1. Les marchés
  2. Live blog
live

Net rebond des indices boursiers européens | Le Bel 20 à la traîne | Bpost recherchée

Rassurés par les indices manufacturiers, les marchés européens ont terminé en trombe ce lundi. Wall Street engrange les gains avec un Nasdaq record. Séance difficile pour HSBC et SocGen. IBA dopée par l'offre de Siemens Healthineers sur Varian. Effet PostNL sur bpost.
  • Fin du live

    C'est ici que se referme le MarketLive de ce lundi 3 août. Merci de nous avoir suivis et à demain! 

  • GBL à la fête, Exmar au tapis (Débriefing des actions belges)

    La Bourse de Bruxelles n'est pas parvenue à afficher la même cadence que ses voisines européennes. Après plusieurs incursions dans le rouge, le Bel 20 a fini la séance sur un gain de 1,52%, tirant avantage de l'optimisme affiché à Wall Street après de bons indicateurs sur l'activité manufacturière. 

     Hors Bel 20, IBA a gagné 4,14%, les investisseurs réagissant à une OPA en cours dans le secteur. Exmar a chuté de 6,06% et touche un plus bas historique. L'armateur belge a du mal à se remettre de la défection d'un de ses plus gros clients, l'Argentin YPF qui a déclaré fin juin qu'il n'était plus en mesure de payer sa facture pour la location à long terme de son usine à gaz flottante Tango FLNG. L'action Exmar a perdu depuis lors plus de 53% de sa valeur. 

  • L'Europe termine en trombe

    Les Bourses européennes ont terminé en nette hausse lundi, profitant de l'amélioration plus forte que prévu de l'activité manufacturière en Chine, aux Etats-Unis et en zone euro. À Paris, le Cac 40 a gagné 1,93% à 4.875,93 points. Le Footsie britannique a pris 2,29% et le Dax allemand s'est adjugé 2,71%. L'indice EuroStoxx 50 a avancé de 2,33%, le FTSEurofirst 300 de 2,08% et le Stoxx 600 de 2,05%. 

  • Europe | Closing Bell

    Bel 20: +1,52% 

    Cac 40: +1,92% 

    Dax: +2,71% 

    Ftse 100: +2,29% 

    Aex: +2,28%

    Stoxx 600: +2,05% 

  • Eli Lilly va tester un traitement anti-Covid dans des maisons de repos

    L'entreprise pharmaceutique américaine Eli Lilly va lancer un essai clinique de phase III dans des maisons de retraite aux États-Unis afin d'étudier le potentiel de l'un de ses traitements expérimentaux aux anticorps contre le Covid-19. L'essai du LY-CoV555, un traitement développé en partenariat avec le laboratoire canadien de biotechnologie AbCellera, devrait compter 2.400 participants vivant ou travaillant dans les établissements médicosociaux qui ont connu récemment des cas de Covid-19. 

    L'action Eli Lilly gagnait 1,5% a mi-séance à la Bourse de New York. Le médicament est déjà testé dans les hôpitaux sur des patients atteints du Covid-19.  

  • Apple à moins de 5% des 2.000 milliards de capitalisation boursière

    L'action Apple poursuit sur sa lancée de vendredi. Après un gain de plus de 10% lors de sa dernière séance du mois de juillet, le titre du fabricant de l'iPhone gagne encore du terrain ce lundi. Si bien qu'il se rapproche de la barre des 2.000 milliards de capitalisation boursière. Un cap que la société pourrait franchir si son action gagne encore 5% environ par rapport à son plus haut du jour. 

    En 2018, le 2 août pour être précis, Apple avait déjà marqué l'histoire de Wall Street en devenant la première entreprise privée au monde à franchir le cap des 1.000 milliards de dollars en Bourse. 

  • Une saison des résultats globalement meilleure que prévu

    Morgan Stanley fait un point d'étape sur la saison de la publication des résultats trimestriels.

    Les résultats publiés jusqu'ici témoignent d'une baisse de 35% en moyenne en rythme annuel des bénéfices par action (bpa), constate la banque américaine. Toutefois, l'étendue des bpa qui ont battu le consensus reste bonne et le cycle de révision à la baisse des bpa semble désormais terminé.

    Les résultats trimestriels restent globalement meilleurs que prévu, précise Morgan Stanley. 50% des entreprises ont battu le consensus de BPA de 5% ou plus, tandis que 30% l'ont raté, ce qui donne un solde positif de 20%. Ce dernier met en évidence des attentes trop faibles à l'entame de la saison des résultats trimestriels.

    Les sociétés qui ont le plus dépassé les attentes appartiennent principalement au secteur IT ou à celui des biens de consommation.

    Sans grande surprise, les conditions économiques défavorables induites par le Covid-19 ont eu clairement des conséquences plus graves pour les bénéfices des entreprises au deuxième trimestre qu'au premier, note Morgan Stanley.

    En bourse, la réaction des cours reste légèrement biaisée à la baisse. Les actions des sociétés qui ont battu le consensus ont en moyenne surperformé de 0,3% le jour des résultats, tandis que celles ayant raté le BPA ont sous-performé de 1,0%.

  • L'ISM manufacturier aux États-Unis fait mieux qu'attendu

    L'indice mesurant la santé du secteur manufacturier aux États-Unis s'affiche à 54,2 pour le mois de juillet contre 52,6 un mois plus tôt. Le consensus des analystes plaçait l'ISM du mois écoulé à 53,6 points.  

  • Nouveau record pour le Nasdaq

    L'indice à forte coloration technologique profite du rebond d'Apple et de Microsoft pour battre son record en séance. Une nouvelle marque qui a fait réagir le président américain dans un tweet où Donald Trump attaque frontalement son adversaire aux prochaines présidentielles, Joe Biden. 

  • Le rival d'IBA grimpe de 22% à Wall Street

    Siemens Healthineers a proposé 16,4 milliards de dollars (13,9 milliards d'euros) pour racheter l'entreprise californienne Varian Medical Systems, a annoncé dimanche la branche du groupe allemand Siemens spécialisée dans le matériel médical. Les deux entreprises sont parvenues à un accord fixant le prix d'une action dans la société américaine à 177,5 dollars (150,7 euros). Cet accord devrait être entériné au premier semestre de 2021. Le conseil d'administration de Varian en a approuvé les termes à l'unanimité mais les actionnaires doivent encore se prononcer.

    À la Bourse de New York, l'action Varian grimpe de 21,92% dans les premiers échanges pour dépasser les 173 dollars. Varian, société rivale d'IBA, est spécialisée dans les soins aux personnes atteintes d'un cancer. 

  • Wall Street dans le vert, l'action Microsoft très recherchée

    La Bourse de New York entame le mois d'août sur une note positive, gagnant des points dès les premiers échanges ce lundi à la faveur de l'amélioration de l'activité manufacturière en Europe, une tendance soutenue également par la hausse du titre Microsoft.

    Quelques minutes après l'ouverture, l'indice Dow Jones gagnait 115,59 points, soit 0,44%, à 26.543,91 points et le S&P 500 0,46% à 3.286,04 points. Au même moment, le Nasdaq Composite prenait 0,92% à 10.843,99 points.

    Microsoft se distingue avec un gain de 4,44%, le groupe informatique ayant fait part de son intérêt pour le rachat des activités américaines de TikTok, dans le collimateur de Donald Trump, qui estime que l'application chinoise constitue une menace pour la sécurité des Etats-Unis.

    Ces diverses annonces permettent aux investisseurs de reléguer au second plan l'évolution inquiétante de la situation sanitaire, l'impasse au Congrès sur un nouveau plan de relance et la dégradation par l'agence de notation Fitch de la perspective des Etats-Unis de "stable" à "négative", motivée par la détérioration continue des finances publiques.  

  • Microsoft: +4,6% à l'ouverture

    Microsoft  grimpe de plus de 4% dès l'entame des échanges à Wall Street. Donald Trump va donner 45 jours au groupe chinois ByteDance pour conclure la vente de l'application de vidéos TikTok à Microsoft, estimant qu'elle constitue une menace pour la sécurité nationale des Etats-Unis. 

  • Wall Street | Opening Bell

    Dow Jones: +0,46%

    Nasdaq composite: +0,96% 

    S&P 500: +0,57%

  • Les 5 actions chouchous de Quirien Lemey (Degroof Petercam)

    Quirien Lemey est co-gestionnaire chez Degroof Petercam, en charge du fonds DPAM Invest B NEWGEMS Sustainable. Ses cinq actions préférées sont : Paypal, Progressive, Splunk, Varonis et Kingsoft Cloud.

  • Le commerce de détail a repris des couleurs en juin

    En raison de la suppression progressive des mesures de confinement, tous les magasins ont été à nouveau ouverts au public sous certaines conditions à partir du 18 mai 2020. Cela a eu un effet positif sur les chiffres du commerce de détail, nous apprend Statbel. Le volume des ventes de la plupart des secteurs était plus élevé en juin 2020 qu’en juin de l’année passée. Ainsi, le volume des ventes du commerce de détail, à l’exception des carburants, était 7,4 % plus élevé qu’il y a un an.

    Les magasins de vêtements et de chaussures ont également connu une nouvelle reprise en juin, mais ont tout de même enregistré un volume de ventes inférieur de 12,2 % à celui de juin l'année dernière. 

    Les ventes à distance ont enregistré une hausse du volume des ventes de 52,6 % par rapport à juin 2019.

  • Ferrari abaisse encore ses prévisions 2020

    Le fabricant italien de voitures de luxe Ferrari revoit encore à la baisse ses prévisions pour 2020 en raison de l'impact de l'épidémie de coronavirus. Le constructeur l'avait déjà fait début mai.

    Il vise désormais un chiffre d'affaires supérieur à 3,4 milliards d'euros, contre une fourchette entre 3,4 et 3,6 milliards en mai et plus de 4,1 milliards avant l'éclatement de la pandémie.

    La marque au cheval cabré a vu son bénéfice net s'effondrer de 95% au deuxième trimestre, à 9 millions d'euros, en raison de la pandémie. Ce chiffre, à comparer aux 184 millions d'euros enregistrés un an plus tôt, est légèrement inférieur aux attentes. Selon le fournisseur d'informations économiques Factset Estimates, les analystes tablaient sur 11 millions d'euros.

    Les livraisons de voitures ont été divisées par deux par rapport à l'an passé, avec 1.389 bolides remis. Cette chute s'explique à la fois par l'arrêt de la production pendant sept semaines entre mars et début mai sur les sites de Maranello et Modène, dans le nord de l'Italie, et de celui de la distribution à travers le monde.

  • ADT: +79% en avant bourse

    L'action du fournisseur de solutions de sécurité pour la maison et les commerces ADT bondit de 74% dans les échanges d'avant bourse à 14,94 dollars, après l'annonce d'un partenariat avec Google.

    Dans le cadre de cette collaboration, Google va débourser 450 millions de dollars prendre une prendre une participation de 6,6% dans les actions d'ADT qui, en échange, intégrera les solutions du célèbre moteur de recherche dans ses produits.

    Les produits Nest de Google, combiné au service de sécurité, d'installation et de surveillance professionnel d'ADT, permettra de créer un ensemble entièrement intégré d'appareils, de logiciels et de services pour la maison intelligente sécurisée.

  • Update | Le point sur la tendance boursière

    1. Les marchés européens pointent en hausse en milieu de journée
    2. Les gains varient entre 0,14% à Bruxelles et 2% à Francfort
    3. Les indices PMI manufacturiers pour la Chine, la Zone euro ou encore l'Allemagne soutiennent la tendance
    4. HSBC et Société Générale sanctionnés après leurs résultats
    5. Melexis pénalisé par UBS
    6. IBA profite de l'offre de Siemens Healthineers sur Varian
    7. Bpost dans le sillage de PostNL qui voit ses résultats salués
    8. Les contrats à terme sur Wall Street donnés en hausse
    9. Microsoft (+2% en avant bourse) et Marathon Petroleum Corp (+8,4% en avant bourse) à suivre

  • Les principales valeurs à suivre à Wall Street

    > Microsoft - Donald Trump va donner 45 jours au groupe chinois ByteDance pour conclure la vente de l'application de vidéos TikTok à Microsoft, estimant qu'elle constitue une menace pour la sécurité nationale des Etats-Unis, a-t-on appris de trois sources proches du dossier dimanche.

    > Marathon Petroleum va céder ses stations-service Speedway au japonais Seven & i Holdings pour 21 milliards de dollars (17,8 milliards d'euros).

    > Varian Medical Systems - Le groupe de santé allemand Healthineers a l'intention d'acquérir l'américain Varian Medical Systems dans une opération valorisant le fabricant de dispositifs et de logiciels pour le traitement du cancer à 16,4 milliards de dollars (13,9 milliards d'euros).

    > Carnival renonce à reprendre les croisières de sa filiale AIDA Cruises en attendant d'obtenir l'approbation des autorités italiennes.

    > News Corp - James Murdoch a démissionné du conseil d'administration de News Corp vendredi, évoquant des désaccords avec la ligne éditoriale des publications du groupe fondé par son père, le magnat des médias Rupert Murdoch.

  • "Vendez Melexis"

    UBS réduit son conseil sur fabricant belge de puces Melexis à "vendre" contre "conserver". "L'action est beaucoup trop chère pour son secteur", indique la banque.

    UBS ajuste également son objectif de cours sur la valeur après la publication des chiffres semestriels la semaine dernière de 54,70 à 54 euros. C'est bien inférieur au cours actuel de l'action (71,25 euros).

    "L'action est valorisée pour la perfection. Le rapport entre le risque et le rendement n'est plus à l'équilibre pour le fabricant de semi-conducteurs pour le secteur automobile", affirment les analystes François-Xavier Bouvignies et David Mulholland. "La probabilité d'une baisse de prix est bien plus grande que celle d'une augmentation."

    UBS souligne le prix élevé de Melexis. L'action se négocie à 59 fois les bénéfices prévus pour cette année par UBS, 27 fois sa valeur d'entreprise par rapport à son bénéfice brut d'exploitation et 8,4 fois sa valeur comptable. "C'est 60% plus cher que le secteur."

    "De plus, les perspectives de croissance sont très difficiles à prévoir dans le contexte du coronavirus."

    UBS admet toutefois que les chiffres semestriels ont été légèrement meilleurs que prévu et que la direction bénéficie d'un excellent bilan.

    Melexis perd environ 1,5% à la bourse de Bruxelles.

  • Plus bas record pour Exmar

    Exmar dégringole, de 7,8% à 1,83 euro, un niveau record.

    La compagnie de transport de gaz naturel liquédifié est complètement en disgrâce des investisseurs depuis qu'elle a dû avouer fin juin que son principal client, le géant argentin de l'énergie YPF, ne pouvait ou ne voulait pas payer sa facture depuis mars.

    YPF est depuis 2018 le locataire du Tango FLNG, l'usine flottante de GNL d'Exmar.

    Les revenus locatifs de ce géant flottant sont essentiels pour maîtriser le fardeau de la dette d'Exmar.

  • Faillite prononcée pour Brantano (FNG)

    Le tribunal de l'entreprise d'Anvers, division Malines, a prononcé lundi la faillite de nombreuses filiales du groupe FNG , parmi lesquelles Brantano, CKS et Fred & Ginger, indique ce dernier dans un communiqué.

    Le tribunal a officiellement entériné le dépôt de bilan d'une vingtaine de filiales de FNG. Il a également mis fin à la procédure de réorganisation judiciaire de Brantano, FNG International et Market retail Belgium.

    Les faillites ne concernent pas la société mère FNG SA, pour laquelle aucune procédure d'insolvabilité n'a été introduite. Les activités suédoises du groupe (Ellos) ne sont pas affectées non plus.

    ©BELGA

  • François Fornieri (Mithra) entre au capital du Standard de Liège

    François Fornieri, le patron du spécialiste de la santé féminine Mithra va faire son entrée au sein du capital du Standard de Liège. Il détiendra le capital du club à parts égales avec l’actuel propriétaire, Bruno Venanzi qui possède 99% des parts.

  • Le secteur manufacturier en zone euro renoue avec la croissance

    L'activité manufacturière dans la zone euro a augmenté pour la première fois depuis le début de 2019 le mois dernier, la demande ayant rebondi après un nouvel assouplissement du lockdown imposé pour enrayer la propagation du coronavirus.

    L'indice final des directeurs des achats manufacturiers d'IHS Markit a rebondi à 51,8 en juillet contre 47,4 en juin, repassant pour la première fois au-dessus de la barre des 50 qui sépare croissance et contraction depuis janvier 2019. Une première version "flash" l'avait donné à 51,1.

    L'indice mesurant la production qui est une des données du PMI composite attendu mercredi a bondi à 55,3 contre 48,9, son plus haut depuis avril 2018.

    "Les usines de la zone euro ont enregistré un début de troisième trimestre très positif, avec une production qui a augmenté au rythme le plus rapide depuis plus de deux ans, alimentée par une poussée encourageante de la demande."
    Chris Williamson
    Economiste en chef chez IHS Markit

  • Première croissance pour le secteur manufacturier allemand depuis 2018

    L'activité manufacturière en Allemagne a renoué avec la croissance en juillet pour la première fois depuis décembre 2018, ce qui confirme le rebond de la première économie d'Europe à l'entame du troisème trimestre.

    L'indice compilé par IHS Markit auprès des directeurs d'achat (PMI) est remonté à 51,0 en juillet, après 45,2 en mars.

    Ce rebond s'explique par la croissance de la production et des nouvelles commandes, explique Phil Smith économiste d'IHS Markit, qui souligne que la demande reste inférieure à ses niveaux d'avant la crise.

     

    "Ce rebond s'explique par la croissance de la production et des nouvelles commandes. Mais la demande reste inférieure à ses niveaux d'avant la crise. La forte augmentation des nouvelles commandes en juillet signale toutefois des perspectives positives pour la production et le secteur manufacturier demeure bien placé pour aborder une forte contribution au rebond technique de l'économie attendu au troisième trimestre."
    Phil Smith
    Economiste d'IHS Markit

  • Le point sur la tendance boursière

    Les marchés européens pointent en ordre dispersé en début de matinée.

    Francfort gagne 0,60%, profitant des données manufacturières chinoises.

    Amsterdam engrange 0,10%, aidé par PostNL (+8,30%) après des résultats bien accueillis. La progression de l'action du groupe postal néerlandais entraîne dans son sillage bpost dont les résultats trimestriels sont attendus demain. L'action bpost gagne 3% dans un marché en baisse de 0,49%.

    Le secteur bancaire cède 1%, la plus forte baisse sectorielle après celle des transports et loisirs (-1,54%). Le compartiment plie sous l'effet du repli de HSBC (-4,8%) et de SocGen (1,9%) dont les performances trimestrielles ne sont guère appréciées.

    Siemens Healthineers chute de plus de 5% après l'annonce du rachat de son partenaire américain Varian, grande rival d'IBA (+2,35%).

  • La réaction des analystes sur IBA après le rachat de Varian par Siemens Healthineers

    > Kepler Cheuvreux - Le rachat de Varian par Siemens Healthineers est une nouvelle pertinent" pour IBA , car Varian est le plus grand concurrent dans son activité de protonthérapie, indiquent les analystes de Kepler Cheuvreux.

    Ils maintiennent leur vision fondamentale sur IBA tout en soulignant que comparer les valorisations des deux entreprises est difficile. En effet, Varian est beaucoup plus diversifié et est un acteur majeur de la technologie de radiothérapie traditionnelle, à côté de la protonthérapie.

    "Nous considérons que le prix payé - cinq fois le chiffre d'affaires attendu - n'est pas une référence utilisable pour IBA, vu que Varian est plus grand et plus diversifié."
    Les analystes de Kepler Cheuvreux

    Par ailleurs, bien que la concurrence puisse s'atténuer à court terme alors que Varian se concentre sur l'intégration avec Siemens Healthinneers, Kepler Cheuvreux estime que Varian continuera à être un concurrent fort à moyen terme.

    L'objectif de cours de "conserver" est maintenu, avec un prix cible de 19 euros.

    > KBC Securities - Les analystes de KBC Securities estiment qu'il est difficile d'évaluer l'impact du rachat de Varian sur les ambitions de l'entreprise dans la protonthérapie. Cette division opère avec des marges fragiles et non rentables et la stratégie peut se focaliser sur les synergies entre les offres de Siemens et Varian, ce qui pourrait laisser un peu d'espace à IBA. Le Covid-19 aura un impact sévère sur les dépenses d'investissement importantes de soins de santé. KBC Securities reste "prudent" pour IBA ce qui se traduit par une recommandation de "conserver" avec un objectif de cours de 9 euros.

    IBA progresse de 1,79% à 7,38 euros.

  • L'or poursuit sa course au record

    Les prix de l'or signent un nouveau sommet historique alors que les craintes concernant les retombées économiques de la hausse des cas de Covid-19 stimulent la demande pour ce métal refuge, bien que la hausse du dollar rabote quelque peu les gains.

    L'or au comptant était stable à 1.973,75 dollars l'once à 8h35, après avoir atteint un record de 1.984,66 dollars au début de la séance en Asie.

    "Le sentiment sur le marché se détériore. Tout d'abord, la hausse des taux d'infection est une réelle préoccupation pour le monde et un réel soutien pour les prix de l'or. Cela fait également grimper le dollar américain."
    Michael McCarthy
    Stratège en chef chez CMC

  • |Opening bell|

    Amsterdam: +0,25%
    Bruxelles: -0,05%
    Paris: +0,22%
    Francfort: n.c.

    Euro Stoxx 50: +0,28%
    DJ Stoxx 600: +0,07%

    IBA: +3,86%
    SocGen: -3,3%

  • Le bénéfice de HSBC plonge

    Le géant bancaire britannique HSBC a fait état d'un bénéfice net en baisse de 77% au premier semestre, sous l'effet cumulé de la crise du coronavirus et de l'aggravation des tensions sino-américaines.

    Sur les six premiers mois de l'année, le groupe a dégagé un bénéfice net de 1,97 milliard de dollars, contre 8,50 milliards au premier semestre 2019. L'effondrement est particulièrement marqué au deuxième trimestre, au cours duquel la banque a réalisé un bénéfice net de 192 millions de dollars, en chute de 96% par rapport au deuxième trimestre 2019, quand il était ressorti à 4,4 milliards de dollars.

    Avant même que l'épidémie partie de Chine ne gagne tous les continents, HSBC était confrontée à d'importantes difficultés géopolitiques liées à la guerre commerciale sino-américaine, ou encore à la sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne.

  • PostNL a transporté un quart de colis en plus

    Un jour avant Bpost, PostNL publie des résultats trimestriels solides grâce à l'augmentation des livraisons de colis suite au lockdown. PostNL a réalisé un bénéfice d'exploitation (ebit) de 54 millions d'euros au deuxième trimestre, contre 39 millions d'euros au deuxième trimestre 2019.

    La croissance des volumes de colis au deuxième trimestre a été de 24,8%. Le volume des lettres, en revanche, s'est effondré de 16,2% au deuxième trimestre, principalement en raison de l'arrêt des actions commerciales des entreprises.

    PostNL maintient sa prévision d'un Ebit pour 2020 "fortement" supérieur à sa prévision précédente de 110 à 130 millions d'euros.

    PostNL fait des déclarations plus positives sur le flux de trésorerie disponible. Le 17 juin, la prévision était "meilleure que -215 à -185 millions d'euros". L'entreprise évoque désormais une "forte amélioration par rapport à -215 à -185 millions d'euros".

    Le fait que PostNL réalise cette année un cash flow libre négatif s'explique par un paiement de 205 millions d'euros à la fin de cette année à Pensioenfonds PostNL.

  • Briefing d'avant bourse

    Les bourses européennes sont attendues en ordre dispersé à l'ouverture, un indicateur chinois meilleur que prévu apaisant pour un temps les craintes entourant l'évolution de la crise sanitaire.

    L'Euro Stoxx 50 ouvrirait en baisse de 0,13%. Londres perdrait 0,29%. Paris et Francfort progresseraient de respecticement 0,46% et 0,13%.

    La tendance pourrait évoluer avec la publication dans la matinée des résultats des enquêtes mensuelles auprès des directeurs d'achat (PMI) sur l'activité manufacturière dans les économies européennes au mois de juillet.

    En Chine, l'activité manufacturière a progressé en juillet au rythme le plus rapide depuis près de dix ans, la demande intérieure continuant de s'améliorer après la crise du coronavirus, montrent les résultats de l'enquête PMI réalisé par Caixin/Markit.

    Ajoutées aux enquêtes PMI officielles publiées vendredi par Pékin, ces données confirment que la deuxième économie du monde se remet plus vite que prévu du choc du coronavirus, même si les commandes à l'export et l'emploi restent à la traîne.

    Les investisseurs européens réagiront également à une nouvelle série de résultats d'entreprises

  • À Tokyo, le Nikkei finit en hausse de 2,24%

    La Bourse de Tokyo a clôturé en hausse, tirée par la bonne performance de Wall Street vendredi et un repli du yen qui favorise les valeurs tournées vers l'export.

    L'indice Nikkei a gagné 2,24% à 22.195,38 points et le Topix, plus large, a pris 1,74% à 1.522,05 points.

  • Pas de dividende intérimaire pour Heineken

    Heineken a enregistré une perte de 297 millions d'euros au premier semestre, soit un peu moins que les 300 millions attendus. L'entreprise souffre toujours de l'incertitude liée à la crise du coronavirus et de ses conséquences pour l'horeca.

    Le chiffre d'affaires du géant brassicole néerlandais a reculé de 16,4% à 9,2 milliards d'euros.

    Les volumes ont baissé de 11,5%.

    L'une des rares satisfactions pour l'entreprise se situe dans la livraison aux consommateurs. Son magasin en ligne européen a ainsi attiré trois millions de visiteurs en six mois, dont la moitié de nouveaux.

    Bien que le géant se dise dans une bonne santé financière, il a décidé de supprimer le versement d'un dividende intérimaire.

  • "Achetez Engie"

    HSBC relève sa recommandation sur Engie à "acheter" contre "conserver". L'objectif de cours est de 14,60 euros.

  • Avis de broker sur Euronext

    L'analyste de Barclays Michalis Onisiforou réduit sa recommandation sur Euronext à "pondération neutre" contre "surpondérer". L'objectif de cours est de 93 euros, 4% de moins que le dernier cours de clôture.

  • À suivre cette semaine sur les marchés

    Les investisseurs auront de quoi se mettre sous la dent avec la publication lundi des données définitives pour les indices PMI manufacturier en Chine, en Allemagne, en zone euro et aux États-Unis. Rappelons que les données préliminaires étaient plutôt encourageantes pour la zone euro avec un rebond de l'activité manufacturière en territoire de croissance, à 51,1 contre 47,4 en juin.

    Le secteur des services – dont les données définitives seront publiées ce mercredi – avait connu un rebond encore plus marqué, à 55,1 contre 48,3 en juin.

    Mais c'est bien entendu la nouvelle vague de résultats trimestriels qui donnera le tempo aux marchés cette semaine. À Bruxelles, on attend les chiffres de Qrf lundi, de Global Graphics et bpost mardi, de Xior et Ahold Delhaize mercredi, de Fagron, KBC, Euronav, Hyloris, Celyad, Montea, Galapagos et ING jeudi, et d'Ageas et Ascencio vendredi.

    Notons enfin que les membres de la Banque d'Angleterre se réunissent vendredi.

  • Dépréciations et Covid-19 enfoncent les comptes de SocGen

    Société générale publie une nouvelle perte au deuxième trimestre après avoir passé dans ses comptes deux dépréciations dans ses activités de marché et avoir multiplié par quatre ses provisions pour risque de crédit du fait de la récession économique liée au nouveau coronavirus.

    La troisième banque française par la capitalisation boursière, après BNP Paribas et Crédit agricole , précise dans un communiqué avoir enregistré sur le trimestre une dépréciation d'écart d'acquisition de 684 millions d'euros.

    Une seconde charge de 650 millions d'euros a également été passée pour dépréciation d'impôts différés.

    Au deuxième trimestre, la perte nette s'élève du coup à 1.264 millions d'euros. Hors dépréciations, le résultat net ressort à 70 millions d'euros.

  • Le rebond de l'activité manufacturière en Chine dépasse les attentes

    L'activité manufacturière en Chine à progressé en juillet au rythme le plus rapide depuis près de 10 ans, la demande intérieure continuant de s'améliorer après la crise du coronavirus, montrent des données publiées lundi.

    L'indice compilé auprès des directeurs d'achat (PMI) par Caixin/Markit s'affiche à 52,8 le mois dernier contre 51,2 en juin. Il dépasse ainsi pour le troisième mois d'affilée le seuil de 50 qui sépare la contraction de la croissance et enregistre sa progression la plus rapide depuis janvier 2011.

    L'indice de juillet dépasse également les attentes des analystes, qui attendaient une croissance beaucoup plus modeste, à 51,3.

  • L'Europe s'apprête à ouvrir en hausse | IBA à tenir à l'oeil

    Bonjour! Ceci démarre notre "Market live" du 3 août, première séance boursière du mois.

    Les marchés européens s'apprêtent à démarrer le mois d'août du bon pied, comme le suggère la hausse de 0,5% du contrat à terme sur l'indice Euro Stoxx 50.

    Les publications de résultats d'entreprises vont se poursuivre cette semaine. A Bruxelles, l'accent sera mis notamment sur le secteur financier avec les résultats de KBC , ING et Ageas .

    IBA à tenir à l'oeil après l'offre de Siemens Healthineers sur le rival Varian .

     

    ©Bloomberg

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés