1. Les marchés
  2. Live blog
live

Les marchés marquent le pas | bpost très en vue

Les marchés européens ont connu une séance nerveuse, changeant de direction à plusieurs reprises. Wall Street a ouvert en léger repli avant de remonter dans le vert, les investisseurs surveillant les discussions sur le plan de relance américain. Les résultats d'entreprises ont animé la tendance.
  • L'or dépasse le cap des 2.000 dollars

    L'once d'or a franchi ce mardi en cours de séance un nouveau cap en dépassant pour la première fois la barre des 2.000 dollars avant de se replier légèrement. Le prix du métal précieux n'a cessé de grimper depuis le début de l'année, s'étant apprécié de plus de 30% et profitant de son statut de valeur refuge dans un marché désorienté par de nombreuses incertitudes avec la pandémie de coronavirus.

  • Bruxelles fait du surplace (+débriefing actions belges)

    La Bourse de Bruxelles a terminé quasi inchangée ce mardi alors que sur le marché secondaire bpost et Global Graphics étaient très en vue.

    Le Bel 20 a démarré franchement dans le vert ce mardi avant de lentement réduire la cadence et de passer en deuxième partie de séance dans le rouge avec 8 de ses éléments en repli. Il finit sur un recul de 0,07% après avoir changé de direction une dizaine de fois au cours de la journée. 

  • L'Europe sans direction, le secteur auto brille

    Les Bourses européennes ont fini en ordre dispersé mardi dans des volumes d'échanges réduits, les négociations sur le plan de relance américain et la persistance des craintes entourant l'évolution de la situation sanitaire freinant la prise de risque. 

    > Le débriefing des actions européennes 

  • Série d'été | Les aristocrates européens du dividende: Unilever (2/4)

    La crise sanitaire et économique a lourdement impacté les sociétés européennes. De grands noms ont dû réduire ou suspendre leur dividende. Mais quelques irréductibles résistent. Aujourd’hui: Unilever. 

  • Europe | Closing bell

    Bel 20: -0,07%
    Cac 40: +0,28%
    Dax:  -0,45%
    AEX: +0,04% 
    FTSE 100: -0,02%
    Stoxx600:  -0,14% 

    Résultats provisoires 

  • Des candidats repreneurs se sont manifestés pour FNG

    Plusieurs candidats repreneurs se sont manifestés dans le cadre de la faillite de FNG, la maison-mère des enseignes Brantano, CKS et Fred & Ginger, a confirmé le curateur Geert Van Deyck. Celui-ci indique également qu'une liquidation d'actifs devrait "plus que probablement" débuter ce samedi.

      

  • Une stat qui fait du bien à Wall Street

    Les commandes des usines américaines augmentent plus vite que prévu. Elles ont grimpé de 6,2% en juin par rapport au mois précédent. Le marché s'attendait à une hausse de l'ordre de 5%. 

  • Un nouveau patron pour Ford

    Jim Farley, actuel directeur des opérations chez Ford, va succéder à Jim Hackett au poste de directeur général le 1er octobre. Ford, qui souffre depuis trois ans d'une érosion de ses ventes en Chine, son deuxième marché, est en pleine restructuration. Les deux dirigeants travailleront ensemble pendant deux mois avant d'assurer la transition. Jim Hackett, qui a 65 ans, va prendre sa retraite.

    Le deuxième constructeur automobile américain gagnait près de 2,5% à Wall Street après cette annonce.

  • Prudence à Wall Street

    La Bourse de New York a ouvert en léger repli, prudente face aux frictions entre les Etats-Unis et la Chine autour de TikTok et aux incertitudes sur le plan de relance de la première économie mondiale. Quelques minutes après l'ouverture, le Dow Jones perdait 40,9 points, soit 0,15% et le S&P 500 se repliait de 0,21% à 3.287,79 points. Le Nasdaq Composite cédait au même moment 0,04% à 10.898,17 points. 

    Démocrates et républicains vont poursuivre ce mardi à Washington leurs discussions sur une prolongation du dispositif exceptionnel d'indemnisation des chômeurs dans le cadre d'un plan de soutien à l'économie américaine face à l'épidémie liée au nouveau coronavirus. Après plusieurs jours de négociations, les deux camps sont toujours divisés alors que les mesures dont bénéficient des millions d'Américains au chômage sont arrivées à expiration vendredi dernier.

    Les résultats du jour n'offrent aucun soutien aux investisseurs: l'assureur AIG et le sous-traitant aéronautique Spirit Aerosystems perdent respectivement 5,13% et 6,82% après la publication d'un bénéfice inférieur aux attentes.

    Le groupe de mode Ralph Lauren lâche 6,36% après avoir vu son chiffre d'affaires trimestriel chuter de 66%, une baisse plus importante que prévu.

  • "Enquête approfondie" de l'Europe sur le rachat de Fitbit par Google

    La Commission européenne a ouvert une "enquête approfondie" sur le projet de rachat par Google de Fitbit, spécialiste des objets connectés pour les activités physiques, craignant qu'il ne renforce la position du géant américain sur le marché de la publicité en ligne. La Commission "craint que l'opération proposée ne renforce encore la position de Google sur les marchés de la publicité en ligne, en accroissant le volume de données déjà important que Google pourrait utiliser pour personnaliser les publicités qu'elle propose ou qu'elle affiche", indique l'exécutif européen dans un communiqué.

    "Notre enquête vise à garantir qu'à l'issue de l'opération, la maîtrise de Google sur les données collectées au moyen de dispositifs portables ne faussera pas la concurrence."
    Margrethe Vestager
    Commissaire chargée de la politique de concurrence

    Le numéro un des moteurs de recherche avait annoncé début novembre 2019 le rachat de Fitbit, l'un des leaders mondiaux des objets connectés spécialisés dans les activités liées au sport et au bien-être, pour 2,1 milliards de dollars, la transaction devant être conclue en 2020.
    Mais ce rachat a suscité des craintes, de la part d'organisations de consommateurs et du régulateur européen des données personnelles, qui y voient une menace pour la confidentialité de ces données et un risque d'accroître la position dominante du géant américain. L'exécutif européen a désormais jusqu'au 9 décembre 2020 pour rendre sa décision.

  • Wall Street | Opening bell

    Dow Jones: -0,08%
    Nasdaq Composite: -0,05%
    S&P 500: -0,16% 

  • Booking va licencier un quart de ses effectifs

    Booking  supprime 4.000 emplois à cause du coronavirus. Plus de 17.000 personnes travaillent aujourd'hui pour le site internet spécialisé, dont 5.500 au siège à Amsterdam. Le groupe, actif dans 70 pays, est aussi présent en Belgique.

  • L'Argentine annonce un accord avec ses créanciers

    Le gouvernement argentin annonce être parvenu à un accord avec ses créanciers pour la restructuration de 66 milliards de dollars de dette.

    L'Argentine a conclu un accord avec les trois groupes de créanciers (Ad Hoc et Argentina Creditor Committee) qui refusaient jusqu'ici son offre, ce qui constitue "un soulagement significatif" pour le pays, a souligné le ministère argentin de l'Economie, alors que la date limite des négociations était fixée à ce mardi 23h.

    Buenos Aires proposait notamment de payer 53,5 dollars de recouvrement pour chaque tranche de 100 dollars de la valeur nominale des obligations. Les créanciers exigaient 56,5 dollars.

    Le nouvel accord prévoit le recouvrement par les créanciers de plus de 54 dollars par tranche de 100.

  • "L'action WDP est chère, mais c'est l'une des rares entreprises avec des perspectives de résultats positifs"

    Les analystes de Kepler Cheuvreux ont revu leur modèle sur WDP suite à la publication des résultats du premier semestre.

    Ils voient le taux d'occupation atteindre 97,3% en 2020 contre 94,4%, ce qui va faire grimper les revenus. "Nous obtenons un résultat EPRA par action de 0,98 euro, dans le haut de la fourchette des prévisions."

    L'action WDP est chère aujourd'hui, mais c'est l'une des rares entreprises à pouvoir se vanter d'avoir des perspectives de résultats positifs cette année, précise encore Kepler Cheuvreux. "Dans un monde de taux d'intérêt bas, et bas pour longtemps, la croissance a un prix. Depuis 2010, le cours de l'action a toujours anticipé 3,5 ans de croissance de la valeur nette d'inventaire, et cela ne semble pas différent aujourd'hui."

    L'objectif de cours passe à 30 euros contre 26 euros, avec une recommandation d'achat.

    WDP gagne 0,51% à 27,50 euros.

  • Wall Street s'apprête à ouvrir en baisse

    Les contrats à terme sur Wall Street signalent une ouverture en baisse modérée, les négociations difficiles sur le plan de relance américain et la persistance des craintes entourant l'évolution de la situation sanitaire freinant la prise de risque.

    L'indice Dow Jones ouvrirait en baisse de 0,2%, le S&P 500 de 0,3% et le Nasdaq de 0,35%.

    Nancy Pelosi, la présidente démocrate de la Chambre des représentants, rencontrera dans la journée le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, et le secrétaire général de la Maison blanche, Mark Meadows, pour tenter de sortir de l'impasse.

    Les investisseurs sont par ailleurs vigilants sur l'affrontement que se livre les Etats-Unis et la Chine autour de l'application TikTok que l'administration Trump souhaite interdire, selon le fondateur de la maison-mère du réseau social chinois.  

  • DBV Technologies s'effondre

    DBV Technologies s'effondre de 30% à Paris après avoir annoncé que l'autorité américaine du médicament (FDA) avait rejeté sa demande de licence de produits sous sa forme actuelle pour le Viaskin Peanut, son traitement expérimental phare de l'allergie aux arachides.

    La valeur boursière de DBV avait chuté de plus de 58% le 17 mars dernier, lorsque la FDA avait exprimé ses doutes sur l'efficacité du Viaskin Peanut et repoussé une réunion clé prévue initialement mi-mai

  • Un broker à l'achat sur Umicore

    L'analyste Massimo Bonisoli d'Equita SIM SpA relève sa recommandation sur Umicore à "acheter" contre "conserver".

    L'objectif de cours est de 50 euros.

    Umicore perd 1,65% à 39,37 euros.

  • Update | Le point sur la tendance boursière

    Les marchés européens ralentissent la cadence en fin de matinée, après avoir profité en début de matinée des indicateurs (publiés lundi) montrant une progression de l'activité économique manufacturière dans le monde.

    Faute d'indicateurs importants, les investisseurs se focalisent désormais vers le Congrès américain où se négocie avec difficultés un plan de relance de 1.000 milliards de dollars.

    "Les investisseurs pensent qu'un compromis sera trouvé. Les électeurs des deux partis ne seraient pas satisfaits si les négociations n'aboutissaient à rien", estime David Madden, analyste de CMC Markets.

    Les replis varient en 0,43% à Francfort et une progression de 0,33% à Bruxelles. L'Euro Stoxx 50 est stable (-0,09%) tandis que l'indice DJ Stoxx 600 perd 0,34%.

    Le compartiment des valeurs pétrolières progresse de 1,90%, meilleure progression sectorielle grâce notamment à BP (+6,8%). Les investisseurs saluent la stratégie bas carbone du groupe pétrolier qui a annoncé pour la première fois en dix ans une réduction de son dividende au titre du deuxième trimestre.

    Le secteur automobile profite des indices PMI manufacturiers de lundi, mais aussi d'une étude de l'institut Ifo montrant des signes d'amélioration pour l'industrie automobile allemande. Le compartiment avance de 1,59%, avec Renault (+4,7%) ou encore Peugeot (+3,2%).

    EasyJet décolle de 10,33%. La compagnie aérienne qui a considérablement renforcé ses finances pour traverser la crise, a désormais repris ses vols depuis le 15 juin et table sur une perte moins importante au quatrième trimestre, selon un communiqué.

    Natixis bondit de 5,6% après des avis favorables de plusieurs analystes. La filiale cotée du groupe bancaire mutualiste BPCE, a essuyé une perte nette au deuxième trimestre qui a lourdement pesé sur les résultats de sa maison mère et poussé vers la sortie le directeur général François Riahi sur fond de "divergences stratégiques".

    A l'opposé, Diageo chute de 6%.  Le géant britannique de spiritueux a annoncé mardi un bénéfice net divisé par plus de deux lors de l'exercice décalé 2019-2020, en raison d'un marché des boissons alcoolisées frappé de plein fouet par la pandémie.

  • Kepler Cheuvreux plus prudent sur Melexis

    Après UBS lundi, c'est au tour de Kepler Cheuvreux de se montrer plus prudent pour le fabricant de puces pour le secteur automobile Melexis . Le conseil passe de "conserver" à "réduire". L'objectif de cours est de 60 euros.

    "Les actions Melexis semblent avoir bien résisté depuis le début de l'année, surperformant ses pairs comme Infineon , STMicroelectronics et NXP . Le deuxième trimestre a montré plus de résilience, la surperformance est donc en partie justifiée. Cependant, la visibilité reste à un niveau historiquement bas. Les risques s'accumulent également à nouveau par rapport au Covid-19. Les multiples, en revanche, semblent refléter un scénario de récupération à toute épreuve. Par conséquent, nous rétrogradons notre conseil de "conserver" à "réduire" avec un objectif de cours maintenu à 60 euros".

    Melexis perd 3,42%à 67,80 euros.

  • Diageo: -6,7%

    Le plus grand fabricant de spiritueux au monde, Diageo , perd près de 7% après avoir signalé une baisse plus importante que prévu de la demande pour ses whiskies, vodka et gin dans l'ensemble de ses marchés sauf en Amérique du Nord.

  • Le point sur la tendance boursière

    Les marchés européens progressent dans les premiers échanges, sous le coup des bons indices manufacturiers publiés lundi et du nouveau record du Nasdaq lundi.

    Les gains varient entre 0,2% à Amsterdam et 0,73% à Bruxelles. L'indice Bel 20 profite des gains d'Ageas (+2,46%), de Solvay (+2,34%) et d'AB InBev (+2,25%).

    Le secteur pétrolier engrange 2,1% après la hausse de 6% de BP. Le groupe a subi une perte de 16,8 milliards de dollars au deuxième trimestre et il a décidé de réduire son dividende de moitié à 0,525 dollar.

    Bayer monte de 2,5%. Le groupe chimique allemand Bayer a fait état d'une importante perte nette au deuxième trimestre, plombé par l'accord signé en juin aux Etats-Unis pour solder les procédures contre le glyphosate, et par la pandémie de Covid-19, qui l'ont conduit à abaisser ses prévisions pour 2020.

    Infineon engrange 4,2%. Le producteur de puces allemand a a rapporté une perte nette trimestrielle de 128 millions d'euros, contre un bénéfice de 178 millions au trimestre précédent, liée au rachat de 10 milliards de dollars de son homologue américain Cypress Technologies.

    Global Graphics bondit de 29%. L'entreprise a enregistré une hausse de 24% de son chiffre d'affaires au premier semetre à 11,9 milliards d'euros. L'Ebitda a progressé à 3,9 millions d'euros contre 1,9 million la même période il y a un an.

  • |Opening bell|

    Amsterdam: +0,70%
    Bruxelles: +0,68%
    Paris: +0,73%
    Francfort: n.c.

    Euro Stoxx 50: 0,73%
    DJ Stoxx 600: +0,55%

  • BP réduit de moitié son dividende

    Le groupe pétrolier et gazier britannique BP a subi une perte importante au deuxième trimestre en raison du coronavirus. La société réduit donc le dividende, pour la première fois depuis 2010, lorsque BP faisait face aux conséquences d'une marée noire dans le golfe du Mexique avec la plateforme Deepwater Horizon.

    La société rapporte une perte de 16,8 milliards de dollars pour le deuxième trimestre, après un bénéfice de 1,8 milliards de dollars un an plus tôt.

    Il réduit son dividende de moitié à 5,25 cents par action.

  • "L'entame du second semestre est encourageante pour le secteur automobile belge"

    Alors que le premier semestre a fait vaciller le secteur automobile belge, juillet lui permet de reprendre son souffle. Les immatriculations de véhicules neufs s'y sont affichées en légère baisse de 1,3% (à 44.532 unités) par rapport à juillet 2019.

    "L’entame du second semestre peut être qualifiée d’encourageante pour le secteur automobile belge qui a pu s’appuyer en juillet sur un marché essentiellement porté par les clients particuliers."
    L'association des importateurs automobiles, la Febiac

    Il n'empêche que la baisse sur 7 mois reste très élevée à -26,6% (après -30,2% pour le premier semestre). Soit une perte sèche de plus de 94.000 véhicules neufs pour le secteur.

    La part de marché de D'Ieteren en juillet est passée à 24% contre 25,3% le mois précédent.

  • Briefing d'avant bourse

    Les bourses européennes sont attendues prudentes à l'ouverture, l'enthousiasme soulevé la veille par de bons indicateurs économiques ne résistant pas à la persistance des craintes sur l'évolution de la situation sanitaire et des inquiétudes pour la santé des entreprises.

    L'Euro Stoxx 50 est attendu en légère hausse de 0,06%. Paris progresserait de 0,29%, Amsterdam de 0,26% et Francfort de 0,10%.

    Le climat de marché reste cependant troublé par la poursuite de la propagation de la pandémie de coronavirus et par les difficultés que rencontrent certaines entreprises, à commencer par les banques.

  • L'accord sur le Roundup tire les comptes de Bayer dans le rouge

    Bayer a fait état mardi d'une perte nette de 9,5 milliards d'euros au deuxième trimestre après un accord à près de 11 milliards de dollars avec la justice américaine pour mettre un terme aux procédures lancées par près de 100.000 Américains ayant souffert d'un cancer qu'ils imputent à leur exposition au Roundup, un herbicide à base de glyphosate produit par Monsanto.

     

  • Nouveaux signes de reprise du secteur auto allemand

    L'industrie automobile allemande a présenté en juillet de nouveaux signes d'une reprise post-pandémique et les constructeurs anticipent une augmentation de leurs exportations, montrent les résultats d'une étude de l'institut Ifo publiés aujourd'hui.

  • Qrf confirme sa prévision de dividende, pour l'instant

    Retour en bref sur les résultats de la société immobilière Qrf publiés après la clôture lundi.

    Le résultat EPRA du premier semestre 2020 a diminué de 26,12% par rapport au premier 2019 à 3,41 millions d'euro, soit par action un bénéfice EPRA de 0,48 euro. L’impact de la renonciation conditionnelle au bail suite au Covid-19 s’élève à 0,12 euro sur le résultat EPRA par action. Le résultat EPRA récurrent par action s’élève donc à 0,60 euro.

    L’impact de Covid-19 sur les revenus locatifs réalisés du semestre atteint 869.000 euros, ce qui correspond à une perte de 7,46% des revenus locatifs budgétés pour 2020. Qrf a trouvé un accord avec la majorité de ses locataires affectés qui consiste en une exemption d’un mois de loyer.

    Qrf confirme la prévision de dividende brut de 0,80 euro par action. Toutefois, dans le cas où les revenus locatifs attendus du second semestre sont nettement inférieurs en raison d’un impact négatif supplémentaire du Covid-19, Qrf évaluera l’impact sur le dividende.

  • Inclusio veut entrer en bourse

    Inclusio, une société immobilière privée avec des ambitions sociales, souhaite entrer en bourse, de préférence dès l’automne prochain, selon nos informations.

    La société a été créée en 2015 par Degroof Petercam, Kois Invest et Revive (famille Colruyt), avec pour objectif d’investir dans des bâtiments à la fois durables et d’utilité sociale ou sociétale.

    Elle souhaite devenir dans le monde des SIR (Sociétés Immobilières Réglementées) cotées l’équivalent de ce qu’est Triodos dans le secteur bancaire.

  • Mithra annonce l'extension de la durée de conservation de Myring

    Mithra , une société dédiée à la santé féminine, annonce que les autorités européennes ont approuvé l'extension de la durée de conservation de son anneau vaginal contraceptif Myring de 24 à 36 mois, ce qui permettra aux distributeurs d'optimiser la gestion de leur chaîne d'approvisionnement.

    "Si l’on considère la suppression de l'exigence d'un stockage à température spécifique et le récent conditionnement par 6 anneaux, cette amélioration appréciable de la durée de conservation confère à Myring un véritable avantage sur les produits concurrents", déclare François Fornieri, CEO Mithra.

  • Microsoft et Apple entraînent le Nasdaq à un sommet

    La Bourse de New York a débuté lundi le mois d'août comme elle avait achevé vendredi le mois de juillet, soutenue par la hausse du secteur technologique et de plusieurs de ses grands noms, dont Microsoft et Apple.

    > Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a touché un nouveau record à 10.902,80 points (+1,47%).

    > Le Dow Jones Industrial Average, a lui fini à 26.664,40 points, en hausse de 0,89%.

    > L'indice élargi S&P 500 a, pour sa part, gagné 0,72% à 3.294,61 points.

    Comme c'est le cas depuis plusieurs semaines, le marché actions a profité de la bonne santé du secteur technologique. Le sous-secteur "Technologie de l'information" du S&P 500 a notamment gagné 2,49%.

    > Microsoft a grimpé de 5,62%. Le géant de l'informatique a confirmé dimanche que les négociations pour acheter la branche américaine du réseau social Tiktok à sa maison mère chinoise ByteDance continuaient

    > Apple , qui a affiché la semaine dernière des revenus trimestriels en nette hausse, à près de 60 milliards de dollars, a vu son action monter de 2,52% lundi.

  • Solvac ex-dividende

    Solvac , le mono holding au-dessus de Solvay , détache aujourd'hui un acompte sur dividende de 3,26 euros. C'est 4,2% de plus que l'an dernier.

  • L'Asie progresse dans le sillage de Wall Street

    Bonjour! Ceci démarre notre "Market live" du mardi 4 août. Merci de nous suivre!

    Les marchés d'actions progressent en Asie, dans le sillage de la bonne performance de Wall Street et des données économiques encourageantes. Les investisseurs semblent ignorer la hausse du nombre de cas de coronavirus dans le monde.

    L'indice Nikkei 225 de la bourse de Tokyo bonifie de 1,6%, la bourse de Hong Kong de 0,8% mais Shanghai cède 0,10%.

    L'Europe est indiquée en légère hausse dans les premiers échanges avec un indice Euro Stoxx 50 en progression de 0,12%.

    La Bourse de New York a débuté lundi le mois d'août comme elle avait achevé le mois précédent, soutenue par la hausse de son puissant secteur technologique, Microsoft et Apple ayant hissé l'indice Nasdaq à un nouveau sommet.

    Les résultats de bpost seront publiés après la clôture. Avant cela, les investisseurs auront pris connaissance des chiffres de Bayer, Infineon, Hugo Boss, Global Graphics... Une statistique à retenir sur le plan macroéconomique: les commandes à l'industrie aux Etats-Unis.

    ©REUTERS

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés