1. Les marchés
  2. Live blog
live

Pairi Daiza suspendue, Thrombo bondit, les télécoms dans les cordes

Les Bourses européennes ont une nouvelle fois terminé dans le rouge. Les investisseurs restent sur la défensive en attendant une réunion cruciale de la Réserve fédérale américaine la semaine prochaine. Côté valeurs, Thrombogenics bondit. Pairi Daiza est suspendue.
  • Clôture des marchés européens

    FTSE-100 (Londres) -0,62%

    DAX -0,85%

    BEL 20 -0,91%

    STOXX Europe 600 -0,95%

    CAC 40 -1,04%

    AEX -1,37%

  • Que se passe-t-il à Pairi Daiza?

    Un des scénarios qui tient la corde serait une sortie de la Bourse de Bruxelles de Pairi Daiza, actuellement coté sur Alternext. Dans une interview, Eric Domb avait déclaré que pour lui le statut de société coopérative est celui qui conviendrait le mieux à Pairi Daiza. Pour cela, il faudrait le sortir de la Bourse. Reste alors à savoir à quel prix cette opération pourrait se faire.


    Le titre Pairi Daiza est suspendu http://t.co/mWxr4i4RSn— L'Echo (@lecho) September 11, 2015

  • À l'agenda la semaine prochaine

    Pour les investisseurs, rien d'autre ne devrait compter la semaine prochaine que cette unique question : la Réserve fédérale américaine (Fed) procédera-t-elle jeudi à son premier relèvement de taux depuis 2006 ? Le suspense promet d'être à son comble sur les marchés. Et la volatilité de mise.

    Depuis les turbulences boursières estivales liées à la Chine, les opérateurs se partagent en deux clans : ceux qui tablent sur un durcissement monétaire dès le 17 septembre et ceux qui prédisent que la banque centrale choisira de patienter encore un peu. Les arguments pour les deux scénarios sont nombreux.

    Pour: le taux de chômage milite pour un resserrement

    Les indicateurs économiques américains sont très encourageants. En août, le taux de chômage est tombé à son plus bas depuis 2008. "La Fed devrait remonter ses taux le plus vite possible. Il est difficile d'avoir des taux d'intérêt aussi bas avec un taux de chômage descendu à 5,1%" aux Etats-Unis, a estimé Matthieu Grouès, responsable de la stratégie de Lazard Frères Gestion.

    Autre argument : un relèvement des taux dès septembre permettrait à la Fed de se dégager des marges de manoeuvre, au cas où l'économie mondiale et américaine viendraient à nettement se dégrader dans les prochains mois.

    Contre : l'inflation n'est pas propice à une hausse

    'Les marchés financiers ne sont pas assez solides. Si la Fed relève ses taux la semaine prochaine, elle pourrait ensuite être contrainte de ne plus y toucher pendant plusieurs mois, en raison des conditions sur le marché. Je ne vois pas bien pourquoi la Fed voudrait augmenter ses taux si en fin de compte le marché n'y est pas prêt".
    George Goncalves
    responsable de la stratégie de taux d'intérêt aux Etats-Unis chez Nomura

    Par ailleurs, le renforcement du dollar complique le resserrement monétaire. La baisse des prix des importations aux Etats-Unis a reporté l'atteinte de l'objectif d'une inflation proche de 2% visé par la Fed à un futur lointain. Si la banque centrale amorce le relèvement des taux d'intérêt de court terme la semaine prochaine, cette cible pourrait encore s'éloigner.

    Les économistes tablent sur une première hausse en octobre

    D'après les contrats à terme sur les fonds fédéraux, qui évoluent en fonction des paris des investisseurs sur l'évolution des taux directeurs, il y a 21% de chances que la Fed relève ses taux la semaine prochaine, ont révélé jeudi les données de CME.

    Selon un sondage réalisé par le Wall Street Journal (WSJ), les économistes penchent plutôt pour une première hausse des taux d'intérêt de banque centrale américaine en octobre, suivie d'un deuxième resserrement monétaire seulement en mars 2016.

    Si les incertitudes sur le calendrier de la Fed sont fortes, la réaction des marchés à une éventuelle hausse des taux dès jeudi est également très incertaine. D'après le sondage du WSJ, 41% des économistes prévoient que les marchés d'actions baissent dans la foulée de l'annonce de la Fed, et 29% envisagent au contraire une hausse des places boursières. Enfin, 30% des économistes estiment que les marchés d'actions devraient rester sans réaction à l'annonce d'une hausse des taux de la Fed. Même à l'issue du FOMC de la semaine prochaine, le suspense se poursuivra donc.

  • Le principal actionnaire de Mr Bricolage rejette l'offre de rachat de Bricorama— Grégoire Favet (@GregoireFavet) September 11, 2015

  • USA: Nette dégradation du moral des ménages

    Le moral des ménages américains s'est dégradé début septembre pour tomber à son plus bas niveau depuis un an, montrent vendredi les premiers résultats de l'enquête mensuelle de l'Université du Michigan.

    Son indice du sentiment des consommateurs est tombé à 85,7 en première estimation, le chiffre le plus faible depuis septembre 2014.

    Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un repli bien plus faible, à 91,2 après 91,9 en août.

    Le sous-indice mesurant le jugement des consommateurs sur la situation actuelle est revenu à 100,3 contre 105,1 en août et celui de leurs anticipations est passé de 83,4 à 76,4. L'un et l'autre sont eux aussi au plus bas depuis un an.

     

    #US #Michigan : recul de l'indice de confiance...mais les anticipations d'#inflation à 1 an progressent ---> pic.twitter.com/G2jyN2AsmE— Alexandre Baradez (@ABaradez) September 11, 2015

  • L'AIE prévoit une chute de la production face au bas prix

    La faiblesse des cours du pétrole poussera les pays non-Opep, y compris les Etats-Unis, à procéder à la plus forte baisse de leur production en plus de deux décennies, ce qui rétablira l'équilibre sur un marché mondial actuellement en situation d'offre excédentaire, écrit l'Agence internationale de l'énergie (AIE) dans son rapport mensuel.

    L'agence, qui conseille les plus grandes puissances économiques en matière de politique énergétique, a également estimé que la demande mondiale s'apprêtait à atteindre un pic de cinq ans, grâce à la baisse des prix du pétrole.

    Elle a fortement relevé sa prévision de demande de pétrole à l'Organisation des Pays exportateurs de Pétrole (Opep).

    Ce rapport est l'un des plus favorables à l'Opep depuis que l'organisation a créé un choc sur les marchés l'an dernier en décidant de ne pas réduire sa production, faisant le choix de se battre pour conserver ses parts de marché et de décourager les producteurs à coûts plus élevés comme les Etats-Unis.

    "La grande affaire ce mois-ci est le resserrement de l'offre, avec le projecteur fermement braqué sur les pays non-Opep". "L'effondrement des prix du pétrole entraîne la fermeture d'unités de production à coûts élevés depuis Eagle Ford, au Texas, jusqu'à la Russie et à la Mer du Nord, ce qui pourrait déboucher sur une perte l'an prochain d'un demi-million de barils par jour (bpj) -- la plus forte baisse en 24 ans."
    AIE

    Il s'agira de la plus forte contraction depuis 1992, lorsque l'offre de pétrole non-Opep s'était contractée d'un million de bpj à la suite de l'effondrement de l'ex-Union soviétique.

    L'AIE s'attend ainsi à une baisse de 0,4 million de bpj de la production de brut léger américain l'an prochain, après une augmentation record de 1,7 million en 2014.

    RISQUE CHINOIS

    Dans le même temps, la croissance de la demande mondiale de pétrole atteindra un pic de cinq ans, à 1,7 million de bpj, en 2015, avant de se tasser à 1,4 million de bpj en 2016, soit 0,2 million de plus que prévu dans le dernier rapport de l'AIE.

    En conséquence, le marché mondial devra s'approvisionner beaucoup plus auprès de l'Opep, note l'AIE, qui estime que l'organisation devra extraire environ 31,3 millions de bpj en 2016 - 0,5 million de plus que prévu dans son précédent rapport - pour rétablir l'équilibre entre l'offre et la demande.

    Au deuxième semestre 2016, l'Opep devra pomper environ 32 millions de bpj pour approvisionner le marché mondial, qui exigera pour la première fois une hausse de sa production.

    L'AIE estime que la santé de l'économie chinoise est l'un des risques baissiers les plus importants pour ses prévisions, tout en ajoutant que la demande de produits pétroliers de la Chine a fait preuve récemment d'une remarquable résistance.

  • La prochaine récession? En 2018! http://t.co/PchWmQMISK pic.twitter.com/WKyMT3ezmW— Stéphane Wuille (@stephanewuille) 11 Septembre 2015

  • Wall Street | Opening Bell |

    • Dow Jones: -0,34%
    • S&P 500: -0,35%
    • Nasdaq Composite: -0,40%
  • Les prix à la production restent stables en août

    ULes prix à la production aux Etats-Unis sont restés stables en août malgré une rechute des prix de l'énergie, a indiqué vendredi le département du Travail.

    L'indice des prix à la production est demeuré inchangé le mois dernier en données corrigées des variations saisonnières bien que les prix énergétiques aient reculé de 3,3%, leur plus fort recul en six mois.

    Les analystes tablaient sur un léger retrait des prix à la production de 0,1% pour août.

  • Wall Street sur la réserve à l'approche de l'ouverture

    La Bourse de New York s'orientait vers une ouverture dans le rouge vendredi, les investisseurs faisant preuve de précaution en attendant la semaine prochaine la décision de la banque centrale américaine (Fed) sur ses taux d'intérêt.

    Le contrat à terme sur l'indice Dow Jones Industrial Average, qui donne une indication sur son évolution future, cède 0,30%, celui sur le S&P 500 0,35% et celui sur le Nasdaq de 0,47%.

  • Voici ce qu'il faut savoir sur la tendance en Europe

    1. Les principales Bourses européennes reculent, dans un climat de prudence avant une réunion très attendue de la Réserve fédérale la semaine prochaine.
    2. Wall Street est attendue en léger repli.
    3. Le secteur des ressources de base affiche l'une des seules hausses sectorielles en Europe en profitant du rebond des groupes miniers britanniques tels qu'Anglo American, Rio Tinto, Glencore et BHP Billiton.
    4. Les opérateurs télécoms européens chutent, plombés par l'abandon du projet des opérateurs suédois TeliaSonera et norvégien Telenor de fusion de leurs filiales mobiles au Danemark.
    5. E.ON poursuit sa baisse de jeudi après avoir renoncé à son projet de transfert de ses centrales nucléaires dans une nouvelle entité face aux pressions politiques visant à obliger les électriciens allemands à assumer le coût du démantèlement de leurs installations.
  • Bricorama veut racheter Mr Bricolage

    Bricorama a fait une offre de rachat à Mr Bricolage au prix de 15 euros par action, afin de créer un acteur de poids sur un marché dominé par Leroy Merlin et Castorama.

    Cette proposition, qui valorise Mr Bricolage 155,8 millions d'euros, intervient six mois après l'échec de la tentative de rachat de l'entreprise, au même prix, par le Britannique.

    L'action Mr Bricolage s'envole en Bourse.

    La direction de Mr Bricolage a précisé dans un communiqué que "si elle a bien reçu une offre qui n'est qu'indicative de la société Bricorama, il n'y a pas aujourd'hui de négociations entamées avec cette société".

  • Suspension de cotation pour l'action Pairi Daiza

    Suspension de cotation pour l'action Pairi Daiza, dans l'attente d'un communiqué. Au moment de sa suspension, le titre valait 59,90 euros.

  • Venez commenter avec nous l'actualité boursière dès 12h30 (->13h30)

    Live Blog En direct des marchés (11 septembre)
     
  • Fosun auteur d'une OPA sur le Belge BHF lève 1,5 milliard$ pour financer des rachats. Et relever le prix de l'OPA?? https://t.co/TbVfiMNPwr— Stéphane Wuille (@stephanewuille) 11 Septembre 2015

  • Les valeurs minières rebondissent à Londres

    Le secteur des ressources de base affiche a seule hausse sectorielle en Europe en profitant de la progression des groupes miniers britanniques tels qu'Anglo American, Rio Tinto,Glencore et BHP Billiton.

    Les titres de ces quatre entreprises figurent tous parmi les 10 plus fortes hausses de l'indice européen Eurofirst300.

  • Voici le briefing actions belges du jour

    Briefing actions (11 sept) - AB InBev, Nyrstar, ThromboGenics, Euronav, Sofina, Biocartis http://t.co/yXuf1Z4dE6 pic.twitter.com/rHbbOShr0m— Stéphane Wuille (@stephanewuille) September 11, 2015

  • Les télécoms plus forte baisse sectorielle en Europe

    Les valeurs télécoms figurent parmi les plus fortes baisses de l'EuroStoxx 600 après l'abandon par les opérateurs norvégien Telenor et suédois TeliaSonera du projet de fusion de leurs activités au Danemark. L'opérateur danois TDC , qui tablait sur une concurrence moins vive du fait de cette fusion chute lourdement.

  • 20 USD
    Pour Goldman Sachs, les prix du baril pourraient tomber à 20 dollars le baril compte tenu de l'importance de l'offre et de la faiblesse de la demande.

  • Voici ce qu'il faut retenir du début de cette séance boursière

    1. Les indices européens évoluent de manière irrégulière et dans des marges étroites autour de leur point d'équilibre.
    2. Les investisseurs rechignent à prendre position à quelques jours d'une réunion de la banque centrale américaine.
    3. Thrombogenics s'envole. Le Baron Philippe Vlerick a renforcé sa participation dans la biotech belge.
    4. Actelion figure parmi les plus fortes baisses de l'indice DJ Stoxx 600.
    5. Les valeurs télécoms figurent parmi les plus fortes baisses de l'EuroStoxx 600 après l'abandon par les opérateurs norvégien Telenor et suédois TeliaSonera du projet de fusion de leurs activités au Danemak.
  • le marché price de plus en plus un statut quo de la #FED semaine prochaine https://t.co/MmBdyL8tLj— Xavier FENAUX (@XFenaux) 11 Septembre 2015

  • Thrombogenics sur les chapeaux de roue

    Thrombogenics s'envole dans les premiers échanges. L'homme d'affaires Philippe Vlerick a augmenté ses parts dans la biotech belge à hauteur de 6,4%.

    En mai dernier, la biotech flamande avait annoncé que la participation du Baron Philippe Vlerick avait atteint 3,6%, allant ainsi à contre-courant du marché. Il a remis le couvert. Ce jeudi, Thrombogenics a annoncé dans un communiqué qu'il détenait désormais 6,4% des parts de l'entreprise.

  • Top/flop marché continu

  • Les marchés se retournent à la baisse

    Les marchés se retournent à la baisse, faute d'éléments de soutien dans un marché toujours prudent avant une réunion importante de la Fed la semaine prochaine. Contre la tendance, Paris progresse d'un léger 0,10% et Milan de 0,26%. Ailleurs en Europe, les replis varient entre 0,10% (Francfort) et 0,50% (Madrid).

  • KBC Securities passe à "conserver" sur Sofina contre "accumuler" avant. L'objectif de cours est de 105 euros.

  • | Opening Bell |

    Amsterdam: +0,13%
    Bruxelles: +0,03%
    Francfort: +0,08%
    Londres: +0,02%
    Paris: +0,29%
    Milan: +0,47%
    Madrid: -0,13%

  • Goldman Sachs relève sa recommandation sur Total à achat et a intégré le titre dans sa liste de valeurs de préférence ("conviction list"), tout en abaissant l'objectif de cours de 50,50 euros à 47 euros.

  • TOTAL -GOLDMAN SACHS RELÈVE SA RECOMMANDATION À ACHAT

  • Le banquier Stéphane Boujnah à la tête d'Euronext

    Le banquier Stéphane Boujnah, actuellement chez Santander, va prendre la tête du groupe boursier européen Euronext. Il succèdera à Dominique Cerruti, nommé en juin PDG du groupe de conseil en technologies Altran. Stéphane Boujnah, 51 ans, qui prendra ses fonctions courant novembre, a été responsable France et Benelux chez Santander Global Banking depuis 2010 et responsable Europe continentale depuis juin 2014.

     

    Le banquier Stéphane Boujnah, actuellement chez Santander, va prendre la tête du groupe boursier européen Euronext en novembre. ©rv

  • Petite hausse à Tokyo

    L'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo a fini en petite baisse de 0,19%, sur un marché actif mais prudent après un plongeon de 2,5% jeudi consécutif à un bond exceptionnel de 7,7% mercredi.

    Les investisseurs rechignent à prendre des positions fermes avant l'annonce de statistiques cette fin de semaine en Chine et à quelques jours d'une réunion du comité de politique monétaire de la banque centrale américaine.

  • |Briefing marchés|

    Les Bourses européennes sont attendues en hausse l'ouverture après leur correction de la veille, à l'instar de Wall Street et de l'Asie.

    D'après les premières indications disponibles, l'indice CAC 40 parisien pourrait gagner jusqu'à 0,9% à l'ouverture, le Dax à Francfort  0,8% et le FTSE à Londres 0,5%. A moins d'une forte chute en cours de séance, les indices devraient afficher une hausse sur l'ensemble de la semaine.

    Les marchés devraient rester toutefois sur la défensive en attendant une réunion cruciale de la Réserve fédérale américaine la semaine prochaine.

    Les investisseurs attendent aussi la production industrielle, les ventes de détails et les dépenses d'investissement chinois dimanche, des indications concernant l'évolution de la deuxième économie mondiale qui devraient avoir un fort impact sur la tendance sur les marchés la semaine prochaine.

     

    "On pourrait encore avoir des marchés volatils la semaine prochaine compte tenu des spéculations autour d'une (éventuelle) hausse des taux de la Fed. Les investisseurs devraient continuer à réduire leur exposition aux marchés actions."
    Yutaka Miura
    Analyste technique chez Mizuho Securities


  • Actelion discute rachat avec ZS Pharm

    Le laboratoire suisse Actelion , la plus grosse société de biotechnologie en Europe, est en discussions préliminaires avec l'américain ZS Pharma , a-t-il annoncé dans la nuit, confirmant des rumeurs de presse. Aucun engagement n'a jusqu'à présent été pris d'un côté ou de l'autre.

    Jeudi, l'agence Bloomberg News, se réferrant à des sources proches du dossier sans les nommer, avait rapporté que Jean-Paul Clozel, le directeur général d'Actelion, avait fait en août une offre préliminaire à ZS Pharma Inc. L'opération valoriserait la société américaine aux alentours de 2,5 milliards de dollars (2,2 milliards d'euros), selon ces sources.

     

    ©REUTERS

  • Wall Street rebondit avec Apple et les biotechs

    Wall Street a fini en hausse, portée par Apple et les valeurs des biotechnologies dans un marché toujours fragile avec les inquiétudes sur la Chine et avant une réunion cruciale de la Réserve fédérale la semaine prochaine.

    L'indice Dow Jones des 30 principales valeurs a regagné 0,47%. Le Standard & Poor's-500, plus large, a repris 0,53% et le Nasdaq Composite 0,84%.

    Apple, en hausse de 2,2% au lendemain de sa grand-messe annuelle, a apporté la plus forte contribution à la hausse des trois grands indices.

    Wall Street a ainsi résisté à la morosité des autres places mondiales qui ont mal réagi aux indicateurs chinois du jour témoignant d'une nouvelle baisse des prix producteurs et d'un recul des ventes de voitures en août.

     

    "Il faut une action plus décisive des autorités en Chine. Elles disposent de leviers qu'elles n'utilisent pas alors que les statistiques sont de plus en plus négatives."
    Art Hogan
    Stratège chez Wunderlich Securities

  • Avant la #FED, la macro US donne de la voie ce vendredi >> pic.twitter.com/7MmxK751xP— Vincent Ganne (@VincentGanne) 11 Septembre 2015

  • Good morning!

    Ceci démarre cette édition du Market Live de Lecho.be. Merci de nous suivre!

Plus sur Les Marchés

Echo Connect