1. Les marchés
  2. Live blog
live

Les marchés mondiaux relèvent timidement la tête

Les marchés européens et américains retrouvent des couleurs après trois séances dans le rouge. Le Dow Jones a toutefois terminé dans le rouge. A Bruxelles, les bons chiffres annuels de Colruyt sont salués par les investisseurs. Mais ceux-ci restent influencés par les tensions commerciales.
  • A l'agenda du 21 juin

    Le market live s'arrête là, voici les principaux événements à l'agenda du premier jour de l'été, ce jeudi 21 juin: 

    - Économie/Finance

    France

    • 08h45 Enquêtes de conjoncture de l'Insee / juin

    Suisse

    • 09h30 Examen de la situation économique et monétaire de la BNS

    Norvège

    • 10h00 Décision de politique monétaire

    Royaume-Uni

    • 10h30 Situation budgétaire / mai
    • 13h00 Décision de politique monétaire

    Etats-Unis

    • 14h30 Inscriptions au chômage / semaine au 16 juin
    • 14h30 Indice "Philly Fed" / juin
    • 20h30 Publication des conclusions des "stress tests" de la Réserve fédérale

    Europe

    • Réunion de l'Eurogroupe
    • 16h00 Indice de confiance du consommateur zone euro (1ère estim.) /juin

    - Entreprises

    Belgique

    • Bpost: capital markets day
    • Cofinimmo: souscription à l’augmentation de capital. 13 actions donnent droit à une nouvelle, contre 93,40 euros. Jusqu’au 27 juin
    • RealDolmen: offre de rachat prolongée par GFI au prix de 37 euros par action. Jusqu’au 25 juin
    • Rosier: assemblée générale
    • Sapec: offre de reprise simplifiée par Soclinpar au prix de 60 euros par action. Jusqu’au 29 juin

    Allemagne

    • Curetis: assemblée générale (13h00)
  • Le Nasdaq à un record, New York relâche la pression

    Les marchés action américains ont terminé en ordre dispersé mais ont toutefois repris des forces ce mercredi, dans le sillage des places européennes et asiatiques. La pression liée aux tensions commerciales entre les Etats-Unis et la chine semble se relâcher un peu.

    Le Dow Jones a cédé 0,17% à 24.657,80 points, le S&P 500 a gagné 0,17% à 2.767,32 points et le Nasdaq a avancé de 0,72% à XX points, un record.

    Parmi les actions du jour, Walt Disney (+ 0,99%) a annoncé relever son offre d’achat sur Twenty-First Century Fox (+ 7,54%) à 38 dollars par action, et espère ainsi doubler Comcast (+ 1,77%).

    La chaîne de cafés américaine Starbucks a annoncé la fermeture de 150 cafés dans les douze prochains mois et a dévoilé des prévisions inférieures aux attentes. Son titre a chuté de 9,07% à 52,22 dollars.

    General Electric a perdu 0,66% à 12,87 dollars au lendemain de l’annonce de son exclusion de l’indice Dow Jones dès le 26 juin.

    Le titre Netflix a touché un nouveau record en clôturant sur un gain de 2,76% à 416,76 dollars.

  • | CLOSING BELL |

    • Dow Jones - 0,17% à 24.658,73 points
    • S&P 500 +0,18% à 2.767,48 points
    • Nasdaq +0,72% à 7.781,52 points
  • Le pétrole termine dans le désordre

    Les cours du pétrole ont terminé dans le désordre mercredi sur le marché new-yorkais Nymex, marqué par une hausse du brut léger américain en réaction à la baisse inattendue des stocks dans le pays et un repli du Brent avant la réunion de l'Opep vendredi.

    L'Iran a laissé entendre qu'un compromis sur un léger relèvement de la production de pétrole pourrait être adopté à la réunion ministérielle de l'Opep, au moment où l'Arabie saoudite tente de convaincre ses partenaires de la nécessité d'un eaugmentation de l'offre.

    Le contrat août sur le brut léger américain (WTI) a gagné 1,15 dollar, soit 1,77%, à 66,22 dollars le baril.

    Le Brent a perdu en revanche 34 cents (-0,45%) à 74,74 dollars.

    Les stocks américains de pétrole brut ont baissé bien plus fortement que prévu la semaine dernière, selon l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA).

  • Des marchés toujours sous l'influence des tensions commerciales

     Les principaux indices boursiers européens ont terminé dans le vert mercredi mais le CAC 40 a cédé du terrain à Paris, pénalisé par un repli des poids lourds du luxe, les marchés actions restant sous l'influence des tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine. L'indice phare parisien, qui prenait 0,51% à la mi-journée, a fini en reculde 0,34% (18,32 points) à 5.372,31 points. A Londres, le FTSE 100 a aucontraire gagné 0,31% et à Francfort, le Dax a progressé de 0,14%. L'indice EuroStoxx 50 a pris 0,13%, le FTSEurofirst 300 F0,46% et le Stoxx 600 0,28%.

    L'indice Stoxx du secteur des médias a fini en hausse de 1,1%, Sky a pris 3,14% et Vivendi s'est adjugé 1,23%. La plus forte hausse du SBF 120 revient à JCDecaux, qui a bondi de 7,6% après l'annonce d'une offre d'achat de 700 millions d'euros surl'australien APN Outdoor.A l'opposé, Kering (-2,49%), Hermès (-1,64%) et LVMH (-1,04%) figurent parmi les plus fortes baisses du CAC. Autre secteur sensible aux tensions commerciales, l'automobile a perdu 0,55%. 

  • Les marchés européens clôturent en légère hausse

    Bel20: +0,19%

    Stoxx600: +0,46%

    DAX: +0,14%

    CAC40: -0,24%

  • Facebook dépasse 200 dollars

    Le titre Facebook a franchi la barre de 200 dollars.

  • Des marchés européens en hausse après l'ouverture de Wall Street

    En Europe, l'indice paneuropéen Stoxx 600 gagne 0,55%, le CAC 40 à Paris 0,1% et le Dax à Francfort 0,25%.

    La Bourse de New York a ouvert en légère hausse mercredi après plusieurs séances marquées par l'escalade des tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine, un rebond qui profite aussi de l'annonce par Walt Disney d'une offre supérieure à celle de Comcast sur la majeure partie des actifs de Fox.

    L'indice Dow Jones gagne 58,47 points, soit 0,24%, à24.758,68 points après une demi-heure d'échanges. Le Standard &Poor's 500, plus large, progresse de 0,33% à 2.771,78 points et le Nasdaq Composite prend 0,68% à 7.778,48 points, après un record à 7.778,815.

  • L'action 21st century Fox grimpe

    Disney a relevé son offre de rachat sur 21st Century Fox à 71,3 milliards de dollars, au dessus de celle de Comcast déposée la semaine dernière, pour 65 milliards de dollars. Le titre 21st Century Fox décolle.

    > Lire notre article Disney relève son offre sur Fox

  • Netflix au record

    Le titre Netflix  prend 3% à l'ouverture, et touche un nouveau record

     

  • Wall Street ouvre en hausse

    Dow Jones +0,37%, Nasdaq +0,50%

  • "Les risques en Europe plus politiques qu'économiques"

    Les risques pour la stabilité financière en Europe sont actuellement plus politiques qu'économiques, a déclaré Ewald Nowotny, gouverneur de la Banque d'Autriche et à ce titre membre du Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne.

    Lors d'une conférence de presse à Vienne, il a aussi estimé que la dépréciation récente de l'euro face au dollar était en grande partie liée à la divergence des taux d'intérêt. "Ce que nous voyons, c'est que les marchés interprètent la situation en se disant qu'il y aura un accroissement du différentiel de taux et que cela aura un impact sur le taux de change", a-t-il dit. Les effets de change sont généralement passagers, a souligné Ewald Nowotny, en soulignant que sur le long terme, une politique d'ici la fin de l'année nationaliste pourrait nuire au développement de l'économie des Etats-Unis.

  • Walt Disney renchérit sur Fox après l'offre de Comcast

  • *Les valeurs à suivre à Wall Street*

    * GENERAL ELECTRIC va sortir du Dow Jones à partir du 26 juin après 111 années d'appartenance à l'indice vedette de Wall Street, le conglomérat industriel en difficulté devant être remplacé dans quelques jour par la chaîne de pharmacies WALGREENS BOOTS ALLIANCE, a dit mardi la société S&P Dow Jones Indices. Le titre General Electric recule de 3,2% en avant-Bourse. L'action Walgreens prend 3,7%.

    * STARBUCKS a annoncé mardi une prévision de ventes à magasins comparables pour le trimestre en cours inférieure aux attentes des analystes. La chaîne de cafés américaine a également dit s'attendre à une plus faible croissance nette des points de vente aux Etats-Unis pour l'année fiscale 2018-2019. Le titre Starbucks recule de 4,5% en avant-Bourse, pénalisé en outre par un abaissement de recommandation de Morgan Stanley.

    * ORACLE recule de 3,7% en avant-Bourse après avoir fait état mardi de prévisions pour le trimestre en cours inférieures aux attentes en raison du renchérissement du dollar, ce qui occulte des résultats du quatrième trimestre 2017-2018 supérieurs aux attentes porté par la bonne tenue de ses activités "cloud" (informatique dématérialisée).

    * FEDEX a annoncé mardi des résultats trimestriels supérieurs aux attentes, le groupe de messagerie américain, dont l'action a été malmenée mardi en séance en raison de la perspective d'une guerre commerciale entre Pékin et Washington, ayant notamment bénéficié d'une hausse de l'activité de sa division Express. Le titre FedEx progressait de 0,4% en après-Bourse.

    * Le conseil d'administration de TWENTY-FIRST CENTURY FOX doit se prononcer dans la journée sur l'offre d'achat de 65 milliards de dollars présentée par COMCAST, rivale de celle de 52 milliards de WALT DISNEY, a-t-on appris de sources proches du dossier.

    * FORD et Volkswagen ont annoncé mardi discuter d'une alliance stratégique, les deux constructeurs précisant qu'ils exploraient un certain nombre de projets, dont un développement en commun d'une gamme de véhicules utilitaires, mais pas un accord capitalistique.

    * SYNAPTICS bondit de 11,2% en avant-Bourse après la confirmation de discussions en vue d'un rachat par l'allemand Dialog Semiconductor.

    * WALT DISNEY a annoncé mardi qu'il scindait en deux le rôle de John Lasseter, directeur artistique du groupe et co-fondateur de Pixar Animations Studios, qui quittera le groupe à la fin de l'année après s'être mis en congé pour une période de six mois en novembre après avoir reconnu avoir eu des gestes déplacés envers des membres du personnel. Jennifer Lee sera directrice de la création chez Walt Disney Animation Studios, un rôle qu'endossera Pete Docter chez Pixar.

    * CARLYLE GROUP et Taiyo Nippon Sanso sont les mieux placés pour racheter les actifs que les groupes de gaz industriels Linde et PRAXAIR doivent céder dans le cadre de leur fusion, ont déclaré des sources proches du dossier mercredi.

    * SYNNEX est en discussions pour acquérir le groupe CONVERGYS, un opérateur de centres d'appels, afin de créer un acteur plus important dans le domaine des services d'information, selon des sources proches du dossier.

    * CITIGROUP - Deutsche Bank relève sa recommandation à "acheter" contre "conserver". (Service Marchés)

  • Colruyt: malgré les bons chiffres, les analystes font encore la grimace

  • Le Luxembourg doit récupérer €120 mlns auprès d'Engie

    La Commission européenne a ordonné au Luxembourg de récupérer auprès d'Engie  120 millions d'euros d'arriérés d'impôt, ayant jugé que le Grand-Duché avait accordé à l'énergéticien français des avantages fiscaux illégaux.

    "Le Luxembourg a accordé des avantages fiscaux illégaux à Engie. Ces décisions fiscales anticipatives ont avalisé deux structures de financement complexes, mises en place par Engie, qui traitent une même opération de manière incohérente, à savoir à la fois comme une dette et comme une prise de participation", explique Margrethe Vestager, commissaire chargée de la politique de concurrence, dans un communiqué. "La charge fiscale de l'entreprise s'en est trouvée artificiellement réduite. En conséquence, Engie a payé un taux d'imposition effectif sur les sociétés de 0,3% sur certains bénéfices au Luxembourg pendant une dizaine d'années. Ce traitement fiscal sélectif est illégal".

  • "Les Etats-Unis sont encore loin d'imposer des droits de douane sur la quasi-intégralité des importations chinoises mais la menace est bien réelle". "Les marchés, qui n'anticipent en réalité qu'au dernier moment, une fois que le supposé devient concret, devraient tenir tant que les droits de douane ne sont pas effectivement appliqués"
    Aurel BGC

  • Xiaomi compte lever plus de $6 mds avec son IPO à Hong Kong

    Xiaomi compte lever jusqu'à 48 milliards de dollars de Hong Kong (6,1 milliards de dollars, 5,3 milliards d'euros) par le biais de son introduction en Bourse de Hong Kong, ont déclaré des sources proches du dossier. Le fabricant chinois de smartphones pense placer 2,18 milliards d'actions au prix variant de 17 à 22 dollars de Hong Kong (1,87-2,43 euros) pièce, ont ajouté les sources.

    Il y aura huit actionnaires de référence qui acquerront 15% environ des actions émises, parmi eux le fondeur américain Qualcomm, l'opérateur télécoms China Mobile, le conglomérat public China Merchants Group, Poly Real Estate et la société chinoise de messagerie express SF Holding.

  • "Les actions chinoises deviendront incontournables"

    Longtemps délaissées par les investisseurs étrangers, les actions chinoises s'ouvrent lentement au monde, une évolution qui en fera à terme une classe d'actifs incontournable, prédit Helen Zhu, responsable de la gestion fondamentale sur les actions Chine chez BlackRock, numéro un mondial de la gestion d'actifs.

    Encore sous-représentée dans l'univers des actions, la deuxième économie du monde ne pèse que moins de 3% dans le principal indice actions global de MSCI. "D'ici trois à cinq ans, on devrait être plus proche de 10%", dit Helen Zhu. La Chine se taille déjà la part du lion dans l'indice MSCI des marchés émergents avec un poids compris entre un quart et un tiers qui pourrait, lui aussi, gonfler considérablement pour atteindre la moitié dans quelques années, toujours selon la spécialiste de BlackRock.

  • Le briefing actions du jour

  • Degroof Petercam revoit sa note sur Argenx, Colruyt

    Degroof Petercam a réhaussé son objectif de cours pour Argenx  à 86 euros contre 83 euros précédemment. La recommandation reste à "acheter".

    Le broker a également relevé son objectif de cours pour Colruyt  à 48 euros contre 47 euros précédemment. La recommandation reste à "conserver".

    Degroof Petercam a suspendu son suivi de l'action Cofinimmo  , le temps de l'augmentation de capital.

  • Chute du titre Ferragamo après le placement de 3,5% du capital

    Le titre Salvatore Ferragamo perd plus de 6% à la Bourse de Milan après que la holding de la famille, Ferragamo Finanziaria, a initié la vente d'une part de 3,5% dans le groupe de luxe italien. Selon deux courtiers, la transaction va se faire à un prix de 23,25 euros par action, soit une décote de 5,2% par rapport au cours de clôture de 24,53 euros de mardi.

    Ferragamo Finanziaria, qui détient 57,76% du groupe, a annoncé mardi après la clôture de la Bourse son intention de céder 3,5% du capital via un placement accéléré à destination des investisseurs institutionnels. La date de règlement de l'opération a été fixée au 22 juin. Cette transaction est censée augmenter le capital flottant de l'entreprise, considéré comme étant trop faible par la famille, a dit une source à Reuters.

  • Rémy Cointreau recule, Société générale juge la valorisation trop élevée

    Rémy Cointreau  recule à la Bourse de Paris, l'action souffrant d'une dégradation du conseil de Société générale motivée par une valorisation jugée trop élevée.

    Le fabricant du cognac Rémy Martin affiche un gain d'environ 19% sur les douze derniers mois d'après Société générale, avec une prime de 70% par rapport au secteur de la boisson. "Nous pensons que trop de bonnes nouvelles sont intégrées dans le cours et anticipons d'importants risques baissiers", expliquent les analystes dans une note. "Bien que nos prévisions soient supérieures à celle du consensus, nous ne pensons pas que cette prime soit justifiée".

    Les analystes, qui prévoient une forte croissance du marché du cognac en Chine et aux Etats-Unis, s'attendent à ce que la marque Rémy Martin prenne une plus grande place dans le portefeuille du groupe, comptant pour 70% des ventes d'ici à 2020 contre 67% actuellement.

  • Retour à la normal pour le Bel 20

    Il semble que le problème technique soit résolu pour le Bel 20  , mais pas encore pour le Cac 40.

  • Un problème technique affecte les indices

    Euronext est incapable de fournir les indices CAC40, BEL20 et PSI20 depuis l'ouverture, a indiqué l'opérateur boursier. Les échanges sur les marchés cash et dérivés ne sont pas affectés. L'AEX n'est pas impacté. Euronext recherche les causes du problème mais n'avait pas encore d'éléments de réponse à 9h25.

    Les valeurs au sein de ces indices ne sont pas non plus affectées par le problème technique.

  • "Pas de retournement de cycle en Europe et en France"

    Il n'y a pas de retournement de cycle en France et en Europe et le ralentissement actuel de la croissance est essentiellement un contrecoup à la forte accélération de 2017, a déclaré le gouverneur de la Banque de France François Villeroy de Galhau. "La croissance a été extrêmement forte en 2017 en France et en Europe et elle reste bonne", a-t-il dit sur France Inter, "nous ne passons pas de la lumière à l'ombre. Le ciel s'est un peu voilé, mais le temps reste assez beau".

    L'Insee a annoncé mardi qu'il prévoyait une croissance de 1,7% cette année en France, loin de celle de 2,3% enregistrée l'an passé, et la Banque de France vient de revoir en baisse sa prévision pour le PIB français 2018 à 1,8%.

    "Cela ralentit parce que l'environnement international est un peu moins porteur mais surtout parce que l'accélération de 2017 a été exceptionnelle à cause d'un phénomène de rattrapage après des années de crise et on savait que ce ne serait pas soutenable à ce rythme". "Ça n'est pas le retournement d'un cycle"
    François Villeroy de Galhau
    gouverneur de la Banque de France

  • Barclays voit plus haut pour Colruyt

    Le broker britannique Barclays a relevé son objectif de cours pour Colruyt   à 41 euros contre 38 euros auparavant. La recommandation reste à "souspondérer".

  • | OPENING BELL |

    AEX +0,56%

    Euro Stoxx 50 +0,52%

    STOXX Europe 600 +0,46%

    DAX +0,45%

    CAC 40 +0,26%

    BEL 20 +0,10%

  • Richemont annonce le retrait de la cote des actions ordinaires YNAP

    Richemont a annoncé que les actions ordinaires de Yoox Net-A-Porter ont été retirées de la Bourse de Milan, parachevant ainsi l'acquisition du distributeur de prêt-à-porter en ligne.

    Le groupe de luxe suisse, qui détenait déjà le quart du capital de YNAP, avait lancé une OPA en janvier pour défendre ses positions dans le commerce en ligne de produits de luxe.

  • Les Bourses européennes devraient tenter un rebond

    • Les principales Bourses européennes devraient tenter un rebond à l'ouverture après trois jours de net repli en raison de l'escalade des tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine. D'après les contrats à terme, le CAC 40 parisien pourrait gagner 0,72% à l'ouverture, le Dax à Francfort progresserait de 0,54% et le FTSE à Londres avancerait de 0,72%. Le Stoxx 600 est attendu en hausse de 0,58%.
    • La Bourse de Tokyo a clôturé sur un gain de 1,24% et l'indice Hang Seng de la Bourse de Hong Kong, qui a chuté de 2,7% mardi, reprend 0,99%. L'indice composite de la Bourse de Shanghai regagne 0,36% après avoir plongé de 3,78% la veille. L'indice MSCI regroupant les valeurs d'Asie et du Pacifique (hors Japon) avance de 0,93%.
    • Sur le marché des changes, l'euro recule de son côté de 0,13% face au dollar, à 1,1573, restant proche du plus bas touché après les annonces de la Banque centrale européenne (BCE) jeudi dernier. Les responsables de l'institution de Francfort sont réunis jusqu'à mercredi pour leur forum annuel à Sintra, au Portugal. Ils accueilleront un invité de marque en la personne de Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale, qui participera à 13h30 GMT à un débat sur "la politique monétaire en période d'incertitude et de tension sur le marché du travail".
    • Sur le marché obligataire, les rendements des emprunts souverains se stabilisent après le net recul des derniers jours. Celui des Treasuries à 10 ans se situe à 2,906% et son homologue allemand à 0,381%.
    • Les cours du brut reprennent des couleurs après avoir perdu plus de 1% mardi sur le marché new-yorkais Nymex, pénalisés eux aussi par l'escalade dans la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis. Ils profitent de l'annonce, mardi, par l'American Petroleum Institute (API) d'une baisse hebdomadaire des stocks de brut aux Etats-Unis et de perturbations dans la production en Libye après l'effondrement d'un réservoir pétrolier dans le port de Ras Lanuf lié à un incendie.
  • Kepler Cheuvreux revoit sa note sur Umicore et bpost

  • Cofinimmo lance une augmentation de capital de 155 millions d'euros

    La société immobilière Cofinimmo   a annoncé le lancement d'une augmentation de capital dans le but de lever un maximum de 155,2 millions d'euros, via l'émission de 1.642.374 actions nouvelles. La période de souscription s'étend du 21 au 27 juin inclus.

    La possession de 13 droits d’allocation irréductible donne droit à souscrire à une action nouvelle, au prix de 94,50 euros par unité. Ce qui réprésente une décote de 12,8% par rapport au cours de mardi soir. Lien vers le communiqué

  • Allemagne: hausse plus forte que prévu des prix producteurs

    Les prix à la production ont augmenté plus que prévu en mai, de 0,5%, après un gain identique en avril, selon les données publiées par Destatis. Sur un an, la hausse atteint 2,7% après +2,0% en avril.

    Les économistes avaient anticipé en moyenne une hausse de 0,4% sur le mois et une progression de 2,5% sur un an.

  • Argenx fait le point sur la phase II de l'ARGX-113

    La biotech Argenx   a dévoilé les données provisoires de la première cohorte de l'essai clinique de phase II pour l'éfgartigimod (ARGX-113) chez des patients atteints de pemphigus vulgaire (PV).

    Six patients PV légers à modérés n'ayant pas ou peu de corticothérapie ont été traités par l'éfgartigimod. Le contrôle des maladies a été atteint chez trois patients sur six en une semaine, caractérisé par des signes de cicatrisation des lésions existantes et l'absence de nouvelles lésions. Lien vers le communiqué

  • Engie cède ses parts dans le thailandais Glow

    Engie   a annoncé céder au géant thaïlandais de l'énergie PTT Pcl sa participation de 69,1% dans le producteur d'électricité Glow pour 2,6 milliards d'euros, mettant ainsi un terme à l'exploitation de centrales à charbon dans la région Asie Pacifique. Glow, qui est coté à la bourse de Bangkok, possède 3,2 gigawatts de capacités installées de production d'électricité, dont un gigawatt à partir de charbon.

    "Cette cession s'inscrit dans la stratégie d'Engie qui vise à réduire l'empreinte carbone du groupe et à se concentrer sur les activités peu émettrices de CO2, les infrastructures et les solutions clients", indique Engie dans un communiqué.

  • Colruyt finit mieux l'année qu'il ne l'a commencée

    Après un premier semestre marqué par un recul de ses marges sous la pression de la concurrence, le groupe Colruyt   clôture finalement son exercice 2017-2018 sur des performances positives.

    A périmètre comparable, autrement dit en excluant la société française de restauration hors domicile Pro à Pro, vendue en février 2017, l’enseigne de Hal voit son chiffre d’affaires augmenter de 3,4 % pour dépasser les 9 milliards d’euros. Mais contrairement au premier semestre de l’exercice clôturé le 31 mars, l’évolution des marges est à l’avenant.

  • Albert Frère monte au capital du roi de la fricadelle

    Le groupe d'Albert Frère, à travers son fonds d'investissement Ergon Capital, est devenu partenaire de Beltaste, une entreprise familiale qui, avec la marque Vanreusel, est l'un des leaders du secteur des snacks (friteries, etc.) en Belgique et aux Pays-Bas. Beltaste, qui veut accélérer son développement dans différents segments, pourra donc s'appuyer sur son partenaire financier.

  • Befimmo porte plainte contre la Région bruxelloise

    La société immobilière réglementée Befimmo   réagit à l’avis de prospection immobilière publié le 9 juin dernier par la Région bruxelloise. Elle souhaite voir valider les règles fixées, qu’elle estime légères et peu transparentes. Pour ce faire, elle en appelle au Conseil d’Etat.

  • Telenet lance une offre sur Brutele

    Nouvelle manifestation de l’appétit de Telenet . Alors que, mi-avril, le groupe liégeois Nethys était visé par une offre de rachat à 1,3 milliard d’euros de sa part pour les services de VOO, l’opérateur télécoms remet le couvert. À Bruxelles, cette fois.

    En effet, il nous revient que l’entreprise a approché récemment Brutele, intercommunale active dans les télécoms, en adressant une offre de rachat non liante à son conseil d’administration par courrier, a-t-on appris à bonne source.

  • L'Iran exclut tout accord lors de la réunion de l'Opep

    L'Iran a déclaré mardi qu'il était peu probable que l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) puisse conclure un accord sur la production lors de sa réunion prévue vendredi, Téhéran se préparant ainsi à une confrontation directe avec l'Arabie saoudite et la Russie, tous deux en faveur d'une augmentation de la production.

    "Je ne pense pas que nous puissions parvenir à un accord lors de cette réunion. L'Opep n'est pas une organisation qui prend ses instructions auprès de Donald Trump (..) l'Opep ne fait pas partie du département de l'Energie des Etats-Unis"
    Bijan Zanganeh
    ministre iranien du Pétrole

    Il a ajouté qu'il quitterait la capitale autrichienne vendredi, avant que l'Opep ne tienne des pourparlers avec des pays producteurs non-membres de l'Opep le jour suivant, soulignant que la récente poussée des cours du brut était surtout la faute des Etats-Unis, avec la décision de Washington d'imposer de nouvelles sanctions à l'Iran et au Venezuela.

    "La demande de pétrole augmente généralement au rythme le plus soutenu au troisième trimestre (..) Nous pourrions être confrontés à un déficit si nous ne prenons pas de mesures", a déclaré pour sa part à la presse Alexandre Novak, le ministre de l'Energie russe. "A notre avis, cela pourrait entraîner une surchauffe du marché." Il a ajouté que Moscou voulait que l'Opep et ses partenaires augmentent leur production de 1,5 million de barils par jour (bpj), assouplissant de fait leur accord de réduction des extractions.

  • GE sort du Dow Jones après 111 ans, remplacé par Walgreens

    La chaîne de pharmacies américaine Walgreens Boots Alliance remplacera à partir du 26 juin General Electric dans le Dow Jones, un des indices phares de Wall Street, a dit la société S&P Dow Jones Indices. Cette dernière a précisé que l'action de Walgreens contribuerait de manière plus significative au Dow Jones, constitué de 30 composantes.

    General Electric était la dernière composante originelle du Dow Jones, indice vedette créé en 1896. Le conglomérat industriel américain, qui a vu sa valeur boursière être divisée par plus de deux en un an et demi, a ensuite été membre sans discontinuer du Dow Jones depuis 1907.

  • Wall Street ébranlée par la guerre commerciale

    La Bourse de New York a fini en baisse mardi, une nouvelle fois plombée par l'escalade dans la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine, les deux premières puissances économiques mondiales, un recul qui fait plonger l'indice Dow Jones dans le rouge depuis le début de l'année. Ce dernier a cédé 1,15%, soit 287,26 points, à 24.700,21 et se retrouve ainsi en repli de 0,08% par rapport à son dernier cours de 2017.

    Le S&P-500, plus large, a perdu 11,18 points, soit 0,40%, à 2.762,57 et le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 21,44 points (-0,28%) à 7.725,59 mais ces deux indices restent dans le vert depuis le début de l'année, avec des gains de respectivement 3,33% et 11,91%.

    "Les investisseurs commencent à se rendre compte que toute cette rhétorique autour du commerce pourrait être davantage qu'une simple tactique de négociation", a noté Emily Roland, chargé de recherche chez John Hancock Investments.

    • Parmi les valeurs les plus exposées aux craintes de conflit commercial, le géant aéronautique Boeing, premier exportateur américain vers la Chine, a perdu 3,84% à 341,12 dollars, soit la plus forte baisse du Dow. Le titre du fabricant d'engins de construction Caterpillar , qui vend également beaucoup en Chine, vient juste derrière, avec une perte de 3,62% à 143,30 dollars.
  • Good Morning!

    Bonjour à toutes et à tous! Bienvenue sur le "Market Live" de L'Echo, l'endroit idéal pour vous tenir informé "minute par minute" des grandes tendances de l'actualité économique et financière de ce mercredi 20 juin 2018.

    ©REUTERS

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés