1. Les marchés
  2. Live blog
live

Le Nasdaq et le S&P 500 continuent à gravir des sommets | La générosité des banques US saluée à Wall Street | Les cycliques en soutien du Bel 20

Les indices actions européens ont repris de la hauteur. Le Nasdaq et le S&P 500 vers des records, poussés par les techs et les banques. Ces dernières vont relever leurs dividendes suite au feu vert de la Fed. Le pétrole à la hausse alors que l'OPEP+ retarde des discussions.
  • A l'agenda ce mercredi

    C'est ici que se termine ce live, merci à tous de nous avoir suivis. Mercredi, les investisseurs prendront connaissance de l'enquête ADP mensuelle sur les créations d'emplois dans le secteur privé pour juin aux États-Unis, à quelques heures de la publication des données mensuelles officielles. À retenir aussi: les chiffres de l'inflation en zone euro.

  • Le Nasdaq clôture à un niveau record, porté par Apple

    Le Nasdaq a clôturé à un niveau record mardi, soutenu par Apple (+1,15%) et d'autres valeurs technologiques après un rapport optimiste sur la confiance des consommateurs qui a donné un ton positif aux données sur l'emploi. La confiance des consommateurs américains a ainsi augmenté en juin pour atteindre son niveau le plus élevé depuis le début de la pandémie, ce qui renforce les attentes d'une forte croissance économique au deuxième trimestre.  

    Le Dow Jones et le S&P 500 ont terminé proches de l'équilibre, grimpant tous les deux de 0,03%, respectivement à 34.292,29 points et à 4.291,80 points. Le Nasdaq a de son côté pris 0,19%, à 14.528,33 points.

     "Je pense que le marché est en période de digestion", a déclaré Tom Martin, gestionnaire de portefeuille senior chez Globalt. "Nous attendons la prochaine information qui va nous donner une idée de la durabilité de la reprise."  Les investisseurs surveillent de près le rapport sur les salaires des employés non agricoles prévu vendredi, qui pourrait influencer l'orientation de la politique de la Réserve fédérale américaine, qui dépend d'une reprise équitable du marché du travail. "Si le nombre d'emplois non agricoles est élevé ce mois-ci et que nous commençons à faire des progrès en ce qui concerne le taux de chômage, cela change tout le discours de la Fed", a déclaré Mike Zigmont, responsable du trading et de la recherche chez Harvest Volatility Management à New York.

    La plupart des 11 principaux indices sectoriels du S&P ont baissé. Les valeurs technologiques et les valeurs de consommation discrétionnaire se sont inscrites parmi les plus fortes hausses, tandis que le S&P 500 a été soutenu notamment par la progression des banques

    Morgan Stanley a ainsi bondi après avoir doublé son dividende à 70 cents par action au troisième trimestre. JPMorgan Chase & Co, Bank of America Corp et Goldman Sachs Group ont également augmenté leur dividende.

    Moderna a atteint un niveau record (+5,17%) après que son vaccin s'est révélé prometteur contre le variant Delta du coronavirus. L'entreprise américaine du secteur de l'aéronautique et de la défense Textron a progressé de 0,55% après que Morgan Stanley a relevé son titre de "poids égal" à "surpondération" dans l'espoir d'une reprise plus forte. 

    Boeing a reculé de 1,75% malgré une commande de 200 modèles de son 737 MAX passée par la compagnie aérienne United Airlines (-0,65%). Facebook (-1,05%) a baissé après avoir dépassé pour la première fois le seuil des 1.000 milliards de dollars de capitalisation boursière la veille.

  • Les marchés US terminent dans le vert

    Le Dow Jones a pris 0,03% à 34.292,29 points.

    Le Nasdaq a gagné 0,19% à 14.528,33 points.

    Le S&P 500 a grimpé de 0,03% à 4.291,83 points.

  • Le pétrole à la hausse alors que l'OPEP+ retarde les discussions

    Les prix du pétrole ont augmenté mardi en raison des espoirs persistants pour la reprise de la demande, tandis que l'OPEP et ses alliés ont retardé d'une journée les discussions préliminaires entre les ministres afin de donner aux pays plus de temps pour résoudre leurs divergences avant une réunion critique.

    L'alliance des 23 pays devait réunir son organe consultatif, le Comité ministériel conjoint de suivi, mercredi. Cette session aura désormais lieu jeudi, le même jour que la principale réunion concernant la politique de l'organisation.

    Les contrats à terme sur le baril de Brent se sont établis en hausse de 8 cents, soit 0,11%, et le pétrole brut américain West Texas Intermediate (WTI) s'est établi en hausse de 7 cents, soit 0,10%. 

    Les prix internationaux du pétrole ayant atteint leur plus haut niveau depuis deux ans, au-dessus de 75 dollars le baril, les analystes s'attendent largement à ce que le groupe exploite une partie des vastes capacités qu'il a fermées l'année dernière. Ils s'attendent à une augmentation moyenne de 550.000 barils par jour, soit environ 10% du volume qui reste inutilisé. 

  • Intel sanctionné après l'annonce d'un retard de production de sa nouvelle puce

    Intel Corp.  a chuté, effaçant un gain antérieur, après avoir annoncé qu'une nouvelle version de sa gamme de puces pour serveurs Xeon entrera en production en 2022, plutôt qu'à la fin de cette année comme promis.

    Les actions de son rival AMD sont quant à elles parties à la hause à la suite de cette nouvelle.  

  • Elon Musk prévoit d'investir "20 à 30 milliards de dollars" dans Starlink

    Le milliardaire, patron de SpaceX, Elon Musk, a évalué mardi à "20 à 30 milliards de dollars" (environ 17 à 25 milliards d'euros) le montant qu'il devra investir à long terme dans son projet d'internet par satellites Starlink.

    "Avant de réussir à avoir une trésorerie positive, il faudra probablement (investir) au moins cinq milliards de dollars, peut-être dix", a expliqué Elon Musk lors d'une intervention à distance au Salon mondial du mobile de Barcelone (MWC). "Même lorsque la trésorerie sera dans le vert, nous continuerons à investir pour ne pas rester à la traîne des innovations" dans le secteur des satellites, a-t-il dit.

    Son grand rival, le fondateur d'Amazon Jeff Bezos, prévoit d'investir 10 milliards de dollars dans son projet concurrent de satellites baptisé Kuiper. 

  • EssilorLuxottica confirme le rachat de GrandVision après deux ans de feuilleton

    Le géant franco-italien de l'optique EssilorLuxottica va bien racheter son concurrent néerlandais GrandVision le 1er juillet, a-t-il confirmé mardi, mettant fin à deux ans de feuilleton marqué par des obstacles réglementaires et un conflit entre les deux acteurs.

    "Après avoir étudié toutes nos options, nous avons pris la décision de finaliser l'acquisition sans plus attendre", a déclaré dans un communiqué Francesco Milleri, directeur général d'EssilorLuxottica.

    L'opération se fera comme prévu au prix de 28,42 euros par action - nettement plus que le cours actuel de GrandVision -, ce qui valorisera le Néerlandais à environ 7,2 milliards d'euros.

    EssilorLuxottica, qui dégage une quinzaine de milliards d'euros de revenus annuels et est lui-même né de la fusion entre le français Essilor et l'italien Luxottica, avait annoncé à l'été 2019 sa volonté de racheter le groupe néerlandais. 

  • IBA lance un nouveau programme de rachat d’actions propres

    Ion Beam Applications SA (IBA) annonce aujourd’hui le lancement d’un nouveau programme de rachat d’actions propres à compter du 30 juin 2021 au travers d’un intermédiaire de marché selon les termes d’un mandat discrétionnaire.

    Ce programme porte sur un maximum de 250.000 actions ordinaires et, en fonction des conditions marché, sera exécuté sur une période de maximum 6 mois, c’est-à-dire jusqu’au 30 décembre 2021.

    Son objectif est de couvrir les obligations de livraison d’actions par la société dans le cadre d’un plan d’intéressement à long terme octroyé à certains employés en 2021 sous la forme d’options sur actions.

    IBA surveillera en permanence ses obligations actuelles et futures dans le cadre de ses plans d’intéressement afin de maintenir un niveau adéquat d'actions propres. IBA détient actuellement 831.221 actions propres (directement et indirectement à travers sa filiale IBA Investments SCRL), représentant 2,76% de son capital social.

  • Un vent d'optimisme en Europe

    Les Bourses européennes ont terminé en hausse en privilégiant l'optimisme pour la reprise de l'économie à l'évolution défavorable de l'épidémie de COVID-19 dans certains pays.

    Le CAC 40 a terminé en hausse de 0,14% à 6.567,43 points. Le FTSE 100 a pris 0,21% et le Dax a gagné 0,88%.

    L'indice EuroStoxx 50 a avancé de 0,43%, le FTSEurofirst 300 de 0,43% et le Stoxx 600 de 0,31%.

     Le secteur du transport et des loisirs est reste affecté par les incertitudes liées à la pandémie et les restrictions sur les voyages: son indice Stoxx a cédé 0,19% après avoir déjà chuté de 4,35% lundi.

  • Europe | Closing Bell

    BEL 20 : +0,22% 
    CAC 40: +0,26% 
    AEX: +0,47% 
    DAX 30: +1,06% 
    FTSE 100: +0,30% 
    Euro Stoxx 50: +0,69% 

    Résultats provisoires 

  • DeGiro vend les ordres de ses clients

    Le plus grand courtier en ligne des Pays-Bas reprend le modèle d’exploitation de la société américaine Robinhood. On peut se demander si les clients ne devront pas payer davantage pour l’exécution de leurs ordres. 

    Lire | DeGiro vend les ordres de ses clients

  • La F1 se met à la crypto

    La Formule 1 a trouvé un nouveau sponsor mardi en signant un accord avec Crypto . com, une plateforme qui permet à ses 10 millions d'utilisateurs d'acheter et de vendre des cryptomonnaies.

    Les termes de l'accord n'ont pas été communiqués, mais des personnes proches des tractations ont dit à CNBC qu'il s'agit d'un accord de cinq ans qui totalise plus de 100 millions de dollars.

  • Le FMI appelle la Belgique à assainir la situation budgétaire

    Une fois l’économie remise sur les rails, la Belgique va devoir s’attaquer sans tarder à l’assainissement des finances publiques et à la réforme fiscale. Tel est le message délivré par le Fonds monétaire international (FMI) lors de sa visite annuelle dans notre pays. 

    Lire notre article | Le FMI appelle la Belgique à assainir la situation budgétaire

  • Ontex donne plus de détails sur son offre obligataire

    Le spécialiste des produits d'hygiène Ontex a annoncé aujourd'hui qu'il avait fixé les modalités de son offre obligataire de 580 millions d'euros sous la forme de dette senior libellée en euros avec échéance en 2026. Les obligations de premier rang offriront un taux d'intérêt de 3,5 %

    Ontex a l'intention d'utiliser le produit net de l'offre pour rembourser une partie de sa dette existante et pour ses besoins généraux.

  • JP Morgan à l'amende pour sa plateforme Neovest

    Neovest, la plateforme de négociation électronique appartenant à JPMorgan Chase va payer une amende civile de 2,75 millions de dollars pour régler un contentieux avec le gendarme des marchés US, la Securities and Exchange Commission (SEC).

    Selon cette dernière, Neovest n'a pas réussi à s'enregistrer en tant que courtier-négociant pendant plus de dix ans, mais elle a continué à traiter et à accepter le paiement des transactions et à solliciter des clients et des courtiers.

    Neovest a ainsoi privé les clients des protections liées à l'enregistrement, qui comprennent une supervision et une surveillance réglementaire accrues, ainsi que des procédures visant à protéger les informations des clients et à prévenir le vol d'identité.

  • L'immobilier américain en pleine surchauffe

    Les prix des logements aux États-Unis ont connu en avril leur plus forte hausse depuis 30 ans. Ils ont augmenté de 14,6 % par rapport à la même période de l'année dernière. Une telle augmentation n'a pas été observée depuis 1988. En mars, l'augmentation était de 13,2 %. C'est le onzième mois consécutif où la hausse des prix s'accélère. 

     

  • La confiance des consommateurs US au plus haut depuis le début de la crise

    La confiance des consommateurs américains s'est nettement améliorée en juin au point d'atteindre son plus haut niveau depuis le début de la pandémie en mars 2020, reflétant une économie qui se redresse, selon l'indice du Conference Board publié mardi.

    L'indice s'est établi à 127,3 points contre 120 points en mai (révisé en hausse). Les analystes tablaient sur 120 points.

  • On se bouscule pour entrer à la Bourse de Paris

    Les entrées en Bourse connaissent depuis le début de l'année "une accélération remarquable" sur la place de Paris.

    Après une longue période d'atonie, Paris affiche "une très nette progression" des introductions en Bourse depuis le début de l'année, avec notamment celles de HRS (Hydrogen Refueling Solutions), Believe, Affluent Medical et Aramis, constate mardi Paris Europlace, l'organisation chargée de promouvoir et développer la place financière de Paris.

    Depuis le début de l'année, plus de 1,4 milliard d'euros de capitaux a été levé à Paris dans le cadre de 23 opérations, dont 10 introductions en Bourse et 13 augmentations de capital.

    La capitalisation des sociétés entrées en Bourse sur cette même période "dépasse les 7 milliards d'euros" et "d'ici 2025, de 20 à 30 introductions en Bourse supplémentaires pourraient être lancées par les sociétés de la French Tech", à forte croissance, selon le rapport de Paris Europlace. 

  • Wall Street plafonne, selon les analystes de BlackRock

    Les stratèges du BlackRock Investment Institute modèrent leur enthousiasme pour les actions américaines, du moins à court terme.

    Le risque d'une augmentation des impôts, d'une réglementation plus stricte et d'une croissance économique potentiellement plus rapide dans d'autres pays développés a réduit l'attrait du marché, ont déclaré les analystes du plus grand gestionnaire de fonds au monde.

    "Nous considérons que les actions des marchés développés hors États-Unis sont mieux positionnées pour capter le redémarrage économique à l'horizon tactique, à mesure que le puissant redémarrage s'étend", ont-ils écrit. "Des taxes potentiellement plus élevées et davantage de réglementations pourraient poser des défis à la forte performance des actions américaines." 

  • Les bancaires propulsent le S&P 500 à un nouveau sommet

    Le S&P 500 continue d'enchaîner les records. L'indice élargi de la Bourse de New York a démarré en hausse de 0,20% pour atteindre le niveau record de 4 299,26 points quelques minutes après le début des échanges. 

    Le S&P 500 est soutenu par les grandes banques américaines, très recherchées à Wall Street après l'annonce d'un retour au dividende après les stress-tests menés la semaine dernière par la Fed (voir post de 10h30). 

    Le Dow Jones profite aussi de la bonne tenue du secteur bancaire, gagnant 0,27% 15 minutes après l'ouverture de la séance à New York. 

  • Wall Street | Opening bell

    Dow Jones: +0,50% 
    S&P 500: +0,15% 
    Nasdaq Composite: -0,16% 

  • Trois scénarios pour le "Pandexit", selon la Banque des banques centrales

    Le "Pandexit", la sortie de la crise pandémique, comporte son lot d’incertitudes et de défis. C'est l'avis de la Banque des Règlements Internationaux (BRI), appelée aussi la "Banque des banques centrales". L'économie mondiale a rebondi plus fortement que prévu après sa chute brutale liée à la crise sanitaire.

    Mais l'institution de Bâle souligne que cette reprise est jusqu’ici incomplète et hétérogène, certains pays et secteurs enregistrant un rebond rapide tandis que d'autres restent à la traîne.

  • Les 5 actions préférées de Sylvie Séjournet

    Sylvie Séjournet gère le fonds Pictet-Digital axé sur l'économie numérique. Ses cinq actions préférées sont: Wix.com, AT&T, Trip.com, Baidu et Salesforce. Elle nous explique pourquoi. 

    > Les 5 actions préférées de Sylvie Séjournet 

  • Les bancaires US à tenir à l'oeil

    Morgan Stanley, JPMorgan Chase, Bank of America, Goldman Sachs et Wells Fargo ont annoncé lundi soir leur intention d'augmenter leurs distributions de liquidités aux actionnaires, via des dividendes ou des rachats d'actions, après le feu vert donné par la Réserve fédérale la semaine dernière à l'issue des tests de résistance du secteur.

    Dans les échanges en avant-Bourse, Morgan Stanley gagne 3% et Goldman Sachs 1,1%. En revanche, Citigroup, qui maintient comme prévu son programme de rachats d'actions et son dividende, recule de 0,5%.

  • L'inflation allemande ralentit

    La hausse des prix à la consommation en Allemagne s'est un peu ralentie en juin mais l'inflation reste supérieure à l'objectif que s'est fixé la Banque centrale européenne (BCE), montre mardi la première estimation officielle.

    L'indice d'inflation calculé aux normes européennes (IPCH) a augmenté de 0,4% par rapport à mai et de 2,1% sur un an, des chiffres conformes au consensus Reuters.

    En mai, l'inflation en rythme annuel avait atteint 2,4%.

    La BCE vise un taux d'inflation dans la zone euro légèrement inférieur à 2% sur un an.

  • Update | Le point sur la tendance boursière

    Wall Street est attendue en ordre dispersé à l'ouverture, tandis que les bourses européennes progressent avec l'amélioration du paysage économique, bien que les craintes liées à la pandémie demeurent.

    Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture proche de l'équilibre pour le S&P-500 et en repli de 0,16% pour le Nasdaq, qui ont tous deux inscrit des records la veille, mais en petite hausse (+0,13%) pour le Dow Jones.

    En Europe, les indicateurs sont au vert avec des gains compris entre 0,29% à Bruxelles et 0,82% à Francfort. L'Euro Stoxx 50 engrange 0,5% et le Stoxx 600 0,43%.

    Les actions européennes progressent, tirées vers le haut par les secteurs qui devraient bénéficier de la croissance.

    Le sentiment économique de la zone euro a bondi en juin pour atteindre un pic de 21 ans, à 117,9, grâce notamment à la reprise de l'activité et à un regain d'optimisme dans les secteurs de la distribution et des services.

    Les marchés restent toutefois vigilants à l'évolution de la pandémie alors que la montée des cas de Covid-19 dans plusieurs pays, notamment en Asie, avec la propagation rapide du variant Delta fait craindre un ralentissement de la reprise économique mondiale. Les principales places boursières d'Asie, de Tokyo à Séoul, ont fini dans le rouge ce mardi.

    Les perspectives de politique budgétaire ou monétaire en général, des États-Unis en particulier, sont les facteurs les plus déterminants dans l'esprit du marché à l'heure actuelle plutôt que la propagation du variant Delta. Cela pourrait bien s'avérer naïf ou complaisant.
    James Athey
    Directeur des investissements chez Aberdeen Standard Investments

  • UPDATE | Briefing actions belges

    "Achetez UCB" | Des initiés à l'achat sur D'Ieteren | Exane vise plus haut pour Aperam (+Briefing)

  • Jefferies: "La stratégie d'AB InBev aux Etats-Unis fonctionne"

    La nomination de Whitworth en tant que président de la zone d'Amérique du Nord (voir post de 8h32) montre que la stratégie de redressement menée aux États-Unis fonctionne, indiquent les analystes de Jefferies Edward Mundy et Jaina Mistry.

    Au niveau du groupe, AB InBev est déjà passé de la politique de fusions et acquisitions à grande échelle à une politique centrée sur le consommateur et nous nous attendons à ce que le nouveau PDG Doukeris renforce encore la stratégie de premiumisation et d'innovation et le changement technologique, ajoutent-ils.

    AB InBev se tasse de 0,10% à 62,01 euros.

  • L'inflation belge s'est accélérée en juin

    L'inflation belge s'est accélérée en juin pour atteindre 1,63% en rythme annuel contre 1,46% un mois avant.

    Les principales hausses de prix ont concerné le gaz naturel, l’électricité, les restaurants et les cafés, les carburants, le pain et les céréales ainsi que les boissons non alcoolisées.

    Les boissons alcoolisées, le poisson et les fruits de mer, les fleurs et plantes ainsi que les légumes ont, par contre, exercé un effet baissier sur l'indice.

    Sur la base de l’indice santé, l’inflation s’élève ce mois-ci à 1,14% contre 0,81% en mai et 0,64% en avril.

    L'indice santé lissé s'est établi à 108,73 points, se rapprochant du prochain indice pivot pour la fonction publique et les allocations sociales fixé à 109,34 points.

  • Facebook et ses 1.000 milliards de capitalisation

    Lundi, le S&P et le Nasdaq ont une nouvelle fois fini sur des records. Le S&P-500 a même signé son troisième record de clôture consécutif.

    Les valeurs technologiques ont soutenu la progression des deux indices new-yorkais, bénéficiant du rejet par un juge de plaintes visant Facebook pour tenter de l'obliger à vendre Instagram et Whatsapp.

    Cette décision a donné un coup de fouet au cours de Facebook qui a terminé en hausse de 4,18% pour franchir le cap des 1.000 milliards de dollars de capitalisation 17 ans après ses premiers pas à la Bourse de New-York.

    Jamais une société cotée à Wall Street n'a rallié aussi rapidement ce pic symbolique. 

  • L'indice du sentiment économique au plus haut depuis 21 ans en zone euro

    L'indice du sentiment économique de la zone euro a bondi en juin pour atteindre son plus haut niveau en 21 ans, alors que le rythme accéléré de la vaccination contre le Covid-19 et la levée des mesures de restriction ont amélioré le moral dans tous les secteurs de l'économie, notamment dans le commerce de détail et les services.

    L'enquête mensuelle de la Commission européenne pour les 19 pays partageant l'euro montre que l'indice du sentiment économique a grimpé à 117,9 points en juin contre 114,5 en mai, dépassant l'estimation du consensus Reuters de 116,5.

    Le sentiment est devenu beaucoup plus optimiste dans les services, le plus grand secteur de la zone euro qui est responsable de plus des deux tiers du produit intérieur brut. Le sous-indice s'est établi à 17,9 points contre 11,3 en mai, bien au-dessus des attentes.

    Dans le commerce de détail, le sentiment des détaillants a augmenté à 4,5 points contre 0,5 en mai.

  • La souscription en Biotalys est déjà un succès

    La souscription publique de Biotalys rencontre un certain succès auprès des investisseurs. Le spécialiste des pesticides biologiques signale, en effet, ce matin qu’à ce stade, les 6.333.333 actions nouvelles ont toutes trouvé preneurs dans la fourchette de prix fixée entre 7,50 et 8,50 euros la pièce.

  • "Achetez UCB"

    Oddo BHF a repris le suivi de la valeur avec une recommandation à "surperformer" (acheter) et un objectif de cours de 108 euros. UCB gagne 0,72% à 89,14 euros.

  • Update | Le point sur la tendance boursière

    Les bourses européennes progressent en début de séance mardi, soutenues par la hausse des valeurs cycliques, qui prend le pas pour l'instant sur le regain d'inquiétude lié à la propagation du variant Delta du coronavirus.

    Les gains varient entre 0,17% à Amsterdam et 0,61% à Francfort. L'Euro Stoxx 50 progresse de 0,26% et le Stoxx 600 de 0,20%.

    Alors que la situation sanitaire avait pesé sur la tendance lundi, les investisseurs font le choix ce matin de se concentrer sur la vigueur de la reprise économique en Europe et de revenir du coup sur les valeurs les plus à même d'en profiter.

    Ce mouvement s'appuie entre autres sur le chiffre supérieur aux attentes de l'indice Insee de confiance des ménages en France, en hausse à 102 en juin, alors que le consensus Reuters le donnait à 100 et au plus haut depuis 15 mois.

    Les progressions sectorielles les plus soutenues du début de séance sont pour des secteurs qui bénéficient des perspectives de reprise comme l'énergie, dont l'indice Stoxx gagne 0,6%, la chimie (+0,73%) ou les banques (+0,61%).

    Les investisseurs surveilleront aussi à 14h la première estimation de l'inflation en Allemagne en juin.

  • La société de capital-investissement Bridgepoint prévoit une IPO à Londres

    La société de capital-investissement Bridgepoint prévoit de s'introduire à la Bourse de Londres afin de lever au moins 300 millions de livres (350 millions d'euros) destinés à financer ses projets de développement et rembourser sa dette.

    Bridgepoint, qui gère 27,4 milliards d'euros via des fonds de capital-investissement et crédit privé, vise un flottant d'au moins 25% du capital et prévoit une option de surallocation de 15%.

    Le groupe a dit vouloir céder des actions nouvelles pour un montant maximum de 300 millions de livres. Il a ajouté que certains investisseurs actuels céderaient également leurs titres.

    Au total, Bridgepoint compte lever environ 500 millions de livres et pourrait être valorisé à environ deux milliards de livres (2,32 milliards d'euros), a indiqué une source proche du dossier.

  • Les banques US vont verser 2 milliards de dollars supplémentaires en dividendes

    Morgan Stanley, Goldman Sachs, JPMorgan, la BofA & Co augmentent leurs versements de dividende après que la Fed a assoupli ses restrictions la semaine dernière. Au total, les 13 plus grandes banques américaines prévoient ainsi de verser aux investisseurs 2 milliards de dollars de dividendes supplémentaires au prochain trimestre. 

    Cette décision souligne la confiance des grands prêteurs américains, qui pensent pouvoir restituer davantage de capital aux actionnaires tout en restant confortablement au-dessus des niveaux prescrits par la Fed. 

    Morgan Stanley va par exemple doubler son dividende trimestriel pour le porter à 70 cents par action. Elle envisage aussi d'augmenter la taille de son programme de rachat d'actions de 10 à 12 milliards de dollars.

    2,08
    Milliards $
    Pour les 13 banques US qui ont informé les investisseurs, l'augmentation des dividendes permettra aux actionnaires de recevoir 2,08 milliards de dollars supplémentaires au troisième trimestre, selon les calculs du Financial Times basés sur le nombre d'actions le plus récent des sociétés. 

  • Rexel excelle en bourse

    A la hausse, Rexel , spécialisé dans la distribution de produits & solutions électriques gagne plus de 3% après avoir revu à la hausse ses perspectives financières pour cette année après un premier semestre meilleur qu'attendu.

  • Warning de la FSMA

    La FSMA met en garde contre les activités de prêteurs non agréés proposant des faux crédits aux consommateurs.

     

  • Smartphoto prolonge ses rachats d'actions, le marché apprécie

    Le groupe de reproduction photo Smartphoto a fait savoir qu'il prolongeait la durée de son programme de rachat d'actions jusqu'au 31 mai 2023. Les autres modalités de ce programme de rachat d'actions démarré le 17 septembre 2020 restent inchangées.

    Smartphoto gagne 3,8% à 30 euros dans un marché bruxellois en hausse de 0,6%.

    Entre le 22 juin 2021 et le 25 juin 2021, Smartphoto a acheté un total de 5.276 actions à un prix moyen de 29,43 euros, soit un total de 155.272,31 euros. Ainsi, le groupe smartphoto détient au total 198.409 actions en autocontrôle, soit 5,03 % du nombre total d'actions émises.

    Dans le cadre du programme actuel de rachat d'actions, les actions peuvent encore être rachetées jusqu'à concurrence de 3 millions d'euros et avant le 31 mai 2023, ou jusqu'à ce que le montant de 3 millions d'euros ait été atteint.

  • TF1 et M6 délaissées après l'élimination de la France

    Les actions TF1 et M6 sont délaissées en début de matinée, après l'élimination de la France du championnat d'Europe masculin de football qui devrait peser sur leurs recettes publicitaires d'ici la fin de la compétition.

    TF1 perd 1,11% et M6 1,4%.

     

  • Voici le briefing actions belges

    Conseil d'achat sur UCB | Objectif de cours relevé pour Aperam | KBC en forme (+Briefing)

  • Le point sur la tendance boursière

    Les bourses européennes ouvrent en légère hausse, dans un contexte qui incite à la prudence avec la propagation du variant Delta du coronavirus, l'approche de la fin du premier semestre et l'attente du rapport mensuel sur l'emploi aux États-Unis.

  • |Opening bell|

    Amsterdam: +0,04%
    Bruxelles: +0,10%
    Paris: +0,16%
    Francfort: n.c.

    Euro Stoxx 50: +0,12%
    DJ Stoxx 600: +0,07%

    Smartphoto Group: +2,77%
    Hamon:-2,26%

  • Aedifica investit à Durbuy

    Après la Finlande (voir post de 7h38), Aedifica annonce l'acquisition d'une maison de repos en Belgique, à Durbuy. L'opération représente un investissement de 20 millions d'euros, une capacité d'accueil de 121 personnes âgées et un rendement locatif net initial d'environ 4,5%.

    "Cette maison de repos qui bénéficie d’une excellente localisation à Durbuy vient compléter notre portefeuille d’immobilier de santé belge, qui compte déjà plus de 80 sites", indique Stéphanie Lomme, Country Manager d’Aedifica Belgique.

  • Le pétrole broie du noir

    Les cours du brut reculent encore dans un contexte d'inquiétudes sur un retour des restrictions sanitaires liées à la propagation du variant Delta qui pourrait freiner la reprise de la demande.

    Le baril de Brent abandonne 0,2% à 74,52 dollars après avoir perdu 2% lundi.
    Le brut léger américain (WTI) cède 0,16% à 72,79 dollars, au lendemain d'une baisse de 1,5%.

  • AB InBev nomme un nouveau CEO pour la zone Amérique du Nord

    AB InBev a annonce la nomination de Brendan Whitworth en tant que président de la zone Amérique du Nord et CEO d'Anheuser-Busch, à compter du 1er juillet 2021. Whitworth qui occupe actuellement le poste de Chief Sales Officer de la société aux États-Unis a occupé divers postes de direction commerciale aux États-Unis au cours des huit dernières années.

    Il succède à Michel Doukeris, qui prend le rôle de CEO mondial d'AB InBev en remplacement de Carlos Brito, également à compter du 1er juillet 2021.

    A relire | Carlos Brito: "Moi, une machine? C'est un compliment"

  • Briefing d'avant bourse

    Les bourses européennes sont attendues sans grand changement à l'ouverture, la propagation du variant Delta du coronavirus, l'approche de la fin du premier semestre et l'attente du rapport mensuel sur l'emploi aux États-Unis en fin de semaine alimentant la prudence.

    Les contrats à terme signalent une ouverture en légère progression pour le Cac 40 à Paris (+0,05%), le Dax à Francfort  (+0,05%), le FTSE à Londres (+0,09%) et une hausse de 0,11% pour l'EuroStoxx 50.

    Les indices européens ont clôturé dans le rouge lundi, les investisseurs ayant été rendus nerveux par la propagation rapide du variant Delta du coronavirus qui a obligé plusieurs pays, du Portugal à l'Australie en passant par Israël et la Thaïlande, à durcir de nouveau les restrictions sanitaires.

  • Détachement de coupon chez Etex

    Etex cote ex-dividende brut de 0,70 euro aujourd'hui, le montant le plus élevé jamais versé par l'entreprise.

    Etex est un cas particulier sur Euronext Bruxelles. L'action du groupe de matériaux de construction de la famille Emsens évolue à un cours record et affiche une capitalisation boursière de près de 1,5 milliard d'euros, mais elle ne se trouve pas immédiatement dans les listes de valeurs. En effet, le titre est coté sur le "Marché Euronext Expert", le marché secondaire pour la négociation électronique des titres non cotés.

    Les fixings (échanges) ont lieu tous les mardis à 11h30 précises et sont à suivre sur le site d’Euronext.

  • Aedifica poursuit ses emplettes en Finlande

    Aedifica poursuit l’expansion du portefeuille d’immobilier de santé finlandais, à travers Hoivatilat, en investissant 22 millions d'euros dans l’acquisition de trois sites d’immobilier de santé déjà en exploitation et le développement de deux nouveaux projets.

    Ces biens représentent un total de 261 résidents et enfants. Le rendement brut moyen de ces cinq sites d'immobilier de santé représente un rendement brut moyen d'environ 7%.

  • Le variant Delta sape la tendance boursière en Asie

    Bonjour! Bienvenue sur le "Market live" de L'Echo, l'observatoire idéal pour ne rien rater de l'actualité boursière et financière.

    Les marchés actions asiatiques baissent ce matin, les investisseurs craignant encore que la propagation rapide du variant Delta du coronavirus ne sape la reprise économique dans la région, malgré la dynamique vigoureuse aux États-Unis.

    L'indice Nikkei de la bourse de Tokyo flanche de 0,9%. Hong Kong perd 0,77%, Singapour lâche 1% et le CSI 300 des grandes capitalisations boursières chinoises rétrograde de 1,1%.

    La tendance en Asie contraste avec les niveaux records de clôture à Wall Street lundi. Le Nasdaq et le S&P 500 ont en effet atteint des sommets historiques lundi, portés par les valeurs technologiques alors que les taux d'intérêt restent bas. Le Nasdaq a ainsi gagné 0,98% à 14.500,51 points, tandis que le S&P 500 a grimpé de 0,23% à 4.290,61 points. Le Dow Jones a en revanche perdu 0,44% à 34.283,27 points.

    Au sein du compartiment de la technologie, Facebook a terminé en hausse de 4,18% après qu'un juge américain a accepté la requête de la société visant à rejeter une action en justice de la Federal Trade Commission. La société a ensuite atteint une capitalisation boursière de 1.000 milliards de dollars.

    ©REUTERS

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés