"Loin de la tension observée jusqu'en juillet 2012"

Les principales Bourses européennes ont terminé en nette baisse, après l'annonce d'un ralentissement de la croissance des services en Chine, les tensions politiques en Egypte et la situation politique au Portugal.

Tout au long de la journée, L'Echo vous offre la possibilité de suivre l'évolution des marchés boursiers en temps réel, à travers les informations de la rédaction, les commentaires des courtiers, les déclarations de traders et autres  économistes sur les réseaux sociaux... David Collin (david.collin@lecho.be / @DavidCollin826) et François Remy (francois.remy@lecho.be / @francois_remy) sont vos "livebloggers" du jour. Des suggestions, questions ou remarques? N'hésitez pas à nous en faire  part, nous essaierons d'en tenir compte.

 

17:36 

Clôture

L’instabilité politique au Portugal a ravivé des craintes sur un retour en force de la crise dans la zone euro. Les indices nationaux ont accusé le coup, chahutés en prime par des stats.

Les marchés d’actions du Vieux continent se sont enfoncés dans le rouge, secoués par la tourmente politique au Portugal. Ce regain de tension survient après la démission d'un deuxième ministre clé du gouvernement lisboète, chargé de mettre en oeuvre le plan d'aide international accordé il y a deux ans. Cela a naturellement éveillé l’inquiétude de voir Lisbonne dans l’incapacité d’honorer ses dettes.

Même si pour l'heure, profitant justement de prêts internationaux jusqu’en juin 2014, le Portugal n'a pas besoin de se financer sur les marchés, la situation est d'autant plus explosive que la troïka des créanciers évaluera le 15 juillet les plans d’économies comportant une réforme de l'Etat destinée à gagner 4,7 milliards d'euros d'ici la fin de l’année prochaine.

Les inquiétudes sur le Portugal ont également remis en doute la capacité de la Grèce à obtenir sa prochaine tranche d'aide ont pesé sur les marchés. Le gouvernement grec, qui a été remanié, est à nouveau sous la pression de ses créanciers de l'Union européenne et du FMI pour présenter des preuves de ses réformes, alors que l'échéance d'un nouveau prêt se rapproche.

En première ligne de ce tremblement politique, la Bourse de Lisbonne a dégringolé, entraînant dans sa chute les consoeurs européennes.

  • AEX -0,57%
  • FTSE 100 -1,17%
  • Bel 20 -0,28%
  • Cac 40 -1,08%
  • Dax -1,03%

Les investisseurs ont été ébranlés dès l'ouverture par des indicateurs d'activité dans les services décevants en Chine qui entretiennent les craintes sur la croissance dans le pays. Les différentes statistiques américaines sur l'emploi ont eu peu d'impact sur la tendance. ADP a fait état d'un nombre d'embauches supérieures aux attentes dans le privé en juin (188.000).

En revanche, le marché a accusé le coup après l'indice ISM d'activité dans les services qui a reculé en juin, les analystes misant sur la stabilité.

16:50 L’Europe boursière évolue en nette baisse, pénalisée par la crise politique au Portugal et après des indicateurs américains contrastés.  

S'ajoutent à cela de nouvelles inquiétudes concernant la Grèce et sa capacité à obtenir une nouvelle tranche d'aide de la part de ses bailleurs internationaux.

"Cette actualité peut faire douter le marché à court terme sans pour autant revenir dans la situation de tension observée jusqu'en juillet 2012", tempère Franklin Pichard, directeur de Barclays Bourse.

Par ailleurs, les investisseurs ont été ébranlés dès l'ouverture par des indicateurs d'activité dans les services décevants en Chine qui entretiennent les craintes sur la croissance dans le pays. 

Les différentes statistiques américaines sur l'emploi ont eu peu d'impact sur la tendance. 

En revanche, le marché a accusé le coup après l'indice ISM d'activité dans les services qui a reculé en juin, les analystes misant au contraire sur une stabilité de l'indicateur. 

 

 

 

16:05 La croissance de l'activité dans le secteur des services américain a ralenti en juin, retombant à un creux de plus de trois ans, en raison notamment d'une quasi-stagnation des nouvelles commandes, selon les chiffres publiés mercredi par l'institut ISM.

Ces données montrent toutefois un bond de la composante emploi, ce qui peut être de bon augure pour le marché du travail.

Le chiffre du mois de juin est au plus bas depuis celui de février 2010. La composante commandes nouvelles a chuté de 56 à 50,8, un creux depuis juillet 2009.

En revanche, la composante emploi est remontée à 54,7, contre 50,1 en mai.

 

15:35 

Express

Wall Street a ouvert en légère baisse mercredi, inquiète pour la zone euro, et en dépit d'un bon chiffre de l'emploi privé aux Etats-Unis: le Dow Jones cédait 0,17% et le Nasdaq 0,35%.

La Bourse de New York avait achevé en légère baisse une séance indécise mardi, gagnée par l'anxiété avant un jour férié et les chiffres mensuels de l'emploi américain: le Dow Jones avait reculé de 0,28% à 14.932,41 points, et le Nasdaq 0,03%, à 3.433,40 points. 

 

15:09 L'euro baisse face au dollar. La monnaie unique européenne est affectée par la crise politique portugaise tandis que le billet vert bénéficiait de bons indicateurs et de la perspective d'une inflexion prochaine de la politique de la Fed. Vers 15h, l'euro valait 1,2973 dollar, contre 1,2978 dollar mardi à 22h. Vers 11h, la monnaie unique européenne est tombée à son plus bas depuis fin mai, à 1,2923 dollar.

 

14:45 On attendait trois statistiques américaines entre 14h15 et 14h30. Les voici:

 

  • Le secteur privé américain a créé 188.000 emplois au mois de juin, un chiffre nettement supérieur aux attentes, montre mercredi l'enquête mensuelle du cabinet de conseil ADP.  Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne 160.000 créations de postes dans le privé.  Le chiffre de mai a été revu en très légère baisse à 134.000 contre 135.000 annoncé initialement, un chiffre qui était déjà nettement inférieur aux attentes, précise ADP. Le gouvernement américain publiera vendredi les chiffres des créations d'emplois pour le mois de juin, qui devraient, selon les économistes, s'élever à 165.000.
  • Les inscriptions hebdomadaires au chômage ont diminué à un rythme plus marqué que prévu aux Etats-Unis lors de la semaine au 29 juin, à 343.000 contre 348.000 (révisé) la semaine précédente, a annoncé mercredi le département du Travail.  Ce recul pour la deuxième semaine d'affilée confirme la tendance à l'amélioration du marché américain de l'emploi. Les économistes attendaient en moyenne 345.000 inscriptions au chômage.
  • Le déficit commercial des Etats-Unis s'est aggravé bien plus fortement que prévu en mai sous l'effet d'une nouvelle poussée des importations et d'un recul des exportations, selon des chiffres publiés mercredi à Washington par le département du Commerce. Le solde, chroniquement déficitaire, des échanges de biens et de services du pays avec le reste du monde s'est établi à 45 milliards de dollars, en données corrigées des variations saisonnières, bondissant de 12,1% par rapport à avril et enregistrant sa plus forte dégradation depuis plus de deux ans. L'ampleur de cette nouvelle aggravation, après celle enregistrée le mois précédent (+8,1%), a surpris les analystes qui tablaient sur une augmentation, bien plus mesurée, à 40,8 milliards de dollars. Sur un an, le déficit a toutefois reculé en mai de 2,6%, d'après les données officielles.

 

14:24 ADP: les créations d'emploi révisées à la baisse en mai à 134.000 contre 135.000 avant.

