1. Les marchés
  2. Live blog
live

Wall Street revient de loin | L'Europe en baisse, sauf à Londres

New York profite du retour du dialogue entre la Chine et les USA. Les marchés européens ont reculé, à nouveau inquiétés par le ralentissement de la croissance. Malgré les turbulences du Brexit, Londres a grimpé, les exportateurs britanniques ayant bénéficié du recul de la livre.
  • Le résumé de la séance à Wall Street

    Pliant à l'ouverture sous le poids des grands noms de la distribution, New York semblait repartie pour une séance marquée de rouge. Mais, peu de temps après la fermeture des marchés européens, la tendance baissière s'est retournée. Des rumeurs, bien que démenties plus tard par les Américains, faisaient état d'un réchauffement des relations entre la Chine et les Etats-Unis. Ces derniers seraient prêts à geler la prochaine série de droits de douane qu'ils comptent imposer à la deuxième économie mondiale. Pékin a transmis une réponse aux exigences de Washington, ce qui marque officiellement la reprise du dialogue entre les deux pays. Un rabibochage de bon augure avant la rencontre fin novembre entre le président Trump et son homologue chinois.

    L'information a détendu l'atmosphère à Wall Street. Porté par des techs en grande forme, notamment Apple qui a repris plus de 2%, le Nasdaq a gagné 1,72% alors que le Dow Jones (+0,83%) et le S&P 500 (+0,95%) ont mis un terme à une série de 4 et 5 séances en repli. De quoi faire un peu oublier la mauvaise journée vécue par Walmart (-2,01% sous les 100 dollars).

  • | Closing bell |

    Dow Jones: +0,84%   

    Nasdaq: +1,72%

    S&P 500: +1,07%

    Résultats provisoires

  • Ca se calme entre la Chine et les USA. Wall Street respire

    Le représentant américain au Commerce, Robert Lightizer, a annoncé à des chefs d'entreprise que la prochaine série de droits de douane pour les importations chinoises avait été gelée alors que les négociations bilatérales se poursuivent, rapporte le Financial Times, citant une source non-identifiée. Le président Donald Trump, qui a entrepris de rééquilibrer les échanges commerciaux avec la Chine, a imposé plusieurs trains de droits de douane, qui concernent 250 milliards de dollars (221 milliards d'euros) de produits importés de Chine,et menace d'en taxer 267 milliards de plus afin de contraindre Pékin à faire des concessions. 

    Cette détente des rapports entre les deux premières économies mondiales a soulagé les investisseurs à Wall Street. Le Dow Jones et le S&P 500 ont rejoint le Nasdaq dans le vert à la suite de la publication de cette information qui n'a pas encore été confirmée par les autorités US. Au contraire, le représentant US au Commerce a démenti le gel de la prochaine série de droits de douane pour les produits importés de Chine. 

  • Résumé de la séance en Europe

    Soutenu par les actions des exportateurs bénéficiant de la chute de la livre et par les valeurs minières, l’indice FTSE 100 a résisté à la tendance négative.

    Les craintes pour la croissance économique mondiale ont dominé les échanges boursiers ce jeudi. La démission de plusieurs membres du gouvernement britannique opposés au tout récent projet d’accord de sortie de l’UE a exacerbé les risques liés au Brexit mais cela a paradoxalement profité à la Bourse de Londres.

    Quelques indicateurs conjoncturels ont alimenté les craintes d’un ralentissement de la croissance. En septembre, les exportations de la zone euro ont diminué, tandis qu’aux Etats-Unis, les ventes de détail, hors éléments volatils, ont augmenté moins que prévu, l’activité dans la région de Philadelphie a baissé plus qu’attendu et les inscriptions au chômage ont nettement augmenté la semaine dernière.

    Dans ce contexte qui laisse craindre un nouveau ralentissement économique alors que les risques (Brexit, budget italien, guerre commerciale) persistent, les principaux indices boursiers européens se sont logiquement repliés. À Paris, le Cac 40   a perdu 0,70%. À Francfort, le Dax  a cédé 0,52%. Mais à Londres, le FTSE 100  a gagné 0,06%, la nette baisse du sterling ayant soutenu les exportateurs.

    Parmi les valeurs les plus en vue ce jeudi, EasyJet  a chuté de 6,64% à 1.167 pence, entraînant dans son sillage l’ensemble du secteur aérien. Les compagnies britanniques souffrent de la baisse de la livre sterling qui augmente, pour elles, le coût du carburant dépendant des prix pétroliers libellés en dollar.

    Le retour des inquiétudes au sujet de la croissance économique a affecté le secteur automobile qui avait rebondi la veille. Cette fois, les actions des constructeurs et des équipementiers ont subi des prises de bénéfices. À Paris, Peugeot  a chuté de 5,24% à 19,79 euros et Valeo  a abandonné 3,53% à 25,15 euros. À Francfort, Daimler  a reculé de 2,35% à 51,06 euros et Continental  s’est repliée de 2,37% à 135,95 euros.

    Les craintes pour la croissance économique mondiale ont également affecté le secteur du luxe, traditionnellement touché avant les autres en case d’inquiétudes conjoncturelles. À Zurich, Richemont  a perdu 2,41% à 66,48 francs suisses et Swatch  s’est contractée de 1,88% à 318,70 francs.

  • Sioen: ventes en hausse de 5,2% au troisième trimestre

    Le groupe spécialisé dans les textiles techniques Sioen  fait état d'une croissance de 5,2% de ses ventes nettes au troisième trimestre, dans un communiqué publié après la clôture.

    Le groupe industriel se montre optimiste pour le restant de l'année: "Le carnet de commandes semble prometteur pour le dernier trimestre de 2018, malgré la situation macro-économique incertaine. Les prix des matières premières clés continuent leur tendance à la hausse. Par conséquent, la discipline des prix continue à être notre point d'attention principal."

  • Atenor prudent dans "un climat d'incertitude"

    Dans son rapport sur ses activités au troisième trimestre, Atenor  détaille l'évolution des 18 projets de son portefeuille immobilier représentant un total de 800.000 m².

    Le promoteur immobilier évoque aussi ses perspectives pour le reste de l'année. " La croissance économique au niveau européen connait un léger ralentissement", concède-t-il. "En outre, des facteurs macro-économiques créent un climat d’incertitude. Dans un tel contexte, forte de son implantation internationale, Atenor conserve une très haute sélectivité dans le choix de ses nouveaux investissements."

  • Clôture en Europe

    Bel 20: -0,36% à 3.526,18 points

    AEX: -0,42% à 524,89 points

    Cac 40: -0,70% à 5.033,62 points

    Dax: -0,52% à 11.353,67 points

    FTSE 100: +0,06% à 7.038,01 points

  • Forte volatilité du bitcoin

    Le bitcoin  baisse à nouveau fortement ce jeudi. Après être passée en dessous de 6.000 dollars mercredi, la cryptomonnaie a nettement reculé vers 16h, s'approchant de 5.200 dollars, avant de remonter tout aussi vivement jusqu'à plus de 5.400 dollars. La devise virtuelle est soumise à une volatilité élevée depuis plusieurs jours.

    Bitcoin intraday - 15/11/2018 ©Bloomberg

  • Walmart en baisse, Amazon recule davantage

    Après avoir publié des résultats trimestriels meilleurs que prévu, Walmart  voit néanmoins son cours de Bourse reculer légèrement à Wall Street.

    Le titre Amazon  baisse davantage. Le groupe de vente en ligne est présenté comme l'un des principaux concurrents de Walmart.

    Les ventes de détail, hors éléments volatils, se sont avérées inférieures aux attentes aux Etats-Unis en octobre, selon des statistiques publiées ce jeudi.

  • Wall Street ouvre en baisse

    La Bourse de New York a débuté la séance en territoire négatif. Dans les premiers échanges, le Dow Jones   perd 0,36% et le Nasdaq   cède 0,33%.

  • Le point sur les marchés européens avant l'ouverture de Wall Street

    Les marchés européens sont en légère baisse en milieu d'après-midi. La démission de plusieurs membres du gouvernement britannique après l'annonce d'un accord avec l'Union européenne sur le Brexit est synonyme d'incertitudes, ce qui inquiète certains investisseurs.

    Vers 15h15, l'indice EuroStoxx 50  des plus grandes capitalisations de la zone euro perdu 0,47%. Le Cac 40  parisien cède 0,72%. Le Dax  recule de 0,38%.

    Paradoxalement, le FTSE 100  de la Bourse de Londres ne cède que 0,21%. Pourquoi?

    • La livre sterling cède 1,6% face au dollar  et 1,5% contre l'euro , ce qui bénéficie aux entreprises exportatrices britanniques, bien représentées dans le principal indice du marché britannique. De son côté, l'euro recule à peine face au dollar.
    • Les valeurs minières, également fortement surpondérées dans le FTSE 100, bénéficient de la remontée du prix du cuivre  et d'autres matières premières, grâce à l'évocation de possibles concesssions de la part de la Chine dans le litige qui l'oppose aux Etats-Unis sur le commerce international.
    • Par contre, les valeurs britanniques davantage tournées vers le marché intérieur souffrent nettement plus, comme l'illustre la baisse de 1,25% de l'indice FTSE 250 , qui reprend les plus grandes capitalisations de la Bourse de Londres à l'exception de celles du FTSE 100.

    La crainte des investisseurs est que l'accord sur le Brexit ne reçoivent pas l'assentiment d'une majorité au Parlement britannique. Cet accord passera-t-il? Il y a du pour (faute de vote positif, on risque des élections et l'arrivée du Labour au pouvoir, ce qui devrait inciter les Tories de la Première ministre Theresa May à resserrer les rangs) et du contre (le petit parti nord-irlandais DPU, dont les voix assurent la majorité de May, a dit tout le mal qu'il pensait de l'accord, entre autres).

    En cas de rejet de l'accord, on s'orienterait vers un Brexit désorganisé, ce qui est considéré par les analystes comme très mauvais pour l'économie. La possibilité d'un second référendum (qui déboucherait cette fois sur un vote en faveur du maintien du Royaume-Uni dans l'UE) ne semble actuellement pas prise en compte par les marchés, bien que certains politiciens britanniques l'appellent de leurs voeux.

    Tant qu'un vote n'aura pas lieu au Parlement britannique, l'incertitude semble en tout cas devoir continuer à affecter les places boursières.

  • L'indice Empire State progresse, le Philly Fed baisse

    → L'activité manufacturière dans la région de New York s'est améliorée en novembre contrairement aux attentes, montre l'enquête mensuelle de la Réserve fédérale régionale publiée jeudi.

    L'indice "Empire State" a atteint ce mois-ci 23,3 contre 21,1 en octobre. Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une baisse à 20,0.

    → A l'opposé, la croissance de l'activité économique dans le nord-est des Etats-Unis a ralenti plus fortement que prévu en novembre, montre jeudi l'enquête de conjoncture mensuelle de la Réserve fédérale de Philadelphie.

    L'indice "Philly Fed" a baissé à 12,9 contre 22,2 en octobre; les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un chiffre à 20,0.

    L'indice "Philly Fed" est considéré comme l'un des premiers indicateurs mensuels sur la santé du secteur manufacturier américain.

  • Net rebond des ventes au détail aux Etats-Unis

    Les ventes au détail aux Etats-Unis ont fortement rebondi en octobre grâce au dynamisme du marché automobile et à l'augmentation marquée des achats de matériaux de construction, sans doute liée aux efforts de reconstruction dans les régions frappées par l'ouragan Florence.

    Le département du Commerce a fait état jeudi d'une hausse de 0,8% des ventes au détail totales le mois dernier.

    Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une augmentation de 0,5% des ventes au détail en octobre.

    Sur un an, l'augmentation est de 4,6%.

    Hors automobiles, essence, matériaux de construction et services alimentaires, les ventes au détail ont progressé de 0,3% le mois dernier. Cette définition est la plus proche de la composante de la consommation des ménages entrant dans le calcul du produit intérieur brut (PIB).

  • J.C Penney : -12%

    J.C. Penney a abaissé jeudi sa prévision de chiffre d'affaires annuel, après avoir fait état de ventes trimestrielles inférieures aux attentes, ce qui provoque une chute du titre en Bourse.

    L'action de la chaîne américaine de magasins, qui a également annulé son objectif de bénéfice sur l'exercice en cours, lâchait 12% à 1,10 dollar dans les échanges d'avant-Bourse à Wall Street.

  • Wall Street se prépare à une ouverture en hausse

    Wall Street est attendue en légère hausse et pourrait regagner une partie du terrain cédé la veille.

    Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en hausse d'environ 0,4% pour le Dow Jones et le Standard & Poor's 500, et de 0,6% pour le Nasdaq.

    Mercredi, le Dow a cédé 0,81%, le S&P 500 0,76% et le Nasdaq Composite 0,9%, le repli des valeurs financières se conjuguant à celui des technologiques.

  • "Le désendettement est une priorité chez AB InBev"

    Le secteur des boissons et de l'alimentation est un des secteurs qui performent le mieux en Europe, grâce à Diageo , qui bénéficie du plongeon de la livre sterling, et d'AB InBev qui profite de l'annonce hier du rachat pour l'équivalent de 2,5 milliards de dollars d'emprunts obligataires.

    "La hausse de Diageo est certainement dû à l’effondrement de la livre sterling: fuyez tout ce qui touche Royaume-Uni", écrit Jonathan Fyfe, analyste chez Mirabaud en réponse à une question de Bloomberg.

    "La hausse d’AB InBev reflète probablement leur décision du jour au lendemain de rembourser certaines dettes", ajoute l'analyste.

    Cette annonce montre que le désendettement est la priorité du groupe brassicole, selon CreditSights.

    Le compartiment "Food & Beverage" gagne 0,59%, Diageo 2,84% et AB InBev 2,18%.

  • Walmart affirme qu'il fera mieux que prévu sur l'année

    Le géant de la distribution Walmart a publié des résultats du troisième trimestre meilleurs que prévu et indiqué qu'il fera mieux sur l'ensemble de l'année que ce qu'il envisageait grâce à l'excellente santé de l'économie américaine.

    Au troisième trimestre, Walmart a enregistré un bénéfice net de 1,7 milliard de dollars en baisse de 2,2% mais un chiffre d'affaires meilleurs qu'attendu par les analystes à 124,9 milliards de dollars en hausse de 1,4% par rapport au 3T de l'exercice clos en janvier.

    Le bénéfice par action est ressorti à 1,08 dollar au 3T soit 7 cents de mieux que ce qu'attendait Wall Street.

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    Apple, JPMorgan, Walmart...

    * APPLE - Après avoir perdu 8,64% sur une semaine en raison de plusieurs avertissements sur résultats de ses fournisseurs, le titre Apple pourrait à nouveau reculer à l'ouverture en raison de l'abaissement de la prévision de chiffre d'affaires d'un autre de ses fournisseurs, AMS pour le quatrième trimestre.

    * WALMART - Le distributeur américain a affirmé qu'il fera mieux que prévu sur l'année après un 3T supérieur aux attentes.

    * 3M a dévoilé jeudi ses prévisions financières pour 2019 et les cinq prochaines années. Il table pour l'an prochain sur une croissance comprise entre 1% et 3% de son chiffre d'affaires et attend une progression de 8% à 11% de son bénéfice par action sur les cinq ans à venir.

    * CISCO SYSTEMS a publié mercredi un chiffre d'affaires et un bénéfice trimestriels supérieurs aux attentes de Wall Street, soutenus à la fois par ses activités historiques d'équipements de réseaux et par les relais de croissance que sont la cybersécurité et les logiciels. Le titre prend 5% à 46,50 dollars en avant-Bourse.

    * FACEBOOK - Le représentant démocrate David Cicilline, qui devrait prendre en janvier la tête d'un panel de la commission judiciaire de la Chambre des représentants, a déclaré mercredi qu'il ne fallait plus faire confiance à Facebook pour s'autoréguler et a appelé à des mesures du Congrès américain.

    * NETAPP - Le spécialiste des équipements de stockage de données a dépassé les attentes en matière de chiffre d'affaires sur le dernier trimestre clos mais cédait 5% dans les transactions hors séance après une prévision de chiffre d'affaires pour le trimestre en cours jugée décevante.

    * JPMORGAN, ORACLE, TRAVELERS - BERKSHIRE HATHAWAY, le conglomérat dirigé par Warren Buffett, a annoncé mercredi soir avoir pris des participations dans JPMorgan pour 4,02 milliards de dollars au 30 septembre, dans Oracle (pour 2,13 milliards) et dans Travelers (pour 460 millions).

    * VISA, WORLDPAY, PAYPAL, SQUARE - Barclays entame le suivi de ces titres à "surpondérer".

  • Le point sur les marchés

    Les tensions sur le Brexit pèsent | Le sterling plonge | Warning d'AMS

    1. Les principales bourses européennes évoluent en légère baisse en Europe, avec un indice Stoxx 600 en repli de 0,45% et un indice Euro Stoxx 50 qui cède 0,25%, pénalisées par le retour de l'aversion au risque avec les difficultés de Theresa May concernant le projet d'accord sur le Brexit.

    2. Francfort est stable (+0,03%) tout comme Bruxelles (-0,02%) tandis que Paris lâche 0,33% et Amsterdam 0,32%. A Londres, le Footsie gagne 0,21%, soutenu par le plongeon de la livre sterling.

    3. Le sterling s'est retourné à la baisse face au dollar après l'annonce de la démission de Dominique Raab et celle, par le parti unioniste nord-irlandais DUP, d'un vote "assurément" contre le projet d'accord de Brexit trouvé avec l'Union européenne. La devise britannique perd 1,65% à 1,2777 dollar et 1,38% face à l'euro.

    4. Les difficultés de Theresa May relègue au second plan un signal encourageant sur le front commercial. Les Etats-Unis et la Chine ont en effet repris leurs négociations de haut niveau sur le commerce, a confirmé jeudi le porte-parole du ministère chinois du Commerce, sans donner plus de précisions.

    5. Le dollar prend 0,46% face à un panier de devises de référence mais la tendance pourrait évoluer avec la publication de plusieurs statistiques, à 14h30, dont les inscriptions au chômage et les ventes au détail aux Etats-Unis.

    6. En Bourse, pratiquement tous les secteurs européens sont en baisse.  Le secteur automobile, qui aurait pu profiter de l'accalmie sur le front commercial, abandonne 2,19%, lesté par un abaissement de recommandation à "vendre" de Citigroup sur le constructeur allemand Daimler (-3%).

    7. Le fabricant autrichien de semi-conducteurs AMS a abaissé de 15% sa prévision de chiffre d'affaires pour le trimestre en cours, évoquant une modification de la demande d'un important client. Cette annonce a entraîné à l'ouverture une baisse de 10,5% pour le fournisseur d'Apple. Le titre est depuis repassé dans le vert (+5%).

    8. A Paris, le titre Bouygues signe l'une des plus fortes progressions du CAC 40 (+0,8%) après avoir publié des résultats sur neuf mois supérieurs aux attentes et dit que son activité télécoms n'était pas àvendre.

    9. A Bruxelles, le marché est partagé entre les progressions de Nyrstar (+30,26% à 0,90 euro), EVS (+6,72%) et Bekaert (+4,5%) et les replis de MDxHealth (-12%) et d'Intervest (-9,9%)

  • Soyez notre nouvel investisseur gagnant

    L’Echo lance une nouvelle édition de son concours, le Rallye Boursier. Venez y participer entre le 19 novembre et le 25 janvier et tentez de remporter un des nombreux prix.



  • L'enthousiasme pour Bekaert s'estompe

    L'enthousiasme pour les résultats trimestriels de Bekaert s'estompe : le titre cède l'ensemble de ses gains de la matinée pour pointer à l'équilibre à 20,52 euros après avoir gagné jusqu'à 9,26% à 22,42 euros en matinée.

  • La livre sterling creuse ses pertes

    La livre sterling creuse ses pertes près l'annonce de la démission du ministre britannique chargé du Brexit, Dominic Raab, qui accentue la pression sur la première ministre Theresa May au lendemain d'une réunion de son cabinet qui a approuvé l'accord technique entre Londres et l'Union européenne sur le Brexit.

    La livre sterling chute de 1,76% contre la devise américaine à 1,2763 dollar et 1,53% contre l'euro à 1,1314.

    La devise britannique avait terminé en hausse mercredi après l'annonce par Theresa May qu'elle avait obtenu le soutien de ses principaux ministres sur l'accord négocié avec Bruxelles en vue du Brexit.

  • Berkshire investit dans JPMorgan et Oracle, vend du Sanofi

    Berkshire Hathaway, le conglomérat dirigé par le milliardaire Warren Buffett, s'est renforcé dans le secteur financier américain, annonçant une participation de 4,02 milliards de dollars (3,55 milliards d'euros) dans JPMorgan Chase & Co et de nouveaux investissements dans PNC Financial Services Group et Travelers Companies, ainsi qu'une part du capital d'Oracle.

    Ces nouveaux investissements ont été dévoilés mercredi dans un avis boursier détaillant les participations cotées de Berkshire au 30 septembre, après un trimestre où le conglomérat aura dépensé 17,7 milliards de dollars en achats d'actions.

    Le conglomérat a également accru ses parts dans Bank of America et dans Goldman Sachs.

    Coté cessions, Berkshire a cédé des participations dans le distributeur américain Walmart, le laboratoire pharmaceutique français Sanofi et le groupe énergétique américain Phillips 66.

     

    "Au moment où les investisseurs, nerveux, redoutent la fin de l'embellie économique, Buffett achète les actions des banques, des titres particulièrement sensibles à la conjoncture L'initiative du milliardaire donne à penser qu'il ne faut pas s'inquiéter d'une éventuelle correction".
    Bill Smead
    Patron de Smead Capital Management

  • Boostez le rendement de vos placements...

    ... en participant à Finance Avenue ce samedi 17 novembre, le plus grand salon (gratuit) de l’argent pour les épargnants et les investisseurs. Des experts nationaux et internationaux vous donneront des conseils en or pour vos investissements.

  • Le ministre du Brexit démissionne...

    ... les marchés réduisent leurs gains, à +0,51% pour le Bel20, +0,25% pour le Dax, +0,10% pour le Cac40.

    L'indice paneuropéen DJ Stoxx 600 perd 0,14%.

    La Bourse de Londres conserve ses gains et gagne 0,46%.

    La livre sterling part à la baisse face au dollar, perdant 1,15% à 1,2843.

    Le rendement du Gilt à 5 ans perd plus de 11 points de base à 0,957%.

    Le ministre britannique chargé du Brexit, Dominic Raab, a annoncé jeudi sur twitter qu'il démissionnait à son tour du gouvernement de Theresa May, ne pouvant accepter le feu vert de cette dernière au projet d'accord sur le retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne.

  • Sur EVS...

    L'action EVS grimpe fortement, en raison des résultats publiés par l'entreprise ce matin.

    L'analyste Guy Sips de KBC Securities est content des résultats. Après un début d'année particulièrement mauvais, il constate une amélioration. "EVS a vu ses coûts baisser au troisième trimestre", déclare Sips. "Le point positif est que la société a pu conclure des accords commerciaux pour ses produits de base et ses nouveaux produits."

    Sips s'attend à une bonne fin d'année. Après tout, le carnet de commandes est plus élevé que prévu. Il maintient son conseil d'accumuler le titre et un objectif de cours de 26 euros, alors que le programme de rachats d'actions de 10 millions d'euros devraient supporter supporter le titre.

    Sips s'attend à ce que des questions soient posées au sujet de l'entrée de son rival Evertz dans la capital lors de la téléconférence prévue plus tard en journée. EVS a déclaré que des contacts avaient eu lieu, comme avec chaque actionnaire déclaré qui prend une participation dans l'entreprise. Le board d'EVS suit la situation de près.

  • Voici le briefing actions belges

  • Londres en hausse après les progrès sur le Brexit

    La Bourse de Londres gagnait du terrain jeudi matin (+0,48%), grâce au secteur des matières premières et au lendemain de la validation par Londres d'un projet d'accord sur le Brexit.

  • Le point à l'ouverture des marchés

    Les Bourses européennes en hausse après les progrès sur le Brexit

    Les indices actions européens progressent en début de matinée, les marchés repartant de l'avant après la validation par Londres d'un projet d'accord avec Bruxelles sur le Brexit, malgré des incertitudes politiques persistantes.

    Bruxelles gagne 0,88%, Francfort 0,57%, Paris 0,53% et Amsterdam 0,26%. L'indice paneuropéen Euro Stoxx 50 engrange 0,37% et le Stoxx 600 0,26%.

    "Le marché reste fébrile puisqu'il existe encore de nombreuses incertitudes concernant la réaction de la Commission européenne face à l'obstination de l'Italie", a averti toutefois Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque.

    Le gouvernement populiste italien, sommé par la Commission européenne de revoir son budget pour 2019, l'a maintenu inchangé, prenant le risque de sanctions financières, dont la mise en oeuvre reste néanmoins assez hypothétique.

    Mais surtout, il subsiste de nombreuses interrogations "à propos de la capacité de Theresa May à regrouper l'intégralité du parti conservateur (...) derrière le plan négocié avec Bruxelles", a ajouté M. Dembik.

    Après avoir obtenu de haute lutte mercredi l'aval de son gouvernement au projet, la Première ministre britannique Theresa May va s'employer à convaincre le Parlement alors que ce projet suscite un grand scepticisme et une mutinerie dans son propre camp.

    Dans ce contexte, les acteurs de marché prêteront une oreille attentive au discours de Peter Praet, chef économiste de la Banque centrale européenne (BCE), qui s'exprimera en début d'après-midi lors d'un forum à Bruxelles.

    En matière de valeurs,

    • Bouygues grimpait de 3,20% à 33,59 euros, profitant d'une progression de son bénéfice net sur les neuf premiers mois de l'année.

    • AMS AG cède 5,74%. Le fournisseur d'Apple a lancé un avertissement sur résultats, évoquant une modification de la demande d'un client important.

    • K+S gagne 4,03%, parmi les meilleurs progressions de l'indice DJ Stoxx 600. Le premier producteur mondial de sel et cinquième de potasse, a abaissé son objectif de bénéfice annuel pour la deuxième fois de l'année, le groupe allemand soulignant qu'une grave sécheresse avait pesé sur la production de son principal réseau de mines au troisième trimestre.

  • AMS: -9%

    AMS, un fournisseur d'Apple, baisse de près de 9% à l'ouverture, après avoir abaissé de 15% sa prévision de chiffre d'affaires au quatrième trimestre, évoquant une modification de la demande d'un important client.

    Son concurrent STMicro lâche près de 3%.

  • EVS : +17%

    EVS bondit de 16,67% à 23,45 euros en début de séance, après la publication de ses résultats trimestriels (voir post de 8h48).

  • | Opening Bell |

    Les indices actions européens repartent de l'avant à l'ouverture, après la validation par Londres d'un projet d'accord avec Bruxelles sur le Brexit, malgré des incertitudes politiques persistantes.

    • Bruxelles: +0,57%
    • Amsterdam: -0,13%
    • Francfort: +0,37%
    • Paris: +0,44%
    • DJ Stoxx 600: +0,16%

  • KBC surprend les analystes

    Les analystes tablaient sur un résultat net en recul. Les chiffres trimestriels de KBC leurs donnent tort. La machine du bancassureur continue de tourner à plein régime.

    KBC a réussi à augmenter son bénéfice net au troisième trimestre. Il s’élève à 701 millions d’euros, soit une augmentation de 1% et 24 millions d’euros de plus que prévu. Les revenus du groupe sont de 1,89 milliard d'euros, ce qui est également légèrement supérieur aux prévisions de 1,86 milliard d'euros.

    La marge d'intérêt s'est améliorée. Le bancassureur a gagné 2%, soit environ 100 millions d’euros de plus, grâce à cette activité de base, à savoir la levée de fonds et l’octroi de prêts. Les revenus tirés des activités de trading ont également continué à progresser, malgré les marchés boursiers décevants des derniers mois. Les analystes s’attendaient à une baisse de 1,8% des revenus.

    Notre article

  • EVS redresse la barre

    La société technologique liégeoise EVS a vu son résultat net presque doubler et affiche un carnet de commandes qualifié de record. Elle poursuit son programme de rachat de ses propres actions.

  • Bekaert fait mieux qu'attendu

    Bekaert a généré, à l’issue du troisième trimestre, un chiffre d’affaires consolidé de 1,070 milliard d’euros, en hausse de 10% d’une année sur l’autre et supérieur aux attentes des analystes. L’Amérique du Nord et l’Amérique latine affichent une croissance à deux chiffres : 19% pour la première et 16% pour la seconde.

    Le tréfileur courtraisien maintient ses prévisions pour l'ensemble de l'année.

  • Warning d'AMS, un fournisseur d'Apple

    Le fabricant autrichien de semi-conducteurs AMS , fournisseur d'Apple , a abaissé de 15% sa prévision de chiffre d'affaires pour le quatrième trimestre, évoquant une modification de la demande d'un important client.

    L'action AMS, cotée à la Bourse de Zurich, est attendue en baisse de 10% jeudi à l'ouverture.

  • Valse de CFO chez Ontex et Bekaert

    Jacques Purnode, actuel directeur financier d’Ontex démissionnera le 31 décembre de cette année, explique l'entreprise dans un communiqué de presse. Purnode part à la pension. Charles Desmartis lui succèdera. Charles Desmartis a été CFO chez Axalto, Gemalto et Europcar. Son dernier rôle était celui de PDG du Carrefour au Brésil.

    Chez Bekaert , la CFO Beatriz Garcia-cos Muntañola quitte l'entreprise avec effet immédiat. Frank Vromant lui succède temporairement.

  • Raymond James flashe sur Galapagos

    Le broker américain Raymond James flashe sur l'action Galapagos , initiant le suivi de l'ADR de la biotech avec une recommandation "achat fort". L'objectif de cours de 157 dollars implique une hausse de 52% par rapport au dernier cours de clôture.

  • MDxHealth dégradé par Berenberg

    L'analyste Michael Ruzic-Gauthier de Berenberg dégrade MDxHealth à "conserver" contre "acheter". L'objectif de cours est réduit à 1,85 euros contre 5,75 euros, ce qui laisse encore une marge de progression de 11% de l'action par rapport au dernier cours de clôture.

  • "L'accent sera mis sur les chiffres des ventes au détail, qui donneront une idée de l'évolution de la consommation privée, principale composante de la croissance économique américaine".
    Junichi Ishikawa
    Responsable de la stratégie changes chez IG Securities

  • Briefing d'avant Bourse

    Modeste baisse en vue | Espoir pour le conflit commercial sino-américain | Les ventes au détail US à l'agenda

    1. Les principales Bourses européennes sont attendues sans grand changement à l'ouverture, la prudence restant de mise en dépit d'un signal encourageant sur le front commercial entre la Chine et les Etats-Unis.

    2. D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien et le Dax à Francfort pourraient perdre 0,07% à l'ouverture et le FTSE à Londres 0,1%.

    3. Pékin a transmis par écrit sa réponse aux demandes de Washington pour une vaste réforme du commerce, ont dit à Reuters trois sources de l'administration américaine, une démarche qui pourrait permettre d'ouvrir des négociations visant à mettre fin au conflit commercial entre les deux puissances économiques.

    4. Ce signal encourageant permet au marché actions chinois de grimper. L'indice SSE composite de la Bourse de Shanghai prend 1,01% et l'indice CSI 300 des grandes capitalisations de Chine continentale gagne 0,86%.

    5. La Bourse de New York a fini en baisse entre 0,8% et 0,9%, pénalisée par le recul des valeurs financières face à la volonté affichée de la nouvelle majorité démocrate de la Chambre des représentants de durcir la réglementation bancaire. L'indice S&P des valeurs financières a cédé 1,38%.

    6. Autre source d'inquiétude à Wall Street, le repli de 2,38% du géant Apple qui a ainsi enregistré sa cinquième baisse consécutive, le groupe semblant incapable d'inverser le mouvement de défiance déclenché par les avertissements sur résultats de plusieurs de ses fournisseurs.

    7. Sur le marché des changes, le dollar est proche de l'équilibre (+0,02%) face à un panier de devises de référence mais la tendance pourrait évoluer avec la publication de plusieurs statistiques, à 14h30, dont les inscriptions au chômage et les ventes au détail aux Etats-Unis.

    8. Le sterling avance de 0,18% face au dollar, après que Theresa May a obtenu le soutien de ses principaux ministres sur le projet d'accord entre l'Union européenne et Londres sur le Brexit.

    9. Les cours du Brent et du brut léger américain abandonnent environ 0,2% au lendemain d'un important rebond à la suite des informations de Reuters faisant état de discussions entre l'Opep et ses alliés en vue de réduire leur production.

  • Le marché automobile européen a reculé de 7,4% en octobre

    Le marché automobile européen a reculé de 7,4% en octobre sur un an, après une chute de 23,4% en septembre, montrent les données publiées jeudi par l'Association des constructeurs européens d'automobiles (ACEA), qui évoque toujours les conséquences de l'entrée en vigueur de normes antipollution plus strictes.

    Le nombre de véhicules immatriculés a atteint 1.118.859 dans les pays de l'Union européenne et ceux de l'Association européenne de libre-échange (Islande, Norvège et Suisse), contre 1.207.772 en octobre 2017.

  • "Varian n'aura pas un meilleur produit qu'IBA"

    Bien que le marché global ait été plus lent que les années précédentes, IBA a bien progressé au cours des neuf premiers mois de l’année en renforçant son statut de leader mondial du marché de la protonthérapie, a indiqué ce matin la société de Louvain-La-Neuve dans sa déclaration intermédiaire du troisième trimestre 2018.

    IBA est actuellement impliqué dans 21 projets, ce qui est considérablement plus que toute autre entreprise du secteur.

    L'entreprise wallonne réitère ses perspectives pour l'exercice 2018 de générer un REBIT et un résultat net après impôt positifs.

    A propos du concurrent américain Varian, Olivier Legrain, CEO d'IBA, a tenu à souligner qu'il y avait "eu beaucoup d’émotion, suite à une annonce qui à mon avis, a été mal interprétée par un analyste. Ceux qui ont assisté à notre capital market day savent qu’il s’agit d‘une simple annonce d’un nouveau produit par Varian. Cela ne veut pas dire que Varian a un nouveau produit ou qu’ils sont en passe d’avoir un meilleur produit qu’IBA. Que du contraire".

  • Tokyo limite ses pertes après des achats de dernière minute

    La Bourse de Tokyo, qui avait ouvert sur un recul prononcé jeudi à cause du déclin de Wall Street, a fini sur un recul très modéré, aidée par des achats de dernière minute entraînés par la relative bonne tenue d'autres places asiatiques.

    La tendance a été pénalisée par le repli des valeurs bancaires après des prévisions annuelles décevantes et la baisse du secteur financier américain mercredi à Wall Street.

    → L'indice Nikkei des 225 valeurs vedettes a perdu 0,20% (-42,86 points) à 21.803,62 points.
    → L'indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau a lâché 0,14% (-2,29 points) à 1.638,97 points.

  • Biocartis ajuste ses prévisions

    La société de biotechnologie Biocartis spécialisée dans le diagnostic médical signale qu’au troisième trimestre elle a enregistré une croissance solide du nombre d’Idylla installés. L’Idylla est un mini-labo de diagnostic qui fonctionne avec des cartouches en fonction des maladies. Les prévisions pour l’ensemble de l’année passent à 300 nouveaux appareils installés contre le haut d’une fourchette comprise entre 250 et 275 avant.

    En ce qui concerne les cartouches, le volume sur les neuf premiers mois a doublé d’une année sur l’autre. Les prévisions pour l’ensemble de l’année sont ramenées à 130.000-135.0000 unités, soit une augmentation de 90% d’une année sur l’autre. Lors de la publication de ses résultats semestriels, Biocartis visait un doublement des ventes.

    A la fin du troisième trimestre, les liquidités de Biocartis atteignaient 81 millions d’euros. La guidance pour la position de cash à la fin de l’année tourne maintenant autour de 55 millions d’euros.  

  • A suivre ce jeudi 15 novembre

    → ECONOMIE / FINANCE

    Chine
    • Prix immobiliers / octobre

    Etats-Unis
    • 14h30 Ventes au détail / octobre
    • 14h30 Indice d'activité "Philly Fed" / novembre
    • 14h30 Indice manufacturier "Empire State" / novembre
    • 16h Stocks des entreprises / septembre

    Royaume-Uni
    • 10h30 Ventes au détail / octobre

    Zone euro
    • 8h Immatriculations automobiles en Europe / octobre
    • 11h Balance commerciale / septembre

    ENTREPRISES

    Belgique

    • Aperam: cotation ex-dividende de 0,45 euro brut

    Résultats trimestriels de :
    • Atenor
    • Bekaert
    • Biocartis
    • Care Property Invest
    • EVS
    • IBA
    • KBC
    • Kinepolis
    • Sioen

    • Intervest Offices & Warehouses / Augmentation de capital de 100 millions d'euros au prix de 18,50 euros par action nouvelle. Sept droits d’allocation irréductibles (représenté par le coupon n° 20) donnent le droit de souscrire à deux actions nouvelles. Souscription possible du 15 au 26 novembre.

    Etats-Unis
    • Walmart / résultats du T3

  • Bonjour à toutes et tous!

    Bienvenue sur le "market live" de L'Echo, l'observatoire idéal pour ne rien rater de cette séance de Bourse du jeudi 15 novembre.

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés