1. Les marchés
  2. Live blog
live

Wall Street clôture la semaine dans le vert, le Nasdaq prend 2,3%

Gagnés par un regain de confiance quant à la situation économique, les marchés boursiers ont rebondi en fin de semaine et tentaient de combler leurs pertes des séances précédentes. La Bourse de New York a nettement avancé ce vendredi, poursuivant son rebond de la veille.
  • Fin du live

    Merci à tous de nous avoir suivis.

  • Wall Street conclut en hausse une semaine en dents de scie

    La Bourse de New York a fini en nette progression ce vendredi, à la fin d'une semaine où le marché aura fait les montagnes russes, oscillant entre craintes d'une trop forte inflation aux Etats-Unis et optimisme sur le front sanitaire. Le Dow Jones est monté de 1,06% à 34.382,13 points. Le Nasdaq a grimpé de 2,32% à 13.429,98 points. Le S&P 500 a gagné 1,49% à 4.173,81 points. Sur l'ensemble de la semaine, les grands indices ont toutefois perdu du terrain: le Dow Jones a reculé de 1,14%, le Nasdaq de 2,34% et le S&P 500 de 1,39%.

    Cette baisse hebdomadaire s'explique par trois séances consécutives dans le rouge de lundi à mercredi alors que les signes d'une brusque hausse des prix aux Etats-Unis se sont multipliés. Très attendu du marché, l'indice des prix à la consommation (CPI), diffusé mercredi par le département du Travail, a ainsi montré une hausse des prix à la consommation de 4,2% sur un an et de 0,6% sur un mois, dépassant les attentes du marché. Cette accélération du rythme de l'inflation suscite des interrogations sur un possible ajustement de la politique monétaire ultra-accommodante de la Réserve fédérale (Fed).

    Wall Street a toutefois rebondi en fin de semaine, porté notamment par l'optimisme sur le front sanitaire après la décision des autorités sanitaires américaines de lever l'obligation du port du masque en intérieur pour les personnes vaccinées contre le Covid-19. Côté valeurs, Disney, membre du Dow Jones, a baissé de 2,60%. Disney+, la plateforme de streaming du géant du divertissement, a affiché jeudi une croissance trimestrielle de son nombre d'abonnés jugée décevante par Wall Street. Airbnb a pris 4,01%. La plateforme de locations de logements de particuliers a subi une perte nette de 1,2 milliard de dollars entre janvier et mars, mais s'est montrée confiante sur un retour de la croissance pour l'industrie du voyage.

  • Les marchés US terminent dans le vert

    Le Dow Jones a gagné 1,06% à 34.380,75 points.

    Le Nasdaq a pris 2,32% à 13.429,98 points.

    Le S&P 500 a avancé de 1,49% à 4.173,79 points.

  • Clôture des marchés européens

    CAC 40 +1,54%

    AEX +1,31%

    BEL 20 +0,85%

  • "Les surprises se poursuivront cet été"

    Les investisseurs redoutent que la forte hausse de l'inflation aux Etats-Unis contraigne la Réserve fédérale à normaliser sa politique plus tôt que prévu. Plusieurs responsables de la Fed ont déclaré cette semaine que la banque centrale jugeait qu'il était prématuré de débattre du retrait progressif de son soutien, ce qui a contribué à calmer les marchés.

    "Les surprises se poursuivront cet été mais toutes ces hausses des prix resteront transitoires car liées à des effets de base sur un an", écrit dans une note Arthur Jurus, chef économiste de Landolt & Cie. "Une reprise de la tendance désinflationniste des précédentes années reste donc le scénario le plus probable", ajoute-t-il.

  • Walt Disney a la mine des mauvais jours

    Le géant américain du divertissement Walt Disney perd e 4,49%, de loin la plus forte baisse du Dow Jones, après la publication jeudi soir de chiffres montrant une croissance jugée décevante de son service de vidéos à la demande, Disney+.

  • Le point sur la tendance

    À moins d'une heure de la clôture en Europe, les indices poursuivent leur rebond des deux côtés de l'Atlantique. 

    Le Bel 20, toujours mené par Ageas et KBC, gagne vers 16h30 0,64%. La hausse est un petit peu plus soutenue sur les autres marchés européens avec un Stoxx 600 en progrès de 0,83%. 

    À New York, le S&P 500 avançait au même moment de 1,09% et le Nasdaq de 1,71%. Ce dernier indice se dirige néanmoins vers une quatrième semaine de baisse consécutive tandis que le Dow et le S&P 500 devraient connaître leur plus forte baisse hebdomadaire depuis janvier.

    Les valeurs technologiques, qui ont souffert cette semaine en raison d'inquiétudes sur leur niveau de valorisation, reprennent des couleurs: Amazon, Apple et Microsoft gagnent ainsi de 1,32% à 1,88%. 

  • Bois Sauvage serait prêt à vendre ses part dans Recticel

    Le groupe autrichien Greiner envisage de racheter Recticel. Un accord préliminaire aurait été conclu avec Bois Sauvage, l'actionnaire majoritaire du spécialiste des matériaux isolants. 

    Lire | Une OPA autrichienne en vue sur Recticel

  • USA: dégradation inattendue du moral des ménages

    Le moral des ménages américains s'est dégradé en mai, contrairement aux attentes, montrent les résultats préliminaires de l'enquête mensuelle de l'Université du Michigan. Son indice de confiance a reculé à 82,8 après 88,3 en avril alors que les économistes et analystes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une augmentation à 90,4.

    • La composante du jugement des consommateurs sur leur situation actuelle a diminué à 90,8 contre 97,2 le mois précédent et 99,6 pour le consensus Reuters. 
    • Celle des perspectives a reculé également, à 77,6 contre 82,7 en avril et 85,0 attendu.
  • Wall Street | Opening bell

    Dow Jones: +0,66% 
    S&P 500: +0,80% 
    Nasdaq Composite: +1,05% 

  • La participation de Bois Sauvage dans Recticel dépasse les 200 millions d'euros

    Du mouvement à venir dans le capital de Recticel? Tout indique que des discussions sont menées entre Bois Sauvage et Recticel sur les 27% du producteur de mousses isolantes détenus par le holding.

    Le titre de Recticel, qui avait chauffé de 14% sans raison apparente jeudi, est suspendu depuis ce vendredi matin, tout comme l'action Bois Sauvage.

    Dans le rapport annuel de Bois Sauvage, on apprend que le holding détenait un peu plus de 15 millions d'actions Recticel au 31 décembre 2020, soit une participation valorisée à 161,81 millions d'euros. Depuis le début de l'année 2021, l'action Recticel a gonflé de 5%, ce qui porterait la valeur de la participation actuelle de Bois Sauvage à près de 230 millions d'euros.  

  • Les ventes au détail US stables en avril par rapport à mars

    Les ventes au détail aux États-Unis ont été stables en avril par rapport à mars, lorsque les Américains avaient beaucoup consommé grâce aux chèques de relance versés par le gouvernement fédéral, selon les chiffres publiés ce vendredi par le département du Commerce.

    Les ventes totales se sont élevées à 619,9 milliards de dollars en avril, comme en mars. C'est moins bien qu'attendu, puisque les analystes tablaient sur une hausse de 1,8%, après un bond de 10,7% en mars, selon des données révisées en hausse et également publiées ce vendredi.

  • Elon tweete, le dogecoin monte en flèche

    Elon Musk a publié, il y a quelques minutes, un autre tweet qui fait monter en flèche le dogecoin. La cryptomonnaie bondit de plus de 31% après que Musk a déclaré sur Twitter qu'il travaillait avec des développeurs de dogecoins pour rendre les transactions plus efficaces. "Potentiellement prometteur", a précisé le PDG de Tesla.

    Le moment où le PDG envoie ce tweet est particulièrement important. Hier, le constructeur de voitures électriques a signalé qu'il n'acceptait plus les bitcoins comme moyen de paiement, car l'extraction de bitcoins et la réalisation de transactions dans la monnaie nécessitent trop de combustion de combustibles fossiles. Maintenant que Musk dit qu'il travaille activement avec le dogecoin, cela alimente les spéculations sur le fait que le dogecoin peut servir de méthode de paiement alternative.

  • Les "minutes" de la BCE suggèrent une revue en profondeur des achats en juin

    Les membres du Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE) ont évoqué, lors de leur réunion de politique monétaire d'avril, la possibilité de réévaluer en profondeur leur politique d'achats d'actifs en juin, mais ils n'ont pas débattu précisément d'éventuelles modifications, montre le compte rendu des débats publié ce vendredi.

    "Une nouvelle évaluation globale en commun devrait être menée lors de la prochaine réunion de politique monétaire en juin", explique le compte rendu de la réunion du 22 avril.

    Les membres du Conseil des gouverneurs ont toutefois clairement réaffirmé que même une fois le PEPP (le programme d'achats d'urgence face à la pandémie) clos, la BCE continuerait de soutenir massivement la zone euro pendant plusieurs années.

  • Du mouvement à venir dans le capital de Recticel?

    Bois Sauvage envisagerait de vendre sa participation majoritaire (au moins en partie) dans Recticel. Les titres des deux entreprises sont suspendus à la Bourse de Bruxelles.

  • Belle progression en vue pour le Nasdaq

    Wall Street devrait démarrer la dernière séance de la semaine sur une note positive, comme le laissent supposer les contrats à terme. Au stade actuel, l'indice Dow Jones est indiqué en hausse de 0,4%, le S&P 500 de 0,6% et le Nasdaq de 1%.

    La tendance pourrait encore évoluer avec la publication, en début d'après-midi, des chiffres mensuels des ventes au détail aux États-Unis (à 14h30).

    La Bourse de New York a fini en nette hausse jeudi, profitant d'un rebond après trois séances consécutives de repli. L'indice Dow Jones a gagné 1,29%, le S&P-500, plus large, a pris 1,22% et le Nasdaq Composite a avancé de 0,72%, à 13.124,99 points.

  • Le dollar faiblit, une hausse des taux US s'éloignant

    Le dollar faiblit ce vendredi alors que plusieurs responsables de la Réserve fédérale américaine (Fed) ont écarté, jeudi, une évolution prochaine de la politique de l'institution, actuellement peu attractive pour le billet vert.

    L'euro cote ainsi 1,2105 dollar, en hausse de 0,2% face au billet vert.

    Plusieurs responsables de la Fed ont souligné jeudi "qu'ils considèrent l'évolution actuelle de l'inflation comme transitoire et qu'ils ne sont donc pas enclins à envisager des hausses de taux plus rapides", a expliqué Ulrich Leuchtmann, analyste de Commerzbank.

    "Malgré le rapport de mercredi sur l'inflation, qui a atteint un niveau inattendu (...), une politique monétaire accommodante continue d'avoir un rôle important à jouer pour soutenir la reprise", a déclaré, en effet, Christopher Waller, un membre du conseil des gouverneurs de la banque centrale américaine. "Nous ne réagirons pas de manière excessive aux hausses temporaires de l'inflation", a-t-il continué.

  • Update | Le point sur la tendance boursière

    Les bourses européennes progressent dans le sillage de Wall Street et Tokyo, les craintes d'une poussée inflationniste durable, qui ont dominé le début de la semaine, ayant reflué après des déclarations jugées rassurantes de responsables de la Réserve fédérale américaine.

    Les gains varient entre +0,18% à Francfort et +0,52% à Paris. L'indice Euro Stoxx 50 est en hausse de 0,57% et le Stoxx 600 de 0,43%. Ce dernier a perdu 1,71% sur les quatre premières séances de la semaine, principalement en raison du regain d'inquiétude lié à la remontée de l'inflation aux États-Unis et à ses implications pour la politique monétaire de la Fed.

    Mais jeudi, Christopher Waller, membre du conseil des gouverneurs de la Fed, a affirmé que la banque centrale ne relèverait pas ses taux d'intérêt avant d'avoir observé un dépassement prolongé de son objectif d'inflation, ce qui a favorisé les achats à bon compte à Wall Street.

    "La Fed ne devrait pas ajuster sa politique et entamer un débat, nécessaire, sur la réduction de sa stimulation monétaire rapidement. En retardant ce débat, le marché devrait encore bénéficier de cette abondance de liquidité dans des économies développées qui rebondissent en sortant progressivement de la crise sanitaire", commente Sebastian Paris Horvitz, stratège de LBPAM.

  • Les commentaires de Goldman Sachs sur Danone passent mal

    En recul de 2%, le titre Danone accuse la plus forte baisse du CAC 40 en Bourse de Paris, après la dégradation du conseil de Goldman Sachs, passé à la vente en arguant de tendances démographiques défavorables aux activités de nutrition du groupe.

    Goldman Sachs a abaissé sa recommandation de "neutre" à "vendre" avec un objectif de 53 euros à l'horizon d'un an.

    La banque américaine justifie sa décision par "les récents déclins démographiques de plusieurs régions clés", notamment la Chine, où le nombre de naissances a chuté de 18% l'an dernier.

    Elle a donc revu à la baisse ses estimations de croissance du marché de la nutrition infantile à l'horizon 2025 et ses estimations de marges pour ce segment chez Danone.

  • Les deux facteurs qui plombent InPost

    Les débuts euphoriques à la bourse d'Amsterdam d'InPost semblent très loin, l'opérateur polonais de consignes automatiques pour les colis se négocie à un point bas de 13,34 euros, 17% de moins que le prix de souscription de janvier et 37% de moins que le premier prix auquel elle a été effectivement négociée.

    La rechute a deux raisons: d'une part, la reprise de Mondial Relay, en France, à un prix élevé. Et d'autre part, l'arrivée d'AliExpress en Pologne. La filiale du géant chinois Alibaba a annoncé qu'elle ouvrirait 8.000 casiers en Pologne d'ici à la fin de 2022, ce qui suscite logiquement des craintes d'une guerre des prix avec InPost. Selon le prospectus, la Pologne était de loin le marché le plus important au moment de l'introduction en bourse, avec - avant l'accord français - 10.766 des 12.254 consignes du groupe.

  • Le point sur la tendance boursière

    Les indices actions européens s'inscrivent dans le sillage du rebond de Wall Street jeudi, lequel s'est propagé aux marchés asiatiques, au terme d'une semaine assez agitée sur les marchés en raison de l'accélération de l'inflation américaine.

    Les gains varient entre +0,30% à Amsterdam et +0,49% à Francfort. L'Euro Stoxx 50 et le Stoxx 600 bonifient de l'ordre de 0,4%.

  • Suspension de Bois Sauvage, un des principaux actionnaires de Recticel

    L'action Bois Sauvage est suspendue, selon la FSMA. La société hoding Bois Sauvage est actionnaire à hauteur de 27,24% de Recticel , dont l'action est, elle aussi, suspendue.

  • VGP fait état d'une "solide performance" pour le début de 2021

    VGP  se targue du maintien d'une solide performance opérationnelle pour les quatre premiers mois de l’année. Depuis le début de l’année, l'entreprise a signé ou renouvelé pour 12,5 millions d’euros de contrats locatifs, portant le total de ses revenus locatifs annualisés à 196,8 millions d'euros, soit une hausse de 6% depuis le début de l’année.

    La société immobilière, spécialisée dans les immeubles logistiques, explique que l'année 2021 a commencé sur une base solide, car la demande d'emplacements haut de gamme reste à des niveaux élevés en raison de l'évolution du comportement des consommateurs et des avancées technologiques dans l'industrie.

    "Ces solides fondamentaux du marché et notre capacité d'exécution résiliente nous mettent sur la voie d'une nouvelle année très forte."
    Jan Van Geet
    CEO de VGP

  • |Opening bell|

    Amsterdam: +0,69%
    Bruxelles: +0,78%
    Paris: +0,64%
    Francfort: n.c.

    Euro Stoxx 50: +0,77%
    DJ Stoxx 600: +0,68%

    VGP: +5%
    Argenx: +3%

  • Jefferies renforce son objectif de cours sur KBC

    Le courtier Jefferies relève l'objectif de cours de KBC de 76,30 à 78,50 euros, en réaction aux résultats trimestriels solides du bancassureur. Le conseil reste, logiquement, d'"acheter".

    "Les revenus nets d'intérêts de KBC sont restés stables au premier trimestre. Ils ont donc mieux résisté que le secteur en général, les banques européennes ayant vu leurs revenus chuter de l'ordre 2%", écrit l'analyste Martina Matouskova.

    "Le groupe a encore renforcé son message selon lequel tous les coussins de fonds propres supérieurs à 15,5% (des actifs pondérés en fonction des risques, NDLR) peuvent être potentiellement distribués", note l'analyste de Jefferies. "Le plafonnement de l'excédent à ce niveau implique un dividende de 9,43 euros pour l'exercice 2021, soit un rendement de 14%". En plus du dividende économisé de 2 euros pour l'exercice 2020 et de l'avance sur dividende de 1 euro pour l'exercice 2021, l'analyste voit donc de la place pour un supplément de 6,43 euros en mai 2022.

    "Nous nous attendons à ce que les investisseurs se concentrent sur les valeurs offrant les meilleurs rendements d'ici septembre, lorsque la BCE assouplira l'interdiction de verser des dividendes. Et KBC a le bilan le plus solide pour répondre aux exigences de la BCE en matière de rentabilité, de qualité de crédit et de coussins de fonds propres".

    KBC a clôturé jeudi en baisse de 0,18% à 67,22 euros.

  • Suspension de Recticel

    L'action Recticel est suspendue, dans l'attente d'un communiqué, indique la FSMA.

    Recticel a clôturé, jeudi, en hausse de 14,20%, à 15,12 euros, un plus haut depuis 30 ans, dans des volumes trois fois plus élevés que la moyenne pour pareil jour de la semaine.

  • Le marché pétrolier reste orienté à la baisse | Colonial Pipeline réouvre ses oléoducs

    Le marché pétrolier reste orienté à la baisse au lendemain d'un repli de près de 3%, avec, notamment, la réouverture du réseau d'oléoducs du groupe américain Colonial Pipeline après une cyberattaque.

    L'exploitant américain d'oléoducs, victime depuis près d'une semaine d'une cyberattaque qui perturbe l'approvisionnement en essence de plusieurs États du pays, a pu reprendre ses activités mercredi soir.

    Le Brent abandonne 0,52%, à 66,70 dollars le baril, et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 0,45%, à 63,53 dollars.



  • Briefing d'avant-bourse

    Les bourses européennes sont attendues dans le vert à l'ouverture, dans le sillage du rebond de Wall Street la veille après les déclarations jugées rassurantes de plusieurs dirigeants de la Réserve fédérale.

    Les contrats à terme sur indices suggèrent une hausse de 0,7% pour le Dax à Francfort, de 0,5% pour le FTSE 100 à Londres et de 0,7% pour l'EuroStoxx 50.

    Les actions américaines ont fini en nette hausse jeudi malgré l'annonce d'une accélération de la hausse des prix à la production aux États-Unis en avril. Leur rebond, après trois jours consécutifs de baisse, s'est appuyé entre autres sur les propos de Christopher Waller, un gouverneur de la Fed, selon lequel la banque centrale ne relèvera pas ses taux d'intérêt avant d'avoir observé un dépassement prolongé de son objectif d'inflation.

    Le rebond a aussi profité des annonces des autorités sanitaires sur le retour à la normale aux États-Unis symbolisé par la fin de l'obligation de port du masque pour les personnes entièrement vaccinées

    "Il semble que l'inflation importe moins aujourd'hui qu'hier", commente Chris Weston, responsable de la recherche de Pepperstone, dans une note à ses clients. Selon lui, la baisse de la première partie de la semaine marquait "un retrait dans un marché haussier".

    La séance sera animée, entre autres, par la publication du compte rendu de la réunion de politique monétaire d'avril de la Banque centrale européenne (BCE) à 13h30, puis par les chiffres mensuels des ventes au détail aux États-Unis une heure plus tard.

  • Trésorerie de près de 3 milliards de dollars pour argenx

    La trésorerie, les équivalents de trésorerie et les actifs financiers courants de la biotech argenx s’élevaient, au 31 mars 2021, à 2,9 milliards de dollars, contre 1,9 milliard de dollars au 31 décembre 2020, indique l’entreprise. Cette dernière a décidé de rapporter, cette année, en dollars plutôt qu'en euros.

    Cette somme très importante de liquidités s’explique par l'importante levée de fonds réalisée en février via une offre globale. La biotech gantoise rappelle également que sa consommation de trésorerie va doubler cette année. Elle a quatre études cliniques en phase finale, qui est la plus coûteuse.



  • La croissance du service de vidéos en streaming déçoit chez Walt Disney

    La croissance du service de vidéos en streaming de Walt Disney  a déçu les attentes de Wall Street pour le deuxième trimestre, alors que le groupe de divertissement avait profité d'une forte demande au début de la pandémie.

    À la Bourse de New York, l'action Disney a perdu 3,7% dans les transactions après la clôture.

    Le service de vidéos en streaming Disney+, concurrent de Netflix, affichait un total de 103,6 millions d'utilisateurs début avril, alors que les analystes tablaient sur 109,3 millions, selon FactSet.

    Disney a fait état, par ailleurs, d'un bénéfice net par action ajusté pour son deuxième trimestre clos au 3 avril de 0,79 dollar, contre 0,27 dollar attendu par le consensus IBES/Refinitiv.

  • Argenx & VGP, des indicateurs US et des détachements de coupons

    La dernière séance de la semaine sera rythmée par la réaction des investisseurs aux résultats d'argenx et de VGP et une rafale d'indicateurs américains.

    Plusieurs sociétés cotées à Bruxelles cotent ex-coupon. C'est le cas de...

    > Aedifica : cotation hors dividende final 0,57 euro brut
    > Bekaert : cotation ex-dividende 1 euro brut
    > Sofina : cotation ex-dividende 3,01 euros brut

    Quant aux indicateurs US attendus, le marché attend...

    > Ventes au détail / avril, à 14h30
    > Production industrielle / avril, à 15h15
    > Production industrielle / avril, à 15h15
    > Indice de confiance du Michigan (1re estimation) / mai, à 16h

  • Les marchés asiatiques rebondissent dans le sillage de Wall Street

    Bonjour! Ceci démarre notre "Market live" du vendredi 14 mai.

    Les marchés asiatiques rebondissent ce matin, entraînés par Wall Street, la Bourse de New York ayant finalement retrouvé des couleurs la veille malgré de nouvelles inquiétudes sur l'inflation.

    L'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo engrange 2,26%. Hong Kong progresse de 0,95% et le CSI 300 des grandes capitalisations boursières chinoises bonifie de 1,72%.

    Wall Street a fini en nette hausse jeudi, profitant d'un rebond après trois séances consécutives de repli, ignoré de nouveaux signes d'une accélération du rythme de l'inflation aux États-Unis, avec la plus forte hausse depuis 2010 des prix de gros en avril.

    Les investisseurs américains ont préféré se réjouir de la décision, jeudi, des autorités sanitaires américaines de lever l'obligation du port du masque en intérieur pour les Américains vaccinés contre le Covid-19.

    > L'indice Dow Jones a gagné 1,29%, ou 433,79 points, à 34.021,45 points.
    > Le S&P-500, plus large, a pris 49,46 points, soit 1,22%, à 4.112,5 points.
    > Le Nasdaq Composite a avancé, de son côté, de 93,31 points (+0,72%), à 13.124,99 points.

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés