1. Les marchés
  2. Live blog
live

L'affaire Khashoggi pénalise Wall Street

La Bourse de New York a terminé en nette baisse ce jeudi, les investisseurs faisant preuve d'un regain de fébrilité face aux inquiétudes sur le budget italien et les relations américano-saoudiennes. Tous les indices ont fini dans le rouge en Europe. La Bourse de Milan a perdu 1,9%.
  • À l'agenda ce vendredi 19 octobre

    Economie / Finance

    Japon

    • Inflation / septembre

    Chine

    • PIB / T3
    • Production industrielle, ventes au détail & investissement /septembre

    Royaume-Uni

    • 10h30 Situation budgétaire / septembre

    Europe

    • 11h00 Comptes courants zone euro / août
    • Conseil européen (fin)

    États-Unis

    • 16h00 Reventes de logements / septembre

     

    Entreprises

    Belgique

    • Econocom / résultats du T3 (après Bourse)
    • Oxurion / résultats du T3 (après Bourse)

    France

    • Rémy Cointreau / CA du T2 (avant Bourse)
    • Icade / CA du T3 (avant Bourse)
    • Neoen / introduction en Bourse prévue à Paris

    Suède

    • Volvo / résultats du T3 (avant Bourse)

    États-Unis

    • Procter & Gamble / résultats du T1 2018/2019 (avant Bourse)
  • L'affaire Khashoggi pénalise Wall Street

    La Bourse de New York a fortement reculé ce jeudi, lestée par la décision du secrétaire américain au Trésor d'annuler sa participation au forum économique de Ryad. Le Dow Jones a perdu 1,27% à 25.379,45 points. Le Nasdaq a cédé 2,06% à 7.485,14 points. Le S&P 500 a lâché 1,54% à 2.766,24 points. 

     La décision de Steven Mnuchin, en pleine affaire de la disparition du journaliste saoudien, Jamal Khashoggi, reflète l'idée que l'administration US est poussée à prendre une position plus dure à l'encontre de l'Arabie saoudite, une attitude qui pourrait déclencher des mesures de représailles.

    L'Arabie saoudite pourrait revendre les bons du Trésor américains qu'elle possède et les entreprises américaines pourraient perdre des opportunités. Une perspective peu alléchante pour Wall Street, sensible à tout élément pouvant perturber les relations des Etats-Unis avec ses partenaires commerciaux.

    Le repli des indices est toutefois aussi lié à des commentaires du président de la BCE, Mario Draghi, sur les règles budgétaires en vigueur visant l'Italie. Le rendement des obligations italiennes s'est fortement tendu dans la foulée.

  • Wall Street termine en forte baisse

    • Le Dow Jones a perdu 1,26% à 25.383,52 points.
    • Le Nasdaq a cédé 2,06% à 7.485,14 points.
    • Le S&P 500 a lâché 1,37% à 2.770,64 points.
  • Le pétrole termine en baisse à New York

    Les cours du pétrole ont terminé en baisse ce jeudi sur le marché new-yorkais Nymex, dans le sillage de Wall Street et au lendemain de l'annonce d'une quatrième semaine de hausse des stocks de brut aux Etats-Unis. "Les dégagements continuent sur le marché boursier et les chiffres des stocks hier étaient mauvais", commente Tariq Zarih, chez Tyche Capital Advisors à New York.

    • Le contrat novembre sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a perdu 1,10 dollar, soit 1,58%, à 68,65 dollars le baril, après avoir déjà chuté de 3% la veille.
    • Le Brent de mer du Nord a lui cédé 76 cents (0,95%) à 79,29 dollars, après un creux à 78,69, s'éloignant encore de son pic de quatre ans de 86,74 dollars atteint le 3 octobre.

    "Depuis le début septembre, les stocks ont augmenté de 20 millions de barils à cause des opérations de maintenance saisonnières dans les raffineries", observe Andrew Lipow, analyste chez Lipow Oil Associates à Houston, en réaction à la hausse de 6,5 millions de barils des réserves de brut aux Etats-Unis la semaine dernière, près de trois fois plus que ce qui était anticipé.

  • Clôture en territoire négatif

    Dans le vert durant la majeure partie de la journée, les indices boursiers européens ont basculé en territoire négatif avec l’ouverture négative de la Bourse de New York. Mais aussi dans la foulée du regain de fièvre sur les rendements de la dette italienne. Celui du BTP à 10 ans est remonté à 3,69%. Dans ce contexte, l’indice Stoxx 600 a fini en baisse de 0,52% à 361,65 points. 

    A Bruxelles, le Bel 20 est fixé en clôture à 3.538,08 points. Soit en repli de 0,61%.

    Plus forte hausse du jour dans l’indice, Argenx s’est adjugé 10,03% à 73,50 euros. UCB a par contre conduit les baisses. Le titre pharmaceutique a perdu 3,77% à 41,51 euros, malgré la publication de résultats positifs pour une étude de phase II sur le Rozanolixizumab chez des patients atteints de myasthénie grave.

    Beaucoup d’investisseurs avaient encore concentré leur attention sur l’action de l’opérateur de téléphonie historique Proximus. Depuis une semaine, cette valeur fait l’objet d’échanges plus étoffés que d’habitude. L’action, qui avait gagné jusqu’à 3% dans la matinée, a ramené son avance en clôture à 0,94% à 22,50 euros. Elle porte à 16,4% son rebond depuis son point bas de cette année, touché le 29 juin dernier à 19,31 euros.

    Umicore pas exposé aux soucis de Volvo

    Umicore a renoué avec la baisse. Ce titre a reculé de 2,35% à 41,51 euros. La société a précisé qu’elle n’est pas exposée aux soucis rencontrés par le constructeur de camions suédois Volvo. Volvo avait indiqué mardi qu’un composant de contrôle des émissions utilisé dans ses camions se dégradait plus rapidement que prévu, ce qui pourrait entraîner un dépassement d’émissions d’oxyde d’azote des moteurs.

    En dehors du Bel 20, Bone Therapeutics a bondi de 16,33% à 9,76 euros. Ce groupe a dévoilé des résultats qu’il considère comme encourageant d’une étude clinique pour un nouveau traitement contre l’arthrose du genou.
     

    Ahold Delhaize monte de 2,18% à 19,906 euros. Le fonds spéculatif Marshall Wace a réduit de 6,14% ses positions "courtes" sur cette valeur à 1,07% des actions existantes du distributeur. Gimv enfin a pris 0,21% à 47,05 euros. Le groupe d’investissement financier a acquis Medi-Markt Homecare-Service et Medi Markt Service Nord Ost, ainsi que plusieurs sociétés affiliées. Ce nouvel investissement marque la septième participation de Gimv sur le marché allemand de la santé.

  • Le dollar moins présent dans les réserves des banques centrales

    La baisse de la part du dollar dans les réserves de changes des pays dans le monde a probablement été influencée par les mesures prises par le gouvernement Trump contre la Russie, estime Goldman Sachs.

    La banque américaine estime que la Russie a probablement vendu 85 milliards de USD de ses 150 milliards d'actifs américains au cours du 2e trimestre de cette année, en réaction aux mesures prises par les USA à l'encontre de responsables gouvernementaux russes. La Russie pourrait avoir converti ses aactifs américains en obligations libellées en euros et en yuans.

    Selon le FMI, la part du dollar dans les réserves des banques centrales dans le monde est tombée à 62,3% au 2e trimestre, tandis que les actifs libellés en euros et yuans ont progressé.  

  • Le rendement du BTP italien à 10 ans en nette hausse

    - Euro/dollar: 1,1497 (0,03%)

    - Baril de Brent: 79,56 USD  (-0,6%)

    - Once d'or: 1.227 USD (+0,42%)

    - Rendements obligataires à 10 ans:

         Bons du Trésor US : 3,188% (-0,02%)

         BTP Italie : 3,67% (+0,12%)

  • Umicore pas concerné par les tracas de Volvo

    Umicore a précisé qu’elle n’est pas exposée aux soucis rencontrés par le constructeur de camions suédois Volvo. Son action a néanmoins renoué avec la baisse (-1,58% à 41,54 euros). Une baisse qui n'a rien d'exceptionnel dans la mesure où elle est conforme à celle de son secteur sur les marchés en Europe.

    Volvo avait indiqué mardi qu'un composant de contrôle des émissions utilisé dans ses camions se dégradait plus rapidement que prévu, ce qui pourrait entraîner un dépassement d'émissions d'oxyde d'azote des moteurs.

  • Rebond de 18% de Proximus en moins de 4 mois!

    Ce jeudi à la Bourse de Bruxelles, beaucoup d’investisseurs ont encore concentré leur attention sur l’action de l’opérateur de téléphonie historique Proximus. 

    Depuis une semaine, cette valeur fait l’objet d’échanges plus étoffés que d'habitude. L’action affichait vers 16h15 un gain de 1,92% à 22,81 euros. Elle porte à 18,1% son rebond depuis son point bas de cette année, touché le 29 juin dernier (19,31 euros).

    Dans le même secteur à Bruxelles, Orange monte de 3% à 14,48 euros. Quant au titre du câblo-opérateur Telenet, il perd 0,7% à 47,68 euros.

  • Caterpillar rétrograde dans le Dow Jones

    Dans le Dow Jones, 4 valeurs étaient orientées à la hausse. Cisco (+0,47% à 46,26 USD), Walgreens Boots (+0,61% à 77,45 USD) et Merck (+0,57% à 72,23 USD) enregistraient vers 16h. les meilleurs performances.

    Par contre, alors que l'on attend pour demain matin les résultats trimestriels du fabricant de camions Volvo -ce qui permettra de prendre le pouls du marché de la construction dans le monde-, Caterpillar menait les baisses. Le titre se contractait de 2,19% à 138,25 USD. Depuis son pic historique du 22 janvier dernier (170,89 USD), cette valeur s'est repliée de 18,9%.

    Apple cédait 1,41% à 218,08 USD et Procter & Gamble 1,03% à 81,02 USD.

  • Wall Street démarre en baisse

     

    - Dow Jones: - 0,54% à 25.567,41 points

    - S&P 500:    - 0,50% à 2.794,90 points

    En Europe, le Stoxx 600 cédait au même moment 0,10% à 363,16 points

  • Des taux d'intérêt bas encore durant quelques années

    L'ère des taux d'intérêt historiquement bas n'est pas encore terminée. La Banque centrale européenne et la Banque du Japon maintiendront leurs taux d’intérêt autour du point zéro pendant quelques années encore. Et la Réserve fédérale américaine également augmentera que lentement les taux d’intérêt par 75 points de base pour atteindre 3,00% d’ici à fin 2019.

    C'est le credo de Tony Crescenzi, stratège de marché et gestionnaire de portefeuille chez PIMCO.

    Selon lui, des facteurs à la fois démographiques et économiques sont à la base de ce faible ‘taux d’intérêt neutre’, avec entre autres des investissements limités pour stimuler la productivité. " Dans cet environnement, le plus faible hausse des taux d’intérêt peut entraîner de graves changements sur le marché. Les investisseurs s'en tirent donc bien pour construire leur portefeuille de manière ascendante au lieu de chercher du bêta pur en actions ou en obligations ", explique-t-il. 


  • HSBC en passe d'avoir une cotation à Shanghaï

    HSBC   devrait devenir la première entreprise étrangère à émettre des certificats de dépôts chinois (CDR) dans le cadre d'un nouvel accord entre les Bourses de Londres et de Shanghaï, ont rapporté à Reuters des sources au fait du dossier. Ces sources ont précisé que l'interconnexion entre les deux places boursières devrait être opérationnelle vers la fin de l'année.

    → Les CDR sont des titres qui permettent principalement à des entreprises technologiques chinoises domiciliées hors de Chine continentale de déposer dans le même temps une demande de cotation locale.

  • *Les valeurs à suivre à Wall Street*

    * TRAVELERS - L'assureur a fait état jeudi d'un bénéfice trimestriel plus que doublé, grâce notamment à la baisse des pertes liées aux catastrophes naturelles et à une hausse des primes comme des revenus d'investissement.

    * ALCOA a fait état mercredi soir d'un bénéfice trimestriel supérieur aux attentes, soutenu par les problèmes de logistique en série qui ont dopé les cours de l'alumine. Le titre s'adjuge 5,3% en avant-Bourse, soutenu également par l'annonce d'un plan de rachats d'actions de 200 millions de dollars d'actions. En clôture mercredi, le titre perdait 32% depuis le début de l'année.

    * EXXON MOBIL a annoncé jeudi avoir signé un accord cadre de fourniture de gaz naturel liquéfié au chinois Zhejiang Provincial Energy Group courant sur 20 ans.

    * PRAXAIR - La fusion de 86 milliards de dollars entre le spécialiste des gaz industriels et son homologue allemand Linde devrait être approuvée par la commission fédérale du commerce (FTC) américaine, supprimant le dernier grand obstacle à l'opération, écrit jeudi le mensuel allemand Manager Magazin. L'action Praxair prend 5% dans les échanges avant l'ouverture.

    * PHILIP MORRIS prend 1% en avant-Bourse après avoir publié des résultats trimestriels supérieurs aux attentes et confirmé sa prévision de bénéfice par action (BPA) annuel.

    * TEXTRON, qui construit entre autres les avions d'affaires Cessna, perd près de 11% en avant-Bourse après avoir publié un bénéfice par action trimestriel inférieur aux attentes de Wall Street et un chiffre d'affaires en baisse de 8,2%.

    * ENDOCYTE - Le laboratoire de biopharmacie a été racheté par le suisse Novartis pour une valeur d'entreprise de 2,1 milliard de dollars (1,83 milliard d'euros).

    * CONSTELLATION BRANDS, propriétaire entre autres de la marque de bière Corona, a annoncé mercredi en après-Bourse que son directeur général, Rob Sands, quitterait son poste en mars et serait remplacé par le président du conseil d'administration, Bill Newlands. Rob Sands deviendra président exécutif à la place de son frère Richard.

    * BLACKSTONE GROUP a fait état jeudi d'un benéfice net économique unitaire de 76 cents, légèrement supérieur aux attentes. Le groupe de capital-investissement a par ailleurs renoncé à tenter de racheter le groupe immobilier australien Investa Office, laissant le champ libre au canadien Oxford Properties Group, qui a soumis une offre de 3,35 milliards de dollars australiens (2,08 milliards d'euros).

    * JD.COM a annoncé jeudi son intention de lancer une offre de logistique et de messagerie express en complément de ses activités de commerce en ligne.

    * ALIBABA a annoncé un investissement de deux milliards de yuans (250 millions d'euros) dans l'importateur et distributeur de vins et spiritueux chinois 1919.cn.

    * GAP - JPMorgan a ramené sa recommandation de "neutre" à "sous-pondérer" et son objectif de cours de 30 à 24 dollars en prédisant une pression sur la marge brute et des ventes décevantes pour la marque éponyme. L'action Gap a perdu plus de 20% depuis le début de l'année.

    * AMERICAN EXPRESS doit publier ses résultats trimestriels après la clôture de Wall Street.

  • "Les marchés actions profitent des publications trimestrielles rassurantes"

    "En Europe, les marchés actions profitent des publications trimestrielles rassurantes" des entreprises. "Mais les investisseurs surveillent également les débats au Conseil européen à Bruxelles, après que les chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union aient échoué hier soir, ne parvenant pas à trouver des solutions sur le Brexit ni sur l'Italie avec le rejet par la Commission européenne du budget présenté par Rome"
    Franklin Pichard
    directeur général de Kiplink Finance

  • Les banques espagnoles baissent après un jugement défavorable

    Les valeurs bancaires espagnoles sont en forte baisse en Bourse de Madrid après une décision du Tribunal suprême, la plus haute autorité judiciaire du pays, obligeant les banques, et non leurs clients, à s'acquitter des droits de timbre sur les prêts immobiliers, ce qui pourrait coûter des milliards d'euros aux établissement de crédit. "Le Tribunal suprême juge que la personne qui doit payer le droit de timbre sur les actes publics des prêts assortis de garanties hypothécaires est le prêteur, et non le bénéficiaire du prêt", explique-t-il.

    En Bourse, après cette décision, Bankinter perdait 7,5% à mi-séance, Caixabank 3,57%, Bankia 2,94% et Banco Sabadell 1,19%. Les deux principales banques du pays, Santander et BBVA, abandonnaient respectivement 4,16% et 5,16%.

  • SAP relève ses objectifs annuels, sans convaincre

    SAP   a annoncé que le chiffre d'affaires de ses activités dans le "cloud" avait augmenté de 41% au troisième trimestre, lui permettant de relever ses objectifs annuels de chiffre d'affaires et de bénéfice dans un contexte de réorganisation vers l'informatique dématérialisée.

    La marge d'exploitation de SAP, à taux de change constants, a augmenté de 10 points de base à 29,4% mais le groupe s'était engagé à la porter au-dessus de 30% en prenant le virage du cloud. Lien vers le communiqué

  • Casino chahuté après des accusations relayées dans la presse

    Le titre Casino  a brutalement creusé ses pertes, un trader évoquant une information de presse concernant des accusations de "manipulation de compte" par la maison-mère du distributeur, Rallye  .

    L'hebdomadaire Challenges rapporte que l'avocate Sophie Vermeille a adressé cette semaine un message au Haut conseil du commissariat aux comptes (H3C) dans lequelle elle accuse Rallye d'avoir procédé, avec l'aide de ses commissaires aux comptes, à des changements comptables dans le but de maintenir inchangée la valorisation de Casino dans ses comptes. "Je compte montrer aux pouvoirs publics dans quelle mesure les commissaires aux comptes de la société Rallye ont, sans discontinuer, validé une valorisation des actions Casino dans les comptes sociaux de Rallye à un prix de 80,3 euros par action (alors que le cours de bourse est autour de 39 euros à ce jour)", a indiqué Sophie Vermeille dans son message selon Challenges.

  • "La fusion Linde-Praxair en passe d'être approuvée aux USA"

    Praxair a obtenu oralement de la part de la Federal Trade Commission (FTC) la garantie que son projet de fusion avec Linde   allait être approuvé par cette autorité américaine de la concurrence, rapporte le mensuel allemand Manager Magazin sur son site internet. Ce feu vert assorti de conditions devrait être officialisé par écrit dans les prochains jours, ajoute le journal allemand.

    La fusion des groupes américain et allemand doit donner naissance au numéro un mondial des gaz industriels devant Air Liquide.

  • Air France-KLM monte, espoir d'accord salarial à Air France

    Air France-KLM  monte fortement en Bourse en réaction, selon plusieurs traders, à une information de latribune.fr selon laquelle la direction d'Air France pourrait proposer un accord salarial aux syndicats vendredi.

    Selon plusieurs sources syndicales, des réunions se sont tenues mercredi et devaient se poursuivre jeudi avec les organisations représentatives sur les propositions de la direction de hausses de salaires (2% pour chacune des années 2018 et 2019). Pour être signé, l'accord doit obtenir l'aval de la majorité des organisations représentatives.

  • Pernod Ricard débute son exercice sur les chapeaux de roue

    Pernod Ricard   a vu sa croissance organique décoller au premier trimestre de son exercice décalé en raison d'une envolée de ses ventes de cognac Martell en Chine et de ses whiskies locaux indiens, liée surtout à des facteurs techniques. A taux de changes et périmètre constants, la croissance du numéro deux mondial des spiritueux s'est élevée à 10,4%, dépassant largement les 7,4% attendus par les analystes, après une progression de 5% au trimestre précédent.

    En Chine, où il réalise 10% de ses ventes, soit son deuxième marché derrière les Etats-Unis, les ventes ont grimpé de 27% tandis qu'en Inde, son troisième marché, elles se sont envolées de 34%. Le groupe a toutefois précisé que les tendances allaient se normaliser dans le courant de l'année, avec un retour à des progressions plus modérées en Asie. Lien vers le communiqué

  • Thales très optimiste sur ses objectifs, la Bourse apprécie

    Thales   brille en Bourse après avoir annoncé qu'il comptait atteindre le haut de sa fourchette d'objectifs annuels fixés en début d'année à la lumière d'une croissance organique de son chiffre d'affaires de 7,9% sur les neuf premiers mois, tirée par ses activités militaires. "Tout va bien pour Thales dont la croissance du CA accélère", résume Tangi Le Liboux, analyste chez Aurel BGC.

    Thales fait aussi état dans un communiqué d'une croissance organique de 9% de ses prises de commandes sur les neuf premiers mois de l'année, à 9,468 milliards d'euros, avec en ligne de mire une prévision confirmée autour de 15,5 milliards sur l'exercice.

  • "Le Royaume-Uni prêt à discuter d'une extension de la transition"

    Le Royaume-Uni est prêt à discuter d'une extension de la période de transition devant intervenir après sa sortie de l'Union européenne le 29 mars au soir mais ne prévoit pas de l'utiliser, a déclaré jeudi Theresa May. De bons progrès ont été réalisés dans les négociations sur le retrait du Royaume-Uni de l'UE mais des difficultés demeurent sur la question de la frontière irlandaise, a ajouté la Première ministre britannique.

    Au second jour du sommet européen à Bruxelles, elle a reconnu que l'idée d'étendre la période de transition de quelques mois était sur la table tout en estimant qu'il n'y aurait pas besoin de recourir à une telle mesure. "Je m'attends à ce que la période de transition prenne fin en décembre 2020" comme il est actuellement prévu, a-t-elle dit.

  • Ericsson repasse dans le vert au 3T, une première depuis plus de deux ans

    L'équipementier suédois en télécoms Ericsson a vu ses mesures de restructuration porter leurs fruits au troisième trimestre, lui permettant de repasser dans le vert, ce qui n'était plus arrivé depuis le deuxième trimestre 2016.

    Le bénéfice net a bondi en juillet-septembre sur un an, à 2,7 milliards de couronnes suédoises (261 millions d'euros), là où les analystes interrogés par l'agence SME Direkt tablaient sur moins de 167 millions de couronnes. Le chiffre d'affaires a progressé de 8,9% à 53,8 milliards. La marge brute hors coûts de restructuration s'est quant à elle hissée à 36,9%, contre 28,5% un an plus tôt. "Nous constatons des améliorations dans l'ensemble de nos activités", s'est félicité le PDG Börje Ekholm dans le rapport intermédiaire.

    ©Bloomberg

  • Carrefour confiant dans sa transformation après une accélération au T3

    Carrefour   a vu sa croissance accélérer le pas en données comparables au troisième trimestre grâce à la France et au Brésil et a affiché sa confiance dans le bon déroulement de son plan de transformation à l'horizon 2022. Les ventes du distributeur, pénalisées par la baisse du real brésilien, ont reculé de 2,8% à 21,09 milliards d'euros en données publiées, un chiffre légèrement inférieur aux 21,16 milliards du consensus d'Inquiry Financial pour Reuters. Mais à magasins comparables, hors taux de change, essence et effets calendaires, la croissance est ressortie à 2,1% après une hausse de limitée à 0,9% au deuxième trimestre.

    Le groupe, qui a confirmé les objectifs de son plan de transformation portant notamment sur les économies, le e-commerce alimentaire et les ventes de produits bio, estime dans un communiqué que ce trimestre "traduit une amélioration progressive de son modèle commercial".

  • KBCS salue l'annonce de Bone Therapeutics

    KBC Securities a relevé son objectif de cours pour Bone Therapeutics   à 14 euros contre 11 euros précédemment. "Le JTA-004 est un ajout thérapeutique non cellulaire au pipeline de Bone qui est très bienvenu compte tenu de la trajectoire de 3 à 4 ans que la société doit encore compléter pour que le produit de thérapie cellulaire allogénique ALLOB puisse être mis sur le marché", ont souligné ses analystes.

    La recommandation reste à "acheter".

  • Bone Therapeutics s'envole en Bourse

    Les investisseurs saluent grandement les résultats prometteurs d’une étude clinique pour un nouveau traitement contre l’arthrose du genou publiés par Bone Therapeutics   (cf. post de 07h33).  

    Ce produit inédit, qui répond au nom de JTA-004, est différent des thérapies cellulaires en cours de développement au sein de la biotech wallonne. Il s’agit d’un viscosupplément qui vise à soulager les patients atteints d'arthrose symptomatique modérée du genou.

  • | OPENING BELL |

    BEL 20 +0,13%

    CAC 40 +0,06%

    STOXX Europe 600 -0,01%

    Euro Stoxx 50 -0,03%

    AEX -0,13%

  • HeidelbergCement abaisse sa prévision annuelle de bénéfice

    HeidelbergCement  , deuxième cimentier mondial derrière LafargeHolcim, a réduit sa prévision de bénéfice pour 2018 en raison de conditions météorologiques défavorables aux Etats-Unis et d'une hausse des coûts de l'énergie plus élevée que prévu. Le groupe allemand anticipe désormais un bénéfice tiré des opérations courantes avant dépréciation et ajusté des effets de change compris entre 0 et 5%, contre une fourchette de 5% à près de 10% auparavant. Lien vers le communiqué

  • La croissance des ventes d'Unilever moins forte que prévu

    Unilever  a publié des ventes inférieures aux attentes au troisième trimestre, pénalisées entre autres par leur déclin en volumes en Argentine. Le fabricant anglo-néerlandais des savons Dove et des glaces Ben & Jerry's a dit que ses ventes trimestrielles avaient progressé de 3,8%, contre une hausse moyenne de 4,3% attendue par les analystes, selon un consensus fourni par le groupe. Lien vers le communiqué

  • Novartis achète le groupe biopharmaceutique Endocyte

    L'entreprise biopharmaceutique Endocyte a annoncé son rachat par Novartis pour une valeur d'entreprise d'environ 2,1 milliards de dollars (1,83 milliard d'euros). L'offre du groupe suisse, à 24 dollars par action intégralement en numéraire, représente une prime de 54% par rapport au cours de clôture d'Endocyte, à 15,56 dollars, mercredi à la Bourse de New York.

    De son côté, le groupe pharmaceutique suisse a relevé son objectif de chiffre d'affaires annuel en raison de la croissance des ventes de Cosentyx, son médicament contre le psoriasis et l'arthrite, et des performances d'Entresto, son traitement de l'insuffisance cardiaque, dont les ventes ont plus que doublé au troisième trimestre. Il anticipe désormais une croissance de ses ventes d'environ 5%, contre une fourchette de 0 à 5% auparavant.

    Le bénéfice net courant a augmenté de 2% à 3,1 milliards de dollars (2,7 milliards d'euros) au troisième trimestre, contre un consensus Reuters de 3 milliards de dollars. Les ventes ont progressé de 3% à 12,78 milliards de dollars, légèrement inférieures au consensus moyen de 12,84 milliards de dollars.

    ©REUTERS

  • La Bourse de Tokyo finit en baisse

    La Bourse de Tokyo a fini en baisse de 0,8%, pénalisée par l'impact sur le sentiment général des investisseurs du compte rendu plus "faucon" qu'attendu de la dernière réunion de la Réserve fédérale américaine et par l'annonce d'une baisse inattendue des exportations japonaises. L'indice Nikkei a clôturé à 22.658,16 points et le Topix, plus large, à 1.704,64 points, en repli de 0,54%.

    Les grands exportateurs ont souffert de la publication des chiffres mensuels du commerce extérieur japonais, marqués par une baisse de 1,2% sur un an des exportations, leur premier recul depuis novembre 2016. Le spécialiste des robots industriels Fanuc a ainsi cédé 4,03%.

  • Wereldhave Belgium voit ses revenus locatifs légèrement augmenter

    Wereldhave Belgium   a annoncé que ses revenus locatifs ont atteint 38,7 millions d'euros au 30 septembre 2018, contre 37,6 millions un an auparavant. "Cette augmentation est essentiellement attribuable à la contribution de l’extension du centre commercial "Les Bastions", livrée le 12 avril 2018, et à l'augmentation du taux d’occupation du portefeuille d’immeubles commerciaux par rapport à l’année passée", explique la société dans son communiqué

    Le résultat net des neuf premiers mois de l’exercice a ainsi augmenté de plus de 10%, passant de 30,3 millions d'euros au 30 septembre 2017 à 33,6 millions au 30 septembre 2018.

  • Sipef fait état d'une nette hausse de sa production au T3

    La société Sipef   a publié ses résultats trimestriels, indiquant que sa production propre d'huile de palme a progressé de 11,5% durant le troisième trimestre. Ce qui signifie une hausse de 8,4% sur les neuf premiers mois de l'année. "Cette croissance est bien sûr tout d’abord le fruit de conditions météorologiques favorables aux palmiers à huile à Sumatra en 2018, mais aussi, et surtout, de gains d’efficacité réalisés dans les jeunes hectares plantés", explique la société dans son communiqué.

    Pourtant, les perspectives sont peu engageantes: "En dépit de volumes en hausse et de gains d'efficacité, les prévisions relatives à une baisse persistante des prix de l'huile de palme pour le quatrième trimestre affecteront très certainement le résultat récurrent du second semestre. En conséquence de quoi les résultats annuels de l'exercice 2018 seront sensiblement plus faibles que ceux de l'exercice 2017". Lien vers le communiqué

  • UCB dévoile des résultats positifs pour le Rozanolixizumab

    Le groupe biopharmaceutique UCB   a publié les résultats positifs d'une étude de phase II sur l'anticorps monoclonal sous-cutané Rozanolixizumab chez des patients atteints de myasthénie grave (MG). Les données montrent que les perfusions sous-cutanées de rozanolixumumab étaient sûres et bien tolérées et ont entraîné une amélioration clinique sur toute la durée de l'étude.

    Sur la base de ces résultats, UCB a l'intention d'accélérer le développement du rozanolixizumab par une étude de confirmation dès le second semestre de 2019. Lien vers le communiqué

  • Gimv investit dans le marché des médicaments

    Le holding flamand Gimv   a annoncé l'acquisition des sociétés allemandes Medi-Markt Homecare-Service et Medi Markt Service Nord Ost, ainsi que plusieurs sociétés affiliées. Ce nouvel investissement marque la 7e participation de Gimv sur le marché germanophone de la santé.

    Les détails financiers n'ont toutefois pas été divulgués. Lien vers le communiqué

  • Bone Therapeutics s'attaque à l'arthrose du genou

    Du neuf chez Bone Therapeutics la société carolo spécialisée dans la thérapie cellulaire osseuse a dévoilé ce mercredi les résultats prometteurs d’une étude clinique pour un nouveau traitement contre l’arthrose du genou. 

     Ce produit inédit, qui répond au nom de JTA-004, est différent des thérapies cellulaires en cours de développement au sein de la biotech wallonne. Il s’agit d’un viscosupplément qui vise à soulager les patients atteints d'arthrose symptomatique modérée du genou. 

  • Malgré Trump, la Fed pense qu'il faut encore relever les taux

    En dépit des vives critiques émises par le président américain Donald Trump qui conteste les relèvements de taux, les responsables de la Réserve fédérale restent unis autour de la nécessité de continuer à augmenter le coût du crédit. C'est ce que montre les "minutes" de la dernière réunion de la Fed publiées mercredi.

    Selon le compte-rendu de la réunion des 25 et 26 septembre, tous les responsables de la politique monétaire américaine étaient en faveur d'une hausse des taux d'intérêt et d'une poursuite de la hausse des taux de façon progressive. Il s'agissait de la troisième hausse de taux décidée depuis le début de l'année et cette unanimité à la dernière réunion du Comité de politique monétaire de la Fed pourrait renforcer les anticipations de marché d'une quatrième hausse de taux de la Fed à l'occasion de sa réunion de décembre.

  • Good Morning!

    Bonjour à toutes et à tous! Bienvenue sur le "Market Live" de L'Echo où nous vous informerons en direct des grandes tendances de l'actualité boursière et financière de ce jeudi 18 octobre 2018.

    ©REUTERS

Plus sur Les Marchés

Contenu sponsorisé

Partner content