.  

    Cette publication de Morgan Stanley clôt la semaine des résultats des grandes banques américaines, qui se sont scindées en deux groupes prévisibles.

    Les banques d'affaires comme Morgan Stanley et Goldman Sachs ont affiché au deuxième trimestre de bien meilleures performances que les établissements grand public comme JPMorgan Chase, Bank of America et Citigroup, contraints de constituer de lourdes provisions face au risque que nombre de leurs clients ne soient pas capables de rembourser leurs prêts en raison de la crise économique provoquée par le coronavirus. 

  • Chute des compagnies aériennes et des croisiéristes

    Les compagnies aériennes et les croisiéristes souffrent  à la Bourse de New York. Norwegian Cruise Line , Carnival et Royal Caribbean Cruises chutent du côté des croisiéristes. American Airlines , United   et Delta Air Lines sont malmenées du coté des compagnies aériennes. 

  • OPENING BELL

    Wall Street ouvre en baisse: Dow Jones -0,59%, Nasdaq -0,90% 

  • USA : L'indice "Philly Fed" baisse moins que prévu en juillet

    Les conditions d'activité dans la région de Philadelphie se sont dégradées moins nettement que prévu en juillet, montre l'enquête mensuelle de l'antenne locale de la Réserve fédérale. L'indice "Philly Fed" a reculé à 24,1 après 27,5 en juin. Les économistes interrogés par Reuters l'attendaient en moyenne à 20,0.

    • Le sous-indice des nouvelles commandes s'est élevé à 23,0 après 16,7 en juin et celui des perspectives d'activité à un horizon de six mois est en revanche descendu à 36,0 après 66,3 en juin.  
    • L'indice de l'emploi a rebondi à 20,1 après -4,3 en juin. 
    • Celui des prix acquittés a atteint 15,7 après 11,1 en juin.
  • USA: les ventes au détail plus fortes que prévu en juin

    Les ventes au détail aux Etats-Unis ont augmenté plus fortement que prévu en juin, prolongeant le rebond entamé le mois précédent même si la nouvelle flambée des cas de contamination au coronavirus risque d'enrayer la reprise de l'économie américaine. Le département du Commerce a fait état d'une hausse de 7,5% des ventes au détail le mois dernier. Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient une progression limitée à 5%.

  • Christine Lagarde: "Une ample stimulation monétaire reste nécessaire"

    La présidente de la Banque centrale européenne (BCE) indique que l'activité économique en zone euro reste très en-dessous des niveaux d'avant la crise sanitaire, même si les indicateurs récents signalent une reprise. C'est pourquoi une "ample stimulation monétaire reste nécessaire", selon elle. Et Christine Lagarde d'ajouter: "Les pressions inflationnistes devraient demeurer très contenues."

  • Suivez en direct la conférence de la BCE

    BCE

  • Pékin dit vouloir respecter l'accord commercial avec les USA malgré leur "harcèlement"

    Le gouvernement chinois a assuré qu'il respecterait la phase 1 de l'accord commercial signé en début d'année avec les États-Unis, tout en avertissant qu'il répondrait aux tactiques de "harcèlement" de Washington alors que les relations entre les deux pays continuent de se détériorer. La porte-parole du ministère des Affaires étrangères Hua Chunying a aussi invité le secrétaire d'État américain Mike Pompeo à se rendre en Chine et visiter la région du Xinjiang, au nord-ouest du pays, afin de pouvoir constater qu'il n'y a pas de violations aux droits de l’homme.

    "Nous respectons toujours nos engagements, mais nous savons que certains aux États-Unis sont en train d'opprimer et de harceler la Chine. En tant qu'État souverain indépendant, la Chine doit répondre aux pratiques de harcèlement menées du côté des États-Unis; on doit dire non, on doit donner des réponses et agir en réaction contre ces pratiques. Si les États-Unis voient une menace dans tout ce que la Chine fait, alors cela deviendra une prophétie auto-réalisatrice".
    Hua Chunying
    Porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères

  • Les principales valeurs à suivre à Wall Street

    * MORGAN STANLEY a fait état, ce jeudi, d'une progression de 45% de son bénéfice trimestriel, porté par la vigueur de son activité de trading obligataire. En avant-bourse, son action avance de 1%.

    * BANK OF AMERICA perd 3% en avant-bourse après avoir annoncé une chute de plus de 50% de son résultat net au deuxième trimestre, grevé par une provision de 4 milliards de dollars (3,5 milliards d'euros) pour créances douteuses liées à la pandémie de coronavirus.

    * JOHNSON & JOHNSON a relevé son objectif de bénéfice annuel et dégagé, au deuxième trimestre, un bénéfice meilleur qu'attendu, le dynamisme de son activité pharmaceutique ayant compensé la forte baisse des ventes de ses appareils médicaux.

    * TWITTER a déclaré que des pirates informatiques avaient pénétré, mercredi, ses systèmes internes pour détourner les comptes de certaines des personnalités les plus suivies sur le réseau social et les utiliser afin de récolter de la cryptomonnaie. Le titre perd près de 6,5% en avant-bourse.

    * AMERICAN AIRLINES a adressé 25.000 courriers à des salariés pour les prévenir qu'il devraient s'attendre à des suppressions de postes que la compagnie aérienne justifie par les retombées économiques de la crise sanitaire liée au coronavirus, montre un document que Reuters a pu consulter. L'action recule de 4% dans les échanges avant l'ouverture.

    * TESLA - Les immatriculations de véhicules du constructeur américain ont pratiquement été divisées par deux en Californie au deuxième trimestre, selon les données du cabinet de recherches en marketing Cross-Sell. Le titre cède 6% en avant-bourse.

    * BIONTECH, - La Chine a approuvé un essai préliminaire chez l'homme du vaccin expérimental contre le Covid-19 de la firme allemande BioNTech, cotée à Wall Street, a déclaré, ce jeudi, son partenaire local Shanghai Fosun Pharmaceutical.

  • Le bénéfice net de Bank of America chute de plus de moitié au T2

    Bank of America  a fait état d'une chute de plus de 50% de son résultat net au deuxième trimestre, grevé par une provision de 4 milliards de dollars (3,5 milliards d'euros) pour créances douteuses liée à la pandémie de coronavirus. Le résultat net attribuable aux actionnaires est tombé à 3,28 milliards de dollars, ou 0,37 dollar par action, contre 7,11 milliards un an plus tôt (0,74 dollar par action).

  • Zalando relève ses prévisions annuelles

    Le spécialiste allemand de la vente en ligne Zalando   a le vent en poupe. Selon les chiffres préliminaires, le groupe a vu son chiffre d'affaires augmenter de 26-28%, à 2,01-2,05 milliards d'euros, au cours du dernier trimestre. Il a en profité pour relever ses prévisions de croissance annuelle et table désormais sur une hausse de 15 à 20% de ses revenus et sur un ebit ajusté de 250 à 300 millions d'euros cette année.

  • "Rien de choquant" dans les résultats de Barco qui dévisse malgré tout en bourse

  • Wall Street devrait ouvrir en baisse

    Wall Street est attendue dans le rouge, le regain de tension entre Washington et Pékin et des statistiques chinoises contrastées incitant les investisseurs à la prudence dans l'attente des annonces de la Banque centrale européennne (BCE).

    → Les contrats à terme sur les indices de référence de la Bourse de New York signalent une ouverture en baisse de 0,7% à 1,45%.

  • Twitter victime d'une attaque d'une ampleur inédite

    Le réseau social Twitter a été victime de pirates informatiques qui ont pris le contrôle du compte de personnalités pour tenter une arnaque au bitcoin. Des messages sur ces comptes piratés, pour la plupart rapidement effacés, invitaient notamment les internautes à faire parvenir rapidement des bitcoins à des adresses spécifiques, prétendant renvoyer en échange le double des montants transférés.

  • Heineken table sur une perte nette au premier semestre

    Le brasseur néerlandais Heineken   a annoncé tabler sur une perte de 300 millions d'euros (323,1 millions de francs suisses) au premier semestre, en raison de la pandémie de Covid-19, selon des résultats provisoires. "Les marchés et les activités d'Heineken au premier semestre ont été fortement touchés par la pandémie de Covid-19, avec une volatilité et une incertitude sans précédent", a déclaré le brasseur, qui publiera ses résultats définitifs début août.

    Selon ces résultats provisoires, le numéro deux mondial de la bière enregistre un chiffre d'affaires en baisse de 16,4% pour la première moitié de l'année, ainsi qu'une chute de 52,5% de son résultat opérationnel. Heineken, qui a précédemment retiré ses prévisions pour 2020, a vu l'impact de la pandémie "s'approfondir" au deuxième trimestre, avec toutefois un redressement progressif des ventes à partir de juin.

  • Les ventes d'Alstom ont moins chuté que prévu au T1

    L'équipementier ferroviaire Alstom   a réitéré l'ensemble de ses prévisions après avoir enregistré un chiffre d'affaires et des prises de commandes supérieurs aux attentes des analystes au premier trimestre de l'exercice qui s'achèvera en mars 2021.

    Entre avril et juin, le chiffre d'affaires d'Alstom a reculé de 25% en données publiées et de 27% en données organiques, à 1,51 milliard d'euros. "Au cours de ce premier trimestre, le chiffre d'affaires a été impacté par les conséquences des mesures de confinement liées au Covid-19", a justifié Henri Poupart-Lafarge, PDG de l'industriel français, cité dans un communiqué. Sur la période, le groupe a fait état de prises de commandes pour un montant de 1,65 milliard d'euros, en amélioration de 2% par rapport à la même période de l'exercice précédent.

    Ces indicateurs sont ressortis supérieurs aux attentes. Selon un consensus réalisé par Factset, les analystes tablaient, en moyenne, sur un chiffre d'affaires trimestriel de 1,34 milliard d'euros et des prises de commandes de 1,37 milliard d'euros.

  • Le point sur la séance

    Les principales bourses européennes reculent ce jeudi à l'ouverture, la détérioration continue des relations entre Washington et Pékin et des statistiques chinoises contrastées incitant les investisseurs à la prudence.

    • À Bruxelles, le Bel 20 recule de 0,61%. Ailleurs en Europe, le CAC 40 perd 1,06%, le Dax cède 0,77% et, à Londres, le FTSE abandonne 0,86%. Le Stoxx 600 lâche 1%.
    • Tous les secteurs européens sont en baisse, allant de 0,06% pour l'indice automobile à 1,86% pour celui des biens de consommation et du luxe.
    • Sur le marché obligataire, le rendement des Treasuries à dix ans recule légèrement, à 0,6184%, et son équivalent allemand est quasiment inchangé dans les premiers échanges à -0,449%.
    • Le dollar est stable contre un panier de six devises de référence et l'euro maintient ses gains des derniers jours à 1,14 dollar.
    • Les prix du pétrole reculent au lendemain de la décision de l'OPEP et ses alliés d'assouplir à partir d'août le pacte de baisse coordonnée et sans précédent de leur production de pétrole. Le Brent cède 0,75% à 43,46 dollars le baril et le brut américain (West Texas Intermediate, WTI) baisse de 1,04% à 40,77 dollars. Ils avaient gagné plus de 2% la veille à la faveur de la forte baisse des stocks de brut américain.
  • La BCE attend que les États européens prennent le relais

    La Banque centrale europénne (BCE) devrait s'abstenir ce jeudi de nouvelles mesures anti-crise en zone euro, en espérant que les dirigeants européens, qui se réuniront dans la foulée de sa réunion de politique monétaire, prendront le relais face à l'impact économique du coronavirus.

    Sa présidente Christine Lagarde a signifié la semaine dernière qu'il ne fallait pas attendre de nouvelle décision lors de la dernière réunion monétaire avant la pause estivale, compte tenu des mesures de soutien massives déjà prises ces derniers mois. "Nous avons tellement fait que nous disposons à présent de pas mal de temps pour évaluer en détail" leur impact, a dit la Française au Financial Times.

    Le conseil des gouverneurs de la BCE aura surtout, à cette occasion, les yeux rivés sur Bruxelles, où se tient en fin de semaine un sommet des dirigeants européens pour tenter de s'entendre sur un plan de relance de 750 milliards d'euros. Pour Christine Lagarde, ce projet a de quoi "changer la donne".

  • Les ventes de Richemont s'effondrent face à la crise du coronavirus

    Le groupe de luxe Richemont a annoncé avoir fait face à des "perturbations sans précédent" provoquées par la pandémie de coronavirus lors du trimestre clos fin juin.

    Le chiffre d'affaires du groupe a chuté de 47%, à 1,99 milliard d'euros, au cours des trois mois clos à la fin juin et qui marquent le premier trimestre de l'exercice fiscal de Richemont. Il s'agit d'une baisse similaire à celle du concurrent Swatch Group qui a fait état, cette semaine, de sa toute première perte semestrielle. Richemont a déclaré que les ventes s'étaient contractées dans toutes les régions, sur toutes les chaînes et dans tous les secteurs d'activité.

    Pour Luca Solca, analyste chez Bernstein, les ventes de Richemont ressortent légèrement en dessous des attentes. "Le fort appétit des consommateurs chinois pour les grandes marques de Richemont est rassurant", juge-t-il néanmoins.

    ©AFP

  • ING ajuste le tir sur Umicore

    ING a relevé son objectif de cours sur Umicore   à 40 euros, contre 35 euros précédemment. Sa recommandation reste à "conserver".

  • Les actions chinoises plongent sous le poids des tensions géopolitiques

    Les actions chinoises ont enregistré la plus forte chute depuis début février, alors qu'une vague haussière qui avait poussé les indices de référence du pays à des sommets pluriannuels s'est fortement inversée dans un contexte de nouvelles tensions sino-américaines.

    → À la clôture, l'indice composite de Shanghai a reculé de 4,5% et l'indice CSI 300 a plongé de 4,81%.

  • | OPENING BELL |

    CAC 40 -0,55%

    BEL 20 -0,63%

    AEX -0,64%

  • Les Japonais n'ont jamais autant vendu d'actions étrangères en une semaine

    Les investisseurs japonais ont vendu un montant record d'actions étrangères la semaine dernière, se déchargeant de 3,64 billions de yens nets (34 milliards de dollars) d'actions étrangères. Ce chiffre est presque six fois supérieur à celui de n'importe quelle semaine précédente.

    Un total de 5,9 billions de yens d'actions a été vendu (du jamais vu!), tandis que le montant acheté était globalement similaire à la semaine précédente à 2,3 billions de yens, selon les données du ministère japonais des Finances. Mais même avec le déchargement massif de la semaine dernière, les Japonais restent des acheteurs nets d'actions étrangères à hauteur d'environ 1,8 billion de yens en 2020 après l'achat de 2,6 billions de yens en 2019. 

    "Les investisseurs japonais sont des acheteurs nets de titres étrangers depuis longtemps. Il ne serait pas étrange que des fonds aient profité de l'occasion pour prendre des bénéfices à la fin du premier trimestre après que les actions et obligations américaines aient augmenté."
    Seiichi Suzuki
    analyste chez Tokai Tokyo Research Institute Co

  • Le point sur les marchés avant l'ouverture

    Les principales bourses européennes sont attendues en repli à l'ouverture dans un climat alourdi par les inquiétudes liées à la détérioration des relations entre les États-Unis et la Chine, dont les dernières statistiques témoignent d'une reprise économique inégale.

    → D'après les contrats à terme sur indices, le CAC 40 parisien pourrait perdre 0,47% à l'ouverture, le Dax à Francfort céderait 0,7% et le FTSE à Londres 0,38%. L'indice Eurostoxx 50 reculerait de 0,74%.

    Donald Trump n'a pas exclu de prendre des sanctions supplémentaires contre de hauts représentants chinois dans le cadre des mesures qu'il a engagées mardi pour punir la Chine de son attitude à l'égard du territoire autonome, a indiqué un porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison-Blanche. Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a déclaré, de son côté, que les États-Unis allaient restreindre les visas pour certains employés d'entreprises technologiques chinoises, comme Huawei, accusés de faciliter les violations des droits humains.

    • Sur le marché obligataire, le rendement des Treasuries à dix ans recule légèrement, à 0,625%, et son équivalent allemand est inchangé dans les premiers échanges, à -0,441%. 
    • Le dollar est stable contre un panier de six devises de référence et l'euro recule sous 1,14 dollar.
    • Les prix du pétrole reculent au lendemain de la décision de l'OPEP et ses alliés d'assouplir, à partir d'août, le pacte de baisse coordonnée et sans précédent de leur production de pétrole. Le Brent cède 0,62%, à 43,52 dollars le baril, et le brut américain (West Texas Intermediate, WTI) baisse de 0,83%, à 40,86 dollars. Ils avaient gagné plus de 2% la veille à la faveur de la forte baisse des stocks de brut américain.
  • Le marché automobile européen limite les dégâts en juin

    Le marché automobile européen, victime de la crise sanitaire, a chuté en juin de 22,3% sur un an, moins sévèrement que les trois mois précédents, notamment grâce au plan de soutien français, selon des chiffres publiés ce jeudi. Les immatriculations de voitures neuves dans l'Union européenne (UE) s'étaient effondrées de 55,1% sur un an en mars, puis de 76,3% en avril et de 52,3% en mai, sous l'effet du confinement des populations et de la fermeture du commerce automobile au plus fort de l'épidémie de Covid-19.

    L'Association des constructeurs européens d'automobiles (ACEA) a donc constaté, en juin, "une légère amélioration par rapport à mai", dans un communiqué. "Bien que les concessions aient rouvert après la levée des mesures de confinement, la demande des consommateurs ne s'est pas complètement rétablie le mois dernier", a-t-elle toutefois insisté.

  • Euronext reçoit l'autorisation pour acquérir jusqu'à 100% de VP Securities

    L'opérateur boursier Euronext   a annoncé avoir reçu l'autorisation de l'autorité danoise de surveillance financière pour acquérir jusqu'à 100% de VP Securities. Il indique avoir déjà obtenu un fort soutien des actionnaires existants, représentant 90,68% du capital.

    Son offre pour acheter le solde restant tient jusqu'au 31 août 2020. Lire le communiqué

  • Barco accuse le coup au premier semestre 2020

    Le spécialiste de la technologie de l'image Barco   a fait état d'une baisse de 18% de ses ventes, à 407,2 millions d'euros, au premier semestre. Son ebitda est tombé à 40,7 millions d'euros, et son résultat net à 10,4 millions.

    "Les commandes reçues et les ventes de Barco au premier semestre sont nettement inférieures à l’an dernier en raison de l’impact du Covid-19 sur l’activité dans les divisions Entertainment et Enterprise. Ceci est partiellement compensé par la croissance continue à un chiffre élevé enregistrée par la division Healthcare", explique la société dans son communiqué.

    Pour mémoire, la direction a retiré ses prévisions pour l’exercice 2020 quand elle a publié son rapport d’activité pour le premier trimestre. Et elle n'en donnera pas ce jeudi. "Comme le rythme de la reprise dans nos marchés reste incertain, (...) elle n’est pas en mesure de remettre des prévisions pour 2020 à l’heure qu’il est." La direction s’attend à ce que le second trimestre soit le trimestre le plus faible de l’année, et s'attend à une amélioration progressive de trimestre en trimestre durant la deuxième moitié de l’année.

    Sur la base de l’évaluation actuelle de la direction pour la progression trimestrielle en 2020, l’entreprise prévoit de développer un budget 2021 avec une base de coûts qui ne dépasse pas le niveau du groupe de 2019.

    ©RV DOC


  • WDP lève 150 millions d'euros pour se développer en Roumanie

    La société immobilière WDP   a annoncé avoir conclu un accord financier de 150 millions d'euros avec la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD). Le montage financier comprend un prêt d'une durée de sept ans et sera structuré comme un prêt à terme. Il sera déployé pour financer le pipeline de développement existant et en fonction de la croissance future des activités roumaines de WDP.

    Pour mémoire, l'entreprise belge a pour objectif de doubler son portefeuille, de 500 millions à 1 milliard d'euros, sur la période 2019-2023. Lire le communiqué

  • L'économie chinoise rebondit au T2 après un creux historique

    L'économie chinoise a repris sa croissance au deuxième trimestre, après avoir connu un creux historique sur la période janvier-mars, à cause de la crise sanitaire grâce à la levée du confinement et aux mesures de soutien engagées par le gouvernement, montrent des statistiques officielles publiées ce jeudi. 

    → Le produit intérieur brut (PIB) de la Chine a progressé de 3,2% en rythme annuel au deuxième trimestre, selon les données du Bureau national de la statistique (BNS). Il s'agit d'un rebond supérieur au consensus, qui ressortait à +2,5%, après une chute historique de 6,8% au premier trimestre - la première contraction de l'économie chinoise depuis au moins 1992, année de l'introduction des statistiques officielles sur la croissance.

    Toutefois la deuxième puissance économique mondiale n'est pas complètement tirée d'affaire, alors que la consommation et l'investissement sont restés moroses, soulignant la nécessité pour les décideurs à Pékin d'apporter un stimulus supplémentaire pour favoriser le rétablissement économique.

    "S'il est juste de dire que, d'une manière générale, les données battent le consensus, elles révèlent aussi que le consommateur chinois reste en retrait sur le plan de reprise. C'est surtout une relance guidée par le stimulus du gouvernement, qui est essentiellement centré sur l'aspect industriel. Le consommateur reste très prudent."
    Rodrigo Catril
    Stratégiste chez NAB

  • Good morning!

    Bonjour à toutes et tous! Bienvenue sur le "Market Live" de L'Echo, l'endroit idéal pour suivre en direct les principales tendances de l'actualité économique et financière de ce jeudi 16 juillet 2020.

    La Bourse de New York a fini mercredi en hausse de 0,85% soutenue par les résultats solides publiés par Goldman Sachs et par les espoirs de découverte d'un vaccin contre le Covid-19. L'indice Dow Jones a gagné 227,51 points, à 26.870,1. Le S&P-500, plus large, a pris 29,03 points, soit 0,91%, à 3.226,56. Le Nasdaq Composite a avancé, de son côté, de 61,92 points (0,59%), à 10.550,49 points.

    Selon un porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison-Blanche, Donald Trump n'a pas exclu de prendre des sanctions supplémentaires contre de hauts représentants chinois dans le cadre des mesures qu'il a engagées mardi pour punir la Chine de son attitude à l'égard de Hong Kong. D'après une source au fait de la question, citée par Reuters, des discussions sont en cours à la Maison-Blanche sur de potentielles cibles de sanctions américaines, et aucune décision définitive n'a été prise.

    ©REUTERS

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés