1. Les marchés
  2. Live blog
live

Nouveaux records à Wall Street, le S&P à plus de 4.100 points

Le S&P 500 a atteint un record de clôture ce vendredi à Wall Street, alors que le Dow Jones a également terminé à un plus haut niveau inédit. L'Europe boursière avait, elle, terminé quasi inchangée, jouant la prudence après ses récents records.
  • Fin du live

    Merci à tous de nous avoir suivis.

  • Nouveaux records à Wall Street, le S&P à plus de 4.100 points

    Le S&P 500 a atteint un record de clôture pour la troisième séance consécutive ce vendredi à Wall Street et le Dow Jones a également terminé à un plus haut niveau inédit, les deux indices continuant de profiter du regain d'optimisme des investisseurs sur les perspectives de croissance. Le Dow a gagné 0,89% pour s'établir à 33.800,60 points. Le S&P 500 a pris 0,77% à 4 128,8 points, franchissant pour la première fois 4.100 points. Le Nasdaq a avancé de son côté de 0,51% à 13 900,19 points. Sur la semaine écoulée, le S&P gagne 2,7%, le Dow 1,96% et le Nasdaq 3,12%.

    Les prix à la production aux Etats-Unis ont augmenté plus qu'attendu en mars, leur hausse en rythme annuel atteignant 4,2%, le plus haut niveau depuis neuf ans et demi. De nombreux investisseurs tablent sur une accélération de l'inflation alors que les progrès de la campagne vaccinale dans le pays alimentent le rebond de l'économie, après la paralysie de l'activité provoquée par la crise sanitaire liée au COVID-19 et les mesures de confinement. Mais les marchés restent confiants grâce aux déclarations jugées rassurantes de la Réserve fédérale, qui se dit prête à ce que son objectif d'environ 2% d'inflation soit provisoirement dépassé.

    Les grandes valeurs technologiques comme Apple (+2%), Amazon (+2,2%) et Microsoft (+1%) ont notamment soutenu la hausse du S&P, après avoir cédé du terrain en début de séance face à une nouvelle progression du rendement des bons du Trésor à 10 ans. Celui-ci a atteint jusqu'à 1,687% après la publication de la statistique des prix à la production avant de refluer à 1,66% environ. Amazon a en outre été portée par le rejet par ses employés d'un entrepôt dans l'Alabama d'un projet de création d'un syndicat.

  • Les marchés US terminent dans le vert

    Le Dow Jones a gagné 0,89% à 33.802,25 points.

    Le Nasdaq a pris 0,51% à 13.900,19 points.

    Le S&P 500 a avancé de 0,77% à 4.128,78 points.

  • La chronique financière de Marc Lambrechts

    Que dirait Robert Mundell, le prix Nobel d'économie qui vient de décéder, des projets de hausse d'impôts aux USA et de l'idée d'un taux d'imposition minimum pour les grandes entreprises dans le monde?

     

     

  • Des records et des interrogations sur les marchés

    REVUE HEBDO | Le Stoxx 600 a franchi un nouveau record et le S&P500 évolue toujours plus haut. Mais des dissensions à la BCE et la croissance économique américaine ont suscité des inquiétudes. 

    > Lire | Des records et des interrogations sur les marchés

  • La semaine prochaine sur les marchés

    Les résultats du premier trimestre des grandes banques américaines sont attendus. Des statistiques importantes et des discours de membres de la BCE seront scrutées en Europe. 

    > Ce qu'il faut suivre la semaine prochaine sur les marchés  

  • Clôture mitigée en Europe, mais tout près des records

    Les Bourses européennes ont terminé en ordre dispersé vendredi mais tous près de leurs récents plus hauts tandis qu'à Wall Street, le début de séance était animé par de nouveaux records du Dow Jones comme du Standard & Poor's et par un repli du Nasdaq, au terme d'une semaine dominée par l'optimisme sur la reprise économique.

    Le Bel 20 a fini inchangé. À Paris, le CAC 40 affiche, lui aussi, un gain symbolique de 0,06% à 6.169,41 points après un pic à 6.188,48 points, son meilleur niveau depuis novembre 2000. A Londres, le FTSE 100 a reculé de 0,38% mais à Francfort, le Dax a gagné 0,21%. L'indice EuroStoxx 50 a grappillé 0,03% et le Stoxx 600 0,08%. 

    Au moment de la clôture en Europe, les indices américains évoluaient eux aussi dans le désordre, entre hausse des bancaires et baisse des technologiques sur fond de remontée des rendements obligataires: le Dow Jones s'adjugeait 0,25% après un plus haut historique à 33.654,15 points, le S&P 500 avançait de 0,16% après avoir passé pour la première fois 4.100 points tandis que le Nasdaq Composite reculait de 0,11%. 

  • Europe | Closing Bell

    BEL 20: +0,01% 
    AEX: -0,01%
    CAC 40: +0,06% 
    DAX 30: +0,15% 
    FTSE 100: -0,29% 
    Stoxx 600 Europe: +0,08% 

    Résultats provisoires 

  • La livre sterling numérique au secours de la City?

    Cent jours après le Brexit et après s’être fait dépasser par Amsterdam dans le trading d’actions, la City de Londres planche sur la stratégie qui doit lui permettre de rester un centre financier mondial.

    Selon un think tank, la livre sterling numérique permettrait à la City de Londres de garder son rang mais l’expérience suédoise montre que c’est plus compliqué que prévu.


  • Une bulle? Encore un effort...

    Est-on dans une bulle? Non pas encore, pense la firme Pictet. Selon cette dernière, les bulles spéculatives sont souvent accompagnées d’un enthousiasme généralisé des investisseurs. Or, plusieurs indicateurs montrent que ce n’est pas encore le cas. 

  • Les cinq pièges à éviter si vous investissez dans une Spac

    Les Spac sont le grand hype boursier du moment. Quelques conseils si vous ne pouvez résister à la tentation de suivre cette nouvelle mode. 

    > Lire | Les cinq pièges à éviter si vous investissez dans une SPAC 

     

  • Pas (encore) de syndicat chez Amazon

    La tentative de créer le premier syndicat Amazon aux États-Unis dans un entrepôt de l'Alabama, au sud-est du pays, a échoué, une majorité de salariés ayant participé au scrutin s'étant prononcés contre cette initiative. C'est une victoire pour le géant du commerce en ligne qui avait fait campagne contre ce mouvement.   

  • L'action Levi's recherchée

    L'action Levi Strauss grimpe de plus de 5% à Wall Street après des résultats meilleurs que prévus au 1ᵉʳ trimestre. Le spécialiste du jeans a en outre relevé ses perspectives de ventes pour les six premiers mois de l'année 2021. 

  • Boeing, plus forte baisse du Dow Jones

    Boeing perd par ailleurs 1,23%, la plus forte baisse du Dow, après avoir demandé à 16 compagnies aériennes clientes de son 737 MAX de procéder à des vérifications sur les circuits électriques de certains avions en raison d'un défaut potentiel de production.

    À la hausse, les bancaires profitent à la fois de la hausse des rendements et des anticipations de résultats trimestriels solides, à quelques jours du début des publications. JP Morgan Chase gagne 0,97%, Goldman Sachs 0,66%.

  • Les techs plombent le Nasdaq

    La remontée des rendements obligataires américains pèsent sur les valeurs technologiques à l'ouverture des marchés américains.

    Un jour après avoir battu un nouveau record, le S&P 500 a ouvert en baisse avant de timidement repasser dans le vert et rejoindre un Dow Jones en hausse de 0,4%. Le Nasdaq Composite, à forte composante technologique, évolue clairement dans le rouge, abandonnant 0,55% quelques minutes après le début des échanges. 

  • Wall Street | Opening bell

    Dow Jones: +0,31% 
    S&P 500: +0,04% 
    Nasdaq Composite: -0,46%  

  • Tod's bondit après l'entrée au conseil d'une star d'Instagram

    Le groupe de mode italien Tod's est en forte hausse en Bourse de Milan vendredi, le marché saluant la nomination au conseil d'administration de Chiara Ferragni, star du réseau social Instagram, dans le cadre de sa stratégie de rajeunissement de sa cible commerciale.

    L'action Tod's, un temps réservée à la hausse, gagne plus de 13% à 32,62 euros, au plus haut depuis mars 2020.

  • Le vaccin Johnson & Johnson dans le viseur de l'EMA

    L'Agence européenne des médicaments (EMA) a lancé une étude sur des liens possibles entre le vaccin anti-Covid de Johnson&Johnson et des caillots sanguins après que quatre cas ont été rapportés, dont un mortel.  

    L'EMA a indiqué que sa commission pour la sûreté avait "lancé une étude" destinée "à évaluer des informations sur des incidents thrombo-emboliques" concernant des personnes ayant reçu le vaccin.

    Trois de ces cas ont été signalés aux Etats-Unis après autorisation du vaccin, et un l'avait été dans un pays non précisé lors d'une phase de tests, selon la même source. L'Union européenne a autorisé ce vaccin mais n'a pas commencé à l'utiliser.   

  • Les prix à la production américains deux fois plus élevés qu'attendu

    L'indice américain des prix à la production a augmenté de 1,0% en mars, contre une augmentation de 0,5% attendue.

      

  • Prix à la production US: les convoyeurs attendent

    Les données sur les prix à la production industrielle pour mars aux Etats-Unis, qui devaient être publiées à 14h30, ne sont pas encore disponibles pour publication, le site web du département américain du Travail ne répondant pas.

    Les investisseurs attendent particulièrement cet indicateur, considéré comme une mesure avancée des pressions inflationnistes.

    "Ces prix à la production devraient être importants sur l'orientation du marché obligataire américain, qui reste très sensible à la moindre indication de rebond de l'inflation, qu'il soit temporaire ou durable", explique Christian Parisot, analyste chez Aurel BGC.

  • LafargeHolcim veut réduire son nom à Holcim

    Le suisse LafargeHolcim propose de simplifier son nom à Holcim Ltd, le plus grand cimentier au monde revenant ainsi au nom du partenaire dominant lors de la fusion de 2015 qui a formé la société.

    Le rapprochement, entre le français Lafarge et le suisse Holcim a été initialement présenté comme une fusion d'égal à égal, avant que les actionnaires de Holcim ne demandent et ne reçoivent une part plus importante de la propriété de l'entité issue de la fusion.

    Depuis lors, Lafarge a été impliqué dans un scandale concernant les paiements à des groupes armés en Syrie, qui a déclenché le départ du PDG d'origine de LafargeHolcim, Eric Olsen.

    Les actionnaires voteront sur le changement de nom proposé lors de la prochaine AG, qui se tiendra à distance le 4 mai.

  • Les analystes parient sur une hausse de 25% des bénéfices du S&P 500

    À l'approche du début de la saison des résultats (la semaine prochaine), les analystes s'attendent à ce que les bénéfices du S&P 500 bondissent d'environ 25% sur un an, la meilleure performance du premier trimestre depuis 2018, selon les données de Refinitiv IBES.

  • Cinq valeurs à suivre à Wall Street

    * Boeing a demandé à 16 de ses clients de corriger un potentiel problème électrique sur un groupe spécifique de 737 MAX avant de poursuivre les opérations, a annoncé, ce vendredi, le constructeur américain qui dit travailler avec l'administration fédérale de l'aviation aux États-Unis sur ce problème de production. Dans les échanges en avant-bourse, le titre est passé dans le rouge et cède 0,2%.

    * Tesla a une nouvelle fois augmenté le prix de vente de son Model 3 et du Model Y aux États-Unis, rapporte, ce vendredi, le site d'informations Electrek. L'action gagne 0,3% en avant-bourse.

    * Pfizer - L'Australie a doublé sa commande du vaccin contre le Covid-19 développé par le groupe et BioNTech, la portant à 40 millions de doses, une quantité suffisante pour 80% de la population.

    * Facebook - L'autorité de la concurrence britannique a annoncé, ce vendredi, la suspension par Facebook de 16.000 comptes commercialisant de faux avis de consommateurs.

    * Levi Strauss a publié des résultats trimestriels meilleurs que prévu et a relevé sa prévision de chiffre d'affaires pour le premier semestre, tablant sur un retour à la normale grâce à la vaccination.

  • Wall Street attendue proche de l'équilibre

    Wall Street est attendue proche de l'équilibre, comme l'indiquent les contrats à terme sur les principaux indices new-yorkais.

    L'indice Dow Jones devrait ouvrir en hausse de 0,19%, le S&P 500 est donné à l'équilibre, tandis que le Nasdaq reculerait de 0,10%.

  • BofA: "Plus de flux d'argent vers les actions en cinq mois que sur 12 ans"

    Les investisseurs ont injecté plus d'argent sur les marchés d'actions au cours des cinq mois écoulés que sur les 12 dernières années, montrent les données hebdomadaires sur les flux publiées vendredi par Bank of America.

    Dans un environnement de politiques monétaires accommodantes et de soutien budgétaire massif, les fonds actions ont attiré 576 milliards de dollars (484 milliards d'euros) sur les cinq derniers mois, contre un total cumulé de 452 milliards de dollars sur les 12 dernières années, selon ces chiffres.

    Sur la base des allocations de ses clients, BofA recense un pourcentage record de 63,6% d'argent investi en actions, contre 18,5% en obligations et 11,6% en liquidités ("cash").

  • UPDATE | Briefing actions belges

    Avis de brokers sur Proximus, Ageas et ING | Mithra sous pression | Des "shorteurs" s'allègent en Agfa et Ontex (+Briefing)

  • "Le prix de l'or peut encore baisser"

    Le prix de l'or a fortement chuté depuis l'été dernier en raison de la hausse des taux d'intérêt aux États-Unis, passant d'un sommet de 2.060 dollars en août à environ 1.750 dollars l'once actuellement. Au cours de la même période, le rendement à dix ans des États-Unis est passé d'un creux de 0,5% à 1,66%.

    Wayne Gorden, responsable des métaux précieux chez UBS, note que la hausse des rendements de la dette américaine mine traditionnellement la demande d'or des investisseurs. Jusqu'à présent, l'impact de la vente d'ETF sur l'or a été assez limité, car la banque centrale hongroise a acheté de l'or et l'Inde en a importé un montant record en mars. Mais la pression à la vente va se poursuivre ce printemps, indique Gordon. "Nous nous attendons dès lors à ce que le prix de l'or continue de baisser", poursuit-il.

    Gordon conseille dès lors aux investisseurs de se prémunir contre une baisse de prix, même si l'or mérite une place dans un portefeuille à titre de diversification.

  • "Vote de confiance" de Gilead dans le potentiel de Galapagos

  • "Ageas va relever ses prévisions 2021 grâce à la Chine"

    Berenberg relève ses prévisions de bénéfices pour l'assureur Ageas de 5% pour 2021, et de 4% pour celle de 2022, à 5,60 et 6,20 euros par action respectivement. "Nous prévoyons que le premier trimestre 2021 en Chine sera particulièrement solide", a déclaré l'analyste Michael Huttner.

    "Grâce à la Chine, nous prévoyons qu'Ageas augmentera ses prévisions pour 2021 d'environ 900 millions d'euros maintenant à environ 950 millions", indique Michael Huttner, analyste chez Berenberg.

  • Airbus | Eutelsat | TUI

    Quelques valeurs en vue en Europe.

    > En tête du CAC 40, Airbus prend 2,8% après avoir fait état d'une légère hausse des livraisons au cours du premier trimestre.

    > Eutelsat perd 2,2% en réaction à un abaissement de recommandation d'Exane BNP Paribas à "sous-performance".

    > Le voyagiste TUI perd 5,26% après avoir annoncé une émission d'obligations convertibles pour un montant d'environ 350 millions d'euros, malgré un troisième plan de sauvetage en décembre dernier face à la pandémie.

  • Update | Le point sur la tendance boursière

    Les bourses européennes évoluent dans des marges étroites autour de leur point d'équilibre, les investisseurs reprenant leur souffle après une séquence haussière alimentée par la confiance dans les perspectives économiques tout en surveillant l'évolution du marché obligataire.

    L'indice Bel20 perd 0,12%. Amsterdam et Francfort sont stables tandis que Paris progresse de 0,18%. L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro et le Stoxx 600 sont quasiment inchangés.

    L'Europe pourrait terminer la semaine dans le vert, enchaînant une sixième semaine consécutive de hausse, grâce, notamment, à l'orientation accommodante des banques centrales et à la perspective d'un plan d'investissements dans les infrastructures aux États-Unis.

    "Les investisseurs continuent d'être tournés vers une réouverture prochaine de l'économie avec un soutien toujours aussi présent des banques centrales qui permettra de créer une multitude d'emplois dans son sillage", lit-on dans une note de Saxo Banque.

    "Les investisseurs continuent d'être tournés vers une réouverture prochaine de l'économie avec un soutien toujours aussi présent des banques centrales qui permettra de créer une multitude d'emplois dans son sillage."
    Saxo Banque

  • La réaction de KBC Securities au deal de Cofinimmo

    Les analystes de KBC Securities Wido Jongman et Joachim Vansanten réagissent à la transaction immobilière annoncée ce matin par Cofinimmo . Le rendement brut initial s’élève à environ 4,5%, contre 5,5% supposés dans notre modèle pour les transactions qui n'ont pas encore été annoncées, indiquent-ils. Ils estiment, par ailleurs, que la transaction, entièrement financée par de nouvelles actions, devrait réduire le bénéfice par action, de l'ordre de 1,5 à 3% pour cet exercice.

    L'acquisition n'a toutefois pas d'impact significatif sur leur modèle de valorisation de Cofinimmo. La recommandation d'achat est maintenue avec un objectif de cours de 150 euros.

    Cofinimmo grappille 0,08%, à 126,50 euros.

  • Asit Biotech décolle

    Asit Biotech décolle de 20,7% à... 0,268 euro. La biotech actuellement en PRJ a repris les discussions avec le groupe français DMS (voir post de 8h17).

  • Le marché salue les chiffres des livraisons d'Airbus

    Airbus bonifie de 2,6% après avoir annoncé, jeudi soir, la livraison de 125 appareils au premier trimestre.

  • Séance difficile pour TUI Group

    TUI Group dégringole de 7%. Le voyagiste prévoit d'émettre pour 350 millions d'euros d'obligations convertibles pour améliorer ses liquidités.

  • Voici le briefing actions belges

    Target relevé pour Ageas | Asit Biotech s'envole | Des "shorteurs" s'allègent en Agfa et Ontex (+Briefing)

  • AMG: -4,7%

    Le spécialiste néerlandais des métaux rares AMG a levé 100 millions d'euros au travers d'une émission d'actions. Le titre perd 4,82%.

  • Eutelsat: -3,5%

    Eutelsat perd 3,5% alors qu'Exane BNP Paribas a abaissé sa recommandation à "sous-performance", contre "neutre".

  • Le point sur la tendance boursière

    Les marchés européens ouvrent proches de l'équilibre, voire en légère baisse, après leur progression des derniers jours, dans un climat ambiant toujours favorable aux actifs risqués avec les espoirs de rebond économique et le soutien réaffirmé des grandes banques centrales.

    L'indice DJ Stoxx 600 et l'EuroStoxx 50 perdent de l'ordre de 0,13%.

    Côté indicateurs, l'inflation a fait son retour en Chine le mois dernier pour la première fois depuis le début de l'année, tandis que les prix à la production ont inscrit leur plus forte hausse depuis près de trois ans.

    La production industrielle allemande a reculé en février, et ce, pour la deuxième fois de suite après huit mois de hausse, décevant nettement les attentes des analystes.

  • |Opening bell|

    Amsterdam: +0,01%
    Bruxelles: +0,07%
    Paris: +0,08%
    Francfort: n.c.

    Euro Stoxx 50: +0,02%
    DJ Stoxx 600: -0,02%

    Cofinimmo: =
    Galapagos: +0,17%
    IBA: -1,27%
    Nyxoah: +0,70%
    Unifiedpost Group: +2,82%
    VGP: -0,14%
    Qfg: =

  • L'industrie allemande faiblit à nouveau en février

    La production industrielle allemande a reculé en février, et ce, pour la deuxième fois de suite après huit mois de hausse, décevant nettement les attentes des analystes, selon les chiffres officiels publiés ce vendredi.

    L'industrie de la première économie européenne s'est contractée de 1,6% après -2% en janvier (chiffre révisé), selon l'Office des statistiques Destatis, alors que le consensus du marché rapporté par Factset et Bloomberg évoquait une hausse de 1,5%.

    Les exportations ont progressé de 0,9% sur un mois et les importations de 3,6%. Les économistes interrogés par Reuters s’attendaient à une hausse de 1% pour les exportations et de 2,4% pour les importations.

    Les données de production sont "une vraie déception", résume Jens-Oliver Niklasch, économiste de la banque publique LBBW. "Cela correspond toutefois à l'idée généralisée d'une baisse conjoncturelle au premier trimestre."

  • Schnabel (BCE) met en garde contre le blocage du fonds de relance

    Toute tentative pour bloquer le fonds de relance de l'Union européenne serait "un désastre économique pour l'Europe", déclare Isabel Schnabel, membre du directoire de la Banque centrale européenne (BCE).

    L'augmentation de la dette des États membres en raison des mesures prévues par le plan n'est pas un problème à la condition que la dépense publique stimule une croissance économique durable, dit-elle dans un entretien accordé à l'hebdomadaire économique Der Spiegel publié ce vendredi.

    La Cour constitutionnelle allemande a bloqué, le mois dernier, la ratification du fonds de relance européen, approuvé par les deux chambres du Parlement, pour examiner un recours contre ce plan d'investissement financé par la dette.

    Isabel Schnabel met en garde également contre les risques financiers liés aux activités des fonds spéculatifs, illustrés récemment par les perspectives de lourdes pertes pour de grandes banques, dont Credit Suisse, en raison de leur exposition à Archegos Capital, qui a fait défaut sur des appels de marge.

    L'affaire est un "signal d'alarme sur le fait qu'il existe des risques systémiques significatifs", dit-elle.

  • VGP s'offre les services du responsable de l'immobilier logistique européen d'Amazon

    VGP , spécialiste en immobilier logistique et semi-industriel, annonce la nomination de Jonny Allen au poste de directeur de sa division "Urban and Last Mile Logistics".

    Johnny Allen sera responsable du développement de l'offre du dernier kilomètre, du commerce électronique et de la logistique urbaine de VGP aux clients nouveaux et existants dans tous les pays dans lesquels VGP opère.

    Avant de rejoindre VGP, Jonny Allen a travaillé chez Amazon où il était responsable de l’équipe immobilière pour la logistique européenne. Jonny Allen a plus de 17 ans d'expérience dans le secteur.

  • Asit biotech et DMS reprennent les discussions

    Bonne nouvelle pour Asit Biotech , actuellement en PRJ. Le groupe français DMS, qui entendait intégrer une partie de ses activités dans Asit, a accepté de reprendre les négociations entamées lors de la signature du préaccord de partenariat annoncé le 11 janvier 2021 et suspendues le 16 mars 2021.

    Les éléments ayant provoqué la décision d’interrompre les négociations ont été solutionnés, précise Asit Biotech dans son communiqué.

  • Le rendement des Treasuries à dix ans repart à la hausse

    Le rendement des Treasuries à dix ans est en hausse de 3 points de base, à 1,65%, après son repli de jeudi consécutif à la publication d'une hausse des inscriptions hebdomadaires au chômage aux États-Unis et aux propos du président de la Fed, Jerome Powell, qui a jugé jeudi qu'une hausse des prix cette année serait vraisemblablement temporaire.

  • Cofinimmo ajoute 5 sites de santé à son portefeuille belge

    Cofinimmo a acquis, jeudi, 5 sites de santé en Belgique via apport en nature. La valeur conventionnelle des actifs s’élève à 103 millions d'euros. Dans ce contexte, 937.432 nouvelles actions ont été émises.

    Les apporteurs ont informé Cofinimmo que les nouvelles actions ne seront pas proposées à brève échéance aux investisseurs institutionnels dans le cadre d’un placement privé.

    "Ces actifs génèrent des revenus immédiats. Dans le même temps, nous renforçons encore nos capitaux propres de plus de 100 millions d'euros. Un montant qui pourra être utilisé pour financer d'autres investissements", a déclaré Jean-Pierre Hanin, CEO de Cofinimmo.


  • La biotech Nyxoah a dégagé ses premiers revenus

    Nyxoah , qui a rejoint Euronext Bruxelles via une IPO de 85 millions d’euros l’an dernier, a commencé à générer des revenus. En 2020, ils se sont élevés à 69.000 euros via ses activités en Allemagne.

    Suite à l’intensification de ses activités dans tous les départements, ses coûts d’exploitation sont passés de 7,7 millions d’euros en 2019 à 11,2 millions. Le taux d’érosion de trésorerie net pour 2020 est un flux de trésorerie entrant net de 86,4 millions d’euros comparé à un flux de trésorerie sortant net de 10,9 millions pour 2019, précise la medtech.  

    En guise de perspectives pour 2021, la société spécialisée dans le traitement des apnées obstructives du sommeil affiche les objectifs suivants:

    •   Progression des revenus européens et mise en place d’une équipe de vente dédiée en Allemagne.

    •   Obtention du remboursement en Suisse.

    •   Résultats à six mois de l’étude "Better sleep", base de l’extension d’indication thérapeutique pour le collapsus concentrique complet (CCC).

    •   Ouverture d’un second site de production indépendant en Belgique en supplément du site existant en Israël.

    •   Fin du recrutement pour l’étude pivot "Ide dream".

  • Briefing d'avant-bourse

    Les bourses européennes sont attendues sur une note stable ou en légère hausse à l'ouverture après leur progression des derniers jours, dans un climat ambiant toujours favorable aux actifs risqués avec les espoirs de rebond économique et le soutien réaffirmé des grandes banques centrales.

    Les contrats à terme signalent une hausse de 0,18% à Londres, de 0,58% à Paris et de 0,46% à Amsterdam. Francfort est donnée stable. L'EuroStoxx 50 progresserait de 0,03%.

    Dans le sillage d'un très bon premier trimestre, les marchés d'actions restent portés par les perspectives d'un fort rebond économique en 2021 rendu possible par le déploiement des campagnes de vaccination contre le coronavirus à travers le monde, même si le début de l'année a été plus compliqué en Europe.

    Le S&P 500 aux États-Unis et le Stoxx 600 en Europe s'affichent tous deux à des niveaux records.

    Les grandes banques centrales ont réaffirmé leur soutien durable à l'économie et la Réserve fédérale (Fed) a minimisé, en outre, le risque d'une accélération de l'inflation, sujet de préoccupation des investisseurs ces dernières semaines.

  • Galapagos et Gilead amendent leur alliance stratégique

    Galapagos et son partenaire américain Gilead ont signé un amendement à leur alliance stratégique conclue en 2019. Cet amendement prévoit une extension de la période de "lock-up", moment durant lequel il est interdit à Gilead de vendre des actions.

    Pour rappel, il y a six ans, Gilead a investi pour 1,1 milliard de dollars en actions Galagapos portant sa participation à 22%. En outre, la biotech belge a émis deux warrants permettant à son allié de monter jusqu’à 29,9% du capital. Un warrant a déjà été exercé de sorte que le groupe américain détient aujourd'hui un bloc de 25,5%.

  • Quest for Growth voit sa valeur nette d'inventaire progresser

    Dans un communiqué diffusé après bourse jeudi, Quest for Growth indique que sa valeur nette d'inventaire a atteint 9,88 euros par action au 31 mars 2021, contre 9,14 euros au 31 décembre 2020. Le cours de l'action au 31 mars 2021 s'élevait à 6,98  euros par action (31 décembre 2020: 6,50 euros par action).

    L'action Quest for Growth a clôturé à 7,46 euros jeudi soir.

  • Au menu de ce vendredi 9 avril

    Les réunions de printemps de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international se poursuivent. Deux statistiques macroéconomiques allemandes attendues en avant-bourse. Résultats de Nyxoah . Cofinimmo et Texaf publient leur rapport annuel.

  • L'inflation fait son retour en Chine

    Si Tokyo progresse, les marchés chinois reculent, pour leur part, alors que l'inflation a fait son retour en Chine le mois dernier, et ce, pour la première fois depuis le début de l'année. De plus, les prix à la production ont inscrit leur plus forte hausse depuis près de trois ans, selon des statistiques officielles chinoises publiées ce vendredi.

    Les investisseurs se demandent donc si ces statistiques ne vont pas forcer la banque centrale chinoise à adopter une politique monétaire un peu moins accommodante.

    L'indice CSI 300 des grandes capitalisations boursières chinoises recule 1,3%


  • La Bourse de Tokyo dans la roue de Wall Street

    Bonjour! Ceci démarre notre "Market live" du vendredi 9 avril. Merci de nous suivre.

    La Bourse de Tokyo est bien orientée ce matin dans le sillage des gains enregistrés à Wall Street jeudi, avec notamment une solide progression de l'indice Nasdaq à forte coloration technologique et un recul des rendements obligataires américains.

    L'indice vedette de Tokyo, le Nikkei, avance de 0,72%, à 29.923,78 points.

    Des propos toujours accommodants de Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale américaine (Fed), décidé à maintenir aussi longtemps que nécessaire des taux d'intérêt bas pour soutenir la reprise économique aux États-Unis, ont été appréciés par Wall Street jeudi et ont apaisé le marché tokyoïte ce vendredi.

    La Bourse de New York a ainsi fini en hausse, le S&P-500 atteignant un record alors que les rendements obligataires ont marqué un repli sous l'effet de données plus négatives qu'attendu sur l'emploi, contribuant aux gains des grandes valeurs technologiques et autres titres à croissance.

    > L'indice Dow Jones a gagné 0,17%, ou 57,31 points, à 33.503,57 points.
    > Le S&P-500, plus large, a pris 17,22 points, soit 0,42%, à 4.097,17 points.
    > Le Nasdaq Composite a avancé, de son côté, de 140,47 points (+1,03%), à 13.829,31 points.

     

    ©AFP

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés