1. Les marchés
  2. Live blog
live

Les marchés s'enthousiasment pour un traitement de Gilead

Les grands indices actions ont une nouvelle fois clôturé en nette hausse ce mercredi en Europe, délaissant les chiffres du PIB US pour l'annonce de Gilead sur son traitement Remdisivir. À Bruxelles, c'est au tour de Bone Therapeutics de lever des fonds.
  • Fin du Market Live

    Il est l'heure de clôturer ce "Market Live". 

    À l'agenda ce jeudi 30 avril: la journée est particulièrement riche, avec la conférence de presse de la BCE ou encore les chiffres du PIB allemand. Nouvelle salve de résultats, dont en Belgique ceux de Proximus et Telenet.

    À demain, à partir de 07h30!

  • Résumé de la séance

    Les principaux indices actions en Europe ont conservé leur tendance haussière, délaissant les chiffres du PIB américain pour l'annonce de Gilead sur son traitement Remdisivir. "Plus nous nous rapprocherons du développement d'un traitement ou d'un vaccin, plus vite nous rouvrirons l'économie et plus le risque d'une deuxième ou troisième vague faiblira", a commenté Neil Wilson chez CMC Markets.

    Le CAC 40 a progressé de 2,22%, le Footsie britannique de 2,77% et le Dax allemand de 2,89%. L'indice paneuropéen Stoxx 600 a de son côté gagné 1,75%.

    À Bruxelles, le Bel 20 a clôturé sur une progression de 2,40% à 3.196,12 points.

    L'action Bone Therapeutics a de son côté bondi de 10,36% à 3,09 euros. La biotech wallonne s’est assuré un financement de 11 millions d’euros en attendant de pouvoir lancer une augmentation de capital quand les marchés se montreront plus favorables. Les fonds récoltés serviront au développement clinique de ses deux actifs clés: l’ALLOB et le JTA-004.

  • Les ventes de Coil ont bondi de 18% en 2019

    La société belge Coil  , spécialisée dans l’anodisation d’aluminium et cotée sur le segment Growth d’Euronext Paris, a vu son chiffre d'affaires grimper de 18% l'an dernier, à 29,8 millions d'euros. Mieux encore, son Ebitda a bondi de 50% pour atteindre 6,3 millions d'euros contre 4,2 millions en 2018.

    Concernant 2020, le groupe signale que son chiffre d'affaires a grimpé de 3,5% à 5,6 millions d'euros. Lien vers le communiqué 

  • Xior dévoile des résultats en ligne avec les attentes

    La société immobilière Xior   fait état d'un résultat EPRA – part du groupe de 5,98 millions d'euros au premier trimestre, ce qui représente une hausse de 34% par rapport à la même période un an plus tôt. Son taux d'endettement est passé de 45,67% fin décembre à 47,34% fin mars. Lien vers le communiqué

  • Clôture des marchés européens

    BEL 20 +2,40%

    CAC 40 +2,22%

    AEX +1,34%

  • L'UE approuve un prêt garanti par Paris de 5 milliards d'euros pour Renault

    La Commission européenne a annoncé qu'elle approuvait un prêt garanti par l'Etat français de 5 milliards d'euros pour le groupe automobile Renault   afin de limiter l'impact économique de la pandémie de coronavirus.

    Le 24 avril dernier, le ministre français de l'Economie, Bruno Le Maire avait annoncé qu'un tel prêt était à l'étude.

  • Le WTI américain s'envole à nouveau

    Déjà bien orienté, le prix du baril de pétrole américain, le WTI, a accentué ses gains après la publication d'une augmentation des stocks américains légèrement plus faible que prévu, la perspective du déconfinement alimentant aussi les espoirs d'une reprise de la demande pétrolière.

  • L'Allemagne prévoit désormais une récession record

    La pandémie de coronavirus va plonger l'économie allemande dans sa plus grave récession depuis la Seconde Guerre mondiale, a averti le ministre de l'Economie, en annonçant une importante révision des prévisions de croissance pour cette année. "Nous sommes confrontés à des défis majeurs, tant sur le plan économique que politique", a souligné Peter Altmaier, lors d'une conférence de presse.

    Le produit intérieur brut (PIB) de la première économie d'Europe devrait chuter de 6,3% en 2020, selon son ministère, qui tablait auparavant sur une croissance de 1,1%. Il estime que le point bas de la récession devrait être atteint au deuxième trimestre et que l'activité devrait ensuite se redresser progressivement.

    Pour 2021, Berlin table sur un rebond avec une croissance de 5,2%.

  • Les principales valeurs à suivre à Wall Street

    * ALPHABET a publié mardi des ventes trimestrielles supérieures aux attentes des analystes pour le trimestre janvier-mars, la baisse des recettes publicitaires de la maison-mère de Google s'étant avérée moins forte qu'attendu.

    * BOEING a fait état mercredi d'une perte pour le deuxième trimestre d'affilée et annoncé une nouvelle réduction de la production du 787 Dreamliner à cause d'une baisse de la demande mais le groupe s'est dit confiant dans sa capacité à réunir suffisamment de liquidités face à la crise.

    * GENERAL ELECTRIC a consommé un milliard de dollars de trésorerie dans ses activités industrielles au premier trimestre en raison de la pandémie de coronavirus, qui a provoqué une chute de 8% de son chiffre d'affaires. Le groupe s'attend à ce que la situation s'aggrave encore au cours des trois prochains mois.

    * FORD MOTOR a fait état mardi d'une perte de deux milliards de dollars au premier trimestre, imputée par le constructeur à la crise sanitaire liée au coronavirus, et a dit s'attendre à ce que ses pertes s'amplifient et dépassent cinq milliards de dollars au deuxième trimestre.

    * STARBUCKS a déclaré mardi s'attendre à un redressement complet de ses ventes en Chine d'ici à fin septembre après avoir enregistré une chute de son chiffre d'affaires à magasins comparables au deuxième trimestre de son exercice fiscal en raison des retombées de la pandémie de coronavirus.

  • | OPENING BELL |

    Wall Street ouvre en nette hausse: Dow Jones +1,64%, S&P 500 +1,86% et Nasdaq +1,98%

  • Gilead: +9,2% à la reprise des transactions

    Les transactions reprennent en Gilead. Le titre bondit de 9,2% dans les échanges d'avant bourse.

  • L'annonce de Gilead sur le coronavirus dope les marchés

    Les marchés européens accélèrent leurs gains, délaissant les chiffres du PIB US pour l'annonce de Gilead sur son traitement Remdisivir. Les progressions dépassent 1% un peu partout en Europe.

    Wall Street est donnée en hausse. Le Dow Jones ouvrirait en hausse de 1,6%, le S&P de 1,5% et le Nasdaq de 1,6%.

  • Fin d'une décennie de croissance pour les Etats-Unis

    Le PIB des Etats-Unis a chuté de 4,8% au premier trimestre en rythme annuel, conséquence de la mise à l'arrêt de l'activité économique pour endiguer la pandémie du coronavirus, selon une estimation préliminaire du département du Commerce publiée mercredi.

    Le coronavirus a ainsi mis fin à une décennie de croissance. Il s'agit de la plus importante baisse depuis le quatrième trimestre 2008 quand les Etats-Unis s'enfonçaient dans la crise financière.

    Le département du Commerce relève que "l'ensemble des effets économiques de la pandémie de Covid-19 ne peut pas être quantifié dans l'estimation du PIB pour le premier trimestre de 2020".

  • Le PIB US en baisse de 4,8% en premier trimestre

    Les analystes attendaient une chute de 4% en rythme annuel.

  • Suspension de Gilead qui annonce des données positives contre le Covid-19

    Les transactions sont suspendues sur l'action Gilead en avant bourse.

    Gilead indique qu'un essai clinique mené par le gouvernement, pour tenter d'évaluer l'efficacité du Remdisivir dans le traitement de certains patients atteints du Covid-19, avait satisfait au critère d'évaluation principal.

    Le Remdesivir est testé dans plusieurs essais cliniques comme traitement principal pour les patients gravement malades du Covid-19 et qui ont été hospitalisés. Cette étude est menée par l'Institut national des allergies et des maladies infectieuses (NIAID).

    Des informations supplémentaires devraient être fournies par la NIAID.

  • Alphabet: +8%

    Alphabet prend 8% dans les échanges avant-Bourse après avoir publié des ventes trimestrielles supérieures aux attentes des analystes, la baisse des recettes publicitaires de la maison mère de Google s'étant avérée moins forte qu'attendu.

  • Wall Street attendue dans le vert

    Wall Street est attendue dans le vert et les bourses européennes évoluent sur une note prudente dans un climat animé par les résultats d'entreprises avant la publication d'une première estimation de la croissance de l'économie américaine au premier trimestre et des annonces de politique monétaire de la Réserve fédérale.

    Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en hausse de 0,7% à 0,8%.

    En Europe, les indices actions européens sont quasiment stables. Paris se tasse de 0,05% tandis que Francfort gagne 0,30 % et Londres 1,27%.

    L'EuroStoxx 50 de la zone euro cède 0,07% et le Stoxx 600 prend 0,11%.

  • GE voit son chiffre d'affaires baisser de 8%

    General Electric annonce un recul de 8% de son chiffre d'affaires à 20,5 milliards de dollars. Sur une base ajustée et par action, la compagnie a gagné 5 cents contre 8 cents attendus par le consensus Refinitiv.

    Le deuxième trimestre sera le premier trimestre à être pleinement touché par le Covid-19 et le conglomérat américain s'attend à ce que ses résultats financiers déclinent en conséquence.

    "Les conséquences du Covid-19 ont impacté nos résultats du premier trimestre, spécialement dans la branche "Aviation" où nous avons enregistré une baisse dramatique dans l'aviation commerciale alors que le virus se répandait à travers le monde", indique le CEO Larry Culp.

  • UCB: -5,15%

    L'action UCB perd 5,2% à 84,64 euros sans qu'il n'y ait d'explication immédiate au recul de l'action.

    Bloomberg constate que les volumes de transaction sont conformes à la moyenne journalière de ces 20 derniers mercredi. Le nombre de requête sur le thème "UCB" est toutefois "inhabituellement élevé", note l'agence, alors que les nouveaux articles sur l'entreprise ne sont pas plus nombreux que la moyenne.

    Le broker Bryan Garnier a confirmé ce matin sa recommandation d'achat sur la valeur avec un objectif de cours de 102 euros.

    Le groupe pharmaceutique tient son assemblée générale ce jeudi 30 avril.

  • UPDATE | Briefing actions belges

  • L'indice de confiance économique s'effondre en zone euro

    L'indice de confiance ESI ("Economic Sentiment Indicator") d'avril s'est effondré de 27,2 points par rapport à mars pour s'afficher à 67,0 points pour l'ensemble des 19 pays de la zone euro. Il s'agit de sa plus forte chute depuis sa création en 1985.

    Pour l'ensemble des 27 pays de l'UE, l'indice de confiance a chuté de 28,8 points en avril à 65,8 points.

    "Les indicateurs sont maintenant bien en deçà de leur niveau moyen à long terme de 100 et très proche des niveaux les plus bas enregistrés lors de la grande dépression de mars 2009", indique l'exécutif européen dans son communiqué.

    L'indicateur des attentes en matière d'emploi a dégringolé de 30,1points à 63,7 dans la zone euro et de 31,2 points à 63,3 dans l'ensemble des 27 pays de l'UE.

  • Un ballon d'oxygène indispensable pour Bone Therapeutics

  • Le point sur la tendance - update

    Les bourses européennes montent prudemment dans l'attente des chiffres du produit intérieur brut des Etats-Unis au premier trimestre et des annonces de politique monétaire de la Réserve fédérale.

    Les perspectives de levée des mesures de confinement dans plusieurs pays et le rebond des cours du pétrole ne suffisent pas à installer franchement les indices dans le vert, les incertitudes liées à la crise du coronavirus demeurant bien présentes.

    Les gains varient entre 0,04% à Paris et 1,14% à Londres. L'Euro Stoxx 50 grappille 0,04% et le Stoxx 600 0,14%.

    Les valeurs pétrolières, les bancaires et le compartiment automobile pointent en tête des hausses sectorielles avec des progressions de respectivement 2,95%, 1,95% et 1,8%.

  • Shurgard fait preuve de résilience

    Shurgard , le spécialiste de la location d'entrepôts de stockage, a bien performé au premier trimestre.

    Le taux d'occupation a progressé de 0,5 point de pourcentage à 86,4%. Le chiffre d'affaires est en hausse de 5,2% à 66,1 millions d'euros. A périmètre constant, la progression est de 4,3%. L'EPRA ajusté par action ressort à 0,27 euro contre 0,25 au 31 mars 2019.

    La situation diffère toutefois d'un marché à l'autre. L'entreprise a expérimenté un strict lockdown en France et en Belgique depuis le milieu du mois de mars et au Royaume-Uni depuis le 23 mars. Pendant ce temps, les Pays-Bas, la Suède, l'Allemagne et le Danemark (50% du portefeuille) ont adopté une approche plus souple des mesures de confinement avec des signes de relâchement depuis le 20 avril.

    Les premiers signes de la pandémie de Covid-19 entre la dernière semaine de mars et le 26 avril sont les suivants: faible impact sur le taux d'occupation et retards de paiements en France, au Royaume-Uni et en Belgique. Le taux d'occupation est en hausse aux Pays-Bas, en Suède, en Allemagne et au Danemark.

    Le pipeline des 19 projets qui représente 7% de la surface locative nette totale connaît quelques retards. Quatre projets (25% des nouvelles ouvertures) ont été reportés à 2021.

    Shurgard donnera plus de détails sur ses prévisions à l'occasion de la publication des résultats semestriels.

    L'action gagne 2% à 30,10 euros.

  • WDP avertit du retard possible de certains chantiers

    Dans le cadre de son assemblée générale qui a lieu ce mercredi, WDP a publié une "Covid-19 update".

    Dans ce communiqué, la SIR spécialisée dans l'immobilier logistique indique que "compte tenu des mesures de sécurité requises, distinctes d’un pays à l’autre, la réalisation de certains chantiers peut subir un retard".

    WDP ajoute qu'elle réserve une partie des ressources pour ses employés qui pourront nécessiter un soutien à cause du Covid-19. Ce soutien financier trouve son fondement, notamment, dans la solidarité des membres du conseil d’administration. Ces derniers et les deux CEO réservent, chacun, 15% de leur salaire du deuxième trimestre 2020 à cette action de soutien.

    Lire aussi | WDP et le Covid-19

  • Le FTSE100 renoue avec les 6.000 points

    L'indice londonien Footsie 100 progresse de 1,03% à 6.000,26 points. Il n'avait plus atteint le seuil des 6.000 points depuis le 11 mars.

  • Voici le briefing actions belges

  • Le point sur la tendance boursière

    Les marchés européens ouvrent sur une note hésitante et proche de l'équilibre, les investisseurs attendant la fin de la réunion de la Fed et les chiffres du PIB américain pour se faire une idée plus précise des conséquences du coronavirus sur la première économie mondiale.

    Paris se tasse de 0,05% mais Francfort gagne 0,47% et Bruxelles 0,32%. Amsterdam affiche un très léger gain de 0,03%.

    L'Euro Stoxx 50 lâche 0,14% et le Stoxx 600 0,06%.

    Quelques valeurs en vue en Europe:

    > Airbus avance de 1,9%, malgré l'annonce d'une perte nette de 481 millions d'euros au premier trimestre, contre un bénéfice net de 40 millions un an plus tôt.

    > AMS bondit de 12,5% après ses résultats. Le spécialiste des capteurs s'attend à un impact limité du coronavirus au deuxième trimestre, a-t-il déclaré mercredi, après avoir annoncé un chiffre d'affaires dans la fourchette haute de ses prévisions.

    > Barclays se renforce de 4%. La banque britannique a annoncé mercredi qu'elle allait provisionner 2,1 milliards de livres (2,4 milliards d'euros) pour couvrir une probable hausse de pertes sur crédits en raison de la pandémie de coronavirus. Elle a aussi publié un bénéfice trimestriel imposable inférieur à sa propre prévision, mais avec toutefois une solide performance de la banque d'investissement.

    > Carrefour gagne 3% après avoir fait état d'une hausse de 7,8% de ses ventes à périmètre comparable au premier trimestre. Le distributeur a ajouté qu'il avait enregistré une performance solide au cours des premiers mois de l'année et bénéficié des achats de précaution en mars dans le contexte de la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19.

    > Deutsche Bank cède 1,1%. La banque allemande a rapporté une perte nette au premier trimestre liée à une restructuration coûteuse et aux pressions sur ses marges sur fond de crise du coronavirus.

    > Wirecard poursuit sa descente aux enfers et lâche 10%. Le titre a perdu plus de 26% mardi, après la publication d'un audit de KPMG concluant que le spécialiste allemand des paiements n'avait pas fourni assez d'informations face aux allégations d'irrégularités comptables du Financial Times.

  • Deutsche Bank: -1,1%

    Les résultats trimestriels de Deutsche Bank passent mal dans le marché: le titre perd 1,1% dans les premiers échanges.

  • |Opening bell|

    Amsterdam: -0,08%
    Bruxelles: +0,11%
    Paris: -0,16%
    Francfort: n.c.

    Euro Stoxx 50: -0,16%
    DJ Stoxx 600: -0,06%

  • Airbus | Deutsche Bank | Volkswagen

    > Airbus a fait état mercredi de résultats nettement dégradés au premier trimestre en raison de l'impact sur son activité de la pandémie de coronavirus qui a lourdement affecté l'industrie aérienne. Le chiffre d'affaires a reculé de 15% sur la période, à 10,63 milliards d'euros, et le résultat opérationnel ajusté a chuté de 49% pour tomber à 281 millions d'euros.

    > Deutsche Bank a annoncé une perte nette au premier trimestre liée à une restructuration coûteuse et aux pressions sur ses marges sur fond de crise du coronavirus.

    > Volkswagen a annoncé un résultat d'exploitation en baisse de 81% au premier trimestre, mais a dit espérer dégager un bénéfice sur l'ensemble de l'année.

  • Briefing d'avant bourse

    Les bourses européennes sont attendues en hausse modérée à l'ouverture, portées par les perspectives de levée des mesures de confinement dans plusieurs pays et par le rebond des cours du pétrole dans l'espoir d'une reprise de la demande.

    Une certaine prudence reste toutefois de mise avant les annonces monétaires de la Réserve fédérale américaine (20h) et une première estimation de l'évolution du produit intérieur brut (PIB) des Etats-Unis au premier trimestre.

    L'Euro Stoxx 50 devrait ouvrir sur une note stable. Paris et Francfort gagneraient environ 0,10%.

    "La conférence de presse de Jerome Powell devrait fournir des indications précieuses sur l'évolution de la politique monétaire dans les mois à venir et, à cette occasion, il pourrait être fait mention d'un objectif explicite de taux de chômage."
    Christopher Dembik
    Responsable de l'analyse macroéconomique chez Saxo Bank

    La cote devrait par ailleurs encore être animée par une série de résultats, dont ceux d'Airbus et de Deutsche Bank.

  • Fitch Ratings dégrade la note de crédit de l'Italie

    L'agence de notation Fitch a abaissé mardi la note de crédit de l'Italie à "BBB-", juste un cran au-dessus de la catégorie "junk" (ou spéculative), pour tenir compte de l'impact de la pandémie de coronavirus sur la troisième économie de la zone euro.

    Sur le marché obligataire, le rendement italien à 10 ans se tend de plus de 9 points de base à 1,81%, creusant l'écart avec les autres pays européens, l'Allemagne en particulier.

    Il a également une adjudication de dette italienne de 6 milliards d'euros aujourd'hui, ce qui peut exercer une pression supplémentaire sur les rendements italiens.

  • L'empire éolien de Colruyt prend forme

    Le dossier était en cours depuis un certain temps déjà. Korys, la société d’investissement des actionnaires de la famille fondatrice de Colruyt , a décidé de loger toutes ses activités ayant trait à l'éolien terrestre et en mer sous le même toit.

    De la sorte, le holding rapproche Parkwind, le plus grand développeur belge de parcs éoliens offshore, Eurowatt, un développeur français de parcs terrestres, détenu à 52% par la riche famille et Eoly, la filiale à 100% de Colruyt pour le développement de projets éoliens terrestres en Belgique. La nouvelle entité, baptisée Virya Energy, devient donc l'organe de référence pour la production d'énergie éolienne version Colruyt.

  • Au tour de Bone Therapeutics de lever des fonds

    Après Mithra , MDxHealth et Kiadis en l’espace de quelques jours, c’est au tour de la société wallonne Bone Therapeutics de lever des capitaux.

    Spécialisée dans les thérapies cellulaires et biologiques dans les domaines de l’orthopédie et des maladies osseuses, la biotech annonce ce mercredi matin l’obtention d’un financement de 11 millions d’euros. Les fonds récoltés serviront au développement clinique de ses deux actifs clés: l’ALLOB et le JTA-004. Lorsque cette opération sera finalisée, ils permettront à la société de disposer de la trésorerie suffisante pour financer ses activités jusqu’au premier trimestre 2021.

  • Google: +8% après bourse

    Alphabet , la maison mère de Google, a réalisé un bénéfice net de plus de 6,8 milliards de dollars au premier trimestre, contre un peu moins de 6,7 milliards il y a un an, signe que l'impact de la crise économique ne se fait pas sentir pour l'instant pour le géant du net.

    Son chiffre d'affaires a progressé de 13% à 41,2 milliards de dollars et ses résultats, meilleurs qu'espérés dans un contexte d'assèchement des budgets des annonceurs, lui valaient une hausse de 8% de son titre à Wall Street lors des échanges électroniques après la clôture de la Bourse.

    YouTube se porte particulièrement bien avec plus de 4 milliards de dollars de recettes publicitaires ce trimestre, soit un bond de 30% en un an.

  • Cofinimmo & Hamon

    Retour sur deux communiqués publiés après la clôture mardi.

    > Cofinimmo : la société immobilière a fait état d'une hausse de 34% de son résultat net des activités clés-part du groupe, à 41 millions d'euros. Son ratio d'endettement a légèrement baissé à 40,7% contre 41% fin décembre 2019. "Malgré l’apparition du Covid-19 dans les pays où le groupe est actif et les incertitudes que celui-ci a générées sur les marchés et l’économie, l’exercice 2020 débute sur de bons résultats, conformes aux prévisions", souligne son CEO Jean-Pierre Hanin. Le communiqué.

    > Hamon : le groupe a enregistré des prises de commandes en forte hausse au premier trimestre, à 130 millions d'euros. Soit le double du montant engrangé à la même époque en 2019. "Il faut noter, avec satisfaction, un réveil de l’activité refroidissement sec ainsi que la confirmation de la progression de l’activité Customer Service", indique la société dans un communiqué. Hamon rappelle par ailleurs qu'à ce stade de la pandémie du Covid-19, il n’est pas possible de quantifier les effets du Covid-19 sur les résultats financiers du groupe.

  • Bon trimestre pour Melexis, certes prudent pour 2020

    "Solide départ" pour l'exercice 2020 de Melexis, se targue la CEO Françoise Chombar. Sans un impact du Covid-19 vers la fin de mars, les ventes auraient dépassé les 140 millions d’euros. Elles s'affichent pour les trois premiers mois de l'année à 138 millions d'euros (+19%). La société bénéficie certes un léger effet positif (1%) de l'évolution du taux de change EUR/USD, lit-on dans un communiqué.

    L'Ebitda progresse à 36 millions d'euros (+29%) pour un résultat net de 21 millions (+48%), soit 0,51 euro par action.

    Que donnera l'ensemble de l'exercice 2020? La société avait retiré ses prévisions début avril, assurant que l'impact du coronavirus était actuellement inquantifiable. À l'époque, Melexis avait aussi annoncé la décision du conseil d'administration de ne verser aucun dividende final au titre de 2019. Un dividende intérimaire (brut) de 1,30 euro a lui déjà été versé en octobre.

  • Vers une ouverture en hausse en Europe

    Bonjour! Ceci démarre notre "Market live" du mercredi 29 avril. La journée sera essentiellement placée sous le signe de la Fed. La Banque centrale américaine fera connaître sa décision sur ses taux d'intérêt à 20h.

    La publication de la première estimation du PIB du premier trimestre pour les Etats-Unis est programmée à 14h30. Après dix années de croissance ininterrompue, les Etats-Unis vont sans doute connaître en 2020 une récession historique provoquée par l'impact du coronavirus. Les analystes tablent sur un recul de 4,3% en rythme annuel du PIB US lors des trois premiers mois de l'année.

    Entre-temps, les marchés européens sont attendus en hausse, à l'aube d'une séance qui sera animée par les résultats trimestriels d'entreprises. Le Dax devrait progresser de 1% dans les premiers échanges, le CAC40 de 0,80% et l'Euro Stoxx 50 de 0,52%.

    En Asie, la tendance est positive, les investisseurs étant encouragés par la levée progressive des mesures de confinement tandis que les prix du pétrole progressent dans l'espoir que la demande progresse. La Bourse de Hong Kong gagne 0,22% et Shanghai 0,46%.

    La bourse de Tokyo est fermée en raison d'un jour férié.

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés