1. Les marchés
  2. Live blog
live

Les marchés rassurés par l'inflation | Agfa-Gevaert à la fête | GBL dans les traces d'adidas

Les marchés européens ont enchaîné une nouvelle séance dans le vert alors qu'à Wall Street la tendance est également à la hausse. La publication de données sur l'inflation américaine conformes aux attentes a rassuré les investisseurs.
  • Barco et ING quittent le Bel 20

    On connaît l'issue de la traditionnelle chaise musicale du mois de mars: Barco et ING sortent de l'indice phare de la Bourse de Bruxelles, au profit d'Elia et Melexis.

    Lire notre article: Barco et ING quittent le Bel 20

  • La BCE au menu ce jeudi

    Un seul rendez-vous à l'agenda ce jeudi: la BCE. La publication du communiqué de la banque centrale européenne est attendue à 13h45. Elle sera suivie d'une conférence de presse à 14h30.  

    > Le programme de ce jeudi 11 mars 

    C'est ici que se referme le Market Live. Merci de nous avoir suivis et rendez-vous ce jeudi au même endroit. 

  • Rebond confirmé pour les actions, l'inflation US rassure

    Les Bourses européennes, Londres exceptée, ont terminé en nette hausse mercredi, profitant de la progression des actions américaines après des chiffres jugés rassurants sur l'inflation aux Etats-Unis qui apaisent, au moins temporairement, les inquiétudes liées à la remontée des rendements obligataires.

    À Paris, le CAC 40 a fini la journée sur une progression de 1,11% (65,58 points) à 5.990,55 points après un nouveau plus haut de près de 13 mois à 5.993,63 points. À Francfort, le Dax a progressé de 0,71% après un record à 14.560,97 points mais à Londres, le FTSE 100 a stagné, freiné par la baisse des grandes valeurs minières. 

    Au moment de la clôture en Europe, le Dow Jones à Wall Street s'adjugeait 1,25% après un record à 32.248,58 points tandis que le Standard & Poor's 500 gagnait 0,72% et le Nasdaq Composite 0,38%. Ce dernier s'acheminait initialement vers un repli au lendemain d'un bond de 3,69%, sa meilleure performance depuis novembre, mais la tendance s'est inversée après la publication des chiffres mensuels des prix à la consommation américains. 

  • Le Dax termine au-dessus des 14.500 points, une première

    L'indice de référence de la Bourse de Francfort a dépassé pour la première fois les 14.500 points à la clôture. 

  • Telenet et Proximus en tête du Bel 20

    Nouvelle séance dans le vert pour le Bel 20 avec un paquet de valeurs défensives aux avant-postes. Hors Bel 20, bpost a été lourdement sanctionnée et Agfa très recherchée. 

    Malgré un démarrage poussif, la Bourse de Bruxelles a trouvé les ressources nécessaires pour garder sa cadence haussière. Le Bel 20 a glané 0,11% et se retrouver à moins de 30 longueurs des 3.900 points. 

    > Le débriefing de la séance à Bruxelles 

  • Europe | Closing Bell

    BEL20 : +0,11%
    CAC40 : +1,11%
    AEX : +0,43%
    DAX : +0,67%
    FTSE100 : -0,07%
    Stoxx600 Europe: +0,38%  

    Résultats provisoires 

  • Les stocks US de pétrole remontent fortement

    Les stocks américains de pétrole gonflent fortement à nouveau. Au 5 mars dernier, il était question d'une hausse de 13,8 millions de barils de brut. Les analystes attendait une hausse de l'ordre de 816.000 barils. 

    Cette forte hausse correspond à une augmentation de la production et une reprise de l'activité des raffineries après une vague de froid mi-février qui avait paralysé les infrastructures, notamment au Texas, le poumon énergétique des Etats-Unis. 

  • Entrer en bourse, un jeu d'enfant pour Roblox

    La plateforme de jeux vidéo fait ses premiers pas à Wall Street ce mercredi. Roblox a fait le choix d'une cotation directe, soit une introduction sans offre publique de vente de titres. 

    Le prix indicatif était fixé à 45 dollars, mais l'action est attendue en nette hausse. On évoque à présent un prix se situant autour des 60 dollars. 

    Lire aussi | Entrer en bourse, un jeu d'enfant pour Roblox 


     

     

  • Statu quo à la Banque du Canada

    La Banque du Canada a annoncé le maintien de son taux directeur à 0,25%, son niveau plancher, en soulignant que l'économie mondiale se remet des effets du Covid-19 mais de façon inégale.

    Au Canada, la banque centrale "s'attend maintenant à ce que la croissance du PIB au premier trimestre de 2021 soit positive, et non pas négative" comme elle projetait en janvier, a-t-elle indiqué dans un communiqué. 

  • GameStop chauffe encore

     La chaîne de magasin de jeux vidéo GameStop, qui reste sur cinq séances de très forte hausse et bénéficie du soutien de nombreux boursicoteurs, grimpait de 18,37% peu après 16 heures. Son titre évolue à présent au-dessus des 290 dollars et se rapproche de son record de clôture de 347,51 dollars atteint le 27 janvier dernier. 

  • Wall Street rassurée sur l'inflation

    La Bourse de New York a ouvert en hausse mercredi après la publication de statistiques sur l'inflation aux Etats-Unis jugés rassurantes, qui freinent la hausse des rendements obligataires et du dollar.

    Vers 15h45, l'indice Dow Jones gagnait plus de 1% et évoluait très près de ses records. Le S&P 500 progressait de 0,8% et le Nasdaq Composite prenait 1,22%. Ce dernier était initialement annoncé en repli après un bond de près de 3,7% mardi, sa meilleure performance depuis novembre, mais les chiffres mensuels des prix à la consommation ont favorisé un retournement de tendance.

    En effet, si l'inflation globale est, comme anticipé, au plus haut depuis un an à 1,7% en rythme annuel, l'inflation dite de base, c'est à dire hors énergie et alimentation, ressort inférieure aux attentes à 1,4%.

    Sur le marché obligataire, le rendement des bons du Trésor à dix ans est revenu sous 1,55% en réaction à ces statistiques, contre plus de 1,565% quelques minutes avant.

    Le dollar s'est orienté à la baisse face aux autres grandes devises (-0,15%).

    Les investisseurs attendent par ailleurs le vote de la Chambre des représentants qui pourrait, dans la journée, approuver définitivement le plan de relance de 1.900 milliards de dollars (1.600 milliards d'euros environ) de l'administration Biden.

    Parmi les grandes valeurs technologiques Tesla gagne 4,41%, Amazon 0,62%, et Microsoft 0,95%. A la baisse, General Electric perd 4,04% après l'annonce de la fusion de sa filiale de location d'avions Gecas avec AerCap (-5,50%). 

  • Tesla repasse au-dessus des 700 dollars

    La remontée se poursuit pour Tesla. Un jour après son bond de 18%, l'action du constructeur de voitures électriques gagne plus de 5% dans les premiers échanges et évolue à un peu plus de 710 dollars. Son record, qui date de la fin janvier, si situe au-dessus des 900 dollars. 

  • Wall Street | Opening bell

    Dow Jones: +0,54% 
    S&P 500: +0,67% 
    Nasdaq Composite: +1,23%

  • Bayer optimiste après une année 2020 à oublier

    Le géant allemand de la chimie Bayer prévoit une hausse de son chiffre d'affaires et de sa rentabilité dans les prochaines années, après un exercice 2020 plombé par la pandémie de Covid-19.

    Après une chute de près de 5% l'an dernier en raison de la crise sanitaire, le chiffre d'affaires devrait "retrouver un élan" avec une hausse de 3% en 2021 pour atteindre "entre 42 et 43 milliards d'euros". Bayer s'attend ensuite à des ventes "entre 43 à 45 milliards d'euros" d'ici 2024. La division agrochimique devrait croître "entre 3 et 5% chaque année" jusqu'en 2024, tout comme l'activité d'automédication "Consumer Health".

    Ces annonces ont été particulièrement appréciées par les marchés, qui ont fait bondir le titre du groupe de 3,64% à 54,98 à la Bourse de Francfort, dans un marché en hausse de 0,60% vers 15h20. 

  • Le 10 ans américain se tasse après les chiffres de l'inflation

    Le rendement du Trésor américain à 10 ans est redescendu sous les 1,55% après la publication des données sur l’indice des prix à la consommation aux États-Unis, des chiffres conformes aux attentes.  

  • Ouverture dans le vert en vue à Wall Street

    Les contrats à terme sur Wall Street entrevoir une ouverture en hausse à Wall Street, après la publication des chiffres de l'inflation aux Etats-Unis conformes aux attentes.

    Le Dow Jones ouvrirait en hausse de 0,51%, le S&P 500 progresserait de 0,31% et le Nasdaq de 0,58%. Ce dernier a gagné 3,69% mardi, sa meilleure performance depuis novembre, profitant d'un regain d'intérêt des investisseurs pour les valeurs technologiques après la récente correction sur le secteur.

  • L'inflation américaine s'est accélérée en février, conformément aux attentes

    L'indice des prix à la consommation a augmenté de 0,4% en février après une augmentation de 0,3% en janvier, selon le Bureau of Labor Statistics des États-Unis.

    Sur un an, l'inflation a augmenté de 1,7% en février, une légère accélération par rapport à la hausse de 1,4% de janvier.

    Ces données sont conformes aux attentes de +0,4% en hausse mensuelle et +1,7% en hausse annuelle.

    L'indice de base ("core CPI"), qui exclut les catégories volatiles de l'énergie et des produits alimentaires, affiche une hausse de 0,1% seulement d'un mois sur l'autre et de 1,3% par rapport à février 2020.

    Le rendement US à 10 ans se détend un peu à 1,552% contre 1,563% avant la publication de la statistique. 

  • L'action de la Juventus dans les cordes

    Le titre du club de football Juventus Turin plonge de 8% à la Bourse de Milan, au lendemain de son élimination de la Ligue des champions.

    Cette élimination contre le FC Porto est la deuxième de suite au stade des huitièmes de finale de la Ligue des champions pour la Juventus, éliminée l'an dernier par Lyon.

    Elle prive le club turinois des quelque 10 millions d'euros qu'aurait générés un passage en quarts, selon une estimation de la Gazzetta dello Sport.

    Et ce alors que le club bianconero a annoncé fin février une perte de 113 millions d'euros au premier semestre de son exercice 2020/21, soit plus du double de celui enregistré sur les six premiers mois de la saison précédente, en grande partie en raison de la pandémie de coronavirus.

  • Les principales valeurs à suivre à Wall Street

    * Les grandes valeurs technologiques, moteurs du rebond du Nasdaq mardi, reculent légèrement dans les échanges en avant-Bourse: Tsla cède autour de 1,5%, Apple , Amazon, Facbook et Microsoft entre 0,2% et 0,7%.

    * General Electric a annoncé mercredi la fusion de sa filiale de location d'avions Gecas avec le groupe irlandais.

    Aercap Holdings, une opération qui devrait lui rapporter plus de 30 milliards de dollars (25,2 milliards d'euros) qu'il prévoit de consacrer à la réduction de son endettement.

    * Gamestop gagne 13% dans les premières transactions en préouverture après cinq séances consécutives de hausse qui ont doublé sa capitalisation. Parmi les autres valeurs favorites des investisseurs individuels coalisés ces dernières semaines contre les vendeurs à découvert, AMC Entertainment prend 6,7% et Koss 5,6%.

    * Eli Lilly a annoncé mercredi que sa thérapie par combinaison d'anticorps contre le Covid-19 avait réduit le risque d'hospitalisation et de décès de 87% dans un essai sur plus de 750 patients à haut risque.

    * Roblox - La plate-forme de jeu vidéo en ligne doit faire ses débuts ce mercredi sur le New York Stock Exchange après la fixation du prix de référence de son action à 45 dollars, ce qui implique une valorisation d'environ 30 milliards de dollars. La société a fait le choix d'une cotation directe, sans offre publique de vente de titres.

  • General Electric fusionne de sa division Gecas avec Aercap, un deal à plus de 30 milliards dollars

    General Electric annonce la fusion de sa filiale de location d'avions Gecas avec le groupe irlandais AerCap Holdings .

    Le conglomérat américain ajoute que cette opération devrait lui rapporter plus de 30 milliards de dollars (25,2 milliards d'euros) qu'il prévoit de consacrer à la réduction de son endettement.

    GECAS (GE Capital Aviation Services) est l'une des plus grandes sociétés de leasing d'avions au monde et met en location des avions de ligne construits par Boeing et Airbus. La division de GE possède, gère ou a en commande près de 1.650 avions, indique son site internet.

    General Electric bondit de 2,50% dans les échanges avant l'ouverture des marchés américains.

  • UPDATE | Briefing actions belges

    Agfa grimpe | Bpost mord la poussière | Targets baissés sur Mithra et Proximus (+Briefing)

  • Les prévisions d'adidas en soutien de l'action GBL

    Adidas gagne un peu plus de 5% en milieu de journée, parmi les meilleures progressions de l'indice DJ Stoxx 600.

    Le fabricant d'articles de sport s'attend à une forte croissance de son chiffre d'affaires en 2021, en particulier en Chine, dans le reste de l'Asie et en Amérique latine, même si ses résultats seront pénalisés par des coûts liés à la vente de sa marque Reebok.

    Ces perspectives pour 2021 font partie d'un plan stratégique à cinq ans.

    Dans le cadre de cette nouvelle stratégie, Adidas va gérer la "Grande Chine" comme un marché distinct du reste de l'Asie, et va fusionner les marchés européen, russe et émergents en un seul marché EMEA (Europe, Moyen-Orient et Afrique).

    Le groupe s’est également fixé l’objectif de doubler ses ventes en ligne, pour atteindre 9 milliards d'euros d'ici 2025 et d’améliorer la durabilité de ses produits.

    L’autre principal objectif de cette stratégie est l’amélioration de la rentabilité d’Adidas à un niveau proche de celle de son concurrent Nike. La marque à trois bandes vise ainsi une hausse de sa marge bénéficiaire d'exploitation de 12 à 14%, une hausse annuelle des ventes de 8 à 10% en moyenne et une hausse annuelle de bénéfice net de 16 à 18%.

    Ces perspectives sont une bonne nouvelle pour GBL qui détient 6,8% d'Adidas, selon une récente estimation de KBC Securities, soit 18,7% de sa valeur nette d'inventaire. L'action GBL gagne 0,6%.

  • Update | Le point sur la tendance boursière

    1. Les indices actions européens montent et les rendements obligataires se stabilisent.
    2. Les gains varient entre 0,10% à Amsterdam et 0,37% à Paris.
    3. L'indice Bel 20 gagne 0,36%, malgré le repli de Galapagos.(-1,13%).
    4. Agfa-Gevaert (+7,84%), bpost (-20%%) et Balta (-5,44%) animent la cote.
    5. Adidas (+5,8%) meilleure progression de l'indice Stoxx 600 avec la présentation de ses objectifs 2025.
    6. Wall Street signalée proche de l'équilibre après un rebond mardi.
    7. Le Nasdaq est signalé en baisse de 0,30%.
    8. Les représentants US devraient, sauf surprise, adopter le plan de relance.
    9. L'inflation américaine (à 14h30), principal rendez-vous du jour.

  • Plateformes frauduleuses de trading en ligne : La FSMA met à jour sa liste

    La FSMA met à jour sa liste de sites web suspects, après avoir reçu au cours de ces dernières semaines des plaintes de consommateurs au sujet de nouvelles plateformes frauduleuses de trading en ligne actives sur le marché belge.

     

  • La réaction des analystes aux résultats d'Agfa-Gevaert

    Les analystes commentent les résultats publiés par Agfa-Gevaert avant l'ouverture des marchés.

    > KBC Securities - Le prix cible est maintenu à 4,75 euros, la recommandation passe d'accumuler à acheter et la valeur intègre la "Dynamic Top pick List de KBCS, "alors qu'Agfa-Gevaert s'attend à un premier semestre modéré, en raison de l'impact continu du Covid-19 et de la pression inflationniste, suivi d'une reprise substantielle au deuxième semestre", indique l'analyste Guy Sips.

    A moyen terme, la plupart des activités d'Agfa se remettront complètement des perturbations causées par la Covid-19 et certaines bénéficieront même d'opportunités post-Covid, estime Guy Sips.

    L'analyste salue le programme de rachat d’actions "qui permet aux actionnaires d’Agfa de bénéficier de la cession d'une partie de ses activités informatiques HealthCare, conclue en mai 2020". En outre, ce programme montre la confiance d'Agfa dans sa transformation en cours, souligne Sips.

    L'analyste de KBC Securities estime par ailleurs qu'Agfa a bien progressé avec la révision de son modèle opérationnel, conduisant à des améliorations significatives des coûts et une meilleure gestion du fonds de roulement.

    > De leur côté, Degroof Petercam et ING maintiennent leur conseil "conserver" et leur objectif de prix de respectivement 3,95 et 4 euros. "Le profil de risque d'Agfa s'est certainement amélioré grâce à son bilan plus sain. Avec le produit de la vente partielle de Healthcare IT (qui a rapporté près de 1 milliard d'euros, ndlr), le déficit des retraites s'est considérablement réduit, ce qui entraînera des paiements plus limités dans l'année à venir. Mais le court terme peut encore être difficile ", déclare l'analyste Kris Kippers de Degroof Petercam.

    > ING se dit un peu surprise par le programme de rachats d'actions. "Principalement à cause de la visibilité limitée sur les conditions du marché et notamment parce qu'au stade actuel on ne sait pas encore quand chaque division sera rentable", expliquent les analystes Maxime Stranart et David Vagman.

    Agfa-Gevaert gagne 8,11% à 4 euros dans un marché en hausse de 0,30%.

  • Le marché obligataire se stabilise

    Les rendements des emprunts d'Etat se détendent encore légèrement ou se stabilisent. Le dix ans américain évolue ainsi autour de 1,554%.

    Les rendements européens suivent le mouvement, le dix ans allemand est inchangé, à -0,3%, et le français navigue autour de -0,05%.

    Les investisseurs obligataires se préparent en outre à plusieurs adjudications importantes aux Etats-Unis dans la semaine, à 10 et 30 ans.

  • En ce moment: conference call de bpost...

    Fait remarquable, la plupart des analystes maintiennent leurs conseils d'achat pour bpost jusqu'à nouvel ordre, bien qu'ils reconnaissent que les perspectives pour 2021 sont bien en deçà du consensus.

    La plupart espèrent en savoir plus lors de la conférence téléphonique avec la direction, qui a démarré à 10h. Elle peut être suivie via ce lien.

  • Adidas, Agfa-Gevaert, bpost, Gimv...

    > Agfa-Gevaert bondit de 6,5% après des chiffres supérieurs aux attentes et l'annonce d'un programme de rachats d'actions.

    > Bpost dégringole de 21%, lesté par des résultats inférieurs aux attentes des analystes et par des perspectives moroses.

    > Le titre Balta est chahuté également et lâche 4,35% après une année déficitaire.

    > Galapagos cède 1,2%. L'action sortira de l'indice AEX à partir du 22 mars.

    > Gimv progresse de 1,41% dans le sillage d'une recommandation d'achat de KBC Securities.

    > Alstom perd 0,9% à 42,72 euros après la cession de titres par Bouygues à 41,65 euros pièce.

    > Adidas qui a dit prévoir un net rebond de ses activités en 2021, en particulier en Chine, bondit de 3,4%.

    > Inditex cède 1,5%. Le propriétaire de la marque de prêt-à-porter Zara a fait état mercredi d'une chute de 70% de son résultat net en 2020.

  • Le point sur la tendance boursière

    Les principaux indices européens pointent en légère hausse, dans un marché qui attend des données sur l'inflation américaine dans l'après-midi.

    Les gains varient entre 0,07% à Francfort et 0,39% à Bruxelles. L'Euro Stoxx 50 gagne 0,2% et le Stoxx 600 grappille 0,06%.

    Le mouvement de détente des rendements obligataires, perceptible en particulier sur les marchés américains a soutenu la tendance ces dernières heures, même si les craintes d'une accélération de l'inflation, suscitées par la perspective du redémarrage de l'économie, restent prégnantes.

    Dans ce contexte, la publication à 14h30 des chiffres de l'inflation aux Etats-Unis pour le mois de février sera suivie de près. Le consensus des économistes table sur une accélération de la hausse des prix à 1,7% contre 1,4% en janvier.

    "Si cette estimation est confirmée, il y a fort à craindre que les anticipations d’inflation vont encore progresser, ce qui risque de créer de sérieuses tensions sur les taux de rendement du marché obligataire", prévient Christopher Dembik, économiste chez Berenberg.

  • Voici le briefing actions belges

    Les performances de bpost en deçà des attentes des analystes | Avis de brokers sur Mithra, Proximus, et la Gimv | Galapagos sort de l'AEX (+Briefing)

  • Bpost: -23%

    L'action bpost dégringole de 23,5% à 7,68 euros. Les résultats publiés mardi soir passent mal visiblement (voir post de 7h32).

  • |Opening bell|

    Amsterdam: +0,03%
    Bruxelles: -0,29%
    Paris: -0,18%
    Francfort: n.c.

    Euro Stoxx 50: -0,08%
    DJ Stoxx 600: -0,27%

    Agfa-Gevaert: +5,40%
    Balta: -7,25%
    Gimv: +2,41%

  • "Gimv offre une opportunité unique d'investir dans un marché historiquement surperformant"

    L'action Gimv a été incapable de bénéficier du rally post-vaccin, indiquent Michiel Declerq et Guy Sips, les analystes de KBC Securities.

    "Cela n'est pas justifié à notre avis, car nous nous attendons à une forte hausse de la valorisation du portefeuille sous-jacent. Nous estimons que Gimv offre une opportunité unique d'investir dans un marché historiquement surperformant. Basé sur notre valeur d'entreprise de 53,1 d'euros et une prime en ligne avec les moyennes historiques, notre recommandation passe à acheter et l'objectif de cours est relevé à 57 euros contre 55 euros."

    L'action Gimv a clôturé mardi à 49,80 euros.

  • IPO de Roblox : la valorisation passe de 4 à... 30 milliards de dollars

    La plateforme de jeux vidéo extrêmement populaire Roblox, en particulier chez les enfants, sera cotée ce mercredi sur le NYSE via une cotation directe.

    Roblox est un système de création de jeux où la plupart du contenu est développé par des développeurs de jeux amateurs.

    En février de l'année dernière, le groupe était évalué à 4 milliards de dollars après un tour de table privé. Aujourd'hui, un prix de référence de 45 dollars a été fixé, bon pour une valorisation de... 30 milliards de dollars.

  • Inditex (Zara): le bénéfice net 2020 plonge mais les ventes par internet explosent

    Le géant espagnol du vêtement Inditex , propriétaire de Zara, a vu son bénéfice net s'effondrer de 70% en 2020, à 1,1 milliard d'euros, alors que les ventes plongeaient de 28% en raison des fermetures de magasins provoquées par la pandémie de Covid-19.

    En revanche, les ventes par internet ont grimpé de 77% sur un an, à taux de change constant, indique le groupe dans son rapport publié ce matin.

  • Adidas table sur un net rebond en 2021

    L'équipementier sportif allemand Adidas a vu son bénéfice net 2020 nettement reculer en raison de la pandémie de Covid-19, en tablant pour 2021 sur un net rebond de ses performances.

    Le bénéfice net part du groupe a chuté de 78% sur un an, à 432 millions d'euros et les ventes de 16%, à 19,8 milliards, a indiqué le groupe d'Herzogenaurach, dans un communiqué. Le rival de Nike, en train de chercher un repreneur pour sa filiale à problème Reebok, présente mercredi sa stratégie de croissance pour les cinq prochaines années.

    Adidas versera un dividende de 3 euros bruts en mai. L'année dernière, le dividende a été annulé en raison de la pandémie de coronavirus.

  • Agfa va racheter jusqu'à 50 millions d'euros d'actions propres

    Année 2020 qualifiée de transformation pour Agfa Gevaert . L'entreprise a, au cours de cette année, cédé son pôle Agfa HealthCare IT. Le groupe devrait utiliser quelque 350 millions d'euros issus de la vente pour augmenter le niveau de financement des retraites en Belgique, au Royaume-Uni et États-Unis.

    Agfa-Gevaert annonce par ailleurs le lancement d'un programme de rachat d'actions pour maximum 50 millions d'euros. L'opération sera lancée le 1ᵉʳ avril pour une période de 12 mois. Les actions seront, elles, détruites en tout ou en partie. Elle devrait permettre aux actionnaires de bénéficier de la vente de HealthCare. 

    Côté résultats, Agfa clôture son exercice sur un chiffre d'affaires en recul de plus de 13% à 1,71 milliard d'euros. L'ebitda ajusté s'élève à 99 millions contre 153 millions un an auparavant pour un ebit ajusté de 36 millions (-53,8%). La vente des activités prise en compte, le résultat net s'établit à 621 millions d'euros.

    L'année 2021 devrait toutefois rester marquée par l'impact de la crise sanitaire. L'activité au premier semestre devrait rester faible, selon un communiqué. Des "progrès significatifs" sont cependant attendus pour le 2ᵉ semestre. "Le groupe s'attend à des progrès significatifs dans toutes les divisions, à l'exception de la division Radiology Solutions, où la croissance de l'activité de radiographie directe ne compensera pas l'impact de marge et de volume de l'activité film radiographique."

    -> Lire le communiqué

    Notons par ailleurs que le Belge Vincent Wille prendra la présidence de la division "Digital Print & Chemical" du groupe. Il fera aussi son entrée dans le comité exécutif.

  • KBC Securities "achète" Texaf

    KBC Securities reprend la couverture de l'action Texaf avec un objectif de cours de 44 euros et une recommandation d'achat.

    "Le modèle commercial de l'entreprise est simple, offrant une exposition unique à l’immobilier haut de gamme et à haut rendement à Kinshasa. Texaf possède plusieurs terrains non aménagés qui laissent entrevoir, jusqu'à présent, des opportunités de création de valeur non découvertes / explorées. Trouver un partenaire de construction approprié devrait débloquer cette valeur, mais pour le moment, nous ne valorisons pas cette opportunité majeure. Malgré cela, nous constatons un potentiel de hausse d'au moins 30% pour l'action Texaf."

  • Briefing d'avant bourse

    Les bourses européennes sont attendues en baisse à l'ouverture, après deux séances consécutives dans le vert, le marché marquant une pause après avoir été rassuré par l'amélioration des perspectives économiques et le repli des rendements obligataires.

    Les contrats à terme signalent un repli de 0,64% pour le FTSE à Londres, de 0,35% pour le Dax à Francfort et de 0,31% pour le CAC 40 parisien. L'EuroStoxx 50 reculerait de 0,32%.

    Mardi, le Dax a fini sur un plus haut historique en clôture et le CAC 40 à un pic depuis février 2020, les investisseurs ayant salué la révision à la hausse par l'OCDE de ses perspectives économiques pour 2021 et 2022.

    Le mouvement de détente des rendements obligataires, perceptible en particulier sur les marchés américains, a aussi soutenu la tendance même si les craintes d'une accélération de l'inflation, suscitées par la perspective du redémarrage de l'économie, restent prégnantes.

    Les investisseurs surveilleront dans l'après-midi des données sur l'nflation américaine avec la publication de l'indice des prix à la consommation de février, à 14h30.

  • Nette hausse de l'ebitda trimestriel chez Balta

    À l’issue du 4e trimestre, Balta a dégagé des revenus en baisse de 8% à 151,1 millions d’euros avec un ebitda ajusté de 27,9 millions d’euros en hausse de 41% et une marge de 18,5%. Il s’agit de l’une des performances les plus solides de l’ebitda trimestriel depuis l’IPO, souligne le producteur de tapis et de carpettes dans un communiqué.

    Pour l’ensemble de l’année, les revenus se contractent de 16,3% à 561,8 millions d’euros et l’ebitda de 8,6% à 68 millions avec une marge de 12,1% contre 11,1% en 2019.

    Cyrille Ragoucy, le CEO de Balta, souligne que grâce à une forte génération de cash flow, la dette nette du groupe fin 2020 a été réduite à son niveau le plus bas depuis l’IPO réalisée en 2017.

    Il n’y aura pas de dividende cette année.

    Balta ne donne pas de prévisions, mais il signale qu’en janvier 2021, il a constaté une poursuite des tendances observées au 4e trimestre. Il affirme disposer d’un carnet de commandes solides.

  • Bpost sous les attentes des analystes

    Hier après la clôture du marché, bpost a publié ses résultats du quatrième trimestre. L'opérateur affiche un ebit conforme à ses attentes pour le dernier trimestre de 2020, mais inférieur au consensus des analystes. La pandémie a dopé ses activités colis, mais déprimé les autres. En raison des réductions de valeur sur la division Press, Retail et Courrier international et sur bpost Bank, l'exercice 2020 se solde par une perte nette, la première depuis l'introduction en bourse en 2013.

    Pour 2021, l'opérateur prévoit un taux de croissance à un chiffre pour son chiffre d'affaires et un ebit ajusté dans une fourchette de 265 à 295 millions d'euros. Il s'attend à une nouvelle baisse sous-jacente du volume de courrier domestique de 9 à 11%, mais table sur la hausse approuvée des prix des timbres (+6%) et sur une reprise de ses activités Retail. Il prévoit une croissance à un chiffre pour ses activités de colis et logistique dans ses deux divisions.

  • Galapagos exclut de l'indice AEX

    Euronext annonce la révision de la composition des indices AEX, AMX et AScX.

    Pour ne retenir que l'AEX, les valeurs ABN Amro et Galapagos sortent de l'indicateur, au profit de BE Semiconductor Industries et de Signify.

    ABN Amro et Galapagos font par ailleurs leur entrée au sein de l'indice AMX.

    Les changements seront effectifs à partir du 22 mars.

  • Hausse record du Nasdaq

    Bonjour! Nous démarrons ce "market live" du mercredi 10 mars par un point sur la séance à Wall Street.

    La Bourse de New York a fini en hausse mardi, le Nasdaq affichant une hausse quotidienne record depuis novembre dernier pour effacer ses pertes de la séance précédente, sous l'impulsion du rebond des grandes valeurs technologiques favorisé par le recul des rendements obligataires.

    > L'indice Dow Jones a gagné 30,3 points (+0,1%) à 31.832,74 points.
    > Le S&P-500, plus large, a pris 54,09 points, soit 1,42%, à 3.875,44 points.
    > Le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 464,66 points (+3,69%) à 13.073,83 points.

    Les informations faisant état de l'imminence de l'adoption du plan de relance économique de 1.900 milliards de dollars avaient accentué la tendance des dernières semaines d'une hausse des rendements obligataires, pesant lourdement sur le Nasdaq et ses grandes valeurs technologiques.

     

    ©AFP

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés