1. Les marchés
  2. Live blog
live

Paris au plus haut en deux ans, record à Francfort

La qualification d'Emmanuel Macron pour le second tour de la présidentielle française a soulagé les marchés. Les indices actions ont fortement progressé, tout comme les bancaires, l'euro et les obligations françaises. Avis de broker sur KBC, Orange Belgium, UCB et Van de Velde.
  • Paris au plus haut depuis avril 2015, Francfort à un record, Londres enregistre sa plus forte hausse de l'année

    Les places boursières européennes ont clôturé en forte hausse lundi, les investisseurs reprenant goût aux actifs risqués dans la foulée d'un premier tour de la présidentielle française jugé rassurant.

    La Bourse de Paris a signé une séance enthousiaste. L'indice Cac 40 a pris +4,14% (209,65 points) à 5.268,85 points, son plus haut niveau en clôture depuis fin avril 2015. Il a atteint 5.295,47 points pendant la séance, un plus haut depuis le 15 janvier 2008, dans un volume d'échanges élevé de 8,7 milliards d'euros. Après une ouverture en fanfare, la cote parisienne a conservé son entrain, galvanisée par la première manche du scrutin présidentiel, qui a vu le pro-européen et libéral Emmanuel Macron arriver en tête des suffrages.

    La Bourse de Londres a elle aussi terminé en forte hausse de 2,11%. A la clôture, l'indice FTSE-100 des principales valeurs a pris 150,13 points, à 7.264,68 points. En grimpant de plus de 2%, mouvement relativement rare à la Bourse de Londres, le marché britannique signe sa hausse quotidienne la plus vigoureuse depuis le début de l'année. Il en profite pour récupérer une partie du terrain perdu la semaine dernière en raison de la hausse de la livre consécutive à l'annonce d'élections anticipées au Royaume-Uni.

    La Bourse de Francfort a quant à elle atteint un nouveau sommet. L'indice vedette Dax a franchi le seuil des 12.391 points, un record signé en avril 2015, pour terminer sur un nouveau plus haut de 12.454,98 points, grâce à un gain de 3,37%.

    A Bruxelles, le Bel 20 a bondi de 3,11% à 3.887,87 points.

  • Clôture en Europe

    Bel 20: +3,11% à 3.887,87 points

    AEX: +2,25% à 523,73 points

    Cac 40: +4,14% à 5.268,85 points

    Dax: +3,37% à 12.454,98 points (record)

    FTSE 100: +2,11% à 7.264,68 points

  • Les prix pétroliers reculent à nouveau

    Les cours du brut subissent une nouvelle baisse ce lundi, après avoir tenté un rebond en début de séance.

    Le prix du baril de Brent   est parti pour enregistrer une cinquième séance négative d'affilée, tandis que le cours du brut américain s'oriente vers six baisses consécutives si la tendance actuelle se confirme en clôture.

    Les investisseurs anticipent une surproduction due à l'augmentation des capacités d'extraction de pétrole de schiste aux Etats-Unis, malgré la volonté affichée de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) de prolonger son accord de limitation de la production.

    Un champ pétrolier aux Etats-Unis, dans l'Oklahoma. ©EPA

  • Les actions au sommet à l'échelle mondiale

    L'indice MSCI des principaux marchés boursiers mondiaux a inscrit un record lundi, le reflux du risque politique favorisant la hausse des actions au lendemain du premier tour de l'élection présidentielle française.

    Le MSCI "All-Country World", qui regroupe 46 marchés développés et émergents du monde entier, gagnait 1,43% à 452,93 points à 14h40 GMT après avoir atteint un nouveau plus haut à 453,38.

    Il a ainsi dépassé ainsi son pic du mois dernier, avant que les risques politiques en France, ceux liés à la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne et les doutes sur la capacité du président américain, Donald Trump, à tenir ses promesses électorales ne favorisent un regain d'aversion pour le risque et donc un repli des actions.

    Parmi les performances les plus marquantes lundi, la Bourse de Paris  gagnait près de 4%, au plus haut depuis début 2008, celle de Milan  4,3% et celle de Francfort 3,1%  , l'indice Dax allemand évoluant à des niveaux sans précédent depuis sa création.

    A Wall Street, le Dow Jones  prenait 1% et le Nasdaq  1,08% après avoir inscrit lui aussi un record.

  • Les obligations étatiques détenues par la BCE s'approchent de 1.500 milliards d'euros

    La Banque centrale européenne a acheté des obligations gouvernementales pour un montant d'un peu plus de 11 milliards d'euros la semaine dernière, ce qui porte le total détenu à près de 1.498 milliards d'euros.

    Durant la semaine écoulée, la BCE a en outre acquis des obligations d'entreprises à concurrence de près de 1,5 milliard d'euros, des asset-backed securities (47 millions d'euros) et des covered bonds (près de 600 millions d'euros), portant ainsi les totaux respectifs de ces classes d'actifs dans son programme d'achats à 81 milliards, 24,3 milliards et 216 milliards d'euros.

  • Wall Street| Opening Bell |

    • Dow Jones : +1,03%
    • S&P 500 : +1,08%
    • Nasdaq Composite : +1,16%
  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    * BANCAIRES. BANK OF AMERICA, GOLDMAN SACHS, CITIGROUP et JPMORGAN prennent de 2,2% à 2,5% en avant-Bourse dans le sillage des banques européennes, qui grimpent après le verdict du premier tour de l'élection présidentielle française, accueilli favorablement par les marchés.

    * VALEURS OR. Les exploitants cotés de mines d'or baissent en avant-Bourse en réaction au repli de plus de 1% des cours du métal jaune face au regain d'appétit pour le risque qui salue les résultats du scrutin français. BARRICK GOLD perd 5,5%, GOLD FIELDS 4,9%, SIBANYE GOLD 3,9% et ANGLOGOLD 3,5%.

    * BECTON DICKINSON va racheter son concurrent C R BARD dans le cadre d'une transaction en numéraire et en actions de 24 milliards de dollars (22,4 milliards d'euros), ont annoncé dimanche les deux fournisseurs d'équipements médicaux. La transaction valorise l'action Bard à 317 dollars, soit une prime de 25,3% par rapport au cours de clôture de vendredi de 253,07 dollars. Le titre CR Bard prend 21,9% à 308,50 dollars en avant-Bourse.

    * PPG INDUSTRIES a annoncé lundi relever son offre en numéraire et en titres sur Akzo Nobel à 26,9 milliards d'euros contre 24,6 milliards précédemment. Le groupe néerlandais, qui a déjà repoussé à deux reprises les avances du fabricant de peintures américain, a bondi de 6% en Bourse d'Amsterdam et battu son record à l'annonce de cette nouvelle proposition.

    * HALLIBURTON, numéro deux mondial des services pétroliers, a fait état lundi d'une perte nette trimestrielle réduite à 32 millions de dollars (29,8 millions d'euros), soit quatre cents par action, et d'un chiffre d'affaires en hausse de 1,9% à 4,28 milliards de dollars. L'action prend 1,1% dans les échanges d'avant-Bourse.

    * RLJ LODGING TRUST a annoncé le rachat de FELCOR LODGING TRUST qui donnera naissance à la troisième société foncière dans l'hôtellerie aux Etats-Unis avec 160 hôtels dans 26 Etats pour une valeur de marché de 4,2 milliards de dollars (3,9 milliards d'euros).

    * HASBRO, numéro deux du jouet aux Etats-Unis, prend 4,7% en avant-Bourse après avoir publié un bénéfice trimestriel meilleur que prévu.

    * CHEVRON a annoncé un accord pour la cession au chinois Himalaya Energy de trois gisements gaziers au Bangladesh dont la valeur totale est estimée à environ deux milliards de dollars (1,86 milliard d'euros).

    * GENERAL ELECTRIC a annoncé un accord avec l'algérien Sonelgaz portant notamment sur la maintenance de dix centrales électriques.

    * AMERICAN AIRLINES a suspendu un steward après une vidéo le montrant en train d'arracher une poussette des mains d'une passagère, à laquelle la compagnie a présenté des excuses.

    * UNITED CONTINENTAL a annoncé vendredi que son directeur général, Oscar Munoz, ne prendrait pas la présidence du conseil d'administration en 2018, comme cela était prévu initialement, après une modification de son contrat de travail en réponse au tollé provoqué par l'évacuation forcée d'un passager sur un vol de la compagnie aérienne.

    * GROUPON. Morgan Stanley a abaissé sa recommandation sur la valeur à "sous-performance".

  • PPG Industries revoit encore son offre sur AkzoNobel

    PPG Industries a formulé une nouvelle offre, revue à la hausse, sur le Néerlandais AkzoNobel, numéro un mondial de la peinture. Le géant américain de la peinture et des revêtements est désormais prêt à mettre sur la table 96,75 dollars par action, ce qui valorise sa cible à 27 milliards d'euros.

  • "Au-delà de cette séance hors norme qui connaîtra peut-être une autre phase d'accélération à 15 heures avec l'ouverture du marché américain, c'est toute la semaine qui peut être bien orientée avec pas moins de 80% des entreprises françaises qui publieront" leurs résultats à compter de mardi."
    Franklin Pichard
    Directeur général de Kiplink Finance

  • L'essentiel de matinée boursière en cinq points

    1. Paris en tête, les Bourses européennes sont en forte hausse à mi-séance, au lendemain du premier tour de l'élection présidentielle française, dont les résultats écartent les scénarios jugés les plus menaçants, et un bon baromètre allemand Ifo, qui favorisent un regain d'appétit pour le risque.

    2. L'euro s'apprécie nettement face au dollar, ce qui permet à la monnaie unique de gagner 1,25% face au dollar, à plus de 1,0860, son meilleur niveau depuis début novembre, après un pic à 1,0935 dans la nuit.

    3. Autre manifestation du soulagement des investisseurs: le rendement des obligations d'Etat françaises à 10 ans est en forte baisse sous 0,78% et revient à son niveau de début janvier.

    4. L'euphorie ambiante profite principalement aux valeurs bancaires: leur indice de référence bondit de plus de 4,4% et neuf des dix plus fortes hausses du Stoxx 600 vont à des banques.

    5. Contre la tendance, le titre UCB se repli après la publication d'un tradind update trimestriel.

    6. Wall Street est attendue en nette hausse, de l'ordre de 1%.

  • UCB contre la tendance

    Les investisseurs ne sont guère enthousiastes pour l'action UCB , qui perd de l'ordre de 2,6% en milieu de journée, après la publication par la société biopharmaceutique d'un trading update trimestriel et de prévisions 2017 confirmées.

    L'analyste Stéfanie Put de la Banque Degroof constate qu'UCB a publié un solide chiffre d'affaires pour le premier trimestre, grâce au revenu (unique) d'une licence de 56 millions d'euros sur la Xyzal et la belle performance du Keppra. Même si nous restons positif sur l'action à court terme, à plus long terme les problèmes d'UCB restent les mêmes, signale l'analyste, qui pointe notamment les licences sur le trio CVN (Cimzia, Vimpat, Neupro) qui expirent entre 2021 et 2024. La recommandation reste à "accumuler" avec un objectif de cours de 76 euros.

    Jefferies encore moins enthousiaste. L'analyste Peter Welford maintient sa recommandation à vendre avec un objectif de cours de 60 euros. Il prévoit que les ventes de Cimzia peut déjà plafonner en 2019, même si le brevet court jusqu'en 2024.

    Enfin, les analystes de Bryan Garnier passent à "vendre" contre "neutre" sur UCB. Le prix cible est ajusté à 67 euros contre 83 jusqu'ici.

  • Le pétrole rebondit, l'Opep rassure les marchés

    Les prix du pétrole remontent en cours d'échanges européens, l'Opep s'évertuant à rassurer des marchés inquiets de la hausse apparemment inexorable de la production de schiste américain.

    Vers 12h, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin vaut 52,39 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 43 cents par rapport à la clôture de vendredi.

    Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance gagnait 44 cents à 50,06 dollars.

  • Venez commenter l'actualité boursière avec nous dès 12h30 (->13h30)

  • Recul limité de l'action Lafarge-Holcim après la démission du CEO

    L'action du cimentier franco-suisse Lafarge-Holcim perd près de 1% en fin de matinée, l'une des deux seules baisses au sein d"un indice Cac40 qui bondit de 4,3%, au lendemain du premier tour de l'élection présidentielle française.

    LafargeHolcim a annoncé lundi la démission de son directeur général Eric Olsen sur fond de tensions liées à une ancienne cimenterie du groupe en Syrie soupçonnée d'avoir financé des groupes armés pour rester en activité.

     

    ©AFP

  • Wall Street attendue en nette hausse

    Les contrats à terme sur Wall Street sont orientés en nette hausse, au lendemain du premier tour de l'élection présidentielle française.

    L'indice Dow Jones est devrait progresser de 0,92%, le S&P 500 de 1,07% et l'indice composite du Nasdaq de 1,03%.

     

    ©Doc

  • Le Dax enregistre un niveau record en séance

    L'indice vedette de la Bourse de Francfort, le Dax, franchi un nouveau seuil historique, porté par le soulagement des investisseurs après le premier tour de l'élection présidentielle française.

    Peu après 11h, le Dax a brièvement battu son précédent record datant de deux ans en passant la barre des 12.391 points en séance, à 12.395,23 points.

  • "C'est un rattrapage normal mais effectivement plutôt spectaculaire. En effet, les banques concentraient le risque qui pesait sur le marché d'une victoire d'un candidat anti-européen qui aurait éventuellement proposé la sortie de l'euro, ce qui aurait été très dommageable pour le système bancaire français."
    Daniel Larrouturou
    Directeur général délégué de Diamant Bleu Gestion

  • L'indice Ifo du climat des affaires meilleur que prévu

    Le climat des affaires en Allemagne s'est amélioré plus que prévu en avril et l'indice le mesurant a atteint son plus haut niveau en six ans, montre lundi l'enquête mensuelle de l'institut Ifo, qui suggère que les chefs d'entreprise sont plus optimistes sur la situation de la première économie d'Europe.

    Cet indicateur, calculé à partir d'un échantillon de quelque 7.000 entreprises, est ressorti à 112,9 contre 112,4 en mars (révisé de 112,3), au plus haut depuis juillet 2011.

    Les économistes interrogés par Reuters tablaient en moyenne sur un indice de 112,5.

    "L'économie allemande croît avec force", déclare le président de l'institut Clemens Füst, dans un communiqué.

     

  • 19 points de base
    L'écart de rendement (spread) entre les obligations d'Etat française et allemande de même échéance recule de plus de 19,1 points de base à 48,1 points de base, ce qui traduit une diminution de la prime exigée par les investisseurs pour détenir des titres français plutôt que de la dette allemande, moins risquée.

  • Bryan Garnier revoit son opinion sur UCB

    Les analystes de Bryan Garnier passent à "vendre" contre "neutre" sur le titre UCB . Le prix cible est ajuste à 67 euros contre 83 jusqu'ici.

  • L'Europe salue le vote français, le CAC 40 bondit

    1. Les indices actions sont en nette hausse, au lendemain du premier tour de l'élection présidentielle française qui a placé en tête Emmanuel Macron. En tête des progressions, la Bourse de Paris bondit de près de 4%.

    2. Les valeurs bancaires sont plébiscitées, avec un indice sectorie Stoxx 600 des banques en hausse de 4%.

    3. Sur le marché obligataire, les investisseurs se positionne sur la dette franaçse. Le rendement des obligations de la France à 10 ans, qui évolue en sens inverse des prix, recule à 0,828%, à un plus bas depuis janvier.

    4. Autre signe du regain d'appétit pour le risque, l'or recule de 1% à 1.271 dollars l'once. Cela pénalise le britannique Randgold (-4,5%), deuxième plus forte baisse du Stoxx 600.

    5. Sur le marché des changes, l'euro, qui a été le premier à réagir au verdict des urnes dimanche soir, gagne plus de 1% face au billet vert, à 1,087 dollar, après avoir grimpé jusqu'à 1,0935 dollar dans les premiers échanges en Asie, un plus haut depuis le 10 novembre.

  • ING vise plus bas pour Orange Belgium

    ING réduit son target sur Orange Belgium à 21 euros contre 23 jusqu'ici. La recommandation reste à "conserver".

  • Le Cac40 accélère ses gains: +3,67% à 5.244,95 points

  • Les banques ravies par Macron

    Les banques grimpent de près de 8% à la Bourse de Paris, ravies par Macron. A Bruxelles, ING bondit de 5,2% et KBC de 4% dans un marché globalement en hausse de 2,8% (selon l'indice Bel20).

    Plus largement, le compartiment gagne 3,5% en Europe selon l'indice DJ Stoxx 600 de référence, de loin la meilleure progression sectorielle.

    Par ailleurs, les analystes de Deutsche Bank, Kepler Cheuvreux ou encore Citi se montrent ce matin plus confiants sur le secteur bancaire en Europe après les résultats du premier tour de l'élection présidentielle française qui ont placé en tête Emmanuel Macron devant Marine Le Pen.

     

    "Les signes persistants d'une amélioration de l'activité économique en Europe, le relèvement attendu des anticipations d'inflation et la levée du risque entourant l'élection française devraient conduire à une remontée des rendements obligataires de long terme et à une surperformance corrélée des valeurs bancaires."
    Les analystes de Kepler Cheuvreux

  • KBC Securities change son target sur Van de Velde

    KBC Securities réduit son objectif de cours sur Van de Velde à 53 euros contre 60 jusqu'ici. La recommandation reste à "conserver".

  • | Opening Bell |

    • Bruxelles: +2,76%
    • Amsterdam: +1,73%
    • Francfort: n.c.
    • Paris: +2,70%
    • DJ Stoxx 600: +0,95%
  • Le Nikkei à Tokyo finit en hausse de 1,37%

    La Bourse de Tokyo a fini en hausse de 1,37% lundi, après les résultats du premier tour de l'élection présidentielle française qui ont favorisé un retour de l'appétit pour le risque sur les marchés et un affaiblissement du yen.

    L'indice Nikkei a gagné 255,13 points à 18.875,88 points et le Topix, plus large, a pris 14,61 points (+0,98%) à 1.503,19 points.

  • La Bourse de Paris donnée en hausse de 5% après la qualification de Macron

    Les marchés européens devraient démarrer la séance en forte hausse: +5% pour le CAC40 et +3,35% pour l'Euro Stoxx 50, selon les contrats à terme sur les indices européens.

     

    ©Doc

  • L'écart de rendement entre les taux allemand et français se tasse

    Comme attendu, les rendements de la dette française sont en net recul, après la qualification d'Emmanuel Macron au premier tour de la Présidentielle fraçaise.

    Sur l'échéance 10 ans, il perd 10,6 points de base (100 points de base = 1%) à 0,82%, aux alentours de 8h30. A l'inverse, les investisseurs délaissent quelque peu la dette allemande, ce qui explique la hausse de 10 points de base à 0,35% du rendement du Bund d'échéance comparable.

    L'écart de rendement entre la dette française et allemande recule d'une vingtaine de points de base aux alentours de 46 points.

    Il s'était resserré vendredi à un peu plus de 60 points de base contre un pic à près de 81 points de base le 21 février mais reste loin de ses niveaux de l'été dernier, autour de 25 points de base.

  • UCB confirme ses prévisions après un bon départ en 2017

    A l’issue des trois premiers mois de 2017, UCB a dégagé des revenus de 1,12 milliards d’euros contre 974 millions un an plus tôt ce qui représente une augmentation de 15%.

    Les produits principaux du groupe de biopharmacie (Cimzia, Vimpat, Keppra, Briviact et Neupro) affichent, pour leur part, une croissance de 20% à 853 millions d’euros.

    "Nous avons pris un bon départ en 2017, a indiqué dans un communiqué Jean-Christophe Tellier, le CEO du groupe.

    UCB a, par ailleurs, confirmé ses perspectives financières pour 2017. Il estime que le chiffre d’affaires devrait progresser à environ 4,25-4,35 milliards d’euros et l’Ebitda récurrent à environ 1,15-1,20 milliard.

  • Au tour d'argenx de lorgner sur le Nasdaq

    Après Galapagos, Celyad et Tigenix, un autre biotech belge, argenx souhaite se faire coter sur le Nasdaq, la Mecque du secteur.

    L'entreprise basée à Gand a déposé auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC) une demande en ce sens. L'information n'est pas totalement neuve: le spécialiste des maladies auto-immunes avait indiqué au début du mois dernier nourrir pareilles ambitions.

    Le moment semble propice pour une cotation à Wall Street: l'action argenx a doublé depuis son introduction en bourse mi-2014. En juin dernier, la société a levé plus de 30 millions d'euros, principalement auprès d'investisseurs américains, après des progrès importants dans ses programmes de recherches.

    En avril dernier, argenx a conclu un partenariat majeur avec AbbVie, lui facilitant l'accès aux grands investisseurs US.

  • Topo d'avant Bourse

    1. Les principales Bourses européennes sont attendues en nette hausse à l'ouverture, soulagées après la qualification d'Emmanuel Macron pour le second tour de l'élection présidentielle française.

    2. Sur le marché des changes, les résultats du premier tour ont provoqué une première réaction sur l'euro, qui a grimpé dans les premiers échanges en Asie jusqu'à 1,0935 dollar, avant de ralentir à 1,0852.

    3. Autre signe du regain d'appétit pour le risque, l'or recule de 0,7% à 1.275 dollars l'once, après avoir touché un plus bas de deux semaines à 1.265,90.

    4. Le soulagement devrait aussi être perceptible sur les taux obligataires, avec un resserrement attendu de l'écart de rendement (spread) entre les taux allemand et français.

    5. Cette semaine s'annonce chargée avec la réunion de politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE), jeudi, et la publication, vendredi, de la première estimation du produit intérieur brut (PIB) des Etats-Unis pour le premier trimestre.

  • "Les marchés sont rassurés d'échapper au redouté duel Le Pen-Mélenchon. Cependant, beaucoup de choses peuvent se produire en deux semaines."
    Diego Iscaro
    Economiste chez IHS Markit

  • KBC parmi les bancaires préférées de Deutsche Bank

    Les analystes de la Deutsche Bank augmentent leur exposition aux banques de la zone euro après le vote en français, en ajoutant au passage KBC dans leur "top pick list" des valeurs bancaires européennes, après la qualification d'Emmanuel Macron au premier tour de la présidentielle française.

    L'équipe de Deutsche Bank ajoute qu'une victoire probable de Macron au deuxième tour le 7 mai "entraînerait vraisemblablement une baisse de l'écart de rendement entre l'OAT et le Bund et serait plus généralement positif pour les actifs à risque".

  • "La réaction initiale des marchés a été plus forte que prévu, signe qu'ils étaient sur leurs gardes. Il y avait de quoi être prudent. C'était une course serrée entre quatre candidats à l'issue difficile à prédire."
    Yuji Saito
    Analyste des changes au Credit Agricole

  • Les marchés votent Macron

    Bond de l'euro, Bourses en hausse: les marchés financiers affichent un soulagement prudent en Asie après les résultats du premier tour de l'élection présidentielle française, pariant sur une victoire du pro-européen Emmanuel Macron.

    Arrivé en tête, l'ancien ministre de l'Economie devance légèrement, avec 23,86% des voix, la candidate FN Marine Le Pen (21,43%), selon les derniers résultats du ministère de l'Intérieur.

    Aussitôt les premières estimations connues, alors que Sydney se réveillait, l'euro a bondi de 2% par rapport à vendredi, jusqu'à 1,0937 dollar, son plus haut niveau depuis novembre 2016, après la victoire de Donald Trump aux Etats-Unis.

     

    ©Doc

     

    Il est ensuite retombé pour évoluer autour de 1,0852 dollar aux alentours de 7h30.

     

    "C'est le scénario parfait dont le marché rêvait désespérément, après le vote du Brexit en juin dernier au Royaume-Uni et l'accession du protectionniste Donald Trump à la Maison Blanche outre-Atlantique."
    Sebastien Galy
    Analyste chez Deutsche Bank AG

  • Good morning!

    Bonjour à toutes et tous et bienvenue sur le "market live" de L'Echo, l'endroit idéal pour suivre les principaux événements de cette séance de bourse qui devrait être largement marquée par la réaction des investisseurs aux résultats du premier tour de l'élection présidentielle française.

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés