1. Les marchés
  2. Live blog
live

Les USA ont créé beaucoup moins d'emplois que prévu: Wall Street sans direction, le dollar chute

La Bourse US a terminé en ordre dispersé ce vendredi, les opérateurs digérant facilement la déception pourtant marquée des créations d'emplois aux Etats-Unis en août. Les marchés européens ont quant à eux terminé dans le rouge. En réaction, le dollar s'enfonce dans le rouge face à l'euro.
  • À suivre ce lundi 6 septembre

    C'est ici que se termine ce live, merci à tous de nous avoir suivis. Lundi, Atenor et Bois Sauvage publieront leurs résultats après-bourse. Les marchés américains seront fermés. Début également du salon automobile allemand (IAA).

  • Wall Street perplexe après le rapport sur l'emploi

    La Bourse de New York a fini ce vendredi en ordre dispersé en raison de la perplexité des investisseurs face à la situation économique aux Etats-Unis, avec à la fois un net ralentissement des créations d'emplois et une hausse des salaires susceptible de provoquer de l'inflation. Le Dow Jones a cédé 0,21% à 35.369,09 points. Le S&P 500 a fini quasiment stable avec un recul de 0,03% à 4.535,43 points. Le Nasdaq a gagné de son côté 0,21% à 15.363,52 points, un record de clôture. Sur la semaine, le Dow a reculé de 0,24% alors que le S&P 500 a pris 0,58% et le Nasdaq 1,55%.

    Le rapport mensuel du département du Travail publié avant l'ouverture de la séance a montré que l'économie américaine n'avait créé que 235.000 emplois non-agricoles le mois dernier, un chiffre plus de trois fois inférieur aux attentes qui confirme une détérioration de la dynamique de reprise économique. Mais ce rapport a aussi fait état d'une hausse plus forte que prévu des salaires, susceptible d'alimenter l'inflation. Cette double évolution devrait compliquer la tâche de la Réserve fédérale au moment où ses responsables débattent de l'opportunité de réduire son soutien à l'économie.

    Si les doutes sur la vigueur de la reprise économique ont pesé sur le Dow et dans une moindre mesure le S&P, avec des reculs marqués pour les valeurs sensibles à la conjoncture comme les croisiéristes tels Royal Caribbean Cruises (-4,22%), la perspective de la prolongation d'un environnement de taux d'intérêt bas a soutenu les valeurs technologiques et donc le Nasdaq. Parmi les valeurs entourées, Didi a pris 2,38% à la suite d'une information de Bloomberg selon laquelle la municipalité de Pékin souhaiterait voir les pouvoirs publics chinois prendre le contrôle du spécialiste local des VTC, ce qui, pour les investisseurs, permettrait de clarifier la situation du groupe.

  • Les marchés US terminent sans direction

    Le Dow Jones a perdu 0,21% à 35.369,09 points.

    Le Nasdaq a gagné 0,21% à 15.363,52 points.

    Le S&P 500 a cédé 0,03% à 4.535,43 points.

  • Le pétrole se replie, l'impact du variant Delta sur l'économie inquiète

    Les cours du pétrole ont reculé ce vendredi, à l'issue d'une séance davantage marquée par les craintes d'un ralentissement de l'économie que par les nouvelles du secteur (réunion Opep et ouragan Ida) qui avaient capté l'attention du marché en début de semaine.

    Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre a clôturé, à Londres, en baisse de 0,57% ou 42 cents par rapport à la veille, à 72,61 dollars. A New York, le baril de WTI américain pour octobre a lui cédé 1% ou 70 cents, à 69,29 dollars.

  • Clôture des marchés européens

    AEX -0,48%

    BEL 20 -0,75%

    CAC 40 -1,08%

  • USA: croissance ralentie dans les services en août

    La reprise de l'activité du secteur des services aux Etats-Unis a ralenti en août, montrent les résultats de l'enquête mensuelle de l'Institute for Supply Management (ISM), qui suggèrent toutefois aussi une diminution des tensions sur les chaînes d'approvisionnement et une détente des prix. L'indice d'activité ISM est revenu à 61,7 après avoir atteint 64,1 en juillet, son plus haut niveau historique.

    Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un chiffre de 61,5.

    • Le sous-indice mesurant l'évolution des délais de livraison a reculé à 69,6 après 72,0 et celui des prix payés par les entreprises de services est revenu à 75,4 après être monté en juillet à 82,3, son plus haut niveau depuis près de 16 ans. 
    • L'enquête ISM montre aussi une poursuite des recrutements mais à un rythme légèrement moins soutenu, le sous-indice de l'emploi reculant à 53,7 après 53,8.

  • Kraft Heinz sanctionné pour avoir artificiellement gonflé ses réductions de coûts

    Le géant de l'agro-alimentaire Kraft Heinz  va payer 62 millions de dollars au gendarme américain de la Bourse, la SEC, pour avoir artificiellement gonflé ses réductions de coûts afin de présenter une meilleure image financière aux investisseurs. La SEC reproche au groupe connu pour les ketchups Heinz, les fromages Philadelphia ou la moutarde Grey Poupon, d'avoir, entre 2015 et 2018, fait plusieurs opérations comptables douteuses pour réduire artificiellement le coût des biens vendus.

    La société "a ensuite vanté ces prétendues économies auprès des acteurs du marché, ce qui a été largement couvert par les analystes financiers", ajoute la SEC. Ses tours de passe-passe comptables lui ont aussi permis de présenter un bénéfice ajusté avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissements (ebitda), un indicateur important de rentabilité pour les investisseurs, plus élevé qu'en réalité.

  • | OPENING BELL |

    Wall Street ouvre en baisse: Dow Jones -0,19%, S&P 500 -0,11%  et Nasdaq -0,04%

  • L'emploi US plombe les marchés européens | Le rendement du 10 ans US progresse | Wall Street indiquée à l'équilibre

    Les marchés européens creusent leurs pertes, en réaction aux données de l'emploi US. L'Euro Stoxx 50 cède 0,42% et le Stoxx 600 perd 0,34%, contre des reculs respectifs de 0,24% et de 0,19% avant la statistique.

    Sur le marché obligataire, le rendement du 10 ans US monte à 1,322% contre 1,1294% peu avant 14h30, les traders réagissant à la hausse du salaire horaire moyen.

    Quant à Wall Street, les contrats à terme laissent désormais entrevoir une ouverture hésitante et proche de l'équilibre.

  • Le dollar en net recul après les données de l'emploi US

    Le dollar recule nettement face à l'euro après des créations d'emploi nettement inférieures aux attentes aux Etats-Unis.

    La monnaie européenne cote 1,1891 dollar par euro, en hausse de 0,13%, contre 1,1874 avant la publication de la statistique.

     

  • Les créations d'emplois aux États-Unis nettement inférieures aux attentes

    Les créations d'emplois aux États-Unis ont atteint 235.000 unités en août, alors que le consensus Reuters tablait sur 750.000 postes créés (avec un minimum à 375.000 et un maximum à 1,027 million), après 943.000 en juillet.

    Le taux de chômage s'établit à 5,2%, conforme aux attentes, contre 5,4% un mois avant.

    Le salaire horaire moyen a accéléré et augmenté de 0,6% en août en rythme mensuel, contre +0,4% la période précédente. Le consensus tablait sur +0,3%.

  • Singapour, première place boursière en Asie à autoriser les Spacs

    La Bourse de Singapour a autorisé le lancement de Spacs (société d'acquisition à vocation spécifique), devenant la première place financière asiatique à adopter un instrument financier vu comme plus rapide et bon marché pour entrer en bourse.

    Un Spac ou "Special Purpose Acquisition Company" en anglais, est une entreprise sans activité commerciale et dont le but est de lever des fonds en entrant sur une place boursière.

    Ce cadre "va offrir aux entreprises une voie alternative pour lever des capitaux avec plus de certitude sur le prix et l'exécution", a noté Tan Boon Gin, directeur exécutif de la Bourse de Singapour, dans un communiqué publié jeudi.

    Il a espéré que des sociétés de qualité choisiront cette voie pour être cotées à la Bourse de Singapour et fourniront "aux investisseurs plus de choix et d'opportunités".


  • Didi Global: +8% en avant-bourse

    La municipalité de Pékin envisage d'entrer au capital du groupe chinois de VTC, Didi Global Inc. , visé par une enquête sur la cybersécurité, rapporte vendredi Bloomberg News. Le titre a gagné jusqu'à 7,8% dans les échanges en avant-bourse avant de ralentir sa progression à 4,3%.

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    * AMAZON prévoit de lancer son propre téléviseur, en cours de production par des entreprises externes (dont le groupe chinois TCL), aux États-Unis dès le mois d'octobre, a rapporté Business Insider jeudi.

    * BROADCOM prévoit d'enregistrer au quatrième trimestre un chiffre d'affaires supérieur aux attentes du marché à la faveur de la demande pour ses semi-conducteurs liée à la technologie 5G et à la transition vers le travail hybride, alliant le travail au bureau et à distance.

    * JD.COM - La filiale immobilière du groupe de ventes en ligne a fait une offre pour racheter environ 26% du capital de China Logistics Property Holdings auprès de son principal actionnaire pour environ 3,99 milliards de dollars de Hong Kong (432 millions d'euros).

    * HEWLETT PACKARD ENTERPRISE a relevé son objectif annuel de bénéfice net et annoncé la reprise d'un programme de rachat d'actions

  • Update | Le point sur la tendance boursière

    Wall Street est, pour l'instant, attendue en légère hausse alors que les bourses européennes hésitent dans l'attente des chiffres mensuels de l'emploi aux États-Unis, l'un des facteurs déterminants de la politique monétaire de la Réserve fédérale, inconnue n°1 des marchés.

    Les contrats à terme sur les principaux indices new-yorkais préfigurent à ce stade une progression de 0,17% pour le Dow Jones, comme pour le Standard & Poor's 500, et de 0,11% pour le Nasdaq. Ces deux derniers ont encore inscrit des records de clôture jeudi, profitant, entre autres, de la hausse des valeurs de l'énergie.

    Côté européen, l'EuroStoxx 50 est en baisse de 0,21% et le Stoxx 600 de 0,17%.

    Paris perd 0,42%, Bruxelles glisse de 0,29%, Amsterdam de 0,13%, tandis que Francfort gagne 0,14%.

    Les créations d'emplois aux États-Unis devraient avoir diminué en août, selon le consensus Reuters, qui table sur 750.000 postes créés après 943.000 en juillet.

  • L'euro se stabilise face à un dollar affaibli avant l'emploi US

    L'euro se stabilise face au dollar, après avoir atteint un plus haut depuis un mois, au moment où les cambistes craignent qu'un rapport sur l'emploi américain décevant ne pèse sur la politique monétaire de la Fed.

    L'euro cède 0,03%, à 1,1870 dollar pour un euro. Plus tôt dans la séance, l'euro est monté à 1,1884 dollar, un plus haut depuis un mois.

    "La faiblesse du dollar amorcée vendredi dernier par le discours de Jerome Powell", président de la Banque centrale américaine (Fed) qui s'est montré plus prudent que prévu, "a continué depuis mercredi avec un rapport ADP sur l'emploi décevant", rappelle Derek Halpenny, analyste chez MUFG.

  • "Le retour à un niveau d'avant-crise sur le marché automobile allemand n'est toujours pas en vue"

    Le marché automobile allemand a connu en août une nouvelle baisse, dans un contexte de pénuries de puces électroniques qui plombe la reprise du secteur, selon des chiffres officiels publiés ce vendredi.

    Au total, 193.307 voitures neuves ont été immatriculées dans le pays le mois dernier, soit une chute de 23% par rapport au mois d'août 2020, selon l'Agence fédérale de l'automobile KBA.

    Il s'agit du deuxième mois consécutif en baisse, après un mois de juillet à -25%.

    La production a plongé, quant à elle, de 32% en août, à 133.600 unités, selon la fédération du secteur VDA.

    "Le retour à un niveau d'avant-crise sur le marché automobile n'est toujours pas en vue", a déploré l'organisation dans un communiqué vendredi.

  • Euronext Bruxelles sur la touche

    Umicore (-1,62%), Sofina (-1,53%) et Elia (-0,83%) font décliner le Bel 20, qui perd 0,3%, à 4.323,79 points. Parmi les valeurs mieux orientées, on peut citer: Galapagos (+1,16%), Colruyt (+0,92%) et Proximus (+0,6%). Des 20 actions qui le composent, 9 sont en hausse et 11 en baisse.

    Hors Bel 20, Brederode (+5,46%), Celyad (+2,28%) et Sipef (+1,58%) pointent en tête, alors que les plus fortes baisses sont à l'actif de Crescent (-7,81%), de Bone Therapeutics (-4,83%) et de D'Ieteren Group (-2,71%).

    Euronext Bruxelles

    TOP
    • ValeursCours (€)Var.%
    • Brederode115,8+5,46%
    • Payton Planar Magnetics7,85+4,67%
    • Iep Invest9,25+2,78%
    • Celyad3,82+2,28%
    • Moury Construct288,0+2,13%
    FLOP
    • ValeursCours (€)Var.%
    • Crescent0,03-7,81%
    • Bone Therapeutics1,38-4,83%
    • D'Ieteren Group129,0-2,71%
    • Roularta Media15,15-2,57%
    • Balta2,47-2,37%
  • L'avertissement chinois de Sofina pèse sur l'action

    L'avertissement de Sofina , en marge de son rapport semestriel, selon lequel la vague de réglementations en Chine pèse sur la valorisation de ses participations chinoises, plombe le cours de bourse de la holding.

    L'avertissement n'est toutefois pas si dramatique: Sofina parle d'un "effet négatif temporaire de 2 à 3 % sur la valeur intrinsèque". Mais c'est un facteur supplémentaire qui pousse les investisseurs à prendre quelques bénéfices, à la suite d'une première recommandation de vente d'un broker le mois dernier.

    Depuis que la holding a resserré sa communication avec le marché à travers des newsletters début 2018, le titre a triplé pour atteindre un pic de 412 euros lors de la séance de bourse du 5 août.

    Sofina à Bruxelles

  • La Bourse de Tokyo va prolonger ses séances d'une demi-heure

    La Bourse de Tokyo projette de prolonger d'une demi-heure la durée de ses séances, rapporte le groupe de médias publics NHK.

    Japan Exchange Group, l'opérateur du principal marché boursier japonais, prévoit d'appliquer dans trois ans cette réforme, qui serait la première extension des horaires de cotation des valeurs japonaises depuis environ 70 ans, ajoute NHK.

  • Alibaba promet des milliards de yuans contre les inégalités... et plonge en bourse

    Le géant chinois du commerce en ligne Alibaba a vu ses actions plonger ce vendredi après sa promesse d'investir 100 milliards de yuans (13 milliards d'euros) dans des causes caritatives en réponse à l'appel du président Xi Jinping.

    Le chef d'État avait appelé, courant août, les plus fortunés de ses compatriotes à œuvrer davantage à "la prospérité commune", dans un pays où l'essor économique fulgurant de ces dernières décennies a creusé les inégalités.

    Dans le collimateur des autorités ces derniers mois pour diverses raisons, de la collecte abusive de données personnelles aux accusations de pratiques monopolistiques, Alibaba a décidé de répondre à l'appel.

    Dans la foulée, les actions du groupe ont chuté de 4% à la Bourse de Hong Kong, suite aux inquiétudes des investisseurs vis-à-vis des conséquences de cette initiative sur l'entreprise.

    "Ce don ne garantit pas à Alibaba qu'elle ne sera pas visée par d'autres mesures des régulateurs", a déclaré l'analyste Castor Pang, du cabinet Core-Pacific Yamaichi, à Bloomberg News.

  • Des dirigeants du fonds Renaissance vont payer 7 milliards de dollars d'arriérés au fisc

    Des dirigeants du fonds spéculatif Renaissance Technologies vont personnellement payer environ 7 milliards de dollars d'arriérés d'impôts et de pénalités au fisc américain pour solder un vieux litige. Il s'agit de l'un des plus gros règlements fiscaux jamais négociés, rapportait jeudi le Wall Street Journal.

    Le fondateur de la société, James Simons, va payer, par ailleurs, 670 millions de dollars supplémentaires, a écrit Renaissance Technologies dans une lettre aux investisseurs parcourue par le quotidien économique.

    Le litige est lié à des transactions effectuées via le fonds du groupe Medallion entre 2005 et 2015 et à la façon dont elles ont été enregistrées auprès des services fiscaux américains (IRS). Ceux-ci reprochaient à Renaissance Technologies d'avoir déclaré des plus-values de court terme comme plus-values de long terme, moins lourdement imposées.

    La société, réputée pour ses stratégies d'investissement reposant sur des modèles informatiques complexes capables de digérer de grandes quantités d'informations, souligne dans la lettre avoir négocié "pendant plusieurs années" avec l'administration pour défendre la "justesse" des déclarations de Medallion au fisc.

    Mais le conseil d'administration a conclu finalement que l'accord noué avec l'IRS permettrait d'éviter une issue encore pire.

    Sept membres du conseil d'administration qui étaient en place entre 2005 et 2015 vont donc payer les impôts auxquels ils ont échappé en déclarant les transactions incriminées comme des plus-values de long terme, des intérêts et des pénalités.

    Les personnes ayant investi dans le fonds sur la période incriminée seront aussi amenées à payer des sommes supplémentaires. Le groupe les invite à consulter un fiscaliste.

  • "Brederode mérite une prime par rapport à sa valeur nette d'inventaire"

    Brederode a enregistré une autre performance remarquable qui a été en grande partie portée par la forte dynamique du portefeuille de private equity, constate Michiel Declercq de KBC Securities.

    L'analyste rappelle que la société d'investissement continue de renforcer son excellent track record, avec un return sur 10 ans, dividendes inclus, de 15,3% par an. La performance du portefeuille coté a toutefois été légèrement inférieure à la moyenne (Eurostoxx50: 15%) car les participations en Tencent et Alibaba ont souffert du durcissement des réglementaires en Chine, précise-t-il.

    Cependant, avec les nouveaux investissements principalement axés sur le segment du private equity, ainsi que la forte hausse de valorisation, les actifs privés représentent désormais plus de 63% de la valeur nette d'inventaire, contre 47% en 2017.

    Comme les investisseurs sont prêts à payer un prix plus élevé pour ces types de fonds de capital-investissement cotés, inaccessibles autrement, Michiel Declercq pense qu'une prime de 5 à 10% par rapport à la valeur liquidative de Brederode est justifiée.

    L'objectif de cours passe donc à 120 euros, contre 106 euros, et le conseil est désormais d'"accumuler", au lieu de "conserver".

  • "L'économie de la zone euro pourrait retrouver son niveau d'avant la pandémie d'ici la fin de l'année"

    L'activité du secteur privé de la zone euro est restée forte en août en dépit des craintes suscitées par le variant Delta du coronavirus et les problèmes de la chaîne d'approvisionnement, d'après les résultats définitifs de l'enquête d'IHS Markit, qui suggère que l'économie du bloc pourrait retrouver son niveau d'avant la pandémie d'ici la fin de l'année.

    L'indice d'activité PMI composite, considéré comme un bon baromètre de l'état de santé de l'économie, a baissé en août à 59,0 contre 60,2 en juillet, qui marquait un plus haut de 15 ans. L'estimation "flash" était de 59,5.

    Le seul indice PMI des services a atteint 59,0 contre 59,8 le mois précédent et 59,7 en première estimation.

    La zone euro devrait enregistrer une nouvelle hausse trimestrielle marquée de son PIB au troisième trimestre 2021 et retrouver un rythme de croissance conforme à ceux observés avant le début de la pandémie d’ici la fin de l’année, peut-être même avant cette date.
    Joe Hayes
    Economiste senior d'IHS Markit

    "La zone euro devrait enregistrer une nouvelle hausse trimestrielle marquée de son PIB au troisième trimestre 2021 et retrouver un rythme de croissance conforme à ceux observés avant le début de la pandémie d’ici la fin de l’année, peut-être même avant cette date", a commenté Joe Hayes, économiste senior d'IHS Markit.

     

    La zone euro devrait enregistrer une nouvelle hausse trimestrielle marquée de son PIB au troisième trimestre 2021 et retrouver un rythme de croissance conforme à ceux observés avant le début de la pandémie d’ici la fin de l’année, peut-être même avant cette date.
    Joe Hayes
    Economiste senior d'IHS Markit

     

    Mais les perturbations continues de la chaîne d'approvisionnement causées par la pandémie ont provoqué une nouvelle flambée des prix des matières premières. L'indice des prix des intrants, à 69,5, s'est maintenu proche d'un record bien qu'en baisse par rapport à celui de juillet, à 69,9.

  • Le point sur la tendance boursière

    Les bourses européennes évoluent en ordre dispersé et à des niveaux proches de l'équilibre, les investisseurs restant sur leurs gardes avant la publication des plusieurs indicateurs dont le très attendu rapport officiel sur l'emploi aux Etats-Unis pour le mois d'août.

    Paris cède 0,36% et Bruxelles lâche 0,07% tandis qu'Amsterdam (+0,01%) est à l'équilibre et que Francfort grappille 0,05%.

    L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro baisse de 0,12% et le Stoxx 600 cède 0,07%.

    Le principal rendez-vous du jour est fixé à 14h30 avec la publication du rapport mensuel sur l'emploi américain. Le consensus Reuters table sur 750.000 créations de postes le mois dernier après 943.000 en juillet.

    Un chiffre moins bon que prévu des créations d'emploi en août pourrait s'avérer positif pour les actifs à risque car il réduirait la probabilité d'une diminution rapide des achats d'actifs de la Réserve fédérale.

  • Un contrat de liquidité pour D'Ieteren

    Le groupe D'Ieteren annonce dans un communiqué avoir débloqué 4 millions d'euros en vue d'un contrat de liquidité conclu avec Kepler Cheuvreux. Ce dernier négociera en effet les actions D'Ieteren (ISIN : BE0974259880) cotées sur Euronext Bruxelles dans le cadre d'un mandat discrétionnaire. Les restrictions habituelles (y compris les restrictions de prix et de volume) aux transactions seront appliquées. 

    Kepler Cheuvreux commencera à négocier les actions D'Ieteren à partir du 3 septembre 2021 pour une durée initiale (et renouvelable) de 12 mois.

  • Début de séance négatif en Europe

    Les marchés européens évoluent en petite baisse à l'ouverture.

    L'ouverture est hésitante, l'indice AEX évolue dans des marges étroites autour de son point d'équilibre cédant 0,02% à 793,23 points. Le CAC 40 rétrograde de 0,11%, à 6.758,38 points. À 4.329,88 points, le Bel 20 recule de 0,05%.

  • L'indice Bel 20 ouvre stable | Sofina en retrait

    À l'ouverture de la séance, on note un très léger repli de 0,05%, à 4.329,88 points, pour l'indice Bel 20. Des 20 actions qui le composent, 10 sont en hausse et 10 en baisse. Les pertes les plus importantes sont à mettre sur le compte des actions Sofina (-0,74%), Telenet (-0,5%) ou encore Elia (-0,28%). Galapagos (+1,34%), Proximus (+0,51%) et Ackermans & van Haaren (+0,26%), quant à eux, permettent à l'indice de limiter ses pertes.

    Top / Flop du Bel 20

    TOP
    • ValeursCours (€)Var.%
    • Galapagos51,55+1,34%
    • Proximus16,82+0,51%
    • Ackermans & van Haaren154,2+0,26%
    • Argenx293,7+0,24%
    • Aperam50,68+0,16%
    FLOP
    • ValeursCours (€)Var.%
    • Sofina376,2-0,74%
    • Telenet32,04-0,5%
    • Elia107,7-0,28%
    • KBC Groep72,38-0,28%
    • GBL97,44-0,27%
  • Quelques valeurs à suivre en Europe

    * TECHNIPFMC a annoncé, ce vendredi, la cession de 17,6 millions d'actions Technip Energies, représentant 9,9% du capital, via un placement privé auprès de HAL Investments.

    * TF1 a annoncé, ce vendredi, avoir acquis l'intégralité des droits pour la retransmission de la Coupe du Monde de rugby 2021, qui aura lieu en Nouvelle-Zélande, et celle de 2023, qui se déroulera en France.

    * SMCP a fait état d'une croissance organique de son chiffre d'affaires de 23,3%, à 453,3 millions d'euros, au premier semestre.

    * DELIVERY HERO va émettre pour jusqu'à 1,25 milliard d'euros d'obligations convertibles, a annoncé, jeudi, l'entreprise allemande de livraison de repas.

    * COVESTRO - Le fabricant allemand de produits chimiques prévoit de supprimer jusqu'à 1.700 de ses 16.500 postes dans le monde, rapporte, ce vendredi, le journal Rheinishe Post.

    * BP a annoncé jeudi que la production resterait arrêtée sur ses plateformes du golfe du Mexique jusqu'à ce que de nouvelles vérifications de la sécurité soient effectuées suite au passage de l'ouragan Ida.

  • Malgré des résultats en retrait, Texaf poursuit ses projets immobiliers

    Au cours du 1er semestre, Texaf fait état de résultats affectés négativement par un vide locatif temporairement plus élevé que d’habitude. En cause, les restrictions liées à la crise du Covid-19 et l'accident de production survenu en début d’année chez Carrigres. Le résultat opérationnel récurrent s'établit à 3,87 millions d'euros, contre 4,54 millions un an auparavant, soit 33% du chiffre d'affaires.

    Le résultat net part de groupe atteint 3,11 millions en léger recul (-1%).

    Le groupe a décidé, malgré tout, de mettre en œuvre son plus grand projet immobilier à ce jour. La "Promenade des Artistes" comprendra 94 appartements pour un investissement de 18 millions d'euros. Il sera livré au 2e semestre 2023. Une fois mis en location, ce projet devrait générer environ 3 millions d'euros/an de revenus locatifs, soit une augmentation de 15% des revenus locatifs, lit-on dans un communiqué.

    Notons, enfin, qu'un dividende optionnel a été proposé à chaque actionnaire. Les actionnaires ont opté pour un réinvestissement en augmentation de capital, à concurrence de 65% de leurs actions. 

  • Antin Infrastructure Partners annonce son projet d'IPO

    Cette opération comprendra une augmentation de capital d’environ 350 millions d'euros via l’émission de nouvelles actions, ainsi qu’une cession limitée de titres existants par ses co-fondateurs, Alain Rauscher et Mark Crosbie.

    Antin est implanté dans quatre pays et emploie environ 140 personnes, dont près de 75 professionnels de l'investissement basés dans les bureaux du groupe à Paris, Londres et New York. Il est en train d'ouvrir un autre bureau à Singapour.

    À la fin juin, le groupe disposait de 19,9 milliards d'euros d'actifs sous gestion.

    Pour 2021, Antin anticipe un ebitda d'environ 92 millions et un résultat net de 60 millions d'euros.

  • Tokyo bondit avec l'annonce du retrait du Premier ministre Yoshihide Suga

    La Bourse de Tokyo a clôturé en forte hausse, ayant nettement accéléré après l'annonce, en milieu de journée, du retrait du Premier ministre du Japon Yoshihide Suga, très impopulaire à cause de la crise sanitaire s'éternisant dans le pays.

    L'indice vedette Nikkei s'est apprécié de 2,05%, à 29.128,11 points, bouclant au passage une cinquième séance de hausse d'affilée, et l'indice élargi Topix a gagné 1,61%, à 2.015,45 points.

  • Briefing d'avant-bourse

    Les bourses européennes sont attendues sans grand changement à l'ouverture avant le rapport mensuel sur l'emploi aux États-Unis tandis que les actions japonaises s'envolent après que le Premier ministre a annoncé son intention de quitter le pouvoir.

    Les contrats à terme signalent une ouverture stable pour l'EuroStoxx 50, un gain de 0,05% pour le Dax à Francfort, une progression de 0,02% pour le FTSE à Londres et de 0,09% pour le Cac 40 à Paris.

    Le principal rendez-vous du jour est fixé à 14h30, pour la publication du rapport mensuel sur l'emploi aux États-Unis. Le marché attend 750.000 créations de postes d'après le consensus Reuters après 943.000 créations annoncées pour juillet.

    Un chiffre moins bon que prévu des créations d'emploi en août pourrait s'avérer positif pour les actifs à risque, car il réduirait la probabilité d'une diminution rapide des achats d'actifs de la Réserve fédérale.

    "Lorsqu'il s'agit de réduire les achats d'actifs, l'attention se porte désormais sur le marché du travail. Si nous sommes autour des 750.000 créations de postes, on s'attendra à une annonce de 'tapering' en septembre", a déclaré Stefan Hofer, chef de la stratégie d'investissement de la banque privée LGT.  D'autres indicateurs viendront rythmer la séance comme les indices PMI européens définitifs dans les services pour le mois d'août.

  • Un contrat de liquidité pour Bekaert

    Bekaert conclut un contrat de liquidité avec Kepler Cheuvreux. Il porte sur les actions ordinaires admises à la négociation sur Euronext Brussels (Code ISIN BE0974258874). Ce contrat prévoit l'achat et la vente par Kepler Cheuvreux d'actions Bekaert sur le marché réglementé d’Euronext Brussels. Objectif: soutenir la liquidité des actions.

    Les modalités décidées par l'AG
    Le nombre total d'actions propres détenues par Bekaert ne dépassera jamais 20% du nombre total d’actions en circulation. Les acquisitions des actions doivent être effectuées à un prix compris entre 1 euro et 30% au-dessus de la moyenne arithmétique du cours de clôture de l'action Bekaert (30 derniers jours précédant la résolution du Conseil d'administration). Le cours de clôture moyen est de 36,571 euros par action.

    Le programme débutera le 10 septembre 2021 pour une période de 12 mois renouvelables. 100.000 actions Bekaert sont ainsi mises à la disposition de Kepler Cheuvreux.

    Pour mettre en œuvre le programme, Bekaert met 100 000 actions propres à la disposition de Kepler Cheuvreux.

  • Le résultat net semestriel de BNP Paribas Fortis dépasse le milliard d'euros

    BNP Paribas Fortis a enregistré un résultat net consolidé de 1,143 milliard d'euros, en hausse de 38,1% (hors résultats non récurrents) par rapport au premier semestre 2020, a annoncé la banque.

    "Malgré l'impact persistant des faibles taux d'intérêt, BNP Paribas Fortis a enregistré de solides résultats au premier semestre de l'année. La diminution des intérêts et produits assimilés de l'activité 'retail' en Belgique a été compensée par une augmentation des commissions et par des gains d'efficience", souligne BNP Paribas Fortis.

    Le produit net bancaire s'est établi au premier semestre à 4,149 milliards d'euros en hausse de 6,7% par rapport à la même période l'an dernier.

     

  • Aedifica | Brederode | Campine | Inclusio | Quest for Growth | Sofina

    Quelques valeurs à suivre puisqu'elles ont publié des communiqués de presse depuis la clôture jeudi soir.

    Aedifica - La société immobilière Aedifica a réalisé avec succès sa première émission obligataire durable pour un montant total de 500 millions d'euros. Les obligations sont émises pour une durée de 10 ans et payent un coupon fixe de 0,75% par an. > Le communiqué

    Brederode - La holding luxembourgeoise Brederode a réalisé un rendement de 21,4% sur le premier semestre. Les trois quarts de ce rendement proviennent du portefeuille de private equity (sociétés non cotées). > Le communiqué

    Campine - Le spécialiste du recyclage des batteries automobiles Campine a enregistré un chiffre d'affaires de 106,3 millions d'euros au premier semestre 2021. L'ebitda atteint 10,9 millions d'euros, un record. "La demande pour tous nos produits est élevée depuis le début de cette année", explique le PDG De Vos. "Il s'agit principalement de trouver des matières premières suffisantes à des prix raisonnables, bien que nous puissions répercuter les coûts accrus presque immédiatement sur les ventes", ajoute De Vos. > Le communiqué

    Inclusio - Inclusio, le promoteur de logements sociaux coté en bourse de Bruxelles depuis décembre, a fait état de très bons résultats à l'occasion de la publication de ses premiers chiffres semestriels depuis son IPO. Il reste sur la bonne voie pour atteindre son dividende cible. > Le communiqué

    Quest for Growth - La valeur liquidative de Quest for Growth à fin août s'élevait à 10,73 euros, contre 9,14 euros à fin décembre 2020. Le cours de bourse à fin août était de 7,98 euros, soit une décote de 26%. Le 30 juin, la Privak a versé 0,40 euro par action. > Le communiqué

    Sofina - Sofina a réalisé un bénéfice net de 1,6 milliard d'euros au premier semestre 2020. L'an passé, le holding avait enregistré une perte de 211 millions d'euros sur la même période. Ses capitaux propres sont passés en un an de 8,9 à 10,4 milliards d'euros. Le groupe annonce également s'être totalement désengagé de Deceuninck et de Danone . > Le communiqué

  • Records pour le Nasdaq et le S&P 500

    La Bourse de New York a terminé en hausse jeudi, grappillant quelques points avant la publication attendue du rapport mensuel sur l'emploi américain, vendredi.

    Le Nasdaq a terminé sur un nouveau record, le 34e depuis le début de l'année, à 15.331,17 points, grâce à un gain de 0,14%. Record également pour le S&P 500, qui a pris 0,28%, à 4.536,95 points, tandis que le Dow Jones est monté de 0,37%, à 35.443,82 points.

  • Les marchés se préparent aux chiffres de l'emploi US

    Les contrats à terme pour les marchés boursiers européens pointent vers une ouverture proche de l'équilibre, alors que les investisseurs attendent le rapport sur l'emploi aux États-Unis, cet après-midi à 14h30.

    La publication de ces chiffres est très importante alors que le président de la Fed Jerome Powell a bien fait passer le message d'une réduction à venir du programme de rachats d'actifs de l'institution, sans toutefois donner un calendrier précis.

    La Fed répète depuis des mois qu'elle ne réduira son soutien monétaire que lorsque l'économie et le marché de l'emploi américain se seront remis du choc provoqué par le Covid-19.

    "Pour vendredi, les marchés restent orientés assez positivement: si les chiffres sont supérieurs aux attentes, ils peuvent saluer la vigueur de la reprise économique, et s'ils sont inférieurs, ils peuvent se satisfaire du fait que cela pourrait repousser l'intervention de la Fed", estime également Daniel Larrouturou, gérant actions de Dôm Finance.

    ©Frank Rumpenhorst/dpa

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés