1. Les marchés
  2. Live blog
live

Fin de semaine positive

Les marchés européens et américains ont clôturé l'ultime séance de la semaine en hausse. Toutefois, après être monté jusqu'à 388,11 points, le Stoxx 600 a réduit son avance en clôture à 386,91 points. Soit un gain de 1,01% sur la clôture de la veille.
  • A suivre ce lundi 4 juin

    La semaine sur les marchés prend fin, voici les principaux événements à l'agenda de lundi: 

    → ECONOMIE / FINANCE

    Etats-Unis
    • 16h Commandes à l'industrie / avril

    Zone euro
    • 10h30 Indice Sentix / juin n 11h Prix à la production/ avril

    → ENTREPRISES

    Belgique
    Assemblée générale:
    • Vranken Pommery
    • Kiadis Pharma

    • Ablynx/offre de rachat à 45 euros par action par Sanofi. Jusqu’au 12 juin.
    • Sapec/offre de reprise simplifiée par Soclinpar au prix de 60 euros par action. Jusqu’au 29 juin inclus.
    • Xior: possibilité de souscrire à l’augmentation de capital. Deux actions existantes pour une nouvelle, au prix de 31 euros. Jusqu’au 7 juin..

    Bon week-end! 

  • L’emploi américain dope Wall Street

    Les Bourses américaines ont terminé la semaine dans le vert, dans le sillage d’un rapport solide sur le marché de l’emploi aux Etats-Unis ne bousculant pas les perspectives de la banque centrale américaine. Le président américain, en tweetant une heure avant la diffusion du rapport "avoir hâte de voir les chiffres de l’emploi", a suscité l’émoi, puisque ces chiffres, très attendus, sont soumis à un strict embargo.

    Le marché obligataire a réagi juste après le tweet en faisant légèrement monter les taux d’intérêt sur la dette US. Les taux ont évolué bien plus significativement après la publication du rapport sur l’emploi: le rendement sur les bons du Trésor à 10 ans est monté de 2,71%.

    Le Dow Jones a avancé de 0,90% à 24.635,21 points, le S&P 500 a pris 1,08% à 2.734,62 points et le Nasdaq a progressé de 1,51% à 7.554,33 points.

    Parmi les valeurs du jour, le fabricant de vêtements de sports Lululemon s’est envolé de 16,32% après la diffusion de résultats trimestriels supérieurs aux attentes.

    Coscto, le géant de la distribution de gros, a perdu 0,56% malgré un chiffre d’affaires supérieur aux prévisions.

  • | CLOSING BELL |

    • Dow Jones +0,89% à 24.633,53 points 
    • S&P 500 +1,07% à 2.734,35 points
    • Nasdaq +1,51% à 7.554,33 points
  • Le pétrole finit en recul à New York avec l'appréciation du dollar

    Les cours du pétrole ont terminé en repli vendredi sur le marché new-yorkais Nymex à la suite de déclarations du président américain sur les échanges commerciaux, qui ont dopé le dollar et pesé sur les matières premières, notamment le baril de brut.

    Le contrat juin sur le brut léger américain (WTI) a encore perdu 1,23 dollar, soit 1,83%, à 65,81 dollars le baril.

    Le Brent a cédé 77 cents (-0,99%) à 76,79 dollars.

  • Rebond des financières

    La séance de vendredi a cette fois été la bonne. Après une tentative de rebond avortée la veille, la Bourse de Bruxelles est parvenue à achever l’ultime séance de la semaine sur un bilan positif. Son indice Bel 20 a récupéré 1,2% à 3.809,22 points.

    Les valeurs financières ont beaucoup compté dans la remontée de l’indice. Accalmie sur le front de la situation politique italienne oblige. ING a gagné 3,07% à 12,84 euros et KBC 1,84% à 67,42 euros.

    Ageas, dont le rating de la dette du holding a été relevé il y a deux jours chez Moody’s de Baa3 à Baa2, progresse pour le 3e jour d’affilée. L’action a encore pris 1,77% à 44,17 euros. On devrait savoir d’ici la fin de ce mois si les produits de l’assureur seront à l’avenir encore disponibles sur le réseau bancaire de BNP Paribas Fortis.
    Et de trois. Après Marcel Telles et Grégoire de Spoelberch, c’est au tour de Paul Cornet de Ways Ruart, troisième grand actionnaire d’AB InBev, d’acquérir des actions du groupe brassicole. L’action de ce dernier a pris un modeste 0,02% à 80,24 euros.
    Pour Ken Van Weyenberg, head of CPM Asset Allocation chez Candriam, Ab InBev compte parmi les actions susceptibles de "gagner" la Coupe de Football 2018. Budweiser, l’une de ses marques fleuron, est sponsor de l’événement, rappelle ce gestionnaire.

    Umicore s’est adjugé 2,46% à 49,59 euros. Le groupe de la rue du Marais à Bruxelles a finalement opté pour pour la Pologne, pour ériger son nouveau site de production de matériaux pour batteries électriques.

    Telenet a reçu, il y a 8 jours déjà, le feu vert de l’Autorité belge de la concurrence pour la reprise de TelelinQ (300.000 professionnels de l’ICT), la société-mère de Nextel. Cette annonce faite à la veille de ce week-end a peiné à redonner des couleurs à l’action du câblo-opérateur. Elle a baissé de 0,37% à 43,10 euros. Proximus, dont l’opérateur historique en Belgique a fait l’acquisition d’Umbrio aux Pays-Bas, s’est amélioré de 0,22% à 22,96 euros.
    Hors Bel 20, ThromboGenics a bondi de 4,97% à 5,49 euros et Banimmo de 4,41% à 3,55 euros.

    Xior a cédé 1,78% à 33,2 euros. Le coupon n°6 qui permet de souscrire à l’augmentation de capital jusqu’au 7 juin, a achevé la séance à 0,95 euro.

  • Bpost pourrait sortir du Stoxx 600

    Selon les analystes de la banque française SocGen, les gestionnaires de l'indice Stoxx 600 pourraient annoncer ce soir la sortie des actions d'Ablynx et de bpost de cet indice à la clôture des séances du 15 juin en Europe. Cela, en compagnie notamment d'Altice, BPER Banca, Elior et DIA.

    Par contre, Argenx pourrait faire son entrée avec entre autres Puma et Royal Unibrew entre autres.

  • Telenet a perdu sa prime d'OPA

    Depuis l’annonce fin avril d’un résultat négatif  au 1er trimestre, l’action Telenet porte à près de 20% son recul. L’annonce intervenue récemment de la vente d’actifs par Liberty Global, n'y fait rien.

    Liberty Global, la maison-mère de Telenet, vient d'indiquer avoir cédé des actifs pour 18 milliards de USD à Vodafone. Cette opération avait incité certains analystes sur les marchés à imaginer que Liberty Global pourrait faire une offre sur les actions Telenet qu’elle ne possède pas encore. Il semble plutôt que l'objectif poursuivi par Liberty Global en effectuant ces cessions, est avant tout d'améliorer son propre profil financier. Cela peut expliquer la baisse de l'action Telenet.

    On dit dans ce cas que Telenet a perdu sa prime d'OPA.

  • Les obligations italiennes, mieux que les actions...

    Celui qui a acheté de la dette italienne à 10 ans mardi dernier peut se frotter les mains. Le cours de celle émise par l'Etat italien portant un coupon de 2% a effectué un bond de 5% en moins de 3 jours.

    Mardi, le cours avait touché un plus bas de 90,6%. Il est remonté pour se trouver actuellement à 95,6% de la valeur faciale. Dans le même temps, l'indice FTSE MIB des principales actions de la Bourse de Milan n'a repris que 3,5%.

  • Sergio Marchionne a mis sa "cravate"

    Pari gagné pour Sergio Marchionne. Il avait promis qu’il viendrait habillé d’une cravate -fait très rare- lors de la présentation vendredi du plan stratégique à 4 ans, si le constructeur Fiat Chrysler Automobiles (FCA) qu’il dirige depuis juin 2004, atteint son objectif d’une trésorerie nette positive. Et c’est ainsi qu’il est apparu. Cet objectif devrait être atteint fin juin.
    À la fin du premier trimestre, FCA détenait une trésorerie de 11,6 milliards de USD et pour 16,2 milliards de USD de dettes.

    Parmi les mesures essentielles annoncées, Marchionne a affirmé que l’entreprise va investir 9 milliards d’euros dans l’électrification jusqu’en 2022, et s'activer avec ses partenaires dans les véhicules autonomes.


    À Milan, l’action a tout naturellement poursuivi son mouvement ascensionnel. Mais après avoir retrouvé son sommet historique de janvier dernier (19,88 euros) en cours de séance, elle a subi des prises de bénéfice. C’est finalement sur un repli de 4,53% qu’elle a clôturé, à 18,52 euros.

    L’action Fiat Chrysler s’échange à la Bourse de Milan à 5,6 fois les bénéfices attendus pour l’exercice 2018.

    Les ventes de FCA en mai ont augmenté de 11% contre des attentes d'analystes de +7,4%. Les ventes aux particuliers aux USA ont augmenté de 10% pour atteindre 167.785 unités. Ce qui fait de mai, le mois le meilleur depuis juillet 2005.

  • L'Italie et l'emploi US dopent Wall Street

    La Bourse de New York entame la dernière séance de la semaine en hausse après l'annonce d'une nouvelle baisse du taux de chômage aux Etats-Unis, au plus bas depuis 18 ans, qui s'ajoute à l'accalmie dans la crise politique en Italie.

    Une demi-heure après le début des transactions, l'indice Dow Jones affichait un gain de 0,84% à 24.620,4 points et le S&P 500 de 0,87% à 2.728,32 points.

    Du côté des valeurs, la chaîne de magasins d'entrepôts Costco abandonne 0,91% après avoir fait savoir que la hausse des coûts de transports et les baisses de prix avait pesé sur ses marges.

    A la baisse, l'exploitant de casinos Wynn Resorts perd 3,84%, suite à l'annonce d'une croissance plus faible qu'attendu des revenus globaux des jeux en mai à Macao.

    En hausse, Lululemon bondit 11,61% après l'annonce de résultats trimestriels meilleurs que prévu.

  • AB InBev parmi les possibles gagnants de la Coupe de Foot 2018

    Pour Ken Van Weyenberg, head of CPM Asset Allocation chez Candriam Investors Group, "il ne fait aucun doute que, cette année encore, la consommation de boissons – alcoolisées ou non – profitera de la grand-messe du football (Coupe de Football 2018). Et Budweiser, l’une des marques-fleuron d’Anheuser-Bush InBev et sponsor de l’épreuve, saura bien s’en s’accommoder : rien qu’en juin 2006, lors du premier mois de la Coupe du Monde en Allemagne, près de 10 millions d’hectolitres de bière avaient été vendus en Allemagne, ce qui correspondait à une augmentation des ventes de 14% par rapport au même mois l’année précédente".

  • Wall Street et le dollar fermes

    - DJ:       +0,81% à 24.610,70 points

    -S&P:      +0,71% à  2.724,59 points

     

    - Rendement du bon du Trésor US à 10 ans: 2,91%

    - Euro:    -0,14% 1,1677 dollar

    - Brent:    -0,89% à 76,90 dollar

    - Once d'or: 1.293,5 dollars (-5 dollars)

  • L'emploi US meilleur qu'attendu sur toute la ligne

    Le taux de chômage aux Etats-Unis est tombé en mai à son plus bas niveau depuis 18 ans à 3,8% après de solides embauches, selon les chiffres du département du Travail publié vendredi.

    Les créations d'emplois ont été plus fortes que prévu à 223.000 ce qui a fait perdre un dixième de point au taux de chômage, au plus bas depuis avril 2000.

    Les analystes attendaient un taux de chômage à 3,9% et 190.000 créations d'emploi.

    Le salaire horaire moyen a progressé de 2,7% en base annuelle, supérieur aux attentes.

    Les marchés actions européens maintiennent leur progression, tout comme les contrats à terme sur Wall Street.

    L'euro, tombé à 1,1648 quelques minutes avant la publication de la statistique, remonte à 1,1677.

    Le rendement des treasuries à 10 ans progresse à 2,924%.

    Ces signes de resserrement rapide du marché du travail devraient renforcer les anticipations d'inflation et conforter le scénario d'une hausse des taux d'intérêt de la part de la Réserve fédérale à l'issue de sa réunion des 12 et 13 juin.

  • Trump "impatient de connaître les chiffres de l'emploi"

    Les contrats à terme sur Wall Street augmentent légèrement leur avance, après un tweet de Donald Trump indiquant qu'il avait hâte de prendre connaissance des chiffres de l'emploi américain, suggérant que la statistique devrait surprendre positivement.

    L'indice Dow Jones devrait ouvrir en hausse de 0,57%, l'indice S&P 500 de 0,49% et l'indice composite du Nasdaq de 0,42%.

    Le consensus Reuters table

    • sur une reprise des créations d'emploi à 188.000 en mai après 164.000 en avril;
    • sur une stabilité du taux de chômage à 3,9%;
    • et sur une accélération de la hausse des salaires à 0,2% d'un mois sur l'autre et 2,7% sur un an.

     

  • L'avis de Barclays sur le nouveau gouvernement italien

    "Du point de vue des marchés financiers, nous pensons que le gouvernement qui entrera en fonction aujourd'hui est probablement légèrement meilleur que celui refusé la semaine dernière par le président Mattarella."

    "La décision de nommer un ministre des Finances modéré devrait contribuer à apaiser les craintes des marchés sur le risque d'une déstabilisation à très court terme des relations entre l'Italie et l'Europe. Mais nous ne nous attendons pas à ce que la prime de risque qui s'est accumulée récemment disparaisse complètement."

  • "L'Italie est sortie de l'impasse politique, ce qui a permis à l'humeur de devenir positive et aux actions de monter."
    David Madden
    Analyste de CMC Markets

  • Jeep au coeur de la nouvelle stratégie de Fiat Chrysler

    Le constructeur Fiat Chrysler (FCA), dont le patron Sergio Marchionne doit passer la main en 2019, entend mettre l'accent ces prochaines années sur ses marques premium, dont Jeep, et réduire la part du diesel, selon son nouveau plan stratégique 2018-2022 présenté vendredi.

    Jeep --qui devrait représenter à lui seul près de 70% des profits de FCA cette année selon Morgan Stanley -- a vendu 1,4 million de véhicules en 2017 et vise 1,9 million d'unités en 2018.

    Maserati et Alfa Romeo entendent de leur côté doubler leur production, pour la porter respectivement à 100.000 et 400.000 véhicules en 2022.

    RAM vise pour sa part des ventes d'un million de véhicules, contre 263.000 en 2009 et 770.000 prévues cette année.

  • Le point sur les marchés en milieu de journée

    Les bancaires au rebond, les taux se détendent, Deutsche Bank se redresse

    1. Les Bourses européennes évoluent en nette hausse, dans un marché soulagé par la perspective d'une sortie de crise en Italie et qui résiste aux craintes sur le commerce international.

    2. Paris gagne 1,17%, Bruxelles 1,20%, Francfort 0,88% et Londres 0,79%. L'indice paneuropéen DJ Stoxx 600 avance de 0,95%. La Bourse de Milan est en forte progression de 2,52%. La Bourse de Madrid gagne 1,9% après l'adoption sans surprise de la motion de censure contre Mariano Rajoy.

    3. Le soulagement est plus sensible encore sur le marché obligataire, où l'écart de rendement, ou "spread", entre les obligations d'Etat italiennes à 10 ans et celles allemandes de même échéance retombe à moins de 215 points de base, après un pic à plus de 300 mardi.

    4. Sur le marché des changes, l'euro gagne 0,11% à 1,1706 dollar.

    5. Du côté des valeurs, les bancaires et les assureurs rebondissent, signant la meileure progression sectorielle en Europe avec un gain de respectivement 1,94 et 1,62%.Banco BPM SpA reprend 7,8, UniCredit spA 5,6%...

    6. Deutsche Bank se reprend de 3,6%, après avoir fini en baisse de plus de 7% jeudi, au moment où les ennuis s'accumulent pour la première banque allemande.

    7. Dialog Semiconductor plonge de 17%, après un avertissement sur résultats en raison du moindre recours d'Apple à ses puces.

    8. Elior engrange de 6,4%, parmi les meilleures hausses du Stoxx 600 après un relèvement du conseil de Credit Suisse à "surperformance".

    9. Wall street est attendue en hausse, de l'ordre de 0,4%. La tendance pourrait évoluer avec la publication à 14h30 des chiffres mensuels sur l'emploi US.

     

  • Un troisième administrateur d'AB InBev à l'achat

    Les grands actionnaires belges participant au contrôle d’AB InBev sont toujours à l’achat sur l’action. Après Marcel Telles et Grégoire de Spoelberch qui avaient acquis pour 5,3 millions et 1,2 million d’euros d’actions AB InBev à la mi-mai, Paul Cornet de Ways Ruart a acheté, le 25 mai dernier, pour 3,9 millions d’euros d’actions du brasseur en Bourse, au prix de 81,59 euros par titre.

    Il s’agit bien d’achats d’actions, pas d’exercices d’options.

    On peut donc interpréter ces opérations effectuées par des personnes qui siègent toutes trois au conseil d’administration du brasseur comme autant de signaux d’achat.

  • Le CEO de Galapagos , en réponse à la question d'une journaliste d'IEX (un groupe de médias offrant des services financiers) : "Dans l'hypothèse d'une offre à 150 euros, je me rends directement auprès du reste du conseil d'administration et je leur indique que nous devons rejeter la proposition".

     

     


  • Elior monte, Credit Suisse mise sur une reprise de la marge

    Le titre Elior bondit de 6% à la Bourse de Paris à la faveur d'un relèvement de recommandation de Credit Suisse, qui mise, après les multiples avertissements du groupe, sur un redressement des marges et sur l'amélioration de la gestion du capital.

    Les analystes revoient leur conseil à "surperformance" contre "neutre" avec un objectif de cours rehaussé à 18,40 euros contre 13,80 euros.

  • Espagne: Mariano Rajoy renversé par le Parlement et remplacé par Pedro Sanchez

  • ING à propos d'Umicore

    Selon l'analyste d'ING Stijn Demeester, le choix d'Umicore pour installer son nouveau site de production en Pologne (à Nysa), au détriment d'Anvers, est lié entre autres à la proximité de l'industrie automobile allemande, polonaise et tchèque. Nous soupçonnons fortement que des coûts salariaux plus bas ont joué un rôle très important, mais l'analyste ne dit rien à ce sujet.

    Le site de Nysa s'inscrit dans le cadre d'un programme d'investissement de 660 millions pour augmenter la production des matériaux pour batteries électriques. Demeester s'attend toujours à ce qu'Umicore consacre la plus grande partie de cette somme à des investissements en Asie, alors que le groupe renforce la capacité de ses usines en Corée du Sud et en Chine.

    L'analyste maintient son conseil à "conserver" avec un objectif de cours de 53 euros.

  • "Un cocktail dangereux pour les marchés cet été"

    ING s'attend à ce que les investisseurs adoptent une position défensive ces prochains mois.

    L'escalade dans la guerre commerciale, l'incertitude politique et des taux d'intérêt plus élevés aux Etats-Unis forment un cocktail dangereux, explique la banque néerlandaise.

     

  • L'industrie européenne marque le pas

    La croissance manufacturière a ralenti en mai à un plus bas de 15 mois, pénalisée le calendrier des vacances, et les indicateurs avancés suggèrent qu'elle restera au mieux modérée dans les mois à venir.

    La hausse des prix semble avoir pesé sur la demande, et l'indice PMI IHS Markit des directeurs d'achats en version définitive a fléchi pour un cinquième mois d'affilée, à 55,5 contre 56,2 en avril, conformément à la version flash. La barre des 50 délimite croissance et contraction de l'activité.

     

    "La faiblesse des statistiques pourrait être en partie liée à un nombre de jours de vacances plus important qu'à la normale durant le mois, mais les risques semblent s'orienter vers une croissance molle voire même qui soit freinée un peu plus dans les mois à venir."
    Chris Williamson
    Economiste d'IHS Markit

  • La dette à zéro fin juin, Marchionne arbore la cravate

    Le patron du groupe Fiat Chrysler (FCA) , Sergio Marchionne, arborait la cravate vendredi, un fait très inhabituel pour le dirigeant qui a choisi de marquer ainsi le fait que le groupe réussirait à porter à zéro sa dette nette industrielle à fin juin.

    Ces derniers mois, M. Marchionne - habitué aux pulls noirs sur une chemise bleu à carreaux ou aux polos noirs - avait promis qu'il mettrait une cravate à l'occasion de la journée des investisseurs organisée ce vendredi à Balocco, dans le nord de l'Italie, s'il parvenait à atteindre cet objectif.

    "Aujourd'hui (vendredi), comme vous pouvez le voir à ma cravate bien nouée, je prévois qu'à fin juin nous aurons une position financière nette positive", a affirmé M. Marchionne.

  • Le point sur les marchés

    Rebond des valeurs bancaires, Milan grimpe, les taux se détendent, Deutsche Bank se redresse

    1. Les Bourses européennes évoluent en hausse en début de matinée, dans un marché soulagé par la perspective d'une sortie de crise en Italie, et qui résiste aux craintes sur le commerce international.

    2. Paris gagne 1,15%, Bruxelles 1,06%, Francfort 0,74% et Londres 0,69%. L'indice paneuropéen DJ Stoxx 600 avance de 0,75%. La Bourse de Milan est en forte progression de 3%.

    3. Le soulagement est plus sensible sur le marché obligataire, où l'écart de rendement, ou "spread", entre les obligations d'Etat italiennes à 10 ans et celles allemandes de même échéance retombe à moins de 230 points de base, après un pic à plus de 300 mardi.

    4. Sur le marché des changes, l'enthousiasme reste très modéré. L'euro est stable face au dollar, à 1,1693, alors que nombre de facteurs pèsent sur les marchés est élevé, lié notamment à la situation politique en Espagne et aux craintes de guerre commerciale.

    5. Du côté des valeurs, les valeurs bancaires rebondissent, signant la meileure progression sectorielle en Europe avec un gain de 1,49%. Banco BPM SpA reprend 6%, UniCredit spA 4%...

    6. Deutsche Bank se reprend de 4%, après avoir fini en baisse de plus de 7% jeudi, au moment où les ennuis s'accumulent pour la première banque allemande.

    7. Dialog Semiconductor plonge de 17%, après un avertissement sur résultats en raison du moindre recours d'Apple à ses puces.

    8. Elior engrange de 6%, parmi les meilleures hausses du Stoxx 600 après un relèvement du conseil de Credit Suisse à "surperformance".

  • 190.000
    Les créations d'emplois devraient être soutenues
    Les chiffres officiels de l'emploi US pour mai seront connus à 14h30. Les analystes s'attendent à un taux de chômage inchangé à 3,9%, un plus bas depuis 17 ans, et à 190.000 nouvelles embauches, davantage que les 164.000 observées en avril.

  • Dialog Semiconductor : -17%

    L'action du fondeur allemand Dialog Semiconductor décroche 17%, après avoir annoncé la veille qu'Apple ne se fournirait plus uniquement auprès de lui pour ses puces de gestion de l'énergie destinées à l'un de ses trois nouveaux iPhones.

    L'annonce d'Apple se traduira par 5% de chiffre d'affaires de moins cette année, encore que Dialog anticipe toujours une progression de ce même CA dans sa globalité.

  • Umicore préfère la Pologne à Anvers

    C'est finalement en Pologne qu'Umicore va installer son nouveau site de production de matériaux pour batteries électriques. Environ 400 emplois seront créés dans un premier temps.

    L'action Umicore progressait de 0,93% à 48,85 euros en début de séance à Bruxelles, dans un marché globalement en hausse de 0,96% à 3.800,28 points.

  • Les dettes de l'Italie et de l'Espagne se détendent

    La détente était de nouveau au rendez-vous pour la dette italienne après la formation d'un gouvernement populiste, mais également pour celle de l'Espagne, à quelques heures d'un scrutin clé.

    Depuis mercredi, les taux d'emprunt de ces pays regagnent progressivement du terrain, après une poussée de fièvre en début de semaine qui a notamment fait monter mardi le rendement à 10 ans de l'Italie à 3,439%, son niveau le plus haut depuis le 24 mars 2014.

    Vers 9h30, le taux d'emprunt à dix ans de l'Italie baissait de 18 points de base à 2,57% contre 2,794% jeudi à la clôture du marché secondaire, où s'échange la dette déjà émise.

    Le rendement de même maturité de l'Espagne refluait également de 8 points de base à 1,39% contre 1,503%.

    A l'inverse celui de l'Allemagne montait à 0,377% contre 0,341%.

  • La Bourse de Milan bondit

    La Bourse de Milan salue le nouveau gouvernement italien et bondit de 2,53% à l'ouverture.

  • Deutsche Bank : +1,5% dans les premiers échanges, après sa chute de plus de 7% de la veille.

  • | Opening Bell |

    Les indices actions européens progressent dans les premiers échanges, grâce au compromis trouvé en Italie sur un nouveau gouvernement et malgré le retour des craintes de guerre commerciale entretenues par les Etats-Unis.

    • Bruxelles: +0,73%
    • Amsterdam: +0,79%
    • Francfort: n.c.
    • Paris: +0,85
    • DJ Stoxx 600: +0,58%

  • "Les indices européens devraient ouvrir en légère hausse ce vendredi matin. Selon eux, les marchés seront suspendus à l'installation du nouveau gouvernement italien, au vote de confiance en Espagne qui pourrait voir tomber le Premier ministre Mariano Rajoy et aux chiffres de l'emploi américain."
    Les experts de Mirabaud Securities Genève

  • Nouveau directeur financier chez Aedifica

    Aedifica cherchait un nouveau directeur financier après le départ de Jean Kotarakos pour Cofinimmo .

    La position de CFO chez Aedifica sera occupée par Ingrid Daerden "à partir du 1er septembre", a fait savoir le spécialiste de l'immobilier de santé dans un communiqué de presse.

    Ingrid Daerden a travaillé auparavant chez OTN Systems, ING et Cofinimmo.

  • Tokyo finit en baisse

    La Bourse de Tokyo a fini en baisse de 0,14%, tiraillée entre la faiblesse du yen favorable aux valeur exportatrices et les craintes liées au regain de tensions commerciales entre les Etats-Unis et ses partenaires.

    L'indice Nikkei a perdu 30,47 points à 22.171,35 points tandis que le Topix, plus large, a pris 1,72 point (+0,1%) à 1.749,17 points.

  • Topo d'avant Bourse

    Hausse en vue après les avancées en Italie, le rapport sur l'emploi US au menu

    1. Les principales Bourses européennes devraient ouvrir en hausse après les nouveaux développements politiques en Italie où le parti anti-système Mouvement 5 Etoiles (M5S) et la Ligue d'extrême droite sont finalement parvenus à former un gouvernement.

    2. D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien pourrait gagner 0,46% à l'ouverture, le Dax à Francfort progresserait de 0,36% et le FTSE à Londres avancerait de 0,26%.

    3. Après l'échec de leur première tentative, le M5S et la Ligue ont réussi à relancer leur alliance après s'être mis d'accord sur un ministre de l'Economie qui soit susceptible d'être accepté par le président de la République Sergio Mattarella.

    4. Malgré le répit italien, la prudence devrait néanmoins rester de mise sur les marchés face à la résurgence des tensions commerciales entre Washington et ses partenaires, et avant la publication à 12h30 GMT du rapport très attendu sur l'emploi aux Etats-Unis.

    5. Wall Street a fini en nette baisse jeudi soir après la décision des Etats-Unis de taxer les importations d'acier et d'aluminium du Canada, du Mexique et de l'Union européenne, qui ont tous trois annoncé des mesures de rétorsion. L'indice Dow Jones a perdu 1,02%, le S&P-500 a cédé 0,69% alors que le Nasdaq Composite a limité son recul à 0,27%.

  • Les populistes au pouvoir en Italie

    Après l'échec de leur première tentative, le M5S et la Ligue ont réussi à relancer leur alliance, après s'être mis d'accord sur un ministre de l'Economie, susceptible d'être accepté par le président de la République Sergio Mattarella. Le poste sera finalement occupé par Giovanni Tria, un économiste peu connu.

    Le gouvernement, qui sera dirigé par Giuseppe Conte, sera officiellement investi vendredi à 16h à Rome  et devra également obtenir la confiance des deux chambres du Parlement, la semaine prochaine.

    La formation d'un gouvernement en Italie, après trois mois d'incertitudes politiques, éloigne donc la perspective un temps envisagée de nouvelles élections législatives, dont les investisseurs redoutaient qu'elles ne se transforment en un référendum sur l'appartenance du pays à la zone euro.

     

    "Les relations futures avec Bruxelles devraient être bien plus épineuses qu'avec l'administration précédente, même si Savona n'est plus en charge des Finances, car le nouveau gouvernement semble vouloir mettre en oeuvre son programme de baisse des impôts."
    Michael Hewson
    Analyste chez CMC Markets

  • L'action Deutsche Bank attendue en hausse de 3%

    L'action Deutsche Bank est anticipée en hausse de 3% en avant-Bourse, selon le courtier Lang & Schwartz. L'action a inscrit jeudi un plus bas historique en clôture.

    Standard & Poor's a abaissé vendredi la note de crédit de Deutsche Bank de A- à BBB+, un nouveau coup dur pour la réputation de la première banque allemande et un nouvel obstacle à sa rentabilité.

    Dans le même temps, l'agence de notation porte la perspective à "stable", alors qu'elle était sous surveillance avec implication négative.

  • A suivre ce vendredi 1er juin

    Les principaux événements à l'agenda du vendredi 1er juin: début de la période de souscription à l'augmentation de capital de Xior et chiffres mensuels de l'emploi américain.

    → ECONOMIE / FINANCE

    Allemagne
    • 9h55 Indice PMI IHS Markit manufacturier définitif / mai

    Chine
    • Indice PMI IHS Markit manufacturier / mai

    Etats-Unis
    • 14h30 Créations d'emplois, taux de chômage, salaires / mai
    • 16h Dépenses de construction / avril
    • 16h Indice ISM manufacturier / mai
    • Ventes automobiles / mai

    France
    • Immatriculations automobiles / mai
    • 9h50 Indice PMI manufacturier / mai

    Italie
    • 10h PIB définitif / T1

    Japon
    • Indice PMI IHS Markit manufacturier définitif / mai

    Zone euro
    • 10h Indice PMI IHS Markit manufacturier déf. / mai
    • 10h30 Indice PMI IHS Markit manufacturier / mai

    → ENTREPRISES

    Belgique
    Ablynx/offre de rachat à 45 euros par action par Sanofi. Jusqu’au 12 juin.
    Sapec/offre de reprise simplifiée par Soclinpar au prix de 60 euros par action. Jusqu’au 29 juin inclus.
    Vastned Retail Belgium/trading update T1. Premier jour de l’offre de reprise par Vastned à 57,5 euros par action. Jusqu’au 1er juin.
    Xior: possibilité de souscrire à l’augmentation de capital. Deux actions existantes pour une nouvelle, au prix de 31 euros. Jusqu’au 7 juin.

    France
    Laurent-Perrier / résultats annuels (avant Bourse)
    • 9h30 Bolloré / AG
    • 10h Total / AG
  • "Un potentiel de hausse de 100% pour Asit Biotech"

    Le bureau de recherche Edison publie une étude sur Asit Biotech , valorisant l'entreprise à 119,6 millions d'euros, environ 7,3 euros par action. Plus de 100% de hausse donc.

    Asit Biotech a clôturé jeudi en hausse de 0,85% à 3,57 euros.

     

  • Good morning!

    Nouvelle édition du Market Live. Nous sommes le vendredi 1er juin. Bonne journée à toutes et tous!

Plus sur Les Marchés

Echo Connect