1. Les marchés
  2. Live blog
live

Les risques politiques pèsent encore sur les Bourses

Les indices actions ont terminé dans le rouge en Europe, alors que les regards se tournent vers les élections en France et en Allemagne. L'indice Sentix (sentiment des investisseurs) recule ce mois-ci. Côté valeurs, nouvelles recommandations pour Delhaize et Umicore.
  • Résumé de la séance

    Les principaux indices actions ont clôturé dans le rouge en Europe, plombés par les secteurs bancaire et automobile.

    "Les investisseurs ont hésité une fois de plus à prendre des risques dans un contexte où les risques politiques s'intensifient", relève Michael Hewson, analyste chez CMC Markets. Les regards sont notamment tournés vers la campagne présidentielle en France, alors que le candidat républicain François Fillon a tenu une conférence de presse sur les récentes révélations sur le travail parlementaire de sa femme.

    Le Footsie britannique a reculé de 0,22%, le Dax allemand de 0,98% et le Cac 40 de 1,22%. Seul le secteur de la santé a terminé sur une note positive (+0,21%). Les valeurs automobiles ont perdu 1,47% et les bancaires 1,28%.

    À la Bourse de Bruxelles

    Évoluant en nette hausse en première partie de séance, l’indice Bel 20 a pourtant clôturé ce lundi sur un repli de 0,78% à 3.578,10 points. Seule l’action UCB a gardé la tête hors de l’eau, avec une progression de 0,03% à 66,52 euros. 

    De l’autre côté du tableau, Solvay (-1,42% à 107,70 euros) a terminé lanterne rouge. Ontex a perdu 1,38% à 28,14 euros et Ackermans & van Haaren 1,28% à 127,35 euros.

    Le titre Umicore a pour sa part reculé de 0,21% à 53,02 euros, soutenu par une nouvelle recommandation d’analyste. Berenberg a entamé le suivi de la valeur avec un objectif de cours fixé à 55 euros. "La force historique du positionnement d'Umicore dans les matériaux cathodiques pour les batteries d'automobiles, et l’engouement autour du potentiel pour l'électrification du parc automobile, ont boosté l’action depuis le début de 2016, avec un bond de 25% à 21 fois les bénéfices attendus. Cela laisse peu de place à la déception", ont souligné ses analystes.

    De son côté, Ahold Delhaize (-0,87% à 19,86 euros) n’a pas profité de la note de Crédit Suisse, qui voit en le groupe de distribution "une locomotive bien positionnée pour le futur". Le broker a fixé sa recommandation à "surperformance" et son objectif de cours à 24,50 euros.

    Le courtier suisse a par ailleurs relevé son objectif de cours pour ING (-1,27% à 13,63 euros). Celui-ci passe de 14 à 14,50 euros "en raison de l’augmentation des bénéfices et de la hausse du capital excédentaire provenant des actifs à risques pondérés" (Risk-Weighted Assets ou RWA).

    Sur le marché élargi, les valeurs biotechs ont été largement recherchées. Ablynx (+1,79% à 12,25 euros) a notamment déposé une demande auprès de l’Agence européenne du médicament pour commercialiser son médicament caplacuzimab.

  • Clôture des marchés européens

    BEL 20 -0,78%

    AEX -0,79%

    CAC 40 -0,98%

    DAX -1,22% 

  • AMD à un pic de 9 ans à Wall Street, aidé par Barron's

    ©Bloomberg

    Advanced Micro Devices  gagne plus de 7% à Wall Street, aidé par un article du magazine Barron's qui voit le titre du fabricant de semi-conducteurs doubler de valeur en l'espace d'un an.

    AMD, explique Barron's, est en train de récupérer une partie des parts de marché perdues ces dernières années au bénéfice d'Intel et progresse par ailleurs dans un segment des puces graphiques dominé par Nvidia.

    Au cours de clôture de vendredi, le groupe californien affichait déjà un cours de Bourse multiplié par près de six en l'espace d'un an, grâce en partie à son expansion dans le domaine des puces graphiques.

    Sans commenter spécifiquement l'article de Barron's, Drew Prairie, porte-parole d'AMD, a déclaré à Reuters : "Nous comptons lancer cette année notre gamme la plus complète de nouveaux produits depuis plus de 10 ans, d'où cet intérêt accru".

  • JPMorgan voit l'euro chuter de 10% en cas de victoire de Le Pen

    L'euro  pourrait rapidement tomber sous un niveau de parité avec le dollar et les coûts de financement de la France dépasser de 2% ceux de l'Allemagne si Marine Le Pen remporte l'élection présidentielle française du printemps prochain, estiment les analystes de JPMorgan.

    Dans une note adressée à leurs clients vendredi mais envoyée aux médias lundi seulement, les économistes de la banque américaine étudient divers scénarios en cas de victoire de la candidate d'extrême droite.

     

    "L'euro et les cours du pétrole ont un potentiel de baisse non négligeable dans l'hypothèse d'une victoire de Le Pen : l'euro pourrait chuter de 10 cents à environ $0,98 en l'espace de quelques semaines et le pétrole pourrait baisser de 5-10%". "Dans le scénario peu probable d'une présidence Le Pen avec un soutien du gouvernement et du Parlement, le Bund à 10 ans pourrait se rapprocher des zéro point de base et l'écart de rendement entre la France et l'Allemagne des 200 points de base."
    JPMorgan

  • "La visibilité reste faible" du fait de la "confusion" qui entoure le début du mandat du nouveau président américain, alors qu'en Europe, la saison des publications d'entreprises "démarre véritablement cette semaine"
    analystes de Aurel BGC

  • Hasbro bat le consensus au T4, l'action bondit

    ©REUTERS

    Hasbro  a annoncé un bénéfice et un chiffre d'affaires trimestriels meilleurs que prévu, grâce à la forte demande qui s'est portée sur ses poupées Disney Princess et Reine des Neiges pendant la période des fêtes de fin d'année aux Etats-Unis.

    Le chiffre d'affaires de Hasbro a augmenté de 11,2% à 1,63 milliard de dollars (1,52 milliard d'euros) au quatrième trimestre, dépassant le consensus de Thomson Reuters I/B/E/S qui le donnait à 1,50 milliard. Le bénéfice net part du groupe est ressorti à 192,73 millions de dollars, soit 1,52 dollar par action, contre 175,76 millions (1,39 dollar) un an auparavant.

    Hasbro est le premier fabricant de jouets à publier de solides résultats trimestriels en dépit de fêtes de fin d'année moroses. Les ventes de jouets ont augmenté de 5%, contre une prévision de 6,5%, freinées par une concurrence accrue et des achats moins importants lors des trois premières semaines de décembre, selon le cabinet d'études The NPD Group.

  • Wall Street| Opening Bell |

    • Dow Jones: -0,23%
    • S&P 500: -0,19%
    • Nasdaq Composite: -0,20%
  • La zone euro a encore besoin du soutien de la BCE

    La reprise économique dans la zone euro gagne en vigueur mais a toujours besoin du soutien de la politique monétaire de la Banque centrale européenne, a estimé lundi Mario Draghi, le président de la BCE, lors d'une audition au Parlement européen.

    L'inflation accélère mais pour l'essentiel à cause de la remontée des cours du pétrole, a-t-il dit.

    "Le soutien de nos mesures de politique monétaire est toujours nécessaire si les taux d'inflation convergent vers notre objectif avec suffisamment de confiance et d'une manière soutenue", a-t-il expliqué devant les membres de la Commission des Affaires économiques du Parlement européen.

    Il a rappelé que la BCE s'attachait à analyser la tendance à moyen terme des prix sans se focaliser sur des évolutions ponctuelles.

  • Wall Street donnée en baisse

    La Bourse de New York s'apprêtait à débuter la séance légèrement dans le rouge, les investisseurs se plaçant en retrait en l'absence d'indicateurs et de résultats d'entreprises majeurs.

  • DRAGHI-LE SOUTIEN DE NOS MESURES DE POLITIQUE MONÉTAIRE EST TOUJOURS NÉCESSAIRE

  • DRAGHI-LES PRESSIONS INFLATIONNISTES SOUS-JACENTES RESTENT TRÈS MODÉRÉES

  • DRAGHI-LE CONSEIL DES GOUVERNEURS SE TIENT PRÊT À AUGMENTER LE PROGRAMME DE RACHAT D'ACTIFS EN TERMES DE TAILLE OU DE DURÉE

  • DRAGHI-PLUS LONGTEMPS LES MESURES ACCOMMODANTES DOIVENT RESTER EN PLACE, PLUS GRANDS SONT LES RISQUES D'EFFETS SECONDAIRES POUR LE SYSTÈME FINANCIER

  • DRAGHI (BCE)-LES DERNIÈRES DONNÉES MONTRENT QUE LES RISQUES AIGUS DE DÉFLATION ONT DISPARU ET QUE L'INFLATION REMONTE

  • Le rendement de la dette française à un pic de 17 mois

    Les rendements de la dette souveraine de la France grimpent sur fond d'inquiétudes liées à l'élection présidentielle.

    Sur l'échéance dix ans, il a atteint en séance 1,14%, en hausse de quatre points de base, à un plus haut de 17 mois.

    Les obligations allemandes à 10 ans jouent parallèlement à plein leur rôle de valeur refuge dans un climat d'incertitudes sur la politique de Donald Trump et sur le calendrier des resserrements monétaires à venir aux Etats-Unis.

    Dans ce contexte, le rendement du Bund à 10 ans perd 4 points de base à 0,38%, poussant le spread entre la dette française et allemande à 73 points de base, au plus haut depuis près de quatre ans.

    En ce qui concerne la dette française, le marché réagit au programme de Marine Le Pen, dévoilé ce week-end à Lyon, mais également aux incertitudes entourant la candidature de François Fillon.

     

    "Une victoire de Le Pen est peu probable mais la situation en France fait sans aucun doute monter les inquiétudes chez les investisseurs."
    Christian Lenk, en charge de la stratégie de taux chez DZ Bank

  • Début de l'intervention de Mario Draghi au Parlement européen

  • Le point sur les marchés à la mi-séance

    1. Les marchés actions évoluent en ordre dispersé et proche de l'équilibre, hésitant sur la direction à suivre, en attendant l'audition de Mario Draghi devant le Parlement européen (à 15h), la conférence de presse de François Fillon (à 16h) et alors que la saison des résultats d'entreprise se poursuit.

    2. Le secteur automobile et les valeurs du transport signent les reculs sectoriels les plus importants, avec des pertes de respectivemment 0,6 et 0,4%. A l'opposé, Les ressources de base et les utilities gagnent de l'ordre de 0,45%.

    3. Unicredit cède près de 4%. La banque italienne a lancé lundi la plus grande augmentation de capital jamais opérée par
    une société italienne, les 13 milliards d'euros que la banque espère lever étant censés reconstituer ses fonds propres après
    un nettoyage de son bilan.

    4. Ryanair pique du nez et rend environ 3%. Les tarifs moyens de Ryanair ont baissé plus nettement que prévu en 2016 dans un contexte de capacités pléthoriques sur le marché du court-courrier en Europe. Mais la compagnie à bas coûts pense néanmoins atteindre son objectif d'une modeste amélioration de son bénéfice pour l'exercice en cours.

    5. Sur le marché obligataire, l'écart de rendement (spread) entre la dette française et la dette allemande a atteint 71 points de base, proche de son niveau de 74 points atteint en mars 2013.

  • Innate Pharma pénalisé par le résultat d'une étude de phase II

    Le titre de l'entreprise marseillaise de biotechologies InnatePharma chute à la mi-journée à la Bourse de Paris, pénalisé par le résultat d'une étude de phase II sur l'efficacité d'un traitement contre la leucémie n'ayant pas rempli son objectif.

    L'étude Effikir évaluant l'efficacité de Lirilumab chez des patients âgés atteints de leucémie aigüe myéloïde "n'a pas atteint le critère primaire d'efficacité" à savoir "la survie sans leucémie", a fait savoir la société biotech.

    La réaction des analystes ne s'est pas faite attendre:

    • "Bien que ce résultat constitue une déception, nous pensons que l'approche d'Innate Pharma ne doit pas être remise en cause à ce stade", relèvent cependant les analystes de Gilbert Dupont.
    • "En tout état de cause, ce ne sont pas de bonnes nouvelles. Mais nous pensons que l'action reste attractive", soulignent pour leur part les analystes de Bryan Garnier.

    Le groupe avait par ailleurs annoncé en décembre le recrutement du directeur de la stratégie oncologie du groupe pharmaceutique britannique AstraZeneca, Mondher Mahjoubi, au poste de président du directoire.

    "Nous voyons cette nomination comme un facteur extrêmement crédibilisant", rappelle Gilbert Dupont.

  • Venez commenter l'actualité boursière avec nous dès 12h30 (->13h30)

  • Début prometteur pour la saison des résultats trimestriels

    Morgan Stanley a publié une analyse des premiers résultats trimestriels publiés jusqu'à ce jour.

    L'analyste Matthew Garman a compilé les résultats de 75 compagnies européennes, représentant 15% de la capitalisation boursière et, sur base des données actuellement disponibles, celles-ci ont publié les meilleurs chiffres depuis ces six dernières années. Plus particulièrement, 43% d'entre elles ont battu le consensus (de 5% ou plus), tandis que 29% ont échoué, le solde (13%) ayant répondu aux attentes.

    Au niveau du chiffre d'affaires, 38% ont fait mieux que le consensus tandis 14% n'y sont pas arrivés.

  • Ahold Delhaize attire un nouveau fan #AholdDelhaize https://t.co/ZLHT4VFzZZ pic.twitter.com/6tYV1nJkNK— Stéphane Wuille (@stephanewuille) February 6, 2017

  • "Les investisseurs voient les actes de Trump comme un fardeau pour l'économie mondiale"

    Le sentiment des investisseurs s'est légèrement dégradé en février en raison des craintes voulant que la politique du nouveau président américain Donald Trump pèse sur l'économie mondiale, selon une enquêté publiée lundi.

    Le consultant francfortois Sentix, qui a interrogé 1.107 investisseurs du 2 au 4 février, a dit que son indice était de 17,4 points, parfaitement conforme aux attentes des analystes interrogés par Reuters, contre 18,2 en janvier.

     

    "Les investisseurs réagissent aux premiers actes officiels de Donald Trump et y voient un fardeau pour l'économie mondiale."
    Sentix dans un communiqué



    Sentix observe que les investisseurs considèrent d'un oeil plus favorable la situation actuelle de la zone euro, le sous-indice la mesurant ressortant à 20,5 - au plus haut depuis mai 2011 - contre 16,5 en janvier.

    Les anticipations sur la situation économique se dégradent en revanche, avec un sous-indice à 14,3 contre 20,0. Sentix note
    toutefois qu'il reste supérieur à son niveau de décembre (11,8).

     

  • Le point sur les marchés en début de matinée

    1. Hormis Francort, les Bourses européennes évoluent en hausse, même si les reculs des secteurs de l'automobile et du transport ralentissent la progression des indices.

    2. Les sociétés ayant affiché des résultats supérieurs aux prévisions sont logiquement recherchés. C'est le cas notamment d'Aker BP, née de la fusion des actifs norvégiens des compagnies pétrolières BP et Det norske , qui prend près de 5%.

    3. Ryanair en revanche perd un peu plus de 1% après avoir averti que l'année serait difficile pour les compagnies aériennes européennes.

    4. L'action du groupe suédois de services de haute technologie Hexagon chute de près de 4% après des résultats trimestriels inférieurs au consensus.

    5.  Le titre du groupe bancaire Unicredit baisse d'un peu plus de 2% au premier jour de son augmentation de capital de 13 milliards d'euros.

  • Voici le briefing actions belges du jour

    Briefing actions (6 fév) - Umicore, Ahold Delhaize, ING, Solvay, Nyrstar, Ablynx, TiGenix, Fagron, Econocom, Kiadis https://t.co/9QGrSRqLRC pic.twitter.com/n747gibFtO— Stéphane Wuille (@stephanewuille) February 6, 2017

  • Credit Suisse entame le suivi d'Ahold Delhaize

    Credit Suisse entame le suivi d'Ahold Delhaize avec un rating à "surperformance" est un objectif de cours de 24,50 euros.

  • Nette baisse du droit de souscription d'Unicredit

    L'action UniCredit a ouvert sans grand changement lundi en Bourse de Milan, avant de céder un peu plus de 1% dans les premiers échanges, tandis que le droit de souscription à son augmentation de capital de 13 milliards d'euros perdait lui plus de 3%.

    L'augmentation de capital, lancée ce lundi et qui court jusqu'au 10 mars, se fait à un prix de 8,09 euros par action, soit l'équivalent d'une décote de 38% sur le cours de l'action hors droit de souscription.

    La première banque italienne doit honorer un coupon le 10 mars sur un emprunt obligataire à haut risque, ce qu'elle ne pourrait faire sans augmenter son capital au-dessus des seuils réglementaires.

  • Les biotech Ablynx, Kiadis et TiGenix bien orientées

    La Bourse de Bruxelles progresse d'un léger 0,16% (3.612,03 points) un peu moins de trente minutes après les premiers échanges. KBC et ING signent les meilleures progressions avec des gains de respectivement 0,88% et 0,47%. Umicore est en légère hausse de 0,28% après une recommandation de 'conserver' de Berenberg.

    Hors Bel20, les biotech TiGenix (+2,58%), Ablynx (+1,45%) et Kiadis (+1,26%) s'inscrivent dans le groupe des meilleures hausses avec Rosier (+3,6%) et Hamon (+2,11%).

  • BOURSE-INNATE PHARMA OUVRE EN BAISSE DE 23% APRÈS LE RÉSULTAT DÉCEVANT D'UNE ÉTUDE

  • | Opening Bell |

    • Bruxelles: +0,35%
    • Amsterdam: +0,07%
    • Francfort: -0,30%
    • Paris: +0,12%
    • DJ Stoxx 600: +0,01%
  • Ce qu'il faut savoir avant l'ouverture des marchés

    1. Les principales Bourses européennes sont attendues sans grand changement lundi à l'ouverture.

    2. La tendance devrait être animée essentiellement par les résultats d'entreprises.

    3. La valeur bancaire pourrait tirer parti du fait que le président américain Donald Trump a signé vendredi des ordonnances dont le but ultime serait de démanteler la loi Dodd-Frank de 2010, adoptée à la suite de la crise financière de 2007-2009.

    4.  Sur le marché des changes, le dollar regagne du terrain face à l'euro après avoir fléchi vendredi dans des échanges nerveux, réagissant surtout à la composante salariale de la statistique de l'emploi aux Etats-Unis.

    5. Ablynx, Ryanair et Umicore parmi les valeurs à suivre

  • Berenberg entame le suivi d'Umicore

    Le broker allemand Berenberg a entamé le suivi d'Umicore avec une recommandation de "conserver" avec un objectif de cours de 55 euros, légèrement au-dessus du dernier cours de clôture de 53,13.

    Le courtier explique sa décisionn par la forte hausse de l'action: depuis le début de 2016, le titre a progressé d'environ 25%. Le titre se traite dès lors à 21,4x le bénéfice attendu. "Cela laisse peu de place à la déception," estiment les analystes Sebastian Bray, Rikin Patel et James Williamson.

  • Dernière ligne droite pour Ablynx

    La biotech Ablynx a déposé auprès de l’Agence européenne du médicament une demande pour commercialiser son premier traitement.

    Si tout va bien, Ablynx pourra enregistrer les premières ventes de son médicament caplacuzimab début 2018.

    La biotech estime que le chiffre d’affaires annuel pourra atteindre 400 millions d’euros.

    Notre article détaillé ici.

  • Kiadis commencer l'étude de phase 3 pour l'agent de la leucémie

    La société biopharmaceutique néerlandaise Kiadis , à la fois cité à Amsterdam et Bruxelles, a démarré une étude de phase 3 du ATIR101, un médicament potentiel pour traiter la leucémie aiguë. Le recrutement des patients a été lancé au Canada après l'approbation par les autorités sanitaires du pays. A plus long terme, Kiadis veut étendre l'étude aux États-Unis et en Europe. Au total, 195 patients devraient recevoir le médicament dans plus de 40 hôpitaux.

  • "Les chiffres du jour suggèrent que l'industrie allemande pourrait accélérer au premier trimestre 2017."
    Les analystes du bancassureur ING

  • Bond supérieur aux attentes des commandes industrielles en Allemagne

    Les commandes industrielles en Allemagne ont augmenté de 5,2% en décembre comparé au mois précédent, un rebond nettement plus marqué qu'anticipé par les économistes, selon un chiffre encore provisoire annoncé lundi par l'Office fédéral des statistiques (Destatis).

    Les analystes interrogés par le fournisseur de services financiers Factset avaient misé sur une progression de 0,70%. En novembre, le volume des commandes avaient reculé de 3,6% (contre un repli de 2,5% annoncé initialement), a également indiqué Destatis dans un communiqué.

  • Le bénéfice de Ryanair se replie sur fond de dépréciation de la livre

    Le bénéfice net de Ryanair a baissé de 8% au troisième trimestre de son exercice 2016-2017, soit 95 millions d'euros entre le 1er octobre et le 31 décembre, à cause d'un repli des tarifs des billets et de la dépréciation de la livre consécutive au vote britannique pour le Brexit.

    Le transporteur irlandais a néanmoins maintenu inchangée sa prévision de bénéfice net annuel, dans un fourchette de 1,30 à 1,35 milliard d'euros.

     

    "Comme nous l'avions anticipé, nos tarifs ont chuté au moment où Ryanair continue d'augmenter son trafic et son taux de remplissage sur de nombreux marchés européens. Cette baisse des rendements a été aggravée par la forte dépréciation de la livre sterling après le vote pour le Brexit."
    Michael O'Leary
    Directeur général de Ryanair

     

    La compagnie a en effet fortement augmenté son trafic, avec un bond de 16% de son nombre de passagers transportés, à 28,8 millions de passagers lors de ce trimestre. Mais ces derniers ont payé en moyenne 33 euros par billet, soit 17% de moins sur un an.

  • Takata chute, un dépôt de bilan redouté

    L'action Takata a chuté de près de 19% à la Bourse de Tokyo, alors que l'américain Key Safety Systems, propriété d'un groupe chinois, apparaît favori pour orchestrer la restructuration de l'équipementier japonais qui pourrait passer par un dépôt de bilan.

    Le titre a fini au plus bas autorisé ce jour à 436 yens (-18,65%).

    L'action joue aux montagnes russes ces dernières semaines, au gré des rebondissements du scandale d'airbags défectueux qui a éclaté il y a trois ans et menace la survie du groupe.

    Cette fois, les investisseurs ont réagi aux conclusions du comité externe mis en place il y a plusieurs mois pour tenter de trouver un investisseur. "Est recommandée l'offre de Key Safety Systems", un groupe américain racheté en 2016 par le chinois Ningbo Joyson Electronic, a indiqué Takata dans un communiqué paru ce week-end.

  • Tokyo finit en hausse de 0,31%

    L'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo a fini en petite hausse de 0,31%, aidé par de bonnes statistiques de l'emploi, un réexamen en vue de la réglementation financière aux Etats-Unis et des résultats positifs d'entreprises aussi.

    A l'issue des échanges, l'indice Nikkei des 225 valeurs vedettes a gagné 58,51 points à 18.976,71 points. Il avait grignoté 0,02% vendredi.

    L'indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau a pris de son côté 0,36% (soit +5,43 points) à 1.520,42 points.

  • Bonjour à toutes et tous et bienvenue sur le "market live" de L'Echo, l'endroit idéal pour suivre les principaux événements de cette séance de bourse.

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés