1. Les marchés
  2. Live blog
live

Nouvelle séance très volatile pour le WTI

Les marchés européens ont terminé en nette hausse ce mardi malgré une séance hésitante à Wall Street. Le secteur bancaire a une nouvelle fois soutenu la tendance, grâce notamment au bond d'UBS et des espoirs quant à de nouvelles mesures de soutien.
  • Hamon fait le point sur ses activités

    Le groupe Hamon  a enregistré des prises de commandes en forte hausse au premier trimestre, à 130 millions d'euros. Soit le double du montant engrangé à la même époque en 2019. "Il faut noter, avec satisfaction, un réveil de l’activité refroidissement sec ainsi que la confirmation de la progression de l’activité Customer Service", indique la société dans un communiqué.

    Hamon rappelle par ailleurs qu'à ce stade de la pandémie du Covid-19, il n’est pas possible de quantifier les effets du covid-19 sur les résultats financiers du groupe.

  • Cofinimmo affiche un "bon" premier trimestre

    La société immobilière Cofinimmo   a fait état d'une hausse de 34% de son résultat net des activités clés – part du groupe, à 41 millions d'euros. Son ratio d'endettement a légèrement baissé à 40,7% contre 41% fin décembre 2019. Lien vers le communiqué

    "Malgré l’apparition du COVID-19 dans les pays où le groupe est actif et les incertitudes que celle-ci a générées sur les marchés et l’économie, l’exercice 2020 débute sur de bons résultats, conformes aux prévisions", souligne son CEO Jean-Pierre Hanin.

  • Clôture des marchés européens

    BEL 20 +2,80%

    AEX +1,52%

    CAC 40 +1,43%

  • Wall Street passe en territoire négatif

  • Le pétrole se redresse

    Le cours du baril de référence aux Etats-Unis repart à la hausse, dans un marché particulièrement volatil, après avoir temporairement perdu plus de 21% plus tôt dans la séance sous l'effet de mouvements spéculatifs.

    A ce niveau bas de prix, "les mouvements exprimés en pourcentage amplifient fortement la réalité", a souligné Craig Erlam, de Oanda, auprès de l'AFP, rappelant que la "chute" de la matinée ne représentait en valeur "qu'à peine plus de 2 dollars" le baril. L'analyste attribue le regain du cours du WTI à l'ouverture des marchés aux Etats-Unis.

    "Je ne serais pas vraiment surpris de le voir revenir dans le rouge", nuance-t-il cependant, "car les fondamentaux restent mauvais" pour le pétrole et en particulier celui extrait aux Etats-Unis, dont le prix du baril de référence a déjà perdu un quart de sa valeur la veille.

  • BP n'échappe pas au marasme qui affecte tout le secteur pétrolier

    BP a souffert dans ses comptes trimestriels de la chute des prix pétroliers, qui affecte tout le secteur. Les cours de l'or noir ont de nouveau dégringolé, touchés par les ventes massives des ETF.


  • USA: la confiance du consommateur a chuté en avril

    La confiance du consommateur américain s'est fortement dégradée en avril en raison de l'épidémie de coronavirus et de l'impact économique et social des mesures de confinement, montre l'enquête mensuelle de l'organisation patronale Conference Board. Son indice de confiance a chuté à 86,9 contre 118,8 en mars alors que les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un chiffre de 87,9 après celui de 120,0 annoncé initialement pour mars.

    Le sous-indice du jugement des Américains sur la situation actuelle a plongé à 76,4 après 166,7 mais celui sur leurs anticipations est légèrement remonté, à 93,8 après 86,8 en mars.

  • | OPENING BELL |

    Wall Street ouvre en hausse: Dow Jones +1,24%, S&P 500 +1,18% et Nasdaq +0,81%

  • Pfizer maintient ses prévisions 2020 après un T1 meilleur que prévu

    Pfizer   a confirmé ses prévisions pour 2020 après un bénéfice trimestriel supérieur aux attentes en raison de solides ventes de son traitement contre le cancer du sein Ibrance et de l'anticoagulant Eliquis. Le premier groupe pharmaceutique américain a également bénéficié de la demande pour son vaccin contre la pneumonie Prevnar, pour des produits anti-infectieux et pour des traitements utilisés chez des patients atteints de COVID-19.

    En avant-Bourse, l'action prenait 2,3% à 39,20 dollars à Wall Street.

  • Les masques buccaux boostent le bénéfice de 3M

    Le groupe américain 3M , qui fabrique des masques de protection N95 très recherchés pour endiguer la propagation du nouveau coronavirus, a vu son bénéfice net trimestriel flamber de 45%, dopé par la demande pour ses équipements médicaux.

    Le bénéfice net est ressorti à 1,29 milliard de dollars au premier trimestre, contre 893 millions à la même période un an plus tôt, selon un communiqué publié mardi.

    Le chiffre d'affaires a pour sa part augmenté de 2,7% à 8,1 milliards de dollars, inversant ainsi la courbe descendante qui avait conduit 3M à lancer en janvier un plan de restructuration comprenant la suppression de 1.500 emplois.

    Le groupe a aussi renforcé sa trésorerie, présentant des flux en hausse de 40% sur un an.

    "Au vu de la diversité de nos activités, l'impact financier du Covid-19 a été varié. Au premier trimestre, nous avons observé une solide croissance pour les équipements liés à la sécurité des personnes, ainsi que sur l'ensemble de notre portefeuille d'équipements médicaux du fait d'une forte demande due à la pandémie."
    Mike Roman
    CEO de 3M

     

    ©Photo News

  • L'action Lufthansa en zone de turbulence

    Lufthansa , qui a gagné plus de 12% en matinée, ne gagne plus que 3,4% (à 8,20 euros). Le titre a même perdu 1,4% en cours de séance.

    Alors que les discussions de Lufthansa avec le gouvernement allemand pour obtenir une aide d'État sont dans la dernière ligne droite, la maison mère de Brussels Airlines étudie aussi la piste de se déclarer insolvable, a confirmé la société ce mardi.

  • Le bénéfice net de Caterpillar dégringole de 46%

    Caterpillar annonce une baisse de son bénéfice ajusté par action au premier trimestre de 46% sur un an, avec un recul des ventes dans tous ses principaux secteurs d'activité, mettant en évidence les dégâts économiques causés par la pandémie de coronavirus.

    Le plus grand fabricant mondial d'équipements de génie civil et d'exploitation minière fait état d'un bénéfice ajusté de 1,60 dollar par action, en baisse par rapport à 2,94 dollars un an plus tôt et en dessous des 1,69 prévus par les analystes, selon les données de Refinitiv Eikon.

    Il n'a pas fourni de perspectives financières pour 2020 en raison de la pandémie.

  • UPDATE | Briefing actions belges

  • Le point sur la tendance boursière - update

    La tendance est franchement positive en Europe, les investisseurs délaissant la chute du pétrole pour se concentrer sur les banques centrales (Fed et BCE). Les gains varient entre 1,33% à Amsterdam et 2% à Bruxelles. L'indice DJ Stoxx 600 gagne 1,6%.

    Par ailleurs, la progression des valeurs bancaires soutient la tendance. L'Union européenne s'apprête à assouplir les règles prudentielles appliquées au secteur afin de faciliter l'octroi de crédit. Le compartiment gagne 3,5%.

    Wall Street devrait ouvrir en hausse d'un peu plus de 1%.

    Les résultats de 3M, Alphabet, Caterpillar, Merck et Pfizer figurent à l'agenda des investisseurs US.

  • La biotech Kiadis gonfle aussi son matelas de cash

  • Berenberg: "Immobel est de retour... et mieux qu'avant"

    Immobel reçoit de beaux compliments de Berenberg après l'accord avec ING annoncé lundi.

    "Cet accord montre que le marché des bureaux à Bruxelles est toujours liquide", constate Berenberg. "Immobel renforce à nouveau son portefeuille et a déjà ajouté 340 millions d'euros aux projets cette année."

    Berenberg salue également le fait que la société immobilière de Marnix Galle augmente sa proposition de dividende d'un "gros" 10%, à 2,66 euros par action. Le broker confirme son conseil d'achat avec un objectif de cours de 84 euros.

    Immobel progresse de 5% à 70,40 euros.

  • "Recticel dispose d'assez de marge pour faire face à la crise"

    Les analystes sur Recticel :

    > Degroof Petercam - "L'indication d'un redémarrage progressif des opérations est rassurante", indiquent les analystes de Degroof Petercam. "Cependant, nous estimons que l'Ebitda de cette année sera significativement en baisse et nous pensons qu'une reprise au niveau de 2019 prendra plus d'un an. Toutefois, Recticel dispose d'assez de marge pour faire face à cette crise, particulièrement à l'occasion de la clôture de la cession des activités "Interior" et "EuroFoam" qui se traduiront par une position de trésorerie nette d'environ 70 millions d'euros."

    La tendance à long terme pour les activités d'isolation reste intacte, poursuit la banque. Le processus de transformation du portefeuille de Recticel n'est pas terminé et l'entreprise cherchera sans doute à se concentrer sur son activité principale d'isolation.

    L'objectif de cours est relevé à 8,5 euros, avec un recommandation d'achat maintenue.

    > ING qualifie de "positifs" les résultats de Recticel. Le conseil d'achat est maintenu avec un objectif de cours de 11 euros.

    > Kepler Cheuvreux indique que les résultats de Recticel au premier trimestre, avec des ventes en baisse de 6,2%, ont dépassé les attentes, mais le difficile deuxième trimestre reste à venir. Entre-temps, l'entreprise se prépare à rouvrir ses installations, mais ce sera progressif. Le dossier d'investissement de Recticel a radicalement changé après la cession de la division "Interiors" et Eurofoam, ce qui en fait un acteur spécialisé dans l'isolation et une proie attrayante pour des entreprises telles que Kingspan. "Achetez Recticel avec un objectif de cours de 8,7 euros".

    > KBC Securities estime, lui aussi, que Recticel va évoluer vers un profil de "pure player" dans l'isolation, ce qui le pousse à voir "un potentiel de hausse significatif pour la valorisation de l'entreprise". La recommandation d'achat est maintenue avec un objectif de cours de 10 euros.

  • Le WTI s'enfonce

    Le WTI américain creuse ses pertes et lâche plus de 20%.

  • Le point sur la tendance boursière

    Les marchés européens évoluent sur une note prudente, dans un contexte marqué par la poursuite de la chute des prix du pétrole tout en attendant la réunion de la Réserve fédérale américaine. Son comité monétaire se réunit mardi et mercredi. Le marché ne prévoit aucune annonce sur les taux mais attend fébrilement les perspectives pour l'économie américaine.

    Entre-temps, les gains varient entre 0,19% à Paris et 0,82% à Londres. L'indice DJ Stoxx 600 gagne 0,58% et l'Euro Stoxx 50 0,57%.

    Les valeurs financières signent les meilleures progressions sectorielles. Le compartiment de l'assurance prend 2% et celui des bancaires 1,7%.

     

    "La séance ne devrait pas réserver de surprises, les investisseurs étant dans l'attente des derniers verdicts de la Fed (mercredi) et de la BCE (jeudi), mais aussi des tendances économiques qui vont émerger post-déconfinement dans les pays développés. Mais il est possible que les marchés se focalisent sur le pétrole, après la chute de la veille, qui se poursuit."
    Tangi le Liboux
    Analyste chez Aurel BGC

  • Voici le briefing actions belges

  • BP | Lufthansa | Novartis | HSBC | UBS

    > L'action BP perd 2,7%. Le géant britannique des hydrocarbures a annoncé une chute de deux tiers de son bénéfice sius jacent au premier trimestre en raison de l'impact de la pandémie de coronavirus qui affecte la demande de pétrole alors que la dette du groupe se creuse et que les incertitudes demeurent. Sur la période janvier-mars, le bénéfice net sous jacent du groupe pétrolier britannique s'est établi à 800 millions de dollars (environ 730 millions d'euros), contre 2,4 milliards de dollars un an plus tôt. Les analystes prévoyaient en moyenne 710 millions de dollars. La réduction de valeur de 3,7 milliards sur les stocks, due à la chute spectaculaire des prix du pétrole à la fin du trimestre, a été le principal moteur de la perte historique de 4,4 milliards de dollars encaissée par BP.

    > Lufthansa bondit de 8,2%. La compagnie aérienne va bénéficier d'un plan de soutien à hauteur de 9 milliards d'euros en vertu d'un accord conclu avec le gouvernement allemand, rapporte Business Insider qui cite des sources au sein de la compagnie.

    > Novartis gagne 1%. Le géant pharmaceutique suisse a publié des chiffres en hausse pour le premier trimestre et maintenu "à ce stade" ses prévisions pour 2020, après avoir bénéficié d'achats anticipés de médicaments face à la pandémie de Covid-19.

    > HSBC cède 1,12% après un avertissement sur résultats suite à un bénéfice trimestriel imposable réduit de moitié et inférieur aux prévisions, notamment en raison d'une hausse des provisions pour créances douteuses sur fond d'épidémie de coronavirus.

    > Toujours dans le secteur bancaire, UBS bondit de 4,12%. Le groupe bancaire suisse s'est dit confiant dans le fait de pouvoir résister à une forte augmentation des créances douteuses tout en avertissant que l'épidémie (sans précédent) de coronavirus mettra la pression sur les principaux flux de revenus de son activité de gestion de patrimoine.

  • "Achetez Tesco"

    Dans un rapport sectoriel sur le "Food Retail", Berenberg augmente légèrement l'objectif de cours d'Ahold Delhaize de 19,60 à 20,20 euros. Le conseil reste "conserver". Dans ce même rapport, Tesco se voit attribuer une recommandation d'achat, Carrefour un conseil de "conserver" et Sainsbury's un conseil de "vendre". "Cette dernière a le pire bilan du secteur et dépend du non-alimentaire pour 27% de son chiffre d'affaires", avertit Berenberg.

    À titre de comparaison: Carrefour et Ahold Delhaize réalisent respectivement 20% et 12% de leur chiffre d'affaires dans le non alimentaire. "En outre, les ventes de produits non alimentaires d'Ahold Delhaize via Bol.com sont moins exposées à l'épidémie de coronavirus en raison du développement de l'e-commerce."

    Colruyt n'est pas inclus dans le rapport.

  • Kiadis: +14,45%

    La biotech Kiadis bondit de 13,4%, à 2 euros, après une levée de fonds de 12 millions d'euros.

  • |Opening bell|

    Amsterdam: +0,09%
    Bruxelles: -0,01%
    Paris: -0,03%
    Francfort: n.c.

    Euro Stoxx 50: +0,02%
    DJ Stoxx 600: +0,16%

  • "Corona warning" de HSBC

    HSBC Holdings lance un avertissement sur résultats après avoir fait état d'un bénéfice trimestriel imposable réduit de moitié et inférieur aux prévisions en raison, notamment, d'une hausse des provisions pour créances douteuses sur fond de pandémie de coronavirus.

    La banque britannique a indiqué, en outre, que la pandémie allait mettre sous pression son produit net bancaire alors que l'activité des clients diminue et que la baisse des taux d'intérêts pèse sur les marges.

    Première banque européenne par les actifs, HSBC a prévenu également qu'une augmentation de l'activité frauduleuse pourrait entraîner des pertes de crédit "potentiellement importantes".

    Le bénéfice avant impôts de la banque s'est établi à 3,2 milliards de dollars (2,9 milliards d'euros) au premier trimestre, contre 6,2 milliards de dollars il y a un an. Il est inférieur au propre consensus de la banque qui prévoyait en moyenne 3,7 milliards de dollars.

    Le total des provisions sur l'exercice 2020 pourrait atteindre entre 7 et 11 milliards de dollars, a précisé HSBC.

  • Briefing d'avant bourse

    Les bourses européennes devraient ouvrir sur une note prudente, la chute continue des cours du pétrole contrebalançant l'optimisme engendré par la levée progressive des mesures de confinement liées au coronavirus à travers le monde.

    Les contrats à terme signalent une ouverture en hausse de 0,13% à Paris, de 0,32% à Londres, de 0,35% à Amsterdam, de 0,48% à Francfort. L'Euro Stoxx 50 devrait progresser de 0,3%.

    Le baril de brut léger américain (WTI), qui a perdu près de 25% lundi, poursuit son repli mardi. Outre les craintes de saturation des capacités de stockage des États-Unis, en raison de l'effondrement de la demande liée à la crise du coronavirus, les cours du pétrole sont plombés, ce mardi, par l'annonce du principal ETF américain sur le pétrole, United States Oil Fund LP, de la vente de tous ses contrats de brut pour livraison en juin.

    Le cours du baril de WTI chute de 13,15%, à 11,10 dollars, et celui du Brent abandonne 5,25%, à un peu moins de 19 dollars.

  • Delivery Hero voit le nombre de commandes presque doubler

    Le fournisseur de repas en ligne Delivery Hero a enregistré 239 millions de commandes au premier trimestre. C'est 92% de plus qu'à la même période l'an dernier. Le chiffre d'affaires a également augmenté de 92%, à 515 millions d'euros. La valeur des repas commandés (gross merchandise value, ou GMV) a grimpé de 58%, à 2,4 milliards d'euros.

    Le groupe confirme les objectifs financiers pour 2020, "malgré les coûts associés au Covid-19".

  • Accord entre Berlin et Lufthansa sur un plan de soutien de 9 milliards d'euros

    La compagnie aérienne Lufthansa va bénéficier d'un plan de soutien à hauteur de 9 milliards d'euros en vertu d'un accord conclu avec le gouvernement allemand, rapporte, ce mardi, Business Insider qui cite des sources au sein de la compagnie.

    En échange de cette aide, l'accord octroie aux pouvoirs publics une minorité de blocage et deux sièges au conseil de surveillance de la compagnie.

    Il sera signé dans la journée par la chancelière Angela Merkel, son ministre des Finances Olaf Scholz et le président du directoire de la compagnie aérienne Carsten Spohr.

  • Kiadis Pharma lève 12 millions d'euros

    Kiadis Pharma annonce qu'elle a réalisé un placement privé d'environ 7,5 millions actions ordinaires au prix de 1,60 euro par action auprès d'un fonds d'investissement américain axé sur la santé. L'opération permet à la biotech de récolter 12 millions d'euros, l'équivalent d'un peu moins de 25% de sa capitalisation boursière de 53 millions d'euros de lundi.

    Dans le cadre de l'opération, l'investisseur recevra environ 3,75 millions de warrants au prix d'exercice de 2,22 euros, pouvant être exercés sur une période de 5 ans.

    Kiadis Pharma a clôturé lundi à 1,78 euros.

  • Fin de trimestre difficile pour Recticel

    À l’issue du premier trimestre, Recticel a dégagé des ventes combinées en baisse de 6,2% (par rapport au même trimestre de 2019), à 317,6 millions d’euros. Jusqu’à la fin février, elles sont restées en ligne avec celles de l’an dernier. Par contre, en mars, elles ont chuté de 16,7%.

    Le producteur de mousse polyuréthane signale que les activités "automobiles" en Chine sont revenues à des niveaux pré-Covid-19 alors qu’elles restent fermées en Europe et aux USA. Dans les autres segments, la demande devrait atteindre un plancher en avril avant de reprendre progressivement, estime-t-il.

    "Bien que l’impact négatif sur les ventes et la rentabilité seront significatifs cette année, la solide position financière de Recticel lui permettra de traverser cette crise", a indiqué Olivier Chapelle, le CEO du groupe dans un communiqué.

  • Déferlante de résultats au programme de la journée

    La journée va être rythmée essentiellement par la publication des résultats d'entreprises. La liste est longue, de Recticel à Cofinimmo en passant par HSBC, Caterpillar ou encore Alphabet (maison mère de Google).

     

  • Le baril de pétrole WTI poursuit sa chute

    Bonjour! Bienvenue sur notre "Market live", l'endroit rêvé pour ne rien rater de l'essentiel de l'actualité boursière de ce mardi 28 avril.

    On démarre avec un point sur la situation en Asie où la tendance boursière est mitigée. Au Japon, le Nikkei perd 0,3% tandis que la Bourse de Hong Kong gagne 0,56%. Shanghai est à l'équilibre.

    En Europe, les contrats à terme laissent augurer d'une ouverture stable pour le Dax, mais en légère hausse pour l'Euro Stoxx 50 (+0,3%).

    L'actualité se déroule surtout sur le front du pétrole où le baril de brut WTI poursuit sa chute de lundi. Il perd 14% à 10,95 dollars, après une dégringolade de 24% hier.

    Les cours du pétrole sont plombés par l'annonce du principal ETF américain sur le pétrole, United States Oil Fund LP, de la vente de tous ses contrats de brut à livraison en juin. Le fonds espère ainsi éviter une répétition des lourdes pertes subies la semaine dernière lorsque le baril de WTI s'est effondré en territoire négatif à l'arrivée à échéance du contrat pour livraison en mai.

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés