1. Les marchés
  2. Live blog
live

New York respire avec le rebond d'Apple | Galapagos propulsé par un broker

Wall Street a retrouvé le sourire avec la bonne performance d'Apple. En Europe, les marchés restent sur leurs gardes dans un environnement toujours incertain autour de la question commerciale. Chez nous, Galapagos bondit suite à un suivi d'analystes.
  • New York respire avec le rebond d'Apple

    Les indices américains ont ouvert dans le rouge avant de tranquillement passer au-dessus de l'équilibre, grâce notamment à la bonne tenue de l'action Apple (+2,53%) et de tout le compartiment technologique.

    Le fabricant de l'iPhone est parvenu à apaiser les investisseurs à la veille de sa traditionnelle 'keynote' où Apple s'apprête à dévoiler de nouveaux modèles de son téléphone phare. De quoi faire oublier quelque peu à la cote les tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis.

    > Le Dow Jones s'est rapproché des 26.000 points en prenant 0,44%. Le S&P 500 (+0,35%) a tenu la même cadence pour dépasser les 2.887 points  alors que le Nasdaq s'est renforcé de 0,61%, terminant la séance à 7.972,47 points.

    Les valeurs liées au pétrole comme Halliburton (+1,80%) ou Exxon Mobil (+1,41%) ont profité de la hausse de plus de 2% des cours de l'or noir, revigorés par des données montrant une baisse des exportations de brut iranien à l'approche du 4 novembre, date de l'entrée en vigueur des sanctions économiques américaines visant Téhéran.


  • Le pétrole termine en hausse de plus de 2% à New York

    Les cours du pétrole pris plus de 2% sur le marché new-yorkais Nymex, soutenus par des données montrant une baisse des exportations de brut iranien à l'approche du 4 novembre, date de l'entrée en vigueur des sanctions économiques américaines visant Téhéran. "La crainte est que les sanctions soient efficaces au point de retirer plus de pétrole du marché que ce que les producteurs Opep et non Opep pourront proposer en compensation", dit Andrew Lipow, président de Lipow Oil Associates à Houston.

    > Le contrat octobre sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a pris 1,71 dollar, soit 2,53%, à 69,25 dollars le baril et le Brent a gagné 1,69 dollar ou 2,18% à 79,06 dollars.

    Des pays asiatiques comme la Corée du Sud, le Japon et l'Inde ont déjà réduit leurs achats de pétrole iranien comme le demande Washington. Pour autant, le gouvernement américain veut éviter une poussée des prix susceptible de peser sur l'activité économique et il aimerait donc voir l'Arabie saoudite et la Russie augmenter leurs livraisons pour compenser la baisse des exportations iraniennes. Nick Perry, le secrétaire américain à l'Energie, a rencontré lundi son homologue saoudien Khalid al-Falih à Washington et il sera jeudi à Moscou pour y voir le ministre russe de l'Energie, Alexandre Novak.

    La Russie, les Etats-Unis et l'Arabie saoudite sont de loin les trois principaux producteurs mondiaux, fournissant environ le tiers des 100 millions de barils consommés quotidiennement. 

  • Les tensions commerciales pèsent à nouveau sur les marchés

    Les Bourses européennes ont terminé mardi dans le désordre, les tensions commerciales réduisant encore l'appétit des investisseurs pour les actifs risqués.

    Hésitants en début de séance, les indices de référence ont plongé dans lerouge à l'annonce que la Chine demanderait la semaine prochaine à l'Organisation mondiale du commerce (OMC) l'autorisation d'imposer des sanctions aux Etats-Unis, dernier épisode en date dans l'affrontement commercial que se livrent les deux premières économies du monde.

    Le CAC 40 parisien a redressé la tête pour finir de justesse en territoire positif (+0,27% à 5.283,79 points) mais le Footsie britannique a cédé 0,08% et le Dax allemand a perdu 0,13%. Le FTSEurofirst 300 a abandonné 0,11% et le Stoxx 600 0,05%}, l'indice EuroStoxx 50 terminant pour sa part en très légère hausse (+0,07%). 

    Les plus fortes baisses sectorielles sont pour l'automobile (-0,95%) et les ressources de base (-0,77%), deux compartiments sensibles aux tensions commerciales.Dans ce contexte, les plus nets replis du CAC 40 sont Valeo (-4,88%) et Renault (-2,46%).

    La plus forte hausse sectorielle en Europe est pour le compartiment du pétrole et du gaz (1,42%) dans le sillage de la hausse des cours du brut .La progression la plus spectaculaire du Stoxx 600 est pour le spécialiste finlandais des articles de sport Amer Sport, qui a bondi de près de 19% après avoir confirmé l'intérêt du chinois Anta Sports Products pour un possible rachat.

  • Adyen fait son entrée dans l'AMX

    Le comité des indices d'Euronext indique la révision de ses indices. Adyen , une fintech qui vaut désormais plus que Deutsche Bank en Bourse, fait son entrée dans l'AMX.

  • clôture en légère baisse sur les marchés européens

    Euro Stoxx 50: -0,16%

    Bel20: -0,03%

    AEX: -0,04%

    CAC40: +0,23%

    Dax: -0,12%

    FTSE100: -0,29%

  • Commerzbank souhaiterait se rapprocher de Deutsche Bank

    Les dirigeants de Deutsche Bank et de Commerzbank sont de plus en plus ouverts à l'idée d'une fusion, rapporte mardi le magazine Der Spiegel cité par Reuters. Le président du directoire de Commerzbank, Martin Zielke, " le ferait plutôt aujourd'hui que demain " mais son homologue de Deutsche Bank, Christian Sewing, dit en interne qu'une éventuelle fusion n'est pas envisagée pour les 18 prochains mois, a déclaré une source citée par Der Spiegel.

    Le ministre allemand des Finances, Olaf Scholz, est lui aussi prêt à envisager un rapprochement entre les deux premières banques allemandes, ajoute Der Spiegel.

    A la Bourse de Francfort, Commerzbank monte pour le 2e jour de suite. L’action gagne 1,98% à 8,567 euros. Celle de Deutsche Bank recule pour sa part pour la 2e journée d’affilée. Elle cède 0,03% à 9,574 euros.  

  • Cacophonie pour Sonos

    Le fabricant de baffles connectés Sonos continue de chuter après la publication lundi de ses premiers résultats trimestriels en tant que société cotée. 

  • Wall Street ouvre en baisse

    Dow Jones -0,30%

    Nasdaq -0,35%

  • Telenet dit "niet" aux activistes de Lucerne

    Le câblo-opérateur Telenet n’adapte pas l’agenda de son assemblée spéciale comme l’actionnaire activiste Lucerne l’exigeait. Il y aura plus de transparence sur la gestion du dividende.

  • Wall Street attendue en petite baisse à l'ouverture

    Wall Street est attendue en repli à l'ouverture et les Bourses européennes s'enfoncent dans le rouge à mi-séance avec les tensions commerciales encore au coeur des préoccupations, des traders évoquant notamment la volonté de la Chine d'obtenir de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) le droit de sanctionner les Etats-Unis.

    → Les contrats à terme sur les indices new-yorkais de référence signalent une ouverture de Wall Street en baisse de 0,2% à 0,4%.

  • Moscou et Pékin veulent moins utiliser le dollar pour leur commerce

    Vladimir Poutine a assuré que Moscou et Pékin comptaient utiliser davantage leurs monnaies nationales, et non le dollar, pour leurs échanges commerciaux en bonne voie pour atteindre un niveau record sur fond de tensions entre la Russie et les Occidentaux.

    "La partie russe comme la partie chinoise ont confirmé leur intérêt à utiliser de manière plus active les monnaies nationales pour les règlements communs". Cela renforcera la stabilité du traitement par les banques des opérations d'import-export dans les conditions de risque persistant sur les marchés mondiaux"
    Vladimir Poutine
    président russe

    Selon Poutine, le volume des échanges commerciaux entre Pékin et la Chine ont augmenté d'un tiers sur un an au premier semestre, atteignant 50 milliards de dollars. "Il y a toutes les raisons de penser que d'ici à la fin de l'année, nous arriverons au niveau record de 100 milliards de dollars", a insisté le président russe.

  • *Les valeurs à suivre à Wall Street*

    * INTEGRATED DEVICE TECHNOLOGY - Le groupe japonais Renesas Electronics a annoncé mardi le rachat du groupe américain pour environ 6,7 milliards de dollars (5,8 milliards d'euros), sur la base d'un prix de 49 dollars par action, soit une prime de 16% par rapport au cours de clôture de 42,08 dollars lundi.

    * YUM CHINA - L'action du groupe de restauration rapide en Chine perdait 5% dans des transactions en avant-Bourse après des informations de Bloomberg évoquant l'abandon du projet de rachat de 17,6 milliards de dollars par un consortium emmené par la société d'investissement Hillhouse Capital Group.

    * TESLA perd 2,3% en avant-Bourse. Dans un message publié sur Twitter, le PDG du constructeur de voitures électriques, Elon Musk, a annoncé que deux des sept couleurs actuellement disponibles au catalogue en seraient retirées pour simplifier le processus de fabrication.

    * BOEING a légèrement relevé sa prévision de la demande d'avions de la Chine pour les 20 prochaines années, à 7.690 appareils. Par ailleurs, le ministère américain de la Défense a modifié sa commande d'avions ravitailleurs KC-46 en exerçant une option sur 18 appareils supplémentaires.

    * NIKE - Canaccord Genuity a relevé sa recommandation à "acheter" contre "conserver" et porté son objectif de cours de 78 à 95 dollars.

    * CBS - UBS a abaissé sa recommandation sur le groupe de télévision à "neutre" contre "acheter" et ramené son objectif de cours de 72 à 60 dollars en soulignant les incertitudes créées par le départ du PDG, Leslie Moonves.

    * ALIBABA - Le groupe chinois de commerce en ligne a annoncé mardi avoir cédé le contrôle de sa filiale russe pour former une coentreprise avec un fonds public et deux sociétés de hautes technologiques, dans le but d'accélérer son développement sur le marché russe.

    * MONDELEZ INTERNATIONAL, propriétaire des chocolats Cadbury et des biscuits Oreo, a commencé à stocker des produits dans la crainte d'un "Brexit" sans accord, rapporte mardi le Times, citant le président de la division européenne du groupe.

    * SANDRIDGE ENERGY - Le producteur de pétrole et de gaz de schiste a annoncé lundi soir avoir achevé sa revue stratégique et rejeté toutes les offres de rachat qui lui ont été présentées, qu'il a jugées sous-évaluées.

  • Taux d'emploi record dans la zone euro et dans l'UE28

    Il n'y a jamais eu autant de personnes avec un emploi dans la zone euro et dans l'Europe des 28 qu'au cours du deuxième trimestre de cette année, indiquent les chiffres publiés par Eurostat. Quelque 238,9 millions de travailleurs étaient ainsi recensés dans l'ensemble de l'Union, dont 158 millions dans la zone euro.

    Dans la zone euro, l'augmentation du taux d'emploi atteint 1,5% par rapport à la même période l'année passée. En Belgique, cette hausse est de 1,2%.

  • Déficit public: des économistes appellent à réformer la règle européenne des "3%"

    Une étude du Conseil d'analyse économique (CAE) propose de revoir en profondeur les règles budgétaires européennes, qui imposent de limiter à 3% du PIB le déficit public, estimant que ce cadre pouvait conduire à des "erreurs de politique économique".

    Les règles fixées par la Commission européenne sont "complexes, peu fiables et manquent de transparence", regrettent les trois auteurs de cette note, Xavier Ragot, président de l'OFCE, Zsolt Darvas, chercheur à l'institut Bruegel, et Philippe Martin, professeur à Sciences Po et proche d'Emmanuel Macron. "En dépit de plusieurs réformes, les règles budgétaires en zone euro ont mal fonctionné au regard de deux objectifs essentiels: assurer la soutenabilité de la dette et stabiliser l'économie en cas de choc", estiment les chercheurs, qui s'appuient, pour étayer leur analyse, sur la gestion de la crise de 2008.

    Les trois membres du CAE souhaitent substituer aux règles actuelles une "nouvelle règle plus simple", à savoir faire en sorte que les dépenses en valeur d'un pays n'augmentent pas plus rapidement que sa croissance potentielle, c'est-à-dire son niveau de croissance lorsqu'il utilise au maximum ses capacités de production.

  • La Chine va demander à l'OMC le droit de sanctionner les USA

    La Chine demandera la semaine prochaine à l'Organisation mondiale du commerce (OMC) l'autorisation d'imposer des sanctions aux Etats-Unis.

    L'initiative, présentée mardi dans l'agenda de l'OMC, est une réponse à ce que Pékin qualifie de refus américain de se mettre en conformité avec un arrêt rendu dans le cadre d'un litige lancé en 2013 par la Chine sur des droits antidumping mis en oeuvre par les Etats-Unis. La requête devrait déboucher sur des années de litige juridique.

    → En réaction, les marchés financiers sont passés dans le rouge : Bel 20  ; Euro Stoxx 50 

  • Allemagne: le moral des investisseurs s'améliore

    Le moral des investisseurs allemands s'est amélioré en septembre, profitant de bonnes perspectives pour la croissance allemande sur fond d'accord commercial entre les Etats-Unis et le Mexique, selon le baromètre de l'institut ZEW.

    Cet indicateur particulièrement instable a pris 3,1 points après avoir affiché -13,7 points en août et atteint en juillet (-24,7 points) son plus bas depuis la crise de la zone euro à l'été 2012. Le chiffre du mois de septembre est bien supérieur au pronostic des analystes interrogés par Factset, qui tablaient sur -13,0 points.

  • Royaume-Uni: taux de chômage inchangé à 4,0% entre mai et juillet

    Le taux de chômage au Royaume-Uni s'est maintenu à 4,0% lors de la période de mai à juillet, a annoncé l'Office des statistiques nationales (ONS). Ce taux reste à son plus bas niveau depuis la période de décembre 1974 à février 1975, ce qui est conforme aux attentes des économistes sondés par Bloomberg.

    Entre mai et juillet derniers, l'ONS a constaté toutefois une quasi stagnation du nombre de personnes employées, alors que le consensus Bloomberg tablait sur 10.000 créations d'emplois. Les salaires ont augmenté un peu plus que prévu pour leur part (+2,6% primes comprises sur un an, contre 2,4% attendus).

  • Mondelez fait des stocks de Cadbury en cas de Brexit dur

    Mondelez International, propriétaire des chocolats Cadbury et des biscuits Oreo, a commencé à stocker des produits dans la crainte d'un "Brexit" sans accord, rapporte le Times, citant le président de la division européenne du groupe.

    Le groupe préfèrerait un bon accord sur le Brexit, un qui permettrait une libre circulation des produits, a déclaré Hugh Weber, président de Mondelez Europe, cité par le Times. "Cependant, nous nous préparons également à un Brexit difficile et (...) nous stockons des ingrédients et des produits finis à des niveaux plus élevés", a-t-il ajouté.

  • GTT bondit après une nouvelle commande dans le GNL

    Le titre Gaztransport et Technigaz, ou GTT  , grimpe à la Bourse de Paris. Dans un communiqué publié lundi soir, GTT a annoncé avoir reçu une commande de la part du chantier naval coréen Hyundai Heavy Industries (HHI) portant sur la conception des cuves de quatre nouveaux méthaniers construits pour le compte de l'armateur grec Capital Gas Carriers.

    "En incluant cette nouvelle commande, GTT a obtenu 30 unités depuis le début de l'année, ce qui est au-delà de nos prévisions(29)", soulignent les analystes de Kepler Cheuvreux, qui jugent le carnet de commandes du groupe "impressionnant". "Les conditions commerciales sont bien meilleures que prévu, avec une décorrélation entre les projets GNL en cours et les commandes de cargo GNL", ajoutent-ils.

  • Alibaba s'allie avec Mail.ru en Russie

    Le géant chinois Alibaba   va créer une société commune avec le groupe internet russe Mail.Ru dans le domaine du commerce en ligne, ont annoncé les groupes dans un communiqué commun.

    Les deux groupes ainsi que le fonds souverain russe et l'opérateur de télécoms russe Megafon ont annoncé la création d'un "nouveau partenariat stratégique pour intégrer les principales plateformes internet et de commerce électronique en Russie et lancer une co-entreprise de premier plan en Russie et dans la CEI".

  • Iliad décroche une fréquence 5G en Italie pour €676,5 millions

    Iliad   a obtenu, pour 676,5 millions d'euros, la fréquence de 700 MHz attribuée en Italie dans le cadre des enchères pour la nouvelle génération mobile 5G, a annoncé le ministère italien de l'Industrie. L'opérateur français, qui s'est lancé en Italie fin mai, était le seul candidat pour cette fréquence.

    Au total, cinq entreprises ont soumis des offres initiales pour les différentes fréquences proposées, pour un montant total de 2,481 milliards d'euros, a précisé le ministère italien de l'Industrie.

  • Un nouveau broker positif sur Galapagos

    Le broker américain Bernstein a démarré le suivi de Galapagos   à "surperformer", déclarant acheter l'action maintenant pour le filgotinib mais à long terme pour la fibrose pulmonaire idiopathique (FPI). Il estime que la FPI est un "game changer", sous-estimé et sous-évalué, avec un besoin insatisfait élevé, une tarification favorable et une commercialisation simple.

  • La BCE voit les nuages s'accumuler sur l'économie

    Guerre commerciale, pays émergents, dette italienne: la Banque centrale européenne sera surveillée jeudi sur son appréciation des risques en cette fin d'été, tandis que devrait se confirmer le retrait de son vaste soutien à l'économie. L'institution francfortoise devrait certes maintenir ses taux directeurs à leur plus bas historique, mais sa réunion pourrait être plus animée que prévu car "la balance des risques est devenue moins favorable", note la banque UBS.

    Reste à savoir si cette menace suffira à faire sortir le président de la BCE, Mario Draghi, de sa traditionnelle réserve concernant les évolutions politiques au sein d'un État-membre. Même pressée de questions, l'institution "devrait afficher sa neutralité vis-à-vis des développements en Italie", pronostique Dirk Schumacher, chez Natixis.

  • ArcelorMittal relève son offre sur l'indien Essar Steel

    ArcelorMittal   a annoncé le relèvement de son offre sur le sidérurgiste indien Essar Steel India, qui a déposé son bilan. Le numéro un mondial de la sidérurgie n'a pas donné de montant mais d'après l'agence Bloomberg, il propose désormais environ 420 milliards de roupies (5 milliards d'euros).

    "Les termes financiers de l'offre sont confidentiels mais représentent une augmentation substantielle par rapport à la précédente offre effectuée par l'entreprise", déclare ArcelorMittal dans un communiqué.

  • | OPENING BELL |

    Euro Stoxx 50 +0,28%

    CAC 40 +0,26%

    BEL 20 +0,25%

    DAX +0,18%

    AEX +0,05%

    STOXX Europe 600 +0,05%

  • Le budget italien "ne prêtera pas le flanc" à la spéculation

    Le gouvernement italien est déterminé à adopter un budget 2019 qui "ne prêtera pas le flanc" à la spéculation des marchés financiers, a annoncé le ministre des Affaires étrangères. Enzo Moavero Milanesi a ajouté que la première loi de finance de la coalition au pouvoir à Rome ne devrait pas entraîner de conflit avec la Commission européenne.

  • La Bourse de Tokyo finit en forte hausse

    La Bourse de Tokyo a fini en hausse de 1,3% mardi, sa meilleure performance depuis près d'un mois, les valeurs exportatrices profitant de la dépréciation du yen et les technologiques de la progression du Nasdaq la veille. L'indice Nikkei a gagné 291,6 points à 22.664,69 points et le Topix, plus large, a pris 11,3 points (0,67%) à 1.698,91 points.

    Le Nikkei enregistre ainsi sa plus forte progression en pourcentage depuis le 14 août.

  • L'euro et la livre en légère hausse face au dollar

    L'euro   monte un peu ce matin face au dollar dans l'attente de la réunion jeudi de la Banque centrale européenne (BCE), tout comme la livre qui continuait de profiter des commentaires positifs de Michel Barnier, la veille, sur le Brexit.

    Les investisseurs vont désormais avoir les yeux tournés vers la réunion de la BCE qui devrait maintenir ses taux directeurs à leurs plus bas historiques. Avant cette réunion, "il n'est pas sûr que l'euro et la livre vont continuer de monter", estime le cabinet Kanetsu FX Securities dans une note. 

  • Hausse en vue en Europe mais les tensions commerciales persistent

    Les principales Bourses européennes sont attendues en hausse à l'ouverture, la perspective d'une nouvelle rencontre entre les dirigeants américain et nord-coréen semblant devoir l'emporter sur la persistance des craintes d'une nouvelle escalade dans la guerre commerciale ouverte par l'administration Trump contre plusieurs des grands partenaires commerciaux des Etats-Unis.

    → D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien pourrait gagner 17 points, soit près de 0,3%, à l'ouverture, le Dax à Francfort 30 points (0,2%) et le FTSE à Londres 11 points (0,15%).

    → La séance en Europe sera animée entre autres par les chiffres de l'emploi et des salaires au Royaume-Uni (à 08h30 GMT) et par l'indice ZEW du sentiment des investisseurs en Allemagne (à 09h00 GMT).

  • CGG renonce à sa cotation à New York pour faire des économies

    CGG  , spécialiste des géosciences pour l'industrie pétrolière, a annoncé son intention de renoncer à la cotation de ses American Depositary Shares (ADS) sur le New York Stock Exchange américain pour réduire ses frais.

    Ce retrait volontaire a été voté à l'unanimité par le conseil d'administration. CGG déposera auprès de la SEC, l'autorité boursière américaine, le formulaire requis le 1er octobre et la résiliation de l'enregistrement des ADS prendra effet 90 jours après, voire plus tôt.

  • Renesas rachète IDT pour se renforcer dans les puces automobiles

    Le fabricant de puces japonais Renesas Electronics Corp a annoncé le rachat de l'américain Integrated Device Technology pour environ 6,7 milliards de dollars (5,8 milliards d'euros).

  • Le CFO d'ING annonce son départ

    La banque ING   annonce que Koos Timmermans quittera ses fonctions de directeur financier et de membre du directoire du groupe, et quittera la société. Sa démission fait suite à l'annonce du règlement, le 4 septembre 2018, concernant les lacunes dans l'exécution des politiques de vigilance à l'égard des clients visant à prévenir la criminalité économique chez ING Pays-Bas.

    "Au cours de la période d'enquête (2010-2016), Koos Timmermans était membre du conseil d'administration de la banque et pendant plusieurs années responsable d'ING Pays-Bas. Compte tenu de ces circonstances et en consultation avec le conseil de surveillance, Koos Timmermans quittera ses fonctions", explique le groupe dans un communiqué.

  • Biocartis met en place un nouveau plan de warrants

    Biocartis   annonce que son conseil d'administration a créé 1.335.426 warrants dans le cadre d'un nouveau plan de warrants, appelé "Warrant Plan 2018", afin de permettre à la société d'offrir des warrants à certains employés de la société et ses filiales, ainsi que les consultants de la société et de ses filiales, les administrateurs indépendants de la société et les administrateurs des filiales de la société.

    Les warrants ont une durée de dix ans (sauf réduction contractuelle dans l'offre à un bénéficiaire), ne sont généralement pas transférables et ne peuvent en principe être exercés l'année au cours de laquelle l'offre de warrants est acceptée par un bénéficiaire. Chaque warrant donne le droit de souscrire à une nouvelle action Biocartis. Lien vers le communiqué

  • Jefferies relève sa note sur UCB

    La banque d'investissement américaine Jefferies a relevé sa recommandation sur UCB   à "conserver" contre "sous-performer" auparavant. L'objectif de cours passe de 63 à 70 euros.

  • Le prix du baril de pétrole soumis à des vents contraires

    Les cours du pétrole font mine de remonter la pente. Après avoir récemment subi ce que l’on pourrait considérer comme des prises de bénéfice après une hausse de 20% depuis janvier, le prix du baril de Brent tend à retrouver son plus haut de l’année de 79,80 dollars.

    Le prix du brut va-t-il poursuivre ce mouvement de remontée? Les avis sur la question divergent parmi les professionnels spécialisés dans ce secteur.

  • Belfius ira en Bourse plus tard: les raisons d'un report

    "Le temps n’est pas encore venu et les garanties ne sont pas réunies". C’est avec ces mots que le Premier ministre Charles Michel a annoncé la décision du gouvernement fédéral de reporter à des jours meilleurs l’entrée en Bourse de Belfius, dont l’État est le propriétaire à 100%. Il y a moins de deux mois, l’exécutif annonçait qu’il lançait la préparation de la cotation de la banque. Qu’est-ce qui a changé?

  • Les tensions commerciales freinent le rebond à Wall Street

    Wall Street a fini sur une note étroitement irrégulière lundi, le rebond favorisé par l'espoir de nouvelles mesures de baisses d'impôts aux Etats-Unis ayant été freiné par Apple, qui a pâti des tensions commerciales entre Washington et Pékin. L'indice Dow Jones a perdu 59,47 points, soit 0,23%, à 25.857,07. Le S&P-500, plus large, a pris 5,45 points, soit 0,19%, à 2.877,13. Le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 21,62 points (+0,27%) à 7.924,16 points.

    En vue des élections de mi-mandat du 6 novembre, les élus républicains ont présenté lundi à la Chambre des Représentants un projet d'amplification de la réforme de la fiscalité mise en place par Donald Trump fin 2017. "Le sentiment des investisseurs est positif et ils anticipent d'éventuelles nouvelles baisses d'impôts à court terme", dit Matt Watson, gérant chez James Advantage Funds.

    Mais les tensions commerciales restent préoccupantes: le président américain a menacé vendredi d'étendre sa politique de relèvement des droits de douane à la quasi-totalité des produits importés de Chine aux Etats-Unis et la Chine a prévenu qu'elle répliquerait à toute offensive de Washington. "Les marchés restent soumis à la forte pression de toute une série de vents contraires", note Tim Love, responsable de l'investissement sur les marchés émergents chez GAM Holding AG.

  • Good Morning!

    Bonjour à toutes et à tous! Bienvenue sur le "Market Live" de L'Echo pour suivre en direct les grandes tendances de l'actualité boursière et financière de ce mardi 11 septembre 2018.

    ©REUTERS

Plus sur Les Marchés

Contenu sponsorisé

Partner content