1. Les marchés
  2. Live blog
live

Nouvelles spéculations sur Mithra | Trump envoie Apple et les techs au tapis

Les marchés européens terminent en hause ce lundi après avoir affiché la semaine dernière l'une de leurs pires performances hebdomadaires de l'année. A Wall Street, les tensions commerciales ont pesé sur Apple et ses concurrents.
  • Wall Street termine en ordre dispersé

    Les marchés américains ont rapidement effacé une partie des pertes de la semaine dernière grâce aux espoirs de nouveaux allégements fiscaux qui pourraient atterrir avant les élections de mi-mandat en novembre. Cette perspective apaiserait en partie les craintes de voir les tensions commerciales internationales peser sur l’activité économique, notamment après les déclarations du Président américain évoquant une taxation de la quasi-totalité des produits importés de Chine. Des déclarations qui ont tout de même plombé l’action Apple (-1,34%). Le groupe technologique a été sommé par Donald Trump de rapatrier ses chaînes de production sur le sol américain. Un avertissement qui n’a pas plu aux investisseurs. Selon les analystes, Apple devrait gonfler les prix de ses iPhone de 20% pour répondre aux doléances du Président.

    Le S&P 500 (+ 0,21%) et le Nasdaq (+ 0,27%) sont tout de même parvenus à garder la tête hors de l’eau, à l’inverse d’un Dow Jones (-0,23%) lesté par le secteur des assurances qui se prépare à vivre des heures difficiles avec le passage de l’ouragan Florence sur la côte est.

  • Le pétrole termine sur une note mitigée à New York

    Les cours du pétrole ont fini en ordre dispersé sur le marché new-yorkais Nymex, avec un repli du brut léger américain sur des signes d'une possible hausse des stocks américains de brut, alors que le Brent a progressé en perspective d'une baisse de l'offre iranienne pour cause de sanctions américaines. Le contrat octobre sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a perdu 21 cents, soit 0,31%, à 67,54 dollars le baril. Le Brent a gagné en revanche 54 cents (+0,70%) à 77,37 dollars.

    Des données hebdomadaires de Bloomberg citées par des traders laissent penser que les stocks américains de brut sont en hausse, une information qui est venue contredire un rapport du cabinet Genscape prévoyant une baisse de ces stocks. En début de séance, les cours des deux contrats de référence étaient en nette progression en réaction à l'annonce vendredi d'une baisse du nombre de forages aux Etats-Unis et alors que les investisseurs anticipent une diminution de l'offre iranienne à cause des sanctions économiques américaines visant Téhéran.

  • Les Bourses européennes terminent dans le vert

    Bel20: +0,81%

    AEX: 0,26%

    CAC: 0,35%

    DAX: 0,39%

    FTSE: +0,00%

    Euro Stoxx50: +0,50%

  • Snap sous 10 dollars

    Le titre du réseau social a perdu 33% depuis le début de l'année, et 60% depuis son introduction en Bourse.

  • Apple victime à son tour des tensions commerciales

    Apple est en net recul en début de séance lundi à Wall Street après les déclarations du président américain, Donald Trump, lui conseillant de rapatrier ses chaînes d'assemblage aux Etats-Unis.


    Selon le courtier Bank of America Merrill Lynch, Apple devrait augmenter les prix de ses iPhone de 20% pour compenserune éventuelle augmentation du coût du travail liée à une relocalisation du montage final du smartphone sur le sol américain.
    Donald Trump a déclaré samedi que le groupe à la pomme n'avait qu'à fabriquer ses produits aux Etats-Unis s'il voulait éviter tout droit de douane sur les importations de produits en provenance de Chine.


    Apple avait déclaré la veille qu'une partie importante de ses produits, dont l'Apple Watch, serait probablement affectée par de tels droits de douane; il n'avait fait aucune mention de l'iPhone.


    De fait, si Apple devait augmenter ses prix pour préserver ses marges, cela aurait un effet "nettement destructeur sur la demande", jugent des analystes.

  • Wall Street ouvre en hausse

     Dow Jones +0,33%, Nasdaq +0,47%

  • La livre sterling s'envole alors que le Brexit se rapproche

    Le chef des négociations Brexit pour l'Union européenne , Michel Barnier, a déclaré qu'un accord sur le Brexit pourrait tomber d'ici 6 à 8 semaines. 

  • "Le marché reste très technique"

    "Le marché reste très technique, il y a peu de volume, on observe plutôt des rotations sectorielles". "Les financières continuent à avoir une performance supérieure à celle du marché, nous avons le sentiment que les investisseurs sont moins stressés au sujet de l'Italie, donc les taux d'emprunt italiens se détendent, ce qui fait que les bancaires sont bien orientées"
    Frédéric Rozier
    gestionnaire de portefeuille chez Mirabaud France

  • Wall Street devrait tenter un rebond malgré les tensions commerciales

    Wall Street est attendue en hausse et les Bourses européennes progressent à mi-séance après leur repli de la semaine dernière, un rebond emmené par les valeurs bancaires et les défensives même si les préoccupations liées à la politique commerciale de l'administration américaine restent bien présentes.

    → Les contrats à terme sur les principaux indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en hausse de 0,3% à 0,5%. L'indice large américain Standard & Poor's 500 a perdu 1,03% la semaine dernière, sa plus mauvaise performance hebdomadaire depuis fin juin.

  • Le pétrole monte à cause de craintes sur l'offre

    Les prix du pétrole  grimpent en cours d'échanges européens alors que les investisseurs s'inquiétaient plus du risque d'un manque d'offre que des menaces qui s'accumulent également sur la demande. Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre valait 77,35 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 52 cents par rapport à la clôture de vendredi.

    "Les investisseurs pétroliers n'ont pas encore perdu l'espoir d'un rebond des cours en raison des sanctions sur l'Iran qui approchent", a commenté Tamas Varga, analyste chez PVM. A partir de début novembre, les importateurs de pétrole iranien pourront être pénalisés par les Etats-Unis, dans le cadre des sanctions infligées à Téhéran par Washington après la sortie américaine de l'accord sur le nucléaire.

  • *Les valeurs à suivre à Wall Street*

    * APPLE - Le groupe a prévenu qu'un grand nombre de ses produits, dont l'Apple Watch, serait probablement affecté par les droits de douane envisagés par le président Donald Trump sur certaines importations de Chine, mais n'a pas cité l'iPhone. Les fournisseurs asiatiques et européens d'Apple baissent à l'unisson lundi en Bourse après un tweet de Donald Trump samedi invitant le géant de l'électronique grand public à fabriquer ses produits aux Etats-Unis s'il veut éviter les surtaxes sur les importations chinoises.

    * ALIBABA - Jack Ma, le fondateur et président exécutif du géant chinois du commerce en ligne, prendra sa retraite de l'entreprise dans un an très exactement, le 10 septembre 2019, a annoncé lundi l'entreprise dans un communiqué. L'action Alibaba perd autour de 1% en avant-Bourse.

    * TESLA - Le constructeur de voitures électriques a remanié vendredi son état-major, quelques heures après la démission de son directeur comptable. Le Français Jérôme Guillen, chez Tesla depuis huit ans, a notamment été nommé à la tête de la division automobile, sous la supervision directe du PDG et fondateur Elon Musk. L'action prend 2,5% en avant-Bourse après avoir perdu vendredi plus de 6% vendredi.

    * GENERAL ELECTRIC - Le conseil d'administration du conglomérat industriel a approuvé lundi le versement d'un dividende de 12 cents par action.

    * BLACKROCK - Le premier gérant de fonds mondial veut accroître ses activités d'investissement privé, craignant que les programmes de rachat d'actions et le manque d'introductions en Bourse réduise les opportunités sur le marché boursier américain, a rapporté dimanche le Financial Times. Le groupe gère plus de 6.000 milliards de dollars.

    * ANTHEM - Citigroup abaisse sa recommandation à "neutre" contre "achat".

    * APOLLO GLOBAL MANAGEMENT - Le titre RPC s'envole de 20,16% à la Bourse de Londres après que le groupe britannique, numéro un européen des emballages plastique, a dit être en discussions préliminaires en vue de son rachat avec les fonds Apollo Global et Bain Capital. Apollo et Bain ont jusqu'au 8 octobre pour, soit lancer une offre ferme sur RPC, soit renoncer.

    * CBS - Le groupe de médias a annoncé dimanche soir un accord sur les conditions de départ de son directeur général Les Moonves qui permettra aussi de mettre fin au litige l'opposant à son actionnaire principal, National Amusements, qui faisait pression pour une fusion avec Viacom.

  • AB Foods maintient ses prévisions, déception sur le sucre

    Le conglomérat britannique Associated British Foods  a maintenu ses prévisions de résultats annuels, grâce notamment aux bonnes performances de sa chaîne d'habillement Primark, mais les résultats attendus dans le sucre ont déçu les analystes.

    Dans un communiqué, le groupe a dit attendre des "progrès" de son bénéfice d'exploitation ajusté et de son résultat par action sur l'exercice clos le 15 septembre.

    AB Foods anticipe une hausse de 5,5% des ventes de Primark à taux de change constants, en dépit d'un tassement de 2% des ventes à périmètre comparable. Ces dernières devraient cependant augmenter de 1,5% en Grande-Bretagne.

  • Alibaba annoncé en baisse avec le prochain départ de son fondateur

  • Eurozone: le moral des investisseurs en berne

    Le moral des investisseurs a baissé plus que prévu en septembre dans la zone euro en raison des inquiétudes autour des marchés émergents, de la situation politique en Europe et des tensions commerciales avec les Etats-Unis, montre l'enquête mensuelle de l'institut allemand Sentix.

    Son indice pour la zone euro a reculé à 12,0 contre 14,7 en août. Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un repli limité à 14,6. Le sous-indice mesurant les anticipations a décroché à -8,8 contre -5,8 et celui sur les conditions actuelles s'est tassé à 35,0 contre 37,3.

  • Le dollar dépasse les 70 roubles

    Le rouble a plongé à l'ouverture, passant la barre des soixante-dix roubles (70,16) pour un dollar pour la première fois depuis le mois de mars 2016, lorsque la Russie était en proie à une crise économique et financière provoquée entre autres par les sanctions occidentales imposées en raison de la crise ukrainienne.

    "La pression sur les devises des pays émergents demeure", notamment face à un dollar renforcé après la publication d'indicateurs américains au beau fixe, estime Dmitri Poleïov, économiste en chef au fonds souverain russe (RDIF). "Tant que le contexte extérieur ne se sera pas stabilisé (...) il sera assez difficile pour le rouble d'atteindre des niveaux plus ou moins équilibrés", a-t-il affirmé, évoquant des "perspectives incertaines à court terme, bien que la hausse des prix du pétrole puisse être le facteur qui permettra au rouble de résister".

  • Royaume-Uni: la croissance a accéléré sur les 3 mois à juillet

    L'économie britannique a enregistré une croissance de 0,6% sur les trois mois à fin juillet par rapport aux trois mois précédent, sa meilleure performance depuis près d'un an, montrent des données publiées  par l'Office national de la statistique. Sur les trois mois à fin juin, le produit intérieur brut avait augmenté de 0,4%.

  • Nouvelle mise en garde de la FSMA

    La FSMA, le gendarme belge des marchés financiers, met une nouvelle fois en garde les investisseurs contre plusieurs sociétés :

    • BeCFD
    • Blonde Bear OU (TradeDax)
    • Day Dream Investments (uTrader)
    • Goprofinance
    • MetaInvesting
    • Spot2trade

    La FSMA rappelle que toute société souhaitant offrir des produits d’investissement, par le biais d’une plateforme de trading en ligne ou non, doit disposer d’un agrément. En outre, depuis le 18 août 2016, aucune société d’investissement (agréée ou non) n’est autorisée à commercialiser activement des options binaires, de même que certains produits forex et CFD, sur le territoire belge.

  • Les fournisseurs d'Apple reculent après les propos de Trump

    Les fournisseurs européens d'Apple baissent à l'unisson en Bourse après un tweet du président Donald Trump samedi invitant le géant de l'électronique grand public à fabriquer ses produits aux Etats-Unis s'il veut éviter les surtaxes sur les importations chinoises.µ

    A Paris, STMicroelectronics   signe la plus forte baisse du CAC 40. A Francfort, Dialog Semiconductor  et Infineon Technologies   sont dans le rouge également. L'autrichien AMS, coté à Zurich, et le britannique IQE perdent autour de 1,8%. L'indice Stoxx des valeurs technologiques abandonne 0,22%, la deuxième plus forte baisse des indices sectoriels européens après l'automobile et la chimie.

  • "L'IPO de Volvo Cars pourrait être repoussée"

    Le propriétaire chinois de Volvo Cars pourrait repousser le projet d'introduction en Bourse (IPO) du constructeur automobile suédois, en raison d'interrogations sur son niveau de valorisation sur fond de tensions commerciales entre les Etats-Unis, la Chine et l'Europe, rapporte le Financial Times.

    Zhejiang Geely, qui a racheté Volvo Cars en 2010, pensait avoir réuni les conditions d'une mise sur le marché de sa filiale d'ici la fin de l'année sur la base d'une valorisation de 30 milliards de dollars (25,9 milliards d'euros). Mais le groupe redoute à présent que les investisseurs pressentis, essentiellement des fonds de pension suédois, soient confrontés à un recul du titre après l'opération.

    "Il est important de disposer d'une marge de manoeuvre de sorte que nous puissions regarder les investisseurs dans les yeux un an après l'introduction en Bourse". "C'est toujours une possibilité, une possibilité très réaliste, mais cela n'arrivera pas immédiatement". "Le calendrier doit être optimal."
    Hakan Samuelsson
    directeur général de Volvo Cars

  • RPC s'envole après avoir engagé des pourparlers de reprise

    Le titre RPC   s'envole dans les premiers échanges à la Bourse de Londres après que le groupe britannique, numéro un européen des emballages plastique, a dit être en discussions préliminaires en vue de son rachat avec les fonds Apollo Global Management et Bain Capital.

    Apollo et Bain ont jusqu'au 8 octobre pour soit lancer une offre ferme sur RPC soit renoncer.

  • Aston Martin prévoit de démarrer en Bourse en octobre

    Le constructeur de voitures de sport Aston Martin a annoncé qu'il prévoyait de concrétiser son entrée en Bourse au mois d'octobre et de nommer une femme à la tête de son prochain conseil d'administration.

    Le fabricant a ajouté que cette entrée en Bourse, dont les conditions financières seront précisées autour du 20 septembre, devrait être concrétisée dès le mois d'octobre. Elle consistera en la vente d'actions de la part de ses principaux propriétaires, le fonds italien Investindustrial, les investisseurs koweïtiens d'Adeem Investments et la société d'investissement Primewagon.

  • Richemont réintroduit un poste de DG sur fond de hausse des ventes

    Richemont a annoncé la nomination de Jérôme Lambert, un vétéran du numéro deux mondial du luxe derrière LVMH, au poste de directeur général avec notamment pour missions l'adaptation du groupe suisse aux changements des modes de consommation et la poursuite de la reprise de l'horlogerie.

    "Nous accueillons très favorablement l'annonce relative au poste de directeur général puisque la question du leadership est désormais résolue avec Jérôme Lambert devenant responsable du groupe", a déclaré René Weber, analyste chez Vontobel tout en disant que les performances des marques de montres de Richemont restaient décevantes.

    Dans un communiqué séparé, Richemont a fait état d'une hausse de 10% de ses ventes à taux de change constants sur les cinq mois au 31 août à la faveur d'une demande soutenue ses bijoux dans les régions Asie-Pacique et Amériques.

  • | OPENING BELL |

    STOXX 600 +0,11%

    BEL 20 +0,04%

    AEX -0,03%

    CAC 40 -0,04%

    DAX -0,08%

  • Rosengren (Fed) n'exclut pas des taux plus "restrictifs"

    Les taux d'intérêt américains pourraient devoir augmenter plus longtemps qu'actuellement prévu si les perspectives économiques continuent de se renforcer, a estimé ce week-end Eric Rosengren, le président de l'antenne de Boston de la Réserve fédérale.

    Les taux d'intérêt pourraient non seulement devenir "restrictifs" mais la définition de ce niveau pourrait évoluer aussi, a-t-il dit dans une interview accordée à Reuters samedi après une conférence à Boston.

    "Il n'y a pas le feu mais il y a une pression haussière sur l'inflation et, compte tenu du fait que nous sommes déjà à 2%, avec un marché du travail tendu, (...) on va arriver à une situation où on commencera à avoir de façon persistante une inflation au-dessus de notre objectif". "Il y a des arguments pour normaliser la politique (monétaire) et probablement pour être modérément restrictif."
    Eric Rosengren
    président de l'antenne de Boston de la Réserve fédérale

    Pour Eric Rosengren, les données sur le marché du travail et la croissance semblent de plus en plus "incompatibles" avec le niveau actuel du taux neutre. En d'autres termes, la Fed a peut-être une politique monétaire plus accommodante que ce qu'elle voudrait et l'économie pourrait tolérer des taux plus restrictifs.

  • Tokyo finit en hausse, rassurée sur la croissance

    La Bourse de Tokyo a fini en hausse de 0,30% ce lundi en dépit des craintes sur le commerce international, soutenue par la révision à la hausse de la croissance de l'économie japonaise au deuxième trimestre. L'indice Nikkei a gagné 66,03 points à 22.373,09 points et le Topix, plus large, a pris 3,30 points (+0,20%) à 1.687,61 points.

    Sur la période avril-juin, le produit intérieur brut (PIB) du Japon a augmenté de 3,0% en rythme annualisé, contre 1,9% en première estimation et alors que le consensus des estimations d'économistes recueillies par Reuters ressortait à 2,6%.

  • Les résultats semestriels de Bois Sauvage

    Le holding Bois Sauvage  a publié vendredi soir ses résultats semestriels:

    → Le résultat net du groupe a atteint 48,9 millions d'euros au 30 juin 2018 contre 21,5 millions un an auparavant.

    → La valeur intrinsèque par action s’établit à 488,5 euros contre 435,5 euros au 31 décembre 2017.

    → La société affiche à présent un endettement net consolidé de 23,8 millions d'euros contre un excédent net de trésorerie consolidée de 11,2 millions au 31 décembre 2017.

    "Le Conseil reste confiant dans la qualité des actifs et prudent sur les perspectives à court/moyen terme", a indiqué Bois Sauvage dans son communiqué.

  • Trump implacable avec Pékin

    Donald Trump a jeté de l'huile sur le feu vendredi avec Pékin en envisageant de taxer toutes les importations chinoises au moment où son administration semble vouloir laisser une chance au dialogue dans les conflits commerciaux, non seulement avec le Canada et l'Europe mais encore avec la Chine.

    "Maintenant, nous avons ajouté 200 milliards de dollars (de biens chinois faisant l'objet de taxes douanières). Je déteste dire ça mais (...) il y a encore 267 milliards de dollars (de biens chinois prêts à être taxés) rapidement si je le veux", a déclaré le président américain au cours d'un point de presse impromptu à bord de son avion Air Force One. "Je me montre dur avec la Chine car je dois l'être", a-t-il justifié. "Ils prennent 500 milliards de dollars chaque année", a-t-il ajouté en référence aux importations en provenance de la Chine, qui se sont élevées à plus de 505 milliards en 2017 et qui devraient s'accroître encore cette année.

  • Les enjeux du méga procès du Dieselgate

    Ce lundi s'ouvre en Allemagne le premier procès majeur contre Volkswagen   pour avoir truqué 11 millions de moteurs diesel.

  • Trump à Apple: "pour éviter les droits de douane, fabriquez US"

    Apple   n'a qu'à fabriquer ses produits aux Etats-Unis s'il veut éviter les droits de douane sur les importations de produits en provenance de Chine, a déclaré samedi Donald Trump.

    → Apple a déclaré vendredi qu'une partie importante de ses produits, dont l'Apple Watch, serait probablement affectée par les droits de douane voulu par le président américain sur certains de produits importés de Chine. Le groupe californien n'a pas cité l'iPhone.

