1. Les marchés
  2. Live blog
live

"On n'aurait pas de titres bancaires en portefeuille si on n'était pas obligé"

Les indices actions ont clôturé en nette baisse ce mardi, dans le sillage des valeurs bancaires. En cause, l'avertissement sur résultats de Commerzbank et le regain d'inquiétudes sur les banques italiennes. Côté valeurs, AB InBev veut finaliser la fusion avec SABMiller en octobre.
  • Clôture des marchés européens

    AEX -1,43%

    BEL 20 -1,78%

    DAX -1,80%

    CAC 40 -1,84% 

  • Ferrari dépasse les attentes au deuxième trimestre

    Ferrari  a fait état d'un bénéfice supérieur aux attentes au deuxième trimestre et a confirmé dans la foulée ses prévisions pour l'ensemble de l'année.

    Le bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement (Ebitda) ajusté a augmenté de 12% sur avril-juin à 217 millions d'euros, contre un consensus Thomson Reuters de 194 millions d'euros.

    Le chiffre d'affaires a progressé de 6% à 811 millions d'euros, contre un consensus de 754 millions, et les livraisons ont augmenté de 8% à 2.214 voitures grâce à la sortie de plusieurs nouveaux modèles.

     

    ©AFP

  • Les banques italiennes de nouveau dans l'oeil du cyclone

    Les valeurs bancaires sont de nouveau dans l'oeil du cyclone à la Bourse de Milan en raison d'inquiétudes sur de possibles besoins en capital pour les autres établissements financiers italiens après le plan lancé par la BMPS et les inconnues entourant celui-ci.

    La Monte Paschi di Siena (BMPS), qui avait été la seule banque italienne à finir en hausse la veille, enregistre la plus forte baisse, cédant 10,26%. Egalement en fort recul: Banca popolare dell'Emilia Romagna (-10,17%), Banco Popolare (-6,52%), Unicredit (-5,84%), Banca popolare di Milano (-4,84%) ou encore Intesa Sanpaolo (-2,68%), qui a annoncé un bénéfice net en recul de 4,1% au dexième trimestre, à 901 millions d'euros, un chiffre néanmoins supérieur aux attentes.

    Trois des cinq banques italiennes soumises aux tests ont obtenu des résultats relativement corrects, et la quatrième Intesa Sanpaolo d'excellents. Lors d'une interview à CNBC, le chef du gouvernement italien, Matteo Renzi, a néanmoins tenté de convaincre que les tests de résistance publiés vendredi soir par l'Autorité bancaire européenne (EBA) avaient démontré leur solidité.

    "Les tests de résistance montrent que les banques italiennes ne sont pas le problème du système européen". Elles "vont bien".
    Matteo Renzi
    chef du gouvernement italien

    Le seul problème est la BMPS, ce que chacun savait, a-t-il souligné, en se disant "satisfait" de la solution "de marché" trouvée, car celle-ci permettra à la BMPS de ne plus avoir de crédits en souffrance -les créances douteuses les plus à risques- dans son portefeuille.

    "Désastre" pour la confiance

    Alors que le système bancaire italien plie sous le poids de 360 milliards d'euros de créances douteuses, il a indiqué penser que "le meilleur moyen de résoudre" ce problème était "la croissance: c'est ma priorité, mon rêve et mon cauchemar".

    Mais "s'attaquer au problème de la banque la plus souffrante, la BMPS, ne va pas résoudre la totalité de la situation du système bancaire italien, même si cela va déclencher certains développements positifs sur les marchés financiers"
    Nicola Nobile
    économiste à Oxford Economics

    "Une solution rapide" au problème des créances douteuses "semble improbable", a-t-il ajouté.

    La solution trouvée, si elle a rassuré temporairement, suscite d'ailleurs de nouvelles craintes, à la fois sur les risques entourant sa réalisation, son impact possible sur les autres banques et a aussi mis la lumière sur les besoins en capitaux de d'autres banques dont Carige ou UniCredit, qui a dévissé lundi de 9,4%.

    Depuis de longs mois, les observateurs estiment que la première banque italienne en terme d'actifs a besoin d'une augmentation de capital à hauteur de 5 à 10 milliards d'euros, hypothèse rejetée par son ancien patron Federico Ghizzoni.

  • Wall Street| Opening Bell |

    • Dow Jones: -0,11%
    • S&P 500: -0,14%
    • Nasdaq Composite: -0,16%
  • Goldman Sachs voit les marchés baisser de 10% @TSimonts https://t.co/tlSom8TpsK pic.twitter.com/K4tzGxKNoi— Stéphane Wuille (@stephanewuille) August 2, 2016

  • Le pétrole ouvre en hausse à 40,40 dollars le baril à New York

    Les cours du pétrole ont ouvert en hausse mardi à New York, réticents à s'installer sous le seuil des 40 dollars le baril franchi en séance la veille, faute d'actualité particulièrement négative.

    Vers 15h, le cours du baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en septembre gagnait 34 cents à 40,40 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

  • L'inflation stable en juin aux Etats-Unis

    L'inflation annuelle s'est stabilisée en juin aux Etats-Unis, selon l'indice PCE publié par le département du Commerce mardi.

    L'indice des prix basé sur les dépenses de consommation, mesure préférée de la banque centrale (Fed) pour observer l'évolution des prix, s'est établi à 0,9% soit exactement au même rythme qu'en mai.

  • Les dépenses des ménages US augmentent plus vite que leurs revenus

    Les dépenses de consommation des ménages aux Etats-Unis ont progressé en juin plus vite que leurs revenus et légèrement au-dessus des attentes des analystes, selon les données publiées mardi par le département du Commerce.

    En données corrigées des variations saisonnières, les dépenses de consommation, moteur de la croissance américaine, ont augmenté de 0,4% sur un mois, soit deux fois plus vite que leurs revenus (+0,2%).

  • Wall Street risque d'ouvrir en territoire négatif

    Il y a de fortes chances que la Bourse de New York ouvre en baisse ce mardi, dans le sillage du recul des marchés asiatiques et européens. Le repli devrait être limité, comme en témoignent les futures sur indices.

  • "Restez à l'écart des marchés actions ces trois prochains mois"

    Les stratèges de Goldman Sachs réduisent leur conseil sur les marchés mondiaux d'actions à "sous-pondérer" pour ces trois prochains mois, citant des valorisations élevées et la faible croissance des bénéfices.

    A plus long terme, un horizon d'un an, les analystes de la banque sont désormais à "neutre" contre "surpondérer", conseillant aux investisseurs de se focaliser sur le marché du crédit et celui des matières premières.

     

  • "Le problème des banques européennes est simple: des bilans trop chargés de dette et des marges trop faibles. C'est bien simple, on n'aurait pas de titres bancaires si on n'était pas obligé."
    Les analystes de Berenberg

  • Le point sur la déprime boursière du jour

    Les indices actions ont entamé la séance en baisse et accéléré leur recul en matinée, fragilisés par les craintes entourant le secteur bancaire et la faiblesse des cours pétroliers. Les reculs tournent entre 1% et 1,3% pour l'instant.

    "Le mois d'août a mal débuté. Les marchés actions ont fléchi, entraînés par les valeurs bancaires - à la suite de la publication des stress tests de l'EBA vendredi soir dernier - et le secteur de l'énergie, après une nouvelle baisse du prix du Brent", ont souligné les économistes de Natixis.

    Les cours pétroliers ont chuté lundi, avant d'entamer une légère remontée mardi qui ne suffisait toutefois pas à rassurer les investisseurs.

    Ils restaient en effet "inquiets des risques d'augmentation de l'offre sur le marché mondial. Les prix du baril de brut clôturent le mois sur un repli de l'ordre de 14%, soit la plus forte baisse mensuelle depuis le mois de juillet 2015", a commenté le courtier Aurel BGC.

    "Les statistiques macro-économiques ont également pesé, en particulier en provenance du Royaume-Uni, de l'Italie et des Etats-Unis", ont poursuivi les économistes de Natixis.

    Sur le terrain des valeurs, le secteur bancaire était toujours en souffrance, enfoncé principalement par l'avertissement sur résultats de Commerzbank et les inquiétudes pour les banques italiennes.

    La baisse des cours du brut se répercutait sur le secteur du pétrole et des matières premières.

    Certaines valeurs tiraient toutefois leur épingle du jeu comme Maurel et Prom , dont l'action s'envolait de 36,14% à 3,88 euros, propulsée par l'annonce de son passage dans le giron de la compagnie nationale pétrolière indonésienne Pertamina.

  • "Le mois d'août a mal débuté. Les marchés actions ont fléchi, entraînés par les valeurs bancaires - à la suite de la publication des stress tests de l'EBA vendredi soir dernier - et le secteur de l'énergie, après une nouvelle baisse du prix du Brent."
    Les économistes de Natixis

  • Venez commenter l'actualité boursière avec nous dès 12h30 (->13h30)

  • Lufthansa compte toujours verser un dividende en 2016

    Lufthansa  a dit compter toujours verser un dividende au titre de 2016, en dépit de son avertissement sur résultats d'il y a deux semaines.

    La compagnie allemande avait le 20 juillet mis en avant une baisse significative des réservations liée "aux attaques terroristes en Europe et à une plus grande incertitude politique et économique" pour justifier la révision de ses objectifs et de ses projets de développement pour cette année.

    Elle table désormais sur un résultat avant intérêts et impôts (Ebit) inférieur à celui de l'an dernier, qui s'était monté à un peu plus de 1,8 milliard d'euros.

    "On n'a aucune visibilité sur les réservations"
    Simone Menne
    directrice financière de Lufthansa

    La compagnie allemande entend en conséquence accentuer ses efforts de réduction de coûts. Le groupe a négocié de nouveaux accords salariaux avec son personnel navigant et poursuit des négociations avec ses pilotes.

    Il table notamment sur une baisse des coûts liés aux retraites qui lui permettrait de maintenir son dividende.

  • "Le Brexit, le référendum italien et d'autres menaces qui impliquent un délitement possible de l'UE interrogent en outre sur les perspectives économiques de la zone, ce qui fait du secteur bancaire la principale victime expiatoire de l'incertitude permanente qui agite les marchés"
    Le courtier Aurel BGC

  • Volkswagen dépose un recours contre une action de groupe aux USA

    Volkswagen  a annoncé avoir déposé un recours visant à annuler une action de groupe intentée aux Etats-Unis contre le constructeur dans le cadre du scandale de tricherie lors de tests des émissions polluantes de ses véhicules.

    Volkswagen dit vouloir prouver que l'ancien président du directoire Martin Winterkorn et l'actuel patron de la marque VW, Herbert Diess, n'ont pas été directement impliqués dans la préparation de "déclarations supposées trompeuses".

  • Metro annonce une perte au T3 et chute en Bourse

    Le titre Metro  chute en Bourse de Francfort après l'annonce par le distributeur allemand d'une perte inattendue au troisième trimestre. Cette perte s'explique notamment par des coûts de restructuration et par des ventes affectées par la faiblesse du rouble ainsi que par le risque d'attentats en France qui a ralenti les achats des hôteliers et des restaurateurs.

    Le bénéfice avant intérêts et impôts (Ebit), hors éléments exceptionnels, s'est réduit à 154 millions d'euros sur un chiffre d'affaires en baisse de 2,7% à 13,6 milliards d'euros. Ces chiffres sont inférieurs aux consensus puisque les analystes s'attendaient à un Ebit de 182 millions sur un chiffre d'affaires de 13,8 milliards.

    En incluant 190 millions d'euros de frais de restructuration de ses opérations de vente en gros en Allemagne et en France ainsi que de sa chaîne d'hypermarchés Real, Metro accuse sur le troisième trimestre une perte avant intérêts et impôts de 36 millions d'euros.

    "Nous nous attendons à ce que l'Ebit inférieur aux attentes et des tendances opérationnelles faibles pèsent sur l'action". Les ventes à périmètre constant sont en baisse pour les activités de vente en gros en France et en Allemagne et pour l'enseigne Real.
    Nick Coulter
    analyste de Citi

    Le distributeur a souffert en outre d'une perte trimestrielle avant intérêts et impôts de 77 millions d'euros pour son enseigne de magasins d'électronique grand public Media-Saturn, qu'il entend scinder de son coeur de métier, la vente en gros et l'alimentaire, vers mi-2017.

    Metro a fait valoir que l'Ebit du troisième trimestre ne devrait représenter qu'un peu plus du dixième du chiffre annuel et a confirmé ses prévisions d'un chiffre d'affaires et d'un Ebit en légère hausse sur l'exercice 2015-2016, hors éléments exceptionnels.

     

    ©REUTERS

  • Bank of America dit craindre un impact du vote pour le Brexit

    Bank of America  a averti que le vote des Britanniques en faveur d'une sortie de l'Union européenne pourrait avoir un impact sur ses résultats.

    L'exposition de la banque au marché britannique, qui se concentre sur les multinationales et la dette souveraine, s'élevait au 30 juin dernier à 56,31 milliards de dollars (50,41 milliards d'euros).

    La banque fait valoir dans un avis financier déposé lundi soir que le résultat du référendum du 23 juin pourrait limiter les activités en Europe de ses entités au Royaume-Uni.

    BofA évoque en outre un risque de "tension politique et d'instabilité financière" en Italie, en Espagne, en Grèce et au Portugal, toujours en raison du vote des Britanniques.

  • Zone euro: hausse plus forte que prévu des prix producteurs

    Les prix à la production ont augmenté plus que prévu en juin pour le deuxième mois consécutif, à la faveur essentiellement d'une hausse des prix de l'énergie, montrent les données publiées par Eurostat.

    L'agence de statistique de l'Union européenne précise que les prix à la production ont enregistré une hausse de 0,7% d'un mois sur l'autre. Sur un an, ils se sont repliés de 3,1%. Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une augmentation de 0,4% sur un mois et un recul sur un an de 3,5%.

    Leur hausse de juillet est la plus élevée de l'année, ce qui devrait rassurer la Banque centrale européenne qui s'efforce de relancer l'inflation dans la zone euro.

    Hors énergie toutefois, les prix à la production n'ont augmenté que de 0,2%, comme en mai. Les prix de l'énergie ont augmenté de 2,4% après une hausse de 1,8% (révisée de 1,7%) en mai.

  • Voici le briefing actions belges du jour

    Briefing actions 2/8 - AB InBev, Solvay, GBL, UCB, Ontex, Umicore, Ageas, Exmar, TiGenix https://t.co/ncx96U8u8e pic.twitter.com/jHxFCpvAyD— Stéphane Wuille (@stephanewuille) August 2, 2016

  • Le point sur les marchés en début de matinée

    Les principales Bourses européennes évoluent en repli plombées comme la veille par la glissade du secteur bancaire et aussi par des prises de bénéfice qui affectent le compartiment automobile. Les replis sont de l'ordre de 1% en moyenne en Europe.

    La Boursee de Milan (-1,5%) sous-performe avec UniCredit et FiatChrysler qui ont été réservés à la baisse en début de séance.

    L'indice des valeurs bancaires perd 2,5%, la plus forte baisse des indices sectoriels européens, après déjà un recul de 1,8% la veille consécutif aux résultats des tests de résistance dans le secteur. Le secteur est pénalisé par la chute de Commerzbank , Credit Suisse , UBS et Deutsche Bank .

    DSM (+3,86%), le spécialiste néerlandais de la nutrition, signe la meilleure performance du FTSEurofirst et le français Eurofins Scientific (+7,44%) se classe en tête du Stoxx 600, les deux titres atteignant des plus hauts records après la publication de résultats trimestriels meilleurs que prévu.

    Les investisseurs réagissent également aux résultats de Fresenius , Metro , Infineon ou encore BMW .

    En vedette, Maurel & Prom s'envole pour sa reprise de cotation après l'annonce d'un projet de cession qui valorise le groupe français jusqu'à 892 millions d'euros. Le titre avait perdu quelque 70% de sa valeur sur les trois dernières années.

  • Pourquoi Commerzbank dégringole

    Commerzbank voit son action dégringoler de 7% à la Bourse de Francfort, alors que la banque allemande a indiqué dans son rapport financier trimestriel qu'elle s'attendait désormais à un recul de ses bénéfices en 2016.

    Etant donné la faiblesse des taux d'intérêt et "la prudence persistante des clients au regard des incertitudes géopolitiques", "nous nous attendons à ce que le bénéfice opérationnel et le bénéfice net pour l'ensemble de l'année 2016 soient plus bas que l'année précédente", écrit Commerzbank dans le rapport détaillant ses performances financières du premier semestre.

     

    ©AFP

  • Maurel et Prom "on fire"

    L'action Maurel et Prom s'envole de plus de 37% à la Bourse de Paris, propulsée par l'annonce de son passage dans le giron de la compagnie nationale pétrolière indonésienne Pertamina qui va devenir son principal actionnaire.

  • Argen-X sur les chapeaux de roues

    Argen-X sur les chapeaux de roue en début de séance. Le titre prend 3% à 12,65 euros, meilleure progression de la cote bruxelloise. Au même moment, le Bel20 s'enfonce de 0,41% sous l'influence de ses valeurs financières Ageas , ING et KBC dont les replis tournent autour de 1%.

  • | Opening Bell |

    • Bruxelles: -0,17%
    • Amsterdam: -0,36%
    • Francfort: -0,07%
    • Paris: -0,15%
    • DJ Stoxx 600: -0,16%
  • 240 milliards EUR
    Le gouvernement japonais doit valider aujourd'hui un plan massif de relance de 28.000 milliards de yens (240 milliards d'euros), parmi lesquels 7.500 milliards (65 milliards d'euros) seront consacrés à de nouvelles dépenses de l'Etat et des collectivités locales, selon des informations de presse.

  • KBCS vise un petit peu plus haut pour Ontex

    KBC Securities ajuste le tir sur Ontex à 31 euros contre 30,50 jusqu'ici. La recommandation est de "conserver" la valeur.

  • "Les indices européens devraient ouvrir sans tendance tout comme les indices américains qui sont bloqués dans un corridor de moins de 1% d'amplitude. La stabilisation du prix du pétrole est un soutien de poids ce matin face à la crainte de le voir dévisser en-dessous des 40 dollars."
    John Plassard
    Directeur adjoint de Mirabaud Securities

  • Tokyo finit en baisse de 1,47%

    La Bourse de Tokyo a fini en baisse de 1,47%, sous la pression de prises de bénéfice après un gain de plus de 6% sur l'ensemble du mois de juillet. Les investisseurs n'ont guère apprécié par ailleurs les indicateurs médiocres aux Etats-Unis, le recul des cours du pétrole et du dollar, le tout dans l'attente des détails d'un plan de relance au Japon.

    L'indice Nikkei a perdu 244,32 points à 16.391,45 et le Topix, plus large, a cédé 21,63 points (1,64%) à 1.300,20.

  • HSBC ajoute Danone et Total à sa liste "Europe Super Ten", Orange et Shell en sortent.

  • Objectif de cours divisé par deux pour Exmar

    Objectif de cours divisé par deux pour Exmar chez ING. Le broker vise désormais 6 euros contre 12 euros. La recommandation est de "conserver" le titre.

  • ING entame le suivi d'Immobel

    ING initie le suivi d'Immobel avec une recommandation d'acheter la valeur. Le prix cible est de 52,17 euros.

  • Du changement au sein de l'indice DJ Stoxx 50

    Du changement au sein de l'indice DJ Stoxx 50. ASML Holding et Vinci vont intégrer l'indice stoxx 50 en remplacement de Credit Suisse et de Deutsche Bank .

    Les changements seront effectifs à partir de la clôture vendredi.

  • Le point sur les marchés avant l'ouverture

    Les principales Bourses européennes sont attendues stables ou en légère baisse à l'ouverture, à l'image de Wall Street la veille, dans des marchés en manque d'éléments d'orientation.

    D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien et le FTSE à Londres pourraient céder autour de 0,1% à l'ouverture tandis que le Dax à Francfort débuterait la séance sur une note étale.

  • Avertissement sur résultats de Commerzbank

    Le secteur bancaire européen pourrait bien réagir ce matin à l'avertissement sur résultats de Commerzbank , la deuxième banque allemande. L'institution financière indique s'attendre à un recul de son bénéfice d'exploitation et de son bénéfice net cette année, en raison des incertitudes géopolitiques et de la politique de taux négatifs de la Banque centrale européenne.

    "L'environnement des taux d'intérêt et la prudence persistante de la clientèle au vu des incertitudes géopolitiques continueront de peser sur les revenus en dépit de la croissance", explique la banque allemande dans son rapport trimestriel.

    Commerzbank, la deuxième banque allemande, avait déjà publié le 25 juillet des résultats préliminaires pour le deuxième trimestre qui montraient une chute d'un tiers de son bénéfice net par rapport à la même période de 2015.

  • L'Australie ramène ses taux à un plus bas record

    La banque centrale australienne abaisse son taux directeur à un plus bas record de 1,5%, sa deuxième baisse de taux cette année visant comme la précédente à contenir la hausse de sa devise et à éloigner les risques de déflation.

    Sur 49 économistes interrogés par Reuters avant la décision monétaire, 38 avaient dit s'attendre à une baisse de taux cette semaine.

    La Bourse de Sydney cède autour de 0,70% après l'annonce d'une baisse de taux qui était largement anticipée.

  • Bonjour!

    Ceci démarre cette édition du Market Live de Lecho.be. Merci de nous suivre!

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés