1. Les marchés
  2. Live blog
live

Trump fait bondir les marchés | Fiesta pour LVMH | Philips dégringole

Les marchés européens ont terminé en nette hausse ce jeudi, portés par les dernières déclarations du président américain Donald Trump. Côté valeurs, les résultats meilleurs que prévu de LVMH sont largement salués. L'avertissement sur résultats de Philips passe mal.
  • Fin du Market Live

    C'est l'heure de clôturer ce "Market Live". Rendez-vous demain, à partir de 07h30, pour la dernière séance de la semaine.

    Au programme de ce vendredi 11 octobre: les investisseurs prendront connaissance de l'inflation en Allemagne, de la production industrielle au Royaume-Uni et de l'indice de confiance du consommateur aux États-Unis. Côté entreprises, Fagron et Virbac doivent faire le point sur leurs activités.

    À demain!

  • Résumé de la séance

    Il a suffi d'un tweet. Comme seul Donald Trump sait faire, il a fait bondir les marchés ce jeudi grâce à une déclaration sur les réseaux sociaux. Les secteurs cycliques ont été particulièrement recherchés.

    La prudence reste toutefois de mise, selon Andrea Tuéni (Saxo Banque), dans la mesure où "nous avons eu énormément de nouvelles contradictoires depuis mercredi au sujet de ce dossier commercial sur lequel on a soufflé le chaud et le froid". C'est pourquoi "nous risquons d'avoir des sursauts dans un sens ou dans un autre jusqu'à vendredi en fonction de l'actualité qui sortira de ces discussions", a-t-il estimé.

    À Bruxelles, le BEL 20 a clôturé sur une progression de 1,39% à 3.657,77 points. Les valeurs cycliques comme ING (+4,45% à 9,47 euros), Aperam (+3,40% à 21,30 euros), KBC (+2,82% à 59 euros) ou encore Umicore (+2,73% à 35,37 euros) ont porté la tendance.

  • Euronext vise une marge brute d'exploitation supérieure

    L'opérateur paneuropéen Euronext  , qui chapeaute notamment la Bourse de Bruxelles, vise une marge brute d'exploitation supérieure à 60% d'ici à 2022, dans son nouveau plan stratégique présenté jeudi. Le groupe, qui avait enregistré une marge brute d'exploitation de 57% en 2018 - en prenant en compte l'acquisition de la Bourse d'Oslo - compte atteindre 2 à 3% de croissance interne à périmètre constant à horizon 2022.

  • Clôture des marchés européens

    BEL 20 +1,39%

    CAC 40 +1,27%

    AEX +0,46%

  • "Un accord sur le Brexit reste possible"

    Un accord sur le Brexit reste possible, jugent la Grande-Bretagne et l'Irlande dans un communiqué publié à l'issue d'une rencontre entre leurs Premiers ministres respectifs. "Le Premier ministre (britannique Boris) Johnson et le Taoiseach (irlandais Leo) Varadkar ont eu une discussion détaillée et constructive", est-il écrit dans ce communiqué commun. "Tous deux continuent de croire qu'un accord est dans l'intérêt de tous. Ils sont convenus qu'ils pouvaient distinguer un chemin vers un possible accord."

    Les diplomates européens sont pour leur part sceptiques sur les chances de parvenir à un accord entre Londres et les Vingt-Sept lors du prochain sommet européen les 17 et 18 octobre. Ils s'attendent pour la plupart à ce que Boris Johnson soit contraint d'accepter un report du Brexit, ce que le Premier ministre britannique a constamment et catégoriquement exclu.

  • Le pétrole reprend des couleurs avec l'Equateur

    Les prix du pétrole   sont orientés à la hausse en cours d'échanges européens après un début de journée dans le rouge, soutenus par une situation géopolitique incertaine qui favorise une montée des cours. "Les prix montent à cause des risques qui pèsent sur la production en Equateur (...) et d'un regain d'optimisme sur le commerce," a commenté Edward Moya, analyste chez Oanda.

    Le pays sud-américain a suspendu mercredi la distribution de près de 70% de sa production en raison des troubles sociaux déclenchés par une hausse massive du prix du carburant.

  • Le Bel 20 porté par les bancaires

    Retour à l'optimisme sur les marchés. À Bruxelles, le Bel 20 gagne plus de 1% ce jeudi, porté par ses valeurs cycliques dont les banques. KBC et ING bondissent chacun d'environ 3%.

    ©L'Echo

  • Trump rebooste les marchés

    Le président américain a annoncé sur Twitter son intention de rencontrer le vice-premier ministre chinois ce vendredi à la Maison Blanche. Une annonce qui a provoqué un bond des indices européens et américains.

  • Renault convoque dès vendredi un conseil sur sa gouvernance

    Renault   a convoqué dès vendredi un conseil d'administration consacré à sa gouvernance, probable épilogue de plusieurs journées de rumeurs sur un départ du directeur général Thierry Bolloré, que l'intéressé n'a pas abordé de front lors d'un échange jeudi avec ses salariés. "Le conseil d'administration de Renault se réunira demain matin afin de se prononcer sur la gouvernance du groupe. Une communication sera effectuée à l'issue de cette réunion", annonce le groupe dans un bref communiqué.

  • | OPENING BELL |

    Wall Street ouvre en légère baisse: Dow Jones -0,06%; S&P 500 -0,01%; Nasdaq +0,01%

  • Philips parmi les victimes collatérales de la guerre commerciale

    Le différend commercial sino-américain affecte les marges bénéficiaires de l'équipementier médical Philips. Son action échoue à retrouver ses niveaux record de juillet 2000.

  • USA: baisse inattendue des inscriptions au chômage

    Les inscriptions hebdomadaires au chômage ont diminué aux États-Unis lors de la semaine au 5 octobre à 210.000 contre 220.000 (révisé) la semaine précédente, a annoncé le département du Travail. Les économistes attendaient en moyenne 219.000 inscriptions au chômage. Les inscriptions de la semaine au 28 septembre ont été révisées en hausse de 1.000 par rapport à une estimation initiale de 219.000. 

    La moyenne mobile sur quatre semaines s'établit à 213.750 contre 212.750 (révisé) la semaine précédente.

  • Wall Street signalée en légère baisse

    Wall Street est signalée en légère baisse à l'ouverture, avec des replis de l'ordre de 0,25% pour l'indice Dow Jones, de 0,21% pour le S&P 500 et de 0,16% pour l'indice composite du Nasdaq.

    En Europe, les marchés dérivent sans tendance claire, dans un climat de nervosité alors que doivent reprendre des négociations commerciales très incertaines entre les Etats-Unis et la Chine.

    Pénalisé par Philips (-9%), Amsterdam perd 0,55%. Francfort et Londres sont stables. Bruxelles et Paris gagnent respectivement 0,37%, 0,30%.

  • USA: l'inflation mensuelle inchangée en septembre

    Les prix à la consommation aux États-Unis n'ont pas varié en septembre et l'inflation de base a faibli, ce qui conforte le scénario d'une nouvelle baisse de taux par la Réserve fédérale à la fin du mois. L'indice des prix à la consommation (CPI) avait pris 0,1% en août, montrent les données publiées par le département du Travail. Sur les 12 mois, il a gagné 1,7%.

    L'inflation de base, qui exclut les éléments les plus volatils que sont les produits alimentaires frais et l'énergie, ressort à 0,1% en septembre après s'être affichée à 0,3% sur chacun des trois mois précédents. Sur un an, elle atteint 2,4%, comme en août.

  • Jack Ma reste le Chinois le plus riche

    Jack Ma, fondateur du site de vente Alibaba, reste le Chinois le plus riche en 2019 avec une fortune estimée à 275 milliards de yuans, soit 35 milliards d'euros, selon une liste des personnalités les plus riches établie par Hurun. L'homme d'affaires occupait déjà la première place en 2018.

    Dans le classement mondial de Forbes, il occupe la 21e place. Le magazine américain estime sa fortune à 34 milliards d'euros.

    Jack Ma, fondateur du site de vente Alibaba ©AFP

  • Opposition marquée parmi les membres du conseil de la BCE

    La reprise des achats d'obligations et la modulation du taux de dépôt de la Banque centrale européenne (BCE) ont suscité l'opposition la plus marquée lors de la réunion de politique monétaire de septembre, même si les nouvelles mesures de soutien ont été approuvées au final, montre le compte rendu publié jeudi. Plus d'un tiers des membres du Conseil des gouverneurs, dont les représentants de la France et de l'Allemagne, se sont opposés à la reprise de l'assouplissement quantitatif (QE).

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    * BOEING - Royal Air Maroc a suspendu la livraison de deux 737 MAX, a-t-on appris de source proche du dossier. Le constructeur a par ailleurs exprimé ses regrets après l'annonce par plusieurs compagnies, dont Southwest Airlines et Gol, de l'immobilisation de 737 NG suite à la découverte de microfissures.

    * GENERAL MOTORS a fait état jeudi d'une chute de 17,5% de ses ventes en Chine au troisième trimestre, leur cinquième baisse trimestrielle d'affilée.

    * PG&E - L'action de la compagnie d'électricité californienne chute de plus de 20% dans les échanges en avant-bourse à 8,50 dollars après une décision de justice qui ouvre la voie à un plan de restructuration susceptible d'aboutir à la prise de contrôle du groupe par les créanciers obligataires.

    * RA PHARMACEUTICALS - Le groupe belge UCB a annoncé jeudi avoir conclu le rachat du laboratoire américain pour 48 dollars par action, soit une prime de 93% sur le cours moyen des 30 dernières séances.

  • L'enquête sur Nyrstar monte d'un cran à la FSMA

    L'auditeur de la FSMA se saisit de l'enquête sur Nyrstar . Objectif: voir si le groupe a satisfait à ses obligations de société cotée en matière d'informations. Cette enquête peut se conclure par une sanction administrative, voire le transfert du dossier au parquet.

    Ce genre d'enquête est monnaie courante auprès de la FSMA et s'opère généralement après d'importantes fluctuations du cours de bourse ou après certaines transactions. Seule une petite partie de ces dossiers mène cependant à une enquête par l'auditeur de la FSMA. Il est, selon le site de l'autorité, saisi en cas de "soupçons sérieux de pratiques illégales".

    L'action Nyrstar perd 1,63% à 0,20 euro dans un marché en hausse de 0,26%.

  • L'essentiel à retenir de la matinée boursière

    Hésitation en Europe | Le dialogue USA-Chine sur le commerce reprend

    1. L'indécision règne sur les marchés et les investisseurs rechignent à prendre position face aux nouveaux signes de tensions entre les Etats-Unis et la Chine, à quelques heures de la reprise de leurs négociations commerciales.
    2. Paris gagne 0,50% et Bruxelles 0,22%. Francfort (+0,09%) est stable. Amsterdam rend 0,48%, lestée par Philips.
    3. LVMH bondit de 3,88% après l'annonce d'une croissance de 17% de ses ventes au troisième trimestre.
    4. Philips chute de 8,35% après avoir averti qu'il n'atteindrait pas son objectif de marge cette année.
    5. Le rachat de Ra Pharmaceuticals par UCB accueilli avec circonspection: l'action UCB monte de 0,47%.

  • Jefferies sur UCB: "Stratégiquement utile, mais ..."

    "Freine ton enthousiasme", telle semble être la devise des analystes à propos de la transaction de plusieurs milliards annoncée ce matin par UCB. Pour Jefferies, l'analyste Peter Welford, un vétéran qui suit l'industrie pharmaceutique depuis près de deux décennies, qualifie l'acquisition de Ra Pharma d'"utile sur le plan stratégique".

    Certainement parce que le zilucoplan, le remède potentiel contre le mysathenia gravis (MG), comporte relativement peu de risques au cours de la troisième phase de l'essai clinique en cours, car la deuxième phase de test a donné de très bons résultats. C'était moins le cas pour l'agent MG sur lequel travaille UCB, le rozanolixizumab.

    Et pourtant, Welford s'en tient à son conseil de "conserver". "Ra Pharma est également stratégiquement performant, nous continuons de prévoir que la croissance et les marges bénéficiaires d'UCB seront faibles à court terme. Et cela jusqu'à ce que le pipeline de nouveaux produits commence à partir de 2021 à produire des résultats, y compris les premiers lancements potentiels de zilucoplan à partir de 2022."

    UCB, elle-même, a indiqué qu'en 2019, plus d'une dizaine d'études dans la troisième phase de test (et donc coûteuse) pèseraient sur les marges bénéficiaires.

  • L'euro au-dessus de 1,10 dollar

    L'euro évolue au-dessus du seuil de 1,10 dollar, à 1,1020 (+0,45%), le billet vert pâtissant de la probabilité renforcée d'une baisse des taux américains par la Réserve fédérale.

    A l'inverse, la monnaie européenne se renforce en raison d'attentes moins fortes sur de possibles interventions de soutien monétaire.

    "Les minutes du FOMC (Comité monétaire de la banque centrale américaine) illustrent les divisions, ainsi que les inquiétudes sur le commerce", explique Kit Juckes, analyste pour Société Générale, évoquant le compte-rendu publié mercredi.

    Selon plusieurs analystes, le marché juge la probabilité d'une nouvelle baisse des taux d'intérêt américains, après celles de juillet et de septembre, à plus de 80%.

  • Le PIB du Royaume-Uni se contracte à l'approche du Brexit

    Le produit intérieur brut (PIB) du Royaume-Uni s'est contracté de 0,1% en août sur un mois, signe que l'économie est à la peine à l'approche du Brexit, annonce l'Office des statistiques nationales (ONS).

    L'activité économique subit un coup d'arrêt après avoir progressé de 0,4% en juillet - chiffre révisé.

    Certains économistes craignent que le pays tombe en récession au troisième trimestre, après un recul du PIB de 0,2% au deuxième trimestre, compte tenu des incertitudes entourant le Brexit.

  • Le point sur la tendance boursière - Update

    L'indécision règne sur les marchés, les investisseurs privilégiant la prudence face à de nouveaux signes de tensions entre les Etats-Unis et la Chine à quelques heures de la reprise de leurs négociations commerciales.

    La nervosité des marchés est aussi alimentée par l'incertitude sur le Brexit, avant une nouvelle rencontre entre dirigeants britanniques et irlandais.

    Paris gagne 0,59% et Bruxelles 0,14%. Francfort est stable. Amsterdam, pénalisée par le recul de Philips, se déleste de 0,45%. L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro grappille 0,18% tandis que le Stoxx 600 est stable.

    Les valeurs du luxe se distinguent toutefois après le troisième trimestre meilleur qu'attendu de LVMH dont l'action représentative bondit de 4%. La maison mère de Louis Vuitton a annoncé une croissance de 17%, nettement supérieure aux attentes, de ses ventes au troisième trimestre. Elle entraîne dans son sillage la plupart des grandes valeurs européennes du luxe: Christian Dior gagne 2,99%, Kering 2,96% et Hugo Boss 2,37%.

    A la baisse, Philips chute de 8,35% après avoir averti qu'il n'atteindrait pas son objectif de marge cette année en raison de l'impact des barrières douanières.

     

    ©Bloomberg

  • Degroof Petercam sur UCB : "Les revenus de Ra arrivent trop tard"

    L'analyste Thomas Guillet, de Degroof Petercam, note que l'acquisition de Ra n'offre pas de solution immédiate à l'expiration imminente du brevet des soi-disant médicaments CVN. CVN signifie Cimzia (maladie de Crohn, polyarthrite rhumatoïde), Vimpat (épilepsie) et Neupro (maladie de Parkinson).

    C'est pourqui le revenu attendu du médicament de Ra, zilucoplan, est trop tard pour cela. Zilucoplan traite la myasthénie grave, à l’instar du rozanolixizumab, le médicament développé par UCB . "Les deux médicaments ont un mécanisme d'action différent. UCB a donc l’intention de développer une franchise sur un marché estimé à 6 milliards de dollars. Mais les deux médicaments candidats ne contribueront pas au chiffre d'affaires avant 2022."

    La myasthénie grave affecte près de 200.000 patients aux États-Unis, dans l’Union européenne et au Japon.

    Argenx est également actif avec efgartigimod et a une longueur d'avance sur UCB.

  • Oddo sur UCB: "Prise de contrôle coûteuse"

    Oddo Securities estime que l'acquisition de Ra par UCB est "très chère". "Nous prévoyons un effet dilutif de près de 10% dans les trois prochaines années", indique le broker.

    Le courtier reste à "réduire" sur l'action. Le prix cible est de 68 euros.

  • LVMH décolle après des ventes supérieures aux attentes

    LVMH décolle de plus de 5% en début de matinée, propulsée par des ventes supérieures aux attentes au troisième trimestre en dépit du climat instable qui prévaut à Hong Kong, où de nombreuses marques ont fermé leurs points de vente.

  • Philips: -7%

    L'avertissement sur résultats de Philips (voir post de 8h32) passe mal dans le marché : le titre plonge de 7%.

  • L'avis des analystes sur UCB

    L'avis des analystes sur le deal annoncé ce matin par UCB (voir post de 7h40).

    > KBC Securties:

    "UCB achète Ra Pharmaceuticals, une opération à 2 milliards d'euros. Nous estimons qu'il s'agit d'une démarche intelligente. Nous attendions depuis un petit temps déjà une acquisition de la part d'UCB pour enrichir le pipe-line. L'acquisition devrait se traduire par une nette contribution au chiffre d'affaires à partir de 2024 et c'est bienvenu compte tenu de la pression existante sur le portefeuille actuel. Le prix d'acquisition est correct et nous nous attendons à de bonnes synergies entre les deux entreprises."

    La recommandation d'achat est maintenue et l'objectif de cours est confirmé à 86 euros."

    > Kepler Cheuvreux:

    "UCB a annoncé une substantielle acquisition dans le secteur biotechnologique américain, Ra Pharmaceuticals ayant le potentiel de soutenir la croissance des bénéfices au-delà de l'impact de l'expiration de ses brevets à partir de 2020. Toutefois, l'opération se traduit aussi par une dilution significative du bénéfice par action jusqu'en 2022 environ, quand les ventes du Zilucoplan (contre la myasthénie grave) débuteront.

    La recommandation d'achat est maintenue avec un un objectif de cours de 85 euros."

  • |Opening bell|

    • Bruxelles: +0,16%
    • Amsterdam: -0,43%
    • Francfort: 0,00%
    • Paris: +0,36%
    • DJ Stoxx 600: +0,02%

  • Warning de Philips

    Philips annonce qu'il lui sera impossible d'atteindre son objectif d'amélioration de marge pour 2019, en raison de l'impact négatif de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine et de la hausse des barrières douanières.

    Le fabricant néerlandais de produits de santé prévoit que sa marge brute d'exploitation (marge d'Ebita) augmentera cette année de 10 à 20 points de base, alors qu'il visait initialement une hausse de 100 points.

    Le groupe maintient, en revanche, son objectif de hausse de 4% à 6% de son chiffre d'affaires à périmètre comparable.

    Philips a également publié ses résultats préliminaires pour le troisième trimestre.

    "Nous continuons de prévoir une bonne dynamique de croissance de toutes nos activités. Cependant, il est décevant que les marges diminuent dans nos activités Connected Care (...) en raison du handicap croissant des barrières douanières et de l'impact tardif des mesures prises pour les compenser."
    Frans van Houten
    Directeur général de Philips

  • Un important actionnaire de MDxHealth renforce encore sa participation

    Valiance Asset Management a renforcé sa participation dans MDxHealth , selon un communiqué de la société de biotechnologie.

    Au 7 octobre, Valiance détenait un intérêt total de 15,82% dans MDxHealth via trois entités. La société a ainsi dépassé la limite de notification de 15%.

    Basée à Guernesey, Valiance Asset Management agit pour le compte d'investisseurs externes.

  • Négociations commerciales: état des lieux

    Les plus hauts responsables américains et chinois en charge du dossier de la guerre commerciale se retrouvent à Washington pour la première fois depuis fin juillet pour une session de négociations censée durer deux jours.

    Les chances d'un accord, même partiel, restent difficiles à évaluer, tant les informations contradictoires circulent.

    Mercredi, Donald Trump a évoqué "de grandes chances" de conclure un accord, mais le ton est moins optimiste en Chine. Sous couvert de l'anonymat, un responsable chinois informé des préparatifs des discussions a estimé que parvenir à un compromis ne serait "pas une tâche facile".

    Le quotidien de Hong Kong South China Morning Post a rapporté que la délégation chinoise, menée par le vice-Premier ministre Liu He, quitterait Washington dès jeudi, après seulement une journée de pourparlers.

    Mais, dans un tweet, un journaliste de la chaîne CNBC a indiqué par la suite que la Maison-Blanche n'était au courant d'aucun changement de programme.

    De son côté, le New York Times écrit que les États-Unis s'apprêtent à autoriser certaines entreprises américaines à fournir des produits "non-sensibles" au groupe chinois d'équipements de réseaux Huawei .

    Quant à l'agence Bloomberg, elle évoque la volonté de la Maison-Blanche de conclure avec Pékin un accord partiel portant sur les devises.

    La Chine reste sous la menace d'un relèvement à 30% des droits de douane américains sur quelque 250 milliards de produits importés aux États-Unis à compter du 15 octobre.

    "Il y a beaucoup d'informations qui circulent, certaines négatives, d'autres positives. On ne sera définitivement fixé sur le résultat de tout ça que mardi prochain à minuit (heure de Washington), car c'est à ce moment-là qu'on saura si la prochaine vague de droits de douane est appliquée ou reportée."
    Stuart Oakley
    Responsable des flux de devises chez Nomura

  • Le point avant l'ouverture des marchés

    1. Les principales bourses européennes sont attendues sur une note hésitante à l'ouverture.
    2. Les marchés asiatiques en ordre dispersé.
    3. Les investisseurs peinent à faire le tri dans le flux d'informations liées au dossier commercial.
    4. USA et Chine reprennent leurs négociations au plus haut niveau.
    5. UCB acquiert l'Américian Ra Pharmaceuticals.
    6. Le compte rendu de la BCE et les chiffres des prix à la consommation aux USA au programme.
    7. Adjudication de bons du Trésor US à 30 ans.

  • UCB s'empare de l'américain Ra Pharmaceutical

    Une acquisition pour UCB . Le groupe pharma annonce la signature d'un accord de fusion avec l'américain Ra Pharmaceuticals Inc.

    "Cette association nous donnera l’opportunité de devenir un leader dans le traitement des personnes atteintes de myasthénie grave, une maladie neurologique orpheline causée par un auto-anticorps avec un besoin médical insatisfait élevé", explique Jean-Christophe Tellier, CEO d'UCB dans un communiqué.

    Selon les termes de l'accord, les actionnaires de Ra Pharma recevront 48 dollars en espèce pour chacune de leur action. La valeur totale de cette opération se monte donc à 2 milliards d'euros (net du cash de Ra Pharma).

    Cette acquisition n'a pas d'impact sur les prévisions financières 2019, a indiqué UCB.

     

    50%
    UCB achète Ra Pharma
    Le prix de 48 dollars offert par UCB représente plus du double du cours de clôture de Ra Pharmaceuticals (22,70 dollars).

  • Bonjour!

    Bienvenue sur notre Market live, l'observatoire rêvé pour ne rien rater de l'actualité des marchés boursiers.

    ©AFP

Plus sur Les Marchés

Echo Connect