1. Les marchés
  2. Live blog
live

Le Bel 20 en correction

Les places boursières européennes se sont enfoncées, après l'inversion de la courbe des taux aux Etats-Unis, un phénomène qui annonce généralement une récession. Le Bel 20 a reculé de 1,85% et est entré en correction. Wall Street chute de plus de 2%.
  • A l’agenda ce jeudi

    C’est la fin du Market Live. Merci de nous avoir suivis. On se retrouve jeudi pour une nouvelle séance.

    Au menu : les prix immobiliers en Chine en juillet, l’indice manufacturier Empire State en août, l’indice d’activité Philly Fed en août, la productivité et le coût du travail au deuxième trimestre, les ventes au détail en juillet, les stocks et ventes des entreprises en juin, et l’indice NAHB du marché immobilier en août aux Etats-Unis, ainsi que la balance commerciale de la zone euro en juin. Du côté des entreprises, NN Group publie ses résultats du deuxième trimestre. Aux Etats-Unis, Nvidia et Walmart font de même. Alibaba annonce ses chiffres du premier trimestre.

  • Clôture des marchés européens

    Bel 20: -1,85%

    AEX: -1,65%

    CAC40: -2,08%

    DAX: -2,19%

    FTSE 100: -1,42%

    Euro Stoxx 50: -2,06%

  • Le président argentin annonce des baisses d'impôts, le peso plonge

    Le président argentin Mauricio Macri a annoncé des hausses de salaires et des réductions d'impôts après sa défaite aux primaires qui a jeté un froid sur les marchés. Le peso a plongé dans la foulée.


  • Hausse inattendue des stocks de brut

    Les stocks américains de pétrole brutont enregistré une hausse inattendue la semaine dernière, montrent les données de l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA).
    Les stocks de brut ont augmenté de 1,6 million de barils à 440,51 millions. Les économistes attendaient en moyenne une décrue de 2,8 millions de barils.
    Les stocks d'essence ont en revanche baissé de 1,4 million de barils à 233,76 millions alors que les économistes anticipaient une hausse de 25.000 barils.

    Les cours du pétrole , en baisse de plus de 3%, ont légèrement accentué leurs pertes en réaction aux chiffres de l'EIA. 

  • Le Bel 20 en correction

    Depuis son sommet atteint le  16 avril, le Bel 20 a chuté de 10%, ce qui signifie qu'il est entré en correction.

  • La banque centrale argentine tente de stabiliser le peso

    Selon des traders, la banque centrale argentine a vendu 50 millions de dollars de ses propres réserves à un cours de 57.6964 peso par dollar pour stabiliser le peso argentin.

  • Un signal de vente s'est enclenché sur les marchés

    Un signal symboliquement fort a retenti dans toutes les salles de marché: la courbe des rendements obligataires américains à deux et dix ans s'est inversée pour la première fois depuis 2007. Le mot "récession" est à présent sur toutes les lèvres. 

     "Historiquement, l'inversion de la courbe américaine a toujours été perçue comme un signal de récession et il reste à voir si c'est toujours le cas. Ce qui est certain, c'est que le monde semble moins sûr", commente Tim Graf, stratège macro chez State Street Global Advisors.

  • Des marchés européens toujours en baisse après l'ouverture de Wall Street

    En Europe, les marchés restent orientés en nette baisse au moment de l'ouverture de Wall Street.

    À Paris, l'indice CAC 40 perd 2,02% à 5.254,62 points et le Dax cède aussi plus de 2% à Francfort.
    L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro recule de 1,99%, le FTSEurofirst 300 de 1,46% et le Stoxx 600 de 1,70%.

    La Bourse de New York a ouvert en nette baisse, les inquiétudes sur l'impact de la guerre commerciale sino-américaine reprenant le dessus après la publication d'indicateurs décevants en Chine et en Allemagne.

    Les signaux d'alarme viennent aussi du marché obligataire américain où la courbe des rendements à deux et dix ans s'est inversée pour la première fois depuis 2007, signe que la première économie mondiale pourrait se diriger vers une récession.
    L'indice Dow Jones perd 415,85 points, soit 1,58%, à 25.864,06 points en début de séance et le Standard & Poor's 500, plus large, lâche 1,53% à 2.881,69 points.
    Le Nasdaq Composite cède de son côté 1,74% à 7.877,03 points à l'ouverture.
    Les trois indices avaient gagné plus de 1,5% la veille après l'annonce par les Etats-Unis d'un report de trois mois de l'imposition de droits de douane de 10% sur certains produits chinois.
    Apple , en hausse de plus de 4% mardi, retombe.
    La baisse des taux longs affecte les banques tandis que le retour des inquiétudes sur la croissance mondiale et la guerre commerciale USA-Chine fait baisser les valeurs des semi-conducteurs.
    A la distribution, Macy's plonge de 15,8%, à un plus bas de plus de neuf ans, après avoir annoncé un bénéfice trimestriel en baisse de 48% et réduit sa prévision de résultat pour l'ensemble de l'exercice.

  • Wall Street ouvre en forte baisse

     Dow Jones -1,22%, Nasdaq -1,73% 

  • La séance promet d'être animée à Wall Street

    Les contrats à terme restent franchement orientés à la baisse : -1,60% pour le Nasdaq, -1,54% pour le Dow Jones et -1,49% pour le S&P 500.

    En Europe, les replis tournent autour de 1,7%.

    Tous les secteurs sont en baisse avec en tête l'automobile (-2,63%), les matières premières (-2,47%) et les banques (-2,35%).

  • WeWork publie les documents de son IPO

    La We Company (WeWork, location de bureaux) publie les documents pour son entrée en bourse. Le groupe veut lever 1 milliard de dollars. Le ticker boursier sera 'WE'. WeWork est l'introduction en bourse la plus importante d'une licorne depuis celle d'Uber en mai.

    Avec le prospectus, les investisseurs obtiennent pour la première fois un aperçu détaillé des chiffres financiers. Quelques faits saillants:

    > WeWork a subi une perte de 1,6 milliard de dollars sur un chiffre d'affaires de 1,8 milliard de dollars en 2018
    > Au cours des six premiers mois de 2019, elle a encaissé une perte de 690 millions de dollars sur des ventes de 1,5 milliard de dollars.
    > Le nombre de membres de WeWork est passé à 527.000 le 30 juin, soit une augmentation de plus de 90%.

     

    1,6 MRD USD
    Une perte presque équivalente au chiffre d'affaires pour WeWork
    WeWork a subi une perte de 1,6 milliard de dollars sur un chiffre d'affaires de 1,8 milliard de dollars en 2018.

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    Apple, Cisco, Macy's...

    * MACY'S publie avant l'ouverture ses résultats du deuxième trimestre, les premiers du secteur des grands magasins. Les investisseurs attendent tout particulièrement ses commentaires sur l'impact des tarifs douaniers.

    * APPLE - La direction américaine de l'aviation civile (FAA) a banni mercredi certains modèles d'ordinateurs portables MacBook Pro d'Apple après le rappel par le groupe de certaines unités présentant un défaut de batteries.

    * TILRAY - Le producteur canadien de cannabis coté sur le Nasdaq a annoncé mardi soir un chiffre d'affaires trimestriel en forte hausse à 45,9 millions de dollars mais avec une perte nette accrue du fait d'investissements importants pour se développer en Europe et aux Etats-Unis. Le titre chutait de 8,1% dans les échanges d'après-Bourse, effaçant ses gains du jour.

    * PRESIDIO - Le groupe de services informatiques a annoncé mercredi que la société d'investissement BC Partners allait le retirer de la cote dans le cadre d'une offre publique en numérique de 2,1 milliards de dollars.

    * CISCO publie à la clôture les résultats de son quatrième trimestre fiscal. Les analystes attendent en moyenne un bénéfice par action de 82 cents contre 70 un an plus tôt et un chiffre d'affaires en progression de 4,2% à 13,39 milliards, selon les données Refinitiv.

  • "L'inversion de la courbe des taux est un mauvais présage pour l'économie. Mais, typiquement, les banques centrales ignorent ce signal d'alarme. Elles réduisent souvent leurs taux trop peu ou trop tard."
    Arne Petimezas
    Analyste chez AFS à Amsterdam

  • Wall Street donné en nette baisse

    Wall Street est attendue en net repli à l'ouverture, à l'image des Bourses européennes à nouveau en proie aux inquiétudes sur la conjoncture mondiale après l'inversion de la courbe des taux aux Etats-Unis et des statistiques décevantes en Allemagne et en Chine.

    Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en baisse d'environ 1,3%, au lendemain d'une forte progression qui saluait des avancées dans le dossier commercial.

    En Europe, Londres perd 2,10%, Paris 1,87% et Amsterdam et Bruxelles 1,75%. L'indice DJ Stoxx 600 chute de 1,54% et l'Euro Stoxx 50 de 1,91%.

     

    ©REUTERS

  • Les marchés creusent leurs pertes

    Les marchés européens creusent leurs pertes après l'inversion de la courbe des taux aux Etats-Unis, signe précurseur d'une récession. L'Euro Stoxx 50 perd 1,28%, Paris 1,23%, Bruxelles 1,20% et Amsterdam 1,05%. Londres affiche un recul plus net encore, avec une baisse de 2%.

    L'écart entre le rendement américain à 10 ans et son équivalent à 2 ans est devenu négatif en fin de matinée.

     

     

     

  • Inversion de la courbe des taux aux Etats-Unis

    L'écart de rendement entre le 10 ans (1,628%) et le 2 ans (1,630%) passe négatif, une première depuis 2007, signe que les investisseurs jugent de plus en plus probable une récession de la première économie mondiale.

     

  • L'essentiel de la tendance boursière

    1. Les marchés européens baissent en milieu de journée.
    2. Les statistiques publiées en matinée ont balayé l'optimisme sur la reprise d'un dialogue entre Washington et Pékin.
    3. En Chine, la croissance de la production industrielle a ralenti plus qu'attendu.
    4. En Allemagne, l'activité économique a réculé au deuxième trimestre, ravivant les craintes de récession.
    5. En Zone euro, la production industrielle a diminué plus que prévu et la croissance du PIB a ralenti.
    6. Les autos, les banques et les mnières signent les reculs sectoriels les plus élevés.
    7. Wall Street est attendue en baisse, de 0,6% environ.

  • Schindler: -4%

    L'action du fabricant d'ascenseurs et d'élevateurs Schindler chute de 4%, plus forte baisse de l'indice DJ Stoxx 600, après l'annonce d'une baisse de 22% de son bénéfice trimestriel, freiné par l’inflation salariale, des coûts des matières premières plus élevés, les effets de change et des prévisions pessimistes sur l'évolution de ses coûts.

  • Zone euro: net recul de la production industrielle en juin

    La production industrielle dans la zone euro a enregistré une nette baisse de 1,6% en juin par rapport à mai, selon des données officielles publiées mercredi, un recul un peu plus prononcé que ce que prévoyaient les analystes.

    Les économistes interrogés par le fournisseur de services financiers Factset tablaient sur une baisse de 1,3% sur un mois, après une progression de 0,8% en mai par rapport à avril.

  • La croissance du PIB en zone euro ralentit

    Le produit intérieur brut (PIB) de la zone euro a augmenté de 0,2% au deuxième trimestre, soit deux fois moins que sur les trois premiers mois de l'année, selon la première estimation publiée mercredi par Eurostat, l'institut de la statistique de l'Union européenne.

    Ce chiffre est conforme au consensus des estimations d'économistes recueillies par Reuters.

    Sur un an, le PIB des 19 pays ayant choisi la monnaie unique affiche une croissance de 1,1% sur la période avril-juin, là encore comme attendu, après 1,2% sur janvier-mars, précise Eurostat.

    Pour l'ensemble de l'Union européenne, la croissance ressort à 0,2% par rapport au premier trimestre et à 1,3% sur un an, après respectivement 0,5% et 1,6% au trimestre précédent.

  • Sequana Medical reporte également la publication de ses résultats

    Sequana Medical gagne 1,43% à 7,10 euros. La seule nouvelle est que le fabricant d'équipements médicaux a reporté la publication des chiffres semestriels du 4 au 25 septembre. Plus tôt cette semaine, Curetis a également reporté la publication des chiffres semestriels (du 14 août au 18 septembre).

  • Kepler réduit son objectif de cours sur Roularta

    Kepler Cheuvreux estime que Roularta a connu "un solide début d'année" avec une progression de 17,8% de son chiffre d'affaires. Mais le courtier retient également la baisse du chiffre d'affaires de 6,3%, hors reprises.

    En revanche, le bilan est très sain avec "85 millions d'euros à dépenser". Kepler répète son avis neutre, mais abaisse l'objectif de cours de 17,9 euros à 13,8 euros.

    Roularta perd 5% à 12,50 euros dans un marché en baisse de 0,26%.

  • "L'administration américaine a déminé une rentrée de septembre qui s'annonçait à hauts risques, mais n'a clairement pas amélioré sa position dans les négociations avec la Chine. La vraie préoccupation du jour, c'est le décrochage de la production industrielle chinoise. Même si Washington met le holà sur la guerre commerciale dans l'immédiat tous les risques ne sont pas levés."
    Tangi le Liboux
    Analyste chez Aurel BGC

  • Les marchés ne sont plus à l'optimisme après le PIB allemand

    Les principaux indices européens évoluent en baisse, l'annonce d'un léger fléchissement de la croissance allemande et le décrochage de la production industrielle chinoise balayant l'optimisme sur la reprise d'un dialogue entre Washington et Pékin.

    L'indice paneuropéen DJ Stoxx 600 perd 0,26% et l'Euro Stoxx 50 0,34%. Paris cède 0,35%, Amsterdam 0,23% et Francfort 0,29%.

  • "Résultats conformes aux attentes pour Roularta"

    KBC Securities trouve les résultats de Roularta largement conformes aux attentes. L’analyste Ruben Devos ne compte par changer ses prévisions actuelles concernant un bénéfice par action de 0,99 euro pour 2019 et de 0,85 euro pour 2020.

    Devos maintient une recommandation de "conserver" et son objectif de cours de 16 euros.

    Roularta gagne 2,66% à 13,50 euros dans un marché en baisse de 0,34%.

  • KBCS vise plus bas pour AvH

    KBC Securities réduit son prix cible sur Ackermans & van Haaren , à 140 euros contre 150. La recommandation reste à "accumuler".

    AvH cède 0,23% à 127,40 euros dans un marché en repli de 0,21%.

  • |Opening bell|

    Les Bourses européennes ouvrent à l'équilibre, peinant à garder l'entrain impulsé la veille par le répit dans le différend commercial entre la Chine et les Etats-Unis, en raison de statistiques allemande et chinoise peu encourageantes.

    • Bruxelles: -0,05%
    • Amsterdam: +0,09%
    • Francfort: n.c.
    • Paris: -0,05%
    • DJ Stoxx 600: +0,02%

    • Roularta: +2,66%
    • Shurgard: +2,52%
    • Sipef: -0,54%

  • Roularta : solide croissance du chiffre d'affaires et de l'Ebitda

    Le groupe de médias Roularta a vu son chiffre d'affaires augmenter de 17,8% au premier semestre, pour atteindre 147,9 millions d'euros. Le résultat brut d’exploitation (EBITDA) s’est élevé à 10,7 millions d’euros, contre -5,3 millions d’euros pour la même période de l’exercice précédent.

    Le groupe évoque l'intégration des marques au sein de groupes cibles féminins (Libelle, Flair) et la contribution positive des entreprises communes (Mediafin, Plus Magazine). Sans ces acquisitions, les revenus ont diminué de 6,3%. "Cette baisse concerne principalement les revenus publicitaires, toutes marques confondues."

    L'EBIT (résultat opérationnel) s'élève à 3,9 millions d'euros (ou 2,6% du chiffre d'affaires), ce qui équivaut quasiment au résultat net de 3,8 millions d'euros puisqu’il n’y a pratiquement pas d’impôts sur le résultat ni d’intérêts à payer.

    Roularta ne se risque à aucune prévision pour le second semestre.

  • Dividende intérimaire pour Shurgard

    Shurgard , le spécialiste du garde-meuble a dégagé des résultats solides au cours du premier semestre. Le bénéfice sous-jacent a grimpé de 10% à 50,9 millions d'euros. Un dividende intérimaire de 0,45 euro par action sera distribué début octobre.

  • Le PIB allemand se contracte au deuxième trimestre

    Le PIB allemande s'est contracté de 0,1% au deuxième trimestre, en première estimation, conformément aux attentes et après une croissance de 0,4% sur les trois premiers mois de l'année, a précisé Destatis, l'institut fédéral de la statistique.

    En rythme annuel et en données brutes, le PIB est stable tandis que les analystes attendaient +0,3%.

    En données corrigées des variations saisonnières, il est en hausse de 0,4% au deuxième trimestre, après 0,7% au premier, en rythme annuel. Le consensus tablait sur +0,1%.

    L'économie allemande s'est contractée en raison d'une chute des exportations, conséquence de la dégradation de la demande étrangère et de la montée des barrières douanières.

  • Semestre dans le rouge pour Sipef, le second devrait être du même tonneau

    Sipef , le groupe anversois de plantations, a été confronté à une baisse de production de l'huile de palme et à des prix qui restent très bas au premier semestre. Le chiffre d'affaires a chuté de 19% et le résultat a plongé dans le rouge.

    Pour le second semestre, Sipef ne s’attend pas vraiment à une amélioration de la situation.

  • Briefing d'avant Bourse

    L'Europe attendue en hausse avec l'accalmie sur le commerce

    1. Les principales Bourses européennes devraient poursuivre leur hausse dans un climat de détente sur le front commercial entre les Etats-Unis et la Chine, alors que les premiers chiffres du PIB du deuxième trimestre en Allemagne et dans la zone euro vont animer la matinée.

    2. D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien pourrait gagner 0,41% à l'ouverture, le Dax à Francfort 0,36% et le FTSE à Londres 0,4%.

    3. L'annonce mardi par l'administration Trump d'un report de trois mois, de septembre à décembre, du relèvement des droits de douane sur certains produits chinois - essentiellement dans le secteur électronique - a provoqué un retour marqué de l'appétit pour le risque sur les marchés mondiaux.

    4. Ce regain d'espoir sur les relations commerciales entre les deux premières puissances économiques du monde a relégué au second plan les inquiétudes  concernant les tensions politiques en Italie, à Hong Kong et en Argentine.

    5. En Chine, la croissance de la production industrielle a ralenti plus qu'attendu en juillet, à un plus bas de plus de 17 ans, soulignant les difficultés croissantes de l'économie chinoise sur fond de tensions commerciales avec les Etats-Unis.

  • A suivre ce mercredi 14 août

    La production industrielle en Chine et des chiffres de la croissance en Allemagne et dans la zone euro dominent l'agenda de mercredi.

    A suivre également les résultats de Roularta , Shurgard et Sipef .

    A Wall Street, les investisseurs attendent les résultats de Cisco Systems , qui devraient donner une indication des dépenses IT des entreprises.

  • Good morning!

    Bienvenue sur le "market live" de L'Echo. Ne bougez plus, vous êtes au bon endroit pour assister, aux premières loges, à cette séance de Bourse du mercredi 14 août 2019.

     

    ©AFP

Plus sur Les Marchés

Echo Connect