1. Les marchés
  2. Live blog
live

"Les marchés européens restent les dindons de la farce"

Les indices actions européens ont mis un terme à deux séances de hausse. Les valeurs bancaires sont retombées. Les trimestriels de Bekaert passent mal. Résultats d'IBA, Kinepolis et Argenx. Asit biotech a laché jusqu'à 7% en séance. Galapagos a poursuivi sa hausse.
  • Le point à la clôture des marchés en Europe

    LLes Bourses européennes ont reculé mercredi, affaiblies par plusieurs annonces d’entreprises décevantes. Mais la baisse du jour en Europe a aussi été liée à la faiblesse du dollar et à une “prise de profit assez logique" après deux jours de hausse, a expliqué l’analyste John Plassard de chez Mirabaud Securities”.

    Francfort a glissé de 0,70%, Paris de 0,50%, Amsterdam de 0,36%. A l’opposé, la Bourse de Londres a progressé de 0,15%.

     

    "Les résultats d’entreprises ont été corrects jusqu'ici, mais pas assez pour offrir une hausse soutenue du prix des marchés actions. Ce qui manque encore actuellement c’est un solide rallye des valeurs bancaires, un moteur important pour tout progression plus large des marchés boursiers."
    Ralf Zimmermann
    Stratégiste pour le courtier Lampe à Düsseldorf, en Allemagne

     

    L’analyste devra sans doute encore un peu patienter puisque l’indice DJ Stoxx 600 des valeurs bancaires a perdu jusqu’à 2,20% en séance ce mercredi, pour finalement clôturer sur une perte de 0,97%.

    Parmi les valeurs en vue dans ce compartiment, la banque autrichienne Raiffeisen Bank International, qui a indiqué étudier la possibilité d'une fusion avec sa maison mère non cotée Raiffeisen Zentralbank (RZB) dans le but de renforcer le bilan de cette dernière, a chuté de 10,14%.

    ABN Amro a pour sa part rétrogradé de 2,89%, malgré la publication de résultats meilleurs que prévu pour le premier trimestre, avec notamment une baisse du poids de ses créances douteuses.

    A Paris, JC Decaux a dégringolé de 9,99%, en réaction à des prévisions décevantes pour le deuxième trimestre.

    Toujours à Paris, Numéricable - SFR a lâché 0,52%. Le deuxième opérateur télécoms français a essuyé une perte au premier trimestre, dans un contexte de profusion de promotions sur le marché français des télécoms.

    En panne également, mais à Francfort, E.ON a rendu 5,58%. Le groupe a pourtant annoncé un bénéfice brut en hausse de 8% au premier trimestre.

  • -3,59%
    Asit biotech n'a pas séduit les investisseurs. La société biotech belge a clôturé sa première journée de cotations sur un repli de 3,59% à 6,75 euros.

  • Dividende approuvé chez Cofinimmo

    L'assemblée générale de Cofinimmo , qui a eu lieu ce 11 mai, a approuvé la proposition d'attribuer un dividende prioritaire de 6,37 euros brut aux actionnaires privilégiés et de 5,50 euros aux actionnaires ordinaires.

  • | Closing Bell |

    • Amsterdam: -0,36%
    • Bruxelles: -0,60%
    • Francfort: -0,70%
    • Londres: +0,07%
    • Paris: -0,50%
  • Dividende approuvé et statuts adaptés chez bpost

    Les actionnaires de bpost, réunis mercredi en assemblées générales ordinaire et extraordinaire, ont notamment approuvé des modifications aux statuts de l'entreprise publique afin de les aligner sur la loi du 16 décembre 2015. Cette loi rend possible une privatisation de bpost -ainsi que de Proximus - puisqu'elle a supprimé l'obligation légale faite aux autorités de détenir une majorité des actions des deux entreprises publiques.

    Par ailleurs, les actionnaires ont approuvé les résultats financiers 2015 et la proposition de distribution d'un dividende total final d'1,29 euro brut par action (dont 1,05 euro a déjà été payé en décembre 2015); ils ont approuvé le rapport de rémunération pour l'exercice 2015 et ont voté la décharge aux administrateurs et commissaires pour l'exercice de leur mandat.

    L'Etat belge possède 51,04% des actions de bpost, qui est cotée en Bourse depuis 2013.

  • La filiale Premium enfonce Mediaset

    Mediaset est en forte baisse à la Bourse de Milan après l'annonce par le groupe italien de médias d'une perte au premier trimestre, due à son activité de télévision payante, et des prévisions prudentes en matières de recettes publicitaires.

    Des analystes financiers expliquent que la filiale Premium pourrait continuer à consommer de la trésorerie jusqu'au bouclage de sa vente au français Vivendi, conclue début avril.

    Au premier trimestre, le cash-flow libre de Premium a été négatif à hauteur de 92 millions d'euros. "Ce montant pourrait rester le même pendant trois trimestres puisque la clôture de l'opération est attendue d'ici la fin septembre, ce qui se traduirait par une augmentation des coûts", dit un analyste.

    Au total, Mediaset, contrôlé par la famille de l'ex-président du Conseil Silvio Berlusconi, a perdu 18 millions d'euros au premier trimestre, un résultat à comparer au bénéfice de 0,6 million enregistré sur la période correspondante de l'an dernier.

  • Les résultats d'entreprises pénalisent les indices actions

    Les indices actions européens restent orientés en baisse mercredi après-midi, faiblissant après deux jours de hausse et pénalisée par des résultats d'entreprises décevants. Les reculs varient entre 0,9% à Paris et 0,11% à Londres.

     

    "Les investisseurs manquent de conviction, notant que si les catalyseurs sont faibles pour justifier d'une forte hausse des indices, le contraire est vrai aussi."
    Les gérants chez Barclays Bourse

     

    Pour John Plassard, chez Mirabaud Securities, la baisse du jour en Europe est liée à la faiblesse du dollar et à une "prise de profit assez logique" après deux jours de hausse.

    Le marché avait en outre peu d'indicateurs économiques à suivre en séance et s'en remettra à la publication à 16h30 des stocks hebdomadaires de brut américains.

  • Wall Street ouvre en baisse

    Wall Street a ouvert en petite baisse mercredi, reprenant son souffle à l'image des Bourses eurpopéennes, dans un marché souffrant également de résultats décevants: le Dow Jones cédait 0,31% et le Nasdaq 0,24%.

    Mardi, la Bourse de New York avait fini en nette hausse, inspirée par le pétrole et les autres places boursières dans un climat haussier généralisé: l'indice vedette Dow Jones Industrial Average et le Nasdaq, à dominante technologique, avaient chacun gagné 1,26%, à respectivement 17.928,35 et 4.809,88 points.

  • |Wall Street: opening bell|

    Dow Jones: -0,31%

    S&P 500: -0,21%

    Nasdaq Composite: -0,24%

  • Les valeurs bancaires de nouveau dans la tourmente en Italie

    ©AFP

    Le secteur bancaire italien était de nouveau dans la tourmente mercredi, plusieurs valeurs s'effondrant après des résultats ayant de nouveau relancé les inquiétudes sur la question des créances douteuses et la solidité des banques de la péninsule. En début d'après-midi,, Banco popolare dévissait de 12,52% à 4,234 euros, tandis que Banca popolare di Milano (BPM) , avec qui elle doit fusionner, chutait de 8,45% à 0,5 euro. Leur cotation avait été un temps suspendue après qu'elles eurent perdu respectivement plus de 14% et 10%.

    Banco Popolare a annoncé mardi soir avoir subi au premier trimestre une perte nette surprise de 314 millions d'euros, en raison d'une augmentation de ses provisions pour créances douteuses, contre un bénéfice net de 209 millions un an auparavant. Ces provisions ont atteint 684 millions d'euros, soit près de quatre fois plus qu'au premier trimestre 2015.

    La Banque centrale européenne (BCE) lui a demandé d'accroître sa couverture vis-à-vis des créances douteuses dans le cadre de sa fusion avec BPM, qui doit donner naissance à la troisième banque du pays. Banco popolare devra ainsi mener une augmentation de capital d'un milliard d'euros.

    BPM a annoncé de son côté une baisse de 29% de son bénéfice net, à 48 millions d'euros, un peu supérieur au consensus, et était touchée par effet domino, du fait d'une certaine crainte entourant l'augmentation de capital de sa consoeur.

    D'autres banques étaient à la peine, comme Carige (-6,18%), Ubi Banca (-4,11%) ou Unicredit (-3,66%). En six mois, l'indice des banques italiennes, le FTSE Italia All-Share banks, a perdu 41% sur fond d'inquiétudes concernant les créances douteuses -- qui s'élèvent à 360 milliards d'euros selon la BCE--, l'éclatement du secteur et les problèmes de capitalisation.

  • Wall Street attendue en repli

    La Bourse de New York s'orientait vers une ouverture à la baisse mercredi, perdant de l'élan après une forte augmentation la veille et les résultats décevants de Disney tout en surveillant les cours du pétrole. Vers 14h20, le contrat à terme sur l'indice Dow Jones Industrial Average, qui donne une indication de son évolution, reculait de 0,23% lors des échanges électroniques, celui sur le S&P 500 de 0,16% et celui sur le Nasdaq de 0,14%.

    Wall Street avait fini en nette hausse mardi, inspirée par la hausse du pétrole et les autres places boursières dans un climat haussier généralisé.

    Le marché attend d'en savoir plus sur l'impact éventuel des incendies canadiens sur les réserves américaines de brut à l'occasion de la diffusion des chiffres sur les stocks hebdomadaires des niveaux des produits pétroliers aux Etats-Unis en début de séance.  Seront aussi publiés en cours de journée les chiffres de l'exécution budgétaire en avril. 

  • >STAPLES et OFFICE DEPOT ont annoncé mardi renoncer à fusionner après la suspension de leur projet ordonnée par la justice fédérale américaine pour non respect des règles de la concurrence. L'action Office Depot plonge de 36% à 3,90 dollars en avant-Bourse et Staples chute de 16% à 8,70.

    >WALT DISNEY a publié des résultats trimestriels inférieurs aux attentes pour la première fois en deux ans, son réseau de chaînes sportives ESPN ayant connu une baisse des revenus publicitaires et des abonnements, tandis que ses parcs à thème et sa division produits grand public ont également déçu. L'action trébuche de 5,09% avant l'ouverture.

    >WENDY'S. Le groupe de restauration rapide a publié des résultats en baisse mais meilleurs qu'attendu pour son premier trimestre clos le 3 avril, et il a relevé ses prévisions de bénéfice par action et d'Ebitda ajusté pour l'ensemble de l'exercice. L'action grimpe de 5,10% en avant-Bourse.

    >ELECTRONIC ARTS a publié un chiffre d'affaires et un bénéfice supérieurs aux attentes pour le quatrième trimestre de 2015-2016, portés par le succès du jeu "Star Wars Battlefront". L'action s'adjuge 6,93% enavant-Bourse.

    >CANADIAN SOLAR. Le spécialiste de l'énergie solaire a annoncé des résultats meilleurs que prévu pour son premier trimestre et rehaussé ses prévisions pour l'ensemble de l'exercice. L'action monte de 12,74% avant l'ouverture.

    >MACY'S. Le propriétaire des enseignes Macy's et Bloomingdale's donne avant l'ouverture le coup d'envoi des résultats des chaînes de grands magasins mais pourrait manquer le consensus des analystes, selon l'estimation StarMine de Thomson Reuters. Le titre recule de 2,68% à 36,00 dollars.

    >ALASKA AIR. La compagnie aérienne va intégrer l'indice S&P-500 en lieu et place du fabricant de disques durs SANDISK, racheté par WESTERN DIGITAL. Le titre progresse de 1,10% en avant-Bourse.

  • La fusion entre Staples et Office Depot ne se fera pas

    OOF. https://t.co/hnKQQB1inb— Joe Weisenthal (@TheStalwart) May 11, 2016

  • Venez commenter l'actualité boursière avec nous dès 12h30 (->13h30)

  • "La baisse du dollar est terminée"

    C'est ce qu'affirme Goldman Sachs qui voit le billet vert gagner 15% au cours des deux prochaines années.

     

    Goldman Sachs says the dollar slump is over https://t.co/34JXSxMgis pic.twitter.com/qT3515YP1Q— Bloomberg (@business) May 11, 2016

  • La Commission bloque l'OPA d'Hutchison sur O2

    We have blocked the proposed acquisition of #O2 by Hutchison under EU Merger Regulation: https://t.co/Rzt1p0hb7k pic.twitter.com/tFrQklz2KS— European Commission (@EU_Commission) May 11, 2016

  • Les marchés à la mi-séance en 5 points

    1. Les indices européens sont dans le rouge en raison des incertitudes sur la croissance chinoise et des résultats d’entreprises dont certains sont décevants.

    2. Le Bel 20 se contracte de 0,57%.

    3. Pour sa première cotation Asit biotech est dans le rouge.

    4. Le marché sanctionne Bekaert. Le tréfileur est circonspect pour son second semestre.

    5. L’euro est en hausse face au dollar.

  • Les marchés européens restent les dindons de la farce. Malgré le net rebond de Wall Street, ils ne parviennent pas à suivre.

  • L'action JCDecaux signe mercredi la plus forte baisse de l'indice SBF 120 et touche un plus bas depuis sept ans,alors que plusieurs analystes jugent décevantes les perspectives du leader mondial de la communication extérieure pour le deuxième trimestre. En matinée, le titre chutait de 9,26% dans des volumes représentant 96% de leur moyenne quotidienne des trois derniers mois sur Euronext. Au même moment, l'indice SBF 120 reculait de 0,79% dans des volumes représentant 13% de leur moyenne quotidienne.

    Le numéro un mondial de la communication extérieure a annoncé mardi une croissance à deux chiffres au premier trimestre mais a prévenu que la mise en oeuvre de son nouveau projet londonien prenait plus de temps que prévu, ce qui devrait peser sur sa performance au deuxième trimestre.

    Dans une note, Barclays souligne les bons résultats du premier trimestre, mais relève les "perspectives faibles" du groupe pour le second trimestre.
    "Les prévisions pour le T2 sont décevantes en dépit de l'annonce d'une croissance de 3%", explique le broker, qui a abaissé sa recommandation de "pondération en ligne" à"sous-pondérer", avec une recommandation réduite de 37,5 à 35 euros. "Ces prévisions inférieures au T2 sont partiellement liées au délai d'installations des écrans numériques à Londres et au ralentissement de l'économie mondiale", explique une analyste de Berenberg. "Par ailleurs, les prévisions de JCDecaux pour le T2 sont,pour la plupart, conservatrices", ajoute-t-elle.

    JCDecaux a annoncé en août 2015 avoir remporté le contrat des abribus publicitaires des transports urbains de Londres, d'une valeur de 700 millions d'euros pour une durée de 8 ans.

  • Voici le briefing actions belges du jour

    Briefing actions 11/5 Bekaert, UCB, Cofinimmo, Delhaize, IBA, Kinepolis, D'Ieteren, Euronav, https://t.co/sPGXuC3smS pic.twitter.com/M1JREuLaXN— Stéphane Wuille (@stephanewuille) May 11, 2016

  • Un nouveau "shorteur" sur Cofinimmo

    BlackRock Investment Management a déclaré détenir, à la date du 9 mai, une position vendeuse sur Cofinimmo représentant 0,51% du capital. Un autre "shorteur", JP Morgan Asset Management avait déjà déclaré, au mois de mars, détenir une position vendeuse sur la SIR représentant 0,54% du capital.

  • Le début de la séance en 5 points

    1.Repli généralisé en Europe en raison de l'incertitude persistante sur la croissance en Chine et sous l'effet d'une série de résultats de sociétés mitigés. Le Bel 20 recule de 0,34%

    2.Bekaert sanctionnée pour ses prévisions du second semestre.

    3.Bons résultats de Kinepolis et IBA

    4.Asit biotech baisse lors de sa première cotation.

    5.L’or est en hausse

     

  • |Opening bell|

    Bel 20: -0,15%

    CAC 40:+0,03%

    Euro Stoxx 50: +0,01%

    Stoxx Europe 600: +0,04%

  • 53,8 millions d'euros dans les caisses d'Argenx

    Argenx annonce une position en cash de 53,8 millions à la fin mars, ce qui lui permet, selon ses dires, de poursuivre le développement de ses produits en conformité avec son business plan. Pour le premier trimestre, les revenus opérationnels se sont élevés à 2,8 millions d'euros.

  • KBC relève sa "reco" sur D'Ieteren

    KBC a relevé sa recommandation sur D'Ieteren à "accumuler" contre "conserver" avant. L'objectif de cours passe de 32 euros à 41 euros.

  • En hausse toute chez Kinepolis

    Les trimestriels de Kinepolis en 5 points:

    *Une hausse du nombre de visiteurs de 26,8% à 6,7 millions.

    *Une augmentation plus forte des produits totaux par rapport à celle du nombre de visiteurs.

    *Une augmentation de l'Ebitda courant, tant globalement que par visiteur.

    *Une augmentation du résultat courant net, malgré la hausse de la charge d'impôt.

    *Une baisse de l'endettement financier net par rapport au 31 décembre 2015. 

    Le film "Warcraft" tiré du jeu "World of Warcraft" sort au deuxième trimestre. ©REUTERS

  • Stabilité en vue à l'ouverture

    Les principales Bourses européennes sont attendues sur une note stable ou en légère hausse mercredi à l'ouverture pour consolider leurs gains de la veille. D'après les premières indications disponibles, l'indice CAC 40 parisien pourrait gagner jusqu'à 0,1% à l'ouverture et le Dax à Francfort 0,2% tandis que le FTSE à Londres s'annonce inchangé.

    Mardi, les marchés européens ont pris environ 0,7%, et la Bourse d'Athènes 3,1% à son pic de l'année, réagissant au fait que les ministres des Finances de la zone euro aient proposé un allègement de la dette grecque.

    La Bourse de Tokyo a gagné 0,08% mercredi, sa troisième séance consécutive de hausse, soutenue par la retombée du yen.

  • Asit biotech: le prix dans le bas de la fourchette

    Asit biotech a bouclé son introduction en Bourse et levé 23,5 millions d'euros, a annoncé la société belge de biotechnologie spécialisée dans le développement et la commercialisation de produits d'immunothérapie de nouvelle génération pour les allergies. Le prix définitif a été fixé à 7 euros (soit le bas de la fourchette comprise entre 7 euros et 8,5 euros) ce qui représente une capitalisation boursière d'environ 93,1 millions d'euros, ou 95,4 millions d'euros dans l'hypothèse de l'exercice intégral de l'option de surallocation.

    Quelque 10% des actions offertes ont été souscrites par des investisseurs particuliers en Belgique et en France. La négociation des actions débutera ce mercredi sur les marchés réglementés d'Euronext Bruxelles et Euronext Paris.

     

    #IPO #Bourse #biotech ASIT biotech veut se coter sur @euronext. Découvrez pourquoi en VIDEO https://t.co/WQQYzX4uuR pic.twitter.com/OT52zQcxYc— BoursoCap (@BoursoCap) 6 mai 2016

  • IBA: carnet de commandes record

    Le carnet de commandes de protonthérapie et autres accélérateurs d'IBA a atteint un nouveau record pour atteindre 355,4 millions d'euros à la fin du premier trimestre. Sur la même période, les revenus du groupe ont enregistré une hausse de 10,2% à 64,6 millions d'euros. 

    Nous prévoyons toujours d’atteindre nos prévisions de croissance pour l’année.
    Olivier Legrain
    CEO d'IBA

     

  • Bekaert confirme ses objectifs mais...

    Bekaert a enregistré un chiffre d’affaires consolidé de 884 millions d’euros au premier trimestre, en baisse de 2%. Malgré ses préoccupations pour le second semestre, Bekaert réitère son ambition d’une avancée très significative vers son objectif de 7% de Rebit pour 2016.  Avec une précision toutefois: " Nous sommes confiants que nous allons dépasser l’objectif dans la première moitié de l’année, écrit le groupe, et nous pensons que ceci nous prémunira afin de compenser la dégradation des conditions du marché et les effets saisonniers habituels attendus au second semestre de l’exercice. "

    En début de séance, le titre perdait 5%.

  • Trimestriels de Bekaert, Kinepolis, IBA et Argenx

    Ces quatre entreprises publient leurs chiffres trimestriels ce matin. Nos journalistes planchent déjà dessus. Dès que des articles seront disponibles je posterai des liens dans le "market live".

  • Bonjour à toutes et tous!

    Bienvenue sur le "market live" de L'Echo, l'observatoire idéal pour ne rien rater de cette séance de Bourse du mercredi 11 mai.

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés