1. Les marchés
  2. Live blog
live

Le G7 n'inquiète pas plus que cela à Wall Street

La Bourse de New York a clôturé en hausse ce vendredi à l'issue d'une séance incertaine, les courtiers mettant finalement de côté les craintes commerciales pour se préparer à une semaine prochaine chargée. Chez nous, IBA a signé un nouveau contrat.
  • À l'agenda ce samedi 9 juin

    Voici les principaux événements à l'agenda de ce samedi 9 juin et du lundi 11.

    Samedi 9 juin

    Économie/finance

    Chine

    • Inflation / mai

    G7

    • Sommet du G7 au Canada (seconde journée et fin)

    Lundi 11 juin

    Économie/finance

    France

    • 8h30 Indicateur conjoncture BDF (2e estimation PIB deuxième trimestre)

    Royaume-Uni

    • 10h30 Production industrielle / avril

    Entreprises

    Belgique

    • Ablynx/ offre de rachat à 45 euros par action par Sanofi. Jusqu'au 12 juin
    • Ascencio/ résultats semestriels (après Bourse)
    • RealDolmen/ offre de rachat prolongée à 37 euros par action par GFI Informatique. Jusqu'au 25 juin
    • Sapec/ offre de reprise simplifiée par Soclinpar au prix de 60 euros par action. Jusqu'au 29 juin inclus

    France

    • Plastivaloire/ résultats du S1 (avant Bourse)
    • Total/ cotation ex-dividende intermédiaire de 0,62 euro brut
  • Le G7 n'inquiète pas plus que cela à Wall Street

    La Bourse de New York a clôturé en hausse ce vendredi, les investisseurs se préparant avant une semaine chargée qui verra les réunions des banques centrales américaine, européenne, et japonaise et la rencontre très attendue entre Trump et Kim Jong Un.

    Wall Street a semblé faire fi des préoccupations concernant le commerce mondial, alors que se tient aujourd'hui et demain un G7 sous tension entre les Etats-Unis et ses partenaires. Le Dow Jones a gagné 0,30% à 25.316,53 points. Le Nasdaq a pris 0,14% à 7.645,51 points. Le S&P 500 a avancé de 0,31% à 2.778,97 points. 

     Les investisseurs se sont surtout préparés pour la réunion très attendue de la Fed. On s'attend à ce qu'elle hausse les taux pour la deuxième fois cette année, mais les investisseurs surveilleront les signaux sur ses plans pour le reste de l'année.

    De son côté, Apple a perdu 0,91% après une information selon laquelle le groupe s'attendrait à un ralentissement des ventes d'iPhone. Dans son sillage, les fabricants de semi-conducteurs américains ont reculé. Intel a perdu 1,49%, Broadcom 2,54% et Qualcomm 0,63%.

  • Wall Street clôture en hausse

    • Le Dow Jones a gagné 0,30% à 25.316,46 points.
    • Le Nasdaq a pris 0,14% à 7.645,51 points.
    • Le S&P 500 a avancé de 0,22% à 2.776,48 points.
  • Le pétrole termine en léger repli à New York

    Le pétrole a fini en léger repli ce vendredi sur le marché new-yorkais Nymex, alourdi par les inquiétudes sur la hausse de la production américaine et de la demande chinoise, ainsi que par la révision en baisse des prévisions de JP Morgan sur les cours.

    • Le contrat juillet sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a perdu 21 cents, soit 0,32%, à 65,74 dollars le baril.
    • De son côté, le Brent a reculé de 86 cents, soit 1,11%, à 76,46 dollars.

    Sur la semaine, le WTI a cédé 0,23% et le Brent 0,49%. JPMorgan a abaissé sa prévision pour le WTI en 2018 de trois dollars à 62,20 dollars le baril, selon des traders. Les importations chinoises de pétrole en mai sont en baisse par rapport à leur record d'avril, selon les données douanières.

    L'augmentation de la production américaine de pétrole la semaine dernière, qui a atteint un niveau record de 10,8 millions de barils par jour, a également pesé sur la tendance.

  • La prudence domine avant le G7

    Paris exceptée, les principales Bourses européennes ont terminé en repli vendredi, les investisseurs privilégiant les actifs les moins risqués à quelques heures de l'ouverture d'un sommet du G7 dominé à l'avance par les tensions commerciales et à quelques jours de décisions clés de la Réserve fédérale américaine et de la Banque centrale européenne (BCE).

    À Paris, le CAC 40 a fini in extremis dans le vert avec une progression de 0,03% (1,86 point) à 5.450,22 points après avoir perdu jusqu'à 0,79% pour se rapprocher du seuil des 5.400. 

    A Londres, le FTSE 100 a perdu 0,3% et à Francfort, le Dax a reculé de 0,35%. L'indice EuroStoxx 50 a cédé 0,36%, le FTSEurofirst 300 0,25% et le Stoxx 600 0,21%.Le repli a été nettement plus marqué pour la Bourse de Milan, qui a rechuté de 1,89% après une nouvelle mise en garde du gouverneur de la Banque d'Italie contre le risque de dérapage des finances publiques.

  • Clôture en baisse sur les marchés européens

    Bel20 -0,60%

    AEX -0,46%

    Dax -0,41%

    CAC40 -0,07%

  • Le recul d'Apple pèse sur Wall Street

    La Bourse de New York a ouvert dans lerouge vendredi, plombée par des spéculations sur une baisse des prochaines commandes d'Apple, qui pèsent sur l'ensemble des technologiques, et par l'anticipation de discussions difficiles sur les tensions commerciales au sommet du G7.
    L'indice Dow Jones perd 58,96 points, soit 0,23%, à 25.182,45 points après un quart d'heure d'échanges. Le Standard& Poor's 500, plus large, recule de 0,2% à 2.764,96 points et le Nasdaq Composite cède 0,37% à 7.607,09 points.

    Apple abandonne 1,79%, la plus forte baisse du Dow Jones. Selon le quotidien japonais Nikkei, la firme californienne a prévenu ses fournisseurs qu'une baisse de 20%des commandes de composants était à prévoir pour le second semestre, anticipant ainsi un ralentissement des commandes d'iPhone.


    Dans le sillage du groupe à la pomme, le compartiment des semi-conducteurs souffre, son indice de référence cédant 1,39%. Le S&P des valeurs technologiques recule de 0,65%.
    Nvidia, Advanced Micro Devices, MicronTechnology, Intel et Broadcom perden tentre 0,57% et 3,05%.

     

  • Wall Street ouvre en baisse

    Le Dow Jones perd  0,17%, le Nasdaq  0,36%

  • *Les valeurs à suivre à Wall Street*

    * APPLE a demandé à ses fournisseurs de se préparer à lui livrer environ 20% de composants en moins au second semestre, anticipant ainsi un ralentissement des commandes d'iPhone, rapporte le Nikkei en citant des sources du secteur. L'action perd 2,1% en avant-Bourse.
    * SEMI-CONDUCTEURS - Dans le sillage d'Apple, les spécialistes des semi-conducteurs reculent en avant-Bourse. AMD perd 2,5%, MICRON TECHNOLOGY 1,9%, NVIDIA 1,8% et INTEL 1%.
    * VALEURS TECHNOLOGIQUES - NETFLIX, FACEBOOK TWITTER, SNAP, ALPHABET et AMAZON perdent de 1% à plus de 2% en avant-Bourse.
    * BROADCOM a publié jeudi un bénéfice trimestriel supérieur aux attentes de Wall Street, la vigueur de la demande pour ses puces pour réseaux et pour ses solutions de stockage de centres de données ayant compensé la faiblesse de l'activité processeurs. Le titre perd 3% dans les échanges en avant-Bourse.
    * VERIZON - L'opérateur de télécommunications a annoncé vendredi la nomination au poste de directeur général d'Hans Vestberg, ex-DG d'Ericsson, qui prendra ses fonctions le 1er août en remplacement de Lowell McAdam.
    * MICROSOFT a les capacités de développer un service de streaming de jeux vidéo qui lui permettrait de devenir le "Netflix du jeu", lit-on dans une note de Morgan Stanley.
    * QUALCOMM a annoncé vendredi la prolongation de son offre publique d'achat sur NXP SEMICONDUCTORS jusqu'au 15 juin.
    * ALIBABA perd 1,4% en avant-Bourse après l'annonce par sa filiale de paiements Ant Financial Services de la levée de 14 milliards de dollars à l'occasion d'un nouveau tour de table qui la valorise autour de 150 milliards.
    * DOCUSIGN - Le spécialiste de la gestion numérique de documents gagne 10% en avant-Bourse au lendemain de la publication de résultats trimestriels supérieurs aux attentes.
  • Bpost sous son prix d'introduction en Bourse

    Le titre Bpost est descendu sous 14,50 euros, son prix d'introduction en Bourse en juin 2013.

  • Reprise de la cotation d'Xior

    La FSMA vient d'annoncer que la cotation d'Xior va reprendre à 14h00.

  • La prudence domine avant le G7 et après des indicateurs décevants

    • Les Bourses européennes reculent à mi-séance tandis que l'euro cède du terrain face au dollar, la prudence reprenant ses droits pour la dernière séance de la semaine avant un sommet du G7. Les tensionscommerciales vont dominer les discussions et Donald Trump a donné le ton - dur -des débats en accusant la France et le Canada de créer "des barrière douanièresnon monétaires" et d'imposer des droits de douane "énormes" aux produitsaméricains importés.
    • Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en repli de 0,5% pour le Dow Jones comme pour le Standard & Poor's 500 et de près de 0,9% pour le Nasdaq. Les valeurs technologiques américaines pourraient en effet mal réagir aux informations du Nikkei japonais selon lesquelles Apple a averti certains de ses fournisseurs d'une baisse de 20% de ses commandes de composants pour iPhone. L'action du groupe à la pomme cédait plus de 2% dans les premiers échanges en avant-Bourse.
    • La baisse des actions s'accompagne d'un repli sur les emprunts d'Etat, dont les rendements repartent à la baisse après le rebond des derniers jours alimenté entre autres par les spéculations sur la politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE), qui réunit son Conseil des gouverneurs jeudi prochain. Le rendement du Bund allemand à dix ans revient à 0,431%, en baisse de près de six points de base, alors qu'il avait repassé jeudi le seuil de 0,5% pour la première fois depuis deux semaines.
    • L'actualité macroéconomique n'est guère plus encourageante: en Allemagne, la production industrielle a nettement baissé en avril et les exportations ont reculé, ce qui entretient les craintes d'un ralentissement marqué de la première économie d'Europe. "A l'avenir, un possible ralentissement du commerce mondial lié au mouvement protectionnisme emmené par les Etats-Unis, constituera probablement un handicap pour la croissance allemande", estime Barclays.
    • Chez nous, Mithra   signe la plus forte hausse à la Bourse de Bruxelles. La société présentera les résultats de la phase IIb sur le Donesta au 16ème congrès mondial de l'International Menopause Society. Bekaert   est par contre sous pression après une note d'ING. La banque a réduit son objectif de cours à 43 euros contre 47 euros précédemment. La recommandation reste toutefois à "acheter".
  • Xior lève 134 millions d'euros

    134,011 millions d'euros
    De l'argent frais pour Xior
    Le produit brut de l'augmentation de capital d'Xior (en prenant en compte le placement de scripts) s'élève à 134.011.078 euros. Ce qui donne en net environ 131,1 millions d'euros.

  • Eutelsat et SES en forme, UBS confiant sur les services vidéo

    Les opérateurs de satellites Eutelsat   et SES  sont soutenus en Bourse par des relèvements de recommandation d'UBS, l'intermédiaire ayant porté son conseil sur les deux titres à l'"achat" se disant plus confiant que le marché sur les revenus de leur activité de services vidéo.

    La banque suisse souligne que le marché est "trop négatif" sur les perspectives de chiffre d'affaires des activités vidéo de SES et d'Eutelsat. A en croire UBS, le marché serait trop prudent car ilsurestime les difficultés structurelles des activités deréception directe par satellite, le coeur de métier des deuxgroupes, mises à mal par le développement des systèmes basés surinternet (comme le streaming et les vidéos sur réseau IP).

    Ses analystes prévoient un chiffred'affaires supérieur de 20% au consensus sur les dix prochainesannées pour l'activité vidéo de SES.

  • Deutsche Post abaisse ses prévisions de résultats pour 2018

    Deutsche Post   a abaissé sa prévision annuelle de résultat et annoncé une restructuration de sa branche courrier et colis.

    Le groupe allemand de courrier et de logistique table désormais sur un résultat opérationnel (Ebit) pour l'année en cours de 3,2 milliards d'euros, contre 4,15 milliards auparavant. La division "courrier et colis" devrait y contribuer pour 600 millions d'euros environ, loin des 1,5 milliard d'euros prévus jusque là, tandis que la prévision pour sa filiale DHL reste inchangée, à 3 milliards d'euros.

    Le groupe allemand annonce, sans plus de détails ni d'allusion à l'emploi, des mesures visant à "augmenter la productivité et diminuer les coûts indirects" afin de "garantir une évolution positive du résultat en 2019 et 2020" de sa branche courrier et colis.

  • "La correction devrait se poursuivre sur les actifs émergents"

    Le mouvement de vente sur les marchés émergents entamé mi-avril devrait se poursuivre en raison de la persistance des risques politiques et géopolitiques, préviennent les stratèges de Bank of America-Merrill Lynch (BAML). Ils mettent en avant le début de divergence sur la croissance économique mondiale, les craintes de guerre commerciale et la montée du populisme de part et d'autre de l'Atlantique, ainsi que les dynamiques spécifiques aux principaux pays émergents

    "Même si les positions se sont allégées, nous pensons qu'il y a encore de la place pour une correction supplémentaire, en dépit des six semaines consécutives de sorties nettes" sur les fonds émergents
    Bank of America-Merrill Lynch

    L'indice MSCI des marchés émergents a perdu plus de 4% sur les sept dernières semaines, à comparer à un gain de 0,9% pour le MSCI mondial ACWI. Sur la même période, le dollar a bondi de 3,7%. Ils estiment toutefois que la correction des actifs émergents liée à la hausse du dollar est "seulement temporaire".

  • L'euro repart à la baisse, plombé par des indicateurs européens

    L'euro   repart à la baisse face au dollar, après la publication de mauvaises données économiques pour l'Allemagne et la France et alors que les regards des investisseurs sont tournés vers le G7. La monnaie unique européenne valait 1,1765 dollar contre 1,1800 jeudi à 21H00 GMT.

    L'euro, qui évoluait en légère hausse lors des échanges asiatiques, s'est inscrit en baisse après la publication de la production industrielle allemande en avril. Ces données semblent montrer "que l'économie ne va probablement pas rebondir fortement après le ralentissement du premier trimestre", a jugé Jack Allen, analyste pour Capital Economics.

  • Ingenico grimpe, Barclays salue des acquisitions stratégiques

    Le titre Ingenico   signe l'une des plus fortes hausses à la Bourse de Paris sur un relèvement de recommandation de Barclays, qui juge stratégiquement intéressants les actifs acquis dans les services de paiement compte tenu de la consolidation en cours dans le secteur.

    "Nous n'avons été de grands fans de la stratégie d'acquisition d'Ingenico, mais le groupe a acquis une série d'actifs intéressants, bien que les prix soient élevés", reconnaissent les analystes. Selon eux, les actifs acquis récemment dans le secteur des services de paiement - Easycash, Bambora, Ogone, Global Collect et l'annonce le mois dernier de la création d'une coentreprise avec BS Payone - ont "une valeur stratégique, en particulier dans un marché européen en rapide consolidation".

  • Airbus et Bombardier concluent leur alliance dans le C Series

    Airbus   et Bombardier ont finalisé leur partenariat dans le programme d'avions moyen-courrier C Series, qui entrera en vigueur le 1er juillet prochain, avec l'ambition de servir un marché "accru" et de s'implanter aux Etats-Unis, chasse gardée de Boeing. "Cette gamme d'appareils est bien placée pour conquérir une large part du marché de 6.000 avions dont les sociétés estiment avoir besoin au cours des 20 prochaines années", ont annoncé les deux avionneurs, partenaires dans cette opération avec la société publique d'investissement du Québec.

    Ils "s'attendent à une demande accrue, nécessitant la création d'une deuxième chaîne d'assemblage final du C Series à Mobile, en Alabama (Sud des Etats-Unis, ndlr), afin de servir les clients américains", ont-ils ajouté.

  • Résultats de l'augmentation de capital d'Xior

    94%
    L'AK d'Xior souscrite à 94%
    4.065.586 nouvelles actions ont été souscrites lors de l'augmentation de capital d'Xior, soit 94 % du nombre total de nouvelles actions offertes

  • Air France-KLM a vu son trafic passagers rebondir en mai

    Le groupe de transport aérien Air France-KLM  a annoncé un rebond de 2,4% du nombre de passagers transportés en mai sur un an, après une baisse de 2,5% en avril, mois qui avait été particulièrement pénalisé par les grèves à Air France.

    Mesuré en passager-kilomètre transporté, le trafic combiné des compagnies Air France, KLM et Hop! a crû de 1,6%, tandis que le trafic de Transavia, la compagnie à bas prix du groupe, a bondi de 8,6% le mois dernier, selon les chiffres publiés par la société franco-néerlandaise.

  • Démission du directeur général de BT Group

    Gavin Patterson, le directeur général de BT Group  , démissionnera cette année, le président du conseil d'administration du groupe de télécommunications ayant jugé qu'un changement de direction s'imposait. L'homme, qui a dirigé BT pendant près de cinq ans, a annoncé le mois dernier 13.000 suppressions d'emplois.

    N'avoir pas atteint l'objectif de chiffre d'affaires et prévoir des bénéfices nuls dans les prochaines années a provoqué une plongée de l'action à un plus bas de cinq ans.

  • "L'attentisme est de mise car il est difficile de prendre des positions de manière active avant le sommet du G7 au Canada ce week-end et le sommet historique entre les Etats-Unis et la Corée du Nord mardi"
    SBI Securities

  • "La BCE mettra bien fin au QE cette année"

    La Banque centrale européenne (BCE) mettra un terme à son programme de rachats d'actifs (QE) d'ici la fin de l'année, montrent une enquête de Reuters qui conforte l'opinion d'une majorité d'économistes après les propos tenus cette semaine par plusieurs responsables de l'institut d'émission sur le sujet.

    Si certains économistes soutiennent qu'une décision sera annoncée lors de la réunion du 14 juin, d'autres en revanche s'attendent à ce que la BCE donne seulement un calendrier sur la fin prévisible de son programme de soutien.

    "Plutôt qu'une décision concrète, la prochaine réunion [de la BCE] sera avant tout consacrée au message: la croissance tournant au ralenti, l'inflation étant principalement stimulée par la hausse des prix du pétrole et l'incertitude croissant, il y a lieu de faire preuve de prudence. Mais l'annonce de la fin progressive du QE se rapproche"
    Morgan Stanley

    "Nous nous attendons à une conférence de presse relativement prudente, avec une banque centrale en état d'alerte maximum, en raison de la décélération de la croissance, de la récente décision américaine d'imposer des droits de douane et de l'incertitude sur la situation en Italie. Cependant nous pensons également que le message devra changer bientôt", , écrivent les analystes de Morgan Stanley.

    Le consensus donne un relèvement de 15 points de base du taux de la facilité de dépôt à -0,25% au deuxième trimestre 2019 et sur une hausse du taux de refinancement de 10 points de base le trimestre suivant.

  • | OPENING BELL |

    STOXX 600 -0,60%

    CAC 40 -0,70%

    BEL 20 -0,82%

    AEX -0,85%

    DAX -1,14%

  • Suspension d'Xior

    La FSMA annonce que le cours de l'action Xior   est suspendu dans l'attente des résultats d'un placement privé.

  • KBCS revoit sa note pour Greenyard et Mithra

    KBC Securities a réduit son objectif de cours pour Greenyard   à 17 euros contre 19 euros auparavant. "Après une réunion avec le management, nous avons légèrement réduit nos estimations de ventes de 0,5 à 1% et notre prévision de REBITDA de 3% (en particulier pour les exercices 19/20 et 20/21)", expliquent ses analystes. La recommandation reste à "conserver".

    Le courtier a par contre relevé son objectif de cours pour Mithra   à 35 euros contre 27 euros précédemment. La recommandation reste à "acheter".

  • Profit warning pour PCB

    Le résultat consolidé net de PCB   pour l’exercice comptable 2017/2018 sera "probablement négatif", pour un montant s’élevant à 7,2 millions d’euros (non-audité). La société explique la comptabilisation d’un montant total de 7,2 millions d’euros (net) par une provision pour la restructuration ainsi que des frais d’intégration de Pharma Belgium-Belmedis SA/NV.

    "OCP a informé PCB que la comptabilisation de ces éléments non-récurrents ne devrait pas avoir d’impact imprévu sur la détermination du prix de rachat forcé, étant donné que ces coûts ont été pris en considération dans la détermination des synergies futures résultant de l’intégration des activités de (l’ancien) Pharma Belgium et de Belmedis", précise PCB dans son communiqué.

  • Repli en vue en Europe, prudence avant le G7, la Fed et la BCE

    • Les principales Bourses européennes devraient ouvrir en baisse, la prudence dominant avant le sommet des pays du G7 qui devrait être largement consacré aux tensions commerciales et les réunions de politique monétaire de la Réserve fédérale (Fed) et de la Banque centrale européenne (BCE) la semaine prochaine. D'après les contrats à terme, le CAC 40 parisien pourrait perdre 0,6% à l'ouverture, le Dax à Francfort - plus sensible aux tensions commerciales en raison du poids des valeurs exportatrices - cèderait 1% et le FTSE à Londres reculerait de 0,64%. Le Stoxx 600 est pour sa part attendu en baisse de 0,6%.
    • Le sommet du G7, qui se réunit vendredi et samedi à Charlevoix au Canada, s'annonce comme l'un des plus tendu en 42 ans d'existence, alors que les politiques non coopératives de Donald Trump menacent de causer une guerre commerciale mondiale et de profondes divisions diplomatiques. Le président américain a encore jeté de l'huile sur le feu jeudi soir, en s'attaquant sur Twitter à la France et au Canada, qu'il a accusés d'imposer des "droits de douane énormes" aux Etats-Unis.
    • Les investisseurs attendent mardi et mercredi la réunion de politique monétaire de la Fed, qui devrait relever son taux directeur pour la deuxième fois de l'année à l'issue des délibérations du FOMC. Les opérateurs de marché seront surtout attentifs au moindre signe suggérant que la Fed pourrait effectuer quatre hausses de taux en tout en 2018, alors qu'elle en anticipe officiellement trois pour le moment.
    • La BCE devrait pour sa part débattre jeudi de l'arrêt de son programme de rachats d'actifs d'ici la fin de l'année. Ses responsables ont affiché ces derniers jours une certaine détermination à mettre fin à ces rachats, ce qui a contribué à raffermir l'euro. La monnaie unique retombe vendredi sous le seuil de 1,18 dollar, après avoir atteint la veille un pic à 1,1840, au plus haut depuis la mi-mai.
    • Sur le marché pétrolier, les cours du brut évoluent en légère baisse, tiraillés entre les craintes concernant l'approvisionnement en pétrole du Vénézuela et la hausse de la production américaine.
  • La Bourse de Tokyo fébrile avant le G7

    La Bourse de Tokyo a fini en baisse de 0,56%, après quatre séances consécutives de hausse qui l'avaient portée jeudi à un plus haut de plus de deux semaines. L'indice Nikkei a perdu 128,76 points à 22.694,5 points et le Topix, plus large, a cédé 7,57 points (-0,42%) à 1.781,44 points.

    La prudence l'a emporté avant plusieurs rendez-vous majeurs : le sommet du G7 vendredi et samedi au Canada, la rencontre mardi entre le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un et les décisions de politique monétaire, mercredi et jeudi, de la Réserve fédérale et de la Banque centrale européenne respectivement.

  • Allemagne: l'excédent commercial recule en avril

    L'Allemagne a enregistré en avril un excédent commercial de 19,4 milliards d'euros, en recul par rapport à mars en raison d'une baisse des exportations doublée d'une hausse des importations, selon des données provisoires publiées par Destatis.

    Les exportations ont reculé de 0,3% et les importations ont augmenté de 2,2% sur un mois, d'après des chiffres de l'office fédéral des statistiques Destatis, corrigés des variations saisonnières (CVS).

  • Allemagne: la production industrielle recule en avril

    La production industrielle allemande est repartie à la baisse en avril, reculant de 1,0% sur un mois après avoir rebondi en mars, selon des données corrigées des variations saisonnières (CVS) publiées par l'office fédéral des statistiques Destatis.

    Les analystes interrogés par le fournisseur de services financiers Factset tablaient à l'inverse sur une hausse de 0,25% en avril. Jeudi déjà, les commandes industrielles pour la même période avaient déjoué les attentes en plongeant de 2,5% alors que les économistes misaient sur une progression.

  • Nouvelles rumeurs sur un rapprochement Deutsche Bank-Commerzbank

  • Chine: l'excédent commercial avec les USA gonfle en mai

    Le déséquilibre des échanges entre les deux premières puissances économiques mondiales s'est aggravé le mois dernier, avec un bond de 11,7% sur un an du déficit américain avec la Chine, à 24,58 milliards de dollars, a annoncé  l'Administration des douanes chinoises. De quoi compliquer les difficiles pourparlers entre les deux côtés du Pacifique: ce fossé commercial abyssal, qui s'est creusé au niveau record de 375 milliards de dollars en 2017 selon Washington, est violemment dénoncé par le président Donald Trump, qui fustige les pratiques "déloyales" du régime communiste.

    Paradoxalement, l'excédent commercial chinois avec les Etats-Unis a encore gonflé en mai alors qu'il reculait nettement avec le reste du monde: l'excédent total du pays a fondu à 24,9 milliards de dollars, contre quelque 28 milliards en avril. Un résultat qui s'explique par la forte accélération des importations du géant asiatique, qui ont bondi de 26% sur un an. Les exportations chinoises ont quant à elles grimpé de 12,6%.

  • Trou d'air confirmé pour l'économie japonaise

    Le Produit intérieur brut (PIB) du Japon a bien reculé de 0,2% sur la période de janvier à mars 2018, après huit trimestres de croissance d'affilée, selon des données révisées publiées par le gouvernement. La troisième économie du monde, au dynamisme ralenti par un inquiétant déclin démographique, voit ainsi s'achever une série d'une longueur inédite depuis la fin des années 1980.

    Les économistes espéraient une petite révision en hausse des chiffres préliminaires annoncés mi-mai: ils tablaient ainsi sur un repli de 0,1% par rapport au trimestre précédent. Mais, si les investissements des entreprises ont été plus solides qu'initialement estimé (+0,3%, au lieu d'une baisse de 0,1%), la consommation des ménages a elle enregistré un recul (au lieu d'une stagnation). Les exportations sont restées robustes (+0,6%).

  • Hermès va remplacer LafargeHolcim au CAC 40, CGG entre au SBF120

  • ING réduit son target sur Bekaert

    La banque ING a réduit son objectif de cours sur Bekaert   à 43 euros contre 47 euros précédemment. "Nous révisons nos estimations d'EBIT pour 2018 et 2019 à la baisse de 7-6% et nous tablons désormais sur une marge REBIT pour 2018 à 7%", explique l'analyste Stijn Demeester.

    Il pointe des attentes plus faibles pour la nouvelle offre de fil de sciage de Bekaert, une faiblesse persistante chez BBRG (Bridon Bekaert Ropes Group) et une prudence compte tenu des mesures politiques américaines. La recommandation reste toutefois à "acheter".

  • Gimv et Top Brands investissent dans Ellis Gourmet Burger

    Le holding flamand Gimv  annonce avoir acquis avec Top Brands une participation majoritaire dans la société Ellis Gourmet Burger, chaîne de burgers premium en pleine expansion. "L’entreprise et ses 270 collaborateurs ont réalisé en 2017 un chiffre d’affaires de 24 millions d’euros", indique Gimv dans son communiqué.

    L’opération est soumise à l’approbation préalable de l’Autorité de la concurrence. Aucun autre détail financier n’a été communiqué.

  • Mithra sera présent au congrès de l'International Menopause Society

    La société Mithra Pharmaceuticals   annonce qu'elle présentera les résultats de la phase IIb sur le Donesta au 16ème congrès mondial de l'International Menopause Society, qui a lieu au Canada. Lien vers le communiqué

    Elle rappelle avoir publié récemment des résultats positifs montrant une amélioration significative de la fréquence et de la gravité des bouffées de chaleur, ainsi que des symptômes secondaires de la ménopause tels que l'AVV, tout en indiquant un profil d'innocuité bénéfique.

  • KKO International reporte son assemblée générale

    La société KKO International   a annoncé jeudi soir le report de son assemblée générale ordinaire prévue le 20 juin prochain, "suite aux retards pris dans la finalisation des travaux de production des comptes annuels 2017".

    Elle prévoit de publier son rapport financier annuel à la mi-juin et de convoquer dans la foulée son assemblée générale. Lien vers le communiqué

  • IBA signe un nouveau contrat aux États-Unis

    La société néo-louvaniste IBA  , spécialisée dans la protonthérapie, a décroché un contrat avec l'Arizona Isotopes Science Research Corp. pour l'installation d'un cyclotron Cyclone 70. La valeur de l'installation de ce système s'élève entre 16 et 20 millions d'euros. Lien vers le communiqué

    Pour mémoire, IBA a déjà vendu trois autres cyclotrons de ce type à ce jour: un pleinement opérationnel depuis 2011 pour la recherche et la production de radio-isotopes en France (projet Arronax, Nantes), un autre à Zevacor Molecular aux États-Unis, opérationnel depuis 2015, et un troisième en cours d'installation à Moscou.

  • Au menu du jour

    - Économie/Finance

    Japon

    • PIB révisé / T1

    Chine

    • Balance commerciale / mai
    • Réserves de change / mai

    Allemagne

    • 08h00 Production industrielle / avril
    • 08h00 Balance commerciale / avril

    France

    • 08h45 Indice de la production industrielle / avril

    États-Unis

    • 16h00 Stocks et ventes des grossistes / avril

    G7

    • Sommet du G7 au Canada (1ère journée)

     

    - Entreprises

    Belgique

    • Ablynx/ offre de rachat à 45 euros par action par Sanofi. Jusqu'au 12 juin
    • RealDolmen/ offre de rachat prolongée à 37 euros par action par GFI Informatique. Jusqu'au 25 juin
    • Sapec/ offre de reprise simplifiée par Soclinpar au prix de 60 euros par action. Jusqu'au 29 juin inclus

    France

    • Air France-KLM/ trafic de mai (avant Bourse)
  • Wall Street freinée par les "techs"

    La Bourse de New York a fini jeudi en ordre dispersé, tiraillée entre les hausses du pétrole et de McDonald's, qui ont soutenu le Dow Jones, et le reflux des valeurs technologiques, qui a davantage pénalisé le S&P-500 et surtout le Nasdaq.

    L'indice Dow Jones a gagné 95,02 points (+0,38%), à 25.241,41. Le Standard & Poor's 500, plus large et principale référence des investisseurs, a terminé sans grand changement avec un recul de 1,98 point (-0,07%), à 2.770,37. Le Nasdaq Composite, à forte composante technologique, a perdu 54,173 points, soit 0,7%, à 7.635,07.

    "Le marché est juste un petit peu fatigué". "Il ne peut pas monter chaque jour sans subir de repli. La logique veut qu'il ait besoin de repos."
    Ken Polcari
    O'Neil Securities

    La prudence semble en outre de mise à la veille d'un sommet du G7 qui pourrait déclencher une nouvelle poussée de fièvre sur le front commercial entre les Etats-Unis et les autres pays membres.

  • Good Morning!

    Bonjour à toutes et à tous! Bienvenue sur le "Market Live" de L'Echo, l'endroit idéal pour vous tenir informé "minute par minute" des grandes tendances de l'actualité économique et financière de ce vendredi 8 juin 2018.

    ©REUTERS

Plus sur Les Marchés

Echo Connect