    Donald Trump a déclaré samedi dans un tweet que "les prix Apple pourraient augmenter en raison des énormes droits de douane que nous allons peut-être imposer à la Chine - mais il existe une solution simple où il y aurait ZERO impôt et même une incitation fiscale. Fabriquez vos produits aux États-Unis au lieu d'en Chine. Commencez à construire de nouvelles usines maintenant."

  • "Le rendement de la dette italienne baissera avec les actes"

    La prime que l'Italie doit verser pour se financer sur les marchés par rapport à celle de ses partenaires européens moins endettés baissera quand le gouvernement commencera à mettre en oeuvre sa politique, a déclaré dimanche son ministre de l'Economie et des Finances. Giovanni Tria, qui s'exprimait lors d'une conférence dans le nord de l'Italie, a indiqué que certaines des mesures budgétaires les plus radicales de la coalition gouvernementale ne seraient introduites que progressivement, rassurant les investisseurs sur le respect des règles budgétaires de l'Union européenne.

    "Quand le discours du gouvernement se traduira en actes, l'écart de rendement entre les obligations d'Etat reviendra à des niveaux plus normaux"
    Giovanni Tria
    ministre italien de l'Economie et des Finances

    L'écart de rendement entre les obligations italiennes et allemandes est revenu à 248 points de base vendredi, au plus bas depuis près d'un mois, après les déclarations de deux vice-présidents du Conseil, selon lesquelles Rome respectera les règles budgétaires de la zone euro pour l'année prochaine.

  • Les flux stagnent, BAML y voit des signaux alarmants

    Les flux sur les grandes familles de fonds collectifs d'investissement sur la semaine au 4 septembre peuvent donner l'impression d'un attentisme des investisseurs au sortir de l'été mais les mouvements de marché sur certaines classes d'actifs envoient un message beaucoup plus alarmant, préviennent les analystes de Bank of America Merrill Lynch Global Research dans une étude publiée vendredi.

    Les fonds investis en actions, toutes zone géographiques confondues, n'ont enregistré que 200 millions de dollars (172 millions d'euros) de sorties nettes sur la période, les sorties nettes sur l'obligataire ont porté sur 1,9 milliard d'euros, des montants insignifiants au regard des encours, selon cette étude qui reprend des données d'EPFR Global, société de recherche spécialisée dans le suivi des flux de souscription des grandes sociétés internationales de gestion.

    → Le calme apparent sur les flux globaux masque des mouvements de marchés plus inquiétants, préviennent toutefois les analystes de BofA Merrill Lynch. Ils rappellent ainsi que la performance des Bourses mondiales hors valeurs technologiques américaines est négative de plus de 6% depuis le début de l'année alors même que les flux d'investissement sur les fonds dédiés aux valeurs technologiques se retournent à la baisse.

    → Ils soulignent aussi que 809 actions émergentes sur un univers de 1.150 affichent une baisse de plus de 20% par rapport à leurs plus hauts, une baisse dont l'ampleur caractérise habituellement un marché baissier.

    → Ils notent également que les sorties nettes sur les fonds investis en obligations en catégorie d'investissement, la plus sûre du marché du crédit, ont atteint 3,1 milliards de dollars sur la semaine, le montant hebdomadaire le plus élevé depuis décembre 2016.

    "Achetez quand les banques centrales achètent, vendez quand.. les BPA (bénéfices par action) à l'échelle mondiale sont à des plus hauts, la croissance américaine dépasse 4%, les baisses d'impôts atteignent 1.500 milliards de dollars aux Etats-Unis, la performance des Bourses est médiocre malgré 1.000 milliards de dollars de rachats d'actions, les excès de liquidités touchent à leur fin..", préviennent-ils.

  • Good Morning!

    Bonjour à toutes et à tous! Bienvenue sur le "Market Live" de L'Echo, l'endroit idéal pour vous tenir informé "minute par minute" des grandes tendances de l'actualité boursière et financière de ce lundi 10 septembre 2018.

    ©REUTERS

Plus sur Les Marchés

Contenu sponsorisé

Partner content