1. Les marchés
  2. Live blog
live

Les marchés européens finissent en baisse | Le Bel 20 lesté par les bancaires

La crise politique en Italie a plombé des marchés européens déjà fragilisés par le regain de tensions sur le front du commerce à cause d'Huawei. La livre a été lestée par les chifres du PIB britannique. Wall Street baisse. Trump a fait pression sur la Fed. KBC et ING ont pesé sur le Bel 20.
  • Rendez-vous lundi

    Voici la fin de notre Market Live du jour. Merci de l'avoir suivi!

    Au terme de cette semaine difficile marquée par les inquiétudes liées aux conflits commerciaux internationaux, les investisseurs seront attentifs à de nouvelles publications d'entreprises dès le début de la semaine prochaine.

    Merci pour votre fidélité, bon week-end et à la semaine prochaine pour un nouveau suivi en direct des marchés!

  • Clôture en Europe

    Bel 20: -1,11% à 3.534,57 points

    AEX: -1,21% à 542,22 points

    Cac 40: -1,11% à 5.327,92 points

    Dax: -1,28% à 11.693,80 points

    FTSE 100: -0,44% à 7.253,85 points

  • Effet Trump sur les taux US

    Le taux des Treasuries (obligations gouvernementales des Etats-Unis) à dix ans vient de passer sous le seuil de 1,68% pour la première fois depuis octobre 2016, peu après les déclarations du président américain Donald Trump sur les taux directeurs de la Réserve fédérale.

    Taux des obligations des Etats-Unis à dix ans, intraday 2019-08-09 ©Bloomberg

  • La crise politique italienne a des répercussions en Bourse

    Une crise politique menace l'Italie et fait plonger la Bourse de Milan. Les investisseurs craignent que de futures élections bloquent le vote d'un budget pour 2020. Ce qui pourrait raviver le conflit avec l'Union européenne.

  • Uber perd plus de 7% à Wall Street

    L'action du géant américain Uber chute en Bourse de New York après la publication, dans ses résultats pour le deuxième trimestre, d'une perte de plus de 5 milliards de dollars. Le net ralentissement de sa croissance relance les doutes sur le modèle économique de l'entreprise.

  • Trump voudrait une baisse de taux d'un point de la Fed

    Le président des Etats-Unis, Donald Trump, indique qu'il voudrait voir la Réserve fédérale baisser ses taux directeurs d'un point de pourcentage.

  • Trump sur la Chine: "Nous ne sommes pas prêts à signer un accord"

    Le président des Etats-Unis, Donald Trump, affirme que les Etats-Unis se portent bien et parlent toujours avec la Chine mais il ajoute qu’un accord n’est pas pour tout de suite.

    "Nous ne sommes pas prêts à signer un accord", a dit le président américain à la Maison Blanche juste avant de partir pour des congés dans son golf de Bedminster dans le New Jersey.

    Donald Trump précise que la Chine veut faire quelque chose sur le commerce mais qu’elle n’est pas encore prête à le faire.

  • KBC et ING pèsent sur le Bel 20

    A deux heures de la clôture, le Bel 20  perd 0,6%. L'indice vedette de la Bourse de Bruxelles est notamment affecté par les replis de KBC (-1,9%) et ING (-1,7%), victimes d'abaissements d'objectifs de cours de la part de courtiers.

    Crédit Suisse voit KBC  atteindre 66 euros d'ici un an, contre un objectif de 72 euros précédemment. Sa recommandation reste à "neutre".

    Jefferies considère quant à lui qu'ING  peut atteindre 13 euros en douze mois, contre un prix cible précédemment fixé à 15 euros. Le conseil reste à "acheter".

  • Wall Street ouvre en baisse

    La Bourse de New York débute la séance en terrain négatif. Dans les premiers échanges, le Dow Jones  perd 0,24% et le Nasdaq  cède 0,52%.

  • Bayer dément les 8 milliards et réduit son avance en Bourse

    Bayer n'a pas proposé de verser huit milliards de dollars (7,15 milliards d'euros) pour mettre fin à plus de 18.000 plaintes aux Etats-Unis liées au Roundup, déclare dans un courriel Ken Feinberg, médiateur dans ce dossier.

    Il dément ainsi des informations de Bloomberg évoquant cette possibilité d'un règlement à l'amiable (voir post de 10h41). En Bourse de Francfort, Bayer  réduit son avance à environ 1%.

  • Hausse modérée des prix à la production aux Etats-Unis

    Les prix à la production ont augmenté modérément en juillet aux Etats-Unis, dans le sillage d'un rebond des prix énergétiques mais l'inflation de base reste discrète, ce qui plaiderait pour une nouvelle baisse des taux de la part de la Réserve fédérale en septembre.

    Ces prix ont augmenté de 0,2% après une hausse de 0,1% en juin, a annoncé le département du Travail vendredi. Sur 12 mois, leur progression est de 1,7% comme en juin.

    Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient une hausse de 0,2% en juillet et de 1,7% sur 12 mois.

    Hors prix alimentaires, énergétiques et des services commerciaux, les prix ont baissé de 0,1% en juillet, leur
    première contraction depuis octobre 2015. Ils n'avaient pas varié en juin. Sur 12 mois, la hausse est de 1,7% également après +2,1% en juin.

    Les rendements obligataires américains se sont orientés à la baisse après ces chiffres et le dollar a un peu accru ses pertes face à l'euro et au yen.

  • Wall Street devrait suivre l'Europe à la baisse

    Wall Street est attendue en baisse dans les premiers échanges, s'alignant sur la tendance des Bourses européennes, plombées par une crise politique en Italie.

    Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en baisse de 0,5% à 0,8%.

    En Europe, les replis tournent autour de 1%.

    La Bourse de Milan affiche un recul plus marqué de 2,41%, l'Italie étant de nouveau plongée dans une crise politique, Matteo Salvini ayant proclamé jeudi soir la fin de la coalition formée avec le Mouvement 5 Etoiles et réclamé des élections législatives anticipées.

    Le dossier commercial déprime aussi les investisseurs après une information de Bloomberg selon laquelle la Maison blanche tarde à se prononcer sur l'octroi de licences à des entreprises américaines pour les autoriser à travailler avec
    le chinois Huawei .

    Les indicateurs ajoutent à la morosité ambiante :

    > En Allemagne, les importations ont augmenté plus fortement que prévu en juin, alors que les exportations se sont contractées conformément aux attentes.

    > L'économie britannique s'est contractée au deuxième trimestre, pour la première fois depuis 2012, contre-coup d'une intensité inattendue liée à une forte accumulation des stocks par les entreprises en début d'année en prévision
    du Brexit.

  • Berlin étudie des options pour Commerzbank

    L'Etat allemand cherche un conseiller extérieur pour l'aider à réfléchir à sa participation de 15% dans Commerzbank , deuxième banque du pays, indique Reuters.

    L'agence fédérale des finances, qui supervise les investissements publics, a publié cette semaine un appel d'offres afin de recruter un expert financier.

    L'Etat allemand est de loin le premier actionnaire de Commerzbank et sa participation de 15% représente environ un milliard d'euros. Sa décision intervient alors que l'action du groupe est proche d'un plus bas après l'échec de la fusion avec sa concurrente Deutsche Bank.

    Le journal financier Börsen Zeitung a le premier fait état de cet appel d'offres.

    L'action Commerzbank perd 3,6% dans un secteur en repli de 1,8%, pénalisé par le recul des banques italiennes

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    * UBER TECHNOLOGIES a publié jeudi une perte de 5,2 milliards de dollars (4,7 milliards d'euros) au titre du deuxième trimestre et un chiffre d'affaires inférieur aux estimations des analystes, des annonces sanctionnées par une baisse de 8,3% de son action en avant-Bourse.

    * BROADCOM , SYMANTEC - Symantec a annoncé à la clôture la vente de son activité de logiciels pour entreprises à Broadcom pour 10,7 milliards de dollars, confirmant des rumeurs qui lui avaient permis de gagner 12% en séance. L'éditeur de logiciels a par ailleurs publié des résultats meilleurs que prévu mais annoncé un plan de départs touchant 7% de ses effectifs. Le titre Symantec avance de 1,2% en avant-Bourse.

    * MATTEL chutait de 10,6% à 12 dollars en après-Bourse. Le fabricant de jouets a annoncé jeudi avoir interrompu une émission obligataire en cours après la réception d'un courrier anonyme d'un lanceur d'alerte.

    * TESLA - Le propriétaire d'une voiture Model S de 2014 a porté plainte contre le constructeur de la Silicon Valley en l'accusant d'avoir limité l'autonomie de ses premiers véhicules via une mise à jour logicielle afin de s'éviter un rappel coûteux de batteries défectueuses.

    * DROPBOX - Le site de partage de photos a publié une perte accrue au titre du deuxième trimestre, à 21,4 millions de dollars, en dépit d'une hausse du nombre d'utilisateurs payants de ses services. L'action lâchait 6% en après-Bourse.

  • Le recul des marchés s'intensifie en Europe

    Le recul des marchés s'intensifie en Europe, après l'annonce de La Ligue italienne de son intention de faire tomber le gouvernement (italien). Les pertes tournent autour de 1% à Bruxelles, Paris et Francfort. Amsterdam lâche 0,85%. L'Euro Stoxx rend 1,12% et le Stoxx 600 0,61%. La Bourse de Milan cède 2,42%.

  • Les Bourses asiatiques en ordre dispersé

    Les Bourses asiatiques ont clôturé une semaine difficile en ordre dispersé, mais la prudence est restée de mise sur les différentes places en attendant des nouvelles sur le dossier commercial sino-américain.

    > A Tokyo, les indices ont été soutenus par des chiffres de croissance supérieurs aux attentes au deuxième trimestre au Japon. L'indice Nikkei des 225 valeurs vedettes a ainsi fini en hausse de 0,44%, soit 91,47 points à 20.684,82 points, et le Topix de tous les titres du premier tableau a pris 0,35% (+5,18 points) à 1.503,84 points.

    > A Hong Kong, l'indice Hang Seng a clôturé en baisse de 0,69% à 25.939,30 points.

    > En Chine continentale, l'indice composite de la Bourse de Shanghai a perdu 0,71% à 2.774,75 points, celui de la Bourse de Shenzhen 1,27% à 1.479,86 points.
    Ces indices ont notamment été affaiblis par la formalisation de l'interdiction au géant de la technologie Huawei et à d'autres entreprises chinoises de nouer des contrats avec des marchés publics américains, dernier épisode du bras de fer commercial entre les Etats-Unis et la Chine.

  • L'Italie s'enfonce dans la crise, la Bourse de Milan flanche

    L'Italie s'enfonce dans la crise. La Ligue, le parti d'extrême-droite du ministre italien de l'Intérieur Matteo Salvini, a déposé au Sénat une motion de méfiance à l'encontre du Premier ministre Giuseppe Conte, indique vendredi l'agence de presse italienne Ansa. L'objectif est de mettre fin de cette manière à la coalition qu'elle forme avec le Mouvement 5 Etoiles (antisystème).

    La Bourse de Milan augmente son recul et perd 2,35%.

  • Les bancaires délaissées, Bayer et WPP recherchées

    > Les valeurs bancaires sont délaissées ce matin en Europe, pénalisées par les titres italiens du compartiment dont l'indice perd 3,56%. Unicredit , Banco BPM ou encore Intesa Sanpaolo perdent entre 3% et 4%. L'indice sectoriel stoxx 600 des banques cède 1%, deuxième après un secteur automobile (-1,5%) pénalisé par le retour des inquiétudes dans le dossier commercial.

    > Le titre WPP grimpe de 7%, le groupe publicitaire ayant fait état avant l'ouverture de ventes supérieures aux attentes au deuxième trimestre. Dans son sillage, le concurrent Publicis gagne 1,04% et le compartiment des médias en Europe prend 0,33%, la plus forte hausse sectorielle après le compartiment de la santé (+0,57%).

    > A retenir également, le bond de Bayer gagne 6%, à un plus haut d'environ cinq mois, sur la base d'informations selon lesquelles le groupe chimique allemand serait prêt à verser 8 milliards de dollars pour solder les litiges sur le RoundUp.

  • Le PIB britannique en baisse, la livre s'enfonce

    Le produit intérieur brut du Royaume-Uni a décru de 0,2% au deuxième trimestre à quelques mois du Brexit, annonce l'Office des statistiques nationales (ONS), qui évoque une perturbation dans la gestion des stocks des entreprises face au départ de l'UE.

    L'ONS souligne que le PIB du pays n'a pas diminué depuis le quatrième trimestre 2012.

    Début 2019, les entreprises ont du constituer des stocks en prévision du Brexit, prévu initialement le 29 mars. Comme ce départ a été repoussé, les sociétés ont écoulé ces stocks supplémentaires au printemps et ont, de surcroît, diminué leurs investissements.

    La livre britannique flanche, approchant de ses plus bas en deux ans face à l'euro et au dollar, en réaction aux chiffres du PIB.

    Le sterling perd 0,19% face au billet vert, à 1,2109 dollar, et 0,30% face à la devise européenne, à 92,43 pence pour un euro.

     

  • Bayer serait prêt à transiger pour 8 milliards de dollars sur le Roundup

    Bayer serait prêt à verser 8 milliards de dollars (7,15 milliards d'euros) pour mettre fin à plus de 18.000 plaintes aux Etats-Unis liées au Roundup, herbicide de Monsanto accusé de provoquer des cancers, rapporte Bloomberg, ce qui a fait bondir le titre du groupe chimique allemand de 11% en Bourse de Francfort.

    L'action Bayer a perdu plus d'un tiers de sa valeur, soit environ 30 milliards de dollars de capitalisation boursière, en un an depuis qu'un jury californien a déclaré en août 2018 que Monsanto, désormais filiale de Bayer, aurait dû prévenir les utilisateurs des risques présumés de cancer liés au Roundup.

    ©EPA

  • "Jensen a encore assez de potentiel"

    Guy Sips de KBC Securities revient sur les résultats de Jensen-Group . Le chiffre d'affaires et le bénéfice sont décevants, estime l'analyste tout en précisant être raisonnablement optimiste pour l'action.

    "L'Europe se porte particulièrement bien, où le groupe s'est bien développé au cours de l'année écoulée", explique l'analyste. Il voit également des opportunités sur le continent pour l'avenir. Sips prévoit ainsi une augmentation de la demande de systèmes de machines à laver grâce à la fusion des géants de la lessive Elis et Berendsen.

    "Elis a toujours été un groupe qui construit de nouvelles laveries. En raison de la fusion, cela n’a pas eu lieu récemment, mais vous pouvez vous attendre à ce qu’ils rattrapent leur retard", a déclaré Sips.

    La recommandation d'acheter est confirmée avec un prix cible de 42,50 euros.

    L'action perd 3,18% à 33,50 euros dans un marché en baisse de 0,72%.

  • Fagron commercialise de l'huile de cannabis en Belgique

    Les pharmaciens belges sont désormais autorisés à vendre du cannabidiol (CBD), un ingrédient du cannabis, en tant que médicament délivré sur ordonnance d'un médecin.

    C’est ce qui ressort d’une circulaire de l’agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS) publiée en début de semaine. Cela ouvre un nouveau marché pour la société cotée Fagron , un fournisseur de matières premières pharmaceutiques et d’aides à la composition pharmaceutique.

    Le marché du cannabis n'est pas nouveau pour Fagron. Aux Pays-Bas, entre autres, elle vend déjà de l'huile de CBD, étiquetée comme complément alimentaire et disponible gratuitement. Toujours aux Pays-Bas, il est le distributeur exclusif du cannabis médicinal. Et l'année dernière, la société a signé un accord avec la société canadienne Cannimed Therapeutics pour distribuer son cannabis dans 17 pays européens.

  • L'essentiel de la tendance boursière

    1. Les indices européens s'inscrivent en léger recul en début de matinée
    2. Plus prudents, les investisseurs guettent les développements en matière commerciale et la crise politique italienne.
    3. En Italie, Matteo Salvini a donné le coup d'envoi de la course vers de nouvelles élections législatives anticipés
    4. La Bourse de Milan accuse le coup, tout comme les valeurs bancaires et la dette italienne.
    5. Sur le front commercial, selon Bloomberg, la Maison blanche tarde à se prononcer sur l'octroi de licences à des
    entreprises américaines pour les autoriser à travailler avec le chinois Huawei.
    6. Le département américain du Commerce a par ailleurs annoncé l'imposition de droits compensateurs sur des milliards de dollars d'importations de placards de cuisine et d'armoires de salles de bains fabriqués en Chine.
    7. Du côté des indicateurs, les prix à la production chinois se sont inscrits en baisse le mois dernier pour la première fois depuis trois ans. Le Japon a par contre, affiché une croissance plus forte prévu de son PIB au deuxième trimestre.
    8. WPP bondit de 7,50% après ses résultats trimestriels jugés rassurants.

  • La Bourse de Londres recule avant les chiffres de la croissance

    La Bourse de Londres perd du terrain, après deux jours de hausse. Les investisseurs se préparent à la publication dans la matinée de la première estimation de la croissance britannique au deuxième trimestre. Les économistes s'attendent à une stagnation de l'activité du fait des incertitudes du Brexit et après un bon début d'année.

    "Un ralentissement de la croissance au Royaume-Uni ne serait pas une surprise. Mais si elle était bien plus faible que prévu cela pourrait mettre sous pression la livre."
    Ipek Ozkardeskaya
    Analyste chez London Capital Group

  • Les banques italiennes attaquées

    L'indice du secteur bancaire italien perd 3%, en raison de la crise politique en Italie. Unicredit et Intesa baissent de 3%.

    La Bourse de Milan perd 1,7%.

    Jeudi soir, Matteo Salvini a donné le coup d'envoi de la course vers de nouvelles élections législatives. L'homme fort du gouvernement italien et chef de la Ligue a créé la surprise jeudi soir: il a réclamé des élections anticipées, faisant éclater la coalition populiste instaurée il y a 14 mois avec son allié du Mouvement 5 Etoiles et provoquant une crise à l'issue incertaine.

  • WPP: +9%

    WPP bondit de 9,2% après ses résultats trimestriels. Dans son sillage, Publicis gagne 1%.

  • | Opening Bell |

    Les Bourses européennes débutent en recul, revenant à plus de circonspection au lendemain d'un franc rebond, guettant les derniers développements en matière commerciale et politique en Italie.

    • Bruxelles: -0,40%
    • Amsterdam: -0,30%
    • Francfort: n.c.
    • Paris: -0,33%
    • DJ Stoxx 600: -0,08%

    • Jensen-Group:-2,90%
    • Ahold Delhaize :+0,31%

  • WPP: +3% en avant Bourse

    Le titre WPP gagne entre 2 et 3% en avant-Bourse, selon des traders.

    Le premier groupe publicitaire mondial a fait état de ventes meilleures que prévu au deuxième trimestre et a maintenu ses objectifs annuels, après avoir réussi à fidéliser ses clients et à conquérir de nouveaux marchés.

  • Les tensions politiques en Italie font grimper les rendements italiens

    Les tensions politiques en Italie favorisent une poussée des rendements obligataires italiens. Le rendement à dix ans grimpe d'environ 19 points de base, pour atteindre 1,742%, un plus haut depuis le 12 juillet.

    Parallèlement, les emprunts d'Etat jugés les plus sûrs, Etats-Unis et Allemagne en tête, reculent. Le rendement du dix ans allemand tombe à 0,588%, en baisse de trois points de base et proche du plus bas record de -0,61% touché mercredi. Son équivalent américain recule à 1,70%, après avoir atteint en cours de séance jeudi un pic à 1,793% avec le rebond de Wall Street et la baisse inattendue des inscriptions au chômage.

    Matteo Salvini, le vice-président du Conseil et chef de la Ligue, l'un des deux partis de la coalition gouvernementale, a déclaré jeudi que des électionslégislatives anticipées étaient nécessaires car, selon lui, la coalition ne fonctionne plus et ne dispose plus de majorité au parlement.

  • Allemagne : net impact des tensions commerciales sur le volume d'échanges

    L'Allemagne a enregistré en juin un excédent commercial de 18,1 milliards d'euros, en léger recul par rapport à mai, en raison d'un repli des exportations doublé d'une hausse des importations, a annoncé vendredi l'Office fédéral des statistiques.

    En données corrigées des variations saisonnières, les exportations ont diminué de 0,1% sur un mois à 106,1 milliards d'euros, et les importations ont progressé de 0,5% à 89,3 milliards d'euros.

    La comparaison avec juin 2018 met nettement en lumière l'impact des tensions commerciales sur le volume d'échanges: les exportations allemandes ont plongé de 8,0% sur un an, tandis que les importations ont elles aussi reculé de 4,4%.

    "Après une série d'indicateurs industriels inquiétants, ces données rendent plus probable une contraction du produit intérieur brut du deuxième trimestre, qui sera dévoilé mercredi prochain."
    Carsten Brzeski
    Economiste chez ING

  • Kepler relève sa recommandation sur Carlsberg

    L'analyste Richard Withagen relève sa recommandation sur Carlsberg de "vendre" à "conserver". Withagen fixe un objectif de cours de 1.000 couronnes, ce qui laisse un potentiel de hausse de 2,5% par rapport au dernier cours de clôture.

    L'action Carlsberg bénéficie au stade actuel de 8 recommandations d'achat, de 12 à "conserver" et de 11 à "vendre".

  • "Une fusion entre Ahold Delhaize et Kroger aurait du sens"

    Un analyste évoque à nouveau le scénario d'une fusion entre Ahold Delhaize et le groupe américain Kroger et les avantages d'une telle opération. De quoi expliquer le bond soudain de l'action (+5%) hier.

     

  • "Les informations concernant Huawei ont déclenché la hausse du yen, rappelant que le différend commercial entre les Etats-Unis et la Chine reste un risque et que ce risque ne faiblit pas."
    Junichi Ishikawa chez IG Securities

  • Briefing d'avant Bourse

    1. Les principales Bourses européennes sont attendues en baisse à l'ouverture, pénalisées par de nouvelles inquiétudes sur le front des tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine.

    2. D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien pourrait perdre 0,48% à l'ouverture, le Dax à Francfort reculerait de 0,37% et le FTSE à Londres cèderait 0,27%.

    3. Les places européennes ont terminé jeudi en nette hausse, soutenues par la progression inattendue des exportations chinoises, la stabilisation du yuan et la baisse des inscriptions au chômage aux Etats-Unis.

    4. Les craintes sur le commerce devraient à nouveau se manifester sur les marchés après une information de Bloomberg selon laquelle la Maison blanche tarde à se prononcer sur l'octroi de licences à des entreprises américaines pour les autoriser à travailler avec le chinois Huawei.

    5. Du côté des investisseurs, les investisseurs attendent principalement les chiffres du produit intérieur brut (PIB) britannique au deuxième trimestre, dont la publication est prévue à 10h30.

    6. Wall Street a confirmé jeudi ses velléités de rebond de la veille, l'indice Dow Jones s'adjugeant 1,43%, le S&P 500 1,88% et le Nasdaq Composiet 2,24%.

    7. Le rendement des emprunts du Trésor américain à 10 ans recule à 1,70% et le yuan, qui a franchi lundi le seuil de 7,0 pour un dollar pour la première fois depuis 2008, est inchangé à 7,0764 sur le marché "offshore".

  • Ascencio confirme le dividende, Montea le relève

    Quelques valeurs belges à tenir à l'oeil... puisqu'elles ont publié des communiqués après la clôture jeudi.

    Ascencio - Le groupe immobilier Ascencio a enregistré des revenus locatifs de 31,2 millions d’euros au cours des neuf premiers mois de son exercice, soit une croissance de 1,5%. Le taux d'occupation est de 97 à 96,6%. L'entreprise a confirmé viser un dividende brut stable de 3,40 euros. > Notre article

    Montea -  Le spécialiste de l'immobilier logistique Montea a réalisé un semestre solideet il a relevé ses attentes en matière de bénéfices et de dividendes. Au lieu d'un dividende en hausse de 5%, Montea table sur une hausse de 10% à 2,5 euros bruts. > Notre article

    Jensen - Jensen a vu ses ventes chuter de 1,9% au premier semestre à 177,6 millions d'euros. Le bénéfice d'exploitation a progressé de 5,9% à 16,8 millions d'euros, en partie à cause du paiement partiel des sommes assurées pour les dommages causés par l'ouragan Michael dans l'usine américaine. Jensen a déjà reçu 2,5 millions d'euros de son assureur. Le résultat brut d’exploitation a augmenté de 11,9% à 20,7 millions d’euros, mais s’élève à 18,2 millions d’euros sans le montant de l'assurance. Jensen avait une dette de 32,5 millions d’euros à la fin du mois de juin et des liquidités à la fin de 2018. > Le communiqué

    WDP - La SIR spécialisée dans l'immobilier logistique annonce la tenue d'une assemblée générale extraordinaire le 11 septembre portant sur la transformation de la forme juridique de la société, de Société en Commandite par Actions (SCA) en société anonyme (SA). > Les documents de l'assemblée

  • A suivre ce vendredi 9 août

    → ECONOMIE / FINANCE

    Allemagne
    - 8h Balance commerciale / juin

    Chine
    - Inflation / juillet

    Etats-Unis
    - 14h30 Prix à la production / juillet

    Japon
    - PIB / T2

    Royaume-Uni
    - 10h30 PIB (1re estimation) / T2
    - 10h30 Production industrielle, balance commerciale / juin

    → ENTREPRISES

    Belgique
    - Connect Group: offre de reprise à 1,60 euro par action par IPTE. Jusqu'au 14 août

    Royaume-Uni
    - WPP / résultats semestriels

  • Bonjour...

    ... et bienvenue sur notre Market live.

    L'Asie boursière évolue en ordre dispersé. Les marchés chinois se retournent à la baisse, en réaction au premier déclin des prix à la production en Chine en trois ans, après avoir pourtant ouvert en hausse dans le sillage de la bonne tenue de Wall Street jeudi. Le CSI 300 des grandes capitalisations perd 0,53% et Shanghai 0,43%.

    Les prix à la production en Chine ont décliné en juillet pour la première fois en trois ans, accentuant les craintes d'une déflation et mettant sous pression Pékin pour qu'il engage des mesures de soutien à l'économie supplémentaires dans un contexte d'escalade des tensions commerciales avec les Etats-Unis.

    La Bourse de Tokyo par contre progresse de 0,6%, grâce au PIB et malgré le yen.

    Le Japon, troisième économie mondiale, a affiché une croissance plus forte prévu au deuxième trimestre, de 0,4% sur trois mois, grâce notamment au dynamisme de la consommation des ménages, selon des données préliminaires publiées vendredi par le gouvernement. Les économistes tablaient en moyenne sur à peine 0,1%.

     

    ©AFP

Plus sur Les Marchés

Echo Connect