 

14:20

Us Treasuries Erase Most Gains After Stronger-than-forecast Adp Payroll Report— cigolo (@cigolo) July 3, 2013

 

14:17 Washington USA: hausse des créations d'emplois dans le privé en juin à 188.000 (ADP)

 

 

14:13 Les stats US du jour: les chiffres ADP de l'emploi dans le secteur privé en juin (14h15) aux Etats-Unis, ainsi que les demandes hebdomadaires d'allocations chômage (14h30) et l'indice ISM d'activité dans les services pour le mois de juin (16H00).

 

14:12 Selon Bloomberg, Apple serait proche d'un accord avec Time Warner Cable Inc. (TWC)  en vue de donner aux abonnés du câble l'accès aux services de télévision à canaux via Apple TV.  

 

13:40 Wall Street est attendue en léger repli à l'ouverture, de l'ordre de 0,5% selon les contrats à terme sur indices de la Bourse de New York.

 

13:12 Info service: c'est le dernier jour de souscription aux nouvelles actions Cardio3. Le prix est fixé dans une fourchette de 16,5 euros à 19 euros.

 

13:10 Pour rappel, la séance est écourtée à Wall Street ce mercredi, veille par ailleurs de l'Independence Day du 4 juillet, qui est un jour férié aux Etats-Unis.

 

13h00 Ouverture du chat boursier! Venez discuter avec nous de l'actualité boursière. Stéphane W. aux commandes!

 

 

12:57 Les valeurs à suivre à Wall Street.

  • CARGILL, l'un des premiers négociateurs mondiaux sur le marché du cacao, a étudié la possibilité de racheter l'activité cacao d'ARCHER DANIELS MIDLAND, selon une source proche du dossier. Elle a ajouté que Cargill avait consulté les comptes d'ADM le mois dernier.

  • ALCOA - L'action de l'aluminier perd 2,9% en avant-Bourse, JPMorgan ayant ramené sa recommandation de surpondérer à neutre, selon Theflyonthewall.com. Alcoa traditionnellement ouvre la "saison" des résultats de société trimestriels.


 

 

11:38 |Le point en fin de matinée en Europe|

Sale temps sur les marchés. Les investisseurs, qui tablaient sur une séance empreinte d'attentisme avant des statistiques américaines sur l'emploi ou la réunion de la BCE, encaissent finalement très mal la crise politique au Portugal où la coalition au pouvoir se délite après plusieurs démissions.

 

Le Portugal a obtenu en mai 2011 un prêt de 78 milliards d'euros de la part de ses partenaires européens et du Fonds monétaire international(FMI)

Suivant la démission lundi du ministre des Finances Vitor Gaspar, le ministre des Affaires étrangères et chef du petit parti conservateur CDS qui gouvernait en coalition avec le Parti social démocrate, Paulo Portas, a également jeté l'éponge.

Ce contexte d'incertitude a provoqué un large mouvement de défiance sur la dette portugaise, propulsant le rendement de la dette souveraine à 10 ans au-delà des 8% (plus de 100 points de plus que la veille). Par effet de contagion, l'Espagne et l'Italie voyaient également leur coût de financement respectif se renchérir nettement.

Le secteur financier, détenteur d'obligations du Portugal, rétrogradait nettement rattrapé par ailleurs par la dégradation par Standard & Poor's du rating de trois grandes institutions du secteur: Barclays, Deutsche Bank ou encore Crédit Suisse. Le repli des financières pousse la Bourse de Lisbonne à dévisser. L'indice PSI 20 perd actuellement un peu plus de 5% après avoir lâché plus de 7% en matinée.

Ailleurs en Europe, l'indice DJ Stoxx 600 rétrograde de 1,15%. Les gains de Terraris (+6%) et Vallourec (+3,4%) limitent les replis de l'indice paneuropéen. Ce n'est pas le cas à Madrid (-2,8%), Milan (-1,8%), Francfort (-1,7%), Londres (-1,6%), Paris (-1,6%) ou encore Bruxelles (-1,3%) et Amsterdam (-0,9%).

Sur le marché des changes, l'euro baissait face au dollar mercredi. La monnaie unique européenne est  affectée par la crise politique portugaise tandis que le billet vert bénéficie de la perspective d'une inflexion prochaine de la politique monétaire expansionniste aux États-Unis.

 

 

11:27 Le président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem juge la situation au Portugal "inquiétante" mais il suppose que cela va se stabiliser.

Eurogroup's Dijsselbloem Says Situation In Portugal Is Worrying But Assumes It Will Stabilise— cigolo (@cigolo) July 3, 2013

 

11:19 Si le Portugal secoue les marchés ce matin, les actionnaires de Thrombogenics doivent avoir des sueurs froides à la lecture du graphique de leur valeur biotech favorite. L'action cède en ce moment 3,5%, plus forte baisse de l'indice Bel20 en pourcentage.

 

De grafiek van Thrombogenics begint pijn te doen aan de ogen. pic.twitter.com/fdpftR0sN1— Geert Noels (@GeertNoels) July 3, 2013

 

11:05 876,2 millions d'euros, c'est le montant d'obligations souveraines portugaises dans le bilan d'Ageas arrêté au 31 mars. La chute des emprunts souverains du Portugal se répercutent du coup sur l'action qui cède 1,6%.

 

10:43

 

10:31 Barclays -2%; Deutsche Bank -1,6% et Credit Suisse -2,5%, les trois établissements financiers sont sous pression après avoir vu leurs notes dégradées par Standard & Poor's.

L'agence d'évaluation financière Standard & Poor's a abaissé mercredi d'un cran la note de Deutsche Bank, Barclays et Credit Suisse, en mettant en avant les risques liés à leurs importantes activités dans la banque d'investissement.

Ces quatre banques européennes sont les plus menacées par le changement du cadre réglementaire, aux Etats-Unis comme dans l'Union européenne, a expliqué l'agence de notation.

 

10:13 Les marchés européens sont en forte baisse ce mercredi, déprimés par un cocktail de mauvaises nouvelles. En tête de ceux-ci figurent principalement la crise politique au Portugal et la perspective de la publication dans la journée d'indicateurs sur l'emploi aux Etats-Unis.

La Bourse de Lisbonne chute de 6,5%, Madrid corrige de 3,2%, Milan et Francfort de 2%, Paris et Bruxelles de 1,7%, Londres de 1,6% et Amsterdam de 1,3%.

Les valeurs financières sont particulièrement pénalisées: l'indice sectoriel des bancaires lâche 3,2%, les assurances de 2,3% et les matières premières de 2,15%.

Avant la réunion de la BCE jeudi, les investisseurs auront à analyser plusieurs chiffres des deux côtés de l'Atlantique mercredi, avec notamment

  • des indicateurs d'activité dans les services en zone euro (PMI);
  • les chiffres ADP de l'emploi dans le secteur privé en juin (14h15);
  • aux Etats-Unis, ainsi que les demandes hebdomadaires d'allocations chômage (14h);
  • et l'indice ISM d'activité dans les services pour le mois de juin (16h).

Toutefois, ces indicateurs ne devraient pas influencer les investisseurs de façon décisive, les économistes du Crédit Agricole CIB s'attendant à "de la prudence jusqu'à vendredi".

 

10:00 |Le point sur la situation du Portugal|

La Bourse de Lisbonne dévissait de plus de 5% mercredi peu après l'ouverture des marchés, au lendemain de la démission d'un deuxième ministre clé du gouvernement de centre droit, chargé de mettre en oeuvre le plan d'aide internationale accordé au Portugal il y a deux ans.

Après la démission du ministre des Finances Vitor Gaspar lundi, le ministre des Affaires étrangères Paulo Portas a lui aussi jeté l'éponge mais le Premier ministre Pedro Passos Coelho a refusé d'accepter sa démission pour tenter de sauver la coalition au pouvoir.

Vers 9h50, l'indice PSI-20 de la place portugaise plongeait de 5,62% à 5.219,56 points, avec l'ensemble de ses valeurs dans le rouge.

Les titres bancaires étaient les plus pénalisés, la BCP s'effondrant de 12,9%, la BES de 11,6%, la BPI de 10,32% et la Banif de 7,61%.

Parmi les poids lourds de la Bourse de Lisbonne, Portugal Telecom chutait de 5,07%%, le groupe pétrolier Galp de 4,43%, l'électricien EDP de 4,18% et le groupe de distribution Jeronimo Martins de 3,79%.

Sur les marchés obligataires, où s'échangent les titres de dette, le taux des emprunts à 10 ans du Portugal est passé au-dessus de 8%, pour la première fois depuis novembre 2012, témoignant également d'une forte inquiétude des investisseurs face à l'incertitude politique.

 

09:44

Portuguese 10-yr Government Bond Yields Rise 158 Bps On Day To 8.10 Pct - Tradeweb— cigolo (@cigolo) July 3, 2013

 

09:42 Sur le marché obligataire, ce début de journée est marqué par un nouvel accès de défiance vis-à-vis de la dette portugaise après la démission du ministre des Finances et le rejet par le Premier ministre de celle du ministre des Affaires étrangères, qui fragilise la coalition au pouvoir.

 

09:34

*PORTUGUESE LOCAL MEDIA SAYS MORE GOVT MINISTERS READY TO RESIGN— lemasabachthani (@lemasabachthani) July 3, 2013

 

09:34 Le marché pétrolier est porté par les tensions en Egypte à quelques heures de l'expiration de l'ultimatum fixé par l'armée au président Morsi, qui a réaffirmé mardi soir sa légitimité. L'or noir est également soutenu par l'anticipation d'une forte baisse des stocks de brut aux Etats-Unis.

 

09:21

 

09:09 Le taux portugais bondit de 78 points de base à 7,305%. La Bourse de Lisbonne chute de plus de 5%.

 

09:05 |Le point à l'ouverture en Europe|


Les indices européens sont en net repli, avant la publication de plusieurs indicateurs sur l'emploi américain et à la veille d'une réunion de la Banque centrale européenne (BCE). De son côté, la Bourse de New York a fini en légère baisse, gagnée par l'anxiété avant les chiffres de l'emploi américain vendredi.

Le marché américain sera fermé jeudi en raison d'un jour férié et la séance sera écourtée mercredi.

Les marchés asiatiques étaient eux aussi à la peine. la Bourse de Tokyo a clôturé en baisse de 0,31% mercredi.

Selon, Stan Shamu, stratégiste d'IG, "les inquiétudes sur la Grèce et sa capacité à obtenir sa prochaine tranche d'aide, ainsi que les difficultés politiques au Portugal ont pesé", avec la démission de deux ministres, dont celui des Finances. Même anticipation de la part de Michael Hewson, analyste de CMC Markets, pour qui la situation en Egypte ajoutée au "spectre d'un retour de l'incertitude politique en Europe" constitue "la recette parfaite pour un démarrage en baisse sur les marchés européens".

Les investisseurs sont par ailleurs dans l'attente des conclusions de la réunion de la Banque centrale européenne jeudi.

Mais avant ces rendez-vous, ils auront à analyser plusieurs chiffres des deux côtés de l'Atlantique mercredi, avec notamment

  • des indicateurs d'activité dans les services en zone euro (PMI);
  • les chiffres ADP de l'emploi dans le secteur privé en juin (14h15) aux Etats-Unis;
  • les demandes hebdomadaires d'allocations chômage (14h30) et l'indice ISM d'activité dans les services pour le mois de juin (16h).


Toutefois, ces indicateurs ne devraient pas influencer les investisseurs de façon décisive, les économistes du Crédit Agricole CIB s'attendant à "de la prudence jusqu'à vendredi".

 

09:03 | Opening Bell |

Amsterdam: -0,75%
Bruxelles: -0,78%
Francfort: -1,15%
Londres: -0,98%
Paris: -1,06%
Milan: -1,16%
Madrid: -1,95%

 

08:40 Nette tension sur le taux portugais à 10 ans. Il progresse de 36 points de base à 6,88%. L'Espagne et l'Italie ne sont pas épargnées et voient le coût de leur dette se renchérir de respectivement 11 points de base (à 4,72%) et 8,6 points de base (à 4,52%). Les inquiétudes sur la Grèce et sa capacité à obtenir sa prochaine tranche d'aide, ainsi que les difficultés politiques au Portugal pèsent , avec la démission de deux ministres, dont celui des Finances.

 

08:16 L'agence d'évaluation financière Standard & Poor's a abaissé mercredi d'un cran la note de Deutsche Bank, Barclays et Credit Suisse, en mettant en avant les risques liés à leurs importantes activités dans la banque d'investissement. La note des trois établissements est désormais fixée à "A", dans le bas de la catégorie des investisseurs considérés comme fiables. Sa perspective d'évolution est "stable", ce qui implique que SP n'envisage pas de la modifier à court ou moyen terme.

 

08:11 Les valeurs belges à suivre ce mercredi:

  • GDF Suez cherche à récupérer au moins 600 millions d'euros avec la vente de participations importantes dans certaines de ses activités éoliennes et solaires en Europe, rapporte mercredi le Wall Street Journal, citant des sources ayant une connaissance directe du dossier. Tous les détails dans cet article.
  • KBC Alors que lundi matin, KBC avait annoncé son intention de ne rembourser la première tranche des aides publiques flamandes qu'au second semestre de cette année, au lieu du premier semestre, le bancassureur va s'exécuter dès ce mercredi. KBC va rembourser un total d'1,75 milliard d'euros correspondant à 1,17 milliard d'euros auquel s'ajoute une prime de 50%, soit 0,58 milliard d'euros. Tous les détails dans cet article.

 

08:08  La Bourse de Tokyo a fini en baisse de 0,31% mercredi après avoir connu une journée hésitante. Les gains engrangés en début de séance à la faveur d'un repli du yen ont vite été effacés par des prises de bénéfice après quatre clôtures consécutives dans le vert. Le Nikkei avait atteint 14.164,77 points en tout début de séance, son meilleur niveau depuis la fin mai.

 

08:07 La croissance du secteur des services en Chine est tombée en juin à son plus bas niveau depuis neuf mois, en raison d'un ralentissement de l'activité dans le bâtiment. L'indice PMI du Bureau national de la statistique est ressorti à 53,9 contre 54,3 en mai. Le sous-indice de la construction est revenu à 59,3 contre 62,2.

Le secteur des services est devenu en 2011 le premier employeur de Chine, dépassant pour la première fois l'industrie. A la différence de cette dernière, affectée par une baisse de la demande tant extérieure qu'intérieure, les services ne sont exposées qu'à l'évolution de la conjoncture intérieure.

 

07:52 Mauvais indicateur chinois, independance Day aux Etats-Unis, enquêtes PMI en Europe, enquête ADP, tensions en Egypte, autant d'éléments qui expliquent l'ouverture en baisse attendue sur les marchés européens. Le repli devrait être de l'ordre de 0,6% à 0,7%, selon les contrats à terme sur le CAC40 et l'indice FTSE100.

 

07:49 Ceci démarre le Market Live de ce mercredi 3 juillet; Bonjour et bienvenue à toutes et tous. ING à révisé à la baisse son objectif de cours sur AB InBev à 73,80 euros contre 75 euros avant. L'avis reste à "conserver".

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect