1. Les marchés
  2. Live blog
live

Pire série du Bel 20 depuis mi-mars | Tesla à plus de 1.000 dollars

Les marchés européens ont fini en baisse à cause des prévisions de l'OCDE. La prudence a dominé avant la décision de la Fed. Tesla a passé un cap. Le Bel 20 a subi sa troisième baisse d'affilée, ce qui n'était plus arrivé depuis le 12 mars. Cofinimmo a été suspendue.
  • Vos rendez-vous de jeudi

    Notre Market Live du jour se clôture ici, merci de l'avoir suivi!

    Voici encore quelques informations utiles pour la séance boursière de demain, avec notamment une importante réunion de l'Eurogroupe qui doit se pencher sur le plan de relance européen et sur les candidats à la succession de son président:

    N'oubliez pas que nous suivrons aussi ce soir la décision de la Réserve fédérale (à 20h) et la conférence de presse de son président, Jerome Powell, à partir de 20h30. Rendez-vous sur lecho.be.

    Et bien entendu, nous vous retrouvons dès demain matin pour le suivi en direct de l'actualité boursière. Merci pour votre fidélité et à demain!

  • Voici les débriefings du jour

    Les marchés boursiers européens ont mal réagi aux prévisions plus pessimistes qu'espéré de l'OCDE. La prudence a également prévalu dans l'attente de la décision de la Fed. Grosse chute de Juste Eat Takeaway.

    En Bourse de Bruxelles, le Bel 20 a enregistré sa troisième baisse d'affilée, ce qui n'était plus arrivé depuis la mi-mars, juste avant la fin du krach boursier dû à la pandémie. AB InBev souffre de la lenteur de la reprise dans l'horeca. Colruyt bien vu par un analyste.

  • Clôture en Europe

    Bel 20: -1,28% à 3.442,66 points

    AEX: -0,44% à 559,28 points

    Cac 40: -0,82% à 5.053,42 points

    Dax: -0,70% à 12.530,16 points

    FTSE 100: -0,10% à 6.329,13 points

  • Just Eat l'emporte face à Uber pour la reprise de Grubhub

    Le secteur de la livraison à domicile est en ébullition. Selon l'agence Dow Jones, le néerlandais Just Eat Takeaway  serait tout proche d'un accord pour la reprise de l'américain Grubhub. Dans un communiqué, le groupe néerlandais a confirmé être en discussions avancées avec le groupe américain. L'action de Just Eat plonge de plus de 12% à la Bourse d'Amsterdam.

    Uber Technologies , qui envisageait aussi une offre sur Grubhub, doit jeter l'éponge pour des raisons de respect des règles de concurrence. L'action Uber chute d'environ 4% en Bourse de New York.

    Le titre Grubhub  , qui avait déjà fortement progressé dernièrement sur des spéculations de reprise, cède un peu moins de 1% à Wall Street.

  • Tesla dépasse 1.000 dollars

    L'action Tesla  vient de dépasser pour la première fois le seuil symbolique de 1.000 dollars en Bourse de New York. Le titre prend actuellement plus de 6% par rapport à la clôture de mardi.

    Depuis le début de l'année, l'action du constructeur de véhicules électriques affiche une envolée de près de 140%.

  • Vers une mauvaise série du Bel 20

    L'indice Bel 20  perd actuellement 0,50%. Si une baisse se confirme en clôture, l'indice belge affichera trois replis consécutifs, ce qui n'était plus arrivé depuis la mi-mars, peu avant la fin du krach boursier dû à la pandémie.

    Entre son point bas de la crise, touché le 17 mars, et vendredi dernier, le Bel 20 avait repris 40%. Des prises de bénéfices semblaient inévitables.

  • Wall Street ouvre indécise

    La Bourse de New York a entamé la séance du jour sans direction claire. Dans les premiers échanges, le Dow Jones  perd 0,27% mais le Nasdaq  gagne 0,47%.

  • Les indices européens reviennent à l'équilibre

    Après avoir été inquiétés par l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) qui annonce une forte contraction de l'économie, les investisseurs reprennent espoir grâce aux bons chiffres des bilans épidémiologiques malgré le déconfinement. Les indices boursiers européens sont à présent quasiment inchangés par rapport à la veille. A Paris, le Cac 40  perd 0,16%. A Francfort, le Dax  gagne 0,18%. A Londres, le FTSE 100  prend 0,2%.

    Les investisseurs sont également prudents dans l'attente de la décision de politique monétaire de la Réserve fédérale. La banque centrale des Etats-Unis doit se prononcer en soirée.

  • "La BCE se satisfait de son arsenal pour l'instant"

    Isabel Schnabel, l'une des membres du directoire de la Banque centrale européenne (BCE), a écarté implicitement l'hypothèse d'un renforcement de l'arsenal anti-crise de l'institution en exprimant son scepticisme quant à l'intérêt d'acheter des obligations émises par des banques ou des titres de dette d'entreprise mal notés. "Nous n'avons pas nécessairement besoin d'enrichir notre boîte à outils pour le moment mais en fonction de la manière dont la crise évoluera, cela pourrait devenir nécessaire à un moment donné", a-t-elle dit.

    Elle a évoqué le risque de conflit d'intérêts que pourrait impliquer l'achat d'obligations du secteur bancaire et ajouté que la réputation de la BCE pourrait souffrir d'éventuelles pertes sur son portefeuille de titres. "L'anatomie du PEPP assure la flexibilité - dans le temps, entre les juridictions et les segment de marché - nécessaire pour contrer efficacement les défis spécifiques que pose le COVID-19", a-t-elle déclaré. "Cette flexibilité est un élément clé du PEPP et sera maintenue tout au long de sa durée de vie."

  • USA: baisse des prix à la consommation pour un 3e mois d'affilée

    Les prix à la consommation aux Etats-Unis ont reculé en mai pour le troisième mois consécutif en raison de la faiblesse persistante de la demande dans le contexte de récession économique lié à la pandémie de coronavirus, montrent les statistiques officielles publiées par le département du Travail. L'indice des prix à la consommation (CPI) a reculé de 0,1% après la baisse de 0,8%, la plus forte depuis décembre 2008, enregistrée au mois d'avril.

    Sur un an, sa progression tombe ainsi à 0,1% après +0,3% en avril. Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une stagnation d'un mois sur l'autre et une hausse de 0,2% en rythme annuel.

    L'indice CPI dit de base, qui exclut l'énergie et l'alimentation, les composantes les plus volatiles, a baissé de 0,1% en mai après -0,4% le mois précédent. Il ressort en hausse de 1,2% sur un an contre +1,4% en avril et +2,1% en mars.

  • Cofinimmo suspendue après le rachat de six sites de santé

    La société immobilière Cofinimmo   a signé un accord concernant l’acquisition de six sites de santé en Belgique par apports en nature des actions de six sociétés. La valeur conventionnelle des actifs s’élève à environ 105 millions d’euros. Au total, les sites offrent ensemble une superficie hors-sol de plus de 38.000 m² et ont une capacité de 562 lits. Ils sont répartis en Flandre.

    Dans ce contexte, 825.408 nouvelles actions Cofinimmo ont été émises aujourd'hui pour rémunérer le vendeur, précise la SIR dans un communiqué.

  • L'action Cofinimmo suspendue...

    ... depuis 13h25 dans l'attente des résultats d'un placement privé.

  • Wall Street attendue sur une note stable

    Wall Street devrait ouvrir dans le désordre, les investisseurs optant pour la prudence dans l'attente des annonces de la Réserve fédérale américaine et de ses commentaires sur la conjoncture économique.

    → Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en repli de 0,1% pour le Dow Jones et quasiment à l'équilibre pour le S&P-500.

  • L'Allemagne pourrait émettre plus de dette pour financer sa relance

    Le ministre allemand des Finances, Olaf Scholz, envisage un effort budgétaire supplémentaire, accompagné de 50 milliards d'euros de dette en plus, pour financer le vaste plan de relance économique de l'Allemagne face à la crise du coronavirus, a dit à Reuters un responsable informé de ce projet. Le gouvernement d'Angela Merkel devrait adopter le 17 juin une nouvelle loi de finances rectificative pour tenir compte du plan de relance dévoilé la semaine dernière, a dit cette source.

    Cet effort s'ajoute aux mesures d'urgence, déjà financées par de la dette, décidées en mars pour 156 milliards d'euros, ce qui signifie que l'Etat fédéral allemand pourrait émettre cette année pour plus de 200 milliards de dette nouvelle.

  • Les principales valeurs à suivre à Wall Street

    * FORD MOTOR a annoncé mercredi une élargissement de son alliance avec Volkswagen pour produire jusqu'à 8 millions de véhicules commerciaux. En avant-Bourse, l'action du constructeur américain s'est retournée à la hausse pour prendre 0,7%.

    * TESLA - Elon Musk a déclaré qu'il était temps d'intensifier la production de camions électriques, montre un courrier électroniue signé du patron de Tesla que Reuters a pu consulter.

    * ABBVIE a annoncé mercredi un partenariat avec Genmab pour le développement et la commercialisation conjointe de traitements contre le cancer.

    * GAMESTOP perd 7% dans les transactions avant l'ouverture des marchés américains, le distributeur de jeux vidéo ayant publié une perte trimestrielle plus importante que prévu.

    * AMC ENTERTAINMENT, le plus grand exploitant de salles de cinéma au monde, prévoit la réouverture en juillet de tous ses salles après avoir été contraint de les fermer à la mi-mars en raison de la pandémie de coronavirus. Le titre gagne 4% mardi dans les échanges avant-Bourse.

    * APPLE gagne environ 1% en avant-Bourse, Deutsche Bank et Evercore ISI ayant relevé leur objectif de cours sur la valeur.

    * CHEVRON - RBC a abaissé sa recommandation à "sous-performance" contre "performance en ligne".

    * UNITED AIRLINES - JPMorgan a abaissé sa recommandation à "neutre" contre "surpondérer".

  • Galapagos va collaborer avec e-therapeutics

    Galapagos  s'associe avec la société britannique e-therapeutics, qui prétend avoir "une plateforme informatique révolutionnaire" et "une méthodologie unique de découverte de médicaments basée sur le réseau (NDD)" grâce auxquels de nouveaux et meilleurs médicaments peuvent être découverts plus rapidement. La collaboration implique de nouvelles approches thérapeutiques pour traiter l'IPF (fibrose pulmonaire idiopathique) et d'autres types de fibrose.

  • ING passe à l'achat sur Ageas

    ING a relevé sa recommandation sur Ageas   à "acheter" contre "conserver" auparavant. "Ageas a un profil attractif avec une activité belge génératrice de trésorerie et une empreinte asiatique croissante", souligne l'analyste Albert Ploegh, qui juge la valorisation attrayante. L'objectif de cours est par contre revu à la baisse, passant de 49 à 45 euros.

  • "La séance du jour sera une journée d'attente pour les marchés européens"

    "La séance du jour sera une journée d'attente pour les marchés européens, avant les conclusions" du comité de politique monétaire de la Fed ce soir. "Les marchés n'attendent pas de nouvelles mesures", mais la banque centrale américaine "doit dévoiler ses nouvelles prévisions économiques" et son président, "Jerome Powell devrait promettre le maintien d'une politique monétaire très accommodante aussi longtemps que nécessaire"
    Tangi Le Liboux
    stratégiste du courtier Aurel BGC

  • L'OCDE anticipe pour 2020 la pire récession en temps de paix

    Actualisant ses prévisions pour prendre en compte les effets de la pandémie de coronavirus, l'Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE) indique que le PIB mondial devrait se contracter de 6,0% cette année avant de rebondir de 5,2% en 2021 dans l'hypothèse où l'épidémie serait maintenue sous contrôle.

    "D'ici la fin 2021, les pertes de revenus excéderont celles enregistrées au cours de toutes les récessions précédentes des 100 dernières années, à l'exception des périodes de guerre, avec des conséquences extrêmes et durables pour les populations, les entreprises et les gouvernements"
    Laurence Boone
    économiste en chef de l'OCDE

    Mais l'OCDE a également travaillé sur un scénario qu'elle dit également possible d'une seconde vague épidémique dans le courant de l'année. Dans cette hypothèse, la contraction de l'économie mondiale serait de 7,6% cette année et la reprise en 2021 plus modeste, à 2,8% seulement.

    D'après les projections de l'OCDE, les Etats-Unis, première puissance économique mondiale, doivent se préparer à une contraction de 7,3% de leur PIB cette année avant un rebond de 4,1% l'année prochaine. Dans l'éventualité d'une seconde vague, la récession serait de 8,5% cette année, et le PIB américain ne regagnerait que 1,9% en 2021.

    La zone euro s'oriente, elle, vers une contraction de 9,1% cette année suivie d'une reprise de 6,5% l'année prochaine. Mais dans le scénario d'une deuxième vague, le recul serait là aussi plus marqué (-11,5%) et la reprise plus modeste en 2021 (+3,5%).

  • Le point sur la séance

    Les principales bourses européennes montent dans l'attente des annonces de la Réserve fédérale, dont la posture et les prévisions aideront à déterminer la tendance pour les actifs risqués.

    • À Bruxelles, le Bel 20 grimpe de 0,56%. Ailleurs en Europe, le CAC 40 prend 0,67%, le Dax gagne 0,57% et à Londres, le FTSE progresse de 0,7%. L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro avance de 0,66%, le FTSEurofirst 300 de 0,79% et le Stoxx 600 de 0,61%.
    • Pratiquement tous les secteurs européens sont dans le vert dans les premiers échanges, avec une progression marquée pour l'indice Stoxx des banques, qui prend 1,12%.
    • Sur le marché obligataire, le Bund allemand à 10 ans, taux de référence de la zone euro, abandonne un point de base à -0,32%. 
    • Sur le marché des changes, le billet vert cède 0,1% face à un panier de référence et l'euro s'apprécie légèrement, à 1,1348 dollar.
    • Les cours du pétrole restent pénalisés par la surabondance de l'offre. Le Brent de mer du Nord perd 1,8% à 40,45 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) cède 2,2% à 38,07 dollars.
  • L'idée d'une "bad bank" européenne refait surface

    Des responsables de la Banque centrale européenne (BCE) élaborent un plan pour faire face aux centaines de milliards d'euros de prêts impayés à la suite de l'épidémie de coronavirus, ont déclaré à Reuters deux personnes proches du dossier. Le projet, qui intervient alors que l'Europe mobilise des milliards d'euros pour soutenir l'économie de la région, vise à protéger les banques commerciales de toute seconde retombée de la crise, si l'augmentation du chômage étouffe les revenus nécessaires au remboursement des prêts.

    Bien que l'idée d'une "bad bank" en zone euro ait été discutée et mise de côté il y a plus de deux ans, la BCE, sous la direction de sa nouvelle présidente Christine Lagarde, a consulté les banques et les responsables de l'UE au sujet d'un tel scénario ces dernières semaines, a rapporté l'une de ces sources.

  • Degroof Petercam revoit sa note sur Colruyt

    Degroof Petercam a relevé son objectif de cours pour Colruyt   à 59 euros contre 58 euros précédemment. "Colruyt est et restera le gagnant sur le marché belge et, à notre avis, les investisseurs sous-estiment la solidité financière du groupe", estime l'analyste Fernand de Boer. Sa recommandation reste à "acheter".

  • | OPENING BELL |

    AEX +0,75%

    CAC 40 +0,67%

    BEL 20 +0,54%

  • Le point sur les marchés avant l'ouverture

    Les principales Bourses européennes devraient ouvrir en hausse modérée ce mercredi dans l'attente des annonces de la Réserve fédérale, dont la posture et les prévisions aideront à déterminer la tendance pour les actifs risqués.

    • D'après les contrats à terme sur les indices de référence, le CAC 40 parisien pourrait gagner autour de 0,6% à l'ouverture après avoir perdu mardi 1,55%. Le Dax à Francfort prendrait 0,7% et le FTSE à Londres progresserait de 0,4%.
    • L'attentisme est sensible également sur le marché obligataire. Dans les premiers échanges en Europe, le Bund allemand à 10 ans, taux de référence de la zone euro, est stable à -0,309%.
    • Sur le marché des changes, le billet vert cède 0,2% face à un panier de référence et l'euro s'apprécie à 1,1357.
    • Les cours du pétrole reculent, pénalisés par la surabondance de l'offre. Le Brent de mer du Nord perd 1,4% à 40,61 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) cède 1,8% à 38,24 dollars.
  • La cotation d'Asit Biotech va reprendre...

    ... à l'ouverture ce mercredi matin. Pour mémoire, la biotech était placée sous réorganisation judiciaire en février dernier pour quatre mois. Mais le tribunal lui a accordé un nouveau délai de quatre mois.

  • Les ventes d'Inditex ont chuté de 44% au T1

    Le groupe espagnol Inditex, propriétaire notamment de la chaîne de prêt-à-porter Zara, a enregistré une baisse de 44% de ses ventes, à 3,3 milliards d'euros, entre le 1er février et le 30 avril. Et ce, alors que 88% de ses magasins ont été fermés à certains moments pendant le confinement. 

    Les ventes en ligne ont par contre bondi de 50% sur la même période, augmentant notamment de 95% en avril. Lire le communiqué

  • Les prix à la production en Chine déclinent à nouveau en mai

    Les prix à la production en Chine ont connu en mai leur plus fort déclin en plus de quatre ans, reflétant la pression ressentie dans le secteur manufacturier suite à la pandémie de coronavirus qui a mené à une baisse des flux commerciaux et de la demande globale. Selon les données officielles publiées mardi, l’indice des prix à la production (PPI) a chuté le mois dernier de 3,7% en rythme annuel, sa plus forte baisse depuis mars 2016. Les analystes interrogés par Reuters anticipaient en moyenne une baisse de 3,3%.

    L’indice des prix à la consommation (CPI) a progressé de 2,4% en rythme annuel, la plus faible progression depuis mars 2019, alors que les prix des produits alimentaires ont continué de baisser. Les analystes anticipaient une hausse du CPI de 2,7%.

  • Campine coté ex-dividende

    Le groupe chimique Campine   cote aujourd'hui ex-dividende de 1,75 euro brut. C'est 50 cents (ou 40%) de plus que l'année passée.

  • Asit Biotech peut poursuivre sa réorganisation judiciaire

    Placée sous réorganisation judiciaire en février dernier pour quatre mois, Asit Biotech   a demandé, fin mai, une prolongation de ce sursis. Le tribunal lui a accordé un nouveau délai de quatre mois.

  • Celyad devient Celyad Oncology

    La biotech wallonne Celyad   change de nom et devient Celyad Oncology. Selon la société, le nouveau nom met en évidence des progrès significatifs avec ses programmes CAR-T (immunothérapie qui modifie génétiquement les cellules du corps pour cibler les cellules cancéreuses) de nouvelle génération et exprime également mieux l'engagement envers les patients atteints de cancer. Dans le cadre du changement de marque, Celyad Oncology a également reçu un nouveau logo et un nouveau site web a été lancé.

    Le ticker sous lequel la société de biotechnologie est cotée sur Euronext et le Nasdaq reste CYAD. Lire le communiqué

  • Good morning!

    Bonjour à toutes et tous! Et bienvenue sur le "Market Live" de L'Echo.

    Le Dow Jones et le S&P 500 ont fini mardi en baisse à Wall Street, sur des prises de bénéfice après plusieurs séances de hausse, tandis que le Nasdaq Composite a continué à caracoler à ses plus hauts niveaux, franchissant pour la première fois en séance les 10.000 points avant de signer un record de clôture. Reste à savoir si ce nouveau plus haut historique va rebooster les marchés européens. 

    Tous les regards restent cependant tournés vers la Réserve fédérale américaine, qui se prononcera sur sa politique monétaire ce soir. À l'instar de la Banque centrale européenne (BCE), la Fed publiera également ses nouvelles prévisions économiques.

    ©Arne Dedert/dpa

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés