1. Les marchés
  2. Live blog
live

Les marchés européens en recul | Wall Street se reprend | Le pétrole grimpe

Les marchés européens terminent en recul ce mardi, les investisseurs redoutant de nouveaux confinements sur le continent. À Bruxelles, KBC se fait taper sur les doigts par UBS. Placement privé réussi pour Immobel. Wall Street au rebond.
  • Fin du Market Live

    C'est la fin du Market Live. Merci de nous avoir suivis. On se retrouve mercredi pour une nouvelle séance.

    Au menu, un programme chargé de part et d'autre de l'Atlantique avec les résultats définitifs des indices PMI des services. On attend également les "minutes" de la dernière réunion de la Fed.

  • Résumé de la séance en Europe

    Les actions européennes ont reculé alors que les pertes dans les secteurs défensifs compensaient les gains des actions pétrolières et de détail, tandis que les investisseurs regardaient au-delà d'un nouveau confinement national en Grande-Bretagne visant à freiner une flambée de coronavirus.

    L'indice paneuropéen Stoxx 600 a chuté de 0,2%, à la suite de pertes à Wall Street en raison des inquiétudes concernant le ruissellement du Sénat dans l'État américain de Géorgie.

    Le FTSE 100 du Royaume-Uni a augmenté de 0,6%, stimulé par les majors pétrolières Royal Dutch Shell et BP, alors que les prix du brut ont légèrement augmenté et que les discussions dans l'impasse entre les principaux producteurs sur les changements potentiels de la production de février devraient se poursuivre.

  • Clôture des marchés européens

    Bel 20: -0,46%

    CAC 40: -0,44%

    AEX: +0,41%

  • Le pétrole accélère porté par les rumeurs d'un accord de l'Opep+

    Les cours des deux contrats de pétrole brut de référence bondissent dans un marché très sensible aux bruits autour des discussions en cours au sein de l'Opep+ qui pourraient se conclure par un maintien des coupes de production actuelles en février. Plusieurs sources indiquent que l'Arabie Saoudite serait prête à faire un geste pour limiter sa production. 

    Vers 16H55 à Bruxelles, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars gagnait 3,64% à Londres par rapport à la clôture de lundi, à 52,95 dollars. Le baril américain de WTI pour le mois de février grimpait de son côté de 4,41% à 49,72 dollars. 

    La rumeur d'un accord trouvé par l'Arabie saoudite et la Russie, les deux poids lourds de l'alliance, "semble bien être la force motrice" du marché, a indiqué Craig Erlam, analyste de Oanda, à l'AFP. Celui-ci porterait sur le maintien en février du niveau actuel des quotas de production de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et de ses alliés, réunis sous la bannière Opep+, et non l'ouverture de leur robinet d'or noir comme aussi envisagé.

  • JP Morgan (très) optimiste sur le bitcoin

    Le bitcoin est en train de devenir un concurrent de l'or et pourrait atteindre une valeur de 146.000 dollars (119.000 euros) s'il parvient à s'imposer comme une valeur refuge, a déclaré JPMorgan. L'intérêt pour la plus importante cryptomonnaie au monde a explosé cette année, les investisseurs considérant le bitcoin comme une couverture contre l'inflation ainsi qu'un placement alternatif face à la dépréciation du dollar.

    Cette ruée vers le bitcoin l'a fait plus que tripler de valeur au cours des six derniers mois pour atteindre un record à 34.800 dollars (28.380,36 euros) le 2 janvier. "La concurrence du bitcoin avec l'or a déjà commencé, à nos yeux", écrivent les stratèges de JPMorgan dans une note, citant les récents 7 milliards de dollars de flux sortants sur l'or et les plus de 3 milliards d'entrées de capitaux sur le Grayscale Bitcoin Trust.

    Cela pourrait annoncer une nouvelle ère pour cette monnaie numérique à la valeur très volatile, considérée pendant des années comme un jeu pour spéculateurs ou petits parieurs. "Compte tenu de l'ampleur des placements dans l'or, s'il y a des sorties massives de l'or en tant que monnaie 'alternative', cela implique un gros potentiel de hausse pour le bitcoin sur le long terme", ajoutent les spécialistes de la banque de Wall Street.

    Le mouvement favorable pour le bitcoin pourrait être amplifié par l'arrivée des jeunes générations chez les investisseurs, plus sensibles à "l'or numérique" qu'aux traditionnels lingots, poursuivent-ils. Avec une capitalisation boursière de 575 milliards de dollars, il faudrait que la valeur du bitcoin soit multipliée par près de cinq, à 146.000 dollars, pour atteindre la valeur de la richesse privée en or détenue en lingots, pièces ou fonds indiciels, estiment les experts de JPMorgan. 

  • Mondelez fond pour le chocolat vegan

    Le géant américain de l'agro-alimentaire Mondelez a racheté la société new-yorkaise Hu, qui propose des chocolats et snacks se voulant le moins transformés possibles.

    La maison-mère des chocolats Milka et Toblerone, des gâteaux Lu et Oreo et des boissons Tang surfe ainsi sur la demande de certains consommateurs pour des produits considérés comme plus sains et naturels. Le montant de la transaction n'a pas été dévoilé mais selon le Wall Street Journal, elle valorise Hu à environ 340 millions de dollars.

  • L'activité manufacturière US progresse plus que prévu (ISM)

    L'activité manufacturière aux Etats-Unis a atteint en décembre son niveau le plus élevé depuis près de deux ans et demi, la hausse des cas de COVID-19 et les restrictions sanitaires ayant probablement détourné la demande du secteur des services vers les biens manufacturés, montre l'enquête mensuelle de l'Institute for Supply Management (ISM).

    L'indice ISM manufacturier a rebondi à 60,7, son plus haut niveau depuis août 2018, contre 57,5 le mois précédent. Un chiffre supérieur à 50 traduit une expansion de l'industrie manufacturière, qui représente 11,9% de l'économie américaine.

    Le sous-indice des nouvelles commandes s'est élevé à 67,9 en décembre après 65,1 en novembre et celui des prix acquittés est ressorti à 77,6 après 65,4 le mois précédent.

    La composante de l'emploi s'est également améliorée, à 51,5 après 48,4 en novembre.

  • Quelles ont été les actions les plus suspendues en 2020?

    En Bourse de Bruxelles, 58% des suspensions de cours ont concerné des actions de biotechs, SIR et promoteurs immobiliers en 2020. Leur nombre a baissé en un an. 

    Lire | Les actions immo et biotech restent les plus suspendues

  • Un nouveau patron chez Qualcomm

    Le géant américain des composants électroniques pour appareils mobiles Qualcomm a annoncé la nomination d'un nouveau directeur général, Cristiano Amon, pour remplacer Steve Mollenkopf à partir du 30 juin, au moment où l'entreprise surfe sur le déploiement de la 5G.

    Steve Mollenkopf prévoit de prendre sa retraite après 26 ans au sein de l'entreprise mais restera conseiller stratégique pendant "un certain temps". Son remplaçant, âgé de 50 ans, est aussi ingénieur et travaille à Qualcomm depuis 1995. "Avec notre modèle commercial clairement validé et notre avance dans la 5G, c'est le bon moment pour Cristiano d'assumer la direction de la société et de guider l'entreprise au moment de ce que je considère être la plus grande opportunité de l'histoire de la société", la 5G, a souligné Steve Mollenkopf par voie de communiqué. 

  • WeTransfer, prochain gros nom à entrer en bourse?

    Le groupe néerlandais spécialisé dans le transfert de données informatiques prépare actuellement son entrée sur les marchés, à en croire une information de Sky News. Une IPO à la Bourse d'Amsterdam est à l'étude. En 2018, le patron de l'entreprise technologique avait affirmé vouloir entrer en bourse "dans quelques années". 

  • Des investisseurs chevronnés inquiets pour les marchés

    Le rally actuel des marchés, surtout américains, va-t-il s'arrêter brusquement? Plusieurs investisseurs chevronnés le pensent. Des investisseurs comme Carl Icahn et Byron Wien prédisent une forte baisse sur les marchés d'actions américains. 

    > Notre article 


  • Wall Street avance à pas de loup

    La Bourse de New York a ouvert sans grand changement mardi dans l'attente des résultats du second tour des élections sénatoriales en Géorgie, qui détermineront l'équilibre politique au Congrès américain.

    Dix minutes après l'ouverture, l'indice Dow Jones prenait 0,50% à 30.382,86 points et le S&P 500 avance de 0,51% à 3.719,21 points. Le Nasdaq Composite évoluait dans les mêmes proportions. 

    Une victoire des démocrates pour les deux sièges de sénateurs en jeu en Géorgie ferait basculer la majorité de la chambre haute dans le camp de Joe Biden, donnant au président élu des Etats-Unis plus de liberté pour mettre en oeuvre son programme. Un Congrès entièrement démocrate offre l'avantage, du point de vue de certains investisseurs, de faciliter l'adoption d'un plan d'aide budgétaire plus important pour soutenir l'économie face à la pandémie mais avec le risque d'un renforcement de la réglementation des entreprises.

    Le sentiment de marché est par ailleurs toujours affecté par les craintes liées au coronavirus dont le nouveau variant plus contagieux a été détecté à New York.

  • Wall Street | Opening bell

    Dow Jones: +0,05% 
    S&P 500: +0,04%
    Nasdaq Composite: -0,04%  

  • Nouveau record pour les cryptomonnaies

    Les volumes d’échanges dans les principales plateforme de cryptomonnaies ont atteint ce lundi un record quotidien de 68,3 milliards de dollars, selon une étude publiée ce mardi, soulignant la frénésie commerciale qui a accompagné la montée du bitcoin à un niveau record. 

  • Cenergy: +12% à Bruxelles

    Cenergy , le spécialiste grec des câblages coté à Bruxelles, grimpe de 12,5% peu avant 15h30. Le récent intérêt de Nexans avait déjà donné un coup de fouet au cours de bourse de l'entreprise grecque, mais la première approche n'avait pas abouti. La réaction du jour laisse penser que Cenergy attise toujours les convoitises. 

  • L'Europe en passe de doubler sa commande de vaccins Pfizer/BioNTech

    Selon l’agence de presse Bloomberg, la Commission européenne espère doubler le nombre de vaccins Pfizer/BioNTech disponibles et le porter à un total de 600 millions de doses. L'exécutif européen viserait un contrat de 100 millions de doses, avec une option pour 200 millions de doses supplémentaires.

    À Wall Street, dans les transactions avant-bourse, cette rumeur n'a pas fait bouger le titre du groupe pharma. 

  • Vers un durcissement des restrictions en Allemagne

    L'Allemagne va durcir ses restrictions en matière de rencontres pour ralentir l'épidémie due au nouveau coronavirus, montre un projet de document consulté par l'agence par Reuters.

    Les membres d'un même foyer ne vont être autorisés à rencontrer qu'une seule personne supplémentaire, selon ce projet dont discutaient mardi la chancelière Angela Merkel et les dirigeants des 16 Länder du pays. 

  • Immobel recule de 2%

    Vers 14h40, soit quelques minutes après la reprise de la cotation d'Immobel, le titre du développeur immobilier lâchait 2,1% à 66,60 euros. À l'occasion du placement privé effectué par Immobel ce mardi, les actions ont été vendues à 66 euros, soit une décote de 2,9% par rapport au cours de clôture de la veille.  

  • Un mois record pour les supermarchés britanniques

    Les ventes dans les supermarchés britanniques ont atteint un niveau record en décembre, grâce aux fêtes de Noël et à la fermeture des pubs et restaurants face à la pandémie, selon des chiffres de Kantar. Au total, les ventes se sont établies à 11,7 milliards de livres au cours de la période de quatre semaines achevée le 27 décembre, un niveau jamais vu pour un mois, détaille le cabinet Kantar. 

    Il ajoute qu'en raison des restrictions liées au Covid-19, aux discussions sur le Brexit et à l'encombrement du port de Douvres, les Britanniques ont préparé Noël plus tôt que d'habitude. Résultat: la journée la plus chargée de l'année a été le lundi 21 décembre quand 15 millions de ménages se sont rués dans les supermarchés.  

  • Reprise de la cotation d'Immobel...

    ... à partir de 14h30, selon un communiqué de la FSMA.

  • Placement privé réussi pour Immobel

    La société immobilière Immobel  , dont la cotation est suspendue depuis le début de la séance, annonce avoir conclu avec succès la vente de 262.179 actions propres. Elles ont été placées au prix de 66 euros par action propre. Le prix représente une décote de 2,9% par rapport au dernier prix des actions négociées le 4 janvier 2021. Lire le communiqué.

  • "Une victoire démocrate pourrait constituer un prétexte pour une consolidation à court terme"

    "Les investisseurs sont suspendus à l'élection décisive en Géorgie", qui doit attribuer les deux derniers sièges au Sénat. "Une victoire démocrate pourrait constituer un prétexte pour une consolidation à court terme sur les marchés après le rally post-électoral."
    Franklin Pichard
    directeur général de Kiplink Finance

  • Le point sur la séance

    Wall Street est attendue en hausse modérée et les bourses européennes, à l'exception du Footsie londonien, reculent, ce mardi à mi-séance, en raison des restrictions liées à la pandémie et des incertitudes sur l'issue de l'élection sénatoriale en Géorgie.

    → Les futures sur indices new-yorkais suggèrent un modeste rebond de Wall Street à l'ouverture, de l'ordre de 0,15%, après le pire début d'année depuis 2016 subi, lundi, par la Bourse de New York, l'appétit pour le risque ayant reflué à l'approche du double scrutin sénatorial dans l'État de Géorgie et de la hausse des cas de Covid-19.

    → À Bruxelles, le BEL 20 recule de 0,25%. Ailleurs en Europe, le CAC 40 cède 0,42% et le Dax perd 0,37%. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 est pratiquement inchangé (-0,03%), l'EuroStoxx 50 de la zone euro recule de 0,42% et le Stoxx 600 perd 0,18%.

    → À la Bourse de Londres, le FTSE prend 0,24%, l'annonce d'un nouveau plan de soutien aux entreprises de 4,6 milliards de livres (5,1 milliards d'euros) éloignant les craintes suscitées par un troisième confinement annoncé lundi par le Premier ministre.

    Le distributeur britannique Next bondit de 5,47%, parmi les plus fortes hausses du Stoxx 600, après avoir fait état d'un repli beaucoup moins marqué que prévu de ses ventes lors de la période recouvrant Noël. L'ensemble du secteur en profite, l'indice Stoxx de la distribution avançant de 0,69%. Le compartiment du pétrole et gaz est aussi bien orienté (+0,91%) et met fin à une série de quatre séances consécutives de baisse. Royal Dutch Shell et BP prennent respectivement 2,70% et 2,06%.

    Les prix du brut sont en hausse alors qu'un document interne à l'Opep+, qu'a pu consulter Reuters, montre qu'une réduction de la production de 500.000 barils par jour en février est l'une des options envisagées par les membres du cartel et leurs alliés au cours de discussions censées reprendre à 15h30. Le marché est également soutenu par les tensions autour de l'Iran après la saisie par les Gardiens de la révolution d'un chimiquier battant pavillon sud-coréen dans les eaux du Golfe pour infractions en matière de pollution.

  • UPDATE | Briefing actions belges

    KBC plombée par UBS | Conseil d'achat pour Solvay | Avis de brokers sur Umicore et Orange Belgium (+Briefing)

  • La biotech Fermentalg s'envole après un partenariat avec Suez

    La société de biotechnologie Fermentalg   flambe à la Bourse de Paris, après avoir créé une coentreprise avec Suez   dans la capture et la valorisation de CO2.

    Suez et Fermentalg ont annoncé la signature d'"un protocole d'accord pour la création au cours du 1er semestre 2021 d'une coentreprise, détenue à parité égale". Elle sera spécialisée dans "l'industrialisation de solutions de capture et de valorisation du CO2 en bio produits" dans des domaines comme le biocontrôle, la nutrition et la santé animale. Fermentalg prévoit "d'ouvrir dans la première année son capital à d'autres partenaires financiers", a assuré le PDG Philippe Lavielle, cité dans le communiqué.

  • Les principales valeurs à suivre à Wall Street

    * MODERNA a déclaré lundi qu'Israël avait accordé son autorisation à l'utilisation du vaccin contre le coronavirus développé par le laboratoire américain, devenant le premier pays hors d'Amérique du Nord à donner son feu vert.

    * TESLA - Exane BNP Paribas abaisse son conseil à "sous-performance", contre "neutre" estimant que les opportunités de croissance du groupe diminueront à compter de cette année et que la stratégie visant à presque tripler sa part de marché des véhicules électriques à batterie est peu crédible.

    * CHINA TELECOM, CHINA MOBILE, CHINA UNICOM - Dans un revirement inattendu, l'opérateur boursier New York Stock Exchange (NYSE) a annoncé qu'il n'avait plus l'intention de retirer de la cote trois opérateurs télécoms chinois pris pour cible par l'administration Trump.

    * MONDELEZ INTERNATIONAL est sur le point de conclure un accord pour acheter Hu Master Holdings dans une transaction qui valorise le fabricant de barres de chocolat à plus de 250 millions de dollars (203,5 millions d'euros), a rapporté lundi le Wall Street Journal.

  • Solvay signe une superbe remontada et des brokers visent encore plus haut

    Avec régularité et sans tapage, Solvay  a réalisé une superbe remontada en bourse. En l’espace de deux bons mois, son action vient de franchir le cap des 100 euros alors qu’elle se traitait encore autour de 69 euros fin octobre, soit un bond de 45% environ. Et ce n’est peut-être pas fini si l’on en croit certains analystes.

  • "Les investisseurs sont trop optimistes sur KBC"

    UBS a abaissé sa recommandation sur KBC   à "vendre", contre "neutre", tout en relevant son objectif de cours à 52 euros.

    Le cours actuel du groupe belge suppose trop d'optimisme à court terme, prévient l'analyste Johan Ekblom. Pour justifier cela, KBC devrait augmenter son rendement des fonds propres, tandis que les pertes sur prêts devraient être inférieures à la moyenne cyclique. Ekblom considère que cela est très improbable en raison de la pandémie.

    De plus, un puissant moteur de profit a disparu: des taux d'intérêts bien plus élevés en République tchèque que dans la zone euro. En tant qu'acteur bancaire tchèque, KBC a pu placer son excédent de trésorerie dans ce pays avec des rendements attractifs. UBS ne pense pas que la République tchèque augmentera à nouveau rapidement les taux d'intérêt.

  • Airbus a dépassé les 560 livraisons en 2020

    Airbus   a dépassé les 560 livraisons en 2020, a appris Reuters de plusieurs sources proches de l'avionneur européen. Ces chiffres ne sont pas encore officiels et doivent encore être audités, ont précisé ces sources. Les chiffres officiels des commandes et des livraisons devraient être connus dans les jours à venir.

    S'ils se confirment, ils devraient permettre à Airbus de battre son grand rival Boeing   qui n'avait livré que 118 appareils entre janvier et novembre en raison, notamment, des difficultés rencontrées par son 737 MAX.

    Le nombre de livraisons d'Airbus en 2020 devrait, au total, avoir fondu d'un tiers, la pandémie de coronavirus ayant lourdement pénalisé les compagnies aériennes.

  • Zone euro: légère accélération des crédits au secteur privé en novembre

    La croissance des crédits accordés par les banques de la zone euro au secteur privé a légèrement accéléré en novembre, grâce au rythme élevé des prêts aux entreprises, a indiqué la Banque centrale européenne. Les crédits aux entreprises non financières et aux ménages de la zone euro, ajustés de certaines opérations strictement financières, ont progressé de 4,7% en novembre sur un an, un dixième de point de mieux qu'en octobre, en continuant de bénéficier de taux historiquement bas.

    La hausse des prêts aux ménages a, elle, légèrement ralenti en novembre, à 3,1%, après 3,2% en octobre, toujours sur un an.

  • Nintendo s'offre un studio canadien de jeux vidéo

    L'entreprise japonaise de jeux vidéo Nintendo a annoncé l'acquisition du petit studio indépendant canadien Next Level Games, qui a déjà développé plusieurs titres pour ses différentes consoles. Le montant de la transaction n'a pas été divulgué.

  • Allemagne: le chômage stable en décembre, à 6,1%

    Le taux de chômage en Allemagne est resté stable en décembre, malgré les restrictions imposées dans le cadre de l'épidémie de Covid-19, qui ont provoqué, en revanche, une hausse des demandes de chômage partiel, a indiqué l'Agence pour l'emploi. Le chômage atteint 6,1%, comme en novembre, après deux mois de légère baisse, selon des données corrigées des variations saisonnières (CVS).

    Le nombre de salariés inscrits par les entreprises en chômage partiel a augmenté, en revanche, à 666.000, alors que l'Allemagne a fermé ses bars, restaurants et lieux culturels depuis le 1er novembre.

  • Le sommet de l'Opep+ reprend, la production de février en débat

    Les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et leurs partenaires reprennent leurs discussions arrêtées lundi afin de trouver un compromis sur leur niveau de production d'or noir du mois de février.

    Les vingt-trois membres de l'Opep+, qui échangent par visioconférence, ne sont pas parvenus, lundi, lors de leur premier sommet ministériel de l'année, à trouver un accord, partagés entre une approche prudente, qui passe par le maintien en l'état des coupes actuelles, et la tentation de réinjecter jusqu'à 500.000 barils quotidiens sur le marché le mois prochain. Ces deux lignes sont incarnées par les deux poids lourds des discussions: l'Arabie saoudite d'un côté, chef de file du cartel, la Russie de l'autre, qui emmène les alliés.

    Les deux contrats de référence du brut, cotés à New York et Londres et très sensibles aux décisions de l'alliance, évoluent proches de l'équilibre en début de séance européenne, autour de 50 dollars le baril.

  • Air France anticipe une perte de 2 milliards d'euros en 2021

    Air France-KLM  anticipe une perte d'exploitation de deux milliards d'euros en 2021 pour sa filiale française, rapporte le journal économique La Tribune. "En février, la présentation des résultats 2020 d'Air France-KLM fera apparaître une perte d'exploitation de 3,6 milliards d'euros pour Air France. Air France ne s'attend pas à une reprise avant l'été prochain et prévoit une offre en sièges inférieure de 40% à celle de 2019", écrit le quotidien.

  • La reprise économique renforce le yuan face au dollar

    La monnaie chinoise s'affiche à son plus haut niveau depuis plus de deux ans face au dollar, galvanisée par les perspectives de croissance en Chine, alors que l'économie mondiale reste plombée par l'épidémie. Le yuan n'est pas entièrement convertible et la banque centrale du pays fixe chaque jour un taux pivot, de part et d'autre duquel elle autorise une fluctuation de plus ou moins 2%.

    L'administration Trump, qui avait accusé par le passé la Chine de sous-évaluer sa monnaie afin d'en tirer un avantage commercial indu, a finalement retiré ce pays de sa liste noire des États manipulateurs de leur devise il y a tout juste un an, juste avant la signature d'une trêve commerciale bilatérale. "L'appréciation du yuan reflète la résilience de l'économie chinoise face à la pandémie [de Covid-19] mais aussi face à la guerre commerciale" avec les États-Unis, souligne l'analyste Rajiv Biswas, du cabinet IHS Markit.

    Premier pays touché par le nouveau coronavirus fin 2019, la Chine est aussi le premier à avoir redémarré son activité, grâce à de stricts contrôles des déplacements, au port du masque généralisé, aux mesures de confinement et aux applications de traçage pour téléphone portable. Résultat: le géant asiatique "restera foncièrement la locomotive de la reprise mondiale cette année", au moment où les principales grandes économies, dont les États-Unis, restent pénalisées par le virus, assure l'analyste Ken Cheung, de la banque Mizuho.

  • Voici le briefing actions belges

    "Achetez Solvay" | Target relevé sur Umicore | Bonne nouvelle pour une biotech (+Briefing)

  • Pherecydes Pharma annonce son projet d'introduction à Paris

    La société de biotechnologies Pherecydes Pharma a annoncé son projet d'introduction sur Euronext Growth Paris. L'entreprise a publié dans cette optique son document d'information préalable à la cotation sur le marché parisien.

    Pherecydes Pharma est spécialisée dans la phagothérapie, soit le traitement des infections bactériennes résistantes par les phages, des virus naturels inoffensifs pour les humains.

  • Berenberg passe à l'achat sur Solvay

    La banque d'investissement allemande Berenberg a relevé sa recommandation sur Solvay   à "acheter", contre "conserver" auparavant. Son objectif de cours passe de 90 à 125 euros. 

    À l'ouverture des marchés, ce mardi, le titre Solvay prenait la tête du Bel 20 avec une hausse de 2,46%, à 101,05 euros. 

    Selon le courtier, l'action est sous-évaluée par rapport à ses pairs Victrex, Hexcel et EMS Chemie. "L'argument selon lequel Solvay est bon marché pour plusieurs raisons - à savoir son endettement élevé, sa complexité et ses faibles flux de trésorerie - n'est plus valable à notre avis en raison de sa solide performance en 2020."

  • Allemagne: hausse surprise des ventes au détail en novembre

    Les ventes au détail en Allemagne ont progressé de façon inattendue en novembre, selon les données publiées par l'Office fédéral de la statistique. Les ventes au détail - un indicateur volatile et souvent sujet à révision - ont progressé de 1,9% en termes réels en novembre après une hausse de 2,6% en octobre. Les économistes interrogés par Reuters s'attendaient à une baisse mensuelle de 2,0% en novembre.

    Sur un an, elles affichent une hausse plus forte qu'anticipé de 5,6%, après une hausse de 8,6% (chiffre révisé) en octobre. Les économistes interrogés par Reuters s'attendaient à une hausse annuelle de 3,9% en novembre.

  • | OPENING BELL |

    AEX -0,17%

    CAC 40 -0,46%

    BEL 20 -0,47%

  • KBCS retire Orange Belgium de ses actions favorites

    KBC Securities a abaissé sa recommandation pour Orange Belgium   à "conserver", contre "acheter" auparavant. Son objectif de cours passe de 23 à 22 euros.

    "Avant l'annonce du rachat par sa maison mère Orange, début décembre 2020, nous pensions que l'action Orange Belgium était considérablement sous-évaluée compte tenu de l'amélioration de la visibilité des bénéfices, de la capacité d'auto-assistance et de la croissance des bénéfices supérieure par rapport à ses concurrents. À un prix de rachat de 22 euros par action, nous pensons que l'offre d'Orange reflète largement les solides perspectives d'Orange Belgium."

  • Nyxoah implante le système Genio chez un premier patient US

    La biotech Nyxoah   annonce le succès de l'implantation d'un premier patient dans le cadre de l'étude pivot "IDE DREAM" aux États-Unis. Cette étude observationnelle, multicentrique, prospective et ouverte, recrutera 134 patients qui bénéficieront de la procédure d’implantation dans l’un des 26 centres qui la pratiqueront à l’échelle mondiale, y compris aux États-Unis, en Allemagne, en Belgique et en Australie.

    "En permettant aux médecins américains d’acquérir de l’expérience avec le système Genio, en combinaison avec l’expertise existante d’autres chirurgiens internationaux participant à l’étude DREAM, cette étude permet à Nyxoah de respecter le calendrier de clôture des recrutements dans l'étude IDE d'ici la fin du deuxième trimestre de 2021", a commenté son CEO Olivier Taelman. Lire le communiqué

  • Suspension d'Immobel...

    ... à partir de 09h00. La société immobilière annonce le lancement d'un placement privé d'environ 260.000 actions (soit près de 2,6% des actions en circulation) auprès d'investisseurs professionnels, au moyen d'une construction accélérée d'un livre d'ordres. Immobel   entend lever ces fonds pour financer des projets supplémentaires déjà identifiés en Belgique, en Allemagne, en France et au Luxembourg. Lire le communiqué

  • La Bourse de Tokyo finit en petite baisse

    La Bourse de Tokyo a terminé en baisse pour la deuxième séance d'affilée, lestée par des inquiétudes liées à la pandémie, au Japon comme à l'étranger, et par les incertitudes aux États-Unis sur fond d'une double élection sénatoriale cruciale en Géorgie. L'indice vedette Nikkei a concédé 0,37%, à 27.158,63 points, et l'indice élargi Topix a perdu 0,19%, à 1.791,22 points.

    Le gouvernement japonais envisage de décréter un nouvel état d'urgence pour Tokyo et sa grande banlieue, alors que l'Archipel enregistre un nombre record de nouveaux cas de Covid-19. Ce dispositif pourrait être annoncé jeudi et durer un mois, selon les médias locaux. Même si le gouvernement va chercher à limiter l'impact sur l'activité économique, les investisseurs ont à l'esprit l'effet dévastateur qu'avait eu le premier état d'urgence instauré au Japon en avril-mai dernier.

  • Teledyne achète les caméras thermiques de Flir pour 8 milliards de dollars

    La société américaine Teledyne Technologies  , spécialisée dans les systèmes d'électronique, d'ingénierie et d'imagerie, a annoncé, lundi soir, avoir acheté pour 8 milliards de dollars le fabricant de caméras thermiques Flir Systems  . Le prix de la transaction, payée en espèces et en actions, représente une prime de 40% par rapport au prix moyen des 30 derniers jours de courtage de l'année 2020.

    "Les technologies de capteurs sont au cœur de nos deux sociétés. Nos modèles commerciaux sont également similaires", a remarqué le président du conseil d'administration de Teledyne, Robert Mehrabian, cité dans le communiqué. "Cependant, nos technologies et produits sont complémentaires et se chevauchent à peine, avec des capteurs d'imagerie basés sur différentes technologies de semi-conducteurs pour différentes longueurs d'onde".

  • La Bourse de New York renonce à retirer 3 sociétés chinoises de la cote

    Le New York Stock Exchange (NYSE) est revenu sur sa décision de retirer de la cote trois sociétés chinoises du secteur des télécoms, après "des consultations poussées avec les autorités de régulation compétentes".

    Pour mémoire, la Bourse de New York avait annoncé, vendredi dernier, le retrait prochain de China Mobile Communications, China Telecommunications Corp et China Unicom (Hong Kong) Limited, trois sociétés contrôlées par le gouvernement chinois et qui sont également cotées à la Bourse de Hong Kong. La décision initiale du NYSE avait été prise conformément à un décret présidentiel américain du 12 novembre, interdisant les transactions sur des entreprises accusées d'êtres mêlées au développement du complexe militaire chinois.

  • Deutsche Bank ajuste son TP sur Umicore

    En réaction aux nouvelles prévisions annuelles présentées par Umicore   il y a quelques semaines, Deutsche Bank a relevé son objectif de cours à 39 euros, contre 35 euros précédemment. Sa recommandation reste toutefois à "conserver".

  • Shurgard obtient un nouveau permis de construire à Londres

    La société de stockage Shurgard   a annoncé, lundi soir, avoir reçu un permis de construire pour un nouveau centre de stockage à Bow, dans le centre-est de Londres. Ce nouveau bâtiment de 85.000 pieds carrés (7.900 m²) offrira environ 1.500 unités de stockage et devrait ouvrir d'ici la fin de l'année.

    Avec ce nouveau projet, Shurgard offrira des espaces de stockage dans 34 centres à Londres et dans la vallée de la Tamise. Lire le communiqué

  • Les Belges se ruent sur les actions et les fonds d'investissement

    En 2020, les ménages se sont montrés très gourmands en investissements risqués en plaçant des montants considérables en actions et en fonds de placement, comme le révèle une enquête de notre rédaction auprès des plus grands établissements financiers du pays.

    Le Belge reste cependant un investisseur prudent. Il a donc continué, en parallèle, à garnir généreusement son compte d’épargne, malgré des taux offerts historiquement bas, de quelque 15 milliards d'euros supplémentaires. Il est vrai que les livrets d'épargne séduisent toujours par leurs atouts traditionnels. L'argent est immédiatement disponible, les dépôts jusqu'à 100.000 euros sont protégés par la garantie des dépôts et le taux d'intérêt, certes faible, est exonéré d'impôts.

  • Nouvelle acquisition pour Aedifica aux Pays-Bas

    La société immobilière Aedifica   a annoncé, lundi soir, avoir acquis un campus de soins à Uden, aux Pays-Bas, pour environ 20,5 millions d'euros. Le campus comprend deux bâtiments qui peuvent accueillir au total 108 résidents. Le site est loué sur la base de contrats de location double net non-résiliables, avec une durée résiduelle moyenne pondérée des baux (WAULT) de 17 ans. Le rendement locatif brut initial s’élève à environ 6%.

    "Nous nous réjouissons de continuer à investir dans l'immobilier de santé durable avec notre équipe néerlandaise en 2021", a commenté son CEO Stefaan Gielens dans un communiqué.

  • Galapagos finalise la vente de sa filiale de recherche croate

    Galapagos  a annoncé, lundi soir, que la vente de Fidelta, une filiale croate qui fournit des services de recherche aux entreprises pharmaceutiques et biotechnologiques, a été finalisée. La biotech a vendu sa filiale pour 31,2 millions d'euros à une société polonaise, Selvita, active, entre autres, dans la pharmacologie in vitro. Lire le communiqué

    Pour mémoire, Fidelta a réalisé un chiffre d'affaires de 17,2 millions d'euros et un bénéfice d'exploitation de 4,4 millions au cours des 9 premiers mois de 2020.

  • Good morning!

    Bonjour à toutes et tous! Bienvenue sur le "Market Live" de L'Echo, l'endroit idéal pour suivre en direct les principales tendances de l'actualité économique et financière de ce mardi 5 janvier 2021.

    La Bourse de New York a commencé l'année par une séance de baisse prononcée malgré des records atteints dans les premiers échanges, la prudence l'ayant emporté à la veille de deux élections sénatoriales en Géorgie qui décideront des marges de manœuvre du président américain élu Joe Biden, sur fond d'inquiétudes persistantes liées à l'épidémie de Covid-19.

    "La bataille sénatoriale en Géorgie pèse sur les marchés. C'est là que résident les incertitudes des investisseurs depuis qu'ils ont décidé que la crise du Covid-19 serait largement derrière nous plus tard dans l'année."
    Rick Meckler
    Associé chez Cherry Lane Investments

    L'indice Dow Jones, qui a en outre souffert du net repli de Boeing, a cédé 382,59 points (-1,25%), à 30.223,89 points, après un record à 30.674,28. Le S&P-500, plus large, a perdu 55,42 points, soit 1,48%, à 3.700,65 points. Il a touché dans les premiers échanges un pic historique à 3.769,99. Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 189,84 points (-1,47%) à 12.698,45 points.

    ©REUTERS

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés