1. Les marchés
  2. Live blog
live

Les rendements obligataires mettent le Nasdaq en difficulté | KBC soutient le Bel 20

La progression des rendements obligataires a mis la pression sur les actions européennes. Le Nasdaq évolue en nette baisse. Les valeurs technos et Prosus ont eu du mal. Burberry en forme. Barco, Brederode, GBL et KBC en vue à Bruxelles.
  • Au menu lundi prochain

    L'agenda du lundi 15 mars est plutôt varié: "Power day" chez Volkswagen, ventes trimestrielles de H&M, salve de statistiques chinoises, indice "Empire State" aux États-Unis. 

    > Le programme de la séance du lundi 15 mars 

    C'est ici que se referme le Market Live. Merci de nous avoir suivis et à la semaine prochaine! 

  • L'Europe et Wall Street en ordre dispersé

    Les grands indices européens ont terminé la semaine sans direction. La remontée des rendements obligataires a miné les échanges, signe que les investisseurs restent inquiets face à une poussée de l'inflation favorisée par une reprise rapide de l'économie. Les valeurs technologiques ont été chahutées alors que le compartiment bancaire européen a pu reprendre de la hauteur.

    Au final, le CAC 40 a glané 0,21%. Le DAX (-0,45%) est, quant à lui, redescendu de son nuage. Le FTSE 100 (+0,36%) avait meilleure allure. 

    Au moment de la clôture en Europe, Wall Street évoluait également en ordre dispersé. Les indices S&P 500 et Nasdaq reculaient lestés par une hausse du taux à 10 ans sur la dette américaine à son plus haut niveau depuis février 2020. Le Dow Jones montait en revanche de 0,47% à 32.639,76 points.

  • Une semaine positive pour le Bel 20

    Performance sur la semaine écoulée

    • IndicesVar.%
    • Argenx+8,45%
    • GBL+5,48%
    • Aperam+4,74%
    • Telenet+4,74%
    • KBC +4,73%
    • AB InBev+3,88%
    • Proximus+3,33%
    • Sofina+3,3%
    • Cofinimmo+2,98%
    • UCB+1,65%
    • WDP+1,56%
    • ING +1,39%
    • Aedifica+1,34%
    • Barco+1,19%
    • Ackermans & van Haaren+0,83%
    • Solvay+0,24%
    • Ageas-0,04%
    • Colruyt-0,46%
    • Galapagos-0,84%
    • Umicore-2,23%
    Les chiffres sont susceptibles d'évoluer à la marge.

     

    Rédigé par Quotebot le 12/03/2021 à 17h54

  • KBC redonne le sourire au Bel 20

    Le Bel 20 s'est adjugé 0,58% à 3.864,84 points. Des 20 actions qui le composent, 10 étaient en hausse et 10 en baisse. 

    > Le débriefing de la séance à Bruxelles 

    Top / Flop du Bel 20

    TOP
    • ValeursCours (€)Var.%
    • KBC  60,7+5,2%
    • Barco21,21+2,07%
    • GBL88,54+1,96%
    • Ageas50,24+1,35%
    • ING Groep10,1+1,31%
    FLOP
    • ValeursCours (€)Var.%
    • Umicore46,0-2,5%
    • Galapagos68,62-1,32%
    • WDP27,4-1,3%
    • UCB78,82-1,23%
    • Argenx259,2-1,07%
    Les chiffres sont susceptibles d'évoluer à la marge.

     

    Rédigé par Quotebot le 12/03/2021 à 17h44

  • Europe | Closing Bell

    BEL 20: +0,58% 
    AEX: -0,92% 
    CAC 40: +0,21% 
    DAX 30: -0,44% 
    FTSE 100: +0,33% 
    STOXX 600 EUROPE: -0,30%  

    Résultats provisoires 

  • "Tesla est au cœur de la rotation sectorielle"

    Revue de la semaine avec Jérôme van der Bruggen (Degroof Petercam)

  • Banques européennes: seuls les taux comptent!

    Le secteur bancaire européen a le vent en poupe depuis quelques mois, le Stoxx 600 Banks ayant bondi de 52 % ces cinq derniers mois.  

    Toujours très à la traîne à long terme, le secteur bancaire européen espère que la baisse des taux est terminée. 

    ANALYSE | Banques européennes: seuls les taux comptent! 

  • Nouveau record pour Moury Construct

    Après Brederode qui évolue à des niveaux inexplorés ce vendredi à la Bourse de Bruxelles, c'est au tour de Moury Construct   d'atteindre les sommets. L’entreprise familiale wallonne spécialisée dans la construction a vu le prix de son action atteindre 214 euros lors du deuxième fixing de la journée, un nouveau record. 

    En septembre dernier, Moury Construct avait étonné la cote avec une hausse de 82% de ses bénéfices et un carnet de commandes très bien fourni. 

  • Le 10 ans américain à 1,63%

    Le rendement des bons du Trésor américain à dix ans continue de grimper et s'affiche vers 16h45 au plus haut de la journée à 1,63%, soit plus haut que le niveau constaté la semaine dernière. 

    "D'un côté, nous avons eu la BCE qui a essayé de faire baisser les rendements mais en même temps nous avons eu l'approbation finale du grand plan de relance de Joe Biden qui a fait remonter quelque peu les rendements américains."
    Bert Colijn
    Economiste senior chez ING


    Le marché obligataire de la zone euro suit le mouvement, l'annonce jeudi par la Banque centrale européenne (BCE) d'une accélération des achats d'actifs visant à empêcher une hausse des rendements ne faisant plus effet. Le rendement du Bund allemand à dix ans est repassé sous les -0,3%.

     

  • Le patron d'Ant Group, filiale du chinois Alibaba, démissionne

    Selon l'agence Bloomberg, Simon Hu, le CEO de la fintech Ant Group a remis sa démission. Il est remplacé immédiatement par le président du groupe chinois, Eric Jing. 

    Officiellement, c'est pour des "raisons personnelles", justifie-t-on chez Ant, une société fondée et contrôlée par le milliardaire chinois Jack Ma, patron d'Alibaba. 

    Ant Groupe devait entrer en bourse fin 2020 pour ce qui était annoncé comme la plus grosse IPO de l'histoire. Alibaba est dans le collimateur du pouvoir depuis début novembre, avec l'annulation in extremis de l'introduction en Bourse de l'entreprise de paiement en ligne qu'il a fondée. Cette annulation faisait suite à un discours de Jack Ma, dans lequel le milliardaire avait critiqué le rôle des régulateurs financiers chinois.

    Ce vendredi, on apprenait aussi que le géant du commerce électronique Alibaba risquait une amende record en Chine pour pratiques anti-concurrentielles. 

  • La confiance des consommateurs US grimpe encore

    L'indice de confiance des consommateurs américains (Université du Michigan) s'affiche à 83.0 pour le mois de mars. Il était attendu à 78.5 après avoir atteint 76.8 le mois précédent.

    Le moral des ménages américains atteint ainsi un plus haut d'un an.

     

  • M6 séduit la cote parisienne

    La chaîne de télévision privée M6 gagne près de 6% à la Bourse de Paris. Sa maison mère, RTL Group a confirmé étudier la cession du groupe français pour lequel les marques d'intérêt sont nombreuses. Mais l'heure de la consolidation concerne tout le marché européen.  


  • New York se dégonfle après ses records

    À Wall Street, le S&P 500 (-0,54%) recule au lendemain de sa séance record.

    Le Nasdaq, pénalisé par la remontée des rendements obligataires, recule de 1,63% quelques minutes après les premiers échanges.

    Le Dow Jones résiste (+0,26%) grâce ses valeurs financières et bon démarrage de l'action Boeing.

     

  • Wall Street | Opening bell

    Dow Jones: -0,01% 
    S&P 500: -0,43% 
    Nasdaq Composite: -1,33%

  • Le Bel 20 repasse dans le rouge

    Vers 15h25, le Bel 20 abandonnait 0,07% avec la majeure partie de ses éléments en négatif. KBC résiste bien et gagne près de 4% alors qu'au fond du classement Umicore et Argenx perdaient plus de 2%. 

  • Encore une belle commande pour Boeing

    Boeing   a reçu une commande de la société américaine d'investissement 777 Partners pour 24 appareils 737 MAX-8, son avion-vedette cloué au sol pendant près de deux ans, au prix catalogue de 2,9 milliards de dollars. Grâce à plusieurs commandes du 737 MAX, le constructeur a enregistré en février plus de commandes d'avions que d'annulations pour la première fois depuis novembre 2019.

    "Il s'agit d'une commande importante qui témoigne de la confiance de 777 Partners dans le 737-8 et dans la reprise du marché à venir."
    Ihssane Mounir
    Responsable des ventes - Boeing

    La société 777 Partners loue des avions aux compagnies et à des investissements dans plusieurs sociétés de transport aérien à bas coûts et d'autres entreprises liées à l'aviation. Basé à Miami, 777 Partners a aussi pris une option sur 60 avions supplémentaires, précise le constructeur aéronautique dans un communiqué.

  • Shell a doublé son bénéfice 2020 grâce au trading

    Royal Dutch Shell a dévoilé pour la première fois la rentabilité de son unité de trading de pétrole, affirmant qu'elle avait presque doublé pour atteindre 2,6 milliards de dollars l'année dernière.

    L'ampleur de ce résultat montre l'importance de la division commerciale pour la major pétrolière au cours d'une année où la faiblesse de la demande et des prix a frappé d'autres divisions de l'entreprise. Shell a profité de l'intense fluctuation des prix et d'une situation de marché qui lui a permis de gagner de l'argent en stockant du pétrole pour le vendre plus tard avec un bénéfice.

    Ce résultat est une aubaine pour l'entreprise en pleine transition énergétique, car il permet de promouvoir des énergies renouvelables moins rentables.

    Les opérations de trading sont rejetées par le marché car elles sont jugées "insoutenables" et elles n’ajoutent pas une prime "sérieuse" à la valorisation d’une entreprise, a déclaré Oswald Clint, analyste de Sanford C. Bernstein, dans une note. Cela induit malgré tout "une réelle création de valeur qui sera transférée dans l'énergie renouvelable".

    Shell gagne 0,14% à 18,54 euros.

  • Novavax: +17% en avant-bourse

    Novavax s'envole de 17% en avant-bourse après avoir annoncé que son vaccin contre le Covid-19 était efficace à 96% contre la souche originelle du virus et à 86% contre le variant identifié en Grande-Bretagne.

  • Hausse solide des prix à la production aux Etats-Unis

    En hausse de 2,8% en février en rythme annuel, l'indice prix à la production américains (IPP) a enregistré sa plus forte progression depuis octobre 2018, selon le ministère du Travail.

    Par rapport à janvier, l'indice des prix à la production (IPP) pour la demande finale a augmenté de 0,5%, après un bond de 1,3% en janvier qui était la plus forte progression depuis décembre 2009.

    Les économistes interrogés par Reuters avaient prévu que l'IPP gagnerait 0,5% en février et bondirait de 2,7% en glissement annuel.

  • Apple pourrait atteindre 3.000 milliards de dollars de capitalisation boursière

    L'action d'Apple pourrait atteindre une capitalisation boursière de 3.000 milliards de dollars, selon des analystes, citant le développement de l'Apple Car ainsi que des attentes élevées pour le prochain iPhone.

    Citigroup et Wedbush voient du potentiel pour que le géant de la technologie franchisse ce cap, ce qui implique une augmentation de près de 50% à partir de la clôture de jeudi. Avec une capitalisation boursière de 2.005 milliards de dollars, Apple est déjà l'une des entreprises les mieux valorisées au monde.

    Le développement de la voiture Apple pourrait augmenter les ventes de la société de 10% à 15% à partir de 2024, écrit l'analyste de Citigroup, Jim Suva, dans une note. D'ici 2025, il s'attend à ce que le marché mondial des véhicules électriques dépasse le marché combiné des smartphones, des PC, des tablettes et des appareils portables.

  • Update | Le point sur la tendance boursière

    Les bourses européennes évoluent en baisse, la remontée des rendements obligataires américains et la perspective d'une ouverture dans le rouge à Wall Street favorisant des prises de bénéfice après la progression soutenue des derniers jours.

    Les pertes varient entre -0,09% à Paris et -1,12% à Amsterdam. L'Euro Stoxx 50 et le Stoxx 600 glissent de l'ordre de 0,6%.

    La grande majorité des secteurs est en baisse. Les technos sont les premières pénalisées, avec un recul de 2% pour l'indice sectoriel Stoxx 600 de référence. À l'opposé, la remontée des rendements obligataires profite aux valeurs bancaires qui engrangent un peu plus de 1%.

    KBC gagne ainsi 4% et ING 1%, ce qui permet à l'indice Bel 20 de progresser de 0,22%, aidé aussi par Barco (+1,5%) et malgré le recul d'Umicore (-1,9%). Sur le marché élargi, Brederode (3,18%), GBL (+1,10%) et UnifiedPost (+1%) sont également bien orientées.

    Ailleurs en Europe, la société néerlandaise Prosus, qui détient un tiers du géant chinois de la technologie Tencent Holdings, chute de 6%, le régulateur du marché chinois ayant infligé une amende à 12 entreprises, dont Tencent, liées à des transactions qui démontraient des comportements monopolistiques illégaux.

    Le groupe de luxe britannique Burberry grimpe de 6,5%, au sommet du Stoxx 600, après l'annonce d'un net rebond de ses ventes depuis décembre.

    Les futures US laissent entrevoir une ouverture en baisse de 1,8% du Nasdaq.

    Le rendement des Treasuries à dix ans engrange 7 points de base, à 1,61%, ce qui permet au dollar de reprendre des couleurs face aux autres grandes devises. L'euro retombe à 1,1924 dollar (-0,5%).

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    Voici les principales valeurs à suivre vendredi à Wall Street, où les contrats à terme sur les principaux indices préfigurent une ouverture proche de l'équilibre pour le Dow Jones (-0,09%), mais en baisse de 0,6% environ pour le Standard & Poor's 500 et de près de 1,7% pour le Nasdaq.

    > Les grandes valeurs technologiques sensibles à la remontée des anticipations d'inflation et des rendements obligataires reculent dans les échanges en préouverture: Facebook, Apple, Amazon, Netflix, Alphabet, Tesla et Microsoft perdent entre 1,7% et 4,4%.

    > La remontée des rendements devrait, en revanche, profiter aux valeurs bancaires comme JPMorgan Chase, Bank of America ou Citigroup, qui montent en avant-bourse.

    > Netflix a annoncé, jeudi, tester un dispositif visant à limiter la possibilité donnée à ses abonnés de partager leurs codes d'accès.

    > Alibaba - Les autorités antitrust chinoises envisagent d'infliger une amende record au groupe de commerce en ligne, qu'elles soupçonnent d'entraves à la concurrence, a rapporté le Wall Street Journal, jeudi, en citant des sources proches du dossier.

    > T-Mobile prévoit désormais que la fusion réalisée en 2020 avec Sprint génèrera plus de 70 milliards de dollars (58,75 milliards d'euros) d'économies grâce aux synergies, un montant revu en hausse de plus de 60% par rapport à celui évoqué initialement, a annoncé l'opérateur jeudi. Le titre gagne 0,6% dans les échanges avant l'ouverture des marchés.

  • Les investisseurs sont revenus en masse sur les actions cette semaine

    Les investisseurs sont revenus en masse vers les actions au détriment de l'or et des obligations au cours de la semaine au 10 mars, montrent les données publiées vendredi par BofA Global Research.

    L'étude hebdomadaire de la banque américaine sur les flux d'investissement précise que les fonds actions ont bénéficié d'un afflux hebdomadaire de 31,5 milliards de dollars (26,4 milliards d'euros) alors que les fonds spécialisés dans l'or subissaient des sorties de 1,8 milliard et les fonds obligataires des retraits de 15,4 milliards.

    La semaine concernée a été marquée par une nette hausse des rendements des emprunts d'Etat alimentée par les craintes de retour de l'inflation, ce qui a favorisé sur les marchés d'actions un mouvement de rotation des valeurs technologiques vers les segments "value" décotés.

  • La production industrielle de la zone euro crée la surprise

    La production industrielle de la zone euro a augmenté de 0,8% en janvier, au milieu de la deuxième vague corona, par rapport à décembre. C'est clairement mieux que prévu: les économistes s'attendaient à une augmentation de seulement 0,2%.

  • Le constructeur de voitures solaires Lightyear envisage une IPO

    La start-up nérlandaise Lightyear, qui travaille sur des voitures électriques avec panneaux solaires intégrés, envisage une introduction en bourse. La société, fondée en 2016, l'a annoncé ce vendredi à l'issue d'un tour de table qui a permis de lever 40 millions d'euros.

    Lightyear prétend développer des voitures électriques très efficaces qui peuvent également se recharger grâce à l'énergie solaire. En 2019, la société a présenté son premier modèle, la Lightyear One, mais elle est toujours à la recherche d'un partenaire pour la production des voitures. L'entreprise a pour objectif de livrer les premières voitures aux clients cette année.

    Une éventuelle introduction en bourse devrait aider Lightyear à développer un deuxième modèle.

    Une famille suisse, que Lightyear ne nomme pas, a apporté la plus grande contribution au dernier cycle d'investissement. L'année dernière, Lighyear a également conclu un partenariat avec la société de spécialités chimiques DSM pour des solutions pour les panneaux solaires sur les toits de voitures.

    ©Lightyear

  • Boum! -2% en vue à l'ouverture du Nasdaq

    Les contrats à terme sur les principaux indices américains préfigurent, pour l'instant, une ouverture en baisse pour le Dow Jones, le Standard & Poor's 500 et surtout le Nasdaq, qui pourrait céder quasi 2%, signe que les grandes valeurs technologiques restent sensibles à l'évolution des taux de marché.

    L'indice Dow Jones reculerait de 0,13%, le S&P 500 de 0,65% et le Nasdaq de 1,83%.

    Jeudi, le S&P-500 et le Dow Jones ont inscrit des records de clôture après l'annonce d'une baisse plus marquée qu'attendu des inscriptions au chômage aux États-Unis et la signature du plan de relance massif.

    L'indice Dow Jones a gagné 0,58%, à 32.485,59 points, le S&P-500 a pris 1,04%, à 3.939,34 points, et le Nasdaq Composite a avancé, de son côté, de 2,52%, à 13.398,67 points.

  • Regain de tensions sur les rendements obligataires

    Le rendement des bons du Trésor américain à dix ans, qui était encore orienté à la baisse dans les échanges en Asie, est reparti à la hausse avec l'ouverture des marchés européens et affiche désormais un rebond de plus de six points de base à 1,598%, alors qu'il était revenu à 1,475% en séance jeudi à Wall Street.

    Dans son sillage, les rendements de la zone euro remontent, eux aussi, d'un peu plus d'un point pour le Bund allemand à dix ans, à -0,318%. Le 10 ans britannique se tend de 5 points de base à 0,78%.

    Le rendement de la dette belge à 10 ans gagne 1,7 point de base, à -0,019%.

  • Le point sur la tendance boursière

    La progression des rendements obligataires fait plier les marchés actions européens, mais ceux-ci devraient enregistrer, malgré tout, de solides gains hebdomadaires, car les programmes de relance et de vaccination ont suscité l'espoir d'une solide reprise économique.

    L'indice paneuropéen STOXX 600 perd 0,4%, après une séquence de quatre hausses consécutives qui a conduit l'indice à renouer cette semaine à ses niveaux d'avant pandémie.

    Le rendement du Trésor américain à 10 ans étant revenu au-dessus de 1,6%, les investisseurs prennent quelques bénéfices, en particulier dans le secteur de la technologie. Le compartiment baisse de 1,8%, le recul sectoriel le plus net en Europe.

    La société néerlandaise Prosus, qui détient un tiers du géant chinois de la technologie Tencent Holdings, chute de 5%, le régulateur du marché chinois ayant infligé une amende à 12 entreprises, dont Tencent, liées à des transactions qui démontraient des comportements monopolistiques illégaux.

    Le constructeur automobile allemand Daimler glisse de 2,2%, alors que son rival français Renault a vendu la totalité de sa participation dans l'entreprise.

    Le groupe de luxe britannique Burberry grimpe de 8,33%, au sommet du Stoxx 600, après l'annonce d'un net  rebond de ses ventes depuis décembre.

  • Berenberg plus optimiste pour Barco

    Berenberg relève son objectif de cours sur Barco de 22 à 24 euros. La recommandation d'achat est maintenue.

    Barco grimpe de 1,49%, à 21,09 euros.

  • "Un potentiel de hausse de 15% pour GBL"

    L'analyste de Société Générale Patrick Jousseau passe à "acheter" sur GBL , contre "conserver".

    L'objectif de cours est fixé à 100 euros, une augmentation de 15% par rapport au cours de clôture (86,84 euros).

    GBL progresse de 2,49%, à 89 euros, dans un marché en hausse de 0,24%.

  • "Achetez Brederode"

    L'analyste Michiel Declercq, de KBC Securities, souligne que la valeur liquidative de Brederode a atteint un niveau record de 91,2 euros par action l'an dernier, principalement grâce à une très bonne performance du portefeuille de private equity.

    Il qualifie le bilan de Brederode de "plus qu'impressionnant". En dix ans, la société holding a réalisé un rendement total, dividendes réinvestis compris, de 428%. "Cela équivaut à 18,1% par an, faisant de Brederode la société holding la plus performante de notre univers de recherche."

    Sur la base d'un track record inégalé, d'un accès à des actifs très recherchés, d'un portefeuille coté bien équilibré et de la hausse continue des marchés boursiers mondiaux depuis le début de l'année, son objectif de cours passe de 80 à 100 euros. Sa recommandation passe de "conserver à "acheter".

    Brederode gagne 3,85%, à 91,60 euros.

  • |Opening bell|

    Amsterdam: -0,64%
    Bruxelles: +0,10%
    Paris: -0,17%
    Francfort:  n.c.

    Euro Stoxx 50: -0,41%
    DJ Stoxx 600: -0,40%

    UnifiedPost: +2,19%
    Brederode: +2,04%
    GBL: +1,15%

    Bpost: +0,12%

    M6: +3,5
    Burberry: +8,84%

  • Renault a cédé l'intégralité de sa participation dans Daimler

    Renault a cédé l'intégralité de sa participation de 1,54% dans Daimler au prix unitaire de 69,50 euros, soit un total de 1,143 milliard d'euros.

    Le groupe français prévoit de consacrer le produit de cette cession au désendettement de ses sactivités automobiles.

    Le partenariat industriel entre les deux entreprises reste intact.

  • Le 10 ans US de retour à 1,6%

    Le rendement des Treasuries à dix ans reprend plus de cinq points de base, à 1,59%, après son creux à 1,475% jeudi.

    Sa remontée favorise celle du dollar, qui avance de 0,34% face à un panier de devises de référence, mais il reste en passe de signer un repli hebdomadaire, le premier en trois semaines.

    L'euro, de son côté, se replie de 0,37%, à 1,1942 dollar.

  • RTL confirme vouloir céder ses parts dans M6

    RTL a confirme qu'il envisage de céder sa participation de contrôle dans le groupe français M6 , après avoir fait état d'une baisse de ses résultats en 2020 sous l'effet de la crise sanitaire.

    Les conglomérats français Vivendi et Bouygues font partie des candidats ayant transmis une offre, a appris jeudi Reuters de deux personnes proches du dossier. Le magnat des télécoms Xavier Niel et l'homme d'affaires tchèque Daniel Kretínsky sont aussi intéressés par cette opération, ont dit les mêmes sources.

    En 2020, le chiffre d'affaires de RTL a reculé de 9,5%, à 6 milliards d'euros, et l'ebita s'est replié de 26%, à 853 millions d'euros.

    RTL vise pour 2021 une hausse de 8% en données organiques de son chiffre d'affaires et prévoit que son ebita atteigne 975 millions d'euros.

    Le dividende pour 2020 est fixé à 3 euros par action.

  • Ahold Delhaize émet sa première obligation verte

    Le distributeur belgo-néerlandais Ahold Delhaize a émis sa première obligation verte liée à des objectifs de développement durable. Ahold Delhaize lève à cette occasion 600 millions d'euros. L'obligation a une durée de 9 ans, offre un coupon annuel de 0,375% et a été émise à 99,63%.

    L'obligation est liée à deux objectifs de développement durable qu'Ahold Delhaize vise à atteindre d'ici 2025, à savoir réduire ses émissions de CO2 de 29% à partir de 2018 et réduire le gaspillage alimentaire de 32% à partir de 2016. Si l'entreprise ne parvient pas à atteindre l'un de ces objectifs ou les deux, le coupon sera ajusté.

  • 4 nouvelles acquisitions irlandaises pour Aedifica

    La SIR spécialisée dans les maisons de repos et de soins Aedifica  poursuit la croissance de son portefeuille. Elle annonce l'acquisition de 4 nouvelles maisons de repos, d'une capacité totale de 233 places, en Irlande. Montant de l'investissement: 26,5 millions d'euros.

    Le groupe évoque un rendement locatif initial de quelque 5,5%.

    "Grâce à cette acquisition, nous continuons à étendre notre collaboration avec le Groupe Emera, un opérateur de soins européen bien établi dont le modèle opérationnel a fait ses preuves. Après l'achèvement de cette transaction dans le courant des prochaines semaines, le portefeuille d'Aedifica en Irlande comprendra 5 maisons de repos pour un montant de plus de 50 millions d'euros", indique le CEO Stefaan Gielens.

  • Briefing d'avant-bourse

    Les bourses européennes sont attendues en légère baisse à l'ouverture, après leur progression récente liée aux annonces jugées rassurantes de la Banque centrale européenne, à l'adoption du méga-plan de relance aux États-Unis et au mouvement de détente sur les rendements obligataires.

    L'Euro Stoxx 50 est indiqué en légère baisse de 0,08%. Londres et Francfort reculeraient de 0,20%.

    La BCE a soulagé, jeudi, les investisseurs en annonçant une accélération des achats d'actifs réalisés dans le cadre de son "programme d'achats d'urgence face à la pandémie" (PEPP), même si le montant de celui-ci reste inchangé à 1.850 milliards d'euros.

    Dans la soirée, le président américain Joe Biden a promulgué le plan de relance de 1.900 milliards de dollars (1.585 milliards d'euros) voté la veille par le Congrès et destiné à lutter contre les conséquences économiques de la crise sanitaire du coronavirus.

  • UnifiedPost accroît sa perte

    La société de technologie financière Unifiedpost Group  note, pour son exercice 2020, une croissance de 47% de son chiffre d'affaires à 69 millions d'euros. Le groupe précise que si on prend en compte les acquisitions récemment annoncées, ce résultat s'établit à 146 millions d'euros.

    "L'impact estimé de la pandémie de Covid-19 est limité à une baisse de chiffre d'affaires d'environ 3 millions d'euros. Cette baisse est liée à une réduction de l'activité économique dans certains secteurs d'activité (moins de transactions). L'été 2020 a prouvé que le chiffre d'affaires est capable de se rétablir rapidement pour revenir à son niveau historique après la levée des confinements."

    Le résultat opérationnel plonge davantage dans le rouge à 21 millions d'euros, pour une perte nette reculant encore à près de 34 millions d'euros.
    La trésorerie nette ressort à 92 millions d'euros. 

    En 2021, la société affirme continuer à œuvrer à atteindre ses objectifs financiers pour les années 2022 et 2023. Unifiedpost Group confirme une croissance organique annuelle supérieure à 25% d'ici 2022. La croissance inclut toutes les activités numériques acquises.

    D'ici 2023, la marge brute de l'activité numérique dépassera 60% et la marge de l'ebitda normalisé excédera 25%.

  • Brederode relève son dividende

    Jeudi soir, Brederode a également publié ses résultats annuels. Le bénéfice net de la société holding de la famille van der Mersch a chuté de 43% en raison du rendement plutôt faiblard du portefeuille coté.

    Cependant, le portefeuille non coté (private equity) a réalisé un rendement de pas moins de 15,4%.

    Brederode paiera un dividende brut de 1,08 euro par action, soit 5,9% de plus qu'en 2019.

  • Le PDG de GBL insatisfait du cours de l'action

    Bref retour sur les résultats annuels annoncés jeudi soir par GBL . La valeur intrinsèque du holding est restée stable en 2020 grâce à la contribution des sociétés non cotées. Cependant, le résultat net consolidé (-44,5%) et les cash earnings (-26,1%) ont nettement reculé entre 2019 et 2020. GBL a reçu, en effet, beaucoup moins de dividendes l'an dernier.

    Cependant, le PDG Ian Gallienne n'est pas satisfait de la décote (sur l'actif sous-jacent) avec laquelle l'action GBL cote. Elle est passée à 35%, contre une moyenne historique de 25%.

    GBL propose le versement d'un dividende de 2,5 euros par action.

  • La BCE et le plan de relance US en soutien des marchés asiatiques

    Bonjour! Ceci démarre notre "Market live" du vendredi 12 mars.

    Le S&P-500 et le Dow Jones ont atteint, jeudi, des records de clôture à la Bourse de New York, alors que les craintes sur l'inflation se sont apaisées, tandis qu'un recul plus marqué qu'attendu des inscriptions au chômage aux États-Unis et la signature du plan de relance massif ont renforcé les attentes d'un rétablissement solide de l'économie.

    > L'indice Dow Jones a gagné 188,57 points (+0,58%), à 32.485,59 points.
    > Le S&P-500, plus large, a pris 40,53 points, soit +1,04%, à 3.939,34 points.
    > Le Nasdaq Composite a avancé, de son côté, de 329,84 points (+2,52%), à 13.398,67 points.

    En Asie, les indices actions progressent, hormis Hong Kong, les marchés s'appuyant sur la hausse de la bourse de New York et les annonces de la BCE.

    La BCE a soulagé les investisseurs en annonçant une accélération des achats d'actifs réalisés dans le cadre de son "programme d'achats d'urgence face à la pandémie" (PEPP), même si le montant de celui-ci reste inchangé, à 1.850 milliards d'euros.

    "La BCE a rappelé que le vrai risque proviendrait d'une remontée des taux en zone euro sans amélioration de l'environnement macroéconomique", a résumé Louis Boisset, économiste zone euro chez BNP Paribas.

    ©Arne Dedert/dpa

